AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Najma, poupée de chiffon [Fini]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


۞ 1ère apparition : 17/02/2016

۞ Rukhs : 89

۞ Rukh rose : ... Vraiment ?

۞ Localisation : Reim

avatar
Najma
MEMBRE DE LA TROUPE DES VOLEURS

MessageSujet: Najma, poupée de chiffon [Fini]   Mer 17 Fév - 12:52













(Najma)

feat. kiyohime | fate/grand order

Identité


ÂGE : 17 ans
ORIENTATION SEXUELLE : Pansexuelle
CAMP : Aucun
GROUPE : Reim / voyageur
STATUT : Mage de vent abaissée au statut d'esclave.
CAPACITÉ(S) :
Du peu de connaissances dont elle dispose, elle est capable de créer uniquement des petites tornades. Ses réserves de magoi égalent celles d'un magicien de rang supérieur, mais elle n'en a pas conscience et ignore comment les exploiter. Par ailleurs, elle ne dispose d'aucun artefact lui permettant de canaliser sa magie et de la perfectionner.

Des rukhs d'un noir intense l'accompagnent.

Descriptions


Caractère :

Malgré ton jeune âge, tu sembles porter le poids des années sur tes épaules. Tu parais avoir tout connu, alors que tu n'es qu'au début de ta misérable existence. Ton joli visage ne laisse apparaître aucune émotion. Joie, haine, tristesse… Tous ces sentiments, tu les gardes en toi. Puis tu les supprimes, car ils te sont bien inutiles et encombrants. Tu n'as pas besoin de sentiments. Tu n'es qu'une simple poupée de soie abîmée. Tu es vide, absente et constamment blasée de cette vie que tu mènes jour après jour. Cependant, tu ne sembles pas vouloir y mettre un terme. Aurais-tu l'espoir de découvrir un monde meilleur ? Bien sûr que non. Tu n'as plus l'espoir. Du plus profond de ton âme, tu rejettes et méprises la situation dans laquelle tu te trouves ainsi que ce destin sans lendemain qui est le tien.

Pareil au silence, tu te montres calme et posée. Jamais tu ne te mettras en colère, ce n'est pas dans tes habitudes et tu te refuses à exprimer quoi que ce soit. Tu préfères réfléchir que parler pour ne rien dire. Il est rare qu'on puisse ouïr ta voix mélodieuse, pourtant il arrive qu'on t'entende chanter. Tu aimes chanter. Mais uniquement pour toi-même, ce privilège n'est pour personne d'autre que toi.

Tu n'aimes pas te dévoiler et encore moins te mettre en valeur. Tu ne souhaites être qu'une simple ombre, sobre et indétectable. Tu joues ce rôle à merveille, lorsqu'on ne t'humilie pas aux yeux de tous. Le dégoût que tu portes envers ces mains perverties qui osent toucher ton corps fin et doux, est si intense qu'il t’arrive d'en tomber malade. Il s'agit d'une véritable peur. Tu ne supportes pas qu'on s'approche trop près de toi. Tu ne supportes pas le fait qu'on te touches et qu'on fasse de toi une simple « chose ». Mais souvent tu n'as guère le choix. Réprimant quotidiennement tes souhaits et tes phobies, tu exécutes les tâches ingrates de tes maîtres sans rechigner. Tu ne peux faire mieux de toute façon.

Bien que tu sois considérée uniquement comme étant une poupée de chiffon, tu témoignes d'un grand respect envers tes maîtres. Tu leur es loyale et serviable. Cela ne veut pas dire que tu ne les trahiras pas, le temps venu. Cependant tu sais te montrer digne de confiance et sérieuse dans tes divers travaux. Tu n'es pas une grande adepte de l'esprit d'équipe et des projets en groupes.

Finalement, tu n'es rien de plus qu'une simple poupée. Une jolie poupée, désirée, cassée et brisée que d'autres se plaisent à traîner dans la boue.

Physique :

Il t'arrive parfois, lorsque ton client est partie, de te dresser devant le miroir de la chambre et de t'y contempler un court instant. Tu remarques que tes longs cheveux blancs, lisses et soyeux, sont maintenant décoiffés. Tu décides de les remettre en ordre avant de croiser le regard doré de ton reflet. Tu le nies souvent, mais tes yeux sont magnifiques. Seul leur expressivité les tâche. Tes yeux se baissent et fixent un corps pâle, fin et fragile. Tu te demandes par quel miracle tu parvenais encore à rester debout.

Tu plisses un peu les paupières. Tu sembles souffrir un peu. Ta douleur pourrait bien venir des chaînes qui te lient les chevilles et qui te lacèrent la peau. Ou bien pourrait-elle venir de l'une de tes anciennes cicatrices, celles que tu caches dans ton dos et que tu te refuses de voir ? Ces violents coups de fouet et ces multiples griffures ? En vérité, tu l'ignores. Tu n'arrives pas à localiser cette douleur qui te semble provenir de partout. Mais tu ne t'inquiètes pas. Après tout, cette sensation t'était si familière qu'il t'arrivait parfois de l'oublier.

Reculant un peu, tu te baisses pour récupérer tes vêtements. Pour l'occasion, tu portais des vêtements typés de l'Est, de l'empire Kou plus précisément. Ils te confèrent un joli cachet et donnent une note d'exotisme pour tes clients. Il s'agit d'un simple kimono parcouru de fleurs imprimées. Tu aimes bien ce genre d'habits et tu n'opposes aucune résistance quant au fait d'en porter. Mais pour l'heure, tu te contentes de simplement plier les vêtements. Tu vas les poser dans une armoire avant de prendre ta tenue de tous les jours. Ta simple tenue d'esclave qui était constituée d'un minimum de tissus. A contre-coeur, tu la mets. Tu te sens sale et puante, mais tu te dois d'en faire abstraction. Aucune chaussure n'est à tes pieds, tu marches pieds nus, comme tout esclave.

Histoire


Aussi loin que tu ne te souviennes, ton nom ne te revient pas. Tu ignores parfaitement la manière dont tes parents t'ont appelé. D'ailleurs, tu n'as d'eux que le souvenir de quelques visages, quelques sourires…D'autres bribes qui te reviennent en mémoire te semblent erronés, sortis tout droit de ton imagination. Tu n'étais certaine que d'une seule chose, tu descendais bel et bien d'une longue lignée de mages.

Tu n'avais que trois ans, lorsque tu fus séparée de ta douce famille et de ton chaleureux foyer. Famille de mages avides de voyages et de découverts, vous vous déplaciez en caravane. Par la faute du hasard, votre route croisa celle de dangereux pilleur. Surpris dans la nuit, tes parents ne purent riposter à l'attaque. La caravane fut dévastée et pillée et ton père égorgé. Ils gardèrent ta mère avec eux et te vendirent à un simple marchand d’esclaves. Ta misérable vie commença à partir de ce moment…

Ton joli minois en attira plus d'un. Dépouillée et humiliée, tu fus vendue tel un bétail aux enchères. Le plus offrant n'était autre que ton maître actuel, un homme gros et gras que tu ne portais pas spécialement dans ton coeur. Il envisageait quelques petits travaux te concernant, mais tu étais encore trop petite à cette époque. On ne pouvait pas faire grand-chose d'une gamine de trois ans comme toi. Tes premières tâches furent ingrates, mais simples. Tout d'abord tu nettoyais, puis tu te mis à cuisiner pour monsieur. Ton travail était injuste, mais supportable. Accomplissant ton devoir d'esclave à la perfection, tu t'évitais de sévères coups de fouet.

Depuis toujours, tu avais toujours senti comme une étrange sensation de liberté s'éveillait en toi. Il te venait parfois, le sentiment de pouvoir accomplir l'impossible et surmonter les limites du réel. Cela se produit. Une fois. Une seule fois. Dans la cuisine, alors que tu ne faisais que ranger les ustensiles, il te prit l'envie de danser un peu et de chanter doucement. Ton maître n'étant point dans les alentours, tu profitas de l'occasion. Tu ne pensais pas qu'une simple danse pourrait provoquer une petite tornade. Contrairement à ce que tu pouvais croire, d'autres domestiques t'observaient aussi, n'osant intervenir.

L'information de ton étrange pouvoir remonta à ton maître. Ce dernier prit peur et songea à une éventuelle rébellion de ta part. Il te réprima de suite avant même que tu ne puisses faire quoi que ce soit. On te roua de coups de fouet et de jurons. Plus jamais tu ne devais user de tes pouvoirs. Tu ne pouvais plus te sentir libre. Tu étais désormais enfermée dans une cage dont tu ne pouvais t'évader. Ton désespoir augmenta au fil des coups de fouet qu'on te donnait. Tu commençais à ignorer la douleur, avant de finir par t'y habituer. Tu ne souriais plus, mais il t'arrivait encore de pleurer.

A peine avais-tu neuf ans, qu'on te demanda des services bien particuliers. Tu devais te faire belle et te maquiller. Tu devais contenter la vue de ton maître, ce que ne pouvait visiblement pas faire sa femme. Au début, cela te semblait être un simple jeu. Tu devais défiler devant ton maître, rien de plus. Par la suite, on t'ordonna de lui faire quelques massages au dos et aux épaules. On finit même par te demander de t'occuper de sa toilette, chose que tu n'appréciais guère. Mais tu supportais ce dégoût. Tu y étais bien obligée, tu n'avais pas le choix.

Étant une jeune fille encore pure et innocente, tu ne t'attendais pas à ce que ça aille aussi « loin ». Un simple débordement chamboula ta vie, mais nullement la sienne. Tu n'avais que 13 ans, tu commençais seulement à devenir une petite demoiselle… Abusée et brisée en l'espace de quelques heures par ton maître ivre, aux gestes déplacés, tu ne pouvais plus retourner en arrière. Même les larmes ne te venaient plus lorsque tu voulais pleurer.

Le cauchemar se poursuivit sans jamais avoir de fin. Cédant à quelques fantasmes, il fit de toi sa poupée particulière, son parfait sujet d'expérimentation. Aujourd'hui encore, tu en gardes quelques séquelles et cicatrices.

Continuant dans ses délires les plus idiots, il songea alors à faire de toi, une source de revenue. A l'instar d'une maison close, il fit préparer une chambre toute spéciale dans sa demeure. Tu devais satisfaire ces messieurs, selon leur désir. Cela pouvait être une simple discussion. D'autres fois, tu devais t'investir un peu plus physiquement. Ce travail t’écœurait, mais au final, ton ressentit importait peut. Travailler. Toujours travailler. Satisfaire au mieux la clientèle. Toujours en faire plus…

Ce manège dura plusieurs années. Tu étais devenue une véritable attraction aux yeux de la clientèle masculine. Et maintenant tu as 17 ans. Tu es habituée à ce travail. Tu es tellement habituée que tu n'en ressens plus aucune sensation. Dégoût, plaisir… Cela ne te dit plus rien. Tu n'étais qu'un torchon, qu'un mouchoir qu'on utilisait. Tu étais devenue complètement blasée de cette vie que tu menais durement. Ton maître te le reprocha souvent. Tu devais sourire beaucoup plus, paraître belle et heureuse. Cela était bien au-dessus de tes forces. Et puis tu ne risquais pas grand-chose, dans le fond. Ton expérience faisait de toi, une personne qui ne connaissait plus la surprise. Tu avais déjà tout vu, du moins, de ton point de vue.

Emprisonnée, tu n'espères plus rien. Tu attends seulement la fin. Tu commences à te priver de nourriture et de sommeil. Bien que l’instinct de survie t'empêche d'atteindre ton but, peut-être cela paiera-t-il ?

Soi réel


Code du règlement :
Pseudonyme : Cali-near / DDS
Comment avez-vous connu ce forum : Je le connais depuis un petit moment déjà~
Autre chose ? : Cette fiche n'est pas à valider de suite. Il faudra attendre qu'un de mes rps avec Yamuraiha soit fini.



MAGI RPG soutient la création; cette fiche a été codée par Orange de CSSActif

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Invité
Invité

MessageSujet: Re: Najma, poupée de chiffon [Fini]   Jeu 18 Fév - 13:18

Bienvenue à toi jolie demoiselle
Revenir en haut Aller en bas

CHEF DE LA TROUPE DES VOLEURS

۞ 1ère apparition : 04/02/2016

۞ Rukhs : 744

۞ Rukh rose : Personne

۞ Localisation : Empire Reim

avatar
Hilel
CHEF DE LA TROUPE DES VOLEURS

MessageSujet: Re: Najma, poupée de chiffon [Fini]   Mar 23 Fév - 17:42

Rebienvenue <3


Vu que tout est OK au niveau de tes autres comptes je te valide ! <3

۞ • ۞ • ۞ • ۞

L - M - M - J - V - S - D


Hilel et Arya, sa soeur plus jeune à Alma Toran, merci Naya !:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Najma, poupée de chiffon [Fini]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Najma, poupée de chiffon [Fini]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Suis-je meilleur qu'une poupée de chiffon? [Fe]
» (OBERYN) poupée de chiffon.
» Abbigaelle Thuringwethil. Etrange poupée blonde. [ FINI ! ]
» [Validée]Godwrath D. Alexander [Fini]
» j''me suis fait tout p''tit devant une poupée qui disait non

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
MAGI RPG :: Archives :: Fiches-
Sauter vers: