AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Coup du Destin: la guerre? [PV libre] 2/6/1002

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage


۞ 1ère apparition : 06/10/2015

۞ Rukhs : 253

avatar
Méluzhianne Mortys
MAGICIEN BLANC

MessageSujet: Re: Coup du Destin: la guerre? [PV libre] 2/6/1002   Dim 12 Juin - 13:26

Méluzhianne laissa parler le Roi, observant ces soldats. Prenant calmement note de chaque élément de la situation, un groupe surprise de Fanalis, plutôt ....étrangement dissipé, mais prudence, il est possible que ce soit une stratégie. La Reinette elle s'envola vers le village, idée intéressante ,l'objectif de l'attaque semble être le village. Mais là encore, rien n'est moins sur.

"Décisions, décisions...Quel casse tête. Mais bon, je pense qu'au vus du soin que Sinbad apporte à son peuple, le meilleurs moyens de se faire d'avantage bien voir, c'est de ce plier à ce désir. Et hors de question de laisser cette peste de glace rafler touts les lauriers !"

Ayant pris sa décision, la mage s'adressa à Sinbad, le fixant tout sourire et d'un ton sur d'elle, emplis de malice.

-Tachez de ne pas salir ce corps si convoité votre majesté. Il serais fâcheux que les plus profonds désirs de votre peuple soit stoppé net à la vue de trop de sang ou d'un membre en moins. Je vous laisse à loisir le soin de corriger cette bande de clowns sous stéroïde. Je m'occupe des citoyen avec ....Cette horripilante mage Toran.

Et sur ces belles paroles, la mage pris son envole dans une poussée de vent ,projetant du sable tout autour de la zone de décollage.

"Prochaine étape, voir de quoi La Reinette est capable. Et tirer avantage de toute situation utile ^^"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

AMBASSADRICE

۞ 1ère apparition : 18/04/2013

۞ Rukhs : 516

۞ Rukh rose : Célibataire

۞ Localisation : CDD 3/6/1002 Sindoria

avatar
Âamet Loueseni
AMBASSADRICE

MessageSujet: Re: Coup du Destin: la guerre? [PV libre] 2/6/1002   Jeu 14 Juil - 16:47

Coup du destin, la guerre?


feat Kohana & Méluzhianne & MDJ
2/6/1002



Sinbad était sérieux… Pendant 10 secondes. Rapidement il avait commencé à dire «  des jolies demoiselles »… Âamet soupira mentalement. Heureusement qu'elle avait un manque de poitrine, elle avait remarqué qu'il arrivait mieux à parler avec qu'elle qu'avec les autres justement parce qu'il n'y avait rien de spécial à regarder… Il les mettait en garde contre le danger tout de même. Cela dit elle doutait que la jeune femme aux longs cheveux bruns veule réellement s'en aller, elle avait l'air de dévorer Sinbad des yeux d'une manière qui pourrait presque faire peur au roi ! En tout cas Kohana refusait catégoriquement d'abandonner… le navire si l'on puis dire. Refusant la protection. Meluzhianne fit de même tout en… passant un petit mot sur cette mage qu'elle n'aimait pas, apparemment.

Dans tous les cas l'intrus était immobilisé par Masrur. Il ne tarda pas à dire qu'il n'était pas qu'un simple réparateur et qu'il travaillait apparemment pour quelqu'un… l'organisation… ? Non c'était trop étrange… Enfin même si après tout ils devaient bien avoir quelque chose de positif (pour eux) à faire à Sindoria. La jeune brunette cligna des yeux lorsque quelqu'un d'autre, baffant totalement l'intrus lui faisait des reproches avant de… s'excuser devant Sinbad ? Pardon ?

La magicienne trouvait étrange qu'il donne aussi facilement le plan en disant « qu'ils » avaient besoin de temps. Etait-ce juste un piège ? Ou était-il juste stupide ? Il semblait moins stupide qu'il en avait l'air, étrangement.

Âamet sursauta lorsqu'elle entendait une explosion… La verte ne tarda pas à s'en aller vers le village tandis que Meluzhianne faisait de même.

«  Je vais les rejoindre, Sinbad-sama !  »

La diplomate qui s'en va combattre ? Peut-être, étrange mais au final Sinbad était le plus doué en diplomatie, alors, elle n'avait plus de raison de se trouver ici. Elle devait surveiller Meluzhianne et voir ce qu'il se tramait. Elle aussi s'envola donc sur son sceptre pour se diriger vers l'endroit. Elle n'aimait pas cette fumée. D'autant qu'elle ne maitrisait pas la magie de l'eau, avec les explosions, il y aurait forcément du feu… Hum…


Je m'excuse pour ce gros retard que j'ai fais prendre à tout le monde Q_Q
Ca n'arrivera plus !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


۞ 1ère apparition : 17/07/2016

۞ Rukhs : 386

۞ Rukh rose : Célibataire

۞ Localisation : Dans son Palais à Sindoria

avatar
Sinbad
GRAND ROI

MessageSujet: Re: Coup du Destin: la guerre? [PV libre] 2/6/1002   Dim 18 Sep - 19:31




۞  Coup du Destin  ۞


... la Guerre ?


feat. Âamet Loueseni, Kohana Shahrizai, Méluzhianne Mortys, Sinbad







Cette situation dans lequel Sindoria s'était retrouvé confronté, n'avait que trop duré. Sinbad devait agir au plus vite, car pour l'instant, les informations qu'ils savaient n'étaient guère suffisantes pour songer à une quelconque riposte et il était évident que le Roi de Sindoria ne pouvait s'absenter loin de son palais et de ses obligations sans avoir une raison valable. Il lui fallut donc faire preuve d'ingéniosité et de tact avant d'envisager toutes décisions irrévocables.

Aucune erreur ne pouvait être tolérée et si tel était le cas, Ja'far se garderait bien le plaisir de rappeler à l'ordre son Roi, dans le cas où ce dernier devait -un tant soit peu- s'égarer des priorités auxquelles il devait répondre.

Toute effusion de sang ou toute autre hostilité inutile pouvait vite engendrer une guerre et il n'était pas raisonnable d'entamer des menaces à leur encontre. Et bien que leur présence s'avérait quelque peu indésirable, ce pays a toujours su accueillir les étrangers, ce n'est donc pas aujourd'hui qu'il cessera d'user de la diplomatie et de son hospitalité qui sont reconnus à travers le monde entier.

En attendant l'agissement des troupes et des généraux, les trois jeune femmes auxquelles s'était adressé Sinbad quelques instants auparavant, ont toutes pris la décision de se diriger vers l'origine de l'explosion de sorte à pouvoir porter secours aux rescapés restants et ce fut notamment le cas pour l'ambassadrice de Sindoria, Âamet qui déclara dans la foulée qu'elle partirait également accompagner les deux magiciennes afin de leur prêter assistance. Au même moment, un nuage de fumée commençait à se masser au-dessus du village, prenant ainsi de plus en plus d'ampleur au fil du temps, le Roi finissait par acquiescer d'un bref mouvement de tête, avant de détourner son attention vers l'intrus qui était désormais maintenu sous la vigilance de Masrur.

Cependant, Sinbad semblait bien avoir une idée derrière la tête. Comme à son habitude, il ne laissait rien transparaître, si ce n'est qu'il ne souriait plus comme il le faisait d'habitude lorsqu'il fait face à divers étrangers. Il semblait d'ailleurs maîtriser la situation avec calme et subtilité.

A ce sujet, la situation semblait bien trop compliquée pour le moment. Elle ne laissait place à aucune bonne manière possible, si ce n'est un regard sérieux, se voulant quelque peu glacial envers l'inconnu qui se dressait devant lui. Bien évidemment, le Roi ne comptait pas leur faciliter la tâche, mais très vite, Sinbad ressentait une agitation tout près de lui, ce qui le força à détourner son attention durant un bref instant.



« Hmm... Il n'était pas tout seul, finalement. » se disait-il intérieurement.

La présence qui l'avait bousculé n'était autre que la silhouette d'une charmante femme aux cheveux rouge, accompagné de deux autres mastodontes qui s'apparentaient eux aussi à des Fanalis.




Ainsi s'agissait-il d'un groupe entier de pilleurs à la puissance destructrice. Il était donc insensé de penser à vouloir les soumettre par la force, si ce n'est en revanche qu'il leur fallait agir par la ruse.

Ceci dit, tous le monde savait ce que valait la force d'un habitant du continent obscur, à savoir que chacun d'entre eux possédait la puissance d'un bataillon entier de soldat. Les Fanalis était connu pour être un peuple qui se laissait convaincre que par la force brute, ce qui augmenta un peu plus la difficulté de cette situation diplomatique. Il parut donc évident que les assaillants ne leur prêterait pas la moindre attention, sauf si l'on s'apprêtait à jouer avec leurs règles. Sinbad avait affaire cette fois-ci à des combattants aguerris et non à des commerçants, dont il avait l'habitude de gérer les litiges et les différentes transactions commerciales.

Néanmoins, ce dont le Roi était sûr, c'est que les envahisseurs souhaitaient gagner du temps et qu'il n'allait pas tarder à en connaître la raison.

La jeune femme frappa soudainement l'intrus d'un geste violent, en lui criant dessus sans chercher à cacher leurs véritables intentions. Une fois ceci fait, elle s'avança ensuite vers Sinbad en finissant par lui tendre la main après s'être présentée sous le nom d'Aritsu, mais le Roi n'avait que très peu envie de serrer la main de l'inconnue qui venait de se dresser devant lui.

Cette demoiselle ne manquait pas de culot et semblait bien être la dirigeante de ce petit groupe de Fanalis, puisque quelques mètres plus loin, deux mastodontes à la chevelure ardente semblaient déjà livrer bataille auprès des gardes, dont Sinbad dû retenir d'un geste rapide l'intervention de ses généraux, ainsi que de sa garde personnelle. Il ne fallait pas rétorquer par la violence, du moins pas tout de suite.

Cela semblait être ce que désirait leurs interlocuteurs et le Roi n'allait pas se soumettre aussi facilement à leurs désirs. Il comptait en revanche les mariner un peu, histoire d'en apprendre un peu plus sur leurs réels intentions. Après tout, le conflit diplomatique ne faisait que commencer. Il lui fallait connaître l'identité de ses ennemis avant d'envisager toute stratégie possible.

La situation n'était cependant pas apprêtée aux salutations, ce à quoi rétorqua Sinbad, qui les regarda d'un air assuré, mais cordial, faussant ainsi la politesse d'un regard qui glacerait le sang de n'importe quel individu ici présent.



« Vous m'en voyez navrée, mais je ne peux me permettre de perdre du temps, plus qu'il n'est davantage nécessaire. Et je doute que vous soyez venus jusqu'ici pour avoir le plaisir de rencontrer le Roi de ces terres. Je vous recommanderais donc de cesser les hostilités et vous prie d'en venir aux faits. »

En effet, tout ceci n'était qu'un déguisement, un gain de temps. Les secondes semblaient d'ailleurs être précieuses puisque le principal suspect commença à se débattre de toutes ses forces, réussissant à se dégager de l'emprise de Masrur, il engagea les hostilités, ce qui démontrait clairement une contradiction avec les dires de la demoiselle qui se présentait sous le nom d'Aritsu.

« Ils » avaient encore besoin de temps, hein ? Pour quelle raison ces pirates auraient pris la décision de le dévoiler devant le Roi ? Était-ce encore une piètre blague ou est-ce que cela faisait parti de leur plan ? Plus la situation durait sur le temps, plus leur mensonge devenait agaçant.

Par la suite, une explosion se fit entendre pour la seconde fois, ce qui ne fit que confirmer encore plus ses doutes sur les intentions des bandits. Quelque chose se tramait dans l'ombre et il était certain que si le groupe s'était divisé, c'était surtout pour écarter les généraux, ainsi que la présence du Roi d'un endroit important, mais où pouvaient-ils bien aller ? Quel était leur but ? Déclarer une guerre à Sindoria ? Non, c'était impensable. Il devait bien y avoir une raison à toute cette agitation.

La logique serait de déduire qu'il est probable que leurs assaillants soient intéressés par la salle du Trésor, car mis à part cet endroit, Sindoria ne recelait aucune autre place importante ou du moins intéressante pour déclencher de telles hostilités. Cependant, quelque chose ne correspondait pas aux dires qu'avait précédemment énoncé le Fanalis à son encontre. A ce moment-là une phrase lui revint à l'esprit, sans parler du fait qu'il était probable qu'ils soient accompagnés par des magiciens puisqu'un grimoire et tout une panoplie d'objets magiques furent retrouvés sur leur bateau.




« Mais, je connais pas plus que ça le groupe pour qui je bosse. Mais y avait l’air bien bien intéressés à foutre le bordel et y semblait bien fortunés. Si ça vous chante de vous passer les nerfs sur moi au lieu d’aller ramasser les cendres de votre village et les ossements de vos citoyens, allez-y ! »


Dans ce cas, pour quelle raison attaqueraient-ils Sindoria, si ce n'était pas la fortune qui leur manquait ? Pour les Fanalis, c'était compréhensible, mais en ce qui concerne les motivations de l'autre "groupe" restant, Sinbad disposait d'un très mauvais pressentiment... S'agissait-il d'un groupe de magiciens provenant d'Al-Thamen ou encore de Magnostaldt ? Il ne pouvait pas en être sûr en restant ici, mais il lui fallut admettre que le plan de ses "ennemis" s'avérait relativement subtil et efficace, du moins assez pour retenir toute l'équipe du Roi à un seul et même endroit, pendant que ces derniers profiteraient de semer des brèches un peu partout sur l'île.

Par ailleurs, il était évident que ces bateaux ne leur appartenaient pas. Ces "Fanalis errants" et leurs alliés avaient bien un but précis. Magnostaldt était forcément impliqué d'une manière ou d'une autre, mais le Roi devait en savoir davantage sans pour autant recourir à des menaces inutiles. L'heure n'était pas encore à la confrontation et pour cela, la diplomatie se révélait nécessaire.

Il ancra son regard vers les Fanalis et voulut à tout prix clôturer cette conversation d'un ton calme et confiant qui n'en resta pas moins sec.



« Vous en conviendrez également qu'il est inutile de répartir un bain de sang, alors qu'un simple arrangement suffirait à vous satisfaire. Évitons de perdre du temps et soyons honnêtes.
... Que recherchez-vous exactement à faire sur Sindoria ? »


Dernière édition par Sinbad le Jeu 8 Déc - 10:09, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


۞ 1ère apparition : 16/03/2013

۞ Rukhs : 215

۞ Rukh rose : Omnise..scient

۞ Localisation : Partout

avatar
Destin
MAÎTRE DES RUKHS

MessageSujet: Re: Coup du Destin: la guerre? [PV libre] 2/6/1002   Dim 25 Sep - 19:50

[HRP: Le je n'est pas Alibaba, mais le même je qu'au début, c'està-dire le pirate !]

Il m’énervait ce molosse à me tenir par le bras comme si j’étais un sale prisonnier de la cour! Je serrai des dents, puis me débattit. Ce n’était pas vrai que j’allais plier l’échine.

-Ban ! Chikara ! Allez-y !

Pendant qu’Aritsu, la chef féminin de la guilde de fanalis, faisait à sa tête comme toujours, les bras croisés, les deux autres fanalis, un peu plus « dociles », s’approchèrent chacun d’un des généraux. Ban, affichant une grimace lança :

- J’avais arrêté d’espérer une baston ! Moi qui croyais qu’on devait rester incognito. Bon, qui je me fais ? Haha ! Toi!

Comme une bête, Ban sauta sur un des généraux (à Sin de choisir). Un peu moins sanguin, Chikara, de son côté. braqua son regard perçant dans celui de Sinbad. Il ne déclara qu’un simple :

-Enfoiré de noble !

Il se rua à son tour sur Sinbad, ni plus ni moins, et voulut le frapper au visage.

Cette attaque me permit de sortir mon couteau de ma petite bourse. Couteau que je plantai dans la cuisse du fanalis de la cour dénommé Masrur. Je pus ainsi me déprendre de la bête. J’éclatai de rire et criai :


-Nous sommes ridicules toi et moi. Tous les deux des esclaves de la haute société.

Je tendis la main vers Masrur.

-Rejoins notre guilde et je te promets que nous nous affranchirons avec tout ce magot promis ! Et désolé pour le couteau, vieux.

Je frottai ma nuque, l’air gêné.

-Je ne savais pas trop quoi faire pour me déprendre et pour attirer ton attention! Tu ne m’as pas laissé le choix.

////////////////////////////////////////////////////////////

Pendant ce temps, Alibaba, qu’on était en train de cribler de cailloux, hurla :

-Je… je suis coupable, mais ce n’était pas moi… Je n’étais pas moi… Je suis désolé, je ne voulais… pas décimer vos maisons… je… Laissez-moi, je vais vous aider à tout éteindre l'incendie et à sauver les villageois coincés par les flammes, je vous ju…

Il évita de justesse un caillou qu'on lui avait envoyé derrière lui. Quand il releva la tête vers le ciel, il vit 3 individus! Qui étaient-ils? Il dut se soulever un peu grâce à son équipement pour venir à leur rencontre et remarqua qu'il s'agissait de 3 femmes et pas n'importe quelles ! Il crut remarquer deux femmes qu'ils reconnaissaient, d'abord la Tran aux longs cheveux verts qui allaient sûrement le mettre en pièce pour ce qu'il venait de faire et... celle qu'il reconnaissait comme l’ambassadrice de Sinbad ! Il y avait aussi une autre femme aux longs cheveux noirs. Quelle délégation qui venait sûrement arrêter le fourbe qui avait fait tout ce tapage... Je hurlai:

- Arrêtez-moi, c’est moi qui ai ouvert le feu ! C’est moi qui a fait tout exploser avec mes flammes… c’est… en fait, c’est le mage, mais c’est mon corps qui a fait ça… ça. Je suis dangereux, Arrêtez-moi… tuez-moi. J’ai… j’ai brisé des vies. Je ne suis pas digne de Sindoria!Je suis un zé… ro. J’ai perdu le contrôle…

J'allais tendre mes mains noircies pour montrer que je me rendais quand soudain je reçus un caillou (plutôt gros) derrière la tête ! Le lanceur du caillou ne m'avait pas manqué cette fois. Et... d'un coup, à court de Mago, je perdis mon équipement et tombai vers le sol en flèche. Tiens, j'allais mourir, ça règlerait le problème de ce mage...[/i]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://labyrinthofmagic-rpg.actifforum.com

Magicien bleu

۞ 1ère apparition : 29/05/2015

۞ Rukhs : 233

۞ Rukh rose : Un coeur qui se croit incapable d'aimer...

۞ Localisation : Sindoria

avatar
Kohana Shahrizai
Magicien bleu

MessageSujet: Re: Coup du Destin: la guerre? [PV libre] 2/6/1002   Ven 30 Sep - 19:00


LA GUERRE?
Je les en empêcherai!

Kohana ne perdit pas de temps. Les explosions en ville l'inquiétaient grandement et les fanalis n'étaient là que pour faire diversion. Ce fut pour cela qu'elle s'envola sans attendre l'avis du Roi ou même celui de l'Ambassadrice. Cependant, elle ne fut pas la seule à de rendre là-bas. Âamet ainsi que Méluzhianne la rejoignirent rapidement et le spectacle était loin d'être beau à voir. De nombreux incendies s'étaient déclarés. Certains habitants étaient encerclés par les flammes alors que d'autres essayaient d'éteindre les flammes. Sauf que ce qui attira son regard fut un jeune homme blond qui semblait être devenu la cible des citoyens. Ceux-ci n'hésitaient pas à lui lancer des pierres pour exprimer leur colère. Et ce blondinet, la magicienne le connaissait. Il s'agissait d'Alibaba, mais elle était presque certaine que ce n'était pas lui qui avait tout fait explosé. C'était probablement ce mage noir qui avait pris possession de son corps et qui l'avait contrôlé. Alibaba était impuissant face à ce type de magie sans oublier son mental qui ne l'aidait guère.

Le blond remarqua enfin la présence des trois femmes et il s'envola vers eux, dans son équipement de Djinn, afin de leur expliquer la situation. Ses doutes se dissipèrent. C'était bien ce mage la cause de tout ce grabuge. Il le lui avait dit l'autre jour sur la plage. Une guerre se préparait et ceci n'était que le début. C'est alors qu'un caillou frappa violemment Alibaba. Le coup fut si fort qu'il en perdit son équipement et chuta, telle une flèche, vers le sol.




▬ Alibaba!

Kohana s'élança aussitôt vers lui. Il était peut-être en parti responsable de ce qui venait de se produire, mais elle était au courant de ce qui lui arrivait. Elle s'était promis d'aider le plus de personnes possibles afin de se repentir. Et Alibaba ne serait pas une exception à cette règle. Le prenant dans ses bras, elle atterrit tout en douceur avec lui et l'allongea sur le sol. Le pauvre était épuisé et il devait très certainement sans vouloir. Alors qu'elle se redressa, sans même s'en rendre compte, une habitante se précipita vers elle et enfonça un couteau dans son bras gauche, ce qui la fit grimacer. Sauf qu'ayant déjà eu pire, aucun son ne s'échappa de ses lèvres. Kohana se retourna rapidement et, avec force, elle gifla cette citoyenne qui avait osé s'en prendre à elle alors qu'elle n'avait rien fait de mal à proprement parlé. Son regard doré foudroya cette inconnue qui ne put s'empêcher de crier sa rage.




▬ Comment pouvez-vous aider cet homme?! Il a tout détruit! C'est un monstre!



▬ Contentez-vous plutôt de sauver ce qui reste et d'éteindre les flammes... Après, le Roi jugera de lui-même ce jeune homme... Rudenjal Rom Mayan.

Tout en prononçant sa formule magique, elle leva un bras dans les airs, son bâton entre ses doigts. Des nuages se formèrent au-dessus des incendies et des fines gouttelettes commencèrent à tomber. Ces gouttelettes se transformèrent rapidement en pluie et, petit à petit, les incendies cessèrent. Les flammes disparurent et le ciel s'éclaircit à nouveau. Voilà une bonne chose de régler. Il restait maintenant à savoir ce que l'Ambassadrice décidera de faire. Après tout, Alibaba était peut-être faible, mais le mage était redoutable et il fallait se méfier de plus. Sans oublier qu'il y avait sûrement des complices ailleurs.

Grimaçant, Kohana exerça une pression sur sa blessure qui saignait plus qu'elle ne le pensait. Cette femme ne l'avait pas manquée apparemment. Un soupire s'échappa de ses fines lèvres. La journée risquait d'être longue...

FICHE ET CODES PAR BROADSWORD.



Kohana's staff
By loving I am reborn, Wishing to be loved I’m brought back to live
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


۞ 1ère apparition : 06/10/2015

۞ Rukhs : 253

avatar
Méluzhianne Mortys
MAGICIEN BLANC

MessageSujet: Re: Coup du Destin: la guerre? [PV libre] 2/6/1002   Ven 30 Sep - 19:44

A son arrivée, la mage trouva une situation plutôt chaotique et floue. Des incendies partout, une foule en colère et un blond à moitié mort, utilisant un équipement de Djinn et pleurnichant que tout était sa faute, qu'elle devaient l'arrêter et le juger. Des balivernes de morveux stupides et agaçants. Et voilà que la Reinette se jette vers lui ,l'appelant Alibaba. ET comble de tout ,cette idiote se trouve le moyens d'être blessée !

"C'est trop facile quand ils fournissent les munitions pour les dézinguer =P"

S'avançant vers Kohana d'une démarche féline, souple et prédatrice. La mage s'adressa à la Toran d'une voix volontairement espiègle et moqueuse.

-Alors comme ça tu connais ce morveux ? Ma pauvre, tu n'as aucun goût pour choisir tes hommes. Les morveux pleurnichards ,ce n'est vraiment pas stimulant. Mais après tout, venant d'une Reinette comme toi, ont ne peux guère s'attendre à autre chose. Continue de lui compter fleurette et de caresser sa jolie petite tête blonde. Soigne cette blessure faite inutilement et stupidement. Je n'ais pas l'intention de te couver. Puis sa voix devins plus chaud et menaçante. Son attention entièrement fixés sur les villageois. -Et laisse moi gérer le déblaiement des nuisibles.

Alors que la brune s'approchait de l'attroupement de villageois, certains sentant la douleur venir lui hurlèrent de reculer :

-Ne t'approche pas !! Si tu es avec ce type, tu es contre Sindoria ! Tu es contre nous tous !!

-N'essaie pas de nous faire plus de mal, nous avons tout perdu, notre vie n'est pas un bien que nous avons peur de mettre en gage !! Recule ,Monstre !

Puis dans un élan rageur, un homme poussa un cris de guerre, et lança à sa suite tout les villageois armés de pierres qu'il lancèrent, d'armes blanche et d'objets contondants, ou simplement leurs rage seul, utilisant leurs poings. Un large sourire étira les lèvres de la mage.

-Parfait, je n'avais pas l'intention d'être douce de toute manière. Vous êtes tellement ennuyants, bande d'animaux sans cervelles !

Puis dans un geste souple, elle saisie son bâton, et sans s'arrêter, fondant dans la masse, enchaîna un à un tout les assaillant, utilisant autant son bâton lui même que sa magie de vent, pour tenter de détourner les projectiles , frapper à la volée ce qui se trouvait sur son passage et provoquer des bourrasques violentes, repoussant tout autour d'elle.


cette partie ne compte PAS:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

AMBASSADRICE

۞ 1ère apparition : 18/04/2013

۞ Rukhs : 516

۞ Rukh rose : Célibataire

۞ Localisation : CDD 3/6/1002 Sindoria

avatar
Âamet Loueseni
AMBASSADRICE

MessageSujet: Re: Coup du Destin: la guerre? [PV libre] 2/6/1002   Mer 5 Oct - 11:16

La magicienne adressa un dernier regard à Sinbad avant de s'en aller, celui-ci l'approuvait et donc elle pouvait s'envoler vers le lieu de l'explosion sans culpabilité. Elle soupira et fit de son mieux pour rattraper les deux autres magiciennes qui avaient un petit peu d'avance sur elle. Une fois arrivé au dessus de la ville, elle pu voir de nombreux feux, quelques maisons détruites… Cela n'était pas beau à voir surtout pour Sindoria qui n'avait pas vraiment connu de destruction ou de guerres… Elle fronça les sourcils avant de se concentrer sur la foule en bas…. A…

«  Alibaba ?!  »

Kohana l'appela aussi par son prénom, elle semblait donc le connaître… Le blond semblait se faire attaquer par la foule et rapidement, angoissé il avoua qu'il était la cause de l'explosion. Les habitants semblaient être en colère contre lui. Suite à un choc trop grand il fini par perdre son équipement djinn. Kohana fut la plus rapide pour le rattraper mais Âamet la suivait de près… Il semblait plutôt blessé, sans doute avait-il utilisé trop de magoi… Décidemment Alibaba se mettait souvent dans des situations gênantes, trois fois qu'elle le rencontrait, trois fois qu'il était blessé. Une fois posé elle se mise à l'opposé de Kohana, regardant quelques unes de ses blessures. Et voilà que Meluzhianne commençait une sorte de morale… stupide et qui ne servait à rien surtout pas à arranger la situation.

«  Kohana ! Vous allez bien ?!  »

Âamet sursauta, elle venait de se faire poignarder à l'épaule. Haaa, elle devait gérer tout ça… Alibaba et Kohana blessé, Alibaba qui voulait se faire arrêter et.. Meluzhianne qui allait en rajouter une couche sous peu… c'était sûr.

«  Nous sommes venus ici pour vous aider !  »

Quelle bêtise ! Traiter Alibaba de monstre ? Cette fille n'allait-elle pas beaucoup trop loin ?! De ce qu'elle avait pu voir d'en haut il n'y avait même pas de victime ! L'attitude que plaisait, Sinbad déciderait déjà de ce qu'il ferait et le plus important serait maintenant d'aider les gens. Par chance, elle était en train d'utiliser un sort d'eau… Ouf. Les flammes s'éteignaient et il n'y avait maintenant plus personne de bloqué dans les flammes.

Le souci maintenant était Meluzhianne « gérer les nuisibles »… Non mais quelle idée ? Bon le plus important d'abord : Alibaba. Agenouillée à ses côtés Âamet le guérissait un peu grâce à un sort de soin, au moins histoire qu'il reprenne conscience. Refaire son magoi n'était surement pas une bonne idée s'il ne se contrôlait pas.

«  Qu'est-ce que tu fais Meluzhianne ?! Arrête !  »

La voici en train d'attaquer les habitants ! Âamet préféra s'insterposer, la frappant avant son sceptre avant qu'elle ne fasse valser tout le monde. Elle pointa son sceptre vers Meluzhianne, la menaçant.

«  J'ai dis que ça suffisait ! Fais des choses utiles ou bien va t'en d'ici ! Ces gens n'ont pas besoin d'être gérés de cette façon, ils ont raison d'être en colère ! Ce n'est d'ailleurs pas à toi de les gérer ! Alibaba est mon ami et je ne te laisserai d'ailleurs pas parler de lui en ces termes plus longtemps tout comme ces gens, les habitants du pays ou je vis.  »

Il était plus que rare que la magicienne décide de s'imposer. Même si elle paraissait sûre d'elle, intérieurement, elle était un peu tendue. Cela ne se voyait pas. Elle soupira.

«  Ecoutez moi tous s'il vous plaît ! Âamet, je suis Âamet, vous me reconnaissez peut-être, une des ambassadrices.. Le Roi Sinbad est actuellement en proie avec le centre du problème qui vient de s'abattre sur Sindoria avec les généraux, ce n'est pas le moment de le décevoir et d'avoir des accès aussi violents ! Je suis sûre que vous connaissez Alibaba aussi, et que certains se demandent comment il a bien pu faire ça. Il ne s'est pas retourné contre Sindoria, il y a sûrement une explication plausible ! Nous vous aideront à reconstruire vos maisons, soyez rassuré personne n'a l'air d'avoir subit de graves dommages physiques, alors calmez-vous s'il vous plaît ! Que les personnes blessées se réunissent en face du restaurant encore debout, que celles qui peuvent aider aux soins le fasse, les autres, apportez de l'eau si besoin est, tentez de porter votre attention sur les blessés !  »

Mentalement, elle souffla, c'était une longue tirade. Elle se dirigeait ensuite vers Kohana.

«  Je vais m'occuper de ton bras, Kohana.  »

Le baton de la magicienne se dirigeait vers la plaie avant qu'il ne brille légèrement et que celle-ci ne se soigne doucement.


HRP : Meluzhianne j'ai du couper ton post en plein milieu, pendant que tu étais en train de faire des bourrasques parce qu'Âamet n'aurait jamais laissé faire ça :P Donc le reste ne compte pas, tes paroles non plus du coup vu que tu es coupée.
Fais attention aux actions trop longues quand on est à plusieurs, Âamet ne peut pas être spectatrice du RP, elle doit agir aussi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


۞ 1ère apparition : 17/07/2016

۞ Rukhs : 386

۞ Rukh rose : Célibataire

۞ Localisation : Dans son Palais à Sindoria

avatar
Sinbad
GRAND ROI

MessageSujet: Re: Coup du Destin: la guerre? [PV libre] 2/6/1002   Jeu 13 Oct - 21:43




۞  Coup du Destin  ۞


... la Guerre ?



feat. Âamet Loueseni, Kohana Shahrizai, Méluzhianne Mortys, Sinbad







Les négociations semblaient être entamés, étant donné que toute l'escorte du Roi se trouvait sur place pour essayer de trouver un arrangement à l'amiable. Ceci dit, la question auquel Sinbad demanda, n'eut aucune réponse. En effet, les pirates n'avaient pas l'air de vouloir négocier et c'est en se débattant que l'un d'entre-eux réagissa violemment, ce fut bien entendu le fanalis précédent qui fut la cause de tout ce remue-ménage et c'est en envoyant des ordres aux deux autres qu'ils décidèrent finalement de passer à l'action. Très mauvais choix de leur part, puisque le Roi se trouvait toujours en présence de ses plus fidèles généraux, dont la force et leurs capacités n'étaient plus à prouver.

C'est donc ainsi que l'un des deux Fanalis décida de se jeter sur l'un d'entre eux. Pensant avoir fait le bon choix, Sinbad fit donc un signe discret vers Hinahoho pour que ce dernier intervienne comme il était convenu. Le combat se retrouverait donc à trois contre deux, puisque le Roi esquiva rapidement le coup du second Fanalis, ce qui laissa au guerrier d'Imuchakk la possibilité de se battre contre les deux Fanalis.

Hinahoho ne tardait donc pas à répliquer à son tour d'un regard confiant, dont une aura bestiale s'affichait désormais tout le long de son corps gigantesque. Portant son arme au-dessus de ses épaules tout en s'adressant vers eux.



« ... Ramenez-vous les gamins. Votre adversaire... Ça sera MOI ! »

Il savait notamment que les seuls généraux qui pouvaient rivaliser avec la force des Fanalis étaient bien Hinahoho et Masrur et c'est en s'adressant ensuite vers la chef du groupe que le Roi de Sindoria décida de se montrer un peu plus sérieux.



« Je vois que vous n'avez pas l'intention de négocier, alors je vous prie de m'excuser.
Je n'ai pas l'intention de me battre contre vous. »

Il lui semblait bien leur avoir poser une question, mais cela fut sans doute une perte de temps et voilà qu'à présent, quelques fumées apparaissaient au loin. C'était évident qu'il n'avait pas l'intention de perdre une minute de plus en ces lieux, surtout lorsqu'ils avaient déclaré ouvertement qu'ils leur fallait encore du temps. Que cherchaient-ils à faire ? Il était bien évident qu'il n'allait rien obtenir d'eux.


C'est donc en lui tournant le dos que le Roi entreprit de suivre ses hommes, bien qu'il ne se doutait pas que la jeune femme allait tout faire pour le retarder dans sa démarche. C'est pourquoi, il s'assura notamment de lui faire part de la remarque suivante, dans le cas où, celle-ci déciderait de riposter d'une quelconque façon, ou encore qu'elle déciderait de les suivre.



« ... Si vous souhaitez toujours convenir d'un arrangement, je serais ravi de vous revoir pour que nous en discutions plus tard. En attendant, je vous demanderais de cesser les hostilités avant qu'il ne soit trop tard. Dans le cas contraire, je me verrais dans l'obligation de vous enfermer, vous et vos hommes, jusqu'à ce que nous décidions de ce qu'il en adviendra. Je vous déconseillerais donc de faire quoi que ce soit qui puisse être en votre défaveur. »




Sur ces mots, Sinbad prit la décision de faire un petit signe au reste des gardes comme pour leur demander de retourner au Palais par mesure de précaution. Il était évident que pour le reste des troupes leur but était tout autre et c'est en donnant le signal à Pisti qu'il lui ordonna de patrouiller tout autour de l'île, afin de clarifier le nombre d'ennemis qui se trouvait à portée du pays.

Sinbad allait désormais s'assurer qu'aucun d'entre eux n'en ressortirait vivant. Il envoyait à présent d'autres hommes pour venir en aide aux autres villages, dont un incendie aurait été déclaré. Il ne comptait pas abandonner son peuple, sous prétexte qu'il tenait à renforcer la sécurité autour de la Salle des Trésors, qui sans doute, devait probablement intéresser les Fanalis, mais pour ce qui est des mages de Magnostadt, il n'avait strictement aucune idée de leurs intentions et ce fut bien cela qui l'inquiéta. Une question persista néanmoins dans son esprit, tandis qu'il s'éloignait de la zone.

Était-ce l'oeuvre d'Al-Thamen ? Était-il à l'origine de toute cette perturbation ? Il ne pouvait s'empêcher d'avoir un mauvais pressentiment à ce sujet. L'organisation était bien trop restée discrète depuis un moment qu'il en parvenait même à douter de la provenance de ces magiciens de Magnostadt. Si le rapport d'Âamet disait vrai, ce n'était peut-être pas impossible que l'organisation vienne à s'en mêler, bien qu'il doutait fortement que le vieil homme ait quelque chose à voir avec cela. Mogamett n'était, après tout, pas assez fou et sénile pour se dresser contre un pays peuplé de goïs, auquel il vouait une haine sans limite. Tout ceci lui paraissait bien trop étrange pour que de simples magiciens viennent à déclarer la guerre à Sindoria... Qu'avaient-ils à gagner en déclarant la guerre au Roi des Sept Mers ? Il y avait bien longtemps que Sindoria n'était plus en période de guerre contre qui que ce soit. Sinbad n'allait pourtant pas tarder à le savoir.


۞۞۞۞۞


[ Actions PNJ ]


Hinahono et Masrur, quant à eux, étaient toujours en combat, pendant que Pisti surveillait les alentours. Survolant le pays sur le dos d'un énorme oiseau, elle attendait d'observer les alentours, avant de redescendre faire un rapport au Roi. De son côté, Masrur semblait avoir entamé le combat contre ce Fanalis qu'il avait auparavant immobilisé à la demande de Sinbad.

Il fut assez surpris lorsque le Fanalis réussissait à se débattre de son emprise, lui implantant par la suite son couteau dans la cuisse. Masrur ne semblait pas si affecté que cela par son attaque, il s'éloigna juste de son adversaire, tout en s'agenouillant, le regardant à présent de son air impassible. La plaie avait l'air d'être tout à fait superficielle, bien que cela ne lui fit presque rien. Il écouta néanmoins son adversaire qui avait l'air de trouver la situation amusante.

Ce dernier semblait vouloir le recruter et le convaincre de rejoindre ses rangs, mais Masrur avait l'air de se montrer très indifférent à ses propos et c'est en lui tendant sa main que le Fanalis de Sindoria décida de se mettre en position sur ses deux jambes, tout en écrasant la terre, tant son expression se fit de plus en plus sérieuse. Il avanca ensuite sa main comme s'il s'apprêtait à passer à l'attaque à tout moment.

C'est donc en lui adressant une dernière fois la parole que Masrur le jaugea à présent d'un regard sévère, presque hostile à son égard. Il n'avait pas l'air de vouloir se répéter, c'est donc en lui décochant un avertissement qu'il espérait que le pirate parvienne à entendre raison, mais Masrur savait pertinemment qu'il était inutile de discuter avec un Fanalis.

... Même si cela devait signifier qu'il devait se battre contre ses semblables, il était néanmoins prêt à défendre son pays, mais aussi pour le bien-être de son Roi.




« ... Vous autres les Fanalis mettiez en danger les relations qu'entretiennent Sindoria et Magnostadt. Partez d'ici. »


Spoiler:
 


Dernière édition par Sinbad le Jeu 8 Déc - 10:09, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


۞ 1ère apparition : 16/03/2013

۞ Rukhs : 215

۞ Rukh rose : Omnise..scient

۞ Localisation : Partout

avatar
Destin
MAÎTRE DES RUKHS

MessageSujet: Re: Coup du Destin: la guerre? [PV libre] 2/6/1002   Dim 16 Oct - 1:26

Malgré leur envie de se battre et leur force, je voyais bien que Ban et Chikara paraissaient intimidés par la fameuse armée de Sinbad. Je devais faire quelque chose même s’il fallait avouer que mon ridicule coup de couteau sur un mastodonte comme Masrur n’avait eu aucun effet, autant physiquement que sur ses réactions toujours aussi . Pouvait-il agir par lui-même ou était-il trop bête pour s’apercevoir qu’il était une marionnette, taku ! Ça me rendait fou de voir à quel point il ne s’apercevait pas de la chance qu’on lui offrait d’être libre. Tant pis ! Il fallait s’occuper d’une menace plus grande.

Hinahoho:
 

Ban et Chickara se mirent en position défensive, près à bondir sur le général à tout signe d’attaque.

Sinbad:
 

Aritsu, quant à elle, mit ses mains sur ses hanches et déclara en me regardant dans les yeux :

- Replions-nous! On a rempli notre mandat, il ne sert à rien d’en mettre autant. On se fera crier dessus et on n’aura même pas notre magot si ça continue, taku !

Sinbad:
 

Sinbad, avant de partir à son tour, parla à Aritsu, ce qui sembla la faire changer d’idée sur sa retraite du combat. Ça lui ressemblait bien de changer d’avis comme ça sur un coup de tête ! J’avais bien hâte qu’elle réagisse, c’était bien la femme avec qui je régnais sur les mers pour nombreux maîtres et cette fois, pour des magiciens bien fortunés de surcroît !

-Il y a peut-être une chose que nous aimerions négocier avec vous.

Elle avança son visage très près de celui de Sinbad dont sa garde, malgré l’ordre de se déplacer vers le village, se rapprocha en trombe et força la femme à reculer. Je me rapprochai aussi, soudainement attrapés par le bras par un des gardes que je repoussai d’un coup de coude. Le garde perdit le souffle sous ma poigne, mais je finis à genou sous la force des massues d’autres gardes qui arrivèrent à la charge. Ban et Chickara vinrent me tenir main forte, frappant à leur tour les gardes…
Aritsu nous fit un signe de se calmer et ricana en regardant toujours Sinbad maintenant de dos:


-Tu nous donnes accès à tes joyaux les plus précieux et tu nous fournis une protection contre celui que nous trahirons et on vendra les informations qu’on a sur cette potentielle guerre. C’est à prendre ou laisser. Que choisiras-tu, roi des sept mers ? Tes richesses ou ton peuple ?

C’était bien les ‘’négociations’’ d’Aritsu, des choix difficiles et tranchants. Mais bon, à regarder le guerrier qui faisait face à Ban et Chikara et à regarder les gardes armés jusqu’au cou, je commençais à me demander qui des mages de Magnostald ou des habitants de Sindoria étaient moins violents et puis… Aritsu avait raison, nous n’avions qu’un seul maître : l’argent.

-J’te reconnais bien Aritsu. Espèce de radine, t’avais bien caché ton jeu. Tu m’as fait peur, t’sais.

Grâce à l’intervention des deux fanalis, je pus me relever et m’approcher d’Aritsu et du roi. J’avais enfin le champ libre ! Mais quand même, ce mage en prenait du temps. Il nous avait dit qu’il enverrait son arme secrète à l’attaque une fois qu’on aurait fait diversion, mais qu’il était donc cette arme et où était-il ? Je haussai les épaules. Il était sûrement au village et c’était sans doute son arme qui avait fait tant de brasse.

Aritsu jouait bien son jeu. On ne pourrait tellement rien leur dire ! Comme elle le disait, on travaillait pour l’argent et non pour les informations.


////

Entre le moment où Alibaba se fit attraper au vol par Kohana, ce moment où il fut allongé et ce moment où il vit l’incendie se faire éteindre par les pouvoirs de celle-ci, il se passe une fraction de secondes. La vision trouble, il regarda le brasier s’éteindre, puis il plongea les yeux dans ceux de  Kohana.

Puis, il se soutint à son bras pour s’asseoir afin de répondre à la colère du peuple. Il répliqua :
¸

-Ils ont raison… pour… pourquoi m’avoir sauvé?

Ses yeux fermaient tout seul au moindre effort et sa voix tremblotait.

-Je suis dangereux… Kohana. IL est dangereux et… il joue sur vos sentiments… il sait que… vous me ferez pas de mal.

La foule continua à s’énerver et une autre des femmes, une noiraude caractérielle (Mélu) prit le mors aux dents et se mit à faire de l’ironie, insultant le peuple qui me gueulait dessus et… m’insultant aussi en insultant au passage ma sauveuse… Qui était cette personne ?  Mais restait que…

Elle avait raison de s’énerver, cette situation était complètement horrible et ridicule ! Alibaba trouvait plutôt la réaction de Kohana trop charitable à son endroit. Une petite leçon de cette femme ne serait pas de refus, mais en même temps, le mage ne se laisserait pas faire donc… Valait mieux faire profil bas pour l’instant.

J’espérais qu’elle penserait au pays et non à la situation pathétique dans laquelle il était plongé. Sans doute !


Âamet:
 

Je relevai la tête, lançant un regard interrogateur à Âamet… et je tentai de me lever pour me présenter à elle, mais je perdis pied et je retombai  aux côtés de Kohana. Je la rebaissai aussitôt, la sentant douloureuse et lourde et espérant que le mage ne referait pas surface, pas maintenant, mais pour l’instant c’était le calme plat. Pour combien de temps ? Il ne devait pas baisser la garde sinon il reviendrait…

J’écoutai du mieux que je le pus les mots d’Âamet, rassuré de voir le feu s’éteindre et les gens blessés avoir de l’aide, mais il ne pouvait croire qu’on le laisserait partir après toute cette histoire. Où était Sinbad ? Allait-on l’interroger ? L’exiler ? Le tuer ? Ou simplement le laisser partir ? Connaissant Sinbad, l’interrogatoire et la quête d’une solution de protéger son pays tout en le sauvant son protégé serait probablement sa décision.

Sur ce, il déposa sa tête sur le bras de Kohana qui venait d’être soignée par Âamet et il perdit conscience.[/i]

*Tout le monde va bien… yokata.*

Il n’avait plus de force.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://labyrinthofmagic-rpg.actifforum.com

Magicien bleu

۞ 1ère apparition : 29/05/2015

۞ Rukhs : 233

۞ Rukh rose : Un coeur qui se croit incapable d'aimer...

۞ Localisation : Sindoria

avatar
Kohana Shahrizai
Magicien bleu

MessageSujet: Re: Coup du Destin: la guerre? [PV libre] 2/6/1002   Dim 16 Oct - 13:46


LA GUERRE?
Je les en empêcherai!

Méluzhianne n'était qu'une Vipère, une femme stupide qui ne pensait qu'à séduire les hommes et rabaisser toutes les femmes qu'elle voyait comme des rivales. Du moins, c'est ce que pensais intérieurement Kohana. Il était inutile de répliquer quoi que ce soit. La situation du blond l'inquiétait davantage. Il semblait épuisé. Probablement qu'il avait utilisé presque toute sa réserve de magoï, ce qui était logique s'il avait utilisé son équipement de Djinn. Et puis, dans un murmure, elle parla de façon à ce que seul Alibaba puisse l'entendre.




▬ Ce n'est pas toi qui est dangereux Alibaba, mais ce mage... Nous trouverons un moyen de te libérer de son emprise...

Elle ne voulait pas ébruiter le fait qu'il était contrôlé par un mage. Elle en parlera en temps voulu au Roi ou même à Âamet afin de leur expliquer ce qu'elle savait exactement sur cette histoire. Sauf que pour le moment, il fallait calmer cette idiote de Vipère qui se mit à frapper les citoyens de Sindoria. Kohana était pour intervenir, mais l'Ambassadrice fut plus rapide qu'elle et heureusement. Ces citoyens avaient le droit d'être en colère et ce n'était pas une raison pour les frapper aussi violemment. Un petit sourire en coin s'affricha sur son visage lorsque Méluzhianne se fit rabrouer par Âamet. Voilà qui devrait lui remettre les idées en place, à cette Vipère.

La verte préféra rester silencieuse et se contenter d'observer la situation. Et surtout, de veiller sur Alibaba pour éviter qu'il ne se fasse à nouveau manipuler ou qu'il ne fasse une bêtise. L'Ambassadrice termina donc son discours et les habitants se mobilisèrent. Ils transportèrent les blesser, d'autres allèrent chercher de l'eau. Sauf que le regard de la Tran fut attirer sur la brune qui s'approchait d'elle dans le but précis de la soigner. Sans attendre, Kohana posa sa main sur le bâton et le fit d'évier de sa trajectoire, l'empêchant ainsi de poursuivre son sort. Le sang avait cessé de couler, mais la blessure était toujours présente. Plongeant son regard dans le sien, elle répliqua ceci.




▬ Inutile de gaspiller votre magoï sur moi, Âamet. Garder votre magie pour ceux qui en ont réellement besoin.

Déchirant alors le bas de son vêtement, elle utilisa le tissu en guise de pansement. Elle le serra suffisamment pour éviter un nouveau saignement. Et voilà que le blond tomba en essayant de se relever, forçant ainsi la Tran à le rattraper. Celui-ci posa soudainement sa tête sur son bras blessé, la faisant grimacer. Il le faisait exprès ou quoi? Soupirant longuement, elle constata qu'il avait perdu connaissance. La fatigue avait prit le dessus sur lui apparemment... Elle souleva alors le blondinet, déterminée à l'emmener dans un endroit sûr, loin de cette foule.




▬ Je vais l'éloigner quelque peu des habitants. Je ne voudrais pas que d'autres personnes s'en prennent à lui sur un coup de tête.

Jetant un coup d'oeil à la Vipère, se méfiant un peu de cette femme, Kohana s'éloigna finalement. Ce n'est qu'une fois à l'abri des regards qu'elle le déposa au sol. Ils se trouvaient derrière un bâtiment presque complètement brûlé et détruit. Elle récupéra ensuite une corde parmi les débris. Celle-ci ne semblait pas trop brûlée et suffisamment solide. Attachant les mains d'Alibaba, pour son bien, elle se mit à observer attentivement la marque qu'il portait sur son bras. Du bout des doigts, elle en fit le contour alors que son regard se voilait.




▬ Elle est bien plus vive que la dernière fois... Maudit sois-tu, Mage.

FICHE ET CODES PAR BROADSWORD.



Kohana's staff
By loving I am reborn, Wishing to be loved I’m brought back to live
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


۞ 1ère apparition : 06/10/2015

۞ Rukhs : 253

avatar
Méluzhianne Mortys
MAGICIEN BLANC

MessageSujet: Re: Coup du Destin: la guerre? [PV libre] 2/6/1002   Dim 16 Oct - 14:37

-Comment osez-vous m’interrompre ! Ces moutons stupides ne connaissent que le bâton et le sucre ! Et vous vous continuez à les cajoler, leurs donner du sucre jour après jour ! Sindoria est une ville de droit et de paix. Regardez un peu ou se trouve la paix quand vous leurs laissez la bride basse ! La brune pointa Le blond dans les vapes, l'air à moitié mort.

-Soyons bien clair Ambassadrice Loueseni. C'est la première et la dernière fois que j'accepte que vous interveniez dans mes actions ! Si j'avais voulus agir comme je le fait d'ordinaire c'est brebis baveuses engraissées à la joie de vivre seraient toutes mortes ! La je me suis contentée de les neutraliser pacifiquement. Tenez vous le pour dit.

Après cela ,la mage s'éloigna pour ce déplacer entre les villageois et les blessés, inspectant les alentours. Elle cherchait des traces d'un complice du blond. Restant dans un petit périmètre autour du fameux utilisateur de relique. Elle ne trouve pas grand chose. Des débris calcinés, des cendres volant dans le vent, et un petit garçon pleurant dans un coin de mur menaçant de s’effondrer. Méluzhianne soupira, et s'approcha de lui, s’agenouillant à sa hauteur.

-Tu ne devrais pas rester ici tout seul. Ce mur va te tomber sur la tête d'ici peu. Viens avec moi. Ont va essayer de retrouver tes incompétent de parents. Elle lui tendis la main. Et le garçon se jeta dans ses bras, la serrant fort contre lui.

"Oh, super, un pot de colle pleurnichard.....aller gamin, accroche toi."

La brune souleva l'enfant dans ses bras et le ramena plus prêt des foules. Caressant sa tête avec douceur pendant que lui reniflais en sanglotant.

-Es-ce que des parent incapables et irresponsables auraient perdu leurs fils ?! Allo ! Un petit garçon cherche ses parents incompétents !

-Jaa'lur ! Mon chéri ! Rhaal il est là !! Une femme et son mari rejoignirent affolés, Méluzhianne. La jeune femme leurs laissa l'enfant. Et d'un ton sévère et sec lui invectiva.

-La prochaine fois tâchez de vous concentrer plus sur votre enfant que sur la colère stupide de la majorité de moutons que vous êtes ! Il aurait pue mourir sous les décombres ! C'est facile de se dire parents. Encore fait-il en être capable. Et sans attendre une réaction du couple elle les laissa derrière elle. La mage venait d'entendre quelque chose de très intéressant, la Reinette Toran lui fournissait encore de quoi lui mettre en travers des gencives.

-Effectivement pour une fois La Reinette est lucide. Inutile d'utiliser bêtement votre magoï pour elle. Si elle assez bête pour se faire blessée de la sorte ,par des être aussi faible que des Goï en colère. Alors elle ne mérite aucune attention. Puis elle observa d'un mauvaise œil la Toran partir avec le blondinet. Aucun villageois ne semblaient contre l'idée de voir celui qui les avait détruit s'en aller comme ça.

-C'est totalement absurde !
Dit Mélu' à haute voix pour elle même. Puis elle suivis la Toran d'un pas décidé. Saisissant son bâton par la même occasion.

"S'en prendre à lui est justement ce qu'il faut faire ! Ce type est coupable, coupable de crimes que Sindoria condamne !"

Rejoignant la position "à l'abris" du duo, Méluzhianne pointa son bâton droit sur Alibaba.

-Premier et dernier avertissement, et ça par-ce-que je suis à Sindoria. Toran, éloignes toi du coupable. Ce blondinet va devoir répondre de ses actes ! Et au vus de votre sympathie à son égard à toi et Aamet Loueseni, je me dois de vous avertir que vous semblez bien louche dans cette affaire !

La mage appela quelques brises autour d'elle, ce rendant un peu plus impressionnante. Mais laissant très ouvertement paraître qu'elle n'hésiterais pas à utiliser la force. Méluzhianne observa un peu plus Alibaba, les mains liées.

-Apportes lui premier soins nécessaire à l’interroger plus tard. Mais n'essaie pas de faire autre chose.

"Jouer ce rôle devrais me permettre d'avancer mes pions comme je le planifie. Voyons comment ce déroulera la suite."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

AMBASSADRICE

۞ 1ère apparition : 18/04/2013

۞ Rukhs : 516

۞ Rukh rose : Célibataire

۞ Localisation : CDD 3/6/1002 Sindoria

avatar
Âamet Loueseni
AMBASSADRICE

MessageSujet: Re: Coup du Destin: la guerre? [PV libre] 2/6/1002   Mar 18 Oct - 16:35

 
Coup du destin, la guerre?
 

feat  Kohana & Méluzhianne & Sinbad & MDJ
2/6/1002



 
Peu importe la façon dont Meluzhianne était en train de râler, peu importe si cela lui plaisait ou non Âamet ne la laisserait pas faire du mal aux habitants. Elle venait de l'arrêter, et cela ne lui plaisait pas. Elle pensait aussi du mal des habitants, tous ayant toujours reçu du sucre ? Tous ayant toujours vécu joyeusement ? C'était elle qui demandait où se trouvait la paix alors qu'elle les attaquait ? Âamet fronça les sourcils lorsqu'elle lui disait qu'il s'agissait de la dernière fois qu'elle intervenait dans la situation.. Mais pour qui se prenait cette femme ?! Elle n'était qu'une voyageuse qui était là par hasard !

« Je vous arrête tout de suite, Meluzhianne. Sindoria est principalement une terre d'asile, les personnes qui sont ici sont loin d'avoir toutes eues la vie en rose. Et comment voulez vous maintenir la paix en les frappant ? Les neutraliser de façon pacifique, c'est sans violence, c'est à dire ce que j'ai fais et qui à ramené la raison, voyez par vous même ils commencent à s'aider les uns les autres. Parfois un mouvement de foule peut simplement être arrêté par la rationnalité et le calme. Soyons donc claires : c'est la dernière fois que vous, civile, vous mêlez de l'autorité et de Sindoria et de la gestion de l'événement actuel. Si vous voulez agir, aider les gens, mais ne jouez pas au petit-chef. Nous savons quoi faire »

Âamet aurait pu trembler parce qu'elle n'avait toujours pas l'habitude, surtout vu la situation mais elle montrait néanmoins derrière cette facette introvertie une certaine autorité envers Meluzhianne. Après tout c'était elle la supérieure ici et elle devait montrer qu'elle gérait la situation et qu'elle n'acceptait aucune intervention stupide. Le temps qu'elle tente de soigner Kohana, qui venait de lui dire qu'elle n'acceptait pas ses soins et que ce n'était pas grave,  elle hocha simplement la tête, l'observant se  bander avec un bout de tissus Meluzhianne était allée aider un gamin. Eh bien quelle drôle de chose. Elle arriva et mis de suite son grain de sel. Elle fronça les sourcils à nouveau.

« Je vous prierai de ne pas utiliser le mot « goi ». Nous ne sommes pas à Magnostadt. Et j'ai assez de réserve de magoi pour soigner une légère blessure, en plus. Ce n'est pas comme si vous vous inquiétiez de mon état donc je vous prierai de me laisser tranquille. »

Une fois que la toran avait dit qu'elle amenait Alibaba un peu plus loin elle hochait la tête, cependant Meluzhianne ne l'entendait pas comme ça, elle les suivait et Âamet en fit de même. Elle se plaça même entre les deux. Elle haussa le ton. Elle empoigna aussi son sceptre.

« Maintenant ça suffit ! Ce n'est pas parce que vous êtes à Sindoria que vous avez une quelconque autorité ! C'est moi qui décide ici en l'absence du Roi et des généraux ! Ce n'est pas vous qui allez l'interrogez, vous n'êtes en rien la parole du peuple, et je ne vois même pas vos intérêts ici, vous n'en avez aucun si ce n'est vous mêlez d'un pays qui ne vous concerne pas et dont vraisemblablement vous n'aimez pas les habitants. Votre comportement depuis le début de cette affaire est inacceptable et semble plus perturbateur qu'autre chose. C'est donc à moi de vous donner un dernier avertissement : soit vous vous rendez réellement utile, soit vous partez. Vous n'aviez rien à faire ici à simplement nous observer ou critiquer. Et si vous décidez de rester malgré tout sans m'écouter dans ce cas je vous ferai partir moi-même ou j’appellerai la garde. Cependant je n'ai pas que cela à faire, je dois m'occuper d'Alibaba et des blessés. Alors prenez votre décision vite ou la finalité ne sera pas bonne pour vous. »

Cela était dit et elle ne lui permettrait pas de rester pour se moquer ou avoir des informations quelconques. Âamet la regardait dans les yeux et était sérieuse, elle la ferait partir et l'arrêterait si besoin.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


۞ 1ère apparition : 17/07/2016

۞ Rukhs : 386

۞ Rukh rose : Célibataire

۞ Localisation : Dans son Palais à Sindoria

avatar
Sinbad
GRAND ROI

MessageSujet: Re: Coup du Destin: la guerre? [PV libre] 2/6/1002   Mer 19 Oct - 13:07




۞  Coup du Destin  ۞


... la Guerre ?



feat. Âamet Loueseni, Kohana Shahrizai, Méluzhianne Mortys, Sinbad







Il était très certainement dangereux de vouloir négocier avec l'homme qui avait réussi à plier bons nombres de Rois et de Reines sous son influence, faisant ainsi de leur pays, une puissance considérable pour Sindoria qui faisait partie de l'Alliance des Sept Mers, dont leur politique était d'intervenir si l'un d'entre eux se faisait attaquer par une autre puissance ennemie. Il était tout aussi vrai d'admettre que cette île prospère était un pays d'asile, dont la puissance militaire n'était plus à douter, bien qu'elle demeurait toutefois pacifique et qu'on ne l'avait jamais vu interférer dans une guerre quelconque.

Par ailleurs, il n'avait pas l'intention de les laisser repartir avec de telles informations, maintenant que ces derniers avaient commis l'erreur d'entamer les hostilités sur ses terres. Il comptait bien les interroger plus tard. Cependant, tout se passa en réalité comme il l'avait prévu, puisque si le Roi avait prit du temps à venir sur les lieux, c'est bien parce qu'il analysait la situation depuis la Tour du Bélier Blanc, afin d'établir un plan d'intervention dans le cas où, ces individus n'accepteraient pas de coopérer comme prévu.

En effet, rien ne pouvait échapper à l'oeil du souverain. Il pouvait voir tout ce qui se passait autour de l'île grâce à la Magie de Clairvoyance dont disposait Sindoria, grâce à la position des autres Généraux qui étaient postés à différents endroits de l'île. Certains d'entre-eux manquaient à l'appel, à savoir Ja'far, Spartos, Sharrkan et Drakon, qui eux, étaient toujours aux aguets et prêt à intervenir en cas de problème majeur.

Quant au reste, à savoir les quatre Généraux restants. Yamuraïha, Hinahoho, Masrur et Pisti reçurent l'ordre d'accompagner Sinbad pour s'occuper du cas des Fanalis et identifier par la même occasion, la menace qui se cachait derrière ce conflit. Il ne pensait néanmoins pas que ces pirates mordraient aussi vite à l'hameçon. Ce fut là, une grossière erreur de leur part de vouloir se mesurer à un homme aussi vicieux et impitoyable que Sinbad.

Phrase dite par Aritsu :
 


C'est donc en s'arrêtant de marcher qu'il écouta attentivement les paroles de la chef des Fanalis. Attendant ce qu'elle avait à lui proposer qui serait suffisamment intéressant pour qu'il parvienne à changer d'avis sur ce qui allait advenir d'elle et de ses hommes. Peut-être allait-il finalement leur laisser une chance de survivre... Tout dépendait de leur offre, bien qu'il était conscient que ces Fanalis n'étaient pas en mesure de négocier quoi que ce soit, pas même leurs vies, si le Roi l'en décidait autrement.

Tout compte fait, ainsi lui proposait-elle un marché. Intéressant. Ce fut bien là une réaction que Sinbad s'attendait de recevoir de la part de quelques pirates et c'est en détournant légèrement son attention vers elle qu'il continua à l'observer discrètement, écoutant en silence la suite de son discours, tandis que celle-ci prit le risque de s'avancer progressivement vers lui.

Ce fut sans compter sur l'intervention de quelques gardes qui se précipitèrent pour l'empêcher de s'approcher plus que nécessaire que les autres Fanalis décidèrent de lui prêter main forte, tout en frappant l'escorte royale du Roi. Masrur et Hinahoho prirent donc la décision d'intervenir à leur tour.



« Relique enchantée : Bararag Kauza ... ! »

Il ne fut l'espace que d'une seconde pour que Masrur activa sa relique enchantée, afin de les empêcher de blesser quiconque. Il neutralisa ainsi leurs attaques en bloquant leurs mouvements avec l'aide d'Hinahoho qui se tenait désormais face aux deux pirates, le regard sévère, toujours accompagné de son aura, propre aux guerriers d'Imuchakk.

D'ailleurs, Hina' suffisait amplement à les intimider. Bien que sa taille les dépassait largement d'une tête, il ne comptait pas faire usage de sa force. Sauf si la situation devait dégénérer et qu'elle nécessitait leur intervention. Pourtant, c'est à peine si les Fanalis semblaient intimidés par leur présence, alors que la demoiselle semblait toujours s'exprimer au nom des siens.

Phrase dite par Aritsu :
 




« ... Je vois. Prenez ceci dans ce cas. »

Sin' se tourna à présent vers eux, les bras croisés, tandis que Masrur et Hinahoho se tenaient juste devant lui pour se dresser contre les Fanalis. Il fit ensuite un signe de tête pour que les gardes viennent déposer à leur pieds un immense sac, où l'on pouvait apercevoir quelques joyaux scintillants sortir de leur contenu.



« En échange, j'aimerais savoir qui est la personne pour qui vous travaillez et quel est son but.
Répondez. Et je vous donnerais le reste. »




« Si vos informations se révèlent exact, nous assurerons votre protection contre eux et je doublerais votre récompense, bien plus que vous aviez pu avoir en venant jusqu'ici. Vous n'avez rien à perdre en acceptant cette offre. Dans le cas contraire, vous seriez pourchassés et sans doute tués pour avoir déclarer la guerre à l'un des pays appartenant à l'Alliance des Sept Mers. Je suppose que vous pouviez comprendre l'ampleur de la situation, n'est-ce pas ? »

Son regard se fit plus insistant lorsqu'il croisa celui de la Fanalis. Il fit ensuite une pause, avant de conclure les négociations d'une voix ferme et pourtant calme.



« Alors... Prêtez main forte à Sindoria et nous vous autoriserons à partir d'ici avec le reste de la trésorerie à bord d'une chaloupe que nous mettrons à votre disposition. C'est à prendre ou à laisser. Autrement, nous vous enfermerons à Sindoria jusqu'à ce que vous répondiez de vos crimes.
Le choix vous appartient, Mademoiselle Aritsu. »




Pendant ce temps, Pisti survolait toujours les environs sur le dos de cet énorme animal qui tirait ses origines d'Artemyra, appartenant à l'un des autres pays de l'Alliance. Elle siffla après coup, de sorte à attirer d'autres oiseaux dans sa direction. Pisti descendit par la suite vers Sinbad pour lui faire un rapport de la situation actuelle. Il était urgent de réagir s'il comptait sauver un maximum de vies et c'est en atterrissant au sol à l'aide de sa monture que la petite blonde apparut aux côtés du Roi.



« Majesté... ! Nous devrions envoyer quelques soldats vers les villages restants afin d'éteindre les incendies qui ont été déclaré vers les périmètres Ouest et Est de l'île. Quant à la présence de Magnostadt, nous ne savons toujours pas leurs intentions, ni même leur nombre exact. »



« Entendu, envoyez les gardes sur place, nous vous rejoindrons par la suite. »



« Bien compris, Majesté ! »

Sur ces mots, Pisti décolla en compagnie des autres soldats qui étaient à présent sur le dos des autres montures. Ces derniers se dirigaient par la suite vers les villages restants pour sauver les derniers rescapés des incendies ayant été déclenché un peu partout sur l'île.

Pendant qu'ils s'éloignèrent, Sinbad se dirigea dans la direction qu'avaient prises les trois jeunes femmes, juste avant qu'elles ne partent aider les villageois. Le Roi de Sindoria était accompagnés de Masrur et d'Hinahoho, ainsi que d'une quelque poignée de gardes qui gardèrent un oeil sur les autres Fanalis.




« Quant à vous, je vous suggérerais de nous suivre, si vous souhaitez toujours vous battre et vous ralliez à notre cause. »


Sinbad comptait bien résoudre cette affaire par tous les moyens possibles et si la méthode douce ne suffisait pas, il n'aurait alors nulle autre choix que de recourir à une méthode plus radicale, bien que ce dernier n'aimait pas trop user de sa force pour parvenir à ses fins. Sinbad n'était pas un homme dont la violence était reconnue, mais s'il devait l'être, les Fanalis n'auraient alors aucun moyen de ressortir de Sindoria sans en subir les conséquences ...

Qu'allaient-ils choisir ?
L'Argent ou la Mort ?

Les Fanalis disposaient à présent de toutes les cartes en main pour changer le cours de leur destinée.
... Il ne tenait qu'à eux de faire le bon choix.


Dernière édition par Sinbad le Jeu 8 Déc - 10:09, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


۞ 1ère apparition : 16/03/2013

۞ Rukhs : 215

۞ Rukh rose : Omnise..scient

۞ Localisation : Partout

avatar
Destin
MAÎTRE DES RUKHS

MessageSujet: Re: Coup du Destin: la guerre? [PV libre] 2/6/1002   Dim 23 Oct - 15:38

[HRP : Changement de perspective. Destin va maintenant reprendre un peu de neutralité au ‘’il’’. Bonne lecture o/

Le pauvre jeune blond, vidé de son mago et donc très vulnérable face à la foule qui frémissait encore de rage, n'eut même pas conscience des cordes qu'on lui attacha au poignet...  Par contre, quand l’Ambassadrice parla, elle commença à se disperser, se disant que ce n’était plus de leur responsabilité...

Un homme aux longs cheveux bruns et bien baraqué prit à son tour la parole :


-L’Ambassadrice a raison ! Ne déchirons pas le pays pour punir un homme qui sera jugé selon la justice de notre bon roi et de l’Alliance des sept mers. Allons donc nous occuper des survivants et mettez la main à la pâte pour nourrir et loger les sinistrés, pour reconstruire les maisons et pour transporter les blessés. Suivez les ordres des dirigeants de votre pays !

Il s’égosilla;  des gardes de Sinbad, qui commençaient à se masser autour de la foule.

À la suite du dernier discours d’Âamet à Méluzianne, deux des gardes s’avancèrent et finirent par attraper la femme aux propos désobligeants et lancèrent :


-  On vous prierait de nous suivre au palais pour interrogatoire. Votre offense envers le peuple et une représentante de la cour et passible d'emprisonnement.

Une partie des gardes assistèrent ainsi l’homme de la foule qui avait pris en main le sauvetage de tout le monde pendant qu’une autre partie s’avancèrent vers l’Ambassadrice et aussi de Kohana et ‘’son prisonnier’’. Ils déclarèrent :[/i]

-Nous l'escorterons jusqu’à une cellule, là où nous dépêcherons un médecin pour porter des soins au porteur de relique. Quant à vous, mademoiselle (le garde en question regarda Kohana). Vous pouvez apporter de l’aide aux blessés et aux sinistrés, mais tâchez de vous écarter le plus rapidement possible du conflit par la suite. On m’a fait savoir que tout a été pris en main par la politique en vigueur!

Belle façon de dire que les généraux avaient commencé à agir !

//////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

Du côté de la guilde de fanalis, Aritsu, en voyant Ban et Chikara prêt à sauter sur le sac d’argent et de bijoux qui venait de se déposer à ses pieds, elle les arrêta et les fit reculer d'un geste de la main. D’ailleurs, elle se doutait que face au fanalis à la relique et son comparse, ils ne feraient pas long feu. Et misère, dans quel intérêt se battre contre des gens qui tendaient ainsi un sac de richesse! Il fallait y aller avec le tact et ça tombait bien, elle en avait.

Le fanalis qui parlait au nom de la guilde au début de l’intrusion (dénommé Rido: je n'avais pas encore donné de nom à ce personne!), ne cessait de ricaner. Aritsu finit par l’attraper par l’oreille et lui donner un coup de coude dans le vendre et dire :


- Tu vas te calmer Rido ? Espèce d’idiot! On est près du but. Laisse-moi parler.

Elle soupira et regarda le roi qui proposait son échange.

Elle fit mine de réfléchir, se grattant le menton.


- Voilà donc un échange intéressant, mais qui me dit que vous tiendrez parole ? Je veux dire…

Elle se rapprocha de Masrur et Hinahoho :

- Avant que je vous donne des informations aussi importantes, je veux m’assurer que ce sac de bijoux sera déposé dans notre embarcation. Comme une avance. De plus…

Elle déposa son bras sur celui musclé de Masrur.

-Je demanderais à vos toutous de faire comme mes compagnons et se retirer sur le champ. Je voudrais un échange seul à seul à votre palais. J’ai l’impression que le vent a des oreilles!

Elle attendait le départ des généraux pour dire à ses hommes de se replier dans le bateau pour l’attendre avec le sac.

- Comme vous diriez, si on est prêt à coopérer et à sortir votre pays d’une aussi grosse menace, que craignez vous encore ? Surtout que j'ai bien compris le prix que nous payerons en cas d'une manquement à notre arrangement.

Elle ne connaissait pas toute l’histoire sur ses «maîtres », mais elle se doutait qu’il y avait sûrement des mages qui traient sur l’île. Elle ne savait pas par contre pour la possession du blond : les mages ayant donné à leur « esclave » le moins d’information possible, mais il savait l’essentiel sur ce mage et sur sa potentielle arme de guerre sur l’île…


Dernière édition par Destin le Jeu 17 Nov - 0:49, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://labyrinthofmagic-rpg.actifforum.com

Magicien bleu

۞ 1ère apparition : 29/05/2015

۞ Rukhs : 233

۞ Rukh rose : Un coeur qui se croit incapable d'aimer...

۞ Localisation : Sindoria

avatar
Kohana Shahrizai
Magicien bleu

MessageSujet: Re: Coup du Destin: la guerre? [PV libre] 2/6/1002   Lun 24 Oct - 19:34


LA GUERRE?
Je les en empêcherai!

Kohana trouvait les actions de la Vipère complètement inutile. Elle avait frappé des villageois pour ensuite les insulter...? Mais pour qui se prenait-elle? Méluzhianne n'avait pas sa place à Sindoria, pas avec un tel comportement. Les habitants n'étaient pas nourris au bâton et au sucre, comme elle le pensait. Et l'Ambassadrice se permit de lui remettre les idées en place. Heureusement, car si la Tran devait s'en mêler, ce ne serait pas beau à voir... Même elle n'avait pas eu une vie rose comme la Vipère pouvait le croire. Elle était venue s'installer dans ce pays, car il s'agissait d'une terre d'asile. Un endroit où elle pourrait recommencer sa vie à zéro, oublie ce passé qui avait tâché ses mains de sang.

Pour éviter que les citoyens ne s'en prennent à Alibaba sur un coup de tête, la magicienne de l'eau préféra s'éloigner avec l'accord d'Âamet. Accroupie derrière un bâtiment, elle examinait le blond afin de vérifier la marque qui ornait son bras. Elle était bien plus vive qu'autrefois, ce qui l'inquiétait. Était-ce un signe que la puissance du Mage augmentait? Ou bien, était-ce le signe qu'il manipulait toujours le prince...? Dans tous les cas, Kohana n'eut pas le temps d'y réfléchir calmement. La Vipère fit à nouveau son apparition en la menaçant. La Tran la fixa d'un air blasé et ennuyé. Ce n'était que des paroles et jamais elle n'obéirait à une femme aussi idiote qu'elle. Elle pouvait dire ce qu'elle voudra, elle ne l'effrayait même pas.




▬ Tu n'as pas d'ordres à me donner... Tu n'es pas une figure d'autorité sur cette île, tu n'es qu'une nuisance.

Sur ces paroles, la Verte se redressa afin d'être à la hauteur de Méluzhianne. Sa voix était tranchante et froide. Il n'y avait plus rien à dire sur la situation. Elle s'occupera d'Alibaba tant et aussi longtemps que le Roi, l'Ambassadrice ou toute autre personne possédant de l'autorité lui ordonnerait d'arrêter. Et comme la Vipère n'en était pas une, eh bien... Elle ne l'écouterait tout simplement pas. De ses yeux dorés, elle défiai Méluzhianne de s'en prendre à Alibaba une autre fois. Si elle le faisait, elle n'hésiterait pas à le défendre. Mais Âamet fut plus rapide et formula un discours digne d'une Ambassadrice. Un sourire en coin se dessina sur le visage de la Tran. Si la Vipère osait répliquer avec cela... Elle serait vraiment plus idiote qu'elle ne le pensait. D'autant plus qu'en agissant de la sorte, des gardes s'emparèrent d'elle dans l'intention de l'interroger. Bien fait pour elle! Et puis, si en plus elle s'en prenait aux gardes, Kohana n'osait pas imaginer comment réagirait le Roi en apprenant cela.

Par la suite, un garde s'adressa à elle et elle inclina légèrement la tête en guise de respect. Très bien. Si les gardes emmenaient Alibaba et lui procureraient des soins, elle ne s'y opposerait pas. Sauf qu'elle s'inquiétait tout de même. Elle ignorait si le mage ferait une nouvelle apparition et si c'était le cas, quand cela arrivera. Demain? Dans quelques jours? Quelques semaines? La Tran se demandait toujours quel avait été le réel but du mage en utilisant à la fois des Fanalis et le blond. Elle n'arrivait pas à comprendre, mais elle finirait pas le découvrir. Pour le bien d'Alibaba.




▬ Très bien, je viendrai en aide aux sinistrés et une fois que tout sera réglé, je partirai. Prenez soin d'Alibaba.

Kohana observa donc les gardes emporter le prince plus loin. Puis, son attention se reporta sur l'Ambassadrice, comme si elle attendait quelque chose de sa part. En fait, la Tran désirait aider les sinistrés et les blessés, mais elle ne maîtrisait pas la magie de soin. Alors, elle ne savait pas exactement ce qui lui serait possible de faire. Peut-être qu'en utilisant sa magie de force, elle pourrait déblayer les environs...? Enfin, elle verra en temps et lieux.

FICHE ET CODES PAR BROADSWORD.



Kohana's staff
By loving I am reborn, Wishing to be loved I’m brought back to live
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


۞ 1ère apparition : 06/10/2015

۞ Rukhs : 253

avatar
Méluzhianne Mortys
MAGICIEN BLANC

MessageSujet: Re: Coup du Destin: la guerre? [PV libre] 2/6/1002   Lun 24 Oct - 21:46

Tant de paroles vide de sens, prononcées comme un beau petit discourt bien appris par cœur. L'Ambassadrice ce berçait d'illusions, tout en se cachant derrière ses titres, de noble et d'ambassadrice. Elle n'était rien d'autre qu'une bureaucrate avec des rêves de grandeurs. Cette grande bécasse sortait par les yeux de la jolie brune, et si elle n'était pas forcée de suivre une ligne de conduite stricte et non agressive, les jolis petits globes oculaires de cette femme seraient déjà sortie de leurs orbites. Mais Méluzhianne fit taire sa colère, l'enveloppant dans une façade de calme et de froideur espiègle profonde. Elle s'approcha d'Aamet, lentement, ne quittant jamais son regard dans lequel elle s'implanta. Puis tout en lui parlant elle tourna autour d'elle, un petit sourire au coin des lèvres.

-Je joue au petit chef ? Et vous savez quoi faire ? Des paroles dignes d'une femme avec votre sang. Regardez un peu cette terre d'asile que vous glorifiez de tant de joie et de beauté. Regardez bien autour de vous. Vous maîtrisez la situation ? Vous savez ce que vous faites, avec vos belles paroles, vos promesses et votre air de régente mal dégrossis ? Vous n'êtes rien ni personne derrière cet air suffisant feint de la pire des manières. Vous tremblez de n'être rien de plus que vous dans ce monde de rêve que vous voyez derrière ces yeux d'enfant bleu. Vous vous estimez proche du peuple ? Le comprendre et le soutenir ? Laissez moi rire "Ambassadrice Loueseni" ,votre vie n'a connue aucune douleur, aucune peur, ni aucune blessures. C'est une chose qu'il faut au moins admettre à la Reinette. Elle s'avance très prêt d'Aamet et lui murmura à l'oreille. -Elle son regard ne la trompe pas.

Elle s'éloigna de l'ambassadrice mais ne lui laissa pas le temps de répliquer. Enchaînant d'une voix ferme, sauvage et prédatrice.

-Vous prônez le calme, la discutions, la diplomatie et la compréhension mutuelle. C'est une hérésie pour des gens ayant connus et fuit l'horreur. Leurs âme est marquée du fer des survivant. On ne rend pas un loup docile au milieu des moutons en lui faisant boire du lait ! Il faut le castrer et lui montrer tout les jours ces attributs perdus pour lui rappeler quel est le chemin à suivre, pour que certes la paix règne. Pour leurs bien comme pour celui de tous.

Puis elle ce mit à rire, à la réflexion que cette dinde écervelée lui fit concernant le terme employé pour parler du peuple. Une fois l'amusement passé, elle repris son attaque, d'une voix diplomate mais épineuse. Se déplaçant désormais entre Aamet et Kohana.

-Ma pauvre, votre raisonnement est-il si étroit que vous n'êtes plus en mesure de remarquer les faits ? Vous et moi, ainsi que la nurse du Blondinet ici présent. Sommes des magiciens. Le peuple que vous m'avez stoppé de corriger, il est vrais d'une manière un peu trop direct, ne possède aucune magie. Ils possèdent, c'est vrais, bien évidemment je l'espère pour eux d'autre dons.

La mage pris ensuite une pause beaucoup plus désinvolte et joueuse. Posant une mains sur sa hanche et l'autre balayant sa chevelure, laissant le temps à l'Ambassadrice de respirer et se croire hors de danger. Puis elle reprit, sans faillir et le regard sure d'elle.

-Quand à ce qui est de mon intérêt pour votre santé. Effectivement mes paroles ne s’intéressaient pas à ce point. Mais uniquement au fait que moins vous gaspillerez votre magoï et plus vous en aurez pour de réelles situations utiles.

Non loin d'eux les villageois s'afféraient comme des fourmis bien dressés à soigner les blessés et faire tout ce qu'ont leurs demandait. Les décombres étaient nettoyés, et vérifiés. Ont sortait encore quelque personnes de sous les cendres. Le chaos s'apaisait mais pour les mages la pression du danger sous jasent restait présente. L'odeur de cendres, de peur et de danger volait encore au travers du vent. Et voila qu'en plus cette punaise au sang bleu osait la menacer. La brune ce fit plus mordante et bien plus sombre.

-Mademoiselle Loueseni... "C'est moi qui décide ici en l'absence du Roi et des généraux." Ne sont-ce pas là les paroles d'une enfant gâtée, aspirant à plus que ce qu'elle peut atteindre ? Vous semblez bien éprouvée par la situation dites moi. Manqueriez vous de pratique sur le terrain ? Les histoires de papa et maman ,et les livres que vous avez dévorés ne vous auraient-ils pas enseignés les bases ? C'est regrettable. Bien qu'il semble que votre corps soit un minimum formé à l'art du combat.

"Position stable, attention périphérique, muscles tonique. C'est un entrainement aux armes. Studieuse la nobliau. Mais il faut savoir choisir ses adversaires."

D'un pas assuré, le son de ses talons résonant sur les pavés de la rue, Méluzhianne referma à nouveau son regard dans celui d'Aamet. La brune s'en tenait à rester concentrée et suivre son rôle. Sans ménager la noble.

-Je ne saurais donc que vous suggérer de ne pas me menacer, Ambassadrice. Je suis ici en tant que visiteuse. C'est un fait, néanmoins vous ne connaissez ni mon statut, ni mes intentions, ni mes affiliations. Il serait donc regrettable que par votre faute, Sindoria s’entache d'un incident diplomatique. Feignant un éclair de lucidité volontairement exagéré, Mélu' poursuivit. -Oh mais dites moi, c'est pourtant bien votre domaine la diplomatie non ? Étrange, ne trouvez vous pas ? Si j'était une femme impolie, je dirais que vous manquez de compétences. Mais évidemment je ne suis pas une femme impolie. Dit-elle avec un sourire radieux et parfaitement feint. Puis elle laissa la jeune femme derrière elle, ignorant platement les piques insignifiants de Kohana, toujours au chevet d'Alibaba.

Mais un tournant de la situation, transforma, chamboula les plans de Méluzhianne. Des gardes firent leurs avancé, et sans aucunes somations, agrippèrent chacun un bras de la mage. A cet instant précis, leurs paroles en plus de leur attitude envers elle, firent naître en elle une colère sourde, violente, un échos brûlant à son passé.

"Ils s'imaginent que je vais accepter de retourner dans une cage ?! Ils pensent être capable de soumettre à nouveau ma liberté ?! Personne, jamais en ce monde, ne reposera la main sur mon corps, ma liberté, ou mon Destin !!"

Méluzhianne  pencha la tête vers le bas, son regard caché par sa chevelure. Son sourire disparus, ne laissant qu'une inexpression impassible. Sa voix devins radicalement grave, bestial et sombre. Elle serra les poings très fort pour ne pas les tuer immédiatement. Puis elle ouvrit la bouche, lentement et avec un calme froid.

-Messieurs, quelle outrecuidance d'ainsi aborder une femme. Femme à laquelle vous ne vous êtes pas présentés, et qui ne vous a jamais donnée l'autorisation de la toucher de la sorte. Alors ,Messieurs. Puisque je suis ici tenue à une attitude responsable et digne, je ne vous demanderais cela qu'une et une seule fois. Ensuite nous pourrons parlez plus posément. Tenez vous le pour dit je vous prie : Ne-Me Touchez-Pas !

Le danger mortel dans sa voix était clairement présent et volontairement non dissimulé, pour autant Méluzhianne resta immobile. N'entamant aucune agression, et attendant simplement de voir quel choix feraient les gardes. Leurs avenirs étaient entre leurs mains. Derrière la fureur ce cachait toujours la manipulation et les intérêts. Méluzhianne tenait par sa propre volonté la moindre parcelle de son corps et de sa magie. Elle se contrôlerait le temps qu'il faudrait. Chaque secondes est précieuse dans chaque situation. La précipitation est la pire des ennemies.

"Garde ton calme, observe et évalue chaque aspects de ce qui t'entoure. Chaque détails peut apporter le dénouement à un problème. Chaque détails est une clef pour ouvrir la voie de ses projets."



Présentation                  Relations                Fiche Technique
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

AMBASSADRICE

۞ 1ère apparition : 18/04/2013

۞ Rukhs : 516

۞ Rukh rose : Célibataire

۞ Localisation : CDD 3/6/1002 Sindoria

avatar
Âamet Loueseni
AMBASSADRICE

MessageSujet: Re: Coup du Destin: la guerre? [PV libre] 2/6/1002   Dim 13 Nov - 20:05

Coup du destin, la guerre?


feat Kohana & Méluzhianne & Sinbad & MDJ
2/6/1002



Âamet soupirait. Elle avait passé à un certain temps à tenter d'expliquer les choses à Meluzhianne. Elle ne pouvait faire plus, elle n'avait pas que cela à faire et meme si celle-ci remettait en question son autorité elle n'avait plus besoin d'y faire attention car elle parlait à un mur qui se pensait intéressant. Et c'était inutile d'avoir une conversation avec elle qui pensait agir de la façon dont elle voulait dans ce pays qu'était Sindoria. Elle se détournait donc d'elle, s'occupant de soigner un enfant qui était un petit peu mal en point tout en disant simplement. Inutile de discuter sur son soit disant passé qu'elle pensait avoir découvert ni sur son manque de compétence si Sinbad l'avait choisie c'était qu'elle l'était.

«  Si vous aviez un statut qui aurait pu vous aider vous vous en seriez déjà servi. De toute façon même si vous aviez été Reine d'un pays, cela ne veut pas dire que vous auriez eu le droit de blesser les habitants et de contester l'autorité en place.  »

Ce n'était pas le travail d'Âamet de s'occuper des « nuisances » comme le disait si bien Kohana, mais bien celui des gardes. Lorsqu'elle les voyait venir vers Meluzhianne elle demandait à certain de transporter les blesser les plus graves qui pouvaient être transporté – c'est à dire sans traumatisme à la colonne vertébrale- jusqu'à d'autres endroits avant d'envoyer un autre groupe s'occupe des décombres qui pouvaient masquer les éventuels autres blessés.

Cependant lorsque les gardes tentèrent de s'occuper de Meluzhianne celle-ci en fit carrément une scène. Ne pas la toucher ? Tentant d'aider les hommes à trancher, après avoir fini de soigner d'autres blessures la jeune ambassadrice se retourna.

«  Ils ne vous abordent pas ils vous arrêtent. Inutile de se présenter étant donné qu'ils le font sous l'autorité de Sindoria.  » Âamet reporta simplement son regard sur les gardes. «  Prenez lui son sceptre et accompagnez là à un endroit ou elle pourra réfléchir à ce qu'elle à fait.  »

Le léger stress qu'elle avait eu au début de cet événement avait disparue Âamet avait considérablement retrouvé son calme entier. Bien que surveillant toujours les réactions, elle se détournait pour soulever quelques pierres là ou un enfant avait le pied coincé, demandant assistance aux soigneurs pour ce membre cassé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


۞ 1ère apparition : 17/07/2016

۞ Rukhs : 386

۞ Rukh rose : Célibataire

۞ Localisation : Dans son Palais à Sindoria

avatar
Sinbad
GRAND ROI

MessageSujet: Re: Coup du Destin: la guerre? [PV libre] 2/6/1002   Lun 14 Nov - 3:37




۞  Coup du Destin  ۞


... la Guerre ?



feat. Âamet Loueseni, Kohana Shahrizai, Méluzhianne Mortys, Sinbad





Après avoir reçu un rapport de Pisti sur l’ensemble de la situation de Sindoria, Sinbad ordonna que quelques gardes l’accompagnèrent, afin de venir en aide aux sinistrés, mais aussi pour mettre fin aux incendies qui sévissaient encore à différents endroits de l’île.

Une fois ceci fait, le Roi décida d’écouter la proposition de la Fanalis, qui semblait être la chef du groupe. Il espérait qu’elle ne lui fasse pas perdre de temps plus qu'il n'était nécessaire et c’est en lui faisant part de ses conditions qu’il l'observa d’un regard plus sévère. Cette Fanalis avait bien du culot. Il semblait presque consterné de ce qu’elle lui proposa, alors qu’ils avaient clairement conclu un marché entre eux, il y a à peine quelques minutes de cela.

Le fait de s’être dérogé de cette règle que tous devait se soumettre au nom de la diplomatie et du commerce, l’affligea énormément, si bien qu’il semblait très déçu par sa proposition, mais rien d’étonnant à cela puisqu’il s’agissait de pirates. Comment pouvait-il leur faire confiance, sans parler de leurs paroles qui n’avaient strictement aucune valeur, tant leur comportement et leurs réactions étaient déplorables ? car en y réfléchissant bien, si les Fanalis souhaitaient réellement la protection du Roi des Sept Mers, il y aurait bien longtemps qu’ils auraient cessé les hostilités. Autrement, à quoi bon tenir tête à une faction qui pouvait les sauver, mais aussi les acheter au prix le plus offrant ? Ils avaient tort de sous-estimer cette île, dont ils ne connaissaient même pas les origines, ce fut là, leur première erreur. Tout en sachant qu’il pouvait très bien les arrêter et les enfermer sans trop de difficultés.

En effet, Sinbad s’était montré bien plus que tolérant et compréhensif en essayant de trouver un compromis avec ses congénères, en particulier lorsqu’il voulut s’arranger avec le Fanalis du nom de Rido au tout début du conflit, mais il semblerait que cela n’était pas suffisant, car Aritsu lui demanda -en plus d’une avance d’argent- de retirer ses Généraux et seulement à cette condition, elle se déciderait ensuite de répondre à ses questions.

Elle avait également pris soin de lui informer qu’elle en ferait de même pour ses hommes, mais le Roi n’en avait que faire de sa piètre demande. A cet instant, Sinbad avait l’air agacé. A vrai dire, il était assez consterné de voir qu’elle le prenait pour un idiot, sans même qu'elle ne cherche à respecter les termes de leur arrangement. Pas même une seule fois, il ne réussissait à obtenir des réponses aux questions qu’il leur avait précédemment posé et ce, depuis le début de leur rencontre. Il avait cette fâcheuse impression qu’elle n’avait pas l’air de le prendre au sérieux, ni même de prendre en considération ses demandes, alors qu’il s'était répété pas mal de fois.

Aritsu semblait si confiante, malgré que l’écart de puissance était clairement évidente et qu’elle n’était pas tout à fait comparable. De surcroît, elle n’avait pas hésité à lui faire face, alors qu’elle se tenait en face d’un homme qui avait réussi l’exploit de conquérir plusieurs donjons à la suite... L’homme qui avait su bâtir sa propre légende au fil des années, sans parler de l’Alliance des Sept Mers qu’il avait fondé lorsqu’il n'était à peine qu'un adolescent.

Pour autant, cela ne l’empêchait pas de se montrer impertinente en essayant de réfléchir sur son offre. Sauf qu'elle semblait oublier une chose, on ne négocie jamais avec le Roi des Sept Mers. De même que si elle voulait obtenir sa confiance, fallait-il d'abord qu'elle respecte une de ses paroles ? A cet instant, Sinbad comprit alors qu’elle n’avait jamais eu l’intention de négocier quoi que ce soit. Il se mit donc à la jauger du regard. Son aura semblait d’ailleurs se matérialiser, tant la tension pouvait se faire ressentir... Il perdait du temps et il savait bien qu’il ne tirerait rien de bien de leur discussion. C’est notamment pour cela qu’il décida de mettre fin à leur échange, tout en gardant cet air sévère qu’il lui adressait. Ce n’était clairement pas une menace, mais il avait bien l’intention de la remettre à sa place.



« Je vois que mon offre ne vous intéresse pas, étant donné que vous ne sembliez pas être prête à répondre à mes questions. Dans ce cas, je prends votre réponse pour un non.
Voilà qui met fin à notre accord ... »

Irrité, le Roi des Sept Mers croisa les bras, tout en la regardant du haut de son imposante carrure. Ce regard avait effectivement le don d’intimider son interlocuteur lorsqu'il pouvait parfois paraître autoritaire ou encore contrarié, ce qui était parfaitement le cas dans la situation présente.

Il était bien plus que contrarié, on pouvait même lire dans son regard un certain ennui. C’était bien la première fois qu’on pouvait le voir s’exprimer sous ce visage.

Le seul moment où on pouvait le voir ainsi, c’était lorsqu’on avait commis l’affront de menacer son pays, ou encore de trahir un arrangement qui était convenu entre deux parties consentantes, ce dont elle venait justement de faire en brisant leur accord par son manque de tact.



« Il me semblait avoir été clair pourtant. Vous ne disposez d’aucun choix, si ce n’est que vous pouviez rester ici, à jamais, dans lequel vous et vos hommes resteront emprisonnés derrière des cellules, ou bien mourir, tout en étant pourchassés par l’Alliance des Sept Mers, qui représente actuellement le trois quart du continent central. En clair... Laissez-moi vous reformuler ceci d’une autre façon. » disait-il, tout en faisant une pause, leur laissant ainsi le temps de comprendre leur situation, alors qu’il croisait toujours les bras d’un air menaçant.



« ... Vous n’êtes clairement pas en position de négocier quoi que ce soit. Et jusqu’à preuve du contraire, je n’ai eu aucune informations concrètes sur cette guerre que vous semblez prétendre. De ce fait, il n’y a rien qui puisse m’intéresser. Vous n’êtes donc d’aucune utilité. Alors pourquoi devrais-je vous garder en vie ? »


Il concluait par ces paroles d’un ton sec et froid, tandis qu’il les méprisait désormais de son regard impétueux. Sinbad était en colère. Aritsu allait donc passer un très sale moment pour lui avoir fait perdre son temps. Comment pouvait-elle exiger du Roi des conditions, alors qu’elle n’avait même pas répondu à ses questions ? Elle prétendait avoir compris l’enjeu, dans le cas où, leur arrangement n’était pas respecté, mais c’était là de bien belles paroles. Elle n’avait décidément rien compris de l’avertissement du Roi des Sept Mers et il comptait bien le lui faire comprendre. Il prit alors quelques minutes pour se décider de s’occuper de son cas et celle de ses petits camarades. Sinbad avait effectivement changé d’avis sur leur sort.

Si ces Fanalis ne coopéreraient pas, il ne voyait aucune raison d’en faire de même. Après tout, il ne leur avait rien promis, si ce n’est qu’il leur avait proposé une petite somme, avant d’exiger d'eux à ce qu’ils répondent à ses deux questions qui étaient pourtant assez simple à comprendre : « Pour qui travaillaient-ils » et « dans quel but avaient-ils provoqué un conflit à Sindoria ? »

Tout ceci l’agaçait, à tel point qu’il se décida de s’équiper de l’équipement de Bâal, afin de faire gronder la foudre à quelques mètres de leurs positions, provoquant par la suite une légère explosion dans un bruit fracassant. Cette attaque ne laissa que dans son sillage, un gigantesque trou béant, dont la fumée se dissipa progressivement. Le Roi ne plaisantait plus. Pour autant, Sinbad ne pouvait se résoudre à leur dévoiler sa force.

Il savait bien à quel point les Fanalis pouvaient s’avérer être une race des plus orgueilleuses. C’est aussi pour l’une des ces raisons qu’il décida de s’en remettre à ces deux Généraux. Sa décision était irrévocable.



« ... Hinahoho, Masrur, je vous laisse vous charger du reste. Enfermez-les jusqu’à ce qu’ils répondent de leurs crimes.

... Et s’ils s’avèrent résister, faites le nécessaire. »

La plaisanterie n’avait que trop duré. Il s’adressa donc à l’attention des Fanalis, tandis que sa queue se dressait fièrement derrière lui, les avertissant une dernière fois sur ce qui allait suivre, si jamais ces derniers ne décidaient pas de collaborer comme il leur avait suggéré précédemment.

En réalité, Sinbad n’avait que faire de les exterminer s’il en ressentait le besoin. Après tout, ils n’étaient ralliées à aucune cause, tant bien que leur vies semblaient insignifiantes aux yeux de leur soit disant " allié " qu’il n’avait toujours pas eu l'occasion d'apercevoir jusqu’à présent. Et leurs morts passeraient sans doute inaperçus, mais au nom de la diplomatie, il ne pouvait se permettre de déclencher une guerre sans avoir à subir les conséquences de ses actes. C’est pourquoi, il se contenta juste de leur adresser une dernière remarque, tandis que des étincelles pouvaient se faire apercevoir tout autour de son corps...



« Je vous laisse le soin de décider de votre camp...
Sachez cependant que je n’aurais aucune pitié à vous exterminer, si l’envie vous prenait de vous attaquer à Sindoria. »
leur déclara-il d’un ton glacial.

En effet, Sinbad n’avait que faire de leurs vies. Ses mains étaient déjà souillées par le prix du sang et de multiples sacrifices qu’il n’avait aucune crainte de se salir les mains une fois de plus, si cela pouvait lui permettre de protéger ce pays qu’il aimait tant. Sinbad était prêt à user de tous les moyens possibles pour parvenir à ses fins.

Il ne tolérerait personne à détruire, ce dont lui et ses camarades ont passé tant d’années à construire, à savoir ce pays qui était désormais connu sous le nom de Sindoria. Il n’allait pas laisser cette tragédie se reproduire une deuxième fois. C’est donc en s’envolant dans les airs qu’il se dirigea vers l’emplacement où avait eu lieu l’explosion et vers lequel s’étaient déplacés les trois jeunes femmes.

Il lui semblait par la suite apercevoir la présence de quelques gardes, alors que l’un d’entre-eux s’apprêtait à appréhender l’une des trois magiciennes...

Au fur et à mesure qu’il réduisait la distance qui les séparait, Sinbad pouvait aussi discerner la présence de son Ambassadrice. Aucun doute, il était bien parvenu à les retrouver, mais étant intrigué par ce qu’il voyait, Sinbad avait bien l'air résolu à l’idée de mettre fin à cette situation.

C'est en atterrissant, non pas en douceur, mais dans un éclair fulgurant qu’il s’avançait désormais vers eux d’un air impassible.



« ... Laissez-la. Je m’en occuperais personnellement. »



« Notre priorité est d’évacuer les derniers blessés, alors occupez-vous plutôt des citoyens. C’est un ordre. » concluait-il d’un geste de la main pour que les deux gardes puissent se disperser à leurs tâches, alors que son attention se reporta à présent sur Âamet.



«  Âamet, j’aimerais avoir un rapport sur tout ce qui s’est passé, une fois que ce conflit sera terminé. »

Son regard avait toujours le don d’intimider plus d’un, surtout lorsque le Roi revêtait l’apparence d’un Djinn. Il comptait aussi mettre fin à cette guerre, en commençant d'abord par s’occuper des bateaux qui menaçaient Sindoria à différents endroits. Pour l’heure, il décida tout de même d’accorder à cette femme le bénéfice du doute, bien qu’il ne savait toujours pas ce qui s’était passé pour que les gardes en viennent à l'arrêter. Il ne pouvait pas s’occuper d’elle pour le moment. En revanche, après que tout ceci soit terminé, il avait bien l’intention de l’interroger personnellement. Il lui adressa alors un regard des plus sérieux.

Sinbad pouvait parfois s'avérer intimidant sous cette forme, bien qu'il n'était pas habitué à user de ses Djinns et qu'il n'avait pas besoin de cela pour se faire respecter. On pouvait sentir au ton de sa voix qu'il restait très cordial, malgré qu'il pouvait avoir l'apparence de quelqu'un d'assez austère avec ces écailles qui lui recouvraient le corps, mais aussi cette épouvantable queue qui s'était dressé derrière lui et qui avait aussi la manie de vous faire frissonner, tant elle pouvait vous paraître sinistre et menaçante.

Il était assez rare de le voir utiliser l'un de ses Djinns, mais à titre exceptionnel, le Roi allait à présent se mêler à la bataille. C'est aussi pour cela qu'il décida de s'adresser à elle, de sorte à ne pas créer de quiproquo, malgré qu'il l'avait épargné de la détention. Cette jeune femme n'avait donc aucune raison de contester ce qu'il s'apprêtait à lui dire, d'autant plus que c'était lui qui représentait dorénavant l'autorité.





« ... Quant à vous, Mademoiselle. Je vous suggérerais de ne rien faire qui puisse aggraver votre situation. Néanmoins, si vous désirez toujours vous rendre utile. Je vous demanderais dans ce cas de venir en aide aux habitants de Sindoria. Mais encore une fois... Rien ne vous oblige à rester ici. »



« Je vous demanderais par ailleurs de me suivre lorsque cette guerre aura pris fin, mais le choix vous appartient. Sur ce... »
finissait-il par conclure, tout en s'inclinant légèrement, avant de de se diriger vers les bateaux de Magnostadt. Prenant son envol aussi rapidement qu'il n'était apparut.

Ceci dit, si l'intention de cette femme était de se faire remarquer. Il faut croire qu'elle avait bien réussi son coup, mais pour l'heure, Sa Majesté avait bien à faire.


Dernière édition par Sinbad le Sam 24 Juin - 9:02, édité 9 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


۞ 1ère apparition : 16/03/2013

۞ Rukhs : 215

۞ Rukh rose : Omnise..scient

۞ Localisation : Partout

avatar
Destin
MAÎTRE DES RUKHS

MessageSujet: Re: Coup du Destin: la guerre? [PV libre] 2/6/1002   Mar 22 Nov - 3:13

[HRP: Désolée pour ceux qui ont lu ma première réponse, Destin devait être enrhumé. Voici ma véritable réponse! Bonne lecture *nouveau coup de dés* L'ordre d'écriture a été inversé en vue des réactions de Sinbad qui joue un rôle assez important dans la finale de ce CDD. Bonne lecture ]

Le reste de la garde de Sindoria, qui n’était pas sur la plage, suivait Sinbad après ce rapport lancé par Pisti. Sindoria était en émoi, tant de forces de l’ordre mobilisées ! C’était le pied d’alarme. La paix promettait de revenir vite en ces terres où il faisait si bon vivre il y a encore seulement une journée. Quelle misère s’abattait sur ces habitants ?
Certains dans la foule criait encore leur mécontentement :


- Qu’on tue ce malfaisant à la mèche rebelle! Il a détruit mes terres, il a blessé mes proches, il mérite la mort…

Paroles que Sinbad avait pu lire sur ce fameux rapport à propos de la condition du blond. Il devait agir.

Sinbad:
 

Il croisa les bras, l’air autoritaire. La tension était palpable quand le roi lança cette réplique, mais Aritsu et ses pirates ne lâcheraient pas le morceau facilement, ça se lisait dans leurs yeux brillant de détermination et… d’affront. Ils voulaient choquer, c’était évident et il voulait surtout recevoir le plus d’argent possible, peu importe de qui, mais ils étaient avares les bougres! Leur maître était l’argent, en fait.

Il était bien plus que contrarié, on pouvait même lire dans son regard un certain ennui. C’était bien la première fois qu’on pouvait le voir s’exprimer sous ce visage.

Sinbad:
 

[i]Pendant cette pause du discours de Sinbad, Rido voulut avancer vers le roi, suivi de près par Ban et Chikara (de vraies semelles !) et sa garde, très impulsif, mais Aritsu les arrêta d’un geste de la main.


-Laissons ce roi terminer ce qu’il a à dire ! Attendez les ordres. Trop de choses sont en jeu en ce moment.

À quoi il répliqua d’un ton de plus en plus colérique:

Sinbad:
 

Les fanalis s’attendaient au pire et dans le but sans doute de protéger leur chef, ils se placèrent entre le roi et sa garde (qui avait avancé de quelques pas) et Aritsu. Rido clama alors :

- Aritsu fait preuve de bonne foi en proposant cettte échange et vous vous fermez le dialogue? Tant pis pour vous, on ne vous dira rien et on restera avec les magiciens, eux, ils paient bien et puis vous croyez qu’on a peur de vous et de votre puissance? Vous avez la force du nombre, mais vous n’avez pas le un tier de la force de Magnostaldt, ô votre majesté des sept idioties.

Et il s’inclina en ricanant devant Sinbad. Les gardes le prirent alors chacun par le bras et clamèrent :

- On vous arrête pour grossière indécence face à l’autorité sindorienne et pour tentative de d’ina…

La voix du garde en question fut alors enterrée par le bruit du ciel qui gronda et de la foudre que Sinbad, qui était vraiment sérieux dans son équipement, venait de produire, faisant ainsi sursauter les fanalis et les gardes. Ban et Chickara reculèrent alors et clamèrent un après l’autre :

- Ils nous ont forcé à les suivre en échange de quoi ils nous donneraient assez d’argent pour se sortir de l’esclavage, nous n’avons rien à voir avec eux.

- Nous sommes prêts à coopérer, si vous insistez…

Aritsu semblait décontenancée face à cette trahison de son équipe et face à la tournure de l’événement en général.

*Pressez vous bande de mages de pacotilles, nous perons du terrain.*

Elle finit par lancer, les yeux au ciel :

-Vous voulez vraiment encombrer vos cellules ou quoi ?  Faites ce que vous voulez avec nous, mais maintenant que notre accord ne tient plus, nous ne dirons rien sur nos clients.

Elle foudroya du regard chacun de ses hommes, se promettant intérieurement de, si ils survivaient à la délégation, de les punir sévèrement pour cette trahison et ces impulsions futiles…

Sinbad:
 

Ainsi, les deux généraux attrapèrent chacun des leaders de la guilde pour les amener dans un cachot et demandèrent plutôt aux gardes de s’occuper des deux autres pour les amener dans une salle d’interrogatoire vu leur récente ‘’traîtrise’’ de leur part pour, sans doute, sauver leur destin…

Sinbad:
 

Mais n’était-il pas trop tard ? Ils avaient réussi à faire monter en Sinbad un torrent de colère… Sur ces paroles peu réconfortantes, il s’envola…



/////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

La situation restait précaire. Beaucoup de casse, de blessés et de désolation subsistait, mais Sindoria avait déjà essuyé bien pire. Les sindoriens se relèveraient, mais restait que la situation urgeait : il fallait délivrer le blond de sa damnation ou sinon, il croulerait en même temps que tous ceux qu’il côtoyait et, ainsi, Magnostaldt gagnerait cette incidieuse guerre.
Quand les gardes, qui semblaient avoir en main la situation prirent des décisions qui leur semblaient bien avancer les choses avant l’autorité suprême du roi qui trancherait la question, la jeune Tran sindorienne hocha la tête. Les gardes lui rendirent son salut en retour. Ainsi, à ce moment, deux gardes attrapèrent le blond qui gémit.

- Soyez à l’affût ! Cet état de léthargie est sans doute un leurre magique. [i]dit le chef à sa garde. Il ajouta par contre :


- Gardez l’œil ouvert, mais écartez-vous.ajouta-t-il en s’adressant à la foule.
Deux autres gardes s’avancèrent vers le blond pour le surveiller.

Âamet:
 

Ce fut alors au tour de de deux autres gardes (ils étaient une dizaine) à se saisir Méluzianne qui pestiféraient encore des insultes.  

Mélu:
 

Ce que rappela admirablement l’Ambassadrice. Les gardes parurent dubitatifs un instant, mais quand un autre garde, leur chef apparemment, s’approcha et leur donna ordre de l’amener quand même, ils obtempérèrent en lançant :

- Vous expliquerez ça au roi et à ses généraux. Assez de gens furent blessés. Nous sommes un pays de paix. Nous respectons l’ordre et la paix de l’Alliance des Sept mers. Et nous jugeons que vous contrevenez largement à cette paix. Injures à des hommes et femmes de la paix et abus d’autorité en un pays dont vous n’avez aucun droit de législation et …

Sinbad atterrit alors d’un coup comme si la garde l’avait invoqué. Des cendres des habitations brûlées se soulevèrent sous son pas lourd.

Sinbad:
 

Sur cet ordre, malgré quelques plaintes de gardes inquiets de la sécurité de sa Majesté, le chef ordonna de se tenir au pas et de lâcher leur prisonnier. Ce qu’ils firent avec rancœur.

Par contre, ils se joignirent à l’ensemble de la garde pour faire une protection à son altesse qui n’en avait visiblement pas besoin avec son équipement.


Sinbad:
 

Et le voilà repartit…

La garde ne reprit ni le bras de Méluzianne, ni le corps d’Alibaba qui gisait encore au pied de Kohana, mais ils restaient aux aguets de moindre possibilité de rébellion ou d’un éveil du blond.  

Elle ne pouvait plus rien faire, Sinbad avait pris les devants. Ils attendaient de voir les nouveaux ordres de l’Ambassadrice et les réactions des citoyens.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://labyrinthofmagic-rpg.actifforum.com

Magicien bleu

۞ 1ère apparition : 29/05/2015

۞ Rukhs : 233

۞ Rukh rose : Un coeur qui se croit incapable d'aimer...

۞ Localisation : Sindoria

avatar
Kohana Shahrizai
Magicien bleu

MessageSujet: Re: Coup du Destin: la guerre? [PV libre] 2/6/1002   Mer 7 Déc - 14:23


LA GUERRE?
Je les en empêcherai!

Face à tout ce qui se passait, Kohana ne pouvait rien faire, excepté regarder. Silencieusement. L’Ambassadrice et la Vipère discutaient sans se soucier d’elle. Même les gardes ne semblèrent plus remarquer sa présence. Le moment était idéal pour partir, pour faire comme si elle n’avait jamais été là. Et c’était peut-être mieux ainsi. Elle n’avait pas sa place ici, il valait mieux qu’elle s’éloigne et qu’elle laisse les habitants de Sindoria se remettre sur pieds. Le Roi était d’ailleurs présent pour régler ce conflit désormais. Plus personne n’avait besoin d’elle…

La Tran était pour partir lorsque, soudainement, le Roi fit une apparition surprenante. Vêtu d’un équipement de Djinn, il atterrit brusquement au sol, ordonnant ainsi aux gardes de relâcher Méluzhianne. En plus de la relâcher, elle, ils en firent de même avec Alibaba dont le corps atterrit lourdement à ses pieds. Kohana ne comprit pas réellement ce qui se passait, car Sinbad repartit aussitôt en direction des navires de Magnostaldt. Que s’était-il donc passé sur la plage avec les fanalis pour qu’il réagisse de la sorte…? Enfin, peu importe.

Elle s’accroupit au sol pour observer l’état du blond. Il semblait toujours inconscient. Il avait utilisé bien trop de magoï, ce qui était une bonne chose au fond. Ainsi, le mage ne pouvait plus avoir d’emprise sur lui. Une idée lui traversa alors l’esprit. Et si elle utilisait ce sort? Il y avait de fortes chances pour qu’elle puisse se sentir mal par la suite, mais ainsi le mage n’aura plus d’emprise sur Alibaba tant et aussi longtemps qu’il sera à Sindoria. Prenant une grande inspiration, elle ferma les yeux et se concentra. Ce n’est que quelques secondes plus tard qu’elle rouvrit ses yeux et prononça les paroles qui activeraient ce sort.




▬ Baria Hogo.

Dès que ce fut fait, le vent se leva, soulevant sa longue chevelure verte ainsi que sa frange. Sur son front se trouvait un symbole qui brillait d’un éclat rougeâtre. Elle n’attendit pas un instant de plus. Ses lèvres se posèrent sur le front d’Alibaba et les ondes produites par ce baiser se propagèrent dans le corps du blond. La puissance de ce sort était considérable et elle avait besoin de se concentrer, sans oublier la grande quantité de magoï qu’elle devait utiliser. En quoi consistait Baria Hogo? Il s’agissait d’une barrière de protection mentale qui reliait Kohana à sa cible. Ainsi, le blond serait protégé du mage et ce dernier ne pourra plus avoir d’emprise sur lui. Cependant, pour que cela fonctionne, Alibaba devait rester à Sindoria. Sinon, le sort pouvait se rompre si la distance qui les sépare est bien trop grande… Doucement, elle retira ses lèvres de son front et elle dut s’asseoir au sol. Elle était prise d’étourdissement, sa vue était embrouillée. C’était le prix à payer, mais heureusement elle ne s’était pas évanouie. La Tran passa une main sur son visage en soupirant faiblement. Elle espérait sincèrement que le Saluja se réveille prochainement…

FICHE ET CODES PAR BROADSWORD.



Kohana's staff
By loving I am reborn, Wishing to be loved I’m brought back to live
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


۞ 1ère apparition : 06/10/2015

۞ Rukhs : 253

avatar
Méluzhianne Mortys
MAGICIEN BLANC

MessageSujet: Re: Coup du Destin: la guerre? [PV libre] 2/6/1002   Jeu 8 Déc - 10:52

Méluzhianne bouillait intérieurement d'une colère sombre. Si elle n'était pas sur le territoire de Sindoria, si elle n'était pas tenue par son plan de maîtriser ses agissements, ces soldats seraient déjà mort ou salement amochés. La mage était prête à interrompre le flot de paroles ennuyeuses et purement juridique du soldat, quand soudainement cela lui fut retiré par l'apparition subite et grandiose du roi en personne. Vêtus de son équipement de Djin complet. La jolie brune resta pantoise devant l'apparition royal. Le cocktail saisissant de la puissance sous-jacente de Sinbad, l'effet visuel de son équipement, mais aussi son air sérieux et colérique, sa prestance royal et imposante. Tout cela irradiait de sa personne et inondait chaque témoins de ce spectacle. La rage sourde de la brune s'était vaporisée, elle se tenait maintenant là, le regard fixé sur le roi, sans être capable de le regarder dans les yeux, Méluzhianne sentait bien l'inévitable arriver, et du mieux qu'elle le pouvait, elle tenta de dissimuler cette nouvelle condition en étant, devant les autres, subjuguée par les rukhs volant autour du roi.

"Ma pauvre fille, tu ne tromperas pas ton monde très longtemps comme ça....Ta chère altère égaux est de sortie...."

Et effectivement Méluzhianne sentait déjà le poids de la soumission à l'autorité sur ses épaules, elle baissait la tête, rapprochait ses bras l'un de l'autre devant elle, en croisant ses doigts. Elle déviait le regard vers le sol, et se tenait parfaitement droite. La parfaite petite esclave soumise et obéissante. Tout ça par sa faute ! Elle se retrouvait démunie, affaiblis et soumise ,au yeux de tous, par la faute de ce roi ....trop démonstratif de ses qualités naturelles de meneur ! Mais Méluzhianne était parfaitement consciente de ce risque, après tout il est parfaitement logique qu'un homme maître de sept djinn, soit un homme avec une grande force, et des capacités hors du communs. La mage était préparée à ce que les stigmates de son passé surviennent. Et comme prévu, elle était prête à mettre tout en oeuvre pour minimiser l'exposition de sa faiblesse devant un publique. Elle devrait batailler dur, surtout que dans ce publique présent, La Reinette et Aamet étaient aux premières loges.

Même si distraite par sa dualité intérieur et ses pensées, Méluzhianne capta les informations importante dans les échanges entre les différents personnes. Des détails, mais qui avaient tous leurs potentielle importance. Une réaction fase à l'autorité, un relachement musculaire ou nerveux suite à l'apparition du roi qui trahis d'une confiance aveugle et/ou d'une perte d'attention périphérique. Ce genre de petites chose que Méluzhianne relèverais.
Mais voilà que le roi s'adressa directement à elle, son regard, même posé brièvement sur elle, étincela en elle pour raviver plus durement sa fibre d'esclave. La jeune femme fit la révérence en écoutant sagement les paroles du roi. Le regard baissé vers le sol, elle acquiesça et d'une voix douce et docile ,habillée de déférence, elle répondis à sa royal personne.

-Bien ! votre Majesté. Puissiez-vous être l'acteur du dénouement gracieux de ces incidents. Je me tiendrais à votre disposition quand bon vous sembleras. Puis ce n'est qu'une fois le roi partit qu'elle ce redressa et presque instantanément, retrouva ses réflexes et son statut.

"Ça y est ? elle est contente ? Elle à bien  donnée la papatte ? Roooh tu me dégoûtes !"

Mais derrière son rejet d'elle même. Ce moment de soumission avait permis à la jeune femme de ce concentrer sur ce qui l'entourait, la tête baissée, elle avait pue observer tout le monde discrètement, ses cheveux dissimulant suffisamment l'orientation de son regard. Les soldats étaient ouvertement nerveux et dans l'attente des décisions du roi. Kohana restait au chevet d'Alibaba, et son expression rejoignait la réflexion que ce faisait Méluzhianne. Le roi Sinbad était préoccupé par quelque chose de suffisamment important pour que son naturel connus d'homme jovial et chaleureux soit contrarié. Et compte tenus de la personne, ce problème n'était pas insignifiant. Aamet était la seule présente dont Méluzhianne ne pue clairement comprendre la posture, mais pour une Ambassadrice, le calme et la réflexion était plutôt de mise dans ce genre de situations. Il fallait donc attendre et continuer d'observer.

La Tran de son coté attira l'attention sur elle, utilisant un sort inconnus de la jolie brune. Le sceau qu'elle portait sur son front s'illumine , puis elle déposa un baiser sur celui du Blondinet pleurnichard. Le résultat ne fut pas immédiat, Méluzhianne supposa un sort de vie, ou peut être ...autre chose ? Les Rukhs s'agitèrent un instant, puis plus rien. Mais une chose était clair, ce sort avait un prix important pour Kohana.

-Bah alors ? On chavire au moindre petit effort ? Non attends, ne me dit pas que c'est d'avoir bizouiller le têtard blond qui te rend toute chose ? ce moqua-elle en passant sa main dans ses cheveux.

Puis elle fit un clin d'oeil au soldats qui l'avaient interpellés. Elle s’avança vers eux, d'un pas lent et très féminin. Arrivant à leurs niveau, elle passa ses bras autour de leurs cou, et les tira vers elle, collant les joues contre les siennes. Elle leur murmura d'une voix froide, prédatrice et dangereusement joueuse.

-Croyez moi Messieurs, ce n'est pas la dernière fois que nous nous voyons.

Cela dit, elle se détacha d'eux. Et sans plus de paroles, elle ce dirigea vers les villageois ,à quelque mètres plus loin.

"Très bien ! Il est temps de faire patte blanche et de marquer les bons points aux bons endroits. C'est un mal pour un bien."

La mage interpella une femme de forte corpulence, mais présentant comme la coordinatrice d'un petit groupe alloué au soins.

-Je viens pour aider, je peux soigner les brûlures, les infections, les plaies et ce genre de chose grasse aux plantes. Il me faudrait seulement une ou un assistant. Vous pensez que ce serait possible ?

"Hey oh ! Marquer des points oui ! Jouer les bonnes samaritaine non !" Elle ce repris donc rapidement, et enchaîna avec un sourire ne souffrant d'aucun refus.

-Je veux dire, évidemment oui ce sera possible. Merci.

Elle tourna a tête de chaque coté ,observant autour d'elle, et trouva l'objet de son désir.

-Hey toi ! Viens par ici, j'ai besoin de tes deux mains ! Elle agita l'index droit, et une jeune adolescente au cheveux brun nattés s'envola droit vers elle.

-Au travail. Trouve un récipient de la taille d'un gros bol, remplis le d'eau à moitié et reviens me voir. Va demander à la Tran qui joue les amoureuse transie avec le Blondinet qui vous à tous fait griller, façon barbecue magique foireux. Dépêche toi. Merci. Agitant à nouveau l'index, la jeune fille s'envola dans a bonne direction.



Présentation                  Relations                Fiche Technique
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

AMBASSADRICE

۞ 1ère apparition : 18/04/2013

۞ Rukhs : 516

۞ Rukh rose : Célibataire

۞ Localisation : CDD 3/6/1002 Sindoria

avatar
Âamet Loueseni
AMBASSADRICE

MessageSujet: Re: Coup du Destin: la guerre? [PV libre] 2/6/1002   Mer 14 Déc - 18:50

 
Coup du destin, la guerre?
 

feat  Kohana & Méluzhianne & Sinbad MDJ
2/6/1002



 
Âamet venait donc d'ordonner aux gardes d'arrêter Meluzhianne pour la simple et bonne raison que son comportement n'était aidant envers personne, au contraire, et que donc il serait beaucoup plus pratique de ne pas l'avoir dans les pattes. Elle s'était désintéressée d'elle, elle lui avait donné beaucoup trop de temps et c'était une erreur, elle aurait mieux fait de l'ignorer, au final. Parler étant cependant une habitude de diplomate, si l'on pouvait dire. C'était utile si la personne en face y était ouverte. N'étant pas le cas, c'était inutile. Plus jamais elle ne commettrait cette erreur.  

Elle se concentrait donc sur les soins du petit garçon pour qu'il puisse être transporté autre part. Plusieurs personnes avaient déjà été réquisitionnées pour s'en occuper et les gardes arrivés aidait à ce que cela se fasse.

Intriguée par quelque chose dans le ciel la jeune femme y dirigeait ses yeux avant que Sinbad n’atterrisse dans un éclair fulgurant dans ce léger champ de ruines. S'occupant de demander à quelqu'un de transporter l'enfant blessé, elle se dirigeait ensuite vers  le Roi. Celui-ci demandait aux gardes de laisser Meluzhianne, et informa qu'il s'en occuperait lui-même. Il s'adressa ensuite aux gardes pour confirmer les priorités auparavant énoncées par l'ambassadrice. Confortée dans son idée, elle fut rassurée. Le regard de Sa Majesté se dirigeait vers elle, lui demandant un rapport lorsque le conflit sera terminé.  

« Bien sûr, Majesté, je m'en occuperai dès que cela sera terminé ! »  

Voir Sinbad en équipement djinn était quelque chose. La voix de la jeune femme s'était faite plus haute et un peu plus assurée que d'habitude, comme pour pallier à la différence. Rien de vraiment remarquable si on ne la connaissait pas bien. Le voir dans l'action avait quelque chose de rassurant pour tout le monde, Sinbad n'était pas un roi qui se reposait sur ses lauriers, il agissait cesse pour Sindoria, alors au final, ce n'était pas si surprenant.  Comme il était plus facile de faire preuve d'autorité en tant que Roi plutôt qu'en tant qu'Ambassadrice, elle était certaine qu'il arriverait à gérer Meluzhianne. Le regard et les paroles adressées à Meluzhianne étaient claires et strictes, et prononcées par Sa Majesté et ce regard, avait encore plus d'impact. Même pour les personnes autour.

Il était de leur coté, de toute façon. Hochant la tête et se rendant dans d'autres zones pour donner les consignes mais aussi aider à diverses. En tout cas on pouvait dire que cela avait eu le don de faire obéir Meluzhianne. Il avait fallut ce genre de discussion pour venir à bout d'elle, décidément, et encore, elle ne pensait pas que c'était terminé. Et encore, dès le Roi parti, elle semblait avoir retrouvé une certaine… prestance ? Elle n'avait plus vraiment vu Kohana depuis qu'elle gardait Alibaba mais fut intriguée par elle à cause de ce que disait Meluzhianne. Elle fronça légèrement les sourcils. Ne pas répondre. Cela ne ferait que lui donner du crédit. Kohana semblait en effet épuisée.

« Kohana, je ne sais pas ce que vous avez fait, mais je pense qu'il serait mieux que vous vous reposiez à présent. Je vais demander à ce que l'on emmène Alibaba jusqu'au Palais, pour qu'il y soit en sécurité. »

Elle fut rapide à chercher deux gardes pour demander à ce qu'on les ramène au Palais. Elle n'allait pas faire son rapport à Sinbad dans la rue il était évident pour elle que le reste des festivités, Melzuhianne compris, se déroulerait au palais. Il s'y trouvait les geôles, de toute façon.

Elle se rendait ensuite à gérer le reste des habitants, jusqu'à qu'il ne reste plus personne et que tout le monde soit en sécurité.    
 

HRP / a voir ce que vous en pensez, mais je suis partisante que Sin demande - vu que je dis que tous sont emmenés, que c'est bon à ce stade- à ce qu'on le rejoigne au Palais, Âamet serait d'abord seule avec lui pour faire son rapport et il pourrait au fur et à mesure faire entrer Kohana et Meluzhianne. Soit tout le monde seul à seul avec lui soit au fur et à mesure plus de gens. C'est ce qui me semblerait le plus logique. A voir si ça vous va, surtout à toi Sin vu que tu devrais en être l'instigateur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


۞ 1ère apparition : 17/07/2016

۞ Rukhs : 386

۞ Rukh rose : Célibataire

۞ Localisation : Dans son Palais à Sindoria

avatar
Sinbad
GRAND ROI

MessageSujet: Re: Coup du Destin: la guerre? [PV libre] 2/6/1002   Mar 27 Déc - 14:01




۞  Coup du Destin  ۞


... la Guerre ?



feat. Âamet Loueseni, Kohana Shahrizai, Méluzhianne Mortys, Sinbad






Sinbad avait bien conscience que son entré, de même que son intervention ne passerait pas inaperçu auprès de son peuple et de la milice locale. En effet, loin d’être égocentrique, Sinbad leur donna par la suite plusieurs ordres qu’il leur fallait exécuter sous peine d’avoir d’innombrables pertes. C’est bien pour cela que chaque gardes et citoyens s’activaient à la demande du Roi. Il leur fallait donc venir en aide aux plus démunis et sauver le maximum de vies possibles. Pour cela, les gardes, ainsi que les volontaires devaient dans un premier temps les évacuer des débris, puis ensuite les emmener en sûreté vers la zone la plus proche, ainsi qu’administrer les premiers soins pour ceux qui étaient blessés.

Bien entendu, une fois que toute cette guerre aurait cessé, le Roi comptait bien avoir un rapport de toute la situation, mais il devait d’abord commencer par analyser de lui-même d’où venait cette menace. Sur la précipitation, il en oubliait presque le sort du Prince de Balbadd, tant le Roi n’avait pas de temps à perdre. Il fit cependant de son mieux pour donner des instructions un peu partout sur l’île, tout en aidant les autres troupes à mettre hors d’état de nuire certains bateaux de Magnostadt.

Cela ne fut pourtant pas très long, étant donné que Sinbad avait envoyé plusieurs Généraux pour superviser cette mission. Ils étaient en effet assignés à la défense du Royaume ou plutôt sur les larges côtes de Sindoria. Pour cela, Sinbad avait convenu d’envoyer certains Généraux sur place, avant d’en demander quelques uns pour l’accompagner aux abords de l’île, afin de rencontrer ces insidieux pirates qui lui avaient faire perdre du temps. Il n’y avait donc que Ja’far, Drakon, Spartos et Sharrkan qui étaient dispatchés à différents endroits de l’île pour repousser l’attaque des envahisseurs. Ce n’est qu’au bout de quelques heures qu’ils parvinrent à neutraliser leurs ennemis, les capturant ainsi de passage pour espérer leur soutirer quelques informations...

Ces derniers furent alors escortés vers la prison, où se trouvait plusieurs cellules vides. On leur avait cependant bandé les yeux, de sorte à ce qu’ils ne retiennent pas la localisation du Palais, ou encore quelques informations importantes sur le pays tout entier. Les Généraux ne tenaient pas à prendre des risques inconsidérés. D’autant plus qu’il était désormais probable que le pays était en guerre.

Toutefois, Sinbad ne disposait pas encore d’informations sur le principal instigateur de ce conflit, il ne connaissant donc pas réellement son ennemi, car en effet, le Roi n’avait pas encore eu le temps de s’entretenir avec ses Généraux, ni même son Ambassadrice qui était présente sur place depuis le début de l’incident. Et faute d’avoir été trop retardé, Sa Majesté ne pouvait que pour le moment s’occuper de ses habitants, ainsi qu’à la sûreté de tous. Une fois que tout ceci fut terminé, il s’assura donc de revenir rapidement vers les principaux concernés, à savoir de retourner auprès d’Âamet et des autres personnes qui l’avaient accompagné pour leur faire part de ce qui allait se passer par la suite.

Malgré cela, ce fut aussi pour savoir quelle était la situation d’Alibaba, car il est vrai que le Roi s’intéressait de très près sur le devenir de ce jeune Prince. C’est aussi pour cela qu’il demanda à plusieurs gardes d’emmener le jeune homme vers le centre de soin le plus proche lorsque Sinbad fut arrivé sur les lieux. Il s’approcha donc légèrement du blond avant de remarquer que la jeune femme, qui se tenait à côté de lui, était éprise d’une certaine fatigue.



« Messieurs, veuillez raccompagner cette demoiselle à son domicile. Quant à Alibaba, emmenez-le. Je m’en occuperais personnellement. Veillez cependant à retirer ses effets personnels, ainsi que son arme. Je ne tiens pas à ce qu’il fasse plus de dégâts que nécessaire. Assurez-vous qu’il ne quitte pas sa chambre jusqu’à nouvel ordre ! »

Elle paraissait tellement pâle que cela inquiéta Sinbad et c’est en s’adressant à ses soldats qu’il leur donna l’ordre de la raccompagner jusqu’à son domicile pour ensuite se pencher sur le cas d’Alibaba. Il put alors remarquer une certaine marque qui l’avait sur le coup surpris. Elle était si apparente que Sinbad ne put s’empêcher à une marque maudite. Tout ceci n’avait rien d’anodin. C’est aussi pour cela qu’il s’adressa à Âamet, puis vers la jeune magicienne, dont il ne connaissait, ni le nom, ni les intentions.



« Âamet, veuillez vous présenter à mon bureau d’ici une demie-heure. J’aimerais avoir un rapport complet de la situation. Je tiens à savoir ce qui s’est passé en ces lieux dans les moindres détails. Je compte sur vous. »



« Pour ce qui est de notre entrevue, il est vrai qu’il aurait été plus plaisant de vous rencontrer dans d’autres circonstances, mais j’espère aussi que vous compreniez ma décision. Je ne peux vous laisser disposer. Alors, si vous ne voyez pas d’inconvénients, j’aimerais que vous me suiviez, moi et mes hommes jusqu’au Palais. »



« ... Cependant, si l’envie vous prenait de résister, je n’aurais d’autres choix que d’appliquer les lois de Sindoria.
J’ose espérer que vous ne voyez pas d’objections à cela. »
lui disait-il, avant de se détourner pour prêter attention aux alentours.

Sur ces mots, Sinbad partit en direction de son palais, escorté de quelques gardes à ses côtés et toujours équipé de son équipement de Bâal, il savait bien que la demoiselle n’aurait d’autres choix que de le suivre jusqu’à ce qu’il puisse personnellement s’entretenir avec elle. Pour l’heure, il lui fallut d’abord organiser une réunion avec ses Généraux, afin d’être informé sur la situation actuelle. Une fois que tout ceci fut faite, il attendit ensuite Âamet dans son bureau, tandis qu’il avait ordonné à ses hommes de surveiller la jeune femme, tout en gardant leurs distances.

Sinbad se leva de sa chaise pour ensuite contempler la ville du haut de sa fenêtre. Il semblait si pensif qu’il ne pouvait s’empêcher d’éprouver quelques inquiétudes au sujet de cette étrange marque que semblait arborer Alibaba depuis quelques temps. Qu’est-ce que tout cela pouvait bien signifier ? Il n’allait sans doute pas tarder à le savoir, tandis qu’une voix résonna dans les méandres de son esprit.



« A quoi penses-tu, Sinbad ? Que songes-tu à faire maintenant que tu sais qui sont réellement tes ennemis... ? Ô Majesté... Toi qui fut né pour gouverner les hommes et dont le destin repose sur tes mains... SIN...BAD... »



« ... Entrez ! »

Ce n’est lorsqu’il entendit qu’on toqua à la porte qu’il reprit soudainement le cours de ses pensées. Prêtant ainsi attention à la personne qui venait d’entrer. Il se détourna légèrement vers celle-ci. Il s’agissait pour le coup d’Âamet et c’est en lui faisant signe de prendre place qu’il se rassit sur son bureau, les mains croisés et le regard attentif. On pouvait tout de même discerner dans son regard, une pointe d’inquiétude lorsqu’il se mit à aborder l’état du jeune Prince.



« Parlez sans retenue, je vous prie. Que s’est-il passé ? Et comment se porte t-il ? »

Sa Majesté se doutait bien de la réponse, mais il lui fallait néanmoins savoir l’état du jeune Prince. A l’heure actuelle, le jeune garçon devait probablement se reposer dans une chambre au Palais.

Par ailleurs, il était évident qu’il serait placé sous surveillance. Et pour plus de précautions, dans le cas où, cette marque déciderait de se manifester pour la énième fois, Sinbad avait cru bon d’ordonner à quelques soldats de se tenir tout près lorsque le blondinet se réveillerait, malgré qu’il avait parfaitement conscience en sa loyauté. Il était donc compréhensible que Sa Majesté ne tenait pas à prendre des risques supplémentaires, tout en sachant qu’il n’avait pas encore connaissance de son ennemi. C’est aussi pour cette raison qu’il souhaitait s’entretenir avec Âamet pour disposer de toutes les informations nécessaires, afin de pouvoir mettre un terme à toute cette affaire.

Bien entendu, Magnostadt avait bien quelque chose à avoir avec l’organisation, mais faute de preuves, Sinbad préférait pour l’instant patienter, plutôt que d’informer l’Alliance des Sept Mers. Il était bien trop tôt pour envisager quoi que ce soit à l’égard de Magnostadt, qui d’ailleurs était un territoire neutre, bien que ce pays ait toujours été hostile vis-à-vis des non-magiciens.



HRP : C'est au tour d'Âamet de répondre.


Dernière édition par Sinbad le Mar 27 Déc - 19:29, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Coup du Destin: la guerre? [PV libre] 2/6/1002   

Revenir en haut Aller en bas
 
Coup du Destin: la guerre? [PV libre] 2/6/1002
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» Ton destin ? La guerre !
» Est-ce vraiment mon destin? [PV: Aurore Musicale]
» Une nouvelle vie, un destin qui s'accompli...[libre]
» Qui est-ce ?
» Autre mauvais coup du destin !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
MAGI RPG ::  Océans  :: Sindoria :: Zones extérieures :: Plage-
Sauter vers: