AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Quoi de mieux qu'une ermite pour servir de guide !? [PV Maeko] 5/08/1002

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Magicien Violet

۞ 1ère apparition : 20/02/2014

۞ Rukhs : 255

۞ Rukh rose : Célibataire

۞ Localisation : !? TITUS QU'EST CE QU'ON FOUT LA?

avatar
Sphintus Carmen
Magicien Violet

MessageSujet: Quoi de mieux qu'une ermite pour servir de guide !? [PV Maeko] 5/08/1002   Dim 5 Mar - 14:10

Les rues de Sindoria étaient comme, d'habitude, très animées. Y avait-il une fête qui se préparait ? Impossible de le savoir. Quel que soit le jour, qu'il y ait un événement important à célébrer ou qu'il s'agisse d'une journée ordinaire, les habitants respiraient la joie de vivre et leur bonne humeur était contagieuse. De là où il était - autant dire que le magicien au teint basané avait une excellente vue puisqu'il se trouvait dans le ciel - il ne voyait aucune bagarre sur le point de se déclencher. Une vision d'un peuple vivant et paisible à la fois... Une définition de Sindoria assez agréable voire même fidèle à la réalité qui sait ? Ou peut être s'agissait-il simplement de la définition de la liberté ?

Tout le monde semblait bien traité et avant que Sphintus n'empoigne son balaie pour continuer sa route en volant, il n'avait vu aucun marchand d'esclaves à l'horizon. Aucune race ne semblait exploitée non plus... Qu'il s'agisse de gois ou de magiciens, tout le monde cohabitait en harmonie. Le magicien déglutissait, presque de dégoût pour son propre pays, trouvant cela regrettable qu'Heliohapt, bien qu'ayant une alliance avec Sindoria, ne traitait pas son peuple de la même manière.

Et si tout cela n'était qu'apparence ? En arrivant à Magnostadt, l'heliohapt pensait enfin avoir la chance de vivre dans un pays où la liberté n'était pas qu'une utopie. Ou les magiciens n'avaient plus à se cacher. Et c'était le cas. Même la première fois qu'il s'était rendu en ville, Sphintus n'avait pas de doute sur son bonheur s'il passait le restant de ses jours dans ce pays. Si les magiciens y étaient bien traités, les gois y passaient aussi des jours heureux en exerçant des professions comme celle de marchands. Le cinquième district était la preuve que tout n'y était pas rose...

Tous les pays devaient avoir leur part d'ombre. Était-ce aussi le cas de celui-ci ? Le blandin avait du mal à y croire en parcourant ce ciel ne présentant aucun nuage où il croisa plusieurs magiciens qui tournoyaient avec gaieté sur leurs balais. Il était difficile d'imaginer que des peuples pouvaient être opprimés sur cette terre d'asile...

L'heliohapt poussa un profond soupir. Ne pouvait-il pas chasser ces pensées sombres et faire une pause ? C'était pour oublier ses soucis qu'il s'était rendu là pas pour les repasser en boucle. Les deux autres imbéciles auraient vraiment du venir avec lui au lieu de le laisser ruminer tout seul... Un peu de compagnie ne lui aurait certainement pas laissé le temps de passer à ces autres choses.

C'était justement ce qu'il redoutait en quittant Magnostadt pendant ces vacances. Mais il avait vite constaté que Titus et Aladdin se montraient toujours autant secrets dés le premier jour, qu'ils continuaient avec leurs messes-basses, l'esprit préoccupé par quelque chose dont Sphintus n'avait pas la moindre idée puisqu'il n'avait le droit à aucune réponse... Cette attitude le blessait. N'était-il pas leur ami ?

Sentant que ce serait comme ça pendant toutes les vacances, il avait décidé de les quitter pendant quelques temps. Avec un peu de chance, ils se rendraient compte à quel point ils avaient étés injustes et chercheraient à se racheter. Oui, les actions du magicien étaient un peu calculées et il souhaitait attirer l'attention... Comme d'habitude.

Mais pour le moment, il voulait juste profiter pleinement de ses petites vacances bien méritées. Il n'avait pas non plus à se soucier du travail personnel, il avait déjà tout terminé... Bon, il avait toujours été un élève sérieux et tentait d'avoir une habitude irréprochable mais si sa pile de devoirs avait été entamée aussi rapidement, c'était parce qu'il n'avait rien d'autre à faire. Les deux autres l'ignorait royalement en l'abandonnant dans un coin comme un petit chiot abandonné... Déprimant, hein ? Même si Aladdin finissait par s'excuser, ça restait vexant.

Pourquoi pensait-il encore à ces deux ingrats ? Laissons les faire leurs cachotteries si ça les amuse !
Arf... L'adolescent était tellement perdu dans ses pensées qu'il s'était éloigné de la ville sans s'en rendre compte. Il ne l'avait réalisé que lorsqu'il avait remarqué qu'il ne croisait plus de magicien. Il claqua sa langue, agacé en jetant un coup d’œil en bas. Plus aucun bâtiment à l'horizon. Que de la végétation... Une forêt. Était-il encore à Sindoria ? Logiquement, oui. Même en volant, il n'avait pas pu aller aussi loin. Cela ne changeait rien au fait qu'il s'était égaré.

Il aurait mieux fait de ne déplacer à pieds pour éviter ce genre de problèmes, me direz-vous. Son attitude pouvait paraître bizarre puisque Sphintus n'était pas un type asocial qui cherchait à éviter les gens. Il aurait dû se mettre dans l'ambiance, se vider la tête de tous ses soucis et voir le reste de ce beau pays en se mêlant à la foule. Cela aurait été aussi plus pratique pour leur demander des renseignements sur les personnes qu'il connaissait et qui vivaient à Sindoria... Car oui, l'heliohapt avait des connaissances ici ! Impressionné, hein ? Ha ha ! Quoi ? Même pas un peu ? Tch...

Pour en revenir sur la raison qui l'avait poussé à éviter la foule c'était juste parce qu'il en avait marre de se faire bousculer. Un premier coup dans l'épaule, ce n'était rien, un autre dans le dos, ça allait si on parvenait à rester patient -ce qui, vous l'aurez compris, n'est pas son cas- mais lorsque vous finissiez pas vous retrouver par terre sans aucune excuse et qu'on manquait de vous marcher dessus... Il y avait de quoi vite piquer une colère ! Or, il n'était pas venu à Sindoria pour s'énerver pour les mêmes raisons qu'avec ses camarades. Il était un peu là pour les oublier.

Voler lui avait permis de se détendre. Mais maintenant il ne savait pas où il était. Bon... Pas de panique. Il n'avait qu'à retourner en arrière... Même s'il n'avait pas trop fait attention à quelles directions il prenait... Pas de quoi s'inquiéter. Il était un descendant de la famille Carmen, il pouvait tout faire ! Mais pas en étant déshydraté.

L'heliohapt descendit doucement avec son balai pour poser les pieds sur la terre ferme. Le voilà entouré d'arbres qui lui bouchèrent la vue. Au moins ceux-là ne risquaient pas de lui rentrer dedans. Mais l'air était bon ici. Il soupira d'aise, recevant quelques cris d'oiseaux en guise de réponse. En parlant d'animaux, comment allait le sien ? Il posa son regard sur Kukulcan pour veiller à ce qu'il aille bien.

Ce serait plus facile ici pour se désaltérer...

Il s'apprêtait à sortir sa gourde lorsqu'il entendit des bruits de pas. Un humain ? C'était ce qu'il pensait en voyant une silhouette se déplacer d'un arbre à un autre au loin. Mais une telle agilité pouvait-elle vraiment appartenir à un homme ? S'il n'avait pas vu sa silhouette avant, il aurait fait demi-tour en prenant la personne pour un animal. Peut être était-ce un fanalis ? Ou simplement son imagination ? Non... Il y avait bien quelqu'un dans cette forêt...

Hésitant, il fit un pas en avant, ayant perdu son air tranquille.

« Qui est là ? ...  »

Il n'était pas sûr d'avoir de réponse mais n'en aurait-il pas parce que la personne se montrerait méfiante ou parce qu'il s'agissait d'un hors-la-loi ne souhaitant pas être retrouvé ? Dans le doute, il récupéra son sceptre qu'il avait posé par terre, se préparant à utiliser son borg.

۞ • ۞ • ۞ • ۞



Merci à Âamet-san pour le vava & la signa ♥️
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


۞ 1ère apparition : 16/09/2016

۞ Rukhs : 142

۞ Rukh rose : Personne

۞ Localisation : Forêt de Sindoria

avatar
Maeko
VAGABOND ET CHASSEUR

MessageSujet: Re: Quoi de mieux qu'une ermite pour servir de guide !? [PV Maeko] 5/08/1002   Dim 21 Mai - 12:53








La Peur de l'Homme







Courir ! Fuir, rien n'avait plus d'importance. Elle qui s'était toujours défendue d'agir comme une humaine, elle ressentait une peur viscérale. Plus rien ne comptait sinon de survivre, mais ça n'était pas là ce qui la faisait ressembler à l'humanité. Maeko en était en la cruelle conjoncture que toute peur saisissante mène : la haine. Une ermite qui s'était jurée de ne voir que le beau, de respecter le cycle de la vie, de rester dans sa passive contemplation arrivait à présent dans une position de chasseur chassé. Ces Hommes n'avaient rien de bon, elle n'en doutait pas, ce qui l'emplissait de désespoir, c'était d'être tombée dans ce désir de sang. La peur qu'elle inspirait, menée par un manque de compréhension et d'ouverture l'avait peu à peu amenée vers sa propre peur des humains. Cette flèche quelques temps plus tôt s'était non pas seulement figée dans sa jambe, la traversant de part en part, n'avait pas seulement entamé sa fierté à s'être retrouvée sauvée par des inconnus, ne lui avait pas seulement fait ressentir une des pires douleurs jamais éprouvées, cela l'avait condamnée à craindre, à haïr.

Il était là le désespoir de l'humanité, se disait-elle toujours en courant à toute jambe, se déplaçant d'arbre en arbre lorsque cela lui était possible, avec une agilité simiesque. L'Homme avait mis au jour un procédé, un nouveau cycle. La peur invoque la peur, la haine sème la haine, le sang appelle le sang. Même en vivant le plus reculé, en se jurant de ne pas devenir comme ceux qui avaient abattu ce loup blanc, de ne pas agir comme celui qu'elle avait nommé affectueusement Papa, sa dimension humaine reprenait le dessus sur un esprit entraîné. Alors elle fuyait, pour s'éviter le contact avec un Homme dans des instants proches. Pourquoi s'en allaient-ils encore dans cette forêt ? Si elle allait autrefois presque volontiers vers ces inconnus, cela ne lui était plus possible, sa méfiance avait pris le dessus sur sa curiosité naturelle.

Bien plus dans une fuite en avant que dans une avancée furtive, Maeko était largement perçue par la forêt, forêt qu'elle ressentait elle-même en panique. Les bêtes gémissaient, les oiseaux s'envolaient avec empressement, les rampants trouvaient un coin sombre et paisible où se dissimuler. La Nature voyait un danger. La plus grande attention que portait Maeko était sur la cause d'un tel changement d'attitude environnemental. Le Monde avait-il perçu ce qu'elle fuyait en toute hâte, ou un autre intrus ? Pire encore, Senshin, ce tout, craignait-il son propre porte parole, son propre cœur, Maeko ? Si la première option était possible, la deuxième eut l'effet d'une bombe dans la poitrine de la jeune ermite. Elle avait peut-être retransmis ses doutes, ses peurs à ce qu'elle se jurait de protéger. Une telle attitude n'était pas convenable, et même répréhensible. Elle devait se reprendre, inspirer des sentiments plus nobles et plus contrôlés et pourtant... seule sa fuite l'importait.

Il y eut un appel, d'une voix de jeune homme, d'où perlait l'incertitude et le doute. Maeko s'en voulait de ne pas avoir remarqué cet autre intrus à cause de son introspection. Quoiqu'il en soit, il fallait régler ce problème et vite. S'il s'avisait que cet homme-ci avait quelques connivences avec le groupe qui la chassait, mieux valait régler le problème en isolant les parties. Maeko s'approcha cette fois-ci à pas de loup, ne faisant presque aucun bruit, elle progressait lentement mais sûrement. A genoux dans un fourré, elle s'était dégagée quelques branchages ne laissant découvrir que ses yeux qui inspectait le jeune homme avec méfiance. Il était certain que si ce même homme, plus perdu que menaçant, se montrait un brin examinateur, il verrait cette paire d'yeux le scruter.

Des cheveux blancs... Encore ? Mais celui-ci n'avait rien d'autre en commun avec les deux demoiselles auxquelles pensait Maeko. Non, assurément pas. Un serpent... ? Le plus étrange, c'était que ces deux êtres semblaient liés. Très étrange et ce sceptre qu'il brandissait, qu'était-ce encore ? Il y avait là un épais mystère, que l'ermite ne voulait pourtant pas prendre le temps de décortiquer. Elle prit les devants, se leva d'un seul coup, affichant un air sévère. Elle sortit sa dague triangulaire, et la plaça contre sa poitrine, lame face à l'homme. Sa voix se fit puissante, comme jamais auparavant, presque autoritaire, et la force de sa haine et de sa peur y faisait écho.

« Qui que tu sois, Dieu, Démon, Bête ou Homme, quitte cette forêt sur le champ ou je te dévorerai. »


Bien qu'elle ne fût pas cannibale, ses pupilles semblaient invoquer une sincérité implacable. Elle ne bougea plus d'un pouce, dans cette même position, sans que même aucune brise ne vint couper le lourd silence qu'elle imposa alors, plantant son regard dans le sien. Regard d'où, pour celui qui se savait des qualités d'empathie, émanait une peur viscérale. La peur appelle la peur...











Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Magicien Violet

۞ 1ère apparition : 20/02/2014

۞ Rukhs : 255

۞ Rukh rose : Célibataire

۞ Localisation : !? TITUS QU'EST CE QU'ON FOUT LA?

avatar
Sphintus Carmen
Magicien Violet

MessageSujet: Re: Quoi de mieux qu'une ermite pour servir de guide !? [PV Maeko] 5/08/1002   Sam 3 Juin - 22:06

Sphintus n'aurait jamais cru que sa première journée à Sindoria allait être aussi pénible. Et il ne s'était certainement pas attendu à ce que le destin mette sur sa route des individus faisant preuve d'autant hostilité que cette jeune femme. Surtout dans un pays aussi chaleureux !

Pourtant il faisait toujours un effort pour rester optimiste quoi qu'il lui arrivait en cherchant à voir le côté positif des choses. Bon, d'accord, ce n'était pas totalement vrai... Mais la plupart du temps, il essayait. Ça ne marchait pas tout le temps mais en général c'était parce que les circonstances ne l'aidaient pas beaucoup à garder le sourire...

Toutefois, cette journée avait plutôt bien commencé et le magicien n'avait pas été capable de voir les nuages qui pointaient à l'horizon. C'était dans la joie et la bonne humeur qu'il avait entamé ce périple~ S'il avait su, il serait resté bien au chaud, dans son lit à s'ennuyer à Magnostadt mais à l'abri de tout danger. Peut-être que Aladdin avait raison de ne pas vouloir le mêler à ses histoires s'il souhaitait à ce point éviter les ennuis ? Il n'était peut-être fait pour l'aventure ou tout ce qui nécessitait une prise de risque ?

Mais même si c'était le cas, on pouvait compter sur son orgueil pour continuer de presser le bleu de questions plutôt que d'avoir à passer pour un imbécile qui l'avait embêté pour rien. Oui et selon lui cette façon de réagir était plus intelligente... En même temps, son ego surdimensionné n'était pas la seule motivation qui le poussait à tirer les vers du nez de Aladdin. Cela le dérangerait un peu de continuer d'être mis de côté et de n'être là que pour servir de cuisinière à ses amis en donnant l'impression d'être un gros boulet lorsqu'ils se retrouvaient dans l'obligation de se battre. Ce n'était pas parce qu'il s'y connaissait surtout en médecine qu'il n'avait pas plus d'un tour dans son sac !

Malgré son désir de briller et qu'on le reconnaisse à sa juste valeur, Sphintus n'était pas parti seul à Sindoria pour faire ses preuves et affronter le danger afin de prouver que lui aussi il était prêt à vivre une vie pleine d'aventures. Non, non, il était bel et bien là pour se reposer. Il avait prévu de le faire dans un pays relaxant, se détendre dans une charmante petite auberge avec des serveurs se montrant très aimables avec lui même si ce serait la première fois qu'il venait, il goûterait des mets exotiques, regarderait de ses propres yeux les oiseaux dont la couleur du plumage se mariait parfaitement avec le bleu du ciel... Oui, cette vision paradisiaque faisait passer l'adolescent pour un grand naïf et augmentait les risques de déception.

Même dans un pays comme Sindoria qu'on avait tendance à idéaliser, les conflits entre les hommes ne disparaissaient pas pour autant. Toutefois, ils semblaient moins fréquents que dans d'autres pays. Pas assez pour qu'on en parle en tout cas.

Dire que Sphintus avait changé d'environnement pour oublier ses problèmes... Il en rencontrait de nouveaux !

Il se serait fait plus discret et se serait pressé de trouver un lac où se désaltérer s'il avait su que cette femme allait l'agresser. Si ça n'avait été qu'une bête sauvage, il aurait pu l'endormir sans problème mais ça le dérangeait un peu plus d'utiliser sa magie sur une personne juste pour gagner du temps.

Car oui, aussi isolée cette forêt puisse paraître, le magicien n'était pas seul.

Au début, il avait juste vu des yeux le scruter à travers les branches. Il s'était rapproché prudemment, armé de son sceptre, l'ayant prise pour un animal. Bien que ceux de cette forêt n'étaient sans doute pas tous inoffensifs, il n'avait pas envie d'en blesser un pour en faire son repas de ce soir !

Il regrettait immédiatement de s'être avancé. Une jeune femme, plus semblable à une sauvage qu'à un habitant avec toute cette fourrure blanche et les marques étranges présentes sur son visage, sortit de sa cachette. Sphintus n'eut pas le temps de se questionner davantage que cette énergumène se rapprocha de lui, une expression sévère sur son visage et le bout de sa lame tendue vers lui.

Bon sang ! Il n'avait vraiment pas de chance avec les filles ! C'était la deuxième qu'il rencontrait qui le menaçait d'une lame. Et il n'était même plus à Heliohapt ! A croire qu'il n'était en sécurité nulle part... Certes, la première à lui avoir fait ça était une gamine mais même si celle-ci ne le dépassait pas niveau taille, il devait admettre que l'aura qu'elle dégageait avait quelque chose de très impressionnant... Il en fût tellement intimidé qu'il ne pu s'empêcher d'avoir un mouvement de recul et pouvait affirmer que les gouttes de sueur qui perlaient sur sa tempe n'était pas dues à la chaleur.

En revanche, cette fille semblait un peu à côté de la plaque. Comment pouvait-elle croire qu'il puisse être autre chose qu'un mortel comme un démon ou un dieu ? En temps normal, il aurait été flatté, l'aurait encouragé sur cette voie et aurait profité de son statut "divin" pour l'empêcher de tenter de lui faire le moindre mal mais il ne se sentait pas trop d'humeur à blaguer. En ce qui la concernait, le manger ne semblait pas être une plaisanterie.

L'adolescent reposait doucement son sceptre et leva les mains, signe qu'il ne lui voulait aucun mal, jusqu'à ce qu'il remarque que l'ermite, tenant toujours son arme, avait presque l'air aussi effrayée qu'elle n'était dangereuse.

Le magicien poussa un profond soupir en baissant ses mains et en récupérant son sceptre. Vite ! Il devait y aller ! Ne pas perdre de temps au lieu de prendre des risques... Cependant, il voulait tout de même que les choses soient bien claires, n'appréciant être pris par un barbare même s'il s'agissait d'une sauvageonne:

- Ecoute... , hasarda t-il, je ne suis ni une bête ni un démon ni un dieu et je ne te veux aucun mal... D'ailleurs, je ne veux aucun mal aux autres êtres vivants qui se trouvent dans cette forêt non plus. J'ignore ce qu'on a pu te faire mais qu'importe à quel point c'était horrible, sache que je suis juste venu dans le but de me désaltérer. Est-ce que je peux rester le temps de boire un peu? Je te jure de repartir dés que ce sera fait...

Il ravalait sa salive le plus discrètement possible après avoir tenté d'enterrer la hache de guerre qui était sortie pour il ne sait quelle raison. Il fallait vraiment être suicidaire pour jouer avec la patience d'une telle personne... Sphintus se retenait d'ajouter qu'il n'avait pas d'autre arme que son sceptre et que même avec sa magie, il n'était pas en mesure de lui faire du mal. Autant se jeter dans la gueule de loup !

Puis il ne cherchait pas à la consoler en la rassurant, il avait juste soif !

۞ • ۞ • ۞ • ۞



Merci à Âamet-san pour le vava & la signa ♥️
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


۞ 1ère apparition : 16/09/2016

۞ Rukhs : 142

۞ Rukh rose : Personne

۞ Localisation : Forêt de Sindoria

avatar
Maeko
VAGABOND ET CHASSEUR

MessageSujet: Re: Quoi de mieux qu'une ermite pour servir de guide !? [PV Maeko] 5/08/1002   Dim 11 Juin - 14:22








Une fille et un garçon dans les bois







Maeko n'était animée d'aucun mouvement, son regard lui même était figé sur le jeune homme aux cheveux blancs. Tout ce qu'elle désirait en cet instant, c'était qu'il fuit le plus vite possible, pour qu'elle même pût reprendre sa course folle. Elle ne désirait que ça au fond d'elle, quitter ce lieu. Peut-être devait-elle même ne plus jamais revenir dans cette forêt et trouver refuge autre part ! Sa carapace extérieure se fissurait à chacune de ces nouvelles pensées et cela se rendait bien visible sur son visage qui manquait de plus en plus de détermination. Son regard vacilla quand le jeune homme commença à exprimer ses raisons d'être ici. Elle comprit alors, elle savait lire dans le cœur des Hommes. L'ermite entrevit la peur, qu'elle avait elle-même communiqué, qu'elle avait entraîné avec elle, qui s'était répandue furieusement dans son esprit. Elle s'en était même rendue à s'imaginer quitter cette forêt pour si peu. Elle ne tomberait jamais dans ce cercle vicieux qui la rendrait esclave de ses sensations.


Alors qu'elle était dans un état de réflexion interne, ses traits déjà radoucis s'allièrent à un regard bienfaiteur. Maeko n'était pas foncièrement mauvaise, bien qu'étrange et impitoyable quand il le fallait. Cependant, là, il n'y avait là qu'un jeune homme perdu, effrayé. Son attitude corporelle trahissait la surprise et la peur qu'il avait ressenti en apercevant Maeko, qui en avait joué pour accentuer le tout. Elle fit un pas vers lui, son bras crispé vers lui se détendant, ramenant alors la lame à son côté dans un geste rapide. Elle était déterminée à l'aider, comme elle se l'était toujours promis. Une ermite devait aider les Hommes à trouver la lumière, à les conseiller lorsque le doute les étreignait. Et même si en cet instant, il ne s'agissait que de trouver un moyen de se désaltérer, Maeko prit la demande très au sérieux, et ses yeux l'évoquaient sans peine. Elle semblait avoir oublié sa peur d'auparavant, son visage respirait enfin la sérénité, et ce changement du tout au tout pouvait avoir quelque chose de presque mystique.

Sous son épaisse fourrure blanche, elle tira une petite outre en peau de cerf qu'elle tendit sans hésitation au jeune homme. Sans sourire, avec une impassibilité époustouflante, elle fit quelques pas encore vers lui et tandis qu'il buvait, elle effleura de sa main gauche la joue du jeune homme d'un geste tendre et perturbant au possible, tirant ensuite de deux doigts une mèche de cheveux pour vérifier s'ils étaient vrais. Un sourire enfantin illumina alors son visage et sa voix fut claire.

« Ce sont donc des vrais... Je vais t'aider, jeune homme à la chevelure blanche. Mais nous passerons d'abord par le lac où tu pourras peut-être boire un peu plus et te laver. »


Ses paroles furent bienveillantes même si elle ne se rendit pas compte qu'elle était d'une honnêteté impitoyable. Ceci dit, elle s'éloigna seulement d'un pas du jeune homme et mit à terre, l'oreille près du sol afin d'écouter les foulées de potentiels intrus. Ce qu'elle crut entendre au bout de quelques instants ne la rassura pas. Elle se retourna vers son nouveau compagnon et sans gêne, quoiqu'il put en dire, elle attrapa l'une de ses mains et lui pressa de se dépêcher avec elle.

« Ne restons pas là, hâtons nous. »


Pour Maeko, toutes ses marques de bienveillance n'étaient sans aucune arrière pensée. Et pourtant, il était très aisé de se sentir pétrifié de gêne pour un jeune homme timide ou peu assuré. Un jeune homme imaginatif put très bien imaginer qu'elle l’entraînait dans un coin sombre où se rendre caresses et bisous, tant ses gestes semblaient... intéressés. Elle se voulait juste rassurante, voulant prendre ce jeune oisillon sous son aile, et surtout ne pas retomber sur les méchants Hommes. Le lac était la bonne option.












Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Magicien Violet

۞ 1ère apparition : 20/02/2014

۞ Rukhs : 255

۞ Rukh rose : Célibataire

۞ Localisation : !? TITUS QU'EST CE QU'ON FOUT LA?

avatar
Sphintus Carmen
Magicien Violet

MessageSujet: Re: Quoi de mieux qu'une ermite pour servir de guide !? [PV Maeko] 5/08/1002   Jeu 29 Juin - 21:19

Sphintus, de moins en moins confiant au fur et à mesure que le temps passait, resserrait son emprise sur son sceptre en le plaquant à l'horizontale devant ses genoux, comme si cela suffisait à le protéger si l'ermite venait à lui foncer dessus.

Il faisait moins le malin, le fier héritier de la famille Carmen. Même s'il stressait de plus en plus, il ressentit le besoin de le cacher du mieux qu'il pu et se mit à froncer les sourcils comme pour se donner un air plus imposant bien qu'il avait la vague impression que cela, hélas, ne fonctionnait pas et que quiconque pouvait dire en le voyant que c'était juste un adolescent assoiffé qui se prenait pour un homme mais qui fuirait en courant en vous voyant faire un pas vers lui.

Mais même si l'aura que dégageait cette femme était plutôt imposante, il doutait fort qu'il s'en irait en courant même si elle lui interdisait de rester. En dépit du fait que cela semblait être une réaction normale sur le coup, sans qu'on ne prenne de recul sur la situation, Sphintus ne pouvait juste pas se résoudre à fuir la queue entre les jambes comme ça...

D'ailleurs, cette demoiselle n'était pas si effrayante que ça quand on prenait le temps de l'observer.

Elle était également en train de perdre de son assurance qui n'était qu'apparence. Son regard comparable à celui d'un animal blessé suffisait à faire comprendre au blandin qu'on la traquait. Si en temps normal, la compassion prenait le dessus sur le reste et le pousserait à se sentir mal pour la jeune femme, il ne pu s'empêcher de voir ça comme une chance de plus d'être épargné.

Voyant les traits de l'ermite se radoucir, le magicien comprit qu'il n'avait plus rien à craindre. Il ne frissonna même pas quand il la vit approcher de lui, ayant la certitude qu'elle ne lui ferait pas de mal. Peut-être une intuition ? Il ne devrait sans doute pas se reposer sur ce genre d'arguments pour garantir sa survie cependant.

A cause de cette façon intense de l'observer, il en oubliait presque qu'il avait soif et recula encore une fois à cause de la gêne. Même s'il détournait le regard, il sentait toujours qu'elle n'en avait fait pas de même. En même temps, elle avait l'air assez décalée, peut-être ne se rendait-elle pas compte de sa gêne ? Il devait lui signaler que c'était impoli de dévisager les gens comme ça !

« Heu... Vous pouvez arrêter de me regarder ? »

Bien qu'elle ait clairement arrêté de se montrer agressive, il y avait toujours quelque chose d'imposant chez elle. Ce n'était pas parce qu'elle l'avait menacé, c'était juste sa personne... L'adolescent était perplexe par sa propre réaction et se retenait de se gifler.

L'expression intimidée de Sphintus laissa place à une bien plus enjouée, accentuée par un sourire béat, lorsqu'il vit l'outre qu'elle lui tendait. Il aurait pu l'embrasser ! ... L'outre, pas la femme.

« Oh merci ! Merci beaucoup ! »

Une fois qu'il l'eut entre ses mains, il se pressa d'en boire plusieurs gorgées... Tout en prenant soin de lui en laisser. Il avait échappé une fois à la mort aujourd'hui, ça lui suffisait. Puis il lui devait au moins ça. Même si cette femme s'était montré menaçante au début, il comprit que c'était là juste une façon de se protéger, et elle savait faire preuve de compassion.

Néanmoins, elle n'avait pas arrêté de le regarder. Elle était de plus en proche de lui et avait commencé à prendre une de ses mèches de cheveux.

S'apprêtant à lui rendre son outre, il la regardait faire, paumé. Voulait-elle la couper pour un rituel ou un truc du genre ... ? En tout cas, il n'était pas habitué à ce qu'une femme s'approche autant de lui et commençant à perdre ses moyens, se remit à reculer doucement tout en lui tendant un peu plus son outre pour la faire lâcher les mèches. Il ne préférait pas repousser sa main, craignant comment cette dernière réagirait.

« Ce sont donc des vrais... Je vais t'aider, jeune homme à la chevelure blanche. Mais nous passerons d'abord par le lac où tu pourras peut-être boire un peu plus et te laver. »

« Evidemment que ce sont des vrais ! », avait-il envie de répliquer. Mais cette jeune femme n'avait pas l'air vraiment d'une citoyenne de Sindoria, pays où plusieurs nationalités se mélangeaient, et de ce fait, il n'était pas illogique qu'elle n'ait jamais rencontré d'hommes au teint basané et aux cheveux blancs. Et Sphintus n'en avait peut-être pas conscience mais il n'était pas non plus fréquent de rencontrer de jeunes individus aux cheveux de cette couleur.

Il était surtout vexé par cette partie "et te laver"... Il ne savait pas trop comment le prendre. Sous-entendait-elle qu'il sentait mauvais ?

« Mais je suis parfaitement propre ! J'ai pris une douche ce matin ! ... » , s'écriait-il, tentant de se défendre. Mais pourquoi est-ce qu'il lui disait ça ?

De toute manière, la brune se désintéressa de lui, semblant écouter le sol... ? Le pauvre Sphintus la regardait faire, penaud, ne sachant quelles vibrations elle espérait trouver quand elle se retourna vers lui en attrapant sa main:

« Ne restons pas là, hâtons nous. »

... Super ! Il avait oublié ces gens qui étaient à la poursuivait. Il ne se fit pas prier et courut aussi vite qu'il pu, sans la ralentir quand il pouvait. Il aurait été peut-être plus pratique de prendre sa baguette mais cela aurait été aussi une perte de temps et quelque chose lui disait que cette femme n'avait jamais expérimenté de vol de sa vie. Et dans le feu de l'action, cette idée fut rapidement mis de côté, puisqu'il courait à perte d'haleine.

Enfin, si jamais ces types les rattrapait, il pourrait toujours leur jeter un sort pour les assommer.

۞ • ۞ • ۞ • ۞



Merci à Âamet-san pour le vava & la signa ♥️
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


۞ 1ère apparition : 16/09/2016

۞ Rukhs : 142

۞ Rukh rose : Personne

۞ Localisation : Forêt de Sindoria

avatar
Maeko
VAGABOND ET CHASSEUR

MessageSujet: Re: Quoi de mieux qu'une ermite pour servir de guide !? [PV Maeko] 5/08/1002   Mer 26 Juil - 19:23








Plouf plouf dans l'eau







Courir ! Fuir, rien n'avait plus d'importance. Elle qui s'était toujours défendue d'agir comme une humaine, elle ressentait une compassion profonde pour ce jeune homme. Plus rien ne comptait sinon de lui porter assistance. Sa réaction pouvait paraître extrême et pourtant, la poigne qu'elle fournissait et les nombreux regards qu'elle portait en arrière accentuaient encore l'intérêt qu'elle portait à ce garçon au teint hâlé. Ses pas étaient précis, sa course, animale, mais par une habileté incroyable, elle semblait guider le jeune garçon comme si son don de mouvance lui était partagé. Cela nécessitait une concentration extrême de la part de Maeko, qui en plus d'ouvrir son instinct pour écouter la forêt, se devait de guider un être novice en la matière. Sa posture et ses mouvements seuls n'auraient pourtant pas suffi alors quand la difficulté lui semblait évidente, elle conseillait celui qu'elle tenait par la main. Ces murmures n'étaient alors qu'indications simples et courtes. S'il arriva qu'il vint à défaillir ou manquer de tomber dans quelques racines, gardant toujours un œil sur lui, elle anticipait sa maladresse et agrippait son bras tout entier pour le forcer à exécuter tel ou tel mouvement. Puis, avec une tendresse qu'elle n'imaginait ni ne calculait elle-même pas, elle retrouvait la main de son suiveur. Maeko adressait alors un regard en arrière sincère et entier, l'analysant brièvement pour vérifier que tout allait bien. Le jeune homme put avoir cette sensation d'être presque transporté par le vent, porté par un souffle, tiré en avant par le destin.






Les pensées de Maeko étaient aussi éphémères et nombreuses qu'une nuée d'insectes. Tantôt, elle s'imaginait le profil exact de leurs poursuivants, puis, elle écoutait la forêt, analysant de tous ses sens les perturbations remarquées. Et bien naturellement, elle se posait des questions sur l'être qu'elle entraînait avec elle. Il avait été très étrange, le plus perturbant avait été sa remarque à très haute voix à propos de sa douche matinale, qui, Maeko le sentait, n'avait pas eu lieu ou avait été négligée. Dans tous les cas, une pause serait effectuée au lac, où les pistes s'embrouilleraient. Le jeune homme serait alors libre de se rendre là où il le désirait. Alors qu'ils approchaient du lac, que son rythme de course endiablé commençait à faiblir, l'ermite eut encore un regard vers l'homme aux cheveux blancs. Plus appuyé sur le propre regard de celui-ci, les yeux de la jeune femme étaient animés d'une flamme. Comment la qualifier ? Elle-même ne le sut. En serrant bien plus la main de ce voyageur pour sauter un obstacle sur leur passage, elle hocha la tête pour s'affirmer à elle seule qu'elle avait compris. Maeko comprit que l'Homme n'était pas perdu, que la défense de quelques valeurs était encore possible et qu'elle aurait sûrement un rôle à jouer dans la vie de ceux qui franchissaient les bois en quête de réponses. Sans armes.

Les deux compères déboulèrent à forte allure dans une trouée. Le rayons du soleil passaient ici plus aisément entre les feuillages parsemés des arbres. Face à eux se trouvait une cascade de quatre mètres de hauteur finissant sa course dans un lac à dimension presque humaine. De nombreux feuillus venaient étendre leurs ramages jusqu'au dessus des eaux et cela ravissait d'autant plus le cœur de l'amoureuse de la Nature, qui se stoppa net face à ce spectacle qu'elle contemplait une fois de plus. L'arrêt brusque ne fut pas prévenu et il y eut fort à parier que le jeune homme ne s'y attendait sûrement pas. Quoiqu'il en fût, Maeko avait placé, instinctivement, son bras droit en barrage pour qu'il s'évitât d'effectuer un roulé boulé direction les berges du lac. Bien entendu, elle avait lâché l'étreinte qu'elle avait maintenu jusque là. L'ermite lança un regard d'encouragement au jeune homme, montrant le lac d'un signe de tête et, anticipant sa timidité, avant même qu'il ne put comprendre ce qu'elle lui voulait, elle s'avança vers le lac, ôtant sa lourde fourrure. Sans s'inquiéter de ce qu'il advînt du jeune homme, elle posa soigneusement le blanc pelage et sa dague tout au bord de l'eau.

Maeko s'avança de quelques petits pas dans l'eau, trempant ses pieds non nus. Après un moment où elle semblait comme extasiée par les ondes qu'elle produisait à son entrée dans l'eau, elle se tourna avec un grand sourire vers le jeune homme. Son regard avait perdu la flamme qu'elle avait eu durant leur fuite mais quel éclat de bonheur en jaillissait à présent ! Sa voix fut portante, claire et toujours avenante.

"Viens, il faut t'approcher si tu veux boire et te laver. Je vais me baigner avec toi."


Elle continua de la fixer pendant quelques instants puis, sans s'en soucier plus, progressa lentement vers le lac, jusqu'à ce qu'elle n'eut visiblement plus pied, nageant paisiblement, faisant des ronds dans l'eau. Elle riait seule, en aspergeant des amis imaginaires. Alors qu'elle s'était terriblement intéressée au jeune homme, elle redevenait en ce moment comme extrêmement détachée. Perturbant.











Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Magicien Violet

۞ 1ère apparition : 20/02/2014

۞ Rukhs : 255

۞ Rukh rose : Célibataire

۞ Localisation : !? TITUS QU'EST CE QU'ON FOUT LA?

avatar
Sphintus Carmen
Magicien Violet

MessageSujet: Re: Quoi de mieux qu'une ermite pour servir de guide !? [PV Maeko] 5/08/1002   Dim 30 Juil - 23:33

Sphintus n'appréciait pas du tout la situation dans laquelle il se trouvait pour le moment. L'idée d'être poursuivi par plusieurs hommes et de se retenir de compter sur son sceptre pour s'en sortir ne le rassurait guère sur le coup.
C'était d'un air résigné qu'il se laissait entraîner par la jeune femme.

D'ailleurs, comment se faisait-il qu'ils étaient poursuivis ? Lorsqu'il avait fait du repérage en volant, il n'avait remarqué aucune menace de ce genre. C'était tout juste s'il avait vu des êtres humains. D'où sortait ces gars ? Qu'est-ce que l'ermite avait bien pu leur faire pour mériter ça ?

L'adolescent la suivait, sans parvenir à courir à la même allure qu'elle, étant donné que celle-ci courait à une vitesse déconcertante, se demandant s'il faisait bien de lui faire confiance. Comment savoir si ce n'était pas elle qui était en tort ? C'était logique qu'il s'interroge. Il ne savait rien d'elle et il n'était pas sûr de savoir dans quoi il s'embarquait non plus en acceptant de la suivre.

Mais il était trop tard pour faire demi-tour. Il avait déjà accepté de boire dans l'outre qu'elle lui tendait, sans hésiter alors qu'elle aurait pu très bien mettre du poison dedans. N'était-ce pas déjà une preuve qu'elle avait toute sa confiance ? Le magicien avait beau ne pas la connaître, il avait envie de continuer de croire qu'elle n'était pas son ennemie. Certes, elle l'avait menacé dés qu'elle l'avait vu mais il s'agissait juste d'auto-défense, n'est-ce pas ? Maintenant qu'il y pensait, il lui semblait impossible que Maeko s'en soit pris à ces hommes la première. Peut-être avait-il tort car rien ne lui prouvait que cette femme était une bonne personne hormis son intuition qui pouvait toujours s'avérer trompeuse.

Néanmoins, il n'était pas impossible que ces types s'en soient pris à elle les premiers car elle était différente d'eux. D'ailleurs Sphintus l'avait aussi confondu avec un animal au début et il n'avait pas attendu de découvrir s'il s'agissait ou non d'un prédateur pour se préparer au pire. Il avait sans doute été trop fatigué et aveuglé par le soleil pour s'assurer qu'il ne courait aucun risque s'il mettait les pieds dans cette forêt. On ne pouvait pas dire qu'il avait été très attentif.

Mais pour le moment, mieux valait balayer tous ses doutes puisque encore une fois il était trop tard pour faire machine arrière. C'était avec beaucoup de peine qu'il parvenait à suivre Maeko et plusieurs fois, il avait manqué de la perdre de vue en se prenant un arbre de plein fouet... C'était le deuxième contre lequel il avait failli se cogner en courant comme un dératé.

Voilà à quoi môsieur Sphintus, membre de la prestigieuse famille Carmen et brillant magicien de son académie en était rendu pour avoir souhaité éviter, juste pour une fois dans sa vie, tout contact physique avec les autres et pour se désaltérer dans la forêt, lieu beaucoup moins sécurisé que la ville. Alors oui, il espérait sincèrement que la brunette n'avait rien fait de mal parce que sinon, c'était en tant que complice dont il ne savait quel crime qu'il prenait de tels risques. L'heliohapt n'allait pas garder un très bon souvenir des habitants de Sindoria s'ils étaient tous du genre à le poursuivre avec un tel entêtement.

Et ce qui devait arriver arriva. Parce qu'il n'était pas habitué à courir ou à faire beaucoup d'exercice physique, la seule chose qui pouvait motiver Sphintus était une poussée d'adrénaline provoquée par le stress accumulé et, parce qu'il ne faisait plus attention où il mettait les pieds, il finit par trébucher sur une grosse jambe qui le fit tomber comme le gros boulet qu'il était. Il serrait les dents en s'appuyant sur ses mains désormais écorchées pour se relever mais n'émit aucune plainte... La jeune femme devait déjà être en train de se demander pourquoi est-ce qu'elle lui rendait service, inutile de lui donner une bonne raison de le laisser tomber.

Il acceptait la main qu'elle lui tendait à chaque fois qu'il tombait, mal à l'aise. Il avait de plus en plus de mal à croire qu'elle pouvait être une mauvaise personne.

- Merci... , murmurait-il en tentant de reprendre son souffle.

Suite à quelques autres incidents du même genre, l'adolescent finit par s'habituer à son environnement alors qu'ils s'éloignaient de plus en plus de leurs poursuivants. Au fait, ça en devenait presque agréable.

Il en oubliait sa fatigue et retrouvait même un sentiment de sécurité en étant guidé comme ça par Maeko. Cette sensation de légèreté tandis qu'il filaient à toute allure lui faisait beaucoup de bien. Il s'était senti tellement tranquille tout à coup qu'il oubliait aussi qu'ils étaient en train de fuir des gens et ne pensait presque plus à rien alors que cette fuite était susceptible d'agrandir sa soif. Pour un peu, il aurait pu se laisser guider par la brune, les yeux fermés mais il n'avait pas envie de mettre fin à cette course tranquille en se cognant contre son dos ou autre chose...

Surtout qu'il avait manqué de tomber une énième fois lorsqu'elle s'était brusquement arrêté sans le prévenir.

Heureusement que l'ermite l'en avait empêché en plaçant son bras devant lui tandis que le blandin balançait les siens dans le vide, perdant l'équilibre durant un court instant. Il s'était bien rendu compte que la jeune femme s'était préoccupé de lui en la voyant jeter des coups d’œil en arrière durant sa course poursuite et il s'en voulait encore plus de l'avoir mal jugé.

Mais son attention fut immédiatement reporté sur l'immense étendue d'eau qui se trouvait devant eux. Il n'avait pas attendu qu'elle l'invite à en boire pour se précipiter vers celle-ci et en prendre dans ses paumes pour enfin se désaltérer et s'en mettre également sur la figure pour se rafraîchir. C'était le paradis !

"Viens, il faut t'approcher si tu veux boire et te laver. Je vais me baigner avec toi."

Sphintus perdit vite son sourire épanoui à ces paroles. Il n'avait pas besoin de se laver, bon sang ! Pourtant ça lui ferait peut-être du bien de se rafraîchir entièrement... Mais il ne pouvait tout de même pas mouiller ses vêtements !
Il fit les gros yeux à la demoiselle qui était entrée dans l'eau avant lui, après avoir retiré sa fourrure. Elle semblait bien s'amuser.

Et lui alors ? Il n'y avait rien en dessous de sa tunique !

" Tu ne t'attends quand même pas à ce que je mouille mes vêtements ?"

Comme il était mignon à faire semblant de ne pas comprendre.
















HS: Protégez cet enfant Seigneur Dieu~♫

۞ • ۞ • ۞ • ۞



Merci à Âamet-san pour le vava & la signa ♥️


Dernière édition par Sphintus Carmen le Ven 17 Nov - 22:21, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


۞ 1ère apparition : 16/09/2016

۞ Rukhs : 142

۞ Rukh rose : Personne

۞ Localisation : Forêt de Sindoria

avatar
Maeko
VAGABOND ET CHASSEUR

MessageSujet: Re: Quoi de mieux qu'une ermite pour servir de guide !? [PV Maeko] 5/08/1002   Mar 7 Nov - 23:42








De l'horreur près du lac







Il y avait là se dressant de toute sa hauteur un colosse immense. Maeko n'avait pas vraiment fait attention en entrant dans l'eau, en s'y précipitant après avoir retiré sa fourrure et son arme. L'effroi gagna le regard de la jeune fille qui s'interrompit alors de tout batifolage. Une ambiance pesante planait et comme un silence de mort s'était installé. Seul le jeune homme aux cheveux blancs créait ce bruit de clapotis sur l'eau en revigorant les pores de la peau de son visage. Il se rafraîchissait sans se douter du terrible malheur qui se profilait. La jeune ermite vit cet être de chair et d'os, effroyable incarnation d'un mal antique. Pesant ses 400 livres, la chose atteignait allègrement les 8 pieds. Il y eut comme une aura s'en dégageant, s'ajoutant au parfum de décomposition se détachant de cette masse recomposée d'êtres vivants. Pourtant, le calme était encore présent, mais cette odeur envahissait déjà le lac en entier. Maeko n'eut qu'un réflexe, devenir aussi vigilante que possible, jaugeant cette créature toujours si immobile. Elle semblait jeter son dévolu sur ce jeune homme, de dos. La jeune ermite ne l'entendit pas ainsi, son regard avait changé. La gamine qui jouait dans l'eau était devenue une réelle chasseresse, son regard cherchant le contact avec celui du garçon. Elle avait cette impression de vouloir lui dire que tout irait bien, qu'elle allait gérer cette situation malencontreuse.

Maeko commençait à sortir de l'eau lentement, le fixant toujours intensément. Pourtant, si ce garçon se retournait, sûrement effrayé par cette réaction et cette odeur pestilentielle, il ne verrait pas la masse informe. Celle-ci paraissait s'être éclipsée dans les ténèbres. La jeune ermite, à présent proche de la rive et du garçon, lui murmura à voix basse, avec une inquiétude marquée.
 


« Il nous a retrouvés, nous n'avons pas le temps, Louveteau Blanc »




Et alors même qu'elle terminait sa phrase, elle fit un bond vif en avant, agrippant de force le bras de ce jeune homme, l'entraînant avec et vers elle. Passant son autre bras nu autour de la nuque, Maeko ne lui laissa aucune chance de protester. L'acte de la jeune ermite ne dura qu'un instant et il fut bien improbable que ce jeune homme n'eut le temps de se préparer à rejoindre les profondeurs du lac. Maeko, n'ignorant pas la folie de son entreprise et la dangerosité d'emmener sous l'eau un homme sans air, laissa son intuition animale parler. Tandis que son agilité sous l'eau la permettait d'entraîner un homme qui se laissait faire, elle ne saurait que faire d'un être non préparé à prendre son souffle et gigotant de plus belle. L'ayant déjà pris au dépourvu par ce plongeon forcé, Maeko apposa alors ses lèvres contre celles du jeune loup blanc, envoyant l'air qu'elle avait dans ses poumons dans la bouche de son compagnon de nage. L'échange ne dura que quelques secondes et Maeko continua de l'entraîner dans l'eau, lui faisant signe d'une autre main de calmer. Sous l'eau encore, elle pointa une entrée juste sous les roches, libérant alors le jeune homme de toute étreinte. Maeko le laissa librement progresser jusqu'au trou, elle espérait juste qu'il eût encore assez d'air.

Au dehors, la créature imaginaire s'était déjà évanouie tandis que le gaz hallucinogène provenant de roches sur la rive s'était déjà dissipé à la surface, bien au-dessus des deux compères.














Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Magicien Violet

۞ 1ère apparition : 20/02/2014

۞ Rukhs : 255

۞ Rukh rose : Célibataire

۞ Localisation : !? TITUS QU'EST CE QU'ON FOUT LA?

avatar
Sphintus Carmen
Magicien Violet

MessageSujet: Re: Quoi de mieux qu'une ermite pour servir de guide !? [PV Maeko] 5/08/1002   Sam 18 Nov - 14:54

Même en voyant que la jeune femme avait arrêté de faire attention à lui pour se baigner, Sphintus était encore mal à l'aise. Heureusement, elle ne s'était pas retournée vers lui pour insister pour qu'il se lave à côté d'elle. Déjà habillé, il n'était pas rassuré à l'idée de se baigner avec une inconnue dont il ne connaissait pas le nom et qu'il peinait à comprendre.

Toujours était-il qu'il avait soif et qu'il ressentait le besoin de se rafraîchir suite à cette course effrénée. C'était qu'il n'avait pas l'habitude de faire de l'exercice ! En même temps, il aurait trouvé cela sûrement moins épuisant dans un pays comme Imuchakk où la chaleur était moins éprouvante... Que voulez-vous, il ne connaissait pas beaucoup de pays froids dans ce monde. Enfin, maintenant qu'il avait ce qu'il voulait, il n'allait pas se plaindre plus longtemps.

Il adressa un sourire à la demoiselle en constatant que celle-ci avait tenu sa parole. Il n'aurait pas dû se montrer aussi méfiant sous prétexte qu'il n'avait jamais vu personne agir comme elle. Après tout, il ne savait pas comment les gens étaient censés se comporter à Sindoria. Bon, de ce qu'il en avait vu, il n'y en avait pas deux comme elle mais ce n'était pas comme s'il avait fait tout le tour du pays ! Ce genre de personnes était peut-être plus fréquent qu'à Magnostadt ou Heliohapt... Il connaissait si peu de choses de ce monde et il agissait toujours comme s'il savait tout. Le pauvre pensait en avoir vu assez pour rivaliser avec Aladdin alors qu'il n'en était rien. Mais maintenant qu'il avait rencontré Maeko, tout lui semblait possible...

Voilà qu'il recommençait à la considérer comme une étrangeté de la nature ! Ce n'était pas très sympathique pour une personne qui lui rendait service et qui l'avait aidé à échapper aux... Non il valait mieux ne pas parler de cette fuite comme d'un service rendu dans le sens où Sphintus n'avait rien à voir avec ces hommes à la base. Par ailleurs, il était peut-être trop tôt pour faire comme si c'était de l'histoire ancienne puisqu'ils pouvaient toujours être à leurs trousses mais pour le moment, il était libre. Il reprit son souffle et décida d'en profiter.

Mettant ses craintes de côté, il imita la jeune femme et se précipita vers l'eau, comme pour en récupérer autant qu'il pouvait avant qu'elle ne se volatilise. Il rassembla plusieurs fois l'eau dans ses mains pour se la passer au visage ou pour la boire une fois qu'il eut pleinement l'impression d'être désaltéré... Même quand sa soif fut apaisée, il ne se gêna pas pour en reprendre. Ça faisait tellement de bien... Puis la brune ne semblait pas non plus décidée à partir. Il lui jeta un regard en biais pour s'en assurer. Pourquoi ? Où allaient-ils aller ensuite ?

Il se retint de soupirer d'aise pour ne pas rompre ce calme apaisant, complètement détendu... Avant de voir l'ermite se figer. Il haussa les sourcils en la voyant faire, se demandant ce qui retenait son attention. Malheureusement, l'expression inquiète de la demoiselle n'alarma pas assez le magicien pour interrompre sa boisson.

Pourtant, il avait l'impression que les battements de son cœur s'étaient accélérés avec sa respiration... Ils avaient beaucoup couru mais pas au point qu'il soit essoufflé aussi longtemps. Ce calme deviendrait presque angoissant...

Ce n'était que quand elle sortit de l'eau qu'il comprit que c'était son regard intense qu'il sentait peser sur lui depuis tout à l'heure. Il fronça les sourcils et se redressa en essuyant sa bouche avec son bras.

« Il y a un problème ? »

En effet, c'était bien ce qu'il semblait. Elle avait l'air d'avoir peur d'être observée. N'ayant pas du tout cette impression, Sphintus s'apprêtait à ignorer les craintes de cette fille mais il n'eut pas vraiment son mot à dire...

Au passage, il devrait peut-être songer à se présenter même si être appelé "Loup Blanc" était assez classe... Comment ça, elle l’appelait "Louveteau" ? L'adolescent entendait ce qui l'arrange !

Néanmoins, il ne pu s'empêcher de pousser une plainte à l'idée de reprendre sa course pour échapper à ces poursuivants. Mais pourquoi parlait-elle d'eux au singulier ? Faisait-elle allusion à leur chef ?

Il n'eut pas le temps de la harceler de questions. Ni une ni deux, elle l'emporta dans l'eau. Il n'avait même pas fini de se plaindre quand il bu la tasse !

Alors qu'il commençait enfin à lui faire confiance, il se demandait tout de même si elle ne cherchait pas à le tuer finalement, sous prétexte que sa présence gênait les dieux de la Nature ou un truc du genre, et se débattit en vain. Ses yeux piquaient et il se boucha le nez, voyant qu'il n'était pas prêt à remonter à la surface... Paniqué, l'heliohapt eut beaucoup de peine à retenir sa respiration et grimaça en sentant l'eau envahir tout son corps. Il ne pourrait pas garder sa bouche fermée très longtemps. Il tentait de voir Maeko malgré sa vue brouillée...

Avant qu'il n'y parvienne, il sentit les lèvres de celle-ci sur les siennes. Il ouvrait la bouche, stupéfait et ses joues s’empourprèrent... Enfin, s'il pouvait encore faire confiance à ses sensations. Peut-être qu'il était en train d'halluciner ? Il ne voyait pas pourquoi l'ermite chercherait à l'embrasser après l'avoir à moitié noyé... A moins que c'était son objectif depuis le début et qu'elle se servait de l'air dont il avait désespérément besoin comme prétexte. Pas qu'il pouvait lui en blâmer, il n'était pas assez modeste pour nier le fait qu'il était bel homme.

A moins que la jeune femme aimait faire des choses perverses ? Sphintus n'était pas sûr de trouver ça très rassurant. Encore plus affolé, il se débattait davantage, flanquant un coup de pied à la brunette au passage... Il se serait bien excusé s'il n'était pas sous l'eau et s'il avait encore l'envie d'être poli.

Il faillit éclater de rire et s'étouffer en voyant son geste qui lui demandait de se calmer quand elle le libéra. Plus facile à dire qu'à faire ! Enfin, visiblement, il n'avait d'autre choix que de lui faire confiance pour le moment... La nage n'étant pas son domaine de prédilection, il fit de son mieux pour la suivre sans faire trop de mouvements qu'il lui donnait l'air d'un abruti...

Le magicien avait un peu peur de se retrouver seul avec elle maintenant qu'il connaissait ses penchants étranges.

۞ • ۞ • ۞ • ۞



Merci à Âamet-san pour le vava & la signa ♥️


Dernière édition par Sphintus Carmen le Dim 6 Mai - 18:00, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


۞ 1ère apparition : 16/09/2016

۞ Rukhs : 142

۞ Rukh rose : Personne

۞ Localisation : Forêt de Sindoria

avatar
Maeko
VAGABOND ET CHASSEUR

MessageSujet: Re: Quoi de mieux qu'une ermite pour servir de guide !? [PV Maeko] 5/08/1002   Jeu 26 Avr - 16:12








Prise à son propre jeu







L'ermite ne comprit pas la réaction de Sphintus, simple et justifiée. C'était hors de sa portée de comprendre pourquoi il rougissait sous l'eau, pourquoi son agitation avait augmenté de façon inquiétante à la suite de cette aide apportée, ce regain d'air. Maeko songea alors qu'elle n'avait pas assez offert d'air à son protégé, peut-être s'asphyxiait-il déjà et que son coup s'était expliqué par sa suffocation ? La jeune fille paniquait soudainement, pas question de laisser ce louveteau périr. Le coup de pied l'avait projetée sous l'eau à une bonne distance de lui et la surprise lui avait faite recracher du précieux oxygène, mais elle referma la bouche, gonflant ses joues, elle semblait tenir encore bon. Ses joues rosirent aussi, mais ce ne fut pas la honte de son geste, elle n'en prit pas conscience, elle commençait elle aussi à manquer d'air. Il fallait se précipiter vers cette entrée dans la grotte, et vite ! Maeko, trop soucieuse de ce jeune homme, ne l'abandonna toujours pas et lui prit le poignée pour nager avec lui, le guidant encore, ils étaient tout proches de cette entrée.

Cette personne devait être secourue, la créature qu'elle avait vu au-dehors ne devait pas les suivre sous l'eau, dans ce lac, et surtout pas après être entrés dans cette cavité. Maeko fit pénétrer d'abord le louveteau, le poussant vers l'entrée puis s'y faufila directement à sa suite. Au-dessus d'eux, il n'y avait plus que deux mètres cinquante d'eau qui les séparait de la surface. Maeko, qui vraisemblablement perdait de son sang froid et de ses capacités en manquant d'air, agrippa le jeune homme au cou et remonta à toute vitesse. Elle le lâcha à la seconde même où ils parvinrent, celle-ci toussotant, essayant de se maintenir à la surface, tandis que ses poumons mis à rude épreuve se réhabituaient au contact à l'air frais. Quand elle eut fini de s'en remettre, elle jeta des regards profonds au garçon, restant assez proche de lui, mais cette fois-ci sans contact. Elle observait seulement, disponible s'il fallait le sauver de la noyade, maintenant qu'elle arrivait à respirer, mais pourtant essoufflée. Elle ne prit pas le temps de se regarder et pourtant, une légère entaille à sa joue montrait qu'elle avait sûrement frotté de trop près les roches à l'entrée pour se dépêcher d'aider le garçon. Une mince filet de sang perlait. Pourtant, son seul souci était de pouvoir ramener le louveteau à la berge, ce qu'elle fit, avec son aide ou non.

Les deux aventuriers malgré eux étaient à présent au cœur d'une grotte d'un diamètre de 10m, un lieu assez exigu et reclus en somme. L'eau était présente sur une bonne moitié de la surface de la grotte et aucune autre sortie n'était possible sinon l'entrée qu'ils avaient emprunté. La berge de rochers plats mais humides donnait sur une surface totale d'une petite maisonnée. De l'eau perlait sur les parois et la cavité était exempte de la moindre stalactite ou autre de ces éléments minéraux. Maeko, une fois au bord, se hissa sur la plateforme rocheuse avec une infinie précaution, tant la possibilité de glisser était importante. Dans cette niche rocheuse, la fraîcheur et l'humidité ne purent que faire frémir ceux qui sortaient déjà d'une eau à la température pour le moins  rafraîchissante. L'ermite s’assit au sol, tremblotante, le regard fixé sur un point face à elle, comme si elle ignorait le garçon tout près d'elle. A présent, Maeko avait eu des pensées qui l'avait faite rougir, bien qu'essayant de cacher son visage entre ses bras.

Elle se rappelait de ses quelques échanges avec les garçons, de ce que son père avait pu lui enseigner sur cela, au minimum et bien entendu, de ce qu'elle avait obtenu comme enseignement en observant autrui. La société condamnait ses actes précédents qui ne pouvaient être classés de purement innocents et naïfs. De ce qu'elle en savait, une femme pouvait agir ainsi dans le but de montrer sa volonté de procréer avec un homme. Elle se recroquevilla sur elle-même d'autant plus quand elle se rappela la signification d'un baiser pour les autres hommes. Maeko tremblait toujours, mais elle ne fut plus tout à faire sûre que ce fut strictement pour le froid. Et maintenant, elle devrait forcément affronter le regard de ce jeune homme. Tout en restant dans cette étrange position où seulement son regard un brin égaré sortait de ses bras croisés, elle demandait d'une voix aiguë et intimidée:
 


« Tu t'appelles comment, Louveteau Blanc ? Moi, c'est... Maeko et nous sommes coincés ici pour le moment. »


Elle qui s'était voulue réconfortante au départ, son guide, se trouvait potentiellement plus perdue et apeurée que lui même. A présent, elle craignait que le mâle ne vint à croire qu'elle était disposée à un acte de reproduction. Terrifiée par cette pensée, elle se demandait s'il avait été bon de l'aider à reprendre de l'air ou si ce fut un acte idiot sous la lumière d'une vision sociale codifiée.
















۞ • ۞ • ۞ • ۞

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Magicien Violet

۞ 1ère apparition : 20/02/2014

۞ Rukhs : 255

۞ Rukh rose : Célibataire

۞ Localisation : !? TITUS QU'EST CE QU'ON FOUT LA?

avatar
Sphintus Carmen
Magicien Violet

MessageSujet: Re: Quoi de mieux qu'une ermite pour servir de guide !? [PV Maeko] 5/08/1002   Lun 7 Mai - 15:56

Comme Maeko avait mis Sphintus dans une situation dans laquelle son instinct l'incitait plus à la fuir qu'à voir comment elle allait, il ne s'était pas rendu compte que son coup de pied pouvait lui être fatal. Le choc l'avait obligée à ouvrir la bouche. Mais même si une once de culpabilité avait tout juste eu le temps de passer dans le regard de l'heliohapt, il était plus occupé à agiter vainement les bras pour remonter à la surface, paniqué. Si la brune n'avait pas été là, il n'aurait certainement pas survécu à cette plongée... Mais c'était elle qui l'avait causé à la base ! Pour quelle raison ?

Il n'y avait plus qu'à espérer qu'elle en avait une bonne sinon il lui paraissait normal qu'elle rattrape son erreur !

En même temps, il aurait pu également s'en sortir s'il avait fait preuve d'un peu de jugeote, s'il avait avant tout songé à se conduire comme un magicien avant de s'exciter comme le premier abruti venu... Peut-être auraient-ils pu remonter à la surface s'il avait utilisé le borg ? Quoi que... Il ne l'avait jamais utilisé sous l'eau. Comment aurait-il pu être sûr que ça marcherait comme une bulle ? Qui ne tentait rien n'avait rien... Ah, bien sûr, il n'avait pas été armé de son sceptre à ce moment-là. Bravo Sphintus ! Mais comment aurait-il pu prévoir que les choses tourneraient de cette façon ?

Et bien évidemment il ne parvenait pas à mettre la main sur son arme... Il l'avait toujours mais dés qu'il voulait libérer une main pour la récupérer, il se sentit encore plus envahi par l'eau. Au moins, cette situation lui faisait comprendre l'urgence de se familiariser avec les milieux aquatiques ! C'était à se demander s'il n'avait pas du sang fanalis en lui ?

Heureusement que l'ermite n'avait pas besoin d'un sceptre pour être débrouillarde, elle. Il était pathétique... Mais il avait une excuse ! Il n'était pas en terrain connu !

Dépendre d'une femme qu'il avait trouvé effrayante, car il avait supposé qu'elle avait laissé ses pulsions prendre le dessus pendant qu'il était en train de se noyer, confirmait à quel point il était perdu. Mais après réflexion, elle n'avait sûrement pas eu de mauvaises intentions... N'avait-elle pas essayé de lui faire gagner de l'oxygène en l'embrassant ? Même maintenant, elle tentait encore de lui venir en aide en le prenant avec elle et en l'emmenant jusqu'à la grotte.

Une fois qu'ils arrivèrent sur la terre ferme, il ressentit le besoin de recracher toute l'eau qu'il avait avalé en se frottant les yeux. L'adolescent mit du temps à retrouver ses esprits, à se réhabituer à son environnement.

Les voilà dans une immense grotte qui ne possédait qu'une entrée/sortie possible. Il n'y avait pas âme qui vive, c'était donc l'endroit parfait pour ceux qui souhaitaient se cacher. Mais se cacher de quoi ? Qu'est-ce qu'ils étaient censés fuir ? Sphintus se demandait s'il était bien nécessaire de rester une minute de plus dans cette grotte... A moins que Sindoria ne soit un endroit plus dangereux qu'il ne le pensait. De toute manière, il n'était pas vraiment pressé de replonger. Ça pouvait paraître culotté qu'il ait besoin de se reposer alors que l'ermite avait fait tout le travail mais il ne se sentait pas prêt à retourner à l'eau. Même si son corps peinait encore à s'habituer à la surface.

Il entendit quelqu'un claquer des dents... Ah, c'était lui. Le blandin frissonnait et croisait ses bras, tentant de se réchauffer comme il le pouvait, regrettant de ne pas être un magicien de feu sur le coup. Mais il allait devoir faire avec ce qu'il avait. Sa magie de soin.

Lui, il allait bien. Enfin... La sensation de froid n'était franchement pas agréable et il avait encore du mal à entendre certaines choses avec l'eau qui était entrée dans ses oreilles mais il allait s'y faire... Il n'avait pas trop le choix.

En revanche, il avait moins de mal à voir. Il fallait qu'il vérifie que la demoiselle n'était pas blessée.

Elle l'avait sauvé après tout. L'adolescent se retournait vers elle, soucieux, bien qu'encore un peu méfiant, sans s'en rendre compte, comme il ne savait pas trop dans quoi elle l'avait embarqué. Surtout qu'il n'était pas sûr qu'elle l'ait embrassé pour lui sauver la vie. Mais c'était la seule explication, n'est-ce pas ? La brune semblait avoir reçu une éducation différente de la sienne donc il espérait que ça ne l'engageait à rien.

La jeune femme était blessée à la joue ! Bien qu'il ignorait qu'elle s'était fait ça en se démenant pour l'aider, ce n'était pas une raison pour laisser le sang couler sans rien faire !

Il se relevait avec difficulté et sortit son sceptre en le tapotant pour faire tomber quelques gouttes d'eau. Une chance que cela n'affectait pas son fonctionnement... Toutefois, il vit en s'approchant que la demoiselle semblait préférer prendre ses distances avec lui. Il fit donc de son mieux pour ne pas la brusquer en lui proposant son aide:

« Tu es blessée... Je dois te soigner. »

L'adolescent l'effrayait ? A moins que ce soit la première fois qu'elle voit un sceptre, ce qui n'était pas impossible, et que ce soit cela qui l'inquiète ? Ou bien...

Sphintus s’empourpra rapidement, se sentant trembler un peu plus, posant les doigts sur ses lèvres. Ah ! Il avait embrassé une femme avant d'être marié ! Il salissait l'honneur des Carmen et... Attendez, ce n'était pas lui qui avait pris les devants !

Cependant la demoiselle avait l'air aussi honteuse que lui. C'était déjà ça ! Ce ne devait pas être une perverse, si ?

Voilà qu'elle se recroquevillait, intimidée. Il aurait pu trouver ça attendrissant s'il l'avait regardé à ce moment-là et s'il n'avait pas cherché à éviter son regard.

Mais il feignit l'assurance en gardant la tête haute en lui répondant sur un ton un peu pompeux, ignorant ses propres rougeurs:

« Je suis le grand seigneur Sphintus de la prestigieuse famille Carmen ! Et aheum... Maeko, je propose qu'on... Qu'on oublie ce qu'il s'est passé sous l'eau. Je pense que ça nous arrangerait tous les deux. »

Il commença à tendre son sceptre vers elle, toujours un peu gêné, n'étant pas sûr que Maeko lui fasse confiance. Certes, elle était la fautive dans cette histoire mais c'était à l'homme de prendre les responsabilités si cela venait à se savoir. Et Sphintus préférait éviter de les prendre... Il était mieux de ne plus en parler.

La gêne n'allait pas durer tout le temps qu'ils allaient passer ensemble ! Donc autant changer de sujet !

« Donc... Tu peux me dire pourquoi tu nous as entraînés sous l'eau ? Quelque chose t'a fait peur ? »

۞ • ۞ • ۞ • ۞



Merci à Âamet-san pour le vava & la signa ♥️
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


۞ 1ère apparition : 16/09/2016

۞ Rukhs : 142

۞ Rukh rose : Personne

۞ Localisation : Forêt de Sindoria

avatar
Maeko
VAGABOND ET CHASSEUR

MessageSujet: Re: Quoi de mieux qu'une ermite pour servir de guide !? [PV Maeko] 5/08/1002   Mer 16 Mai - 15:53








Ermite atypique ou dangereuse folle à lier ?







Le Louveteau Blanc lui avait demandé si elle était blessée, Maeko, toujours prostrée dans une position étudiée pour occuper le moins de surface possible, secoua donc la tête pour signifier la négation. Et sur ce même visage qu'elle mouvait, une entaille s'était logée, entourée de quelques éraflures, ironisant sur la réponse de l'ermite. Ses cheveux lui collaient maintenant à la peau et ajoutaient encore au pathétique de la situation. Par le même coup, elle avait aussi perdu toute trace de son serre tête, fait qu'elle ne remarqua pas avant un moment. Alors qu'elle détaillait avec intérêt le bâton sur lequel il tapotait doucement, Maeko affichait une moue, accentuée encore par la nouvelle beauté de ses boucles d'oreilles en nacre, prenant de reflets singuliers dans cette grotte à peine éclairée. Pour elle, Louveteau Blanc devait être un autre protecteur, d'une contrée lointaine où l'on naît avec une peau plus foncée. Oui, en fait, ce n'était pas de la saleté comme l'avait longtemps cru Maeko. La preuve était encore sous ses yeux, après ce bain "forcé", le jeune homme possédait toujours cette caractéristique. Il avait peut-être raison quand il disait avoir déjà pris un bain... et puis, il ne dégageait pas d'odeur forte alors, il devait avoir eu raison, oui c'était ça. Elle restait donc à l'observer silencieusement de temps à autre, se cachant à moitié derrière ses bras fins.

La honte se communiqua alors, il semblait que finalement tous les sentiments se transmettent toujours. Les deux se virent du coin de l’œil rosir puis rougir, quoique le phénomène fut plus marqué encore pour la jeune fille, qui n'était que très peu habituée à de fortes émotions ou à des contacts sociaux "complexes". Et puis, le louveteau changea du tout au tout d'expression et se fit fier, comme conquérant et Maeko, trop peu consciente de ce faux semblant, car captivée par la dissimulation de sa propre frimousse. Elle l'entendit se présenter et donner son nom, son titre, et même désigner sa famille. D'instant en instant, son esprit se concentrait sur ces nouvelles informations, et malgré elle, elle se décontractait, réaffichant vers lui son visage, entièrement découvert. Elle prit le soin de se mettre en tailleur et les couleurs vives sur son visage s'évanouirent, et un sourire ne la quitta plus. Il avait cette saveur bestiale, animale en s'ajoutant à un charme naturel et innocent. Sa jupe lui collait maintenant aux jambes, jambes qu'elle dissimulait dans sa position actuelle, plaçant ensuite ses mains sur ses chevilles, pour avancer son buste légèrement en avant. En l'espace de quelques secondes, Maeko avait oublié ce qu'elle avait eu à l'esprit en réfléchissant au nom qu'on lui avait présenté. Sur le coup, elle avait seulement répondu par un petit hochement de tête sans voix. En vérité, elle ne comprenait pas la deuxième partie de son propos, seul lui intéressait son nom. Alors qu'elle le regardait, elle eut comme une révélation et ses yeux se firent témoins par une flamme qui disparut aussi vite qu'elle intervint dans son regard.
 

« Oui je me souviens, j'ai tué quelqu'un qui avait ce nom là un jour ! CAR-MEN. Mais, tu es le premier Sphintus ! »



C'était sûrement une bonne idée de renforcer ces paroles là par un petit rire nerveux de l'ermite. De quoi la rendre en quelques paroles beaucoup plus attachante. Elle ne se rendit pas compte que cela pouvait faire un choc alors elle enchaîna pour répondre aux questions du jeune homme, maintenant qu'elle se sentait dans une sorte d'enthousiasme, heureuse de connaître un nom qu'on lui soumettait, le meurtre passant très loin derrière dans son esprit.



« J'ai eu peur d'un méchant, d'un esprit. Parfois, il me pourchasse et depuis peu, j'ai connu la réelle peur. Tu me comprends, Sphintus ? »



Son regard s'était fait plus dur. Et il était fort probable que le jeune homme comprit très exactement ce que voulait décrire Maeko après sa première prise de parole. D'un petit geste, sans faire attention au sceptre, elle s'essuya maladroitement la joue, grimaçant un petit peu en frottant sa blessure. De même, l'ermite ne s'était pas excusée de l'avoir entraîné, d'avoir failli le noyer ou encore de l'avoir embrassé sauvagement. A vrai dire, Maeko ne s'en souciait déjà plus, elle avait oublié. Sa seule joie consistait en la satisfaction d'avoir rencontré quelqu'un qui avait un nom qui lui faisait écho. Nom funeste pour ainsi dire. Maeko, elle, était ailleurs, trop excitée, seulement sourire affiché, détaillant encore la grotte de son regard. Elle voulait traduire au louveteau une description sommaire des lieux mais bien vite, cela ne passerait pas vraiment comme ce qu'elle attendait.

« Nous sommes vraiment seuls ici, aucune sortie possible. »



Son ton était solennel et son sourire avait disparu, elle fixait maintenant Sphintus dans les yeux. Si avec tout cela, il n'était pas pétrifié, il ne le serait jamais plus. Pauvre garçon.










۞ • ۞ • ۞ • ۞

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Magicien Violet

۞ 1ère apparition : 20/02/2014

۞ Rukhs : 255

۞ Rukh rose : Célibataire

۞ Localisation : !? TITUS QU'EST CE QU'ON FOUT LA?

avatar
Sphintus Carmen
Magicien Violet

MessageSujet: Re: Quoi de mieux qu'une ermite pour servir de guide !? [PV Maeko] 5/08/1002   Jeu 24 Mai - 21:07

Le jeune magicien fronça les sourcils en voyant la demoiselle secouer la tête lorsqu'il lui disait qu'il devait la soigner. Ce n'était pas le moment de faire sa tête de mule ! Il ne comprenait pas qu'elle n'avait pas conscience d'être blessée et pensait juste qu'elle préférait garder ses distances avec lui après ce qu'il s'était passé. Il était vrai qu'il aurait voulu éviter de se rapprocher à nouveau d'elle mais là il était un peu obligé...

Sphintus claqua la langue, agacé. Pourquoi c'était sa méfiance à elle qui s'était agrandie alors qu'elle avait pris les devants ? C'était plutôt sympathique de la part de l'heliohapt de chercher à l'aider après ça ! Il ne pouvait pas ignorer la blessure de quelqu'un, même s'il s'agissait de celle d'une perverse !

« Ne dis pas n'importe quoi ! »

Elle n'avait rien dit mais bon...

« Si on laisse ça comme ça, ça va s'infecter ! », crachait-il avant de se diriger précipitamment vers elle, s'apprêtant à l'attraper par le bras pour que ce soit plus pratique pour lui de traiter sa blessure.

Mais étant donné la raison pour laquelle elle cachait son visage, elle risquait de se méprendre sur ses intentions, pensant qu'il voulait profiter de la situation ! L'adolescent s'arrêta, rougissant encore plus et recula avant que le mal ne soit fait. On ne pourrait pas dire qu'il n'avait pas non plus sa part de responsabilité si cela se produisait. Il préférait ne pas y penser.

Voilà pourquoi il croisait les bras, prenant un air boudeur, frustré alors qu'il y avait quelques minutes encore, il était résolu à la soigner. Il ne fallait pas s'en empêcher pour des raisons aussi futiles mais il restait un jeune homme innocent qui voulait préserver son honneur... Et surtout, il ne savait pas trop comment la brune réagirait s'il la brusquait. Il ne l'admettrait pas mais elle l'intimidait. Comme si elle allait se jeter sur lui s'il s'approchait de trop près...

Il ne savait pas s'il devait se comporter comme s'il s'agissait d'une femme, une bête susceptible de s'en prendre à lui ou une gamine qu'il fallait ménager après l'avoir capturé... Bien que ce soit lui qui se soit fait capturé par la gamine en question ! Ah... C'était bizarre... Il perdait rapidement ses moyens avec une femme mine de rien.

Quand elle s'était enfin décidée à lui adresser à nouveau la parole (ça en devenait vexant à force ! Il n'avait rien fait de mal !), c'était pour se présenter et qu'il en fasse de même.

Le Sphintus pompeux que l'on connaissait tous n'avait attendu que cette occasion pour remonter à la surface ! Il n'avait pas pu s'empêcher de se vanter en disant qui il était et la manière dont Maeko l'observait n'aidait pas à le rendre plus modeste... Dire qu'il avait encore du mal à aligner deux mots il n'y avait pas si longtemps.

La très haute opinion qu'il avait de lui-même était certainement en train de brouiller sa vue mais il sentait qu'elle l'observait comme s'il s'agissait d'un dieu. Elle le dévisageait entièrement et si une autre personne aurait pu être gênée, l'heliohapt sentit son orgueil gonfler, un sourire encore plus satisfait se dessinant sur ses lèvres.

Il aurait pu être troublé en revoyant le visage de la jeune femme, avec le charme que dégageait son sourire et les formes qu'il aurait pu deviné sous ses vêtements trempés mais heureusement il était trop imbu de sa personne pour s'attarder sur elle. Il s'intéressa à nouveau à son interlocutrice quand il constata qu'il avait enfin l'occasion de la soigner.

Sphintus se rapprocha donc d'elle, pleine de bonnes intentions, se montrant le plus délicat dans son geste puisqu'il doutait qu'elle ait déjà vu un magicien à l'oeuvre, plaçant son sceptre à proximité de sa joue.

Mais avant qu'il ne s'exécute, elle lui apprit qu'elle se souvenait d'un Carmen. Étrange, il ne pensait pas que quelqu'un de sa famille s'était déjà rendu à Sindoria... Qui osait utiliser le même nom que lui ? De toute manière, elle l'avait tué donc... Attendez, quoi !?

Il la regarda en écarquillant les yeux, dégageant son sceptre, pâle. Il commençait à avoir mal au ventre... Il aurait dû s'en douter, il se trouvait avec une meurtrière ! Il n'aurait jamais dû lui faire confiance ! Et la voilà qui se marrait... Mais oui ce devait être forcement une blague ! Une fille aussi innocente (ignorons l'épisode du baiser) ne pouvait pas tuer quelqu'un et en rire après ! Il oublierait presque qu'elle avait failli le réduire en charpie au début...

« Heu... Ah ah ah ah ! »

Un peu forcé, le rire. Il fallait dire que ce n'était pas vraiment son humour et qu'il avait un peu pris ses distances avec elle. Faire des blagues comme ça... C'était plutôt déplacé. On ne riait pas pour ce genre de chose !

Maeko n'avait pas reçu la même éducation que lui donc peut-être que ce n'était pas tabou pour elle ? Pourtant avec cette aura semblable à celle d'une bête sauvage, il n'était pas impossible qu'elle s'en soit déjà pris à un être humain.

Et c'était cela que Sphintus utilisait le borg pour se protéger. Avait-il peur ? Peut-être... Toutefois, il lui répondit, un brin tendu, pour lui montrer qu'ils n'étaient pas en froid:

« Tu as bien failli m'avoir Maeko ! Ah ah ! Ne me fais plus peur comme ça ! Et c'est Carmen par CAR-MEN. »

Sa remarque s'était faite sur un ton plus sérieux. Certes, la prononciation de son nom était le cadet de leurs soucis mais même pour une blague, il ne supportait pas qu'on le fasse mal !

La brune devait sans doute ignorer que sa famille était reconnue et qu'il fallait se montrer plus respectueux ! Sphintus allait devoir refaire son éducation !

Enfin, elle finit par lui répondre...

Un esprit ? Qui la pourchassait ?

L'adolescent sentait la colère monter en lui. Non, il ne la comprenait pas. Elle l'avait mis en danger pour une hallucination !? Lui qui s'attendait au pire ! Tu parles d'une explication !

Mais elle l'avait regardé tellement durement qu'il déglutissait avant d'acquiescer, pas très rassuré, alors qu'il s'apprêtait à l'engueuler :

« Heu oui, oui, je comprends tout à fait ! Tu as bien fait de fuir, ah ah ! »

Il fallait qu'il arrête ce rire nerveux ! Pour une raison inconnue, il sentait qu'il allait le payer s'il ne la prenait pas plus au sérieux ! C'était plus la peur que la certitude avec laquelle l'ermite parlait qui l'incitait à entrer dans son jeu.

Quand le magicien remarqua qu'elle frottait sa blessure, il finit par placer son sceptre près de sa joue et appliquer Rieaya pour que cela disparaisse.

Mais il perdit tous ses moyens quand elle lui affirmait qu'ils étaient vraiment seuls... Elle le glaçait sur place avec son regard et il manqua de faire tomber son sceptre ! Elle n'avait peut-être pas aimé qu'il s'approche autant d'elle ? Pardon, Grande Dame Maeko ! Laissez-le vivre !

Comment allait-il sortir de ce pétrin ? Il avait l'impression qu'elle le menaçait. Dire que tout ce qu'il voulait c'était visiter Sindoria à la base... Il en aurait des choses à raconter à Aladdin à son retour ! Si du moins il rentrait vivant !

Héé ! Il n'avait pas prévu de mourir !

Instinctivement, il reforma son borg en restant bien loin de la jeune femme.

۞ • ۞ • ۞ • ۞



Merci à Âamet-san pour le vava & la signa ♥️
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


۞ 1ère apparition : 16/09/2016

۞ Rukhs : 142

۞ Rukh rose : Personne

۞ Localisation : Forêt de Sindoria

avatar
Maeko
VAGABOND ET CHASSEUR

MessageSujet: Re: Quoi de mieux qu'une ermite pour servir de guide !? [PV Maeko] 5/08/1002   Ven 25 Mai - 16:44








Et l'instinct bestial réapparaît







Toute autre personne aurait pu trouver attendrissante cette inquiétude portée à son encontre. Le blanc chevelu était là, visiblement préoccupé par sa blessure, mais la jeune ermite ne se rendait pas compte, elle niait visiblement en bloc. Pour elle, il n'était rien et sa question, sa proposition tombait de fait dans l'oreille d'une sourde. Maeko ne comprenait pas ses réactions, tantôt à se montrer ostensiblement fier de ce qu'il était, semblant se pavaner avec son bâton à ses côtés, comme si c'était le symbole d'une royauté. Intérieurement, elle bouillonna à cette idée, elle détestait ceux qui se plaçaient au-dessus d'autrui. Sphintus semblait ce genre d'homme, à tout vouloir tout de suite, à exiger par son statut, par son nom, ses titres. Dame Nature ne percevait rien sinon ta respiration, petit être. Tout puissant ou ermite, tu étais toujours sous son joug, sous son emprise. Si tu es fier de quoique ce soit, n'importe qui peut encore l'être d'avoir existé, d'avoir marqué de sa présence les cimes des hauts arbres, d'avoir goutté à la fraîcheur de l'eau du lac ou d'avoir existé en société. Faible esprit, foudroyé par l'emprise que d'autres avaient sur toi, tu te définis alors par ton impact que tu as sur ceux de ton espèce ? Dans cette logique, Maeko ne prit qu'un certain temps pour conclure: elle qui n'avait aucun impact sur les sociétés, elle n'était donc rien pour cet homme. Si l'indifférence avait d'abord marqué la jeune femme, son regard s’embrasa, ses sourcils s'affaissèrent, ses dents grincèrent mais elle tint encore bon. Elle tolérait tout de bon Sphintus.

Elle n'accorda que très peu de crédit à ses rires au départ. Visiblement, d'après son inspection, il était dans un état de nervosité avancé, mais elle l'était aussi, son jugement ne pouvait s'arrêter donc là. Maeko ne comprit pas que le rire était forcé, ne comprit pas pourquoi il riait et ne comprit enfin pas que cela provenait de ses paroles mal interprétées. Alors, elle le laissait simplement rire, changeant peu à peu de visage, car son propre sourire s'effaçait, et la colère s'était développée. Elle qui affichait la neutralité perdait de son sang froid. Carmen ? N'était-ce pas ce qu'elle venait de dire ? Le nom très exact de cette femme aux mœurs légères dont elle avait dû ôter la vie ? Et pourtant, ce n'était pas pour cette raison que la lame de fer avait glissé le long de sa gorge, provoquant un jet de sang immédiat et un cri d'agonie lent et méritoire. Lui faire peur ? Qu'avait-elle dit qui put être si mal interprété ? Elle se perdait elle-même car sa hargne qui tendait à s'exprimer lui brouiller la sagesse qu'elle souhaitait toujours éprouver. Maeko ne se rendit pas compte qu'elle jouait le jeu des Hommes.

En réalité, elle n'était pas seulement sous une colère qui découlait de ce sentiment d'oppression d'un homme se sentant plus fier, plus grand. L'ermite ressentait passivement la peur, elle était communiquée et pour une des rares fois de son existence, elle n'en prit absolument pas conscience. Tous les gestes de Spintus en étaient imprégnés mais pour elle ne revenait que son sourire suffisant, se moquant ouvertement de ses engagements, se disait-elle. Quand la méfiance régnait si pesamment des deux côtés, l'incertitude sur la bonne suite des événements flottait dans l'air. Maeko se plongea dans un état d'esprit de victime, comme si tout venait à son encontre pour l'agresser, et ses très récents souvenirs, sa peur ne l'aidaient en rien. Et même quand elle avait tenté sa première approche à propos de son traumatisme, parlant de cette ombre, Sphintus avait balayé avec rire cette éventualité. L'ermite resta coite au départ, plus sous le choc qu'autre chose. Sa sévérité s'hasarda, se mélangea à la surprise et l’abasourdissement. Dans ses yeux, tout était présent, car il restait même encore de façon très diffuse un soupçon de sa bienveillance. Cependant, il fallait être un véritable inquisiteur pour soulever dans ce regard orageux qu'elle demeurait au fond d'elle complaisante. Ce fut d'ailleurs ce si noble sentiment qui la fit se tenir, sans bouger quand le Louveteau Blanc s'était avancé avec son "bâton", et d'un mot, effacer toute trace de blessure. La relance de douleur s'était de même évanouie en un instant. Quel prodige... qui fit écho rapidement à sa précédente blessure, autrement plus sérieuse.

Bientôt, elle ne tint plus. Maeko ressentait plus de méfiance et de crainte encore, et en elle ce flot se s'entrelaçait avec ses propres peurs, à propos de la visite de ces quatre chasseurs. Son instinct animal se réveilla, sa compassion s'effaçait complètement, plus une once ne l'en habitait et son regard quoique déjà brûlant gagnait encore en intensité. Les paroles de Sphintus refaisaient à présent surface. Non, il n'avait justement rien compris et son mépris était impardonnable. Sous-estimer le pouvoir de la peur et de la haine était une erreur qui aurait son prix. Quand elle le vit faire pas en arrière, plisser ses sourcils de méfiance et enfin quand Maeko comprit dans son regard qu'elle n'était plus qu'un ennemi et qu'un animal à abattre, elle se leva et sauta sur lui avec une rapidité foudroyante. Sans armes, elle se pensait capable de l'étrangler sans sourciller. Que Nature soit témoin de ton acte, servante dévote !

Sa fureur se répercuta sur elle avec une violence qui fut bien au-delà de l'espérance de tout mage débutant. Le borg qu'avait formé le jeune apprenti fut si puissant à cet instant où l'ermite avait bondi pour l'étriper, qu'elle fut contrée et l'air claqua. Des étincelles s'étaient manifestées sur la zone d'impact et la magie de foudre de Sphintus se matérialisait, peut-être contre son gré, sous la pression et une nervosité fortes. Maeko, elle, ne put que ressentir non seulement la puissance d'arrêt magique mais non seulement un déchaînement dans son corps, un instant électrisée contre le borg. Elle sentit son bras gauche la brûler alors qu'elle avait insisté pour franchir le bouclier, les étincelles avaient chauffé sa peau, allant jusqu'à la brûler intensément. Un cri s'échappa de sa bouche, alors que la douleur l'étreignait parcourant d'abord seulement son bras, puis s'étendit jusqu'à ses tempes. Son cœur battait follement et ce ne fut pas le regard du jeune louveteau qui fut en question.

En un instant, la voilà projetée plusieurs mètres plus loin, son dos cognant violemment contre les roches, lâchant une plainte étouffée à ce choc. Elle avait senti sa colonne vertébrale maltraitée et sa cage thoracique ne se remit pas immédiatement de son atterrissage. Elle suffoquait, toussotant, incapable de bouger d'un pouce, les yeux ouverts vers le plafonnement caverneux. Maeko ne put que tourner sa tête vers Sphintus dont le borg venait de cesser dans un bruit électrique toujours si curieux. En vérité, elle ne voulait que simplement faire état de son bras, aligné vers lui. L'ermite se sentait brisée, en étoile, les bras bien tendus. Sa souffrance était extrême, elle gémissait dans son coin. Et comme toujours, ce ne fut qu'une fois qu'elle posa son regard sur sa peau brûlée, sanguinolente, lui prenant l'entièreté de son avant-bras gauche, qu'elle hurla à la mort, en prenant conscience de la blessure. Le coup d'adrénaline était passé, le choc aussi, à présent la douleur s'insinuait. A nouveau...









۞ • ۞ • ۞ • ۞

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Magicien Violet

۞ 1ère apparition : 20/02/2014

۞ Rukhs : 255

۞ Rukh rose : Célibataire

۞ Localisation : !? TITUS QU'EST CE QU'ON FOUT LA?

avatar
Sphintus Carmen
Magicien Violet

MessageSujet: Re: Quoi de mieux qu'une ermite pour servir de guide !? [PV Maeko] 5/08/1002   Sam 2 Juin - 12:44

...

Une explication serait la bienvenue.

Oh, il existait bien des raisons possibles justifiant la colère de la sauvage. Oui, sauvage.Sphintus s'était toujours retenu de la qualifier ainsi jusqu'à là, malgré le peu d'amabilité avec laquelle elle s'était adressée à lui au départ, malgré son attitude décalée qui l'avait déconcerté plus d'une fois...  Car l'adolescent voulait reconnaître qu'il y avait du bon en elle, qu'elle était pareille à une enfant qui ignorait beaucoup de choses de la vie mais qui ne méritait pas un terme aussi péjoratif. Après tout, ne l'avait-elle pas aidé, lui, un parfait étranger ? Mais maintenant, il ne savait plus quoi penser.

Encore une fois, il réfléchissait aux raisons qui la poussait à s'en prendre à lui. Il avait instinctivement renforcé son borg en voyant son expression se durcir. D'abord elle avait l'air en pleine confusion. Puis son sourire avait disparu au moment où il s'était mis à rire. Peut-être pensait-elle qu'il se moquait d'elle ?
Il fallait se rendre à l'évidence. Elle ne cherchait pas à faire de blague. Elle s'était montrée parfaitement sincère en lui disant qu'elle avait tué quelqu'un. Et même si cette idée avait dégoûté Sphintus au point qu'il se voile la face, il était préférable qu'il la prenne plus au sérieux maintenant. Elle avait été la seule à être honnête durant cet échange.

Maeko le regardait avec tant de froideur qu'il finissait par penser qu'elle avait comme un sixième sens. Non, il en était même sûr. Bien qu'elle fut la première à l'avoir dévisagé comme s'il appartenait à une race supérieure à la sienne, il voulait bien croire que c'était elle la déesse dans l'histoire. Sphintus avait l'impression qu'elle voyait son âme... Oula, il allait un peu loin là. Est-ce que la peur lui faisait perdre la tête ? Cela lui donnait des hallucinations ? Ou c'était le regard intense de la demoiselle qui semblait presque surnaturel ? Peut-être les deux.

Encore heureux qu'ils n'étaient pas dehors, il était prêt à parier que des bêtes sanguinaires se seraient jetées sur lui et que la jeune femme aurait déclenché une tornade par la puissance de son simple cri... Bon, il allait définitivement trop loin ! La panique lui faisait imaginer tout et n'importe quoi. Le magicien commençait à avoir des maux de ventre. Quant à la goutte qu'il sentait glisser le long de son dos... Ça ne devait pas venir de la plongée. Il fallait être aveugle pour ne pas voir à quel point il était terrorisé. Il était vraiment mal barré ! Merde, quoi, c'était un magicien de frêle constitution ! Il était nul pour le combat !

Peut-être que cette peur ne faisait que renforcer le mépris de l'ermite ? En la voyant grincer des dents, il se disait que ce n'était pas impossible. Si seulement il savait... Une personne aussi arrogante que Sphintus ne pouvait pas concevoir que son caractère pouvait poser problème à certaines personnes. Mais qu'il ne devine pas que cela puisse donner des envies de meurtre... On ne pouvait pas l'en blâmer. Et ce, même s'il fermait les yeux sur ses propres défauts au point de se monter la tête avec des théories qui n'avaient aucun sens.

Voyons voir... Est-ce qu'elle préférait éliminer l'homme qu'elle avait embrassé pour ne pas avoir de compte à rendre ? Il lui avait pourtant dire qu'il suffisait d'oublier tout ça ! Mais peut-être que Maeko n'était pas du genre à fuir ses responsabilités et qu'elle ne pouvait pas lui donner raison pour le coup. Ce serait tellement plus simple pour eux. Ou alors tout ceci était un coup monté de sa part ? La jeune femme avait pu l'entraîner dans l'eau et après avoir fait semblant de faire ami-ami avec lui, elle s'était enfin décidé à montrer son vrai visage ? Sphintus déglutit. Cette hypothèse était peu vraisemblable et surtout, il préférait éviter de croire que toutes les bonnes intentions de la demoiselle à son égard n'étaient qu'une comédie de sa part.

Mais qu'elles aient étés véritables ou non, toutes ces bonnes intentions semblaient avoir fait place à une rage incontrôlable et incompréhensible. Ah, ça oui, le blandin ne comprendrait décidément jamais les femmes ! Enfin, il ne pouvait pas se permettre de rire dans une telle situation.

Il eut un mouvement de recul en voyant Maeko se précipiter vers lui comme si elle avait perdu toute raison. Dominé par la peur, il avait oublié qu'elle ne pouvait pas l'atteindre de là où il était. Il ne risquait rien mais ce n'était pas le cas de la brunette !

« Attention ! »

Pourquoi cherchait-il à la prévenir du danger ? Encore maintenant il avait l'impression d'être face à un animal sauvage qu'il avait cru apprivoisé mais si la jeune femme le voyait à présent comme un ennemi, Sphintus refusait d'en faire de même. Il se mordit la lèvre en la voyant retomber au sol. Il se sentait encore tremblant. Il ne savait pas si c'était par inquiétude pour elle ou par peur d'elle. Il n'aimait pas vraiment douter de la première option mais les choses en étaient là. Malheureusement, l'angoisse avait complètement pris le dessus sur son organisme si bien que sa magie de foudre s'était manifestée, alors qu'il ne la maîtrisait pas tout à fait. Ce qui pouvait avoir des conséquences graves pour la jeune femme, meurtrière ou non.

« Maeko ! », s'écria t-il, soucieux, bien que le son de sa voix fut masquée par les cris de l'objet de son inquiétude. Dans quel pétrin s'était-il fourré !?

Il se massa la nuque en soupirant puis hésita avant de finalement retirer son borg pour se précipiter vers le corps blessé de l'ermite. Un nœud se forma dans sa gorge quand il vit dans quel état misérable elle se trouvait. Il ne l'avait pas loupé ! C'était sûrement naïf de sa part de venir l'aider après ce qu'elle avait tenté de faire mais c'était de sa faute si elle se trouvait dans cet état... Bien qu'il n'avait fait que se protéger. Quelle galère...

« Tu n'aurais pas dû faire ça. »

Il regarda ses blessures. Elle perdait beaucoup de sang, il devait agir vite ! Sans parler de ses brûlures ! Arriverait-il à la soigner ? Il n'était encore qu'un simple apprenti médecin mais il devait essayer !

Il posa son regard sur elle et bien qu'il serait encore plus difficile d'avoir une réponse de sa part vu son état, il espérait qu'elle l'écoutait et lui parla le plus doucement possible:

« Maeko, je ne sais pas pourquoi tu m'as attaqué. Je suis désolé de t'avoir offensé mais à présent tu vas devoir me faire confiance... Je sais que ce n'est pas facile mais ça me faciliterait la tâche. Je vais essayer de te soigner. »

Mieux valait ne pas lui dire qu'il n'était pas sûr d'y parvenir ! L'orgueil n'avait rien à voir là-dedans mais il devait se montrer le plus rassurant possible. La demoiselle était déjà dans tous ses états, inutile d'en rajouter.

Il la prit délicatement par le dos. Malgré ses efforts pour ne pas la faire trop souffrir, il se doutait qu'elle n'aimerait pas. De son autre main, il tenait encore son sceptre et commença par réutiliser Rieaya sur ses blessures. Cela lui prit beaucoup de temps et le plus dur restait à faire... Sphintus se mordit les lèvres car il fut obligé de retourner plusieurs fois Maeko, bien qu'il aurait été préférable de la déshabiller pour mieux traiter ses blessures. Inutile de dire à quel point ce serait embarrassant pour lui. Enfin, elle devait être à nouveau en état de parler. Mais si sa douleur semblait supportable, ce n'était que temporaire.

L'heliohapt n'avait pas d'autre choix que d'utiliser Khalas pour soigner ses blessures internes. C'était un sort extrêmement complexe, bien qu'il était l'un des meilleurs élèves de sa promotion. Il mit plus de temps pour ces blessures et cela lui demandait de dépenser une réserve importante de magoi. Plus d'une fois, il avait failli s'écrouler mais un Carmen ne pouvait pas échouer! Il tenait encore bon et quand Maeko fut entièrement soignée, il l'avait relâché avec beaucoup moins de délicatesse, tombant en arrière, épuisé.

Il avait réussi !

Toutefois, il y avait encore un problème. Avec le magoi qu'il avait dépensé, son prochain borg se volatiliserait avant que l'adolescente ne se jette sur lui ! Avait-il fait le bon choix ?

۞ • ۞ • ۞ • ۞



Merci à Âamet-san pour le vava & la signa ♥️


Dernière édition par Sphintus Carmen le Jeu 7 Juin - 23:27, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


۞ 1ère apparition : 16/09/2016

۞ Rukhs : 142

۞ Rukh rose : Personne

۞ Localisation : Forêt de Sindoria

avatar
Maeko
VAGABOND ET CHASSEUR

MessageSujet: Re: Quoi de mieux qu'une ermite pour servir de guide !? [PV Maeko] 5/08/1002   Mar 5 Juin - 16:26








Toujours remercier un sauveur







Souffrance. Habite son corps, orne ton visage de ses larmes et satisfais toi de ses tremblements. Oui, fais la hurler, gémir, elle est devenue ton jouet, pour ton grand bonheur. Maeko est son nom, celui de cette jeune femme étendue, le regard bloqué sur son bras presque en charpie, où sang et chair brûlée se côtoient. Son cerveau ne peut que traiter encore et encore l'information selon laquelle son membre est en piteux état. Elle inonde ses joues de sel, hurle à s'en déchausser la mâchoire, bouge ses pieds de façon frénétique comme si elle avait à l'idée de se relever. Mais rien n'évolue, comme piégée par une cage, celle d'une cruelle géhenne. L'ermite ne sombre point dans l'inconscience et ne détourne plus son visage de sa blessure, comme hypnotisée par l'affreuse réalité. Détailler ce qu'elle pensait paraît inconcevable, songeant seulement à son état et sa propre douleur. De par un effet pervers, plus elle y pensait, plus l'effet s'accentuait davantage. Donner du crédit à ce mal n'était qu'une base pour l'alimenter encore et encore. Ce phénomène allait boucler, jusqu'à ce ses yeux si rougis ne pussent plus émettre la moindre larme, jusqu'à ce que sa gorge ne pût émettre le moindre son, jusqu'à ce que la mort ne l’étreignît enfin. Juste délivrance.

Maeko entendit des paroles lointaines, un voile s'abattait peu à peu sur sa vision, ses sens s'effritaient. Elle n'émettait plus que geignements et les lancements le long de son bras étaient autant d'horreur dont elle aurait souhaité se couper. Son esprit embrumé, soumis à la contrainte constante de cette douleur, ne put que se rendre à cette évidence : elle allait perdre son bras gauche. La seule solution serait de couper net pour éviter de garder une charpie d'avant-bras. De forts malaises l'accablèrent et elle ferma les yeux, sombrant dans l'inconscience, des pas s'approchant d'elle.

Des mots doux la berçaient et ce fut par ce biais qu'elle reprit une semi-conscience quelques instants après. Ses yeux papillonnaient, ne se voulant ni fermés ni ouverts, entre la résolution de ne rien voir et la détermination de ne pas sombrer encore. Ce combat intérieur qu'elle se menait était visible, elle s'essayait à bouger, ses jambes frottaient contre la roche, sa tête se secouait doucement, ses lèvres se mouvaient comme si elle désirait parler. Cependant, rien n'en sortait, seulement happée par ce supplice. Maeko ne sut consciemment que Sphintus était près d'elle, mais une présence était là. Elle s'agita un peu moins quand la mélodie des mots eut fini de résonner en elle. En définitive, elle était comme ces animaux blessés à qui l'on parle, autant pour se rassurer de nos compétences que pour la douceur de notre voix, songeant les apaiser. Et cette pratique fit son office. La jeune fille s'en remettait passivement à tous les stimuli extérieurs. Bien qu'elle ne comprit aucun mot du magicien, son humanité couvrait d'une première crème son cœur éraflé. Elle ressentit de la tiédeur en sa poitrine avant même qu'aucune tentative de soin ne fut commencée, mais elle ne put l'examiner tant sa souffrance s'articulait encore nettement dans son avant-bras.

Un instant, et Maeko sentit une main se poser dans son dos pour la relever légèrement. Malgré la fourrure blanche et le tissu bleu qui faisaient barrage à sa peau, la jeune fille s'en sentit tressaillir, la surprise de l'action y jouant pour sa plus grande part. On tenait à l'examiner ? Elle était incapable de réaliser qu'il s'agissait de ce même garçon qu'elle avait voulu étrangler il y a quelques minutes, inapte à la réflexion sinon l'observation de sa douleur. Ses sentiments avaient été balayé, rien d'autre sinon le supplice d'un bras en piteux état. Quand elle fut presque redressée, gardant ses yeux clos, sa tête s'inclina de l'avant, retombant sur sa poitrine. Ce changement de position eut l'effet retardé de relancer la blessure et à demi-consciente, elle ne put réprimer un geignement, presque cri. Quiconque l'aurait vu dans cet état aurait eu le coeur brisé de compassion devant un si triste spectacle ! Et il fallait dire que la demoiselle n'en était pas à sa seule blessure, et déjà, elle avait été traité par une puissante magicienne. Peut-être que cette fois aussi, Sinbad reviendrait la voir ? Elle revivrait un moment incroyable à contempler à nouveau ce héros parfait, tiré des légendes de son enfance. Plus encore, il l'avait charmée, sans qu'elle n'en fut réellement consciente.

Peu à peu, une nouvelle sensation se saisit de son avant-bras et ce fut comme une fraîcheur venant contrer le mal de la brûlure, une fraîcheur revigorante et douce. Maeko ne comprit pas d'où cela provenait mais plus les secondes défilaient, plus la douleur s'estompait. Le contact avec cette main dans son dos se fit plus sûr. Était-ce là ses sensations qui lui revenaient ou bien son propriétaire qui gagnait en assurance ? Elle ressentait une présence toute proche, cette main devait lui appartenir.. Elle n'avait pas encore rouvert ses yeux qu'on la poussa légèrement en avant la soutenant à présent par l'épaule droite pour lui éviter de tomber en avant. La sensation de fraîcheur se décala alors pour descendre de l'avant-bras, où là encore, une magie opérait. Yamuraiha ? C'était bien vous ? Il y eut un moment de pause, et Maeko ne put que gémir davantage car les douleurs refirent surface, rongeant ses chairs. De nouvelles larmes coulèrent alors qu'elle reniflait.

La main vint s'attarder en descendant le long de son dos et Maeko ne put modérer un frisson qui la parcourut. Elle ne comprenait que très peu ce qui lui arrivait dans cet état de semi-conscience. La jeune fille se laissait retomber en arrière et cette main, forte, l'avait retenue, à peine à quelques hauteurs du sol. De nouveau, une sensation étrange l'envahit. Cependant, cette fois-ci, son bras entier fut cible de cette fraîcheur envoûtante et le mal semblé chasser de sa racine, renvoyé d'où il venait. Quelques instants passèrent et Maeko entreprit d'ouvrir ses yeux, plus à même de contrôler son corps et ses pensées. Elle ne s'attendit pas à voir ce qui était là. La surprise se lit sur son visage, décomposé pourtant par la souffrance et les larmes. Ses traits d'argile ont été barbouillé et sillonné par les chemins parcourus par cette eau salée. Ses yeux étaient rougis mais dans son regard, son intensité sauvage était demeurée. Sauvage, car elle n'avait rien de qui peut être en société, elle exprimait tout au naturel, sans barrière et ce contact visuel pouvait en être troublant.

Maeko qui s'attendait à trouver son preux Sinbad, la saisissant, était tombée nez à nez sur le louveteau. Ce fut donc Sphintus qui hérita de la charge de reconnaissance et de tendresse qu'elle lui envoya en quelques secondes, à peine les yeux ouverts. Elle ne disait pas un mot et le fixait seulement dans les yeux, sans bouger d'un cil, se sentant aller mieux d'instant en instant. Malgré une fatigue et un poids écrasants, cette blessure régressait et Maeko, qui jeta un bref regard à son avant bras, se sentit fort aise de retrouver la peau qu'elle avait toujours contemplé. Son bras n'avait plus aucune trace de la vilenie et la souffrance balayée. Sans s'en rendre compte, elle envoya un dernier regard au jeune homme, porteur d'un message si fort. Il semblait revêtir une tendresse, brûlant d'une ardeur féminine. A la seconde suivante, Sphintus venait de s'écrouler près d'elle et avait ôté sa main de son dos. Maeko, elle tenait toujours, à présent assise, les jambes tendues face à elle.

Et tout se rejoua très vite en son esprit. L'ermite revit ce qui s'était déroulé, qu'il était lui-même celui qui l'avait tant blessée. Sa colère revint d'un bond, mais elle avait ce côté instable, incertain. Sphintus ne s'en sortirait pas ainsi, il avait fait une grave erreur à la sauver. On ne sauve pas un sanglier blessé par un chasseur, l'animal aveuglé par sa douleur et heurté dans sa fierté vous charge à la mort. Maeko, qui constatait alors que son plastron de fourrure lui avait été ôté, sentit quelque chose bondir dans sa poitrine. Elle ne comprit pas. Pourtant, l'idée avait simplement été de lui éviter que la fourrure ne vint glisser des impuretés dans sa plaie, à présent disparue. Elle crut idiotement à une tentative de lui soutirer son trophée de loup blanc, ce qui était sa fierté et son moyen de ne jamais s'éloigner de Nature. Une vigueur insoupçonné lui permit de bondir sur Sphintus avec une vitesse prodigieuse, sans qu'elle ne défaillit. Elle se retrouva au dessus de lui, son bras gauche porté tout contre la gorge du louveteau et la main droite passant à son côté pour prendre appui au sol. Ses jambes, elles, bloquèrent celles de Sphintus, en s'enroulant les unes sur les autres. Elle se trouvait maintenant assise sur lui, au niveau de son bas ventre, entièrement portée vers l'avant. Sa robe était alors remontée de par sa position, laissant entrevoir la pâleur des jambes de la demoiselle, remontant facilement jusqu'à ses cuisses, celles-mêmes qui serraient celles de Sphintus. Maeko porta d'abord un regard plein d'incompréhension, le menaçant de ce bras lui serrant la gorge.

« Abattu maintenant par tes propres pouvoirs, tu veux mourir ? Pourquoi me laisser une pareille ouverture ? Pourquoi tu m'as sauvée ? »

Maeko ne comprenait pas que sa position était pour le moins osée, mais dans l'instant, sa rage s'était largement atténuée, gagnant le chemin de l'incompréhension. Son seul souci était de scruter dans le regard de Sphintus pour y trouver ses réponses, un regard brun intense, alors que ses cheveux se perdaient sur un visage perturbé et barbouillé.







۞ • ۞ • ۞ • ۞

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Magicien Violet

۞ 1ère apparition : 20/02/2014

۞ Rukhs : 255

۞ Rukh rose : Célibataire

۞ Localisation : !? TITUS QU'EST CE QU'ON FOUT LA?

avatar
Sphintus Carmen
Magicien Violet

MessageSujet: Re: Quoi de mieux qu'une ermite pour servir de guide !? [PV Maeko] 5/08/1002   Ven 8 Juin - 17:15


L'heliohapt ignorait combien de personnes se montreraient plus raisonnables que Maeko si leurs blessures étaient aussi profondes que les siennes. Peut-être pas tant que ça. C'était logique d'avoir du mal à se tenir tranquille quand notre corps se trouvait dans cet état-là, quand la simple vue de notre bras ensanglanté devenait insupportable. Comment aurait-elle pu savoir que Sphintus viendrait la soigner ? C'était le même jeune homme qui l'avait mis dans cet état. Et étant donné la raison pour laquelle il en était venu à de telles extrémités, il aurait pu laisser la peur dicter toutes ses actions au point où il en était, prendre les jambes à son coup ! Une tentative de fuite inutile puisqu'elle ne pouvait rien lui faire dans cet état et qu'il n'y avait pas de sortie. Ce n'était pas non plus comme si adrénaline suffisait à faire de lui un excellent nageur !

Mais il était compréhensible que la demoiselle s'agite de cette manière, bien que ce n'était pas ce qu'il y avait de mieux pour elle, et que de se rajouter d'autres blessures en frottant ainsi les jambes contre les roches allait rajouter du travail au magicien... Toutefois, la panique l'avait envahit. La pauvre jeune fille ne devait pas s'inquiéter du fait que l'adolescent se retrouve à nouveau dans l'embarras par sa faute. Quand on y pensait, elle avait apporté plus de mal que de bien à Sphintus et c'était à se demander pourquoi il venait encore l'aider. Si encore son crâne de moineau envisageait la difficulté qu'il aurait à regagner la rive sans l'aide de l'ermite, cela expliquerait son comportement. Mais rien dans son regard ne supposait qu'il avait une idée derrière la tête. Allons bon ! Jusqu'où sa générosité allait ?

Alors que la brune, semblable à un animal blessé, utilisait le peu de force qu'il lui restait pour exprimer sa douleur, il s'était approché d'elle avec prudence, tentant de la calmer, lui assurant qu'il pouvait traiter ses blessures. Enfin, lui-même n'était pas sûr d'en être capable mais il se doutait qu'il n'avait pas le choix. Le choix de laisser une folle furieuse mourir ? Sphintus ne savait pas d'où lui venait cette force de caractère, cet altruisme qui ne semblait pas avoir de limite, qui l'aveuglait d'une certaine manière, mais son corps refusait de fuir. Qu'importe de qui il s'agissait, il ne pourrait jamais laisser un être humain mourir quand il était possible de l'en empêcher. En tant que médecin, il ne pouvait juste pas s'y résoudre. Son corps, plus apte à écouter sa raison d'être que son instinct de survie, dicté par la peur qui l'avait envahi un peu plus tôt, s'était automatiquement exécuté. Avant que le blandin ne comprenne pourquoi, il avait sauvé l'adolescente.

D'une mort certaine ? Il pouvait bien prendre la grosse tête mais il ne fallait pas surestimer sa place de sauveur. D'un démembrement ? Sans aucun doute. Son bras ne lui aurait rien apporté d'autre que la souffrance s'il l'avait laissé comme ça.

Est-ce que Maeko l'avait entendu ? Il en avait bien l'impression. Avant même qu'il n'effectue les premiers soins, elle semblait s'être un peu détendue et au bout d'un moment, elle avait même l'air apaisée. Ce n'était pas son genre de se rabaisser mais de là à lui produire un tel effet... Peut-être était-elle en train de rêver ?

Au début, c'était assez difficile. Autant pour lui que pour la jeune fille. Il n'avait encore jamais traité ce genre de cas. Il avait de nombreuses connaissances mais de là à être habitué à les mettre en pratique... Son cursus à Magnostadt était loin d'être terminé. C'était donc très gênant quand il dû se retenir pour ne pas franchir les limites de l'indécence en la soignant avec plus d'attention. Bien sûr, s'il souhaitait devenir médecin un jour, il devrait apprendre à mettre ce genre de considération de côté. Mais après avoir vu Maeko se comporter ainsi... Il préférait ne pas risquer de perdre sa main.

Hé, il avait décidé de rester, pas de devenir un surhomme incapable de ressentir la peur après avoir frôlé la mort !

Bien que Sphintus savait qu'il s'agissait d'un mal nécessaire, son cœur avait manqué un battement en sentant Maeko se raidir au moment où il avait été obligé de retirer sa fourrure. Elle réagissait enfin comme une fille normale, son orgueil ayant peut-être du mal à supporter qu'on la touche ainsi bien qu'il n'y avait pas d'autre choix. Si l'heliohapt se fichait éperdument de ses sentiments, il aurait retiré autre chose pour se faciliter la tâche...

Quand elle rouvrit les yeux, il sentait néanmoins qu'elle le regardait avec reconnaissance. Peut-être allait-elle lui ficher la paix après cet acte de gentillesse de sa part ? En même temps le magicien ne savait pas pourquoi elle l'avait attaqué en premier lieu et rien ne lui disait que cette bonté suffisait à l'excuser. Mais l'excuser de quoi ? Il en avait marre à la fin !

Surtout qu'il pourrait ne pas être en mesure de se protéger. Bien qu'il n'avait pas tout à fait atteint sa limite, il savait que cela risquait d'être une véritable souffrance s'il tentait de réutiliser sa magie encore une fois. Il était écroulé, essoufflé et alors qu'il s'attendait à ce que la demoiselle se contente de l'observer comme elle semblait bien aimer le faire, elle s'était à nouveau jeté sur lui.

Il ne pouvait que grimacer de douleur au point où il en était. Il n'allait pas mentir, Maeko lui faisait peur. Et voyant ces grands yeux de fauve le fixer avec colère, il comprit combien c'était une idée stupide de l'avoir soigné. Ou du moins, il n'aurait pas dû la soigner autant... Il aurait encore eu de l'énergie à revendre.

Mourir en soignant quelqu'un, on ne pouvait pas rêver mieux pour un médecin ! Mais malheureusement, Sphintus Carmen était encore trop jeune pour mourir. Et il n'en avait pas l'intention !

En sentant le bras de l'ermite susceptible de couper sa respiration, rougissant à cause des cuisses de cette dernière qui bloquaient les siennes (serait-il possible qu'elle cherche à le dominer pour une autre raison qu'un sacrifice ?), il tenta de la repousser en vain. Soyons réaliste, même le poids de la jeune femme accentuait sa douleur, et pourtant elle n'avait pas l'air très grosse.

Toutefois, il avait mal interprété son expression. Elle paraissait plus confuse qu'énervée... Il fut un peu surpris de l'entendre, s'attendant presque à ce qu'elle ait perdu la capacité de s'exprimer comme un être humain après l'avoir attaqué comme une bête sauvage. Et la question qu'elle lui posait était tout à fait légitime.

Pourquoi l'avoir aidé ? Sphintus n'en était pas sûr. Il regardait ailleurs l'espace d'un instant, ne sachant pas quoi répondre. Devait-il dire qu'il s'agissait d'un simple réflexe ? Allait-elle le croire ?

« Je... »

Presse toi de répondre, Sphintus ! Face à tant d'indécision, elle pourrait se lasser et te briser le cou aussitôt !

Prenant conscience de cela, il déglutit avant de dire:

« A vrai dire, je ne suis pas sûr de le savoir moi-même... Il aurait été sûrement plus prudent de te laisser dans cet état pour avoir la vie sauve mais... Comment dire... Ça me semblait inhumain. Et je n'ai jamais voulu t'infliger ça. Même si cette attaque était involontaire, il fallait bien que je rattrape mon erreur. »

Le blandin soupira en fermant les yeux, se préparant à mourir avec dignité... Si on oubliait les tremblements.

۞ • ۞ • ۞ • ۞



Merci à Âamet-san pour le vava & la signa ♥️
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


۞ 1ère apparition : 16/09/2016

۞ Rukhs : 142

۞ Rukh rose : Personne

۞ Localisation : Forêt de Sindoria

avatar
Maeko
VAGABOND ET CHASSEUR

MessageSujet: Re: Quoi de mieux qu'une ermite pour servir de guide !? [PV Maeko] 5/08/1002   Mar 12 Juin - 12:10








Ce sentiment si humain







Le louveteau avait évoqué sa douleur et sa surprise par ce faciès d'une nouvelle teinte. Ses traits s'étaient déformés de manière évidente lorsque la jeune femme avait bondi, s'installant de force sur Sphintus. Elle avait tout fait pour l'empêcher de fuir, pour le mettre à sa merci. Maeko s'était d'abord ruée de colère, sous la coupe d'un instinct animal entièrement déployé. Elle s'imposait vigoureusement, et physiquement pour faire comprendre à son interlocuteur, avant même d'avoir eu à prononcer un mot, qu'elle était en position de force. Néanmoins, alors qu'elle-même plongeait dans la plus grande incompréhension, le garçon s'était vu frappé de plein fouet par un sentiment bien connu de la demoiselle: la peur. L'ermite l'avait elle-même ressentie, et pourtant elle avait toujours souhaité la combattre. Le cycle devait être rompu un jour ou l'autre, c'était un bien nécessaire. Leur relation ne pouvait se contenter d'une succession d'angoisses et de peurs, aucune rencontre ne devait aboutir à cela. Oui, elle lisait la peur dans son cœur, mais son incrédulité fut encore bien présente. Maeko attendait à présent sa réponse, à ce jeune homme, piégé. Il avait affiché une lueur de surprise quand il l'avait entendue s'exprimer. S'attendait-il uniquement à ce qu'elle lui rompe le cou sans en avoir donné ses motivations ? Non, ce n'était pas son intention. Son regard d'elle-même commençait à vaciller, elle avait ainsi du mal à maintenir son attention sur Sphintus, comme si quelque chose se jouait en elle, lui demandant un autre effort.

L'ermite avait tout entendu du louveteau. Son ton transpirait la crainte, la méfiance et un manque de sang-froid évident. Il avait même bégayé, ses yeux verts avaient pris un éclat nouveau. Maeko n'eut pas le temps de s'en saisir, d'en comprendre le sens car déjà, il fermait les yeux après avoir soupiré. Il avait émis de nombreux signes de crainte, mais la jeune femme ne comprenait pas son soupir. Pourquoi ne voulait-il plus croiser son regard ? Elle s'essaya à se répéter ses précédentes paroles, pour s'en refaire le déroulé et en extraire l'essence même. Il était temps de faire preuve d'un peu plus de sagesse. Maeko se redressa alors, retirant son bras du cou du jeune homme puis plaquant ses deux mains sur son torse pour se redresser, gardant toujours ses jambes contre celles de l'homme prisonnier. Elle laissa ses mains glisser pour revenir à ses propres cuisses à elles et son regard se figea sur le torse de Sphintus et ne bougea plus pendant un long moment. Maeko se focalisait sur ses pensées et s'était ainsi immobilisée, comme décousue de la réalité, la lueur de ses yeux posée sur une autre réalité, la sienne.

L'homme s'était d'abord montré perdu et l'ermite l'avait elle-même interpellé, guidée par sa peur. Leur rencontre avait été donc sous un mauvais jour de par une impulsion guidée par son instinct animal et craintif. Elle avait même émis l'hypothèse d'attenter à sa vie, sans plus de compassion. Lui était simplement un être désemparé et décontenancé par une telle apparition. Maeko avait donc fait ce qui était louable, l'aider à trouver un lieu où se laver et accessoirement se désaltérer. Elle n'avait pourtant aucun souvenir de s'être trouvée particulièrement douce et avenante, bien qu'elle le fût. Premier écart à la réalité. Ensuite, elle fit défiler ses souvenirs, se souvenant s'être baignée et avoir recommandé encore au jeune homme de la rejoindre, une fois qu'elle avait laissé son arme et sa lourde fourrure. Par la suite, elle l'avait elle-même forcé à la suivre, l'avait condamné finalement à cette entrée dans la grotte. C'était par la soudaineté de l'acte qu'il avait failli y passer et qu'elle avait fait son possible pour transmettre son air à un jeune homme, peu à l'aise en eau douce. Le coup de pied n'avait-il pas été un simple moyen de défense d'un être se sentant agressé ? Même pour le retour à la surface, en voulant le guider, elle l'avait encore une fois forcé. Et puis, ils étaient parvenus dans cette même grotte et Maeko avait encore mal agi selon sa propre introspection. Elle mit en doute ses paroles, trop instinctives, manquant de sagesse, de réflexion. Pourquoi dire à un homme qu'on avait tué d'autres hommes ? Ce n'était pas une belle vérité, même si ce fut pour évoquer sa peur et sa crainte de la nature humaine. L'ermite préférait plutôt la Nature.

Et puis, ce fut la compréhension de tout cette idiotie. Maeko avait tenté de communiquer la peur par des mots et des actes. Or, ce sentiment ne se divulguait pas, il ne devait pas en être ainsi. Dans une volonté de se sentir comprise par un énième humain, elle avait essayé à sa manière d'ouvrir son cœur, ne parlant plus que sous l'impulsion de la crainte et de la terreur. Ce n'était pas bien. Ce n'était pas ce qu'elle s'était jurée d'être pour les perdus qui s'aventureraient dans sa forêt. A force de mauvaises rencontres, elle avait presque mis de côté cette minorité d'hommes qui avaient tantôt cherché simplement un réconfort par des mots bien choisis, une sagesse vierge ou bien seulement un moment à soi près de Dame Nature. Cela eut l'effet d'un électrochoc, ses yeux s'ouvrirent encore et encore et son regard fut d'une intensité redoublée alors qu'elle le plongea vers les profondeurs de la grotte, bien au dessus du jeune homme, toujours sous elle.

Il lui fallait arrêter d'agir par instinct animal, cela n'avait fait que l'égarer, elle devait se rattacher à son côté humain. Pour l'ermite, ce fut d'une atrocité saisissante que de se rendre compte que s'éloigner d'une effroyable condition humaine était paradoxalement le fruit d'un mal plus grand encore. Elle était passée si aisément de victime à bourreau. Si ce jeune homme n'avait pas été béni par la magie, il n'aurait jamais pu... être là, près d'elle, à respirer encore. Maeko baissa les yeux vers lui et sentit son cœur battre d'un rythme étrange, tantôt s'emballant, tantôt ratant quelques battements. Elle fronça les sourcils face à cette sensation étrange. Puis, elle le vit rouvrir ses yeux et elle croisa encore son regard vert, terni par cette crainte passée. Elle s'en voulait d'avoir agi à l'encontre de quelqu'un qui n'a, au fond de lui, qu'une bonté naïve. Le louveteau n'était pas un grand prédateur mais peut-être simplement perdu et seul. Maeko posa son regard le plus tendre et compatissant sur le jeune homme, et elle eut quelques larmes. Cette fois-ci, nulle douleur que celle dans sa poitrine, son regard était seulement chargé d'émotions purement humaines: les remords et la compassion. Elle détourna légèrement la tête et son regard se posait déjà sur sa cuisse gauche nue, sans y prêter attention.

« Je suis désolée, vraiment. Je ne t'ai apporté que malheur, Louveteau. Je ne suis pas celle que je crois être. Je vais te laisser partir si tu le souhaites, tu n'auras qu'à quitter la grotte par là où nous sommes entrés. Je ne souhaite pas te retenir plus longtemps. »





Dans sa voix, il y avait beaucoup. Il y avait cette sincérité et cette honte qui la saisissaient à présent, rougissant depuis un bon moment ses joues. Elle n'osait plus jeter un regard à Sphintus. Il y avait une douceur née d'une compassion à son égard, qu'elle avait toujours nourri envers les êtres bons. Et enfin... finement perceptible, il y avait un attachement pour cet homme, faisant en sorte que sa dernière phrase sonnait faussement, pour quelqu'un qui l'écoutait un temps soit peu. Maeko commença alors par se relever avec quelques peines, essayant de s'éviter d'autres contacts, qu'ils fussent physiques ou visuels. L'ermite se posta ensuite tout près de lui à moins d'un mètre, de profil. Elle s'était assise au sol, les genoux montés vers elle, les bras couvrant sa tête dans ce nouvel abri. Elle sanglotait. Pourquoi ? La raison était peut-être qu'elle avait causé du mal à quelqu'un qui n'en demandait pas tant, qu'elle ne méritait pas d'avoir été sauvé par un tel élan de bonté. Ou peut-être était ce cet étau autour de son cœur qui s'était développé depuis qu'elle avait annoncé cette prise de congé ? Cette douleur-là était intolérable et pourquoi ? Elle n'avait pas été correctement soignée, ou était-ce un effet secondaire ? Peut-être pas mais Maeko ne comprenait pas cette humanité qu'elle déployait avec grand fracas. Difficile de croire qu'elle avait été animale durant un si long moment pour la voir revenir à sa véritable nature qu'elle avait toujours fui. Le rose de ses joues n'avait jamais disparu, et dans sa position, elle était simplement pitoyable.


*Ne reste pas pour moi, Sphintus. Je te ferai du mal !*





Maeko, tu es amoureuse...





HRP:
 







۞ • ۞ • ۞ • ۞

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Magicien Violet

۞ 1ère apparition : 20/02/2014

۞ Rukhs : 255

۞ Rukh rose : Célibataire

۞ Localisation : !? TITUS QU'EST CE QU'ON FOUT LA?

avatar
Sphintus Carmen
Magicien Violet

MessageSujet: Re: Quoi de mieux qu'une ermite pour servir de guide !? [PV Maeko] 5/08/1002   Jeu 21 Juin - 12:20

Tout irait bien. Sphintus avait déjà affronté la mort plusieurs fois. L'époque à laquelle il pensait était révolue mais les souvenirs qui en découlaient restaient intacts. Il parvenait à visualiser la scène comme s'il y était. C'était peut-être ça "voir sa vie défiler devant ses yeux". Malgré l'air arrogant qu'il affichait en permanence, il n'avait pas vécu que de bons moments. Quand il était enfant, et qu'il se retrouvait exploité par les nobles de son pays, il était considéré par ces derniers comme une charge, n'allant pas assez vite à cause de sa petite taille et tombant rapidement de fatigue. Son grand-père intervenait toujours avant qu'il ne réalise ce qu'on risquait lui faire. Il aurait bien aimé le voir une dernière fois. Pas que lui d'ailleurs... Mais c'était étonnant qu'il ait le temps d'avoir des regrets. Qu'attendait Maeko ? L'idée qu'elle puisse l'épargner mit du temps à l'atteindre. Il demeurait tendu, les poings serrés, tremblotant, les yeux fermés comme si cela rendait la douleur plus supportable. Mais elle allait l'achever rapidement, non ?

Il ne pouvait pas dire qu'il était heureux de la manière dont tout cela se terminait. Sans même savoir pourquoi la jeune femme lui en voulait à la base. Mais il n'avait pas que de regrets... S'il n'avait pas eu autant de chance à Heliohapt, il aurait perdu la vie avant de l'avoir vraiment commencé. Là, il avait au moins eu le temps de connaître la définition de la liberté. Et pourtant, il serrait les dents. Il aurait aimé être un peu plus courageux mais il blâmait son attitude... Il aurait dû partir quand l'ermite le lui avait ordonné, au lieu de lui demander son aide. Il aurait dû savoir que la situation allait se remettre à empirer... Malgré cela, il ne pouvait pas haïr l'adolescente. Il ne pouvait pas non plus la craindre, la considérer comme un monstre sanguinaire, bien qu'il avait de bonnes raisons de le faire. Mais...

Elle lui faisait de la peine.

Peut-être qu'au fond, il sentait qu'elle n'irait pas au bout et qu'elle agissait ainsi par instinct. Maeko avait beau parler sa langue et ressembler à une humaine en terme d'expressions, elle était semblable à de nombreux animaux sauvages dans sa manière d'agir ou de se tenir. Il lui arrivait de faire preuve de maladresse, elle n'avait probablement pas l'habitude de rencontrer des hommes, elle venait de la Nature et se mouvait comme certains êtres qui la peuplait et devait donc souvent réagir comme eux. L'ennui était que Sphintus n'avait pas de don lui permettant de communiquer avec les animaux, malgré la complicité qu'il existait entre lui et Kukulcan. Il avait sûrement eu une remarque déplacée ou un regard qu'il ne fallait pas avoir et qui avait fait perdre tous ses moyens à la jeune fille. Il n'avait pas été très rassuré quand elle lui avait appris qu'elle avait tué quelqu'un, mais n'importe qui l'aurait été à sa place, sauf ceux habitués à rencontrer des meurtriers.

Il sentit la main qui serrait son cou se dégager et retint un immense soupir de soulagement. Son cœur battait encore à toute vitesse et la demoiselle était toujours sur lui. Il se tendit à nouveau en sentant les mains de celle-ci sur son torse. Il regrettait de ne pas être plus apte à contrôler son corps, surpris qu'il réagisse contre sa volonté alors qu'il était épuisé, mais il semblait qu'à partir de maintenant, il tremblerait toujours de frayeur à chaque fois que Maeko était à proximité. Même si au fond, il voulait croire que c'était seulement son état actuel qui le rendait sensible à tout contact physique. Il n'avait même pas la force de repousser la jeune femme... Mais il en avait la volonté, n'est-ce pas ?

Doucement, il rouvrit les yeux pour regarder celle qui l'avait pris pour cible. Son expression ne trahissait rien d'autre que de la fatigue et de la résignation. Il n'était pas en état de lutter. Ses jambes l'emprisonnait mais le temps n'était ni aux vaines protestations ni à l'inquiétude du qu'en-dira-t-on. Le magicien se contenta de l'observer, tentant de comprendre à quoi elle pensait, comme elle semblait focaliser son intention ailleurs. Il avait l'impression qu'il devait s'excuser... De quoi ? Il ne savait pas trop. Il y avait plein de choses dont il n'était plus sûr avec Maeko. Il avait l'impression d'avoir touché une corde sensible sans le vouloir. Mais il pouvait se tromper. Il n'avait jamais rencontré de personne comme elle. Quand il lui parlait, elle se montrait aussi expressive qu'une enfant, et c'était pour ça qu'il avait espéré devenir son ami. Et pourtant... Il n'oubliait pas qu'il ne la connaissait pas si bien que ça. Il ne se sentait pas à sa place avec elle. Ce n'était pas qu'il la dénigrait mais qu'il sentait qu'il y aurait toujours quelque chose qui lui échapperait, qui dépassait son entendement...

C'était idiot de penser ça. Maeko n'était rien d'autre qu'une gamine un peu perdue. Alors pourquoi ressentait-il de l'admiration ? Il ne savait pas si c'était bien de cela dont il s'agissait mais c'était le sentiment qui s'en approchait le plus. Quand leurs regards se croisaient, il se sentit à nouveau frémir. Mais était-ce seulement par peur ?

Peut-être que c'était ainsi que la jeune femme avait pris la chose car des larmes commençaient à couler sur ses joues. Sphintus n'eut pas besoin de plus pour comprendre qu'elle s'en voulait. Il n'était pas prêt à lui pardonner au point d'effacer ce malheureux souvenir de son esprit au lieu de le laisser rejoindre les autres mais prendre conscience de son erreur était déjà un petit pas en avant, non ?

L'adolescent aurait ricané nerveusement, ravi qu'elle fasse preuve d'un peu de bon sens avec une autre personne mais pas elle. Il ne pouvait pas lui faire subir ça. Est-ce que c'était parce qu'il la respectait trop ? Qu'il estimait que ce n'était qu'une enfant qui ne pensait pas à mal ? Qui eut cru qu'il ne pouvait y avoir qu'un pas entre l'attendrissement et l'admiration ? Qui était-elle ? Il n'osait pas le demander. En la voyant sanglotante, il s'était redressé brusquement, mal à l'aise et approcha une main réconfortante de son épaule en la voyant lui tourner le dos. Puis il s'arrêta. Avant qu'il ne s'en rende compte, il fut envahi par une immense tristesse. La barrière qui les séparait s'était relevée depuis longtemps. Ou bien elle n'était jamais véritablement tombée.

La voix de Maeko semblait loin... Il avait perdu du magoi, pas ses sens. Il n'avait juste pas envie d'entendre ce qu'elle disait. Il ne savait que trop bien ce que ça signifiait. Elle lui avait apporté des problèmes mais... Devait-il se résoudre à l'abandonner ? Peut-être que la brune était destinée à être seule. Peut-être que Sphintus n'était pas la compagnie dont elle avait besoin. Vu comment il semblait la faire souffrir, c'était à se demander ce qu'il faisait encore là. Pourquoi s'acharnait-il ? Il ne la connaissait pas si bien que ça et en même temps il avait l'impression d'avoir lu en elle comme dans un livre ouvert, mais les choses les plus importantes continuaient de lui échapper. Il voulait au moins comprendre, s'il ne pouvait pas l'aider.

Même si elle ne lui jetait plus un regard, il l'observait tristement. Il voulait la protéger. De quoi ? Elle n'avait rien à voir avec les patients qu'il serait amené à rencontrer.  Mais il l'avait aidé plus que nécessaire. Ils devaient juste faire ce qu'ils avaient à faire. L'heliohapt peinait encore à comprendre le sens des signaux qui le retenait de rester et il entrerait sans doute dans une colère noire en réalisant ce qu'il avait fait, quand il était encore à moitié conscient, laissant une force inconnue dicter sa façon de faire, mais quand il reviendrait pour chercher Maeko, il serait déjà trop tard.

Il avançait lentement vers elle alors qu'elle sanglotait. Il se mouvait comme un zombie, manquant de s'écrouler sur la demoiselle, mais se retenant au dernier moment, avant de la prendre dans ses bras. Elle pourrait s'énerver, il pourrait y passer, n'ayant pratiquement plus de force en réserve mais il voulait transmettre de la chaleur humaine à la demoiselle. C'était une chaleur qui finirait par la quitter avec le temps, peut-être qu'elle oublierait leur rencontre, et lui en garderait un triste souvenir rapidement remplacé par d'autres mais il devait le faire. La soutenir d'une certaine manière. Même si ce n'était rien de plus qu'un autre coup donné à une barrière qui ne céderait pas.

« Merci. », murmurait-il.

Il finit par s'en détacher. S'il sentait une autre larme mouiller son épaule, il allait craquer. Il se redressait et se dirigeait lentement vers la sortie dont elle lui avait parlé. Mais vu son état déplorable, il ne pouvait que prendre son temps. Il la regarda encore une fois, navré de ne pas pouvoir l'aider. Il avait fait de son mieux, c'était déjà ça.

Puis qui pouvait savoir ? Un jour, peut-être, le Destin la mettrait à nouveau sur sa route.

۞ • ۞ • ۞ • ۞



Merci à Âamet-san pour le vava & la signa ♥️


Dernière édition par Sphintus Carmen le Sam 23 Juin - 14:48, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


۞ 1ère apparition : 16/09/2016

۞ Rukhs : 142

۞ Rukh rose : Personne

۞ Localisation : Forêt de Sindoria

avatar
Maeko
VAGABOND ET CHASSEUR

MessageSujet: Re: Quoi de mieux qu'une ermite pour servir de guide !? [PV Maeko] 5/08/1002   Ven 22 Juin - 15:43








Maeko






Tout irait bien. Cet homme non loin allait sûrement se lever et courir à toutes jambes maintenant que Maeko venait de lui proposer la fuite. Quelle personne avec un état psychologique stable et un équilibre sain pouvait rester après tout ce qui s’était passé ? La jeune femme se l’imaginait déjà se lever et quitter les lieux, dût-il retourner à l’eau et repasser dans ce tunnel aquatique. Il serait alors seul dans cette forêt, mais pourvu de tels pouvoirs, il prendrait la direction des cieux, royaume céleste auquel il devait appartenir. Il était le troisième être rencontré à chambouler son existence. La première était une femme à la chevelure défaite de la souillure terrestre. Dans son regard, elle avait perçu ce désir de vie, et d’avis de l’ermite, rien ne saurait étouffer une telle passion. Elle était toute entière dévouée à sa cause et Maeko avait admiré cette personne. Elle le fit d’autant pour sa confiance en elle que pour l’aura qu’elle dégageait. Cela avait semblé presque irréel, en dehors de toute considération matérielle, comme un spectre surgi des tréfonds de son abîme cérébral. Son incarnation de la perfection. Et cette jeune femme avait aidé l’ermite. Au coin d’un feu, toutes proches de cette cascade, à l’abri d’un renfoncement dans la paroi, elles s’étaient entendues une nuit entière. Maeko avait bu ses paroles, les yeux écarquillés, mais pas par pour une sagesse potentielle de la demoiselle. En vérité, elle avait apporté de sa culture, de sa personnalité, sans vouloir la heurter physiquement ou atteindre à son intégrité. L’ermite avait toujours été fascinée par les histoires du monde extérieur et cette demoiselle-là avait des tonnes de choses à raconter. Puis, surtout, elles s’entendaient toutes deux sur quantité de sujets, de la beauté surprenante de son habitat jusqu’à la nécessité de respecter tout être qui respire. Ces souvenirs étaient impérissables, comme la douleur de leur séparation. Maeko s’était alors logée dans les bras de la voyageuse, sans lui demander de rester ni de partir. La chasseuse de monstres avait passé une main sur petite tête, lui susurrant quelques paroles douces et encourageantes avant de la détacher et de continuer sa route.

Au fond d’elle, cette séparation d’il y a trois années était encore vive, tout comme le désir de la revoir. Avant qu’elle ne put arrêter le fil de ses pensées, Maeko se retrouva à songer à cette deuxième rencontre décisive. Sinbad. Certes, elle avait également rencontré son héros légendaire mais il avait été hors d’accès, porteur d’un trop lourd fardeau sur ses épaules. Il l’avait sauvée avec sa seconde puis s’en était finalement allé, promettant un retour au calme, et une justice pour ceux qui se dirigeaient vers le mal. Il avait été si proche et si loin à la fois, et Maeko dans un tel état de souffrance mentale et physique, voulait seulement ne plus jamais avoir à subir les assauts de maraudeurs. Elle avait pu échanger ses craintes les plus profondes avec le Roi, énonçant le cycle de la haine ; affligée d’y avoir répondu pour se défendre, « par instinct ». Sa bonté et générosité de cœur lui mirent baume au cœur, mais ce ne fut pas suffisant encore. A leur séparation, Maeko sentit quelque chose se briser au fond d’elle mais son héros avait mieux à faire. Elle était repartie se cacher dans la forêt, la peur aux tripes. Et maintenant, elle avait fait cette dernière rencontre. Sphintus.

Tout ça l’avait conduite à se retrouver là, les fesses au sol, les genoux servant d’appui à sa tête inclinée vers l’avant, dissimulée elle-même par ses bras nus. L’émotion l’avait étreinte, ses sanglots audibles et son mal être communicatif. Maeko s’en rendit compte, elle ne se voilait plus la face. De toute évidence, elle allait encore exercer une pression psychologique sur quelqu’un, qui de plus est un être duquel elle ne voulait aucun mal. Sur bien des points, il avait ce côté « Fiona » qui l’avait enchantée. Il avait sa chevelure d’une part, d’une blancheur immaculée et ce regard… qu’elle n’osait plus croiser. L’ermite ne se sentait plus digne des yeux verts du bel homme, on ne pouvait plus s’arroger le droit d’un regard quand on avait souhaité sa mort plus d’une fois. On ne pouvait plus offrir le meilleur de soi quand on avait laissé apercevoir le pire. Sphintus avait été un homme des plus prévenants, la soignant alors même qu’elle avait mérité son sort, bien que cruel. Il avait tantôt exprimé sa naïveté, tantôt son espièglerie, quoique très vite coupée par l’attitude instinctive de la princesse des bois. Dès lors, foules de questions se bousculèrent dans son esprit. Se pourrait-il qu’il l’appelle ainsi un jour, comme ces hommes charmés mais dont elle n’avait cure ? Se pourrait-il qu’il pense régulièrement à elle ? Se pourrait-il qu’il revienne à elle si tel était Son souhait ? Et en un sursaut, une horreur bien plus grande gonfla dans sa poitrine. Se souviendrait-il seulement de tout ça ? Pouvait-elle en dire autant ? Maeko ne le savait même pas. Ce qui déchirait ses entrailles était de pouvoir oublier ces moments où elle avait observé la prunelle de ses yeux, où elle l’avait mené au lac, avec toute la prévenance d’une mère louve. Elle souhaitait ne jamais oublier le moindre détail de lui jusqu’au jour de son trépas. Ses pensées la plongèrent dans des ténèbres épaisses, et ses pleurs se renforcèrent. Reste, Sphintus, ne pars pas, elle n’a pas la force de te voir partir.

Maeko l’entendit s’approcher d’un pas lent vers elle, celui d’un être épuisé. Le fatiguait-elle ? N’en pouvait-il plus d’avoir à supporter les crises démentielles d’une petite fille ? Il fut si proche qu’elle s’attarda alors à jeter un regard à l’extérieur de ce fort bâti, et consolidé par son malheur. Elle le sentit à moitié défaillir et se jeter sur elle, tombant dans une inconscience critique. Maeko se cramponnait alors à ses jambes, fermant ses paupières, se crispant pour recevoir le choc de sa chute sur elle. C’était sans doute sa punition. Maeko avait contracté tous ses muscles et attendait le déroulement de la situation, n’osant plus ouvrir les yeux. S’apercevant que cela ne venait pas, elle leva la tête, présentant son visage vers lui, ouvrant ses yeux. Sphintus était déjà proche de l’enlacer, ses bras l’entourant à hauteur des épaules. L’ermite paniqua, et son regard le traduisit avec violence. Lui ne recula pas et finit par l’avoir contre elle. Maeko eut tout juste le temps d’ôter ses bras de devant elle, par crainte d’être écrasée, pour les passer hasardeusement sur les côtés de Sphintus. La jeune femme était perdue, sa tête maintenant collée contre l’épaule du garçon. Incapable de savoir comment réagir, elle l’imita, son instinct animal s’étant totalement évanoui, et ses codes sociaux proches du néant. Elle le serra alors au milieu du dos, ses mains contre lui, avec une douceur dont elle était incapable de définir ou même d’identifier. Maeko ne pouvait s’habituer à ce moment, il était trop extraordinaire à sa nature. C’était bien la première fois qu’elle avait un tel contact avec un garçon de son âge. Aucune larme ne lui vint plus, sinon celles qui coulaient déjà le long de sa joue pour venir humidifier les épaules du jeune homme. Elle sentit son cœur contre le sien, et cela ne parut ni la rassurer, ni l’affoler, demeurant dans cet entre-deux instable. Elle, en tout cas, savait que dans sa poitrine se passaient des événements particuliers. Sphintus pouvait l’entendre ? Non… Il ne fallait pas et puis penserait-il qu’elle était malade ? Il ne valait mieux pas l’inquiéter ni le retarder. Il était pourtant déjà là, et la chaleur de son corps se communiquait à elle, qui avait commencé à trembler. Maeko ne savait pas si c’était dû à sa baignade dans une eau fraiche ou si ce fut ce contact si singulier. Non, improbable que cet acte procure de tels effets, n’est-ce pas ? Sa peau était gelée, elle était frigorifiée, ses bras parcourus de petits tremblements, en contraste avec son intérieur qui bouillonnait. Mais de quoi ? Elle n’avait pas de fièvre vraisemblablement, ou du moins, elle ne pouvait s’attraper si vite avec la baignade. Cependant, elle n’eut que peu de temps encore à se poser des questions essentielles car Sphintus brisa le silence lourd qui pesait, parfois atteint par des restes de sanglots.

Merci ? Pourquoi ? Maeko écarquilla les yeux, d’autant qu’elle le put, totalement stupéfaite. Cette réaction s’allia d’une autre, instinctive qui fut de serrer plus fort encore dans ses bras Sphintus. Elle ne s’en rendit pas compte mais inconsciemment, elle savait que cela signifiait qu’il allait prendre congé, qu’il allait continuer son propre chemin et Maeko avait une part en elle qui se refusait à le voir la quitter. Comment pouvait-il la remercier pour toutes les atrocités qu’elle lui a fait vivre ? Elle s’était comportée de la pire des manières, et bien différemment de n’importe quelle fille normale, de celles qu’il devait sûrement préférer. L’ermite se surprit elle-même de songer à d’autres, de se comparer à de jeunes femmes et pourquoi en fait ? Elle le sentit alors desserrer l’étreinte et s’extirper de tout contact. La chaleur si reposante, qui l’avait tant calmée sur le moment fit place à un vide incommensurable. Elle posa son regard sur lui, et si longuement qu’elle le put, s’essayait à le graver dans sa mémoire. A cet instant précis, Maeko comprit. Elle ressentait ce qu’elle n’avait jamais ressenti dans toute une vie. Elle connaissait la théorie, s’étant longuement essayée d’un œil extérieur à conseiller autrui mais maintenant, elle avait ce manque en elle terrible et cette chaleur difficilement définissable. Ce n’était pas une passion folle non, elle n’en voulait qu’à sa présence, à une douceur que la Nature ne lui offrait pas, elle était tendrement amoureuse. Son regard intense lui témoignait avec charge, croisant le sien une fois encore, alors que complètement aveuglée par ce sentiment si neuf et complet, elle ne comprit pas tout du regard de Sphintus.

Oh… C’était donc ça, il semblait partager cette même idylle. Maeko sentit son cœur exploser dans son poitrail mais son esprit le contint, elle le brida même. Non, tout cela était une erreur. Elle aurait pu souhaiter ceci, peut-être se perdre dans des amours naturels, s’ils n’étaient pas empreints de vices. Pourtant, elle s’en refusa au plus profond de son être, cela entrait en contradiction avec sa vie d’ascèse. Maeko devait demeurer conseillère éclairée, sans attache, seulement guidée par les voix de la Nature, et isolée. C’était son chemin de vie, c’était son destin. Mais ce ne fut pas l’argument essentiel. Le point le plus important était qu’elle l’avait blessé et qu’elle ne ferait que bien plus. Cela lui était inconcevable, elle ne pouvait se résigner à blesser Sphintus, l’être qu’elle aimait à présent, mais d’un amour féminin, plus celui condescendant d’un prêtre sur l’existence qu’il perçoit. Maeko était d’une étrangeté inconcevable pour qui avait vécu en société, il se heurterait, se battrait contre la nature de la jeune femme et il n’en résultera rien de bon. Non, elle devait arrêter tout ici, et ne plus lui accorder cette importance qu’il avait pourtant pour son cœur. La jeune ermite ferma les yeux et se retourna, bien de dos, alors que Sphintus commençait à s’éloigner, elle passa la tête entre ses mains, les genoux remontés vers elle. Il fit quelques pas et s’arrêta, elle l’entendit. Il devait sûrement la regarder encore. Maeko souffrit intérieurement avec violence, serrant les dents, sanglotant encore, mais se refusant à le ramener vers elle, pour son propre bien. Elle espérait qu’il quittât bientôt les lieux. Ce n’était pas que Maeko ne l’aimait plus mais qu’elle l’aimait tant, qu’elle se devait de ne pas s’offrir à lui. Sphintus méritait bien mieux.




Maeko aurait souhaité que rien de tout cela ne soit arrivé, qu’elle fût destinée à autre chose, qu’elle ne fût pas née de Shinku. Mais c’était ainsi et encore, une rencontre devait amener à une douleur indescriptible. Celle-ci était pourtant exceptionnelle car elle en souffrirait encore et encore, c’était certain. Elle portait la malédiction dans son propre nom, Maeko, « celle qui découvre l’âme des êtres et des choses ». Elle ne faisait qu’effleurer, juste découvrir, maudite à ne jamais pouvoir les explorer. Toutes ses rencontres seront de cet espèce-là ? Vouée alors à une destinée solitaire où tout est éphémère, seule guide dans l’obscurité des Hommes, tendant le flambeau de la connaissance et de l’amour, interdit à elle-même. Il faut pourtant imaginer Maeko heureuse, car elle avait fait là le plus beau cadeau à Sphintus : le laisser partir.






۞ • ۞ • ۞ • ۞

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Quoi de mieux qu'une ermite pour servir de guide !? [PV Maeko] 5/08/1002   

Revenir en haut Aller en bas
 
Quoi de mieux qu'une ermite pour servir de guide !? [PV Maeko] 5/08/1002
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Quoi de mieux que de boire pour oublier (pv Raphael)
» Une baston... Quoi de mieux pour se détendre... et pour boire du Tzinpaf ? (PV Jenna, Laara, Saeko, Clio et Keylo)
» Le bar... Quoi de mieux pour se bourrer la gueule. [Pov Emmy]
» Lézarder au soleil avec une amie, quoi de mieux? [Luna Lupinelli & Aliénore S. Marshall]
» Quoi de mieux que de noyer son chagrin dans un verre de whisky?[Valentin]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
MAGI RPG ::  Océans  :: Sindoria :: Zones extérieures :: Forêt environnante-
Sauter vers: