AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Hassan Khieredinne "Marvellous !" [Terminée]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


avatar
Invité
Invité

MessageSujet: Hassan Khieredinne "Marvellous !" [Terminée]   Dim 19 Fév - 22:24





Hassan Khieredinne


Feat. God Serena

Identité


ÂGE : 30 années
DATE DE NAISSANCE : Né le 1 Safar 972 à Parthevia
SEXE DU PERSONNAGE : ♂
ORIENTATION SEXUELLE : Hétérosexuel
CAMP : Neutre
GROUPE : Voyageur (Originaire de Parthevia)
STATUT : Nettoyeur de Donjon
CAPACITÉ(S) : Hassan est le conquérant du 33ème Donjon : Gaap. Esprit de la Révolte et de l’Indifférence, Gaap est un Djinn utilisant la Strength Magic et conférant à son Roi sa forme et son pouvoir. Il est contenu dans le Disque d’Acier que possède Hassan à son dos.

Il a aussi de bonnes bases de combat à mains nus étant donné son passif ainsi qu’une bonne maîtrise de cette drôle d’arme lui servant d’Ecrin Enchanté. De par son titre de "Voyageur", Hassan a aussi pu maîtriser ce qu'ils appelles "Ki" dans l'Extrême-Orient. Bien sûr, il s'agit ni plus ni moins que de la Manipulation de Magoi, rendant les coups d'Hassan beaucoup plus destructeurs.

Descriptions


Physique :

Spoiler:
 

Hassan Khieredinne. La stature de cet extravagant personnage n’est pas anodine. Un homme bâti par son passif et taillé pour être à la hauteur, littéralement. D'un point de vue général, notre protagoniste est un homme basique, c'est-à-dire qu'il possède une silhouette dans les normes humaines. Il atteint la bonne taille d’un mètre quatre-vingt-seize, ce gabarit plus qu'adéquat pour un forban pesant aux environs de soixante-quinze kilogrammes. Pour être plus explicite, Hassan possède une musculature sèche, un corps athlétique, tout simplement. Striés à certains endroits, son corps a été travaillé naturellement, à cause des conditions de vie qu’il devait subir dans son enfance. Des pectoraux, biceps et autres muscles que je ne citerais pas. Il est comme dessiné, sans trop d’exagération, évidemment, pour lutter avec son corps, l’arme naturelle de tout homme.

Pour décortiquer ce physique atypique, s'attaquer au trait de son faciès serait la première étape à cet exercice. Un visage dérisoire et moqueur, de par sa forme, premièrement. Son portrait est arrondi, avec un menton légèrement pointu. Cette forme de tête ne projette qu'une image hilarante du personnage, ce qui colle, je l’avoue, à sa mentalité déjantée. Hassan, au-delà de ce qu'il dégage, peut être perçu comme un fanfaron. Toujours dans les extrêmes, briser cette joie naturelle est hardi mais, une fois l’exploit fait, le changement peut être brutal. Plus explicitement, l'expression du Conquérant de Gaap en colère n’est pas facile à observer. Intimidant, le regard fixe et droit vers celui ou ceux qui ont déclenchés cette réaction, il ne vaut mieux sûrement pas rester dans les parages. Une vision accentuée par des yeux aux paupières amendes, pour garder le même thème, rendant son regard "profond" et ainsi, plus vivant. Ses pupilles, quant à eux, d'un jaune or, aussi clair que l’est ce métal précieux convoité de beaucoup

Aucune ride témoignant de la jeunesse et de l'idéal hygiène de vie de notre protagoniste, son visage est souligné par un nez droit, sans "bavure" à proprement parler et dont l'oméga n'est autre qu'une petite pointe, simple. Pour compléter, il possède des lèvres fines et droites ainsi qu'une belle dentition, basique pour ainsi dire. De courtes oreilles et une pilosité faciale inexistante, l’homme étant pratique imberbe, voici ce que l'on pouvait dire de son portrait, évidemment, sans aborder sa chevelure créant la controverse. Des poils châtains, Hassan aborde une coupe des plus étranges. Une longue chevelure attachée en queue de cheval à l’arrière, il possède néanmoins deux étranges et longues mèches sur le crâne jonchant son visage, appuyant son excentricité. Le point le plus marquant chez notre protagoniste est, bien évidemment, cette longue et fine cicatrice trônant sur son nez et s’étendant sur chaque joue. Une blessure de « guerre » qu’il gardera à vie, assez profonde. Il dit souvent qu’il s’agit de la seule cicatrice le démangeant encore, celle-ci signifiant beaucoup pour le Khieredinne.

Son corps athlétique est couvert par quelques couches de vêtement, un attirail se rapprochant beaucoup de son nouveau statut de Voyageur, sans quête ni but. Elle se scinde en trois parties bien distinctes. Il est orné en premier lieu d’une simple collerette. Ce vêtement se confondant entre le brun et l’indigo, est assez sombre, celui-ci possédant quelques motifs par-ci par-là. Il accompagne ceci d’un haut blanchâtre, aux manches longues brune. Ce fameux haut est assez large pour encombrer les genoux du protagoniste, faisant tout de même la limite entre la partie supérieure et inférieure d’Hassan grâce à une ceinture de même teint. La dernière pièce de la garde-robe du Khieredinne se trouve être un simple pantalon noir très souple, n’handicapant par ses mouvements, allant de pair avec l’aboutissement de son style, de bonnes bottes sombres et solides. Des habits légers en poids mais, tout de même taillés pour le froid rude du désert, le soir.

Des proportions raisonnables entre la longueur de ses bras et de ces pieds, le voyageur ne possède aucune autre singularité, entrant dans les normes de l'humanité, comme dit plutôt. On peut noter chez notre protagoniste le dernier élément que l’on n’a pas encore cité. Un objet qu’il tient particulièrement à garder et qui lui assurait, il se fut un temps, un certain calme et une certaine tranquillité là où il naquit. À son dos peut se faire voir un étrange objet fait de métal, circulaire et à pointe aussi tranchante qu’une myriade de lames. Objet qu’il trouva, maîtrisa et qui lui sert, aujourd’hui, d’Ecrin Enchanté, comme tout Nettoyeur de Donjon, surnom donné à ce genre de héros. Un physique chaleureux et hilarant comme on ne peut en voir souvent. Tel est ce mystérieux Hassan.


Caractère :
La personnalité. Une signature unique à chaque être de notre monde, différenciant l'animal de l'homme. Chaque être humainement vivant est doté d'un caractère, définissant sa façon d'être et ses réactions. Pour le cas d’Hassan, celui-ci possède une tout autre teinte de caractère, peu commune, un mélange entre la folie et l'honneur, saupoudré d'un peu de gaminerie. Nous allons donc cette fois nous pencher beaucoup plus loin, dans sa cervelle, étudiant chaque parcelle de celle-ci, tout en essayant de reconstruire sa personne, son être et cela, avec la représentation la plus assurée.

Hassan Khieredinne se trouve être quelqu'un d'énigmatique malgré une couverture qui semblait contraire au mot compliqué. Un être sibyllin et mystérieux, difficile à comprendre, de par le contraste qu'il offre, son obscurité profonde et sa simplicité extérieure. Homme stoïque, on pourrait comparer son apparence générale à celle d'une statue de pierre : faciès indifférent et serein, son calme apparent fait que nul ne peut prétendre avoir accès à ses pensées, qui restent secrètes, gardées sous bonne clé, une clé qu'il possède. Cependant, malgré cette stature imposante et rigide, se fier à l'apparence n'est pas toujours véridique. Il faudrait se pencher beaucoup plus loin.

Premièrement, il se trouve être quelqu’un de totalement hermétique face aux ordres donnés, qu'importance la suprématie en grade ou en force de son interlocuteur. Enfin, pas tout à fait. Il n'aime pas être dérangé en pleine activité, qu'importe sa nature, par une convocation ou encore un fait, une mission même rémunérée. Il ne semble pas porter attention aux ordres, préférant terminer ce qu'il est en train d'entreprendre avant de répondre. Faisant en quelque sorte le travail d’un mercenaire, on peut dire qu’il a quelques problèmes avec cela. Hassan travaillant pour qu’importe contre un peu d’argent, cette partie de sa personnalité à tendance à gêner son « business ». Très souvent, il aura du retard aux rassemblements, ce qui pourrait énerver certains, une habitude qui se retrouve inscrite dans sa nature, dans ses gênes. Du fait de ceci, Hassan est représenté comme une personne "forte", dont le tempérament se retrouve bien assez important pour défier une autorité, une réputation qu'il aime user en situation exceptionnelle. Bien sûr, il fait surtout cela pour s'amuser, bon vivant qu'il est ou plutôt qu'il aimerait le rester.

Espiègle, il n'hésite pas malgré son âge plutôt mature, à faire des farces ou des blagues, bien évidemment, en principe à la gente féminine. Très taquin de nature, il ne se retiendra pas d'aller s'amuser, qu'importe la situation. Lorsqu'il lui arrive de faire des erreurs de jugement, il s'excusera, homme qui ne néglige point la politesse, souvent en rigolant et ce, quelle que soit la gravité de cette erreur. Certains, de ce fait, pourraient trouver l’homme trop doux, cependant, sa bienveillance est une qualité indispensable pour lui, quelque chose qu'il ne sacrifiera pas pour le bien d'autres. Une qualité devenue incontournable depuis plusieurs années et malgré les épreuves, évidemment. Il pense qu'une personne élevée pourrait vivre et travailler avec d'autres, sans réel problème. La véritable amabilité entraine une certaine réciprocité en face d'une quelconque personne. Cependant, le trait de personnalité d’Hassan ne semble pas avoir sa place dans ce monde de conflit et de guerre.

De plus, contrarier cet homme de calibre qu'est Hassan se retrouve être une tâche assez pénible. Pour effrayer cet être dénué d'empathie, il faudra toucher à sa corde sensible : son passé. Hélas, tel que, précisé jadis, cet être possède un esprit inébranlable et il sera donc difficile de connaitre ne serait-ce qu'une parcelle de son « jadis » sans qu'il ne puisse en parler de son plein gré. Martyre de son passé, le temps a laissé des blessures, qui le démange encore, non seulement, sur son corps, mais également dans son for intérieur. Un esprit brisé que le Khieredinne essaye pourtant de cacher par son excentricité. Sa douleur engendre le fait que cet individu ne semble plus croire en rien.

Il est également le genre d’être que l’on peut remarquer rapidement qu’importe le lieu. Hassan est d’une euphorie mordante. Il aura tendance à s’exclamer fort et de façon assez dérisoire, peu peuvent le comprendre entièrement. Son corps sera toujours dans d’étranges positions, les bras toujours en mouvement, une façon de dialoguer « vivante », comme il le dit si bien. Il est interdit dans de nombreux restaurants et la cause est assez risible. Hassan aura la fâcheuse habitude de s’asseoir sur la table ou d’interpréter des chorégraphies, sans véritables buts si ce n’est amuser la galerie et troubler l’ordre présent dans ces lieux.

Stratège malgré les apparences, le Nettoyeur, est qualifiable de "tacticien". Homme fier et capable, il est doté d'une intelligence plutôt étonnante et d'une réflexion incroyable, comme il a pu le démontrer à de nombreuses reprises jusqu'à présent. Grâce à sa curiosité ainsi que sa facilité à apprendre, il a pu amasser d'innombrables connaissances et a pu les appliquer. Sa capacité d'analyse lui permet également de pouvoir révéler les défauts des attaques de ses ennemis très rapidement, ce qui lui donne la capacité de pouvoir aisément retourner à son avantage le cours d'un combat. Cette qualité peut également se révéler comme un défaut, étant donné qu'il peut être en difficulté contre un adversaire imprévisible, lui qui réfléchissait bien trop avant d'engager une quelconque offensive.

Un adjectif qui pourrait qualifier Hassan serait : charismatique. Dégageant, selon certains, une aura incroyable, chacun des mots prononcés par son être peut être preuve de sa sérénité, du fait qu'il ne semble pas douter. Sérénité ou folie ? Personne ne peut véritablement le dire. Le charisme est la qualité d'une personne qui séduit, influence, voire fascine, les autres par ses discours, ses attitudes, son tempérament, ses actions. Un charisme puissant, fascinant, trouble et neutralise le jugement d'autrui. Facilitant le fait de diriger, voire manipuler les autres, le charisme est souvent un don naturel ou une façon d'être. Aussi poignant par les mots que par les actes, se donner ce rôle est uniquement sa volonté. Dégageant donc cette force imperceptible, il lui devient facile de se jouer des chétifs, poussant ceux-ci à l'admirer d'une certaine manière et à se laisser convaincre. Un tour de "passe-passe" qui ne fonctionne cependant pas sur moins crédules. En effet, il lui arrive encore aujourd’hui de ne pas se faire aimer par beaucoup.

Cette façade joviale et enjouée qu'il arbore face à ses collèges se tarit rapidement lorsqu'il se trouve face à l'adversité et surtout, un adversaire mêlé à son passé. Il devient un être impitoyable, violent et implacable. La froideur humaine à son summum. S'adressant à son interlocuteur de façon hautaine, aucune émotion sur son visage. Cette preuve d'impétuosité montre également à quel point le passé d’Hassan peut le tourmenter, le ronger à petit feu, éternellement. N'éprouvant pas de pitié dans ce cas, il pourra ôter la vie de la plus violente des manières et cela, sans aucun regret.

Hassan Khieredinne, en résumé, se trouve ainsi être un homme tourmenté, essayant de lutter avec force, à chaque instant de sa vie, pour essayer de canaliser sa colère, sa férocité, la transformant en folie et en euphorie.

Djinn



    Djinn : Gaap est le Djinn Gardien du 33ème Donjon qui était situé dans le Désert. Il est légèrement plus grand que ces semblables et sa forme se rapproche à s’y méprendre à celle d’un Equidé. Sur quatre pattes ornés de sabot, il est d’un teint bleuté et sa crinière est longue et soyeuse, se mêle aux poils lui faisant office de moustache et de barbe. Gaap est l’un des Djinns les plus impétueux. Représentant la Révolte et l’Indifférence, il n’accorde que très peu sa confiance et ce, même-ci son Donjon a été conquît. Il déteste l’humanité en général mais, développa un étrange lien avec Hassan, appréciant sa compagnie mais niant pour autant ce sentiment. Celui-ci acceptant que l’homme puisse dialoguer avec celui-ci et emprunter son pouvoir. Il s’agit d’un Djinn usant de la Strength Magic et il est enfermé dans le disque d’acier que possède le Voyageur à son dos.



    Djinn Equip : Le Djinn Equip de Gaap englobe l’apparence totale d’Hassan, jusqu’à son visage ou encore sa physionomie. En disant les mots « Esprits de la Révolte et de l’Indifférence, Habite mon corps, Gaap », il se retrouve couvert d’une matière grisâtre et brillante, semblable à de l’argent. Dépourvu de bouche, sa chevelure elle-même change et devient beaucoup plus semblable à la crinière du Gaap, blanche et se creusant jusqu’au dos de notre protagoniste. Ce dos se retrouve orné de membres ressemblant à s’y méprendre à une paire d’ossature d'ailes. Ses mains également changent. La gauche se mélangeant à un bouclier et la droite étant équipé d’une lance pointue. Cependant, la partie la plus étonnante du Khieredinne n’est autre que ces membres inférieurs, transformés en véritable corps d’Equidé. Il devient un centaure. Sous forme Djinn Equip, Hassan peut user de la Strength Magic bien spécifique de Gaap. Celle-ci consiste en une phrase aux « décuplements de taille ». Il peut s’agir d’un membre ou du corps entier, beaucoup de possibilités pour le Conquérant.

    Sorts :
    Galaf Yad : (« Carver Hand ») : En usant de la Strength Magic spécifique de Gaap, l’utilisateur décuple un membre ou sa lance elle-même pour pouvoir causer beaucoup plus de dégâts ou avoir une plus grande allonge.
    Galaf Delett : (« Carver Gate ») : En usant de la Strength Magic spécifique de Gaap, l’utilisateur décuple la taille du bouclier mit à sa disposition en Djinn Equip pour se protéger d’une attaque de grande portée, par exemple.
    Galaf Al-Anak : (« Carver Giant God ») : En usant de la Strength Magic spécifique de Gaap, l’utilisateur, uniquement sous Djinn Equip, peut décupler son corps dans son entièreté, jusqu’à apparaître sous forme gargantuesque. Ce sort utilisé, il ne peut plus en invoquer d’autres. Il devra reprendre sa masse originale pour ne plus être bloqué.
    Sort Extrême :
    Kyokudai Maho : Galaf Gaach Al’Har : (« Carver Great Mountain Eruption ») : Un cercle magique apparaît devant l’utilisateur et un autre, beaucoup plus imposant, au-dessus d’une zone. Ils font office de « pont » et l’utilisateur n’a qu’à passer sa main à l’intérieur du cercle à sa disposition pour voir une version gargantuesque de son membre du coup apparaître dans l’autre pentagramme. Il s’en suit alors d’une série de coup destructeur se retrouvant décupler dans le seul but de détruire.



Histoire


Hassan Khieredinne est né un jour d’été dans ce grand et puissant Royaume qu’était Parthevia. Parthevia était étendu sur plusieurs hectares, connu dans ce monde pour son impressionnante force militaire, rivalisant avec Reim en termes de puissance brute, les deux Pays devenant ainsi concurrent à la conquête. Cependant, très différents, Reim était plus axé sur la protection de territoire, de ses territoires tandis que Parthevia, beaucoup plus affamé, était en quête constante de pouvoir, de nouvelle conquête, ce qui allait, au fur et à mesure porter malheur à l'ensemble des habitants. Un Royaume neutre et paradisiaque, de l'aspect extérieur, il couvrait cependant une partie plus sombre et plus dure, telle le fait de l'exécution des Chevaliers se révélant incompétents dans les missions étant exécutées, un ordre tenu comme exemple, conçu, pour permettre à l'armée du Royaume de se surpasser.

Une excuse couvrant le fait que le Roi puisse passer sa colère sur les Chevaliers n'ayant pas réussi à mener des attaques. Hassan est né dans ce genre d'environnement assez dur, sans pour autant être conscient du problème de cet endroit. Pourquoi cela ? Parce qu'Hassan n'a malheureusement jamais connu ces parents. Il naquit dans les bas-fonds de Parthevia, grandit parmi les ordures, dans le premier sens du mot comme dans le deuxième. Il évolua parmi les déchets et les mauvais hommes, des bandits de toute sorte et de toute provenance. C'était le quartier indépendant du Royaume. Celui où le Roi n'était pas existant. Celui où il ne pouvait émettre aucune volonté. On disait souvent que ceux qui étaient nés là-bas ne pouvaient pas s'en sortir. Ils deviendraient filles de joie pour le genre féminin et crapules pour l'opposé, tout ceci était déjà tracé.

Et pourtant, ce fut à l’âge de quatre ans qu’Hassan put s’extirper de ce monde, pour pouvoir vivre une véritable vie. Une chance qui lui avait offerte une main tendue et rigide. Celle d’Hazen Khieredinne. Cette rencontre était marquée d’un soleil tapant dans les banlieues infâmes du Royaume. Hazen Khieredinne était le Chef d’une Unité de Chevalier, travaillant directement sous la tutelle du Roi. Il avait décidé de son propre chef de s’aventurer vers les terres sombres, pour y mettre un léger avertissement, dire qu’il y aurait du changement. Il avait fraîchement été nommé et faire cela faisait partie des projets de cet homme ambitieux. Il voulait tout annexé, pour une paix totale. Il était bien différent de la Royauté et avait un véritablement bon fond. C’est dans cette optique qu’il chassa quelques bandits et qu’il tomba sur cet enfant hargneux tel un animal, pour se protéger lui-même.

Il ne pensait pas trouver d’enfants aussi jeunes, seuls là-bas, se rendant compte, étant donné l’état du petit garçon, des conditions de vie rudes pour les enfants ici. Il fut attendri et décida de ramener Hassan, retissant avec lui. Nombreux furent ceux qui lui avaient dit de l’abandonner mais, Le Capitaine ne voulut entendre raison. Hassan était bien trop agressif mais, il se donna comme quête de lui redonner une chance dans cette vie. Il résonnait d’une façon bien différente de ces congénères. Ce n’était pas de la faute de notre protagoniste si celui-ci était né là-bas. Son héroïsme lui ordonnait de l’aider, qu’importe le résultat. Le Khieredinne n’en toucha point un mot à la Royauté, faisant jurer à son bataillon le silence total sur cette « trouvaille ». Il n’avait pas d’enfant et une femme aimante l’attendait chez celui-ci. Elle fut en premier lieu réticente quant à cette « adoption » qui était normalement temporaire mais, accepta, par amour pour son conjoint.

Hassan qui ne possédait pas de nom à cette époque était très agressive, les bas-fonds l’ayant forgés. Il mordait, griffait et grognait jusqu’à en effrayer la femme. Hazen persistait pourtant, comme à son habitude, rassurant son épouse qui commençait à détester le jeune garçon. Le Capitaine de la Garde était très charismatique et de fil en anguille, il put défaire la carapace du jeune traumatisé. Il commença à s’attacher à Hazen et inversement, les deux hommes tissant de véritables liens. Il apprit au futur Conquérant le dialogue, le fait de savoir compter ou encore calculer. Il lui enseigna le savoir vivre en société, malgré ce petit côté maladroit du petit garçon. Hazen retarda l’échéance et garda le jeune garçon beaucoup plus longtemps, au détriment de sa conjointe qui détestait toujours leur nouveau « fils ».

Il essaya pourtant, de se faire pardonner mais, sa « mère » était rancunière et la relation entre les deux fendait petit à petit le moral du Capitaine qui espérait pourtant vivre en harmonie, avec cet enfant. Le temps passa et le jeune garçon grandit, pourtant sans nom, Hazen ne sachant pas comment l’épeler. Il décida pourtant d’adopter cet enfant, en bon et due forme et ce, en essayant de raisonner son épouse. Celle-ci aimait énormément le Khieredinne et accepta, uniquement pour son bien à lui, malgré ces aprioris. Il décida de prénommer notre héros Hassan Khieredinne, en rapport avec le nom de son propre père, ancien grand chevalier ayant donné sa vie pour Parthevia. Il voulut le présenter à tous mais, le malaise entre-lui et la femme en étonnaient beaucoup, des rumeurs commençant à se former. Malgré cela, le Capitaine continua à sourire et espérer. Au fond, c’était un homme abattu n’ayant presque plus d’entente avec sa femme qui demeurait muette, la plupart du temps et cela, Hassan l’avait compris.

Il voulut suivre les pas de son père adoptif et se jura d’être chevalier, qu’importe la difficulté. Secrètement, il le faisait également pour être gratifié par sa nouvelle mère. Il se disait que si elle aimait Hazen qui était Chevalier, elle lui accorderait plus d’importance lui qui désirait prendre les armes. Hassan se démena et s’entraîna alors âgé de dix ans. Il s’informa et en fit son hobby. Son père était très fier et ne faisait qu’évoquer son fils. Sa mère resta tout de même inexpressive aux sorts du Khieredinne, ne changeant pas le moins du monde. Une famille brisée, à cause des rêves d’un homme et des idéaux d’une femme, qui allait pourtant être l’épicentre d’une tempête ravageuse. Une tempête qui sonnerait tel un glas. Le glas débutant les guerres de Parthevia.

Hazen était important sur le champ de bataille, que ce soit contre Reim qui avait décidé de lancer les offensifs ou contre tout autre pays. Du moins, c’était bien ce que la Royauté voulait faire croire. Reim n’était pas de nature agressive, c’était tout simplement un contre, le premier à lancer les hostilités étant le Pays du jeune Hassan. Celui-ci d’ailleurs, s’inquiétait pour son père qui se battait et donnait tout son corps à la guerre. Il était comme ça, sans aucune retenue, l’inquiétude du jeune garçon se mêlant à celle de sa mère dans leur demeure. Hassan, qui aurait dû avoir de moins en moins envie de participer aux tueries, avait réagi autrement. Il voulait aider son père et le couvrir, sauver la vie de l’une des deux personnages qu’il chérissait le plus au monde.

La mère en était malade. Au fond de celle-ci, bien accablée par la situation du Royaume et celle de son conjoint, c’était attaché à cette seule personne présente avec elle pendant des mois, Hassan. Malgré son indifférence, elle ne l’était pas véritablement. Elle ne voulait pas le voir prendre les armes. Cela dura des années, sans aucun moment de répit. Le Capitaine Hazen était toujours au front, parfois pendant plusieurs mois sans voir sa famille. Hassan avait bien grandi et avait vécu dans ce climat de cohue constant. Le soir, ils étaient réveillés par des bruits de cavalerie. Surpris par des cris et des flammes se propageant dans certaines habitations. Ils furent également marqués par le bruit des lames pourfendant la chair avec la peur, chaque instant, que ce soit celle du Capitaine Khieredinne.

Hassan ne pouvait que repenser à son funeste passé avec haine. Une haine farouche contre les actions de l’humanité. Il détestait au plus profond de lui la guerre et cela s’accentua quand ils vinrent à la porte de la demeure Khieredinne, annonçant alors la disparition du Capitaine. La femme était effondrée. Elle savait que cela pouvait arriver à tout instant mais, personne ne pouvait être préparé à la mort de l’être qu’il aime. On ne pouvait déterminer s’il s’agissait de Reim ou d’autres pays et la cause de sa mort restait étrange. Une attaque de nuit, dans un des camps de Parthevia. Ils avaient tous été décimés. Hassan apprit la nouvelle par sa nouvelle mère, la rage s’emparant du jeune homme qui partit alors, dans une quête de vengeance. Il était comme jadis, la bête qu’il était enfant, celui qu’avait « dompté » Hazen.

Ce qu’il vit en dehors n’était que désastre. Ils étaient en plein combat, le sang coulait et les armes virevoltaient. Parthevia était théâtre d’atrocité et Hassan était en première loge. Il n’avait encore jamais vu cela. Les atrocités de la guerre. C’est à cet instant-ci qu’il réalisa ne plus vouloir faire la guerre. Il réalisa que prendre les armes devait être une ultime action, c’était sa conviction. Il ne devenait pas pacifique mais raisonnable. Le combat était sûrement inévitable dans certains cas mais, plutôt qu’un massacre, prouver sa supériorité était beaucoup plus acceptable. Ecrasé sans pourfendre. C’était comme cela qu’il raisonna pour ne pas être comme son père, être sous le commandement de quelqu’un. Sa supériorité lui permettrait de n’être obligé de rien, de ne devoir personne et ainsi, de ne plus connaître de funeste destin. Hassan, ravagé, se contenta alors de tomber et de pleurer, extirpant alors toute sa peine. La mort de son père lui étant restée en travers de la gorge.

Il semblait pourtant inexistant. Aucun des soldats des deux camps ne semblaient y prêter attention. Ils étaient bien trop hargneux, la soif de sang les dévorant. Une main fut alors encore une fois tendue, pour sauver le jeune protagoniste. Celle-ci était pourtant très douce et maternelle et il s’agit de sa mère. Elle n’avait pas pu l’empêcher de partir, enragé mais, l’avait suivi pour pouvoir le raisonner. Elle prit celui-ci et l’emmena alors. Ce fut le premier pas de celle-ci, dévoilant ainsi ses sentiments pour celui qu’elle considérait, à présent, comme son propre fils. Les deux rentrèrent et se dévoilèrent. L’indifférence de la femme se transforma en tendresse et la hargne d’Hassan, en paisible calme. Ils décidèrent alors, en quelque sorte, de réaliser le vœu du défunt père, son souhait le plus cher étant celui de voir sa femme et son fils vivre tranquillement. Ils se jurèrent de ne pas laisser l’autre seul, de ne pas mourir d’aussitôt.

Hassan avait profondément changé après ces évènements. Il était véritablement blessé mais, aussitôt quelqu’un aux alentours, celui-ci simulait une étrange joie, une euphorie marquée par de la folie. Il ne voulait pas que sa peine puisse envahir sa mère et se servait de l’humour ou de comportement décalé pour faire bonne figure. Un comportement qui ne ressemblait tellement pas à cet enfant machinalement si réservé. Hassan continue alors à grandir, tout en concevant son corps, l’entraînant, tout cela, dans le dos de sa mère. En réalité, il ne voulait pas l’inquiéter. Celle-ci pouvait imaginer que le jeune homme ait encore la fâcheuse idée de vouloir venger Hazen mais, il n’en était rien. Il désirait uniquement être fort, pour ne pas se faire marcher sur les pieds. Pour qu’il puisse écraser sans pourfendre, son « crédo » qu’il n’avait jamais oublié et ce, même avec les années.

Ce fut également à cette période qu’un évènement assez singulier arriva. Une étrange tour que l’on appelait Donjon intriguait. Personne ne savait quand ni comment elle était arrivée là. Il n’y avait qu’une seule certitude : Ceux qui s’y aventuraient ne revenaient jamais. La Couronne voulait s’emparer de ce pouvoir et envoya de nombreux soldats, jeune enfant et autres, sans succès. Hassan était protégé par le statut de son ancien père, les quelques soldats l’ayant eu en sympathie ne vinrent pas forcer le jeune garçon à s’y aventurer. Il ne s’y intéressait même-ci mais, cela changea alors quand un garçon du même âge parvenu à sortir de ce Donjon, causant sa disparition. C’est ici que la légende de Sinbad naquit et Hassan fut bercé par celle-ci. Le Donjon de Baal fraîchement nommé était ce que cherchait Hassan.

Que ne fut pas sa surprise quand il entendit, quelques années après, que plusieurs tours de ce genre étaient apparus aux quatre coins du monde. Les conquérants, comme on les appelait, avaient déjà commencés à se faire quelques noms et annexés quelques donjons. Personne ne pouvait encore savoir jusqu’où ces capacités pouvaient aller et notre protagoniste était décidé à la savoir. Il en parla avec sa mère qui était réticente mais, qui finit par accepter. Le jeune homme n’avait plus quatorze ans, il était déjà assez proche de la majorité et en conséquence, proche d’être un véritable homme. Hassan quitta la demeure qui l’avait recueillie et qui l’avait vu changer et grandir pourtant, sans aucun regret. Il allait être ce qu’il voulait être. Pouvoir vivre librement, sous le commandement d’aucune entité qui puisse lui être supérieur.

Pendant son voyage, Hassan avait goûté aux joies de l’alcool, qu’il ne pouvait plus lâcher. Il avait découvert ce qu’était le féminin, une chose, également, qui lui était essentiel maintenant. Il s’était battu, avait bu, avait fait de nouvelles connaissances. Il s’était fait voler, arnaquer et bien d’autres sans pour autant trouver son bonheur. Le voyage le plus enrichissant qu’il fit fut celui qui l’emmena dans les pays de l’Est. Ce genre d’endroit fermé aux visiteurs mais, tout de même, avec une population bien accueillante. Il put, là-bas, enrichir ses aptitudes, son initiation, en découvrant ce qu’ils appelaient communément le « Ki ». Hassan n’avait que très peu de connaissance de celui-ci à cet instant. Il n’avait pu qu’apprendre les bases, pouvoir extirper ce Ki par exemple, à l’état visible. Il ne se doutait encore même pas de ce qu’était cette mystérieuse et formidable énergie.

Il s’agissait véridiquement des avantages que pouvaient avoir quelqu’un qui voyage tôt et longtemps. Le privilège d’avoir exploré différentes cultures. Ce fut à force d’endurer des combats, pour survivre qu’il avait acquis un certain doigté dans le pugilat. Il savait cogné et se défendre, se perfectionnant à force de murir. Il n’était pourtant pas encore satisfait. Il le désirait encore, cette opportunité. Les gens parlaient de Donjon sans en être sûr de l’emplacement. Le jeune homme ne pouvait même pas être rassuré, savoir si un jour il atteindrait son nirvana. C’est ainsi qu’il décida de se lancer à la première rumeur qui semblait véridique. De nature prudente, il n’avait simplement pas d’autres choix. C’est comme cela qu’il embarqua un jour dans un bateau, le Capitaine du galion prétendant aller dans un Donjon dont il connaissait l’emplacement.

Hassan n’avait aucune certitude mais, il s’était tout de même lancé. Il avait prétexté pouvoir lire les inscriptions présentes sur la façade du Donjon, fourbe qu’il pouvait l’être. Il n’en avait jamais entendu parlé et pourtant, habile des mots, il parvint à les embobiner. Le caractère bien trempé du Khieredinne se refusait d’être sous quelconques ordres et donc, celui-ci simulait des révisions pour la lecture ou autres, dans le seul but de pouvoir rester dans sa loge ou encore paisiblement assis sur le pont. Il y resta pendant trois jours et trois nuits. Ce ne fut qu’au petit matin qu’ils arrivèrent dans une petite ville, en bord de mer. Ils ne s’y attardaient pas étant donné que le chemin semblait encore loin. En réalité, le Capitaine également s’était joué d’Hassan étant donné qu’il ne connaissait pas le moindre emplacement. Il n’avait fait qu’entendre une conversation et recruter des hommes avides, comme notre protagoniste.

La Tour était censée se trouver dans un désert, celui qui surplombait la ville vue plutôt. Hassan ne pouvait énumérer le temps mais, ils y restèrent longtemps, dans cet amas de sable. Ils perdirent bon nombre d’homme, n’avaient plus assez de vivre et dépérissaient. L’état de santé des hommes présents se dégradaient également, principalement à cause du changement extrême de température entre le jour et la nuit dans cet Enfer. Ils maudirent leur destin plus d’une fois hormis Hassan. Il l’avait déjà fait auparavant mais, les deux mains qui étaient venues le secourir lui apprirent qu’il ne devait plus jamais faire une chose pareille. Maudire ou vouloir changer son destin était deux choses bien distincts. Le jeune homme se battait pour la deuxième solution et ne perdit alors en aucun cas sa motivation. Si bien qu’il trouva alors ce qu’il ne pensait jamais entrevoir.

Cette immense bâtisse polie dans un matériau étrange. Cette immensité s’élevant dans les cieux. Cette étrange portail dont semblait s’émaner un océan de lumière en son sein. Le fameux Donjon de Gaap, nom qu’Hassan ne saurait que beaucoup plus tard, était à leur portée. Ils entrèrent alors, chacun ayant bien des buts bien différents et pourtant, une existence tellement similaire. Les uns comme les autres étaient faciles à anéantir, c’était ce que cela voulait signifier. La volonté de ce Djinn impétueux était la seule chose qui pouvait décider qui serait le survivant, un unique. Ils ne savaient pas dans quel Donjon ils étaient tombés mais, il ne saurait tarder. Il en existait, des Djinns n’aimant pas les humains mais, un Djinn ayant une haine féroce contre ceux-ci, cela restait relativement rare. Cela pouvait également s’avérer très violent.

Hassan et ses congénères, entrés dans le Donjon, étaient restés inconscients pendant une journée entière. Ils ne parvinrent pas tous, cependant, certains ayant disparus tout bonnement. Le Capitaine ainsi que le protagoniste étaient toujours présents, et se remirent alors à la marche. Ils étaient véritablement affamés et que ne fut pas leur surprise en se rendant compte qu’il y avait de la nourriture, en plein milieu du point de départ. Ils se nourrirent tous, jusqu’à s’en exploser l’estomac. Hassan aussi s’adonna à ce plaisir mais, ne prit que ce qui lui était nécessaire. Il décida également de manger après ces congénères. Réaction naturelle, celui-ci ne pouvait savoir si les vivres n’étaient pas empoisonnés, par exemple. Il ne reprit des forces que lorsqu’il s’assura de la santé des autres.

Le groupe décida d’avancer, tombant alors sur ce que l’on pouvait nommer « Premier Niveau » de la Tour. Un véritable piège, sans aucun doute possible. Le créateur n’avait même pas cherché à dissimuler ses intentions, ce qui poussait Hassan et les autres à penser que ce fameux Djinn était véritablement sadique. Une immense étendue et des épines au sol. Il y avait ce qui semblait ressembler à des sapins mais, dont les feuilles étaient aussi tranchantes que des lames. Le teint rouge du sol et des épines venait sûrement du sang qu’avait perdu ceux qui essayèrent de franchir cette étape. Il n’y avait aucune sortie, hormis une légère impasse, se trouvant au-dessus, sur le plafond, pratiquement inatteignable. Ils voulurent rebrousser chemin mais, Le Khieredinne était bien trop borné. C’était une forme d’oppression, ce fameux piège et il ne voulait être contraint de personne. Le jeune homme entama alors une funeste marche et sauta le premier, dans la fausse épineuse.

Son courage avait motivé le vieux Capitaine, qui, n’ayant plus rien à perdre, suivi notre protagoniste, accompagnés de ceux qui n’avaient peurs des coupures aux pieds. Ce fut terriblement douloureux mais, Hassan garda le sourire, comme à chaque fois, se remémorant ses parents adoptifs. Il se dit qu’avec tant d’épreuves passées, il n’allait pas flancher pour une douleur physique. Astucieux, il décrocha de longue épine et se dirigea alors juste au-dessus de cette fameuse sortie, à l’encontre d’un mur. Celui-ci planta ce qu’il avait ramassé au sol et se protégea les mains, commençant alors à escalader cette roche lisse, en usant des pieux comme appuis. Le prix à payer fut chair mais, le résultat serait merveilleux. Certains avaient perdus des orteils dans cette forêt rouge et d’autres, moins veinards, étant tombés, la tête la première contre le sol. Autant certifier qu’ils n’avaient aucune chance de se relever.

Après l’effort, ils arrivèrent alors au second niveau, où, comme pour les narguer, s’y présentait encore de la nourriture. Ils avaient perdu du sang et manger fut le processus normal. Hassan commençait à se poser des questions et à se demander jusqu’où ce fameux Djinn pouvait aller, sans réponse évidente. Ils repartirent alors de sitôt, marchant le long d’un mystérieux couloir jusqu’à empiéter sur un territoire beaucoup plus sauvage. Une véritable forêt ainsi que des cris. Des cris visiblement animal, d’origine. Ils ne se doutèrent pas de ce qu’ils allaient trouver en s’y aventurant. Le Capitaine et notre protagoniste furent les premiers à y entrer, pieds joints. Dans ce vaste étendu, ils finirent par se perdre de vue pour certains et tombèrent alors nez-à-nez avec tout ce qu’ils ne pouvaient concevoir. Des fauves beaucoup plus épais que d’habitude. Des créatures que nulle ne saurait qualifier.

Ce fut un théâtre de désastre et d’horreur. Hassan était seul, sa fâcheuse tendance à vouloir la liberté mais, cela ne le dérangea pas. Il s’était entraîné longtemps et avait maîtrisés tout sorte d’arts, qui lui permettraient d’augmenter sa pratique et il avait prouvé cette conviction ici-même. Le brun s’était occupé de bons nombres d’entre eux, se faisant tout de même des blessures. Les bêtes du Donjon étaient coriaces et beaucoup plus différentes que ceux qu’il connait, naturellement. Certains arrivaient à se démultiplier de façon totalement novatrice et d’autres à cracher des flammes. Le Donjon de Gaap était l’épreuve la plus hardie d’Hassan, n’ayant d’égal. Le Khieredinne se débrouilla tout de même, se servant d’une arme bien particulière que certains ne connaissaient pas. Un étrange disque avec lequel il se baladait, accroché à son dos. L’histoire de cet objet était pourtant banale, trouvé dans le grenier de sa demeure, avant son voyage initiatique.

Il l’avait adopté, car il s’agissait d’un objet de grande valeur pour sa famille. Tantôt, Hassan se baladait comme un paon, le disque à l’arrière, tantôt, il pouvait sortir les griffes avec cette même arme. On ne pouvait pas dire exactement combien de temps dura l’exploration de cette deuxième zone mais, la compter en heure serait légitime. Le jeune homme luttait et ils finirent tous par se retrouver, l’effectif réduit de moitié. Les cris qu’ils avaient entendus n’étaient pas simulés, évidemment. Les pertes se faisaient importantes, beaucoup trop. C’est alors, après un large temps de patrouille qu’ils trouvèrent la sortie, menant tout droit à un dernier Enfer, celui qu’ils avaient dû éprouver au début de la quête de ce donjon. Un immense désert de sable, comme-ci une telle chose pouvait être contenue dans cette Tour, logiquement.

Ils ne purent en croire leurs yeux. Le sable s’étendait jusqu’à l’horizon et le seul moyen de savoir ce qui pouvait s’y cacher était d’y aller, sans broncher. Ils firent tous l’effort et entamèrent la longue marche. Il y faisait chaud, comme-ci un soleil battant frappait sur les dunes. Comme-ci un soleil pouvait être présent à l’intérieur. Qui était l’entité qui avait osé bâtir de tels supplices ? Il n’y avait pas de pièges dans ce Donjon et pourtant, la mort était perceptible à tout instant. Une mort lente. La marche dura quelque temps jusqu’à l’épuisement de tous les Marins, hormis Hassan et le Capitaine. Ces deux là étaient les plus déterminés et celui qui les surveillait au loin l’avait compris, malgré sa réticence. Hormis ceux deux là, ils abandonnèrent tous, priant leur Capitaine et le faux Archéologue qu’était le jeune Parthevien d’arriver jusqu’à la salle du Trésor et ainsi, clore ce Donjon. Ceux-ci seraient alors renvoyés au point de départ. Ils acceptèrent de poursuivre le voyage seul.

Un voyage qui s’arrêta alors que les hommes restés au sol n’étaient plus visibles. Ils l’avaient vu, cette bâtisse en plein milieu de ce néant dorée. Les deux hommes arrivèrent à l’entrée, en face des immenses portes de cette salle. Leurs mains se posant sur chacune d’entre elle, la salle aux trésors se déverrouilla alors, laissant place aux potentiels Rois. Ils connaissaient déjà la méthode pour la suite. Il fallait être, au minimum, un binôme pour ouvrir la salle et trouver l’objet dans lequel se dissimulait le Djinn. Pourtant, sûrement fort d’esprit et tellement arrogant, l’objet « hôte » était posé, en plein milieu de la salle, au sol, étrangement. Hassan tâta le vase d’or qui, tremblotant, laissa apparaître une immense entité, bleutée, avec l’apparence d’un équidé. C’était la première fois qu’il voyait un Djinn, abasourdi par celui-ci. Djinn pourtant pas commode, se présentant de façon assez violente.

Il disait s’appeler Gaap et qu’ils étaient alors dans le 33ème Donjon. Cependant, coupant court à cette conversation, ce fameux Gaap joua carte sur table. Il les insulta tout en extirpant la pensée de détester les humains, et de les maitriser, du plus profond de sa chair et de son âme. Pourtant, il avoua également qu’il serait obligé d’élire un Roi étant donné qu’ils étaient arrivés ici tous deux dans cette salle, respectant la volonté de son « créateur », disait-il. Hassan le questionna sans aucune retenue, demandant alors à celui-ci le but de ces viles tortures à chaque niveau. Gaap répondit que, détestant sa race, il n’accepterait pas d’être aux côtés d’un faible conquérant. Le premier niveau étant pour tester le courage et la chance de ceux qui y passaient. Le second stade était pour déterminer ceux qui avaient les meilleures qualités physiques et le fameux désert, la troisième épreuve n’étant rien de plus qu’un test de détermination. Les deux seuls élus étant ceux qui se trouvaient déjà lui.

Pourtant, il avoua avec sourire que leur supplice n’était pas terminé étant donné qu’il ne choisirait pas de Roi mais, que celui-ci devra se désigner, en se débarrassant de l’autre. Et il était clair qu’il ne parlait pas d’un simple désarmement. Un énième coup de massue pour les deux qui pourtant, devaient livrer un combat. Les hostilités commencèrent mais, Hassan ayant bien une idée derrière la tête. Il détestait la façon d’agir de ce Djinn mais, avide de ce pouvoir, il avait l’intention de le faire se plier à lui et non l’inverse. Le jeune homme eut bien rapidement l’avantage sur le vieux Capitaine et le neutralisa, refusant catégoriquement de le tuer. Il exposa ses conditions au Djinn qui fut étonné et qui ricana. Il lui avoua clairement ne pas avoir l’intention de tuer qui que ce soit sans raison. Ecraser sans pourfendre et qu’il allait attendre ici, « cent années » si cela était nécessaire. Des propos forts que le Djinn prit pour de l’insubordination. Pourtant, il ne pouvait rien faire, hormis attendre également qu’Hassan « craque », littéralement.

C’était pourtant mal connaître notre protagoniste et sa détermination. Le djinn et Hassan s’observèrent pendant plusieurs jours. Le Capitaine se relevant chaque matin et se faisant neutraliser chaque soir. Le vainqueur ne changea pas. Hassan entamait également des conversations, parfois sans réponse, avec Gaap dans l’unique but de l’agacer, encore et encore. Ils n’avaient que du pain, en grande quantité pour se nourrir et Gaap commençait à s’agacer, s’impatienter. Pourtant, il se rendit compte, pas à pas, de la détermination sans faille d’Hassan, n’ayant jamais vu d’humain pareil. Il commença alors, sans le vouloir, à l’accepter mais, sa fierté prenait le devant. Ils restèrent alors plusieurs jours durant à l’intérieur, sans bouger. Ceux qui étaient restés en extérieur pensaient qu’ils étaient tous deux morts et rebroussèrent chemin. Il n’en était rien. Hassan comptait bien plier ce Djinn à sa volonté, coûte que coûte et ce, même-ci il mourrait de soif et de faim. Gaap n’en revenait pas et, agacé par la présence du jeune homme qui lui parlait toute la journée, finit par accepter l’échéance.

Le Khieredinne avait gagné son duel de nerf et l’Equidé divin fit disparaître son Donjon, mettant fin à ces épreuves. Le Djinn trouva logement alors dans l’objet de métal que portait Hassan, son disque au dos et il repartit avec toutes les richesses présentes au sein de la Salle au Trésor. Il se réveilla, faible, au milieu d’un immense faussé au cœur du désert. Il avait tout ce qui pouvait faire de lui un homme respectable et était par-dessus tout devenu un des nombreux Nettoyeurs de Donjon comme on les surnomme souvent. Il n’avait aucune idée de comment manifester ce pouvoir mais, il ne saurait tarder. Ce « Ki » qu’il maîtrisait un peu lui avait déjà donné un bon avantage dans sa compréhension du Magoi. Le Capitaine était toujours en vie et quelques rares Marins également. Ils rentrèrent tous en ville, regagnant les forces qu’ils avaient perdus dans Gaap.

Hassan et son histoire avait fait le tour de la modeste ville. Il était le nouveau conquérant, celui qui avait pris possession du 33ème Djinn. Pourtant, le jeune homme ne voulait pas baisser les bras. Il entama rapidement la suite de son voyage, sans avertir, en quête de maîtrise de son Djinn. Il s’informa sur ce qu’il était censé pouvoir faire avec son Ecrin Enchanté fraîchement acquit, passant par des contrés encore mystérieuses, son parcours enrichissait ses connaissances jusqu'à parvenir à faire appel à ce qu’ils nomment « Djinn Weapon Equip ». Ce n’était pas la forme « parfaite » de Gaap mais, cela suffisait pour activer ses mystérieuses compétences. C’était un Djinn vraiment puissant et elle ne cessait de croitre, au fur et à mesure qu’Hassan en lui-même devenait fort.

Les années s’écoulèrent et il était sûrement connu de certains pour être un grand voyageur. Il était vu à beaucoup d’endroit et commença à vivre de cela. Un mercenaire en quelque sorte. Il exécutait des missions rémunérées, qu’importe le contexte. Il était assez fort pour avoir la confiance de beaucoup d’hommes et de femmes. Au cours de ces années, il parvint à maîtriser ces nouveaux sorts, en corrélation avec son Djinn. De nouveaux aspects de son pouvoir jusqu’à atteindre cette fameuse forme complète, poussée par une montée d’adrénaline, cette fois-ci. Il avait entendu un malheureux jour que Parthevia avait été annexé par l’Empire Reim. Jamais aussi enragé, il se déplaça jusqu’à son pays natal, pour voir sa mère, découvrir ce qui s’était passé. Bien heureusement, les terres avaient bien été destituées de leur Roi mais, sans violence envers les habitants. Bien au contraire. Ils étaient maintenant citoyen de Reim et la mère de notre protagoniste était saine et sauve.

Qu’est-ce qu’Hassan Khieredinne fait depuis ces quelques lignes sur sa vie ? On ne peut le dire clairement mais, il voyage toujours, sa liberté en prime. Quel est son but ? Une vie paisible serait la réponse que beaucoup donneraient. Nul ne peut cependant savoir ce qui trotte dans le crâne de l’excentrique Conquérant de Gaap mais, une chose était sûre : Il ne s’arrêtera pas de sitôt et le monde allait entendre parler de lui, en bien ou en mal.


Soi réel



Code du règlement : Sexy lama du 69
Pseudonyme : Hassan ou Aymerick !
Comment avez-vous connu ce forum : Les Top-Sites, oui, oui.
Autre chose ? : Hassan est le plus flamboyant !


MAGI RPG soutient la création; cette fiche a été codée par Orange de CSSActif



Dernière édition par Hassan Khieredinne le Dim 26 Fév - 21:23, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas


avatar
Invité
Invité

MessageSujet: Re: Hassan Khieredinne "Marvellous !" [Terminée]   Dim 19 Fév - 22:54






Bienvenue sur le forum .

Et bonne continuation pour ta fichounette .
Revenir en haut Aller en bas


۞ 1ère apparition : 17/07/2016

۞ Rukhs : 597

۞ Rukh rose : Un cœur solitaire, assombri par la Destinée...

۞ Localisation : Dans son Palais à Sindoria

avatar
Sinbad2
Ancien Joueur

MessageSujet: Re: Hassan Khieredinne "Marvellous !" [Terminée]   Lun 20 Fév - 11:14




« Voilà une fiche des plus intéressantes, en plus d'avoir été un citoyen de Parthévia.
Bienvenue parmi nous, Hassan ~

J'espère que tu te plairas parmi nous ! »



- Au plaisir de te revoir sur la CB ou IRP.


۞ • ۞ • ۞ • ۞

۞ Présentation | Fiche Technique | Relations | Chronologie ۞


Merci pour vos votes les amis ♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CHEF DE LA TROUPE DES VOLEURS

۞ 1ère apparition : 04/02/2016

۞ Rukhs : 754

۞ Rukh rose : Personne

۞ Localisation : Empire Reim

avatar
Hilel
CHEF DE LA TROUPE DES VOLEURS

MessageSujet: Re: Hassan Khieredinne "Marvellous !" [Terminée]   Lun 20 Fév - 12:12

Ai oublié de dire bienvenue sur la fiche haha~

Welcooome du coup o/

۞ • ۞ • ۞ • ۞


Hilel et Arya, sa soeur plus jeune à Alma Toran, merci Naya !:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Invité
Invité

MessageSujet: Re: Hassan Khieredinne "Marvellous !" [Terminée]   Lun 20 Fév - 12:24

Bienvenue !
Revenir en haut Aller en bas


avatar
Invité
Invité

MessageSujet: Re: Hassan Khieredinne "Marvellous !" [Terminée]   Mer 22 Fév - 0:05

Bonjour !

Tout d'abord, Merci pour ce chaleureux accueil x) !

Ensuite, j'annonce que j'ai terminé ma fiche donc voilà !

Bonne lecture à ceux qui s'en occuperont !
Revenir en haut Aller en bas


۞ 1ère apparition : 16/09/2016

۞ Rukhs : 142

۞ Rukh rose : Personne

۞ Localisation : Forêt de Sindoria

avatar
Maeko
VAGABOND ET CHASSEUR

MessageSujet: Re: Hassan Khieredinne "Marvellous !" [Terminée]   Mer 22 Fév - 10:58

Oh un nouveau... Eh ben bienvenue :D
*retourne se cacher dans des buissons, la tête dépassant de quelques centimètres*

۞ • ۞ • ۞ • ۞

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CHEF DE LA TROUPE DES VOLEURS

۞ 1ère apparition : 04/02/2016

۞ Rukhs : 754

۞ Rukh rose : Personne

۞ Localisation : Empire Reim

avatar
Hilel
CHEF DE LA TROUPE DES VOLEURS

MessageSujet: Re: Hassan Khieredinne "Marvellous !" [Terminée]   Jeu 23 Fév - 3:39

BON j'ai TERMINE LA LECTURE DE CETTE FICHE NOMDIDIOU.

Que dire ?
Malgré quelques pitites coquilles j'adore tout simplement ton style d'écriture et ton personnage est très intéressant, ta fiche est vraiment très complète et j'ai beaucoup aimé te lire.
Au passage je veux bien un RP *w* Avec Kiyo peut-être ? Juste parce qu'il semble dragueur et que c'est une féministe acharnée xD (et une guerrière et elle a un djinn aussi o/)

Juste pour le fun :
Citation :
Son corps sera toujours dans d’étranges positions
Hahaha, mais quoi comme position sérieusement ? xDDD #louche

Citation :
La froideur humaine à son summum.
Tu fais concurrence à Hilel ? Zarad


Citation :
et de fil en anguille
Cette faute était marrante, c'est tout #mavie
Faut renommer l'expression xD

Citation :
Le Donjon de Baal était l’épreuve la plus hardie d’Hassan
Je suppose que tu voulais dire le donjon de Gaap ? =3

Ensuite j'ai juste repéré un truc à modifier (la raison pour laquelle t'es pas en couleurs je préférais attendre ce changement o3o)
Citation :
passant par le Royaume de Kina  

Le royaume de Kina est inconnu, tout comme sa localisation du coup ce n'est pas vraiment possible =)

Aussi, tu parles de mission de mercenaire, des choses illégales ou pas du tout ? Que fait-il ? o/

۞ • ۞ • ۞ • ۞


Hilel et Arya, sa soeur plus jeune à Alma Toran, merci Naya !:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Invité
Invité

MessageSujet: Re: Hassan Khieredinne "Marvellous !" [Terminée]   Dim 26 Fév - 21:23

Merci pour cette réponse rapide ! Tout d'abord j'tenais à m'excuser de mon absence, j'ai un gros problème de connexion qui doit se régler demain. Si jamais demain, je ne peux toujours pas me connecter, j'posterais un message d'absence.

Pour tes remarques xD :

Citation :
Son corps sera toujours dans d’étranges positions
Il est du genre à faire le poirier en toute situation par exemple xDDDDDDD Il faut le voir IRP pour savoir !

Citation :
et de fil en anguille
J'avoue que ça m'a achevé, littéralement xD



Les choses à corriger :

Citation :
Le Donjon de Baal était l’épreuve la plus hardie d’Hassan
C'est corrigé, j'me suis effectivement trompé !

Citation :
passant par le Royaume de Kina  
Okay, et bien je vais rester vague pour les endroits visités par Hassan



Pour finir, en tant que Mercenaire, Hassan exécute des boulots tels que la recherche d'un chat xD pouvant aller jusqu'à la recherche d'un fugitif ou autres. Qu'importe, c'est l'argent qui compte pour lui xD.
Revenir en haut Aller en bas

CHEF DE LA TROUPE DES VOLEURS

۞ 1ère apparition : 04/02/2016

۞ Rukhs : 754

۞ Rukh rose : Personne

۞ Localisation : Empire Reim

avatar
Hilel
CHEF DE LA TROUPE DES VOLEURS

MessageSujet: Re: Hassan Khieredinne "Marvellous !" [Terminée]   Dim 26 Fév - 21:28

Ca roule *roule*

Je te valide donc de ce pas o/

N'oublie pas d'ouvrir ta chronologie http://labyrinthofmagic-rpg.actifforum.com/f55-journaux-intimes , d'aller recenser ton avatar http://labyrinthofmagic-rpg.actifforum.com/t269-bottin-des-avatars , bon RP à toi =D

۞ • ۞ • ۞ • ۞


Hilel et Arya, sa soeur plus jeune à Alma Toran, merci Naya !:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Hassan Khieredinne "Marvellous !" [Terminée]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Hassan Khieredinne "Marvellous !" [Terminée]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Terminé] Un bon petit film [Emma]
» .~oO Cloud D. Cross | The Ashbringer Oo~. [ Retouches terminées]
» Hermione Granger ( terminée)
» 101 TH AIRBORNE (Armée terminée en 1 semaine de quickpainting)
» Azur, adorable petite boule de poils bleue. (Terminé. )

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
MAGI RPG :: Archives :: Fiches-
Sauter vers: