AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Magie Blanche et magie Noire [PV Gyokuen Ren]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


avatar
Invité
Invité

MessageSujet: Magie Blanche et magie Noire [PV Gyokuen Ren]   Ven 25 Déc - 13:58


▶ MAGIE BLANCHE ET MAGIE NOIRE ◀
ft GYOKUEN REN



L'ambiance était glaciale, voire même insupportable. Une seule idée pouvait vous traverser l'esprit : partir. Partir loin de cet endroit, si possible au pas de course. Le grand hall qui servait aussi d'entrée au palais était vide, seul quelques soldats montaient encore la garde. Chaque bruit, quel qu’il soit, produisait un écho monstrueux. La jeune magicienne regrettait vivement d'avoir pris ses ballerines à talons, frissonnant d'horreur à chaque pas. Il était tout bonnement impossible de se faire discret.

Yamuraiha n'appréciait vraiment pas cette atmosphère pesante. Bien que l'endroit était spacieux et grand, la jeune femme semblait étouffer. N'osant pas marcher, elle restait là immobile, sous les yeux curieux des gardes.

Qu'est-ce qu'elle aurait aimé être ailleurs...

Ceci dit, que faisait la grande magicienne en ces lieux ? Elle se trouvait pourtant en territoire ennemi, et pas n'importe quel ennemi : Kou. L'empire Kou. Le palais de l'empire Kou. Rien que d'y penser, Yamuraiha en tressaillait.

Ce Sinbad... A défaut de se déplacer lui-même ou d'envoyer un autre général, il avait choisi Yamuraiha. Cette dernière avait pour mission de convaincre l'ennemi de passer un pacte et au mieux de signer un accord. Pour quoi ? Contre qui ? Et surtout pourquoi avec l'empire Kou ? Si seulement la réponse était si simple... Sinbad n'avait pas clairement dit ce qu'il avait en tête, mais la magicienne n'était pas dupe. Elle se doutait bien que toute cette mascarade, cette séduction n'avait pas pour réel but de faire du plus grand ennemi de Sindoria, un allié précieux. Magnostadt était certainement le point d'entente. Une alliance contre les mages, très certainement.

La magicienne d'eau ruminait un instant de sombres pensées, avant de se ressaisir. Elle devait garder son sang froid et la tête haute. En tant que membre des huit grands généraux de Sindoria, il était de son devoir de ne pas flancher face à l'adversité.

Alors qu'elle continuait de patienter, attendant qu'une personne vienne lui montrer le chemin dans ce grand palais, Yamuraiha eut une drôle d'impression. Quelque chose d'encore plus pesant que la situation actuelle. Une aura sombre et noire... Qu'est-ce que cela pouvait bien-t-il être ? Elle tourna sur elle même, pour détecter la source de cette aura.

▬ J'ai comme un mauvais pressentiment, marmonna la magicienne, restant attentive à ce qui se passait autour d'elle.

Elle ne le remarqua pas de suite, mais un rukh d'une noirceur incomparable se posa sur son épaule.


(C)DDS, NE PAS PLAGIER.
Revenir en haut Aller en bas


avatar
Invité
Invité

MessageSujet: Re: Magie Blanche et magie Noire [PV Gyokuen Ren]   Sam 26 Déc - 20:51

Une belle journée s'annonçait : le ciel était empli de nuages gris et il pleuvait. Quoi de plus agréable pour commencer la journée ?
L'impératrice acheva de sa toilette matinale et sortit de sa chambre luxueuse. Elle essaya de se rappeler de son emploi du temps de la journée, tout en se dirigeant vers la salle du trône. Ah, cela lui revenait, elle n'avait qu'à présider une simple réunion d'Al-Thamen dans l'après-midi. Rien de bien passionnant.
Arrivée à son trône, elle s'installa, prête à recevoir les requêtes et dépositions des sujets de Kô, quand elle entendit quelqu'un arriver en courant. Le bruit de ses pas résonnait sur tout le pavage en marbre de la grande salle. Qui donc faisait preuve d'une si grande impolitesse ?
L'impudent arriva à la hauteur de Gyokuen, et se prosterna devant elle. "À quoi bon ?", pensa l'impératrice. Il avait beau exécuter toutes formalités de la sorte, il avait commis la terrible erreur d'agacer la grande et redoutable prêtresse d'Al-Thamen.
Gyokuen comprit qu'il n'était qu'un simple messager, et qu'il ne fallait pas se brusquer pour un être si peu important, lorsqu'il dit les paroles suivantes :

"Ô grande impératrice ! J'ai un message de toute importance pour vous !"


Un message ? Allons bon. Que se passait-il encore ? Pourvu que cela soit distrayant.

"Une jeune femme vient d'arriver au palais ! Elle prétend venir et tant que représentante du royaume de Sindoria !"

Quelqu'un du royaume de Sindoria, hein ? Ce n'était probablement pas Simbad, il devait être occupé, et il aurait prévenu de sa visite. Qui ce roi stupide avait-il donc envoyé pour le représenter, et pourquoi ? À y réfléchir, cette personne faisait probablement partie de l'un de ses huit généreux.
Eh bien, finalement, cela était intéressant.

"Connaît-on son nom ? A-t-elle précisé la raison de sa visite ?" demanda l'impératrice au messager, qui semblait exténué. Il est vrai que le palais de Kô était immense, il avait dû parcourir une certaine distance avant d'arriver.

Le pauvre messager répondit qu'il n'avait aucune autre information. Dommage. Gyokuen décida de se rendre elle même dans le grand hall rencontrer cette jeune demoiselle.

"Bien. Et bien je vais aller la rencontrer. Serviteurs ! Préparez-nous le petit boudoir doré, afin que nous puissions y discuter tout à notre aise et sans indiscrétion !" ordonna l'impératrice.

Suivie de deux gardes, tandis que d'autres servantes s'empressaient de se rendre au boudoir, Gyokuen se dirigea vers le hall d'entrée.

Arrivée devant la porte de la salle elle ordonna à ses gardes de s'arrêter ici, tandis qu'elle s'infiltra le plus silencieusement possible dans la salle, sans que ladite envoyée de Sindoria de ne la remarque pas. Ainsi, l'impératrice pouvait la voir sans être vue.  

Le messager n'avait pas menti, c'était en effet une jeune femme. Elle portait effectivement l'uniforme des généraux du roi Simbad : une large tunique blanche aux bordures vertes. De puis, à en voir son chapeau et son sceptre, c'était probablement une sorcière.

"Zut", se dit Gyokuen. Si cette jeune fille maîtrisait la magie, elle devait probablement ressentir le grand nombre de rukhs noirs qui s'agglutinaient autour d'elle. Enfin, tant pis, que que pouvait-elle y faire ?

L'impératrice décida de faire savoir sa présence. Elle s'approcha, et dit :

"Eh bien, mademoiselle ! Vous avez du faire un long chemin pour arriver jusqu'ici, à l'empire Kô ! Vous me voyez impatiente d'en connaître la raison ! Peut-être désireriez-vous me parler ? Mais ce grand hall froid et vide me paraît peu approprié. J'ai demandé à ce qu'une pièce soit préparée en ce but, nous pourrons ainsi parler à notre aise et en toute discrétion. Suivez moi."
Revenir en haut Aller en bas


avatar
Invité
Invité

MessageSujet: Re: Magie Blanche et magie Noire [PV Gyokuen Ren]   Dim 27 Déc - 23:15


▶ MAGIE BLANCHE ET MAGIE NOIRE ◀
ft GYOKUEN REN



Instinctivement, Yamuraiha restait sur ses gardes. Jamais elle n'avait été aussi tendue - sauf peut-être suite à quelques nuits blanches de travaux pointus. Elle tourna un peu la tête et remarqua enfin ce petit rukh noir qui s'était posé sur son épaule. Par réflexe, elle balaya doucement le petit oiseau noir, l'obligeant à se poser ailleurs. Si ce rukh était ici, cela signifiait qu'une personne emplie de haine et de sournoiserie se trouvait dans les parages.

Yamuraiha ne mit pas trop longtemps à trouver cette personne. Elle était même venue de son propre chef jusqu'à la magicienne d'eau.

C'était une dame vêtue de beaux et précieux habits, typiques de l'empire Kou. Ses cheveux noirs de geais encadraient son fin visage et de fines tresses se joignaient à l'arrière de sa tête, accrochée l'une à l'autre par une belle coiffe. Sa beauté et son charme forçaient le respect.

Bien que l'inconnue ne s'était pas présentée, il n'était pas difficile de comprendre qu'elle était noble et possédait très certainement un titre de haut rang. A bien y réfléchir, Yamuraiha supposait qu'il s'agissait peut-être de l'impératrice. Elle correspondrait, en effet, à la description qu'on lui en avait fait. Cependant, pourquoi une personne aussi importante aurait pris la peine de se déplacer jusqu'à son hôte ? Étrange... D'autant plus que ces rukhs noirs tournaient en permanence autour d'elle, comme s'ils étaient attirés par sa présence.

Yamuraiha avala sa salive. Maintenant qu'elle était arrivée jusqu'ici suite à un long voyage, ce n'était pas le moment de se montre impolie. Elle prit une grande inspiration et suivit l'inconnue, gardant une distance raisonnable entre elles deux.

▬ Oh, je suis très honorée de vous rencontrer, ma... Majestée. Je vous remercie pour votre hospitalité et cet accueil chaleureux. Yamuraiha se permit une petite révérence en courbant légèrement son dos et continua ensuite à marcher au même rythme que la souveraine des lieux. Je me nomme Yamuraiha et je suis venue à vous aujourd'hui en tant qu'ambassadrice du royaume de Sindoria. Mon roi aurait aimé pouvoir s'entretenir avec vous, mais il s'est avéré que le temps lui manquait ces jours-ci. Il m'a envoyé pour vous formuler... Une requête si je puis dire.

Yamuraiha fixa un instant l'impératrice, ou du moins la personne qu'elle pensait être l'impératrice. Elle se sentait un peu gênée, voire embarrassée. Elle avait pourtant l'habitude de converser avec de grandes personnes, mais le soucis était autre... Magnostadt... Kou... Et ces rukhs noirs qui leur tournaient autour... Yamuraiha essayait tant bien que mal de les ignorer, mais une certaine angoisse la tenait toujours au niveau de la gorge.

▬ J'imagine que vous connaissez ce royaume grandissant qu'est celui de Magnostadt, le pays des magicien ? Et bien... La puissance de ce territoire ne cesse de croître de jour en jour et le souverrain souhaite imposer sa propre vision et ses propres lois au monde entier. Bien entendu, cela pose quelques soucis, notamment au niveau de la paix entre les nations. Magnostadt est devenu.. Dangereux...

Yamuraiha hésita un instant. Il fallait qu'elle se ressaisisse et vite. Sa légère panique être était bien trop présente, la magicienne commençait à manquer d'assurance et cherchait ses mots. C'était mauvais, très mauvais... Même si la magicienne aurait souhaitait ne jamais devoir dire ces mots, elle s'y força tout de même. Elle avait fait son choix après tout. Elle avait décidé de suivre son roi Sinbad, alors qu'elle aurait bien pu rejoindre les rangs de son père, auprès de ses semblables les mages. Yamuraiha trembla légèrement.

▬ Sinbad souhaiterait avoir un accord avec l'empire Kou : une entente visant à s'unir contre le royaume de Magnostadt dans l'éventualité d'un conflit ou même... D'une guerre. Voilà la raison de ma venue.

La magicienne ralentit soudainement le pas. Elle ne se sentait pas bien. Elle ne voulait qu'une chose, tourner les talons et fuir le plus loin possible. Mais le mal était fait et les dés jetés. Il n'était plus possible de faire marche arrière désormais.


[A bien y réfléchir, ça ferait presque un rp-histoire xD J'ai posté, mais je corrigerai mes fautes au fur et à mesure. Désolé pour la gêne occasionnée, surtout lors de la lecture.]


(C)DDS, NE PAS PLAGIER.
Revenir en haut Aller en bas


avatar
Invité
Invité

MessageSujet: Re: Magie Blanche et magie Noire [PV Gyokuen Ren]   Mer 30 Déc - 3:09

À peine l'impératrice se retournait pour conduire son hôte inconnue au petit salon qu'elle avait fait préparer, la jeune femme prit la parole :

-▬ Oh, je suis très honorée de vous rencontrer, ma... Majestée. Je vous remercie pour votre hospitalité et cet accueil chaleureux.

Elle semblait très tendue, et une peur panique émanait d'elle. Cependant, elle continua de parler, et se présenta :

-Je me nomme Yamuraiha et je suis venue à vous aujourd'hui en tant qu'ambassadrice du royaume de Sindoria. Mon roi aurait aimé pouvoir s'entretenir avec vous, mais il s'est avéré que le temps lui manquait ces jours-ci. Il m'a envoyé pour vous formuler... Une requête si je puis dire.

Une requête, hein ? Un rictus laissa place au sourire de marbre de l'impératrice. Pourquoi le préciser ? Elle se doutait bien que cette nommée Yamuraiha n'était pas venue pour prendre le thé. Enfin, Gyokuen était de bonne humeur. Elle décida donc de ne pas titiller sa très chère invitée tout de suite, elle aura, après tout, tout le temps plus tard.

L'ambassadrice du royaume de Sindoria semblait à priori pressée, car elle énonça sa requête alors que les deux femmes étaient encore dans un des grands couloirs.

▬ J'imagine que vous connaissez ce royaume grandissant qu'est celui de Magnostadt, le pays des magicien ? Et bien... La puissance de ce territoire ne cesse de croître de jour en jour et le souverrain souhaite imposer sa propre vision et ses propres lois au monde entier. Bien entendu, cela pose quelques soucis, notamment au niveau de la paix entre les nations. Magnostadt est devenu.. Dangereux...

L'impératrice se demandait à quoi pouvait bien servir ces petites pièces confinées de réception qui étaient entièrement soigner pour ne montrer que le plus beau, le plus merveilleux de l'empire Kô aux étrangers, puisqu'apparemment,  ces derniers se sentaient mieux dans les couloirs pour converser. Enfin...

Magnostadt ? Dangereux ? Aux yeux de Gyokuen, ce n'étaient qu'un simple attroupement de personnes se disant magiciennes, alors qu'elle ne lui arrivaient même pas à la cheville. Al-Thamen comptait bon nombre de magiciens aussi, et eux étaient bien plus compétant, étant donné qu'ils avaient accès aux magies anciennes d'Alma Torran. Et puis si jamais cela ne suffisait pas... L'armée de Kô était extrêmement puissante, et puis, il y avait tout de même six nettoyeurs de donjons. Non, pas dangereux. Inoffensif semblait bien plus approprié.

▬- Sinbad souhaiterait avoir un accord avec l'empire Kou : une entente visant à s'unir contre le royaume de Magnostadt dans l'éventualité d'un conflit ou même... D'une guerre. Voilà la raison de ma venue.

Ah, voilà enfin quelque chose d'amusant. Mais pourquoi un accord avec ce stupide roi de Sindoria ? Il est puissant, certes, mais son pays est encore à l'état de nourrisson et ne possède pas une très grande force guerrière, si ce n'est que les huit généraux. Toutefois, il est vrai que Sindoria était le siège de l'alliance des Sept Mers, qui était, il faut bien le reconnaître, assez puissante. Mais les différents alliés de Sindoria étaient-ils tous au courant et d'accord de ce que Simbad préparait ? Cela n'était pas précisé. Kô n'était pas réputé pour avoir de bonnes relations avec les pays environnants, et cela était probablement de mise également pour au moins un pays allié de Sindoria. Peut-être même que Simbad souhaitait secrètement que Kô intègre l'alliance. Mais si c'était le cas, il pouvait le mettre le doigt dans l'œil.

C'était avec ces pensées un peu confuses que l'impératrice ouvra finalement la double porte du petit boudoir doré. Cette appellation n'était en rien exagérée : dans le but d'impressionner les étrangers, la pièce avait été entièrement décorée, du sol au plafond, à l'aide de feuille d'or. De nombreuses décorations et ornements étaient fixés sur toute surface exploitable de la salle, donnait un air baroque extrêmement surchargé. Tout cet or, parfaitement astiqué, miroitait de milliers d'éclats et éblouissait la vue.
Sur la demande de Gyokuen, la salle avait été chauffée, les lumières étaient allumées, et des petits gâteaux ainsi que du thé chaud attendaient les deux femmes sur une table basse ronde, elle aussi aux couleurs de la pièce, encadrée de deux banquettes moelleuses.

Yamuraiha semblait fortement mal à l'aise. Elle affichait une mine soucieuse et inquiète. La voyant debout, plantée à l'entrée de la salle, l'impératrice l'invita chaleureusement à entrer et à s'installer sur une des banquettes. C'est alors qu'elle porta son attention sur le sceptre de l'ambassadrice de Sindoria. Ce même sceptre, quelques minutes plus tôt, lui avait donné la certitude qu'elle était mage.
Mais alors...

Gyokuen s'était dit qu'elle n'allait pas embêter son invitée ? Eh bien, tant pis. Elle tenait là une occasion en or, quelque chose qu'elle ne pouvait, sous aucun prétexte, manquer.

— Une alliance avec le royaume de Sindoria, mmh ? Mais dites-moi... que nous apporterait-elle, à nous, cette alliance ?
Vous avez peur de Magnostadt, c'est un fait. Mais quémander de l'aide, c'en est une autre. Si vous craignez tant Magnostadt, pourquoi ne pas intégrer l'empire Kô ? Nous, nous avons à fortiori rien à gagner de votre alliance, ce n'est pas équitable. L'annexion de votre petit royaume au notre le serait plus !
Mais dites moi... vous êtes une mage, n'est-ce pas ? Vous venez donc de Magnostadt, vous aussi. Auriez vous fui votre patrie ? Pourquoi souhaitez vous trahir les vôtres ? N'avez vous aucune famille, aucuns amis en ces lieux ? Que vont-ils penser des actes que vous êtes sur le point de commettre ?


Sur son visage se trouvait un des sourires dont elle seule avait le secret : sinistre, à glacer le sang, narquois.

Puis, se disant qu'elle allait peur-être un peu trop loin, elle décida de ralentir le jeu. Comme à son habitude, elle se métamorphosa de nouveau, cette fois-ci en abordant le masque de mère maternelle, chaleureuse, affectueuse et souriante :
Allons, allons, ce n'est pas la peine de partir sur de mauvaises bases. Je suis sûr que nous arriverons à trouver un point d'entente, n'est-ce pas ? Désireriez-vous une tasse de thé ?
Revenir en haut Aller en bas


avatar
Invité
Invité

MessageSujet: Re: Magie Blanche et magie Noire [PV Gyokuen Ren]   Dim 17 Jan - 1:17


▶ MAGIE BLANCHE ET MAGIE NOIRE ◀
ft GYOKUEN REN



Les deux dames continuèrent leur chemin jusqu'à la dite salle de réception. Réfléchissant et prenant un peu de recul, la magicienne aux cheveux bleutés commença à regretter ses paroles et se mordit les lèvres. Quelle idiote. En l'espace de quelques minutes seulement, elle avait débité toutes les informations que Sinbad lui avait transmises. Elle n'avait pas sur retenir sa langue.

Le stresse qui la gagnait par moments, l'avait poussé à s'exprimer de manière irréfléchie. Il ne fallait pas oublier que le sujet était assez important et méritait une certaine discrétion. Et si l'impératrice refusait l'offre du roi du Sindoria à cause de son attitude déplacée ? Et si quelqu'un les avait entendu ?...

Pour ce coup-ci, Yamuraiha n'avait point assuré. Elle perdait même peu à peu cette assurance qui lui gonflait bien les chevilles à Sindoria.

Continuant de se morfondre en silence, l'impératrice de Kou marqua un arrêt devant de somptueuses portes. Il s'agissait d'une cloison joliment sculptée en bois d'ébène et aux contours faits de dorures et de feuilles d'or. La magicienne ne pouvait cachait ses yeux, ébahie. Quelle préciosité pouvait bien cacher ces deux portes ? Yamuraiha ne tarda pas à le savoir...

C'était une pièce aux murs hauts et décorés du sol au plafond. C'était impressionnant. Cette richesse de Kou avait de quoi faire des envieux. En revanche il y avait à peine de la place pour s'installer autour d'une petite table tout aussi magnifique. La décoration, bien trop chargée et envahissante aux yeux de la générale semblait tomber sur ses habitants.

Yamuraiha était encore plus perdue. Comment garder son calme et son sang-froid dans pareille situation ? Son manque d'expérience en tant qu'ambassadrice se faisait bien ressentir. L'endroit avait beau être magnifique, brillant et luxueux, Yamuraiha n'avait qu'une idée en tête : partir au plus vite. Après tout, la situation était quelque peu étouffante et cet endroit surchargé n'aidait pas vraiment. Malheureusement, cette affaire n'était pas à bâcler sur un simple coup de tête.

La magicienne resta là, sur le palier, comme paralysée. Elle dut attendre l'invitation de sa majesté pour avancer doucement, mais sûrement, jusqu'au divan qui lui était si gentiment proposé. Une fois installée, elle lança un léger regard en direction de son hôte pour l'analyser un peu plus. Quelque chose clochait avec cette femme... Elle émanait une aura... Dérangeante...

Yamuraiha serra son bâton en corail, peu rassurée.

C'est alors que l'impératrice répondit enfin à la magicienne. Enfin. Attendant une certaine délivrance dans les propos de la dame, Yamuraiha ne s'attendait pas à ce qu'on l'attaque ainsi. C'était fin, subtile,... La femme aux longues tresses savait jouer avec les mots. En plus de pointer du doigt la belle faille de cette alliance mal agencée, elle avait su toucher la corde sensible d'Yamuraiha.

Un frisson glacial parcourut le dos de la jeune femme au grand chapeau, à la vue du sourire sinistre et moqueur de l'impératrice. C'en était déstabilisant...

"Ne pas craquer. Surtout ne pas partir en courant, ce n'est pas digne d'un général de Sindoria... Ressaisis-toi Yamu, on dirait une enfant... Tu as fait ton choix après tout, ignore la...". Ses pensées redonnèrent un second souffle à la magicienne d'eau. Elle inspira longuement, se calmant. Elle en profita aussi pour s'installer plus convenablement sur le fauteuil.

Ce n'était pas l'heure de flancher ou de montrer des signes de faiblesse :  la bataille ne faisait que commencer. "Ne perds pas de vue la raison de ta présence ici...".

Yamuraiha leva la tête d'un air plus déterminé, malgré un fond de peur. Elle osa provoquer sa majesté en la fixant un instant dans le blanc des yeux, un fin sourire au coin des lèvres.

▬  Oui, j'aimerais bien goûter à votre thé et m'hydrater, répondit-elle tout en posant son bâton sur la banquette, non loin d'elle. Ma gorge est un peu sèche pour pouvoir discuter convenablement. Il serait regrettable que je dise quelques sottises.

Ignorant l'atmosphère désagréable, Yamuraiha essayait de reprendre le dessus. Ne pas paniquer. Assurer.

▬  Je comprends votre réticence vis-à-vis de cette requête. J'imagine que vous la trouvez d'ailleurs bien arrogante, à l'image même de notre roi. Cependant... J'ai cru comprendre que Magnostadt était un territoire que vous convoitez ? Il semblerait que vous ayez quelques ententes et commerces "particuliers" avec ce pays, n'est-ce pas ? Pourquoi ne pas en faire une partie intégrante à votre empire.

Yamuraiha sourit d'une manière mesquine pour cacher sa tristesse. Ses yeux brillants d'une malice trompeuse, elle posa sa main sur son menton et poursuivit.

▬  Nous ne pouvons nous permettre de vous donner Sindoria, mais vous pourrez librement annexer Magnostadt et ses précieuses ressources. Tout sera à vous, tout.


[HRP : Désolé pour ce retard considérable. J'ai brièvement corrigé, mais j'imagine que des fautes ont du encore m'échapper. J'espère ne pas avoir été trop confuse dans ce post.]


(C)DDS, NE PAS PLAGIER.
Revenir en haut Aller en bas


avatar
Invité
Invité

MessageSujet: Re: Magie Blanche et magie Noire [PV Gyokuen Ren]   Mar 26 Jan - 23:06

HRP : Désolée pour le retard ! J'ai eu une semaine assez mouvementée et en plus pas vraiment d'idées pour continuer... du coup, j'espère que ça te conviendra.

L'impératrice attendait calmement la réponse de son interlocutrice, tout en la dévisageant. Celle-ci semblait toute tétanisée, sans aucun doute oppressée par le décor surchargé du boudoir, et la présence de nombreux rukhs noirs dans les environs. Yamuraiha s'installa dans son fauteuil, et releva la tête.
Étrangement, son regard avait changé. Il semblait à présent déterminé, vaillant, décidé. Intéressant. C'était sans aucun doute cette stupide détermination à toute épreuve dont font part à longueur de journée les gentils petits héros naïfs et stupides dans les histoires pour enfants. Allons bon. Qu'est-ce que la sorcière marine nous réservait-elle ?

– Oui, j'aimerais bien goûter à votre thé et m'hydrater. Ma gorge est un peu sèche pour pouvoir discuter convenablement. Il serait regrettable que je dise quelques sottises.
Je comprends votre réticence vis-à-vis de cette requête. J'imagine que vous la trouvez d'ailleurs bien arrogante, à l'image même de notre roi. Cependant... J'ai cru comprendre que Magnostadt était un territoire que vous convoitez ? Il semblerait que vous ayez quelques ententes et commerces "particuliers" avec ce pays, n'est-ce pas ? Pourquoi ne pas en faire une partie intégrante à votre empire.
dit-elle, avec un sourire mesquin en coin.

Gyokuen était surprise de cet affront. Son interlocutrice ne devait pas réellement tenir à la vie, oui, c'était ça. De toute façon, il n'y avait pas réellement d'autres possibilités.

La jeune sorcière de Sindoria rajouta :
– Nous ne pouvons nous permettre de vous donner Sindoria, mais vous pourrez librement annexer Magnostadt et ses précieuses ressources. Tout sera à vous, tout.

Comment ça, ne pas donner Sindoria ? Parce qu'ils croyaient qu'ils avaient réellement le choix ? Si   la grande prêtresse d'Al-Thamen voulait quelque chose, ce n'était pas ce tout petit royaume –et encore moins une petite sorcière de moins que rien– qui allait l'empêcher de l'obtenir.

Heureusement pour la petite effrontée, même si Sindoria était bien alléchant, il ne l'était pas plus que cela aux yeux de l'impératrice, tout comme Magnostadt d'ailleurs. Elle, elle voulait juste s'amuser. Politique, politique, politique... tout ses conseillers et plus généralement tous les gens autour d'elle n'évaient que ce mot là à la bouche. Mais qu'est-ce que cela était barbant...

C'était bien l'unique point sur lequel elle était parfaitement d'accord avec Judal, le jeune Magi de Kô. Elle laissait volontiers cette discipline à son beau-fils Kôen, qui semblait s'en passionner au plus haut point. Malheureusement, du moins aux yeux de Gyokuen, aimer la politique et avoir un cerveau n'étaient pas compatibles.

Yamuraiha devait certainement attendre une réponse. Que répondre ? Aller l'envoyer rendre visite au grand Kôen car elle n'était pas disposée à répondre ? Non. Kôen lui en voudrait certainement par la suite, et l'impératrice passerait pour une faible aux yeux de son interlocutrice. L'envoyer sur les roses ? Allons donc, elle était une impératrice, pas une vulgaire paysanne.

Oh, elle avait trouvé. Elle allait jouer au jeu du chat et de la souris. Enfin, pas exactement. Pas le jeu auquel jouent les jeunes enfants dans les maisons les moins distinguées qui soient, mais bien ce qu'il se passe après, une fois que le chat a attrapé sa souris.

À l'aide de sa magie, l'impératrice fit voleter la théière jusqu'à la tasse de l'envoyée de Sindoria. La jolie théière tout aussi dorée que la salle dans laquelle elle se trouvait servit le thé avec grâce, avant d'aller se reposer d'elle même à sa place. En utilisant la même magie, Gyokuen ferma également le verrou de la pièce, dans un bruit sourd.

La jeune sorcière aux cheveux bleus ne le savait probablement pas, mais la pièce était totalement insonorisée, insensible à la magie offensive, et blindée. Ce qui allait se passer par la suite risquait d'être intéressant...

La prêtresse d'Al-Thamen fit l'un des plus beaux sourires qu'elle gardait en réserve. Pas l'un de ses sourires démoniaques, non. Un sourire des plus maternels, ceux qu'elle réservait à ses deux jeunes enfants Hakuryuu et Hakuei, lorsqu'ils étaient plus jeunes.

–Eh bien, eh bien. Tu sembles sûr de toi et déterminée, Yamuraiha. C'est bien. Tu es une bonne sorcière. Tu sais, nous ne possédons pas particulièrement de marchés avec le petit pays qu'est Magnostadt, du moins, pas depuis une dizaine d'années au moins. Cette région ne m'intéresse pas plus que cela.
En revanche, toi, tu m'intéresses. Tu es prête à sacrifier ton pays natal pour ton petit confort ? Et pourtant, ton rukh est des plus blanc qui soit, aussi blanc que la neige. C'est intéressant, tu sais, très intéressant. J'aimerais faire plus ample connaissance avec toi. Tu pourrais devenir une sorcière vraiment talentueuse, tu sais.


L'impératrice se rapprocha de la jeune mage et susurra :

–Je peux te donner quelques conseils pour cela. Avec cette puissance, tu pourrais à toi seule protéger toutes les personnes qui te sont chères, et même le nouveau pays que tu affectionnes au plus haut point, Sindoria. Qu'en penses-tu ?

Gyokuen se tenait devant son interlocutrice, baissée, si près qu'elle pouvait sentir son souffle sur son visage, lorsqu'elle souffla ces derniers mots. Lentement, elle se replia, retourna à la place, s'assit, et prit sa tasse, en soufflant sur le dessus, pour faire refroidir le thé.

– Bois ton thé, pendant qu'il est encore chaud.
Revenir en haut Aller en bas


avatar
Invité
Invité

MessageSujet: Re: Magie Blanche et magie Noire [PV Gyokuen Ren]   Dim 7 Fév - 0:13


▶ MAGIE BLANCHE ET MAGIE NOIRE ◀
ft GYOKUEN REN



Yamuraiha fixait encore l'impératrice, d'un regard peut-être un poil trop insistant. Voulant reprendre confiance en elle et en ce qu'elle disait, voilà qu'elle manquait de respect.

S'en rendant soudainement compte, elle eut comme un léger mouvement de recul dans son siège et posa son regard sur les décorations encombrantes de la pièce. Son hôte allait mal prendre ses propos, c'était une certitude. Yamuraiha aurait du s'exprimer autrement, formuler d'autres phrases… Elle le savait… Mais n'a pas su le faire.

La magicienne d'eau jeta à nouveau un petit coup d'oeil en direction de l'impératrice. Contrairement à ce qu'elle aurait pu croire, elle mettait un certain temps à répondre. Cette proposition demandait une certaine réflexion et de se poser pour y réfléchir, cependant… Yamuraiha pouvait lire dans son regard le « non » qu'elle tentait tant bien que mal à formuler.

Semblant un poil agacé, elle fit voler une théière et servit le thé encore chaud, dans deux belles tasses. Yamuraiha observa le liquide coulait, comme si elle était absorbée. Les arômes envahissaient doucement l'air de leur douce odeur.

Elle semblait littéralement ailleurs… Mais un bruit la ramena à la réalité. Le bruit d'un cadenas ou d'une porte qui se ferme, un « clac » sourd. Instinctivement, Yamuraiha tourna la tête vers l'entrée. « Elle a du nous enfermer... » pensa-t-elle tout en se mordant la lèvre inférieure. L'avait-elle vexée à ce point ? Le stress remontait en flèche.

L'impératrice de Kou esquissa un doux sourire. Celui d'une mère patiente et attentionnée, se voulant rassurante au possible. Mais Yamuraiha n'était pas dupe. Elle devinait une certaine tempête qui se profilait dans son regard tendre.

La magicienne se mordit la langue en écoutant les propos de Gyokuen. L'empire n'était donc pas intéressé par Magnostadt ? Quelle grossière erreur…

Elle continua de monologuer prétextant que Yamuraiha l'intéressait. La femme aux cheveux bleus se sentait presque flattée, si seulement l'ambiance était moins sinistre. Quand elle mit le point sur le fait qu'elle était prête à trahir son pays d'enfance, Yamuraiha frissonna de tous ces membres. Pourquoi revenir sur des sujets aussi fâcheux… Elle ne voulait plus rester ici, elle voulait simplement partir. Qu'on la laisse tranquille avec toute cette affaire. Qu'on la laisse tranquille…

Ses dernières paroles sonnèrent comme un ordre. Yamuraiha s'exécuta au risque de se brûler. Elle força un sourire pour laisser paraître le moins possible, ses véritables sentiments du moment.

▬  J-Je suis bien flattée de vos propos. Cependant, je ne mérite pas pareils compliments, affirma-t-elle tout en sirotant doucement le contenu de sa tasse. Votre thé est excellent en revanche…

Yamuraiha marqua une petite pause. Il n'était plus nécessaire de parler de Magnostadt, elle n'allait que s'enfoncer sans rien y gagner, se plaçant certainement dans une position assez gênante et qui pourrait la porter à faux.

L'impératrice s'approcha d'elle venant lui parler d'une voix basse. Yamuraiha ne put s'empêcher de fermer les yeux, comme pour fuir.

▬  Je ne pense pas à mon confort personnel, mais à celui du royaume que je sers. Magnostadt n'est malheureusement plus ce royaume… C'est ainsi. Et-Et je ne vois pas ce que vous pourriez m'apporter. Je sais comment protéger les personnes que j'aime. C'est très gentil à vous, mais vous n'avez pas de temps à perdre avec une simple magicienne telle que moi. D'ailleurs arrêtons de parler de ma petite personne. Si les négociations ne peuvent aller plus loin, je n'ai plus qu'à partir et vous laisser tranquille…

Elle voulait fuir. Elle n'avait que ce mot en tête. Elle ne supportait plus cette pression. L'impératrice se trouvait très proche d'elle, trop proche même. Si seulement ces rukhs noirs étaient resté loin. Ils étaient bien là où ils étaient. Désormais, il virevoltait autour de Yamuraiha, se posant tantôt sur elle. La magicienne avait un sentiment de dégoût et se retenait de donner quelques petites pichenettes aux oiseaux ténébreux.

Yamuraiha se tourna vers l'impératrice, se sentant étrangement impuissante. La peur grandissante la paralysait à nouveau.

Elle se décala un peu sur le côté, comme pour chercher à respirer de l'air pur.

▬  Votre thé est très bon… Vous ne devriez pas le laisser refroidir non plus. Ce serait bien dommage, majestée.

Yamuraiha détourna de nouveau le regard, vers la porte d'entrée et se leva, mal à l'aise. Elle empoigna son sceptre en passant.

▬  Je ne me sens pas très bien non plus… J'ai l'impression d'étouffer… Puis-je sortir prendre un peu l'air et me remettre les idées en place ? Demanda-t-elle tout en s'approchant de la porte de sortie et en tentant de l'ouvrir.

Elle n'y parvint pas.




(C)DDS, NE PAS PLAGIER.
Revenir en haut Aller en bas


avatar
Invité
Invité

MessageSujet: Re: Magie Blanche et magie Noire [PV Gyokuen Ren]   Sam 5 Mar - 17:43

La jeune sorcière aux cheveux bleus semblait inquiète et peu rassurée. En même temps, cela était logique : elle se trouvait dans un terrain inconnu pour elle, et enfermée avec une personne redoutablement dangereuse. N'importe qui aurait eu peur à sa place.

Gyokuen remarqua aisément le malaise de Yamuraiha. Cette dernière avait fermé ses yeux, certainement pour se concentrer et réfléchir à une réponse solide pour contrer les dires de l'impératrice, ou pour s'évader de cette situation contraignante, ne serait-ce que quelques instants.

L'impérarice fixa la jeune sorcière aux cheveux bleus, qui portait lentement ses lèves à sa tasse de thé.

" -J-Je suis bien flattée de vos propos. Cependant, je ne mérite pas pareils compliments. Votre thé est excellent en revanche…"


Le thé était délicieux ? Tant mieux, car cela risquait bien d'être le dernier de la messagère... Un sourire carnassier s'affichait sur le visage parfait de Gyokuen. Si seulement elle savait...

Yamuraiha se mit à parler du royaume qu'elle servait à présent, puis déclina poliment la proposition de Gyokuen. L'impératrice n'écoutait tout cela que du oreille distraite, pour la bonne raison qu'elle était totalement proie à l'extase la plus folle, à la simple idée de la suite des évènement. Sa folie reprenait le dessus, et un fourmillement d'excitation l'envahissait prestement.
Seule la dernière phrase de la jeune sorcière arriva jusqu'à son cerveau :

" Si les négociations ne peuvent aller plus loin, je n'ai plus qu'à partir et vous laisser tranquille…"


Oh, que non, elle n'allait pas partir. Enfin, si, en quelques sortes, mais certainement pas de la manière dont elle le concevait...

De ses yeux perçants, Gyokuen Ren, Impératrice de Kô, ne se lassait de regarder la petite proie bientôt dévorée, ce qui semblait mettre mal à l'aise au plus haut point la pauvre mage de l'eau. Cette dernière décida de relancer la conversation :

"- Votre thé est très bon… Vous ne devriez pas le laisser refroidir non plus. Ce serait bien dommage, majesté."


La prêtresse d'Al-Thamen ne put s'empêcher de laisser s'échapper un petit gloussement. Étant donné le contenu de la tasse, il était préférable de la laisser refroidir, et même, de la jeter sur le champ !

Ses pensées morbides furent stoppées par le lever de Yamuraiha, qui se dirigeait vers la porte. D'une voix étouffée, elle demanda :
"- Je ne me sens pas très bien non plus… J'ai l'impression d'étouffer… Puis-je sortir prendre un peu l'air et me remettre les idées en place ?"


Ah, si elle ne se sentait pas bien....c'était bon signe ! Le poison commençait sûrement à faire effet.
La sorcière aux cheveux bleus attrapa la poignée, la tourna et... rien ne se passa.

Comprenait--elle seulement maintenant qu'elle n'avait plus aucune solution de fuite ? Gyokuen éclata d'un rire terrifiant, incontrôlé et maléfique à la vue du regard interrogatif de sa proie.
Elle s'exclama, d'une voix éraillée :
"- Eh bien, ma petite Yamuraiha ! Tu croyais pouvoir partir comme ça ? Ce n'est pas très poli de ta part, voyons... Tu es bien naïve... Tu devrais faire attention à ce que tu bois, surtout en terrain ennemi !"

L'impératrice ne pouvait s'arrêter de rire aux éclats, dans un tumulte à glacer le sang. La folie fourmillait dans ses veines, elle était totalement possédée. Sur son visage se lisait un sourire dont elle avait le secret : le masque de jeune et belle mère maternelle et bien attentionnée avait laissé place à un visage dévoilant la véritable personnalité de Gyokuen : une sorcière voguant dans la folie avide de répandre le mal.

"-Eh oui, ma petite chérie, tu comprends maintenant, hein ? Le thé est empoisonné ! Tu dois déjà commencer à sentir une chaleur envahissante dans ton corps... Au fur et à mesure, elle te brûlera, et te paralysera. Tu souffriras atrocement, mais tu ne pourras pas bouger ! Hahahaha !!!! S'en suivra la paralysie de ton cœur, soit, la mort. C'est amusant, hein ? Ça te fait quoi, de savoir que tu vas mourir dans quelques minutes ? Hein ! HEIN !!! DIS-MOI, JE VEUX SENTIR TA PEUR ET TA SOUFFRANCE, PETITE PROIE !!!"


Commençant à manquer d'air, la sorcière maléfique se reprit, tout en s'approchant de Yamuraïha.
Elle arriva tout près d'elle, et chuchota :
"-Tu vas mourir, seule. Personne ne le saura, ni à Sindoria, ni à Magnostadt. Ça te fait quoi de savoir que tu ne reverras plus jamais tous les êtres qui te sont chers ? Et dire que tout à l'heure tu disais pouvoir les protéger... Tu t'es surestimée, on dirait, hein ? Allez, allez, pense à eux. Pense à ce crétin de stupide roi Sinbad, pense aux autres généraux, pense à cette ordure de Matal Mogamett, ton petit papa adoré... "

Elle s'arrêta un instant, le temps de contempler la jeune captive, puis repris à nouveau :
"-Tu sais, tu n'es peut-être pas perdue. J'ai une antidote, cachée dans les tréfonds du palais. C'est simple, si tu souhaites la recevoir, il te suffit de rejoindre Al-Thamen... Mais décide-toi rapidement, tu n'as plus que quelques minutes devant toi... Je vais d'ailleurs te laisser seule, il te faut bien ça pour faire le bon choix ! Si jamais tu décides de suivre le chemin que je te propose, prononce-le, je t'entendrai. À plus tard, petite !"

La prêtresse d'Al-Thamen se dirigea vers la porte, qu'elle ouvrit d'un mouvement de poignet dans l'air. Elle sorti en adressant un dernier sourire à Yamuraiha, puis referma la porte presque aussitôt.
Revenir en haut Aller en bas


avatar
Invité
Invité

MessageSujet: Re: Magie Blanche et magie Noire [PV Gyokuen Ren]   Ven 11 Mar - 23:41


▶ MAGIE BLANCHE ET MAGIE NOIRE ◀
ft GYOKUEN REN



Comment avait-elle pu être aussi idiote. Yamuraiha s'en voulait tellement d'être tombé dans un piège aussi évident. Elle n'aurait jamais du suivre l'impératrice et aurait du se tenir à rencontrer l'un des princes, voir des généraux. Elle regrettait amèrement son choix, tandis qu'elle continuait désespérément d'ouvrir la porte.

Ses mains lui faisaient mal, tellement elle serrait la poignée de toute ses forces. Elle tenta d'enfoncer la porte, mais rien ne se produit. Elle était faite comme un rat.

Soudain, Yamuraiha sentit son poul s'accélérait de manière tout à fait anormale. Sa respiration devint saccadée et sa vue se troubla doucement. La magicienne tenta de garder l'esprit clair et résista à la tentation de s'évanouir. De l'autre côté de la pièce, on pouvait entendre la voix mesquine et moqueuse de l'impératrice.

Le thé... Elle avait forcément du mettre un poison ou un liquide du même genre dans le thé. Quelle idiote ! Et dire qu'elle avait été si naïve... Elle s'en voulait tellement et cette erreur risquait fortement d'être mortelle pour la magicienne d'eau. Se sentant épuisée, elle finit genoux à terre, attelante et serrant sa poitrine qui la lacérait.

- Qu'avez-vous à tirer de ma mort.... laissa échapper Yamuraiha, d'une phrases quasi inaudible et recouverte par les rires de l'impératrice sournoise.

Trop occupée par la douleur, Yamuraiha n'écoutait plus la noiraude qui partait dans de profonds délires sur le ton de la joie et de la folie.

"Tu vas mourir seule,...". Ces quelques mots parvinrent aux oreilles de la magicienne. Elle grinça des dents, se mordant la lèvre inférieure. Non, elle ne devait pas mourir, pas maintenant. Si jamais elle venait à disparaître, Sindoria ne pourrait plus compter sur la grande barrière magique. Elle devait survivre à tout prix, ne serait-ce que pour les protéger... Au fond d'elle, elle ne souhaitait pas non plus mourir. Elle voulait les revoir... Ces personnes auxquelles elle tenait tant.

Yamuraiha toussa et cracha brusquement du sang. Les effets du poison ne cessaient de s'intensifier et impossible pour Yamuraiha de contrôler son flux sanguin pour retarder son heure. Elle était finie.

La magicienne s'écroula au sol. Elle n'aurait jamais du quitter son nid à Sindoria. Elle n'aurait pas du venir dans un territoire aussi dangereux et traître que Kou... Pourquoi son roi l'avait-elle envoyée d'ailleurs ? Il aurait très bien pu envoyer un général plus expérimenté en matière de diplomatie, à l'extérieur du royaume ? Yamuraiha ne comprenait toujours pas et au fur du temps qui passait, son esprit commençait à se vider de toute pensée. Seule la confusion restait et grandissait.

- J'ai mal... Sinbad, Sharrkan... susurra-t-elle tout en versant une larme à cause de la douleur poignante, crachant à nouveau du liquide pourpre. Je ne veux pas mourir...

Enfin elle entendit les dernières paroles de l'impératrice qui s'apprêtait à quitter la pièce, laissant Yamuraiha gisait au sol. Il existait un antidote... Quelque part, c'était logique.

D'un regard sournois et froid, on lui proposa sa vie contre des services à Al-Thamen. Un choix auquel elle s'attendait depuis le moment où elle avait entendu le mot "antidote". Cependant, elle ne pouvait pas rejoindre ce clan. Elle ne devait pas, c'était contre ses principes. Elle finirait par mettre un terme à ses jours, entourée d'autant de ruhks noirs.

L'impératrice s'échappa derrière la porte du boudoir, laissant Yamuraiha seule. Du peu de temps qu'il lui restait, elle réfléchissait. La douleur commençait à s'atténuer, chose qui commençait à l'inquiéter. Elle avait déjà un pied dans la tombe. Une larme tomba sur le sol qui lui semblait de moins en moins glacial. Qu'avait-elle à perdre, si ce n'était ses principes ?...

Elle se recroquevilla, sentant que l'air lui manquait. Un filet de sang coulant sur son menton, elle se griffa la poitrine, les lames aux yeux.

- Je ne veux pas mourir... Je ne peux partir comme ça, je ne peux pas ! Yamuraiha inspira autant qu'elle le pouvait avant de parler du mieux qu'elle pouvait. Donnez-moi l'antidote... Donnez le moi ! Al-Thamen m'importe peu !

Yamuraiha toussa à nouveau, se sentant partir. Sa vue s'obscurcit et elle ignora totalement les agissements de l'impératrice. L'avait-elle entendu ? Ou la regardait-elle dépérir sous ses yeux, le sourire aux lèvres ?

Pardon... Ne m'en voulez pas, les amis, Sharky... Papa. Elle eut un petit rictus à cette dernière pensée.

Sa main tomba au sol et tout devint noir.




(C)DDS, NE PAS PLAGIER.
Revenir en haut Aller en bas


avatar
Invité
Invité

MessageSujet: Re: Magie Blanche et magie Noire [PV Gyokuen Ren]   Dim 3 Avr - 18:45

Gyokuen, le sourire aux lèvres, était restée derrière la porte. Elle se délectait des cris et suffocations qui en sortaient, bien qu'ils étaient minables, et bien faibles. Imaginer la scène était un véritable délice. Combien de temps la jeune sorcière d'eau allait-elle mettre avait de capituler ? L'impératrice savait qu'elle allait capituler. Elle en était persuadée. La pauvre malheureuse avait trop de choses auxquelles elle tenait pour se laisser mourrir de la sorte, seule. Ce n'était qu'une question de temps.

Cependant, la prêtresse d'Al-Thamen ne pouvait s'empêcher de se demander quelle sorte de membre allait être Yamuraiha. Serait-elle obéissante ? Au début, forcément non. Elle serait forcément une personne à surveiller, car il est probable qu'elle essaie de s'enfuir par tous les moyens. Mais, après tout... si la messagère jurait fidélité à Al-Thamen, cela ne pourrait pas être des paroles en l'air, non... Gyokuen veillerait à cela. Un pacte magique ne serait pas de trop. Cela laisserait des glyphes sur les jolis petits bras d'albâtre de la petite sorcière, mais au moins, si elle commettait la moindre trahison... sa mort s'en suivrait.

Tandis que l'impératrice maléfique réfléchissait aux ordres nécessaires à la réalisation d'un tel sort, un son retentit à ses oreilles.
Ça y était. Enfin ! La capitulation de l'envoyée de Sindoria.
C'était faible, mais bien audible :

- Je ne veux pas mourir... Je ne peux partir comme ça, je ne peux pas ! Donnez-moi l'antidote... Donnez le moi ! Al-Thamen m'importe peu !

Le sourire d'un carnivore qui a réussi à piéger sa proie s'afficha sur le visage de Gyokuen. Silencieusement, elle ouvra à nouveau la porte, et entra, dans un calme olympien. Sans se presser le moindre du monde, elle referma la porte derrière elle, et s'approcha, lentement, de la petite proie dont elle se délectait de l'odeur de désespoir.

Ladite petite proie était très faible, indéniablement. Elle venait de sombrer dans l'inconscience. L'impératrice soupira. Trop faible, cet enfant, trop faible. Enfin. Avec l'apport des rukhs noirs, elle serait bien plus compétente.

Un filet de sang coulait de la bouche de Yamuraiha, qui était allongée, recroquevillée, sur le sol. Gyokuen s'approcha d'elle, et s'agenouilla. Elle claqua des doigts, et automatiquement, un petit flacon en cristal bleuté apparut dans la main. Elle déboucha le flacon, releva la tête encadrée de cheveux bleus et plaça sous son nez le flacon ouvert.

Cela n'allait pas la soigner, oh, non. Pour cela, la malheureuse devrait ingérer la totalité de ce flacon, et bien d'autres encore, sur une période de deux semaines, au moins, et se reposer. Mais, au moins, cela allait la réveiller. En effet, l'impératrice voulait s'assurer des dires de la jeune sorcière avant de lui administrer une première part de l'antidote. Elle voulait s'entretenir avec elle, la regarder dans les yeux au moment où elle allait dire, officiellement, qu'elle rentrait dans l'Organisation. Que cela allait être excitant !

La prêtresse dAl-Thamen attendit quelques minutes, tout en surveillant la respiration de sa captive. Lorsque celle-ci redevint régulière, bien que faible, la sorcière emplie de rukhs noirs, la sorcière fut persuadée que la jeune fille était à nouveau consciente. Elle n'avait juste pas rouvert les yeux, c'est tout. Elle dit alors :

- Je sais que tu es réveillée, petite enfant. Tu as prononcé le sort d'être guérie, n'est-ce pas ? Mais tu sais ce que cela t'en coûte, hein ? Entrer dans Al-Thamen... Es-tu prête ? Je veux te l'entendre dire, de tout mots. Regarde moi dans les yeux, dis-le moi, et promets-moi ta fidélité...

Le regard de Gyokuen s'embrumit. Toujours en tenant la tête de la jeune sorcière dans le creux de son bras, comme l'on porterait un enfant, elle attrapa de son autre main une les mains de sa petite proie.

- Mais pour l'instant, même si tu jures sur ton honneur ta fidélité, je ne peux te faire confiance. C'est pourquoi nous allons faire un pacte magique, tu es d'accord ? Ta première initiation à la magie noire... Mais ne t'inquiète pas, cela ne sera pas douloureux. De simples glyphes se traceront sur tes bras. Ils te bruleront légèrement lorsque tu penseras à trahir l'Organisation, mais si tu es sage, pas de problèmes ! Et si jamais tu venais à nous réellement trahir, tu en mourrais. Mais cela n'arrivera pas, n'est-ce pas ?

Gyokuen afficha un sourire des plus maternels, puis se releva, et s'éloigna un peu.

- Mais rejoindre d'Organisation, tu sais ce que cela représente, n'est-ce pas ? Tu ne retourneras plus jamais à Sindoria...et tu ne devras plus jamais parler aux êtres qui te sont chers... sinon, tu sais ce qu'il t'en coûtera !
Alors, que décides-tu ?
Revenir en haut Aller en bas


avatar
Invité
Invité

MessageSujet: Re: Magie Blanche et magie Noire [PV Gyokuen Ren]   Dim 10 Avr - 1:30


▶ MAGIE BLANCHE ET MAGIE NOIRE ◀
ft GYOKUEN REN



Yamuraiha s'était sentie partir. Tout était noir désormais et le moindre bruit lui semblait à peine audible et lointain. La magicienne ne ressentait plus la douleur qui lui lacérait les entrailles et son esprit s'était soudainement vidé. Inerte au sol, elle semblait dormir dans un profond et doux sommeil, malgré les traces d'un filet de sang au coin de sa bouche.

Cette tranquillité, aussi incroyable fut-elle, ne dura que quelques instants. N'ayant pas conscience de ce qui avait bien pu se passer autour d'elle durant son pseudo-coma, Yamuraiha sentit la douleur revenir brusquement. Bien qu'elle gardait les yeux fermés, un gémissement trahit sa situation. Elle toussa doucement, se rendant compte qu'elle venait de boire quelque chose. Le liquide avait un goût si fort et puissant, qu'il pouvait très certainement réveiller les morts et les plus paresseux. Ouvrant à peine les yeux, elle écouta passivement les paroles de l'impératrice.

Encore une mise en garde... Yamuraiha s'en sentait un peu lassée et serait bien retournée dans les bras de Morphée, finalement. Cependant, elle était de nouveau belle et bien consciente, la douleur la paralysant toujours. La magicienne ne dit aucun mot, tandis que la noiraude poursuivait son monologue plein de vices. Yamuraiha l'observa du coin de l'oeil, alors qu'elle lui parlait du pacte magique. Elle grinça des dents, ne semblant avoir guère le choix. Elle se remémora rapidement les étapes brèves du pacte.

- A quoi bon vous répondre, si vous contester ce que je vous dis par la suite. Vous m'avez entendu, vous avez votre réponse. Cependant... En échange, je souhaiterai faire un souhait, exiger une condition. Voyez-vous, je suis une enfant pourrie-gâtée et capricieuse qui ne pense qu'à sa vie.

Yamuraiha eut un léger rictus, tout en essayant de s'asseoir. Un petit rire lui échappa, sentant la confusion liée à la douleur la regagner peu à peu. Dans un dernier élan de rapidité, qui lui avait demandé tous les efforts du monde, la magicienne s'empara de la main de l'impératrice et entama le processus du pacte magique, s'octroyant le droit d'imposer d'abord sa condition égoïste.

- Sur ce pacte qui ne peut être brisé, je vous intime l'ordre de ne posséder ni Sindoria, ni Magnostadt, sinon la mort.

La jeune femme s'était arrangée pour tout dire d'une traite et de ne pas laisser de temps à sa "rivale". Elle se doutait bien qu'elle n'avait pas tout dit et que ces simples mots ne pourraient certainement pas empêcher la noiraude de s'en prendre à ses proches. Il ne s'agit que d'une frêle précaution. Yamuraiha leva la tête telle une gamine effrontée, prête à encaisser sa punition. Elle continua de tenir le plus fermement qu'elle le pouvait, le bras de l'impératrice. De mystérieux symboles flottaient dans les airs, prêt à se graver dans la chaire.

- Vous êtes sadique et moi une simple capricieuse, majestée. Maintenant je vous laisse la parole, scellons ce fichu contrat, sinon tuez-moi...


[HRP : J'espère que la réponse te conviendra et que ce n'est pas trop "oversheeté" comme manière d'opérer. Bon courage pour la suite ! ]

(C)DDS, NE PAS PLAGIER.
Revenir en haut Aller en bas


avatar
Invité
Invité

MessageSujet: Re: Magie Blanche et magie Noire [PV Gyokuen Ren]   Mar 17 Mai - 21:33

La jeune sorcière aux cheveux s'éveillait doucement, ramenée à la vue par l'odeur à la fois âcre et doucereuse de l'antidote. Quel dommage, pour cette jeune enfant, de se réveiller sous des yeux ennemis ! Yamuraiha grimaça, tandis que Gyokuen souriait, sûre et certaine d'avoir marqué un point.

Parfaitement réveillée, bien que souffrante, la sorcière confirma sa réponse, donnée dans la hâte lors de l'emprise du poison. Cependant... elle souhaitait apporter une condition. L'impératrice était curieuse. Cette condition, qu'elle accordait volontiers à sa prisonnière, allait permettre de déterminer si elle avait à faire à une simple gamine, ou à une grande stratège.

Sans laisser à la magi le temps de réfléchir d'avantage, l'envoyée de Sindoria rassembla ses forces, en but d'un ultime affront. Elle attrapa le bras de la prêtresse, et lança la procédure de création du pacte. Toujours sans laisser sa geôlière agir, elle énonça sa condition.

Oh, finalement, la jeune femme avait préféré la voie de la stratégie. Elle imposait à l'impératrice de ne jamais posséder ni Sindoria ni Magnostadt. Un choix puissant, et judicieux. Cela allait changer beaucoup de choses au sein de l'empire Kô.

Mais Gyokuen soupira. Après tout, il suffisait de jouer sur les mots, le parte ne la concernait qu'elle, rien n'empêchait son fils d'agir à sa guise... De puis, le mot contrôler était assez précis. Il ne signifiait pas assiéger, mener une guerre, combattre, tuer, ou même... annihiler ou encore exterminer. Cela laissait donc un large éventail de possibilités à l''impératrice, si jamais le besoin ou l'envie de chercher des noises à l'un de ses deux royaumes la prenait.

Elle décida donc d'accepter, et continua l'incantation du pacte, en énonçant à son tour ses conditions. Elle, au moins, pour une fois, avait été honnête : elle ne rajoutait rien de plus à ce qu'elle avait dit auparavant à la jeune demoiselle aux cheveux bleus.

En même temps, rien de compliqué : juste l'allégeance de la petite sorcière, et en précaution sa mort, douloureuse, cela va de soi, en cas de trahison.

La magie noire emplissait toute la pièce. Elle créait des vents puissant qui mettaient en désordre les petites décorations minimalistes et surchargées de la salle. Des tas d'inscriptions, en tran principalement, entourait les deux sorcières. Enfin, toute l'agitation causée cessa d'un seul coup, laissant pour seules traces le bazar causé, et des glyphes noirs, et entremêlés sur les poignets et avant-bras de l'impératrice et de sa prisonnière.

Satisfaite, Gyokuen annonça : "Bien, voilà qui est fait. À présent, je vais t'accompagner jusqu'à tes appartements. Suis-moi, petite princesse."

Sortie du boudoir, l'impératrice traversa les méandres du palais jusqu'à arriver devant un grand escalier en colimaçon qui sembler s'enfoncer dans les entrailles de la terre.

Le sourire au lèvres, elle annonça : " Tes appartements... je suis sûre qu'ils te plairont."
Elle s'avança dans les escalier, et descendit.

Arrivés au plus bas sous-sol possible, la magi emprunta un couloir sombre, humide et inquiétant.
Elle tourna de nombreuses fois, semblant connaître le chemin par cœur dans ce dédale de couloirs vides de monde et plongés dans la pénombre. Enfin, elles arrivèrent devant une petite entrée fermée par une porte d'un métal noir étrange.

"Je te présente les prisons particulières d'Al-Thamen. Elles ne sont réservés qu'aux clients de choix !  Les murs, la porte, le sol et le plafond,  sont insensibles à la magie, tout comme à toute force de ce monde. Le lit est sommaire, mais cela est bien suffisant. On t'apportera des repas de temps en temps, quand je serai de bonne humeur. Oh, et j'oubliais. Il y a un dispositif qui emplit la salle de rukhs noirs plusieurs fois par jours. QUoi de mieux pour t'habituer à la magie noire ! Mais je te préviens, ceux-ci sont extrêmement puissants. Tu risques de beaucoup souffrir avant de t'y habituer...perte de connaissance., et surtout, terribles migraines ! Et aussi, ne t'avises pas de t'enfuir. SI jamais tu y arriverais, le souterrain est un redoutable labyrinthe aux murs qui se déplacent, et à la volonté bien individuelle... Oh, et je suis la seule à pouvoir ouvrir la porte, à part juste quelques sorciers haut-placés..."

Elle rajouta, un sourire cynique collé aux lèvres, tout en tendant la main vers le cachot : "Si mademoiselle se daignerait à entrer..."

[hrp : désolée du retaaard... :/]
Revenir en haut Aller en bas


avatar
Invité
Invité

MessageSujet: Re: Magie Blanche et magie Noire [PV Gyokuen Ren]   Ven 20 Mai - 10:42


▶ MAGIE BLANCHE ET MAGIE NOIRE ◀
ft GYOKUEN REN



Les mots furent prononcés et à la grande surprise de Yamuraiha, l'impératrice n'avait rien ajouté. De loin, on aurait pu croire que les deux magiciennes se serraient fermement la main pour se saluer ou conclure un simple contrat. Bien entendu, la situation était bien au dessus de tout ceci...

Yamuraiha sentait de nouveau sa vue se troubler. A ce train là, elle n'allait pas encore tenir sa conscience éveillée très longtemps. Dans un hoquet de surprise qui la ramena un peu, elle constata que le boudoir venait de se remplir de rukhs noirs. Un vent venu de nul part balaya les blancs ainsi que tous les objets présents dans la pièce. Ce chapeau noir qu'elle aimait tant porté s'était lui aussi envolé. La magicienne ferma un oeil et grinça des dents. Le pactes n'était pas des plus agréables. Alors que des inscriptions étranges et lumineuses volaient tranquillement dans ce chaos, tout s'arrêta. C'était fait. Elle était arrivée au point de non retour.

Elles se lâchèrent les bras, tandis que Gyokuen arborait un sourire radieux et déconcertant. La jeune femme aux cheveux bleus semblaient quant à elle, épuisée. Elle se releva avec difficulté avant d'aller chercher son chapeau en traînant le pas. C'est seulement en attrapant le porte-chef qu'elle réalisa l'ampleur de ce qui s'était produit, constatant les glyphes marqués au fer rouge sur son avant-bras. Étrangement, cela lui démangeait énormément, mais elle s'abstint de se gratter. Le chapeau contre elle et le regard embrumé, elle suivit l'impératrice en dehors de la petite salle.

La noiraude semblait bien joyeuse à l'obtention d'un nouveau pion. Elle lui parla de la future chambre de son invité, mais Yamuraiha n'y prêta pas attention, trop concentrée à ne pas s'évanouir en route. Elle restait silencieuse et le temps ainsi que le chemin parcouru lui semblaient longs... Infinis. Il y avait des escaliers à descendre. Yamuraiha tourna un peu la tête autour d'elle : il n'y avait ni lumière, ni bruit.

- Quel endroit sinistre… A l'effigie même de son propriétaire, ricana-t-elle doucement, arrivant enfin au plus profond des abysses de ce palais.

Gyokuen lui présenta une petite pièce qui ressemblait comme deux gouttes d’eau à une prison ou une salle d’isolement. Les parois de la pièce était insensibles à la magie… Cela se ressentait en effet. Yamuraiha sourit légèrement en remarquant l’endroit peu confortable où elle allait devoir loger.

- Voici donc les prisons d’Al-Thamen ? Quelle atmosphère accueillante et chaleureuse, j’en suis toute retournée, ironisa la magicienne tout en dessinant un fin sourire sur son visage. Je ne doute pas de vos belle paroles, madame l’impératrice.

Ne pouvant guère refuser l’invitation qu’on lui proposait, Yamuraiha entra dans la pièce. Elle se tourna légèrement pour voir un dernière fois l’impératrice et la porte se refermait derrière elle.

Épuisée, Yamuraiha alla s’asseoir sur le lit de fortune, se tenant la tête entre ses mains. Par réflexe, elle tenta de créer un borg qui ne fonctionna pas. La pièce était remplie de rukhs noirs, rien de bien lumineux à l’horizon. A peine installée, elle sentait déjà son esprit chaviré à cause de la douleur du poison encore présent. Combien de temps allait-elle tenir avant de craquer ? Même elle, l’ignorait parfaitement.

Afin de rester au mieux lucide et de ne pas céder à la folie, Yamuraiha grattait un trait sur les murs à l’aide d’un objet coupant qu’elle gardait dans une poche de sa tunique. Toutes les 24 heures qu’elle estimait, elle le faisait. La magicienne occupait ses journées à penser à des souvenirs heureux, tout en gardant espoir de sortir un jour… Elle n’était pas dupe et imaginait bien l’impératrice l’utilisait un jour ou un autre. Elle sortira forcément des cachots.

Les jours passèrent sans qu’elle ne s'aperçoive de leur véritable durée. Une semaine lui semblait en valoir deux… C’est ainsi qu’au bout de deux semaines alors qu’elle croyait avoir vécu un mois que l’esprit de Yamuraiha commença à décliner.

Elle ne mangeait plus, avait de violents maux de têtes et commençait à être en proie à de sombres pensées. Les rukhs noirs avaient raison d’elle et elle en souffrit. Hurlant jusqu’à ne plus avoir de voix et pleurant jusqu’au yeux sec, Yamuraiha ne s’était jamais sentie aussi mal… Il lui était arrivée aussi de se blessée en grattant les marques présentes sur son avant-bras, par mépris et agacement. La magicienne se détestait… Mais quelque part, même si le borg autour de Sindoria s’était affaibli, il était toujours présent pour protéger l’île. Cette simple idée était la seule raison à laquelle se rattachait la magicienne.

Lors de la troisième semaine de captivité, quelqu’un arriva à sa porte. Alors qu’elle n’avait plus l’envie de bouger ou de faire quoi que ce soit d’autre, Yamuraiha s’était simplement allongée sur son lit, sur le côté, laissant un bras tomber dans le vide et scrutant la porte d’un oeil assassin. Sans s’en rendre réellement compte, la magicienne aux cheveux bleus avait absorbé une grande quantité de rukhs noir et avait déjà un pied dans la dépravation.


[HRP : Je me suis autorisée une petite ellipse temporelle .3. Si ça dérange, n'hésite pas à me le dire et je modifierai.]

(C)DDS, NE PAS PLAGIER.
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Magie Blanche et magie Noire [PV Gyokuen Ren]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Magie Blanche et magie Noire [PV Gyokuen Ren]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Magie] La magie en combat.
» [Magie] La magie dans notre monde.
» Type de sorcellerie † La magie tzigane
» Magie profane et divine
» [Officiel]La Magie curative

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
MAGI RPG ::  Terres fermes  :: Continent central - Est - Empire Kou :: Rakushou :: Palais Impérial-
Sauter vers: