AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Audience dans la Forêt de Sindoria [14/07/1002]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


۞ 1ère apparition : 17/07/2016

۞ Rukhs : 410

۞ Rukh rose : Célibataire

۞ Localisation : Dans son Palais à Sindoria

avatar
Sinbad
GRAND ROI

MessageSujet: Audience dans la Forêt de Sindoria [14/07/1002]   Ven 11 Nov - 21:58






۞ Audience dans la

Forêt de Sindoria ۞


Malédiction et Rumeurs d'un

Gardien de la Forêt ~


feat. Yamuraïha et Maeko



Après avoir mis fin au conflit qui régnait sur Sindoria, le pays put finalement retrouver le calme qui prospérait autrefois sur l’île. Par la suite, Sinbad put faire la rencontre de Kohana au cours d’une soirée qui consistait à fêter leur précédente victoire sur Magnostadt, mais aussi celle de Méluzhianne. Une fois ceci fait, notre Roi décida de rendre visite à Alibaba au Palais, étant donné qu'il avait entendu dire, d’après certains rapports, que le jeune homme était effectivement la cause de tout ces incendies qui avaient eu lieu à Sindoria. Il voulait donc s’entretenir avec le Prince de Balbadd pour savoir ce qui s’était réellement passé.

... Ce n’est qu’après quelques explications données par le jeune Prince qu’il lui conseilla alors de partir pour l’Empire Reim, afin que ce dernier puisse apprendre à maîtriser ses pouvoirs, car il était évident qu’Alibaba était beaucoup trop faible pour protéger qui que ce soit de sa malédiction. C’est pour cela que Sinbad tenait à l’envoyer auprès de Schéréhazade. Il fit donc parvenir une lettre auprès d’elle par l’intermédiaire d’un faucon. Il espérait donc que la Magi accepterait de lui venir en aide, ou du moins qu’elle accepterait de garder un œil sur les agissements du jeune Prince, car pour l’instant, le Roi n’avait aucune solution en tête. C’est notamment pour cette raison qu’il se devait de consulter Yamuraiha.  Il comptait bien lui demander son aide au sujet de cette étrange magie, car il était évident que plus la marque gagnait en puissance, plus il lui serait difficile de s’en détacher.

En effet, il aurait été bien dommage de devoir laisser un magicien d’Al-Thamen le manipuler ainsi, alors que Sinbad voyait en Alibaba, quelque chose de très prometteur. C’est aussi pour l’une de ces raisons qu’il ne tenait pas à le perdre inutilement. Ainsi lui proposa t-il de l’aider dans sa quête en lui créant un « Cercle Magique de Téléportation » de manière à ce qu’il puisse parvenir à la capitale de l’Empire Reim, afin de s’entretenir avec la Magi de Reim. C’était la seule idée qui lui vint à l’esprit, du moins jusqu’à ce que lui et Yamuraiha ait pu convenir d’une discussion, car en effet, le Roi de Sindoria ne savait strictement rien sur l’origine de cette malédiction. Cela faisait bien un mois qu'il n'avait toujours rien trouvé. Il lui fallut donc consulter la magicienne pour lui demander de plus amples informations sur ce sortilège, mais aussi pour bénéficier de ses conseils qui, selon lui, s’avéraient toujours très juste. Il décida alors d'aller la voir après avoir terminé de remplir quelques dossiers. En effet, Sinbad faisait énormément confiance en Yamuraiha, si bien qu’il croyait toujours en la qualité de son expertise, sans parler des divers recherches qu’elle menait jour après jour pour Sindoria. Il savait alors qu’il pouvait toujours compter sur elle pour tout ce qui était lié à la magie.

C’est donc en se dirigeant vers son bureau qu’il constata qu’elle n’y était pas. Sinbad partit donc se renseigner auprès de plusieurs servants, avant de prendre par la suite la décision de se diriger vers la Forêt de Sindoria, là où il était plus probable de la retrouver d’après certains témoignages.

Sinbad avait d’ailleurs entendu dire que la Forêt de Sindoria était habité par un soit disant esprit. Pourtant, il n’avait jamais vu rien de tel lorsqu’il lui arrivait parfois de traîner aux alentours.

Ceci dit, il n’avait rien de plus à ce sujet, hormis quelques rumeurs qui lui parvenaient parfois dans certains rapports de patrouilles nocturnes, à croire qu’avec le temps cette légende devenait bien réelle. Ce fut donc une bonne opportunité pour lui de vérifier la véracité de cette rumeur, ou si elle était au contraire, qu’une fable pour effrayer les enfants du pays, ce qui était tout à fait possible.

Cependant, il ignorait encore ce qui pouvait bien se trouver dans cette forêt. Il marchait donc d’un pas assuré à travers la sylve, réfléchissant toujours à une solution au sujet d’Alibaba.

... Que pouvait-il bien faire pour aider le Prince de Balbadd ?



Spoiler:
 


Merci à Sosei, Imraan, Survival et Kohana pour m'avoir fait des avatars et un kit magnifique ♥️



۞ Présentation | Fiche Technique | Relations | Chronologie ۞


Dernière édition par Sinbad le Mer 8 Mar - 13:10, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


۞ 1ère apparition : 04/11/2016

۞ Rukhs : 21

۞ Localisation : Sindoria

avatar
Yamuraiha
MEMBRE DES 8 GENERAUX

MessageSujet: Re: Audience dans la Forêt de Sindoria [14/07/1002]   Dim 13 Nov - 21:48


Audience dans la Forêt de Sindoria

feat. Sinbad & Maeko



La fin de l'été arriverait bientôt et pourtant, il faisait toujours aussi chaud. A croire que cette saison ne s'achèverait jamais. Yamuhaira ne s'en plaignait pas, l'été était une très belle saison. C'était la période des fêtes – bien qu'à Sindoria, la période des fêtes avait tendance à s'éterniser chaque année jusqu'à l'été suivant. Si elle devait donner son avis, Yamuhaira dirait probablement qu'elle appréciait l'été, car c'était une saison vivante. Les gens ne restaient pas enfermés, étaient de bonne humeur. La plage était remplie et l'eau de la mer était chaude et calme. Les animaux sortaient facilement pour peu qu'ils puissent rester à l'abri du soleil. La forêt était un lieu parfait lorsque l'on voulait profiter du soleil sans brûler en plein cœur de la journée. C'était également un lieu magnifique. Et c'est justement ici qu'elle était venue se réfugier aujourd'hui.

Elle avait passé la journée dans son bureau. De même que la précédente et celle encore avant. Elle ne voyait pas grand monde dernièrement – elle ne se sentait de toute façon pas d'humeur à voir grand monde. Pour tout dire, elle avait l'impression d'être face à un mur. Comme si devant elle se dressait un mur immense, tellement grand et tellement solide qu'elle ne pouvait ni le franchir ni le briser. C'était terriblement frustrant. La cause de ce sentiment était que ses recherches n'aboutissaient pas. Elle n'avait pas l'habitude que quelque chose lui résiste. Pas lorsqu'il s'agissait de magie. Mais il fallait bien l'avouer, elle était dépassée. Mais le pire, c'était que les recherches en question ne concernaient pas qu'elle.

Il y a quelques temps déjà, Alibaba était arrivé à Sindoria, amenant avec lui une malédiction pour le moins problématique. Yamuraiha étant la meilleure magicienne du royaume, on lui avait demandé de l'aide. Si aujourd'hui elle savait à peu près de quoi était faite la malédiction et comment elle fonctionnait, elle était encore bien incapable de la lever sans mettre en danger Alibaba ou les habitants de Sindoria. Cela faisait maintenant un moment qu'elle travaillait dessus et chacune des solutions qu'elle trouvait représentait beaucoup trop de risques pour être sérieusement tentée. Alors de temps en temps, quand elle avait l'impression de devenir folle, elle mettait ça de côté et reprenait ses recherches personnelles. Cet après-midi, en à peine une heure, elle en avait plus avancé sur un nouveau sort qu'elle tentait de créer que sur la malédiction d'Alibaba au cours du dernier mois. Si cela faisait un bien fou d'aboutir enfin à quelque chose, la frustration d'être incapable de régler un problème si important que cette malédiction était toujours là. Alors dans une ultime tentative de se détendre, elle était sortie de son bureau.

Elle avait erré sur l'île un moment, sans vraiment réfléchir, appréciant juste le soleil et l'ambiance agréable qui régnait. C'est ainsi qu'elle se retrouva à l'entrée de la forêt. En cette période de l'année, les plantes présentaient presque toutes leur plus belle apparence. Où qu'elle regarde, ses yeux ses posaient sur le brun pâles des troncs, le vert flamboyant des feuilles et les innombrables couleurs des fleurs. Il y régnait un sentiment de calme. De paix. Alors elle s'y aventura.

Ce n'était pas la première fois qu'elle allait se promener dans cette forêt. C'était un lieu qu'elle aimait énormément. Il s'agissait d'un endroit calme où elle pouvait se reposer sans être dérangée par un villageois. Seuls quelques animaux venaient parfois lui tenir compagnie. Lorsqu'ils se laissaient approcher, elle les caressait. Sinon elle se contentait de les regarder. Il y avait également dans cette forêt une petite rivière où coulait une eau claire et douce. Le reflet du soleil à travers les feuilles la faisait briller de mille couleurs. C'était tellement beau que ça semblait presque irréel. Yamuraiha aimait se rendre à la cascade et écouter l'eau couler. C'était un son apaisant, reposant. Exactement ce dont elle avait besoin à cet instant.

Elle savait également qu'elle ne serait pas dérangée par un villageois perdu puisque, à cause d'une rumeur circulant en ville, plus personne n'osait s'aventurer dans la forêt. La rumeur voulait qu'elle soit hantée. Yamuhaira en doutait fortement. Et bien, il y avait certes quelque chose dans ces bois, quelque chose qui ne faisait partie ni de la flore ni des animaux de la forêt. Une présence qui lui semblait... humaine. Ce n'était certes pas ses talents de magicienne qui lui permettait d'affirmer cela. En effet, elle ne sentait en cette présence qu'une infime quantité de magoi, presque inexistante. Si c'était bien un humain, alors ce n'était certainement pas un magicien. Mais elle maintenait cette barrière au dessus de Sindoria depuis tellement longtemps qu'elle s'était habituée à repérer – certes vaguement – ce qui se trouvait à l'intérieur. Et si elle était certaine qu'il y avait effectivement quelque chose dans ces bois, elle ne croyait pas aux fantômes. Il ne pouvait donc s'agir que d'un humain.

Deux humains, en fait. Elle sentait deux humains dans la forêt actuellement. Il y avait cette présence qui semblait s'y être installée il y a quelques temps déjà, et une autre qui n'y était pas quand elle y est entrée. Une présence qu'elle connaissait bien. Elle se retourna vers la direction du nouveau venu et se mit en marche. Elle savait qu'il n'avait pas l'habitude de s'aventurer dans cette forêt et, si elle ne doutait pas une seule seconde de sa capacité à se défendre et à retrouver la sortie, elle était tout de même curieuse de savoir ce qui l'amenait ici. Avant même de le voir, sachant pertinemment qu'il allait apparaître d'une seconde à l'autre derrière ce grand arbre au tronc noueux qui se dressait à une vingtaine de mètres, elle lança :

« C'est rare de vous voir par ici, moi Roi. Quel bon vent vous amène ? »

Elle se planta devant lui dès qu'il fut dans son champ de vision et ajouta sur le ton de la plaisanterie :

« Vous êtes-vous perdu ? »

Elle savait parfaitement que ça n'était pas le cas. Sinbad ne se perdait jamais dans son propre royaume – sauf s'il avait trop bu, mais ça ne semblait pas être le cas.


© Erin E.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


۞ 1ère apparition : 16/09/2016

۞ Rukhs : 114

۞ Rukh rose : Personne

۞ Localisation : Forêt de Sindoria

avatar
Maeko
VAGABOND ET CHASSEUR

MessageSujet: Re: Audience dans la Forêt de Sindoria [14/07/1002]   Jeu 12 Jan - 11:56








Un parcours fléché





Guntar ! Viens voir ça ...



Depuis la veille, cette poignée de jeunes gens provenant d'un faubourg de Sindoria parcourait l'étendue verdoyante, foulant d'un pas assuré les sentiers sinueux les y menant, traversant d'épaisses broussailles,  puis campant au beau milieu d'une accueillante clairière. Parmi eux, la frêle Anastase, qui s'était parée de sa plus légère tunique, y associant de solides bottes de cuir clouté et un large manteau, verdâtre. C'était elle qui tenait l'idée d'aller mettre ce spectre au défi, d'affronter la légende et de prouver que cette idiotie fut sans fondement... Il était fort à parier qu'elle songeait également à gagner quelque récompense, fruit de sa chasse. Son amant la suivit, entraînant à sa suite son frère et deux compagnons, à la main lourde. Tandis que Guntar, l'amourette d'Anastase, était un pisteur averti comme son jeune frère, ayant déjà planté "par mégarde" quelques vadrouilleurs insouciants; les deux autres ne rivalisant pas à l'arc s'étaient trouvés de longs couteaux, attachés par la suite à leur large ceinture.

Ils étaient las et s'ils s'installèrent provisoirement au pied d'un vieux tilleul, Guntar partit en quête d'un endroit où évacuer son repas de la veille, par voie naturelle. Anastase, croyant en une fuite en amoureux, entreprit de le suivre quelques minutes plus tard, prétextant elle aussi une envie pressante. Les jeunes adultes assis ricanaient alors de l'infortuné Guntar qui se verrait surpris dans sa besogne. Écartant d'une main intrépide les branchages, il était un cœur amoureux et un corps tremblant d'excitation. Et ce fut là qu'elle comprit s'être perdue bien plus encore qu'elle ne l'avait présagé par son impatience. Face à elle, sur une ancienne souche de chêne vert, une jeune femme entourée de fourrure blanche s'était assise en tailleur, mains sur les chevilles, yeux fermés. Un seul rayon perçait du feuillage venant s'abattre sur le côté gauche de son visage, fournissant un éclat à sa boucle d'oreille de nacre. Le reflet aveugla quelques secondes Anastase qui trouvait un tel spectacle saisissant...



Guntar ! Viens voir ça ...


La Princesse des Bois était en communion avec sa Mère, sentant son propre pouls, sans que rien ne la contrariât. Un bruissement de feuilles, des pas foulant les brindilles sèches d'un été chaud et impitoyable... Et il n'y avait rien d'animal, Maeko le savait bien. Quand elle ouvrit ses yeux après avoir entendu cette cinglée piailler, elle fixa l'inconnue d'un regard vierge de toute émotion. Les intentions de la frileuse (car portant un manteau dans une période si peu fraîche) demeurèrent inconnues de prime abord, plus étonnée, interloquée que menaçante ou bienveillante. Alors que Maeko dévisageait avec insistance Anastase, celle-ci laissa son manteau tomber de ses épaules, affichant dans son dos un cimeterre recourbé et de bonne facture. Au même moment, Guntar, qui émergeait des broussailles, tentait de ses deux larges pattes de remettre en place ses braies. L'homme voyant la situation put se saisir de son arc dans son dos, affichant un sourire malsain, concentré sur sa cible immobile et impassible.

La fille à la fourrure blanche examinait la situation d'un air imperturbable. Pourtant, elle était sur le point d'être en joue et la jeune femme qui l'insultait, la maudissait, prenait déjà le cimeterre à deux mains. Désarmer la jeune femme d'un geste précis, esquiver son coup porté sur la droite dans un mouvement de surprise, fondre sur l'archer puis rouler sur le côté au dernier moment, se relever en un saut et se jeter à ses jambes pour effectuer une frappe précise le mettant à genoux, enchaîner sur la blonde se jetant sur son cimeterre en lui tranchant la gorge et... finir ce Guntar. Le plan était simple de conception, la rapidité et la surprise étaient de son côté. Elle apprendrait aux Hommes de Sindoria à craindre le courroux de la Nature. Cependant, un événement inattendu lui glaça le sang.




Hé, hé... Ah Anastase, on t'a entendu crier, tout s'passe bien, qu'est ce qui... Oh !



Cinq contre un. Le repli stratégique était salutaire, et deux d'entre eux avaient maintenant des arcs, même en engageant le combat, une flèche perdue signerait son arrêt de mort. Qu'importait vie ou trépas quand sa promesse était bafouée par la présence de ces menaçants êtres ? Anastase affichait un sourire carnassier et Guntar la visait sans sourciller, prêt à décocher au moindre mouvement. L'autre archer encochait sa flèche et les deux autres passèrent devant Guntar une fraction de seconde pour se placer face à elle. C'était sa chance. Maeko se cloua au sol avec une énergie redoublée par sa volonté de défaire ces intrus. La flèche partit et vint se ficher dans le tronc d'un noble figuier. Qui peut entendre la souffrance de cet arbre innocent ? Un bond vers la femme au cimeterre, un coup tranchant au bras, elle lâche son arme en grimaçant terriblement, deux esquives pour les deux hommes se lançant sur elle, dague en main, un pas sur la droite, un bond à gauche et finalement, la jugulaire. Guntar s'effondre, ses deux larges mains se tenant la gorge, empêchant le jet de sang bouillonnant de s'enfuir. Trop tard, le désespoir accable déjà Anastase qui s'écroule en hurlant à genoux.

Le spectre des bois préparait sa nouvelle action en jetant un oeil alentour, et vit le combat tourner en sa défaveur avec l'archer restant bientôt prêt à décocher et les deux autres hommes plutôt difficiles à berner une seconde fois. Ni une ni deux, elle se lança en petits bonds jusque dans les fourrés, prenant ensuite ses jambes à son cou, une quinzaine de mètres la séparait des agresseurs, des brigands, le cri de douleur d'Anastase résonnant toujours. Une vive douleur entama la jambe de la demoiselle. Maeko s'étala au sol en un roulé-boulé, poussant un petit cri, puis gémissant. Une flèche d'empennage rouge s'était fichée, et traversait sa jambe droite. Le sang coulait déjà à foison et la souffrance qu'elle ressentit alors fut si insupportable qu'elle sombra dans l'inconscience après avoir progressé de quelques mètres en rampant.




Touché ! Allons charcuter cette petite pute...



Mille excuses:
 



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


۞ 1ère apparition : 17/07/2016

۞ Rukhs : 410

۞ Rukh rose : Célibataire

۞ Localisation : Dans son Palais à Sindoria

avatar
Sinbad
GRAND ROI

MessageSujet: Re: Audience dans la Forêt de Sindoria [14/07/1002]   Mer 8 Mar - 13:37






۞ Audience dans la Forêt de Sindoria ۞

Une enfant blessée


feat. Sinbad, Maeko et Yamuraïha





Frustré par le fait qu’il n’avait toujours pas trouvé de solution au sujet d’Alibaba, le Roi espérait cependant s’entretenir avec Yamuraïha, afin de savoir s’il n’existait pas un autre moyen de lever cette malédiction, ou du moins d’en dissiper les effets, car il est vrai qu’il était assez fâcheux pour Sindoria de savoir que l’un des leurs se trouvait être manipulé, et qui s’avérait également être un possesseur de Djinn. Cet incident ne faisait décidément par parti de ses plans, et encore moins d’entrer en guerre avec un pays, tel que Magnostadt. Il faut également croire que le Roi des Sept Mers n’avait jamais eu affaire à de telle situation par le passé. Il était d’ailleurs perplexe, et à la fois agacé par l’origine de cette marque, et l’était d’autant plus lorsqu’il repensa aux informations que lui avait procuré Alibaba au cours de leur précédente discussion.

Il semblait d’ailleurs dans ses pensées lorsqu’un bruit vint soudain attirer son attention, le sortant ainsi de ses réflexions, tandis qu’il leva la tête pour dévisager son interlocutrice. Il put alors reconnaître la silhouette qui s’était présenté à lui, mais aussi par la tenue qu’elle portait habituellement en souvenir du passé. Il s’agissait bien de Yamuraïha, l’une des magiciennes les plus talentueuses de son ère, si bien qu’on la surnomma le Génie de Sindoria, tant sa réputation n’était plus à démontrer.

Se redressant pour lui faire face, le Roi croisa ses bras comme à son habitude, tout en esquissant un bref sourire. Il parut alors évident que Sinbad n’était pas de ceux qui se perdaient aussi facilement, et encore moins lorsqu’il s’agissait de son propre Royaume qu’il se devait de connaître jusqu’aux moindres plis.

Par ailleurs, Yamuraïha devait probablement se douter que la présence du souverain n’avait donc rien d’anodin, et qu’il ne venait jamais sans avoir une bonne raison. La jaugeant par la suite de son regard amical, il s’adressa à elle d’un ton calme, bien qu’il s’avérait très sérieux sans en avoir pourtant l’air.



« Oh, Yamuraïha ! A vrai dire, je suis venu ici pour vous demander conseil. J’ose alors espérer que ma présence ne vous dérange pas, mais il était difficile de vous contacter autrement, étant donné qu’il est presque impossible de vous voir sans avoir peur d’interrompre vos recherches ... »



« Cela peut toutefois attendre si vous avez plus important à faire, bien entendu. » fit-il, tout en insistant bien sur la fin, afin de lui faire comprendre qu’il s’agissait bien là d'un problème majeur, et qui jusqu’à présent représentait une menace pour Sindoria.

Il reprit ensuite son discours, tout en marchant, afin de se mettre à son niveau. Une fois dépassé, le Roi prit soudain un air sérieux, faisant ainsi régner un silence absolu, tandis qu’il se tenait à présent de dos.



« Il est d’ailleurs vrai qu’il est assez rare de me voir en dehors du Palais, mais il serait bien dommage de ne pas profiter d’une journée si paisible. Même un Roi aussi occupé soit-il, a bien le droit de se reposer, n’est-ce pas ? »

Une fois ceci dit, Sa Majesté semblait cependant préoccupé par autre chose qui ne tarda pas à arriver à leurs oreilles lorsque des cris se firent entendre au loin. Il lui sembla alors discerner quelques paroles.

« Touché ! Allons charcuter cette petite pute... »

Le regard aux aguets, Sa Majesté attendit un instant avant d’aller voir d’où provenait ce bruit, et c’est en mettant sa main sur la garde de son épée -dans le cas où le « danger » se manifesterait devant eux- que le Roi avança prudemment, tout en dégageant les broussailles sur son chemin. Son regard vacilla soudain à la vue d’une silhouette, ou plutôt d’une ombre. Elle... Rampait... ?



« Qu’est-ce qu-... Une enfant ? »

Sa Majesté vint soudain s’agenouiller comme pour essayer de lui venir en aide, mais il ne put cependant lui demander quoi que ce soit, étant donné que la fillette tomba dans l’inconscience, faute d’avoir perdu trop de sang, car oui, l’odeur pouvait se sentir jusqu’ici, tant elle en était recouverte. Se pourrait-il qu’il s’agissait du sang de ses poursuivants ? Sinbad l’ignorait.



« Cette fillette perd beaucoup trop de sang... A ce rythme, elle va-... » pensa t-il, tandis qu’il examinait rapidement sa blessure.

En effet, la fillette semblait gravement blessée, si bien qu’elle perdait beaucoup de sang au niveau de sa jambe. Il entreprit alors de déchirer un bout de sa toge, afin de recouvrir la blessure à l’aide d’un bandage qui lui servirait temporairement à arrêter l’hémorragie, tout en faisant attention à ne pas appuyer sur sa plaie, tandis que la flèche était toujours enfoncée dans sa chair.

Des bruits de pas se firent bientôt entendre, et c’est en confiant la petite à Yamuraiha qu'il se plaça ensuite devant elles comme pour faire face aux ennemis qui n’allait pas tarder à venir. Il prit ensuite la parole d'un regard intransigeant.



« Qui êtes-vous ? Montrez-vous... ! »

A cet instant, il ne faisait aucun doute que le Roi n’était plus d’humeur à plaisanter, et qu’il ne tolérait en aucun cas les meurtres dans son Royaume. Il espérait pour eux qu’ils disposaient d'une bonne excuse. Auquel cas, il était alors probable qu'ils ne puissent jamais ressortir de son pays.


Merci à Sosei, Imraan, Survival et Kohana pour m'avoir fait des avatars et un kit magnifique ♥️



۞ Présentation | Fiche Technique | Relations | Chronologie ۞


Dernière édition par Sinbad le Dim 25 Juin - 19:53, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


۞ 1ère apparition : 04/11/2016

۞ Rukhs : 21

۞ Localisation : Sindoria

avatar
Yamuraiha
MEMBRE DES 8 GENERAUX

MessageSujet: Re: Audience dans la Forêt de Sindoria [14/07/1002]   Lun 12 Juin - 19:30


Audience dans la Forêt de Sindoria

feat. Sinbad & Maeko



Le fait que Sinbad n’ai pas l’air surpris de la voir apparaître confirma ce qu’elle pensait : il était venu pour la voir, il savait qu’il la trouverait ici. Par contre, son excuse pour venir la trouver pendant son temps de pause l’énerva quelque peu.

« Si vous preniez l’habitude de frapper à la porte avant d’entrer, il n’y aurait aucun problème à venir me voir dans mon bureau pendant que je travaille. C’est parce que vous ne frappez jamais que cela pose problème. »

Combien de fois avait-il ruiné un sortilège sur lequel elle avait travaillé peudant des heures avant de décider de l'essayer enfin, en la surprenant ou en perturbant l'équilibre de la pièce ?

Mais devant l’air grave de son Roi, et devant son insistance à peine voilée, elle décida à son tour de devenir sérieuse. Elle le connaissait suffisamment pour savoir que s’il venait la trouver lui-même en plein milieu de la forêt pour lui demander de l’aide, alors le sujet était grave. Elle pensait savoir de quoi il s’agissait, mais préféra le laisser s’expliquer. Alors elle répondit simplement :

« Bien sûr que vous ne me dérangez pas. C’est toujours un plaisir de pouvoir venir en aide à mon Roi, sans oublier que cela fait également partie de mon travail. J’étais actuellement en train de faire une pause dans mes recherches, de toute façon. »

Elle fit une pause dans son discours et se concentra sur trois choses qu’elle venait de remarquer. Cinq personnes étaient entrée dans la forêt pendant qu’elle était concentrée sur Sinbad. Mais ce fait seul n’était pas improbable ni-même étrange : certains jeunes aimaient s’y aventurer afin d’essayer de trouver ce qu’ils considéraient comme étant un fantôme. Ce qui l’était d’avantage, c’est que ces cinq personnes-là avaient rejoint la présence habituelle de la forêt – le fameux ‘fantôme’. Encore plus déroutant, ces six personnes se trouvaient actuellement à quelques centaines de mètres de Sinbad et elle. Comment a-t-elle pu ne pas s’en rendre compte plus tôt ? Voyant que son Roi était toujours devant elle, elle repris la discussion, tout en faisant attention à ne pas se faire surprendre à nouveau.

« Alors, en quoi puis-je vous aider ? »

Sinbad se rapprocha alors d’elle mais ne s’arrêta pas à son niveau : au contraire, il continua d’avancer et la dépassa. Elle se retourna et regarda le dos de l’homme qui se remit à parler.

Mais Yamuhaira ne l’écoutait déjà plus. Quelque chose dans ces ‘présences’ qu’elle sentait la dérangeait. Elles s’agitaient, s’approchaient et s’éloignaient, semblaient danser ou… se battre… Etait-ce une bagarre ? L’une d’entre elle s’éloigna des autres. Trois la suivirent, très vite. Pourquoi s’étaient-ils séparés ? Ils la poursuivaient ? Celle qui s’était enfuie était une présence qu’elle connaissait bien, car elle avait à présent l’habitude de la sentir.

Elle remarqua vaguement que Sinbad s’était tu et avait pris une position d’écoute, concentré sur un point devant lui. Il avait dû remarquer qu’il se passait quelque chose d’étrange. Ce n’était pas étonnant : il était l’une des personnes les plus ouvertes à leur environnement qu’elle connaissait, il avait toujours été le premier à sentir ce genre de choses. Sans le bouclier qui lui permettait de ressentir ce qui se trouvait à l’intérieur du royaume, Yamuraiha ne s’en serait probablement pas rendu compte. Elle s’approcha de lui et se mit à son niveau.

« Alors vous vous en êtes rendu compte. J’ai senti des humains entrer dans la forêt il y a peu. Ils se sont approché d’une présence qui y vit habituellement… C’est la première fois que quelqu’un s’en approche. Ils ne sont pas loin de nous. »

A peine eut-elle terminé sa phrase qu’elle entendit hurler :

« Touché ! Allons charcuter cette petite pute... »

Cela sentait le danger à plein nez. A côté d’elle, Sinbad prit une position défensive, la main prête à dégainer. Yamuraiha agrippa son bâton et lança rapidement un sort de reconnaissance afin de trouver la direction exacte des personnes qu’elle sentait et d’essayer d’obtenir quelques informations sur ce qu’il se passait. Elle n’aima pas ce que le sort lui rapporta.

« Les plus proches sont de ce côté-là, à quelques mètres de nous. Ils sont quatre et ils se rapprochent à une vitesse qui laisse supposer qu’ils courent. Deux autres sont restés plus loin, dont un me paraît étrange... L’un d’eux est probablement blessé. Grièvement. »

Elle réunit ses Rukh dans le catalyseur de son bâton et se tint prête à intervenir. Elle savait que Sinbad était aux aguets, prêt à attaquer ou défendre en fonction de ce qui allait leur tomber dessus.

Un peu plus tôt, ‘l’esprit de la forêt’ avait semblé ralentir considérablement : il avait été blessé. Soudain, quelqu’un apparut, à quelques mètres sur leur gauche : une jeune fille, à terre. C’était elle. Sinbad l’avait vue également, puisqu’il dit d’une voix surprise :

« Qu’est-ce qu-... Une enfant ? »

Sur ces mots, il sembla retrouver ses esprits et s’élança vers elle, immédiatement suivi par la magicienne. Il s’agissait effectivement d’une jeune fille, une adolescente probablement. Lorsque Sinbad la rejoint, elle ne réagit pas, ce qui laissait supposer qu’elle était inconsciente. Une flèche sortait de sa jambe et le sang s’écoulait rapidement de la blessure. Beaucoup trop rapidement, remarqua Yamuraiha. Elle vit Sinbad commencer à déchirer ses vêtements afin de les utiliser pour essayer de ralentir l’hémorragie. Ce n’était pas une mauvaise idée, mais ce n’était pas la meilleure non plus, et Yamuraiha le poussa et jeta le tissus.

« Quelle idée ! Vous utilisez votre vêtements après vous être promené dans la forêt ! Avez-vous la moindre idée de la boue que vous avez pu récupérer ici ? Et des plantes que vous avez touchées ? Et si vous appuyez ainsi, vous risquez de faire bouger la flèche et d’aggraver sa blessure ! »

Sinbad sembla à peine la voir, il ne regardait plus que la jeune fille devant lui.

« Cette fillette perd beaucoup trop de sang... A ce rythme, elle va-... »

Sinbad était un homme fidèle aux légendes et histoire qui circulaient sur lui dans le monde entier. Mais il était humain et comme tout le monde, il avait des défauts, que peu connaissaient vraiment. Ceci était l'un de ses plus gros défauts : il perdait facilement tout ses moyens si un de ses sujets était sérieusement blessé. Alors rien d'autre n'avait d'importance à ses yeux. Yamuraiha le poussa à nouveau, à la fois pour prendre sa place auprès de la jeune fille et pour l’aider à se calmer. Elle avait besoin qu’il soit capable de réfléchir. D’abord, il fallait l’éloigner de la blessée. Tout en commençant à évaluer à l’aide d’un sortilège rapide l’état de la jeune fille, elle expliqua :

« Elle est celle que la rumeur appelle L’Esprit de la forêt. Le soi-disant fantôme. Mais ce n’est qu’une humaine, finalement. Elle a été attaquée, ils sont cinq un peu plus loin devant. Allez-y, je vais m’occuper d’elle. Je vous rejoint dès que possible. »

Cela fonctionna. Il se calma immédiatement et sembla se remettre à analyser la situation. Parfait. Puis il regarda dans la direction indiquée et se tourna à nouveau vers Yamuraiha avant de partir. Dans son regard, elle put voir toute sa détermination et sa colère. Il comprenait le danger, elle en était certaine. Elle espérait juste qu’il n’en ferait pas trop.

Dès qu’il fut parti, elle se concentra entièrement sur la jeune fille. Entièrement, parce qu’elle faisait confiance à Sinbad pour s’occuper de ses poursuivants. A part sa blessure à la jambe, elle semblait relativement indemne. Yamuraiha réfléchissait rapidement. Elle devait retirer la flèche et jeter immédiatement un sort pour refermer la blessure, au moins assez pour stopper l’hémorragie. Il lui fallait un sort pour soigner. L’eau pour nettoyer et protéger. L’eau et le son pour guider le sang vers l’intérieur du corps et non la blessure. L'eau et la vie pour aider les cellules à se réparer plus rapidement. Dans le pire des cas, le feu pourrait cautériser. La magicienne enleva d’un coup la flèche de la jambe de la jeune fille et se mit au travail.

Spoiler:
 


© Erin E.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


۞ 1ère apparition : 16/09/2016

۞ Rukhs : 114

۞ Rukh rose : Personne

۞ Localisation : Forêt de Sindoria

avatar
Maeko
VAGABOND ET CHASSEUR

MessageSujet: Re: Audience dans la Forêt de Sindoria [14/07/1002]   Mar 13 Juin - 14:00








Sème-la-Mort






Guntar ferma les yeux. Agonisant aux pieds de celle qu'il convoita durant toute son existence, il convulsa jusqu'à ce que le doux baiser de la mort ne mît fin à son calvaire. Le sang avait jailli de sa gorge avec une pression forte, couvrant même la pauvre Anastase. Celle-ci s'était effondrée alors, hurlant de douleur, prises de sanglots, tenant la tête à moitié détachée du corps. La scène fut macabre et les pleurs de la demoiselle ajoutait encore une dimension pitoyable. Maeko avait occis, sans qu'elle n'en fût réellement au courant. Elle avait été tel un animal pourchassé, pourvue d'instincts terribles. Si cela n'avait pas été lui, Maeko aurait goûté à l'amertume d'une flèche sûrement mieux placée. Pourtant, qui aurait pleuré sa disparition, sinon sa Mère Nature et les arbres proches ? L'on ne se souciait pas d'une vie d'ermite, mais l'ermite se souciait de la vie.

Les trois autres hommes, dont le frère du décédé, étaient toujours à la poursuite de la sauvageonne, bien décidés à lui faire payer son odieux forfait. Elle ne devait plus être trop loin, et tous espéraient la savoir encore consciente pour la faire chanter. La jeune fille hurlerait à la mort, les suppliant d'abréger ses souffrances et alors seulement... ils daigneraient l'égorger lentement, pour la voir s'étouffer dans son propre sang. Elle avait brisé la vie de deux êtres, son sort était scellé. Croyant tomber rapidement sur la fillette, ils tombèrent tous trois dague à la main sur un imposant personnage. L'homme était richement vêtu de blanc et violet, de longs cheveux de même couleur tombant sur sa nuque et le plus frappant était ce nombre incroyable de bijoux et de babioles qu'il portait. Attiré par le gain, Ert, ce frère en deuil, s'avança d'un ton menaçant, uniquement focalisé sur cet or si facilement accessible.


«Bah alors, mon grand, t'as beau être bien foutu, on est trois et tu es seul, donne nous tout ton or et tes si précieux bijoux. Haha, si c'est pas le karma ça, la petite pute nous échappe et on tombe sur un marchand fortuné sans défense »

Le terme sans défense lui resta finalement coincé dans la gorge quand il découvrit que l'homme possédait une épée et que son regard se figeait sur eux. Il tressaillit un instant. L'instant, les trois compagnons virent plus loin une femme accroupie à la chevelure bleue délicate et aux formes pour le moins alléchantes. Ert se voyait déjà chevaucher cette belle jument puis il la vit ! Dans ses bras se trouvait la jeune fille, la sanguinaire qui avait déchiré la gorge de Guntar. Son sang ne fit qu'un tour et sa main se crispa davantage sur sa dague. Même l'étrange marchand ne comptait plus. Vengeance, la peur invoque la peur, la haine sème la haine, le sang appelle le sang. Ert fit un pas en avant bien décidé à charcuter et l'ermite et sa guérisseuse. Son regard en disait long sur ses pulsions meurtrières. Les deux autres restèrent en retrait, lorsqu'un de deux attrapa rapidement sa bourse et fit rouler une pièce d'argent entre ses doigts avec dextérité. Il attrapa alors l'épaule d'Ert pour le freiner avant qu'il ne passât devant ce "marchand".


« Ert, mais t'es malade, c'est pas un marchand ce mec là, il a sa gueule sur toutes les pièces de monnaie, regarde ! C'est... C'est le Roi Sinbad !»

L'ambiance devint électrique et les trois hommes furent glacés d'effroi. Non seulement, cette salope avait occis un des leurs mais Sinbad était ici, et ils étaient bien au courant que leurs activités lucratives n'étaient pas en très bon accord avec la loi. Ert lâcha instantanément sa dague et se jeta aux pieds du souverain. Les deux autres à l'arrière jetèrent leurs armes à terre de même, mais firent quelques pas en arrière, sans pouvoir fuir, hypnotisés par la prestance que dégageait l'homme aux cheveux violets. Essayant un salut avec ses bras, la face contre terre, Ert prit un ton pitoyable, visiblement mort de peur, bien que la rage en lui ne se dissipât pas.


« Messire, je vous en prie, laissez nous cette garce que votre compagnonne soigne là-bas. Nous nous excusons de vous avoir mal jugé, nous ne pensions pas à mal, pardonnez nos bravades mais par dessus tout, laissez nous avec la jeune sauvageonne. Elle nous a attaqués et a mis fin aux jours de mon propre frère ! »


Alors que quelques larmes coulaient déjà sur les joues du jeune Ert, plus loin, une vie s'éteignit encore. Anastase, ne souffrant plus de la vue de son conjoint quasi décapité, s'enfonça son cimeterre au plus profond de ses entrailles, gémissant seule, s'effondrant dans une gerbe de sang, sur le corps de Guntar. La magicienne allait très certainement s'apercevoir de cette nouvelle perte. Le Roi, lui, allait très certainement saisir ces trois garçons qui, plus animés par la haine et par la peur, ont visiblement des choses à se reprocher. Maeko, elle était toujours inconsciente, alors que la magicienne s'attelait à la soigner, ayant déjà ôté la flèche avec une précision chirurgicale, aucun doute que la blessure serait traitée efficacement.





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


۞ 1ère apparition : 17/07/2016

۞ Rukhs : 410

۞ Rukh rose : Célibataire

۞ Localisation : Dans son Palais à Sindoria

avatar
Sinbad
GRAND ROI

MessageSujet: Re: Audience dans la Forêt de Sindoria [14/07/1002]   Dim 25 Juin - 23:44






۞ Audience dans la Forêt de Sindoria ۞

l'Autorité du Roi des Sept Mers


feat. Sinbad, Maeko et Yamuraïha





Il est vrai que lorsqu’il avait besoin de conseils, celui-ci avait pour habitude de rendre visite à Yamuraïha, même s’il arrivait parfois qu’un incident survient, faute de ne jamais frapper à la porte avant d’entrer. Ce fut d’ailleurs l’une de ses mauvaises manières lorsqu’il souhaitait voir quelqu’un de toute urgence. Cela ne fut pourtant pas sans conséquences, si bien qu’il lui arrive parfois de la déranger en pleine leçon, ou encore de la surprendre au mauvais moment alors qu’elle venait de mettre au point un sortilège qu’elle venait tout juste de découvrir... Ce qui au final, la mettait souvent dans une colère noire. Se retenant presque de le congédier de la pire façon qui soit. Ce n’était donc pas étonnant qu’elle se permettait de lui faire une remarque à ce sujet.

D’autant plus que cela était compréhensible qu’elle n’appréciait que très peu ses excuses, étant donné qu’il aurait pu lui rendre visite en dehors de ses occupations, ou du moins de la prévenir de son arrivée quelques jours auparavant, au lieu de le faire systématiquement au dernier moment lorsque cela lui plaisait. Ce qui lui éviterait alors d’avoir ce genre de remontrances, ou ne serait-ce que des situations embarrassantes comme celle-ci.

Anecdotes:
 

Ce n’est lorsqu’elle lui informa qu’ils n’étaient pas seuls que le Roi mit tous ses sens aux aguets, tendant l’oreille, alors qu’un bruit venant des broussailles venait de se faire entendre, suivi d’un hurlement, auquel on pouvait supposer qu’il s’agissait d’un groupe de poursuivants, probablement ce dont lui avait informé Yamuraiha, quelques instants auparavant.

Curieux de savoir ce qu’il se passait. Sinbad s’avança d’un pas prudent jusqu’à ce qu’il ne parvienne à voir une petite silhouette gisant au sol, et dont le sang était encore bien frais. Il s’agissait-là d’une jeune fille dont la tenue lui paraissait très étrange, mais le Roi s’attarda sur quelque chose de plus alarmant. Elle était apparemment blessée d’une flèche, dont cette dernière semblait avoir traversé sa jambe, ce qui expliqua pourquoi elle perdait autant de sang...

Pris dans un élan de panique suite à cette détresse, notre Roi cru alors bien faire en déchirant un morceau de sa tenue, pensant lui panser la blessure de façon temporaire, tout en arrêtant l’hémorragie. Il n’eut cependant guère le temps de l’appliquer que la magicienne le repoussa, tout en jetant son bandage de fortune, lui criant par la suite qu’il était assez bête de vouloir l’aider de cette façon alors qu’il pensait seulement bien faire...

Sinbad n’était pourtant pas un homme parfait, ni un Roi des plus réfléchis lorsqu’il s’agissait de son pays, ou que l’on venait à user de la violence devant lui. C’était en effet l’un de ses plus grands défauts. Il ne semblait d’ailleurs pas faire attention à Yamuraiha qui s’était placé à côté de lui, alors qu’il regardait scrupuleusement l’état de la fillette qui semblait tant l’inquiéter, murmurant qu’elle risquait de mourir si personne ne lui venait en aide.

Sur ces mots, Sinbad serra fortement ses dents, tant il semblait remonté contre le ou les responsables de ce crime. D’autant plus que cela ressemblait à une chasse à l’homme, dont il était normalement interdit de pratiquer d’après les lois de Sindoria, et ce qu’importe la raison de cette chasse à proprement dite. Mais peu importe de qui il pouvait bien s’agir puisqu’il allait définitivement leur apprendre les bonnes manières.

Il s’est d’ailleurs promis de ne pas laisser ce crime impuni jusqu’à ce qu’il ne les aient tous trouvé, les faisant ensuite repentir de leurs crimes en public, de sorte à en faire des exemples. Il parut alors évident que Sinbad était en colère, étant donné qu’il ne tolérait aucune violence au sein de son pays. Ce n’était donc pas aujourd’hui qu’il allait laisser ces criminels en liberté, sans qu’ils n’aient à subir la justice du Roi. C’est à cet instant que Yamuraiha s’adressa à lui, l’aidant par la même occasion à se ressaisir, alors qu’il se relevait tout doucement. Le regard quelque peu hésitant, suite à l’excès de rage qu’il ressentait.

« Elle est celle que la rumeur appelle L’Esprit de la forêt. Le soi-disant fantôme. Mais ce n’est qu’une humaine, finalement. Elle a été attaquée, ils sont cinq un peu plus loin devant. Allez-y, je vais m’occuper d’elle. Je vous rejoint dès que possible. »

Elle lui informa qu’elle le rejoindrait au plus vite, après s’être sûrement assurée de son état, mais Sinbad ne semblait pas l’entendre de cette oreille, tant il paraissait indisposé à écouter qui que ce soit. C’est donc en se plaçant devant elles qu’il fixa une dernière fois Yamuraiha, l’air de dire qu’il avait bien l’intention de s’en occuper à lui seul.

A cet instant, son regard semblait animé d’une étrange lueur, comme si ses yeux reflétaient une marée, dont il était désormais impossible d’arrêter, tant son regard pouvait s’avérer intransigeant et autoritaire envers ceux qui auraient l’impertinence de le défier...

Sans plus attendre, Sin’ s’éloigna et se dirigea vers l’endroit où se situait les trois poursuivants. Il s’arrêta ensuite au bout de quelques pas, les jaugeant du regard, alors que l’un d’entre-eux se décida de le menacer, le prenant alors pour un marchand « sans défenses » pendant que son regard se focalisa sur ses innombrables bijoux.

Sans doute était-il aveuglé par la cupidité, ou bien était-il trop stupide pour se rendre compte qu’il venait de s’en prendre au Roi de Sindoria ? Toujours est-il que cet homme avait décidément bien du culot de s’adresser à lui de cette manière. Il lui parut alors évident qu’ils n’avaient pas encore conscience de leurs erreurs. Pourtant, Sinbad ne répondit pas à la provocation, bien qu’une tension se faisait néanmoins ressentir, signe qu’il n’avait plus de patience depuis bien longtemps.

L’homme s’apprêtait donc à le dépasser lorsqu’un de ses compagnons vint subitement le retenir par l’épaule, ayant visiblement remarqué leurs erreurs. Il lui signalait par la suite qu’il s’agissait du Roi en personne et qu’il ne s’agissait donc pas d’un marchand comme il semblait le croire. Ce qui les firent un instant tressaillir avant de vite s’agenouiller à ses pieds. L’homme, qui se faisait appeler par Ert, prit ensuite un ton misérable, tentant d’expliquer au Roi ce qui s’était visiblement passé.

... Quant aux deux autres, ils lâchèrent subitement leurs armes après avoir reculé de quelques pas. Ils avaient l’air bien trop intimidés et apeurés pour pouvoir faire quoi que ce soit, d’autant plus que Sinbad ne les aurait pas laissés s’enfuir.

Ce dernier lui déclara alors qu’il souhaitait se venger de la mort d’un de ses compagnons que la fillette avait apparemment tuées, mais le Roi demeura silencieux à sa requête et ce, malgré que l’homme lui supplia d’un air lamentable. Pleurant la mort d’un de ses proches à s'en déchiqueter les yeux, alors que le jeune homme semblait visiblement empli de rage pour cette fillette qu’il jugeait auparavant de « garce » et de « petite pute ».

A sa déclaration, le Roi ne fit aucun geste et n’avait réagi à aucune de ses supplications. Seul son regard impétueux demeurait. Ignorant au passage la peine du jeune Ert, Sinbad avait pourtant pris sa décision. Et rien, ni personne ne pouvait lui faire changer d’avis. Et si ces derniers ne l’approuvaient pas, il n’aurait alors aucune pitié à leur faire comprendre qu’il était impossible de contester la volonté d’un Roi. De même qu’il était assez sot de croire qu’il était possible de négocier quoi que ce soit en sa présence, surtout lorsqu’on avait l’outrecuidance de commettre des méfaits dont il jugeait inexcusables.

Aucun crime n’était toléré à Sindoria. Pas même les délits mineurs et autres activités illégales qui pouvait être liés au vol, à la prostitution, ou encore à toutes tentatives de meurtres, sous peine d’exil. C’était la loi. Et Sinbad était bien exigeant là-dessus. C’est donc d’un ton ferme et glacial qu’il s’adressa à lui.



« Croyez-vous simplement être en droit d’exiger quoi que ce soit ? »

On pouvait alors sentir toute la tension que pouvait provoquer l’autorité d’un Roi, lorsque celui-ci était irrité par tant de grossièretés.



« Sachez, jeune homme, qu’il m’est impossible d’accéder à votre demande. Je ne peux donc vous livrer cette fille que vous qualifiez de sauvageonne. Et ce, malgré le fait qu’elle ait pu occire l’un des vôtres. Elle sera par conséquent soumise à la loi de Sindoria. Je vous déconseille donc de tenter quoi que ce soit qui puisse être en votre défaveur. »



« Partez immédiatement. » concluait-il d’un ton cinglant, signe que sa décision était irrévocable.


Merci à Sosei, Imraan, Survival et Kohana pour m'avoir fait des avatars et un kit magnifique ♥️



۞ Présentation | Fiche Technique | Relations | Chronologie ۞
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


۞ 1ère apparition : 04/11/2016

۞ Rukhs : 21

۞ Localisation : Sindoria

avatar
Yamuraiha
MEMBRE DES 8 GENERAUX

MessageSujet: Re: Audience dans la Forêt de Sindoria [14/07/1002]   Mar 4 Juil - 22:15


Audience dans la Forêt de Sindoria

feat. Sinbad & Maeko



Alors qu’elle soignait la jeune fille, Yamuraiha sentit vaguement une deuxième présence vaciller. Sur les cinq personnes que Sinbad poursuivait, deux étaient probablement déjà mortes. Elle s’efforça de laisser cette pensée de côté. Elle devait soigner cette jeune fille et elle avait besoin de toute sa concentration pour le faire. Le Roi était tout à fait capable de se défendre et de gérer la situation. Quand, enfin, l’inconnue sembla hors de danger, Yamuraiha se permit de ralentir le flot des Rukh qu’elle utilisait et s’autorisa à vérifier la position de Sinbad et des autres humains. Le Roi était à quelques centaines de mètres d’elle, présence habituelle et stable, rassurante. Trois autres se trouvaient à quelques pas de lui, mais ne bougeaient pas. Ils n’avaient en tout cas pas l’air de se battre. Elle ne ressentait pas non plus la magie des Djinns de Sinbad. Elle en conclut que la situation n’était pas assez sérieuse pour qu’il les utilise. Deux autres présences, à quelques dizaines de mètres de Sinbad étaient immobiles et présentaient le vide habituel des corps sans vie. Ils étaient effectivement déjà morts. Donc seule la jeune fille qu’elle était en train de soigner avait actuellement réellement besoin d’aide. Elle se concentra donc à nouveau sur elle afin de finir le travail.

Cela prit quelques minutes mais, finalement, la plaie se referma. Il resterait une cicatrice pour laquelle la magicienne ne pouvait rien faire. Elle lança un nouveau sortilège de détection sur la jeune fille pour s’assurer qu’il n’y avait aucune blessure interne ou qu’elle aurait pu manquer. Elle ne trouva rien. Elle respirait correctement et son pouls était normal. Yamuraiha soupira et se redressa. Elle bougea la jeune fille pour la mettre dans une position plus agréable. Elle faisait confiance à Sinbad pour gérer la situation, puisque personne d’autre n’était blessé. Elle serait là quand sa patiente se réveillerait.

Lorsqu’elle l’eut allongée sur le dos, dans une position plus confortable que celle dans laquelle elle était pendant qu’elle la soignait, elle s’autorisa à la regarder plus attentivement. Elle avait devant elle une jeune fille, ayant probablement plus de seize ans, mais certainement moins de vingt.  Au vu de son apparence et de ses vêtements, elle vivait probablement dans la forêt depuis quelques temps déjà. Elle semblait bien être l’esprit donc parlait la rumeur, mais elle n’avait en réalité rien d’un esprit. Il s’agissait simplement d’une humaine. Elle n’avait jamais semblé dangereuse, ni même particulièrement violente jusqu’à présent. Mais Yamuraiha était bien obligée de reconnaître qu’ils avaient à présent deux morts sur les bras, et qu’ils avaient bien failli en avoir une troisième. Il allait leur falloir comprendre ce qu’il venait de se passer et régler cette affaire de la meilleure façon et au plus vite. Elle savait que Sinbad était probablement déjà en train d’y réfléchir, vu qu’il paraissait avoir à peu près réglé la situation avec les trois autres. Elle était curieuse de savoir ce qui avait bien pu se passer, et c’était une question qu’elle poserait rapidement à la jeune fille lorsqu’elle se réveillerait. Ce que ne devrait plus tarder, semblerait-il.

Yamuraiha lui laissa le temps de revenir à elle et de reprendre ses esprits. Elle savait qu’elle n’était plus blessée, mais qu’elle risquait d’être désorientée au vu de ce qu’il venait de se passer. Dès que la jeune fille parut capable de réfléchir, Yamuraiha décida de prendre la parole. Elle n’avait ni le temps ni les moyens de se permettre de la laisser paniquer et s’enfuir.

« Je vois que tu es réveillée. Je viens de te soigner, mais tu as perdu beaucoup de sang, alors tu ferais mieux de ne pas trop t’agiter. Bien sûr, je te déconseille d’essayer de courir, tu risquerait de tomber. »

En effet, l’anémie faisant suite à une perte trop importante de sang avait souvent ce genre d’effet sur quelqu’un.

« Je m’appelle Yamuraiha, je suis l’une des généraux de Sindoria. Quel est ton nom ? »

Tout d’abord, prendre connaissance de l’identité de la personne. Un nom à lui seul peut contenir beaucoup d’informations.

« Tu était blessée. Que s’est-il passé? Ah ! Ne t’inquiète pas, les gens qui te poursuivaient ont été arrêtés. »

Prendre connaissance de la situation et des faits qui venaient de se déroulaient était l’étape suivant. Le point de vue de quelqu’un qui avait vécu les faits était primordial, surtout que celui de la jeune fille serait probablement totalement différent de celui de ses poursuivants. Il était également important de la rassurer vis-à-vis du fait que ces derniers ne représentaient plus aucun danger.

« Tu es en sécurité maintenant, mais j’ai besoin que tu m’aides à comprendre ce qu’il s’est passé. »


© Erin E.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Audience dans la Forêt de Sindoria [14/07/1002]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Une Ame perdue dans la forêt de Cendre [Pv Nuage de Cendres]
» Dans la forêt de la nuit
» Dans la forêt.
» Une petite leçon dans la forêt
» La forêt de Lalwende

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
MAGI RPG ::  Océans  :: Sindoria :: Zones extérieures :: Forêt environnante-
Sauter vers: