AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Nostalgie dans les jardins [PV: Morgiana]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

conquérant de donjon

۞ 1ère apparition : 03/06/2013

۞ Rukhs : 382

۞ Localisation : Québec

avatar
Alibaba Saluja
conquérant de donjon

MessageSujet: Nostalgie dans les jardins [PV: Morgiana]   Mer 17 Déc - 5:41

[HRP: C'est court :) mais j'aime pas faire des débuts :p. Bonne lecture tout de même!]

Les effets de ce que j’avais vécus à Magnostaldt s’apaisaient, comme si ça n’avait été qu’un mauvais rêve. À mon retour, mes migraines avaient été quotidiennes, maintenant, elles étaient épisodiques. Depuis que j’avais voulu « tuer » Aladdin (du moins ce qui me possédait), je n’avais pas eu de nouvelles crises, mais je me tenais à bonne distance des gens à qui j’aurais pu faire du tort (et à qui je me doutais que ce mage en voulait). J’étais donc des plus solitaires en attendant de me sentir assez en forme pour reprendre la mer afin d’ENFIN me rendre à Reim. Je voulais être fort, je devais me battre comme gladiateur, même si je me doutais qu’avec cette malédiction, ce serait difficile. Je me disais :

*Et puis si je meurs dans l’arène, je mourrai en héros et ce mage perdra son emprise sur moi et mes amis. Aladdin m’avait fait promettre de ne plus attenter à ma vie, mais il n’avait jamais dit de ne pas mourir en héros*

Malgré tout, j'étais encore un peu blême et fatigué, ces conséquences ne s'en iraient pas tant et aussi longtemps que je serais encore sous ce charme, je crois bien.

Je soupirai, serrant des poings, le regard braqué sur le ciel. Ainsi sur le dos dans l’herbe à regarder les nuages passer, je me plaisais à me souvenir de Morgiana, d’Aladdin et même d’Hakuryuu du temps de nos folles aventures. Une vague de nostalgie m’envahit au point de m'arracher une petite larme.

C’est alors que j’entendis un froissement de feuilles et que je me relevai d’un bond, appuyant ma main sur la marque de mon bras instinctivement. De l’autre main, je tâtais ma dague.


-Qui est là? J’aimerais bien savoir qui m’observe et pourquoi. Si c'est toi Sin, je te l'ai dit, je ne changerai pas d'avis, j'irai à Reim qu'importe les risques!

je levai le bras un moment de sur ma marque et me frottai la nuque.

-Et puis, je suis seulement en train de me reposer, tout va bien.

Je remis ma main sur mon bras et déviai le regard. Si j’avais à mentionner cette information AVANT qu’on me pose la question, c’est que je devais en douter.

*Qui que vous soyez, partez, je n’apporte que le malheur. Je ne veux plus faire de mal à personne... Partez!*



Merci Hilel pour tous ces beaux graphs !!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Invité
Invité

MessageSujet: Re: Nostalgie dans les jardins [PV: Morgiana]   Jeu 18 Déc - 22:35


La jeune Fanalis errait quasi sans but dans les allées du palais de Sindoria, vaguement songeuse. Elle aurait voulu bientôt reprendre la route, tant que sa détermination à voir le continent obscure demeurait intacte.

Mais diverses raisons qu'elle même ne captait pas tout à fait bien la poussaient à demeurer à Sindoria. Notamment le fait qu'elle n'était pas encore satisfaite de ses capacités avec sa Relique, et voulait s'entraîner plus encore, pour être capable d'affronter n'importe quoi. Les dangers ne manqueraient probablement pas sur sa route pour le Continent Obscur, et elle ne voulait pas que quiconque se sente obligé de l'accompagner au cas où.  Mais autre chose l'intriguait... le comportement d'Alibaba. Ou plutôt, justement, la totale invisibilité du jeune homme, qui semblait éviter tout le monde de manière assez inhabituelle.

Au détour d'une allée, Morgiana avisa justement le blondinet, allongé sur une plate bande. Son premier réflexe fut de se demander s'il n'avait pas un problème et de se porter immédiatement vers lui - même de loin, il n'avait pas bonne mine, et pour une fois qu'elle l'avait sous la main, elle ne le laisserait pas s'échapper. Mais elle le vit bouger. Il semblait songeur, et elle ne voulut pas se montrer immédiatement. Cependant elle fit du bruit en reculant derrière une haie, et elle fut étonnée de le voir réagir si vivement, bondissant aux abois comme si on l'attaquait. Aux armes, littéralement. Avant même de savoir ce qui se passait, il se lança dans une tirade quasi... paranoiaque.

    "-Qui est là? J’aimerais bien savoir qui m’observe et pourquoi. Si c'est toi Sin, je te l'ai dit, je ne changerai pas d'avis, j'irai à Reim qu'importe les risques!" … "-Et puis, je suis seulement en train de me reposer, tout va bien."

Elle ignorait de quoi il parlait, mais elle le connaissait assez pour savoir que son attitude cachait quelque chose. Il y avait des éléments probablement importants dont elle n'était pas au courant, et elle détestait ça. Ca n'apportait jamais rien de bon... Surtout quand c'était Alibaba lui-même qui faisait des cachotteries.

Elle déboucha de l'allée et s'approcha d'un pas décidé, histoire de ne pas le laisser s'effrayer plus longtemps, et le héla, l'air un peu curieux mais de son habituel ton relativement neutre.

« Alibaba ! C'est juste moi... Qu'est-ce qui se passe ? Tu es totalement invisible depuis quelques temps. »

S'étant approchée, elle remarqua qu'il lui manquait vraiment de son habituel côté "enjoué". Et il avait l'air pâle, et totalement fermé à la conversation, le regard comme fuyant. Elle l'observa en plissant les yeux, fixant un instant le bras qu'il semblait cacher ostensiblement ; adoptant l'air de la personne qu'on ne pourrait pas duper.

« Tu es sûr que tu vas bien ? Tu n'as pas l'air … »

En fait, il paraissait presque... effrayé ? En tous cas, elle voulait savoir ce qui lui arrivait. Et elle ne le laisserait pas s'échapper sans explications, quitte à devoir le faire parler.

[ hrp - Cette fin tellement machiavélique :face : ]
Revenir en haut Aller en bas

conquérant de donjon

۞ 1ère apparition : 03/06/2013

۞ Rukhs : 382

۞ Localisation : Québec

avatar
Alibaba Saluja
conquérant de donjon

MessageSujet: Re: Nostalgie dans les jardins [PV: Morgiana]   Ven 19 Déc - 17:19

Je me calmai tout de suite en voyant cette chevelure rouge et cette physionomie, c’était Morgiana! Mais que faisait-elle là? N’avait-elle pas dit partir pour le continent obscur au même moment qu’Aladdin partait pour l’école des magiciens et moi « supposément » pour Reim?

Morgiana:
 

Et elle, elle croyait être plus présente que moi? Depuis ma mésaventure personn était venu me voir mis à part Aladdin, mais en fait je m’en foutais bien, je préférais rester éloigné des autres pour le protéger et le fait que Morgiana s’approche autant de moi me rendait nerveux : comment le mage réagirait?

Morgiana:
 

Le visage qu’elle tirait en me regardant était flippant. Je frissonnai et reculai.

-Mor… Morgiana! Ne me fais plus peur comme ça et ça serait plutôt à moi de te dire ça, où étais-tu tout ce temps? Tu nous as manqué. Tu m’as manqué. Enfin…

J’étirai un sourire qui sonnait faux et ajoutai :

-Tu es rentrée, c’Est l’important et puis… Morgie, j’ai dit tout à l’heure que tout allait bien.dis-je en levant le pouce.-Je… je suis seulement un peu fatigué depuis quelque temps.

Je me frottai la nuque et tournai le dos à Morgiana, ayant l’impression que ses yeux allaient me faire craquer d’un moment à l’autre. Je m’approchai d’un chêne dans le jardin et je fis semblant de regarder ses branchages –comme si ça m’intéressait vraiment.

-C’est fou comme les arbres de l’île sont majestueux, ahaha, han, Morgiana? Morgiana?

Ma voix tremblait un peu. Je lu idemandai alors :

-Enfin, tu n’es sûrement pas ici pour parler d’arbres, han? De quoi tu veux parler et… pour combien de temps vas-tu resté au palais cette fois?

Je me forçai pour me retourner vers Morgiana après avoir essuyé mes yeux remplis de larmes. Je souriais toujours de manière aussi peu naturelle et je ricanais.

J’essayais de cacher ma peine et d’être subtile, mais j’étais nul pour mentir et elle était une « espionne de sentiments » experte.

PATHÉTIQUE! ==’’


*Avec un peu de chances, elle ne posera pas de questions et on pourra parler de tout et de rien, han? Je n’ai pas envie de l’inquiéter et puis, je n’ai plus envie de parler de cette histoire humiliante… encore une fois puisque de toute façon il ne me laisse pas en parler…



Merci Hilel pour tous ces beaux graphs !!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Invité
Invité

MessageSujet: Re: Nostalgie dans les jardins [PV: Morgiana]   Lun 22 Déc - 17:40


Morgiana continua d'observer le blondinet avec une certaine curiosité, le temps qu'il réponde quelque chose. Il paraissait assez... mitigé et elle se demandait ce qui pouvait bien lui traverser l'esprit. Elle fronça très légèrement les sourcils quand il recula – elle ne faisait pas plus peur que d'habitude, si ? Toujours est-il qu'elle l'écouta d'abord sans mot dire, discernant dans son intonation quelque chose qui, inexplicablement, lui déplaisait. Quelque malaise, peut-être.

    '' -Mor… Morgiana! Ne me fais plus peur comme ça et ça serait plutôt à moi de te dire ça, où étais-tu tout ce temps? Tu nous as manqué. Tu m’as manqué. Enfin… -Tu es rentrée, c’Est l’important et puis… Morgie, j’ai dit tout à l’heure que tout allait bien.dis-je en levant le pouce.-Je… je suis seulement un peu fatigué depuis quelque temps. ''  

La Fanalis fit légèrement la moue, et un peu flattée de lui avoir manqué - cela lui faisait toujours chaud au coeur de savoir que quelqu'un avait ainsi besoin d'elle, surtout de la part de celui qui l'avait libérée. Mais elle se rendait compte qu'il avait également raison – à courir partout pour diverses raisons, elle n'avait pas été particulièrement disponible, et elle n'avait pas eut assez de temps pour le débusquer.

Mais tout dans ses expressions comme dans son discours sonnaient faux. Et lisible comme il était... Il devrait se rappeler que ce n'est pas au vieux singe que l'on apprend à faire la grimace. Elle déclara simplement, la voix légèrement plus basse, un peu désolée – vu l'état dans lequel il avait l'air d'être pour d'obscures raisons, il aurait probablement eut besoin d'elle.
« … Désolée ; c'est vrai que j'avais certaines choses à faire. En vue de me rendre dans le Continent Obscur. Mais... » Il n'avait pas l'air « qu'un peu » fatigué, mais elle essayait désespérément de comprendre ce qui lui arrivait.

    ''-C’est fou comme les arbres de l’île sont majestueux, ahaha, han, Morgiana? Morgiana?-Enfin, tu n’es sûrement pas ici pour parler d’arbres, han? De quoi tu veux parler et… pour combien de temps vas-tu resté au palais cette fois? ''

Mais comme il lui tournait le dos et déblatérait des banalités sur les arbres d'une voix tremblante, elle compris que non seulement il lui cachait bien plus qu'il ne laissait paraître, mais que c'étaient des choses importantes. Et le petit manège du blondinet commença à l'agacer. Elle daigna lui laisser le temps de se retourner, puis s'approcha de nouveau, le fixant comme pour le forcer à la regarder en face, les joues légèrement gonflées, d'autant plus lassée et un peu attristée par son air emprunté et son sourire vacillant. Elle durcit légèrement sa voix, poings fermés. Elle ne voulait pas être méchante avec lui, mais après tout ça ne serait pas la première fois qu'il lui faudra le secouer légèrement pour qu'il crache le morceau.  

« Non, effectivement, je ne suis pas venue te parler d'arbres, Alibaba. Et … je resterai surement au palais tant que j'aurai des choses à y faire. Je veux voir le Continent Obscur, mais rien ne presse. »

Par exemple, elle pourrait parfaitement rester surveiller le blondinet jusqu'à temps qu'il parte pour Reim. Cependant elle haussa un peu le ton, décidant que la plaisanterie avait assez duré et qu'elle ne le laisserait pas s'esquiver. Elle le connaissait assez pour savoir qu'il éviterait à tout prix les sujets déplaisants, mais son espèce de ricanement presque hystérique n'était pas non plus pour la rassurer. et elle ne pourrait quitter Sindoria tout en étant inquiète de ne pas savoir ce qui arrivait à son ami.

« Arrêtes de dire que tu vas bien, s'il te plait. Je vois bien que ce n'est pas le cas ; et j'aimerais bien savoir ce qui se passe. » Elle marqua une pause et ajouta un peu plus chaleureusement « Je ne pourrai pas t'aider, sinon. »
Revenir en haut Aller en bas

conquérant de donjon

۞ 1ère apparition : 03/06/2013

۞ Rukhs : 382

۞ Localisation : Québec

avatar
Alibaba Saluja
conquérant de donjon

MessageSujet: Re: Nostalgie dans les jardins [PV: Morgiana]   Mar 23 Déc - 22:28

[HRP: Ali est bipolaire ou je m'appelle Roger xD Bonne lecture!]

Me sentant quand même mieux qu’à mon retour de Magnostaldt, je pouvais tenir un discours plus ou moins cohérent devant Morgiana. Je devais avouer que MÊME si le mage s’était tenu tranquille ses derniers jours, je restais sur mes gardes. D’ailleurs, je dormais peu, habité par d’étranges images, mais ma tête me faisait moins mal étant donné que Zarad n’avait pas repris le contrôle de mon corps depuis ma rencontre avec Aladdin et pour cause : je fuyais tout la compagnie.

Morgiana:
 

J’espérais ne pas avoir de rechute en parlant avec Morgiana, mais je n’avais pas peur, elle était forte et si jamais je l’attaquais, elle pourrait m’arrêter, voire me tuer en un tour de main. Je n’étais pas inquiet de lui faire la conversation.

Quand je me retournai vers elle, ayant essuyé mes yeux au préalable, fragile étant donné que je n’avais plus parlé à personne depuis un moment, je me raidis les épaules en voyant que je n’avais pas été crédible pour 2 sous… La Fanalis avait ses joues gonflées, ses poings fermés comme lorsqu’elle veut dire : « mais tu te fous de ma gueule? ». Je ne pourrais pas lui mentir longtemps…


Morgiana:
 

Lui souriant toujours d’un air peu convaincant, je répliquai :

-Ne t’excuse pas pour ça, écoute, moi-même je serais censé être à Reim en ce moment, mais j’ai eu quelques problèmes sur les mers, enfin, content de te voir et de savoir que tes projets avancent bien, Morgiana. Tu mérites de connaître tes origines et de vivre libre.

On voyait que Morgiana n’était pas satisfaite de ce que je lui disais et ce même si c’était plutôt gentil. Je soupirai devant ce regard : mais qu’est-ce qu’elle voulait que je lui dise? Que j’étais devenu encore plus pathétique pendant qu’elle brillait maintenant dans le monde? Je n’avais pas à me plaindre, j’avais déjà fait trop de mal à mes proches. Je sers les poings à mon tour en entendant ses paroles :

Morgiana:
 

Mais pourquoi tout le monde voulait m’aider? Pourquoi tout le monde comptait autant sur moi, moi qui gaffais toujours? Je ne comprenais pas décidément.

Je me mis à trembler et je hurlai :


-Mais qu’est-ce que vous avez tous à la fin à me chercher des noises! Ce que vous voulez entendre c’est que je me sens perdu et que je suis devenu plus pathétique de jours en jours depuis mon incident à Magnostaldt? Non, vous me voyez comme un héros, je ne peux pas vous décevoir… je ne peux pas.

Des larmes coulèrent sur ses joues que j'essuyai du revers de ma tunique. Je repris lentement mon souffle, tentant de me calmer, puis je m’assis sur un banc, la tête basse.

-Je ne suis pas un héros si j’ai toujours besoin d’aide, mais…

Je levai le poing en l’air, puis ma tête et je fixai Morgiana dans les yeux :

-J’ai promis à Aladdin de ne pas me laisser abattre et de continuer à me battre donc, pour lui, pour toi, pour Eris, je vais aller à Reim et devenir plus fort. Puis, je battrai le mal qui me ronge.

Oui, j’étais vague, mais Zarad ne me laissera pas expliquer ce qui est arrivé à Magnostaldt sans  que mes amis en paie le prix : Sin n’avait toujours pas réussi à me faire parler. Morgiana m’avait déjà fait davantage m'exprimer que quiconque ici, réussira-t-elle à tout savoir?

Je frottai instinctivement ma marque sur mon bras qui me brûlait un peu.



Merci Hilel pour tous ces beaux graphs !!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Invité
Invité

MessageSujet: Re: Nostalgie dans les jardins [PV: Morgiana]   Lun 29 Déc - 15:54

La crispation du jeune blond aurait presque fait peine à voir, mais pour le moment elle n'y pouvait rien. Elle ne remarqua pas non plus spécialement que son attitude flamboyante pouvait presque ajouter à l'intimidation d'Alibaba, qui y était pourtant habitué. Elle le laissa un moment faire ses manœuvres d'évitement ; depuis le temps qu'ils ne s'étaient pas vus, discuter un peu de sujets moins sensibles ne leur ferait aucun mal et n'était pas non plus désagréable. Puis si cela pouvait aider à le calmer un peu pour parler plus tranquillement ensuite...
    - Ne t’excuse pas pour ça, écoute, moi-même je serais censé être à Reim en ce moment, mais j’ai eu quelques problèmes sur les mers, enfin, content de te voir et de savoir que tes projets avancent bien, Morgiana. Tu mérites de connaître tes origines et de vivre libre.

Elle écouta d'abord avec attention, se rendant compte qu'il commençait à donner quelques indices. Il était apparemment arrivé quelque chose, puisqu'il parlait de problèmes... A sa dernière phrase, elle baissa momentanément la tête avec un fin sourire, montrant sa reconnaissance. Même perdu dans des situations généralement impossibles, il se souciait toujours ( un peu trop ) des autres, et elle admirait son altruisme.

Mais les dernières phrases de la jeune femme semblaient avoir fait mouche... Pas forcément dans le sens qu'elle attendait, cependant. Elle voulait le faire admettre que quelque chose n'allait pas, pas provoquer une crise de nerfs..
    - Mais qu’est-ce que vous avez tous à la fin à me chercher des noises! Ce que vous voulez entendre c’est que je me sens perdu et que je suis devenu plus pathétique de jours en jours depuis mon incident à Magnostaldt? Non, vous me voyez comme un héros, je ne peux pas vous décevoir… je ne peux pas.

D'abord, ses yeux s'agrandirent légèrement d'étonnement, puis se réduisirent, avec une certaine tristesse ; mais également de la détermination. Quelque chose ne tournait vraiment par rond, elle en était à présent persuadée, et elle ne pourrait laisser son bienfaiteur dans cet état lamentable. Puis un incident ? Dans ce pays de magiciens, apparemment extrêmement suspect ? Elle aurait bien jeté de l'huile sur le feu, mais il lui restait assez de tact pour attendre un peu qu'il se calme. Elle fit de nouveau la moue, agacée qu'il ne puisse toujours pas admettre que lui aussi avait ses faiblesses et parfois besoin d'aide.

Ne sachant trop quoi dire, à la fois terriblement énervée mais avec une touche d'inquiétude, elle le laissa se calmer et s'asseoir, et se posa à côté de lui, l'observant intensément. Elle avait bien senti qu'il n'avait pas tout à fait fini de parler.

    -J’ai promis à Aladdin de ne pas me laisser abattre et de continuer à me battre donc, pour lui, pour toi, pour Eris, je vais aller à Reim et devenir plus fort. Puis, je battrai le mal qui me ronge.

Mais cette phrase là, ce fut la goutte d'eau qui fit déborder le vase. En plus, elle était comme frustrée de savoir qu'Aladdin était apparemment au courant de quelque chose, et pas elle. Elle ne voulait pas être laissée en arrière, plus maintenant. Parce que pouvoir prendre ses décisions ne sert à rien si on est pas en possession des éléments nécessaires pour juger d'une situation. Elle commença, un peu plus animée qu'auparavant, la voix plus forte.

« Un incident ? Le mal qui te ronge ? Alibaba, arrête de me parler par énigmes ! Qu'est-ce qui s'est passé à Magnostadt pour que tu reviennes ici ?! Si tu veux continuer de te battre pour moi, et pour nous tous, mets moi au moins au courant ! »

Elle termina sa pique en le prenant par les épaules, le secouant un peu, pas terriblement fort. Elle n'avait pas remarqué qu'il semblait éviter désespérément toute proximité. Le regardant dans les yeux, elle ajouta, baissant de nouveau un peu le ton.

« J'ai confiance en toi, et tu peux sûrement te sortir de n'importe quelle situation, mais quand même... »
Revenir en haut Aller en bas

conquérant de donjon

۞ 1ère apparition : 03/06/2013

۞ Rukhs : 382

۞ Localisation : Québec

avatar
Alibaba Saluja
conquérant de donjon

MessageSujet: Re: Nostalgie dans les jardins [PV: Morgiana]   Sam 3 Jan - 2:35

Morgiana semblait maintenant énervée. Comme elle était mignonne quand elle s’inquiétait, mais si elle savait ce qu’elle risquait en me confrontant de la sorte en tentant de comprendre la situation, mais Morgiana était Morgiana…. elle ne pouvait s’empêcher de vouloir aider ses amis et c’était tout à son honneur.

Morgie:
 

Je la regardai dans les yeux, des larmes toujours brillants au coin de mes yeux. Elle me prit dans ses bras et me secoua, me demandant de tout lui dire, mais je ne pouvais pas. Quand j’essayais, Zarad m’en empêchait et ça finissait généralement très mal. En même temps, je ne pouvais pas la voir douter de mon intégrité comme ça. J’étirai un sourire qui se voulait sincère.
Morgiana était une fanalis? Avec la piètre prestation que j’avais fait avec Aaddin peut-être qu’il n’attaquerait pas? Il était stratégique, il ne se frotterait sans doute pas sans raison à une femme comme elle, je pouvais donc lui parler? Rien qu’un peu. Et puis, je n’en pouvais plus, ce poids était si lourd. Avec ces yeux là et ces paroles, je ne pouvais la repousser....


-Je peux bien le dire à toi, puisque tu es forte, mais je t’en prie, si ça tourne mal, va chercher Sinbad…lançais-je d’un ton lourd.

[i]Je soupirai avant de déclarer, déposant ma main sur la sienne :


-Je me rendais à Reim lorsqu’une tempête à éclater. Nous avons perdu le cap et nous échouâmes à Magnostaldt. Je ne savais pas que nous avions dérivés à ce point et donc je ne savais pas que j’étais dans ce pays interdit aux gois…. comme ile nous appellent.

Ma voix tremblait; mes mains aussi. Malgré mon mal de tête qui était revenu et qui augmentait au fil de mes mots, je poursuivis, raconter ce périple me faisait du bien… Mais Morgiana risquait gros, ça me faisait un peu peur. Je la regardai avec des yeux pleins d’eau quand je poursuivis en émettant un petit rire nerveux :

-Tout d’abord, un jeune magicien et son professeur m’ont reconduit jusqu’à une pièce pour que j’y reprenne des forces, me promettant aussi de prendre soin des marins qui m’accompagnaient, toutefois, je suis entré directement dans un piège. En fait, là-bas, ils… ils…

La douleur lancinante dans ma tête et dans mon bras étaient insoutenables, je dus appuyer ma main contre mon front et frotter ma marque avant de murmurer LA phrase de trop:

-Ils m’ont torturé pour avoir des informations et m’ont fait cette marque.

Je montrai légèrement l’espèce de marque noire sur mon bras et je levai alors un regard effrayé sur Morgiana. Je la pria par les épaules en suppliant :

-Pars avant qu’il soit….

Je ne pus finir ma phrase, seules quelques larmes coulèrent sur mes joues au moment où je pris ma dague et il voulut l’enfoncer dans le cœur de la fanalis, mais il me restait assez de contrôle pour dévier mon attaque et l’enfonçer dans son bras. Les larmes coulant sur mes joues je regardais Morgiana; on voyait que j’étais hors de mon contrôle. Non, pourquoi elle avait insisté? Aladdin et maintenant Morgiana?

Je ne méritais plus leur attention….

Zarad me fit alors me lever pour m’éloigner du palais, il ne voulait sans doute pas qu’on se batte si près des généraux. Il me fit partir en courant des jardinsi]

*Ne me suis pas Morgiana, sauve-toi…*[i]pensais-je, complètement défait.



Merci Hilel pour tous ces beaux graphs !!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Invité
Invité

MessageSujet: Re: Nostalgie dans les jardins [PV: Morgiana]   Dim 11 Jan - 0:22


Morgiana soutint son regard, tandis qu'il avait l'air vraiment secoué et qu'elle ne pouvait comprendre pourquoi. Mais il aurait sérieusement fallu qu'il cesse d'essayer de sourire dans n'importe quelle situation, alors que même une larve aveugle aurait pu voir dans son air agité que quelque chose n'allait sérieusement pas, et que ce qui se passait n'était pas qu'une des petites rigolades habituelles et autres malchance qui leur arrivaient à tous les coins de rue.

    - Je peux bien le dire à toi, puisque tu es forte, mais je t’en prie, si ça tourne mal, va chercher Sinbad…

Elle fronça les sourcils, se demandant ce qu'il entendait par « tourner mal » surtout au point de devoir aller chercher le puissant roi ? Elle était capable de se défendre... Elle continua de l'écouter attentivement. Ses gestes exprimaient une profonde sincérité, et une fois qu'il commença a expliquer, elle eut l'impression qu'il avait vraiment besoin d'en parler. Comme d'habitude, il s'était mis sous pression pour quelque histoire horrible... Et à quel point.

Au fur et à mesure qu'il racontait sa mésaventure en tremblotant avec des yeux larmoyants, elle ne pouvait que plus ou moins imaginer à quel point cela avait du être horrible. Et, le connaissant, à quel point il avait du se sentir mal, inquiet et perdu avec tout ceci.

Puis sérieusement, torturé ? Quel pays infligeait ça à des gens simplement victimes de malchance ? Cet État de mages était encore plus cinglé que sa réputation ne le laissait entendre. Autant dire qu'en quelques instants au fil du discours, Morgiana put à la fois laisser grandir une certaine rancœur à l'encontre de ce pays de magiciens fous,  tout en éprouvant une grande compassion pour son ami, et comprenant que ce n'était pas le fin mot de l'histoire et que les conséquences de ceci étaient encore bien vivantes, et la cause du comportement étrange d'Alibaba... Une marque ?

Oui, elle comprenait maintenant pourquoi il se touchait ainsi bizarrement le bras. Il y avait quelque chose ; et de mauvaise augure. Son air se rembrunit au fur et à mesure, montrant que quiconque avait fait ça, allait très sérieusement le payer, et que si pour quelque raison Alibaba ne pouvait se débarrasser lui même seul de ce problème – sinon, elle était persuadée qu'il l'aurait fait depuis longtemps – elle se ferait un plaisir d'aller donner une leçon aux responsables.
Et elle avait bien raison de s'inquiéter, quand retentit la supplication du blondinet.

    - Pars avant qu’il soit….

Le ton dans sa voix l'alarma, elle commençait à comprendre ce qu'il voulait dire. Pourquoi il évitait les gens. Une marque pouvait impliquer un contact. Ce qui signifiait...
Captant son mouvement vif du coin de l’œil, elle réagit une demi seconde trop tard. La portée du poignard étant limitée, sou mouvement de recul un tantinet trop tardif ne suffit pas à éviter totalement la blessure, mais du moins la limita beaucoup, se contentant de provoquer une entaille profonde mais non handicapante. La lame étant bien affûtée, ça allait juste saigner beaucoup. Mais la Fanalis en avait vu d'autres, sans aucune commune mesure. Cependant, le réflexe prenant le dessus, elle bondit en arrière dans un même mouvement, mettant plusieurs mètres entre elle et le blondinet catastrophé.

Il n'aurait pas fait ça de lui-même. Evidemment. Et elle pouvait aussi imaginer à quel point il s'en voulait. et les pièces du puzzle commençaient à se mettre en place : il n'avait pas un contrôle total sur même, et elle aurait mis sa main à couper que cela avait quelque chose à voir avec cette marque. En tous cas, elle ne pouvait pas le laisser partir, pas alors qu'il s'éclipsait en courant, de culpabilité ou qui sait, guidé par quiconque le maintenait sous influence. Elle n'irait certainement pas chercher Sinbad comme il l'avait suggéré. Maintenant qu'elle avait compris le risque, qui sait ce qu'il serait capable de faire ? Cela ne l'inspirait pas, sur le coup. Elle voulait tenter de l'aider par elle même, de le ramener pour gérer la situation actuelle au moins.

Malgré son moment d'hésitation, elle le rattrapa rapidement. Elle n'avait pas peur. Parce que maintenant qu'elle savait qu'il risquait de l'attaquer... Elle était sur ses gardes, et elle savait aussi qu'elle serait facilement capable de le mettre hors d'état de nuire sans pour autant le blesser. En faisant en sorte de ne pas lui laisser le temps de réagir, elle attrapa adroitement la dague et l'éloigna d'un coup de pied, lui attrapant et verrouillant dans un même mouvement les poignets. Ainsi ses chances de lui faire du mal étaient tout à fait limitées, elle pourrait le faire tomber s'il tentait de donner des coups de pieds, et à moins que celui qui jouait aux marionnettes avec Alibaba ait d'autres tours dans sa poche, il n'aurait pas vraiment d'autre possibilité de se défendre. A moins qu'il soit plus vif qu'elle ne le présumait.

« Je ne te laisserai pas, Alibaba, et je n'irai pas chercher Sinbad. Qui sait ce qu'il serait capable de faire. »

Elle avait son ton ferme habituel, essayant de cacher qu'elle craignait actuellement beaucoup pour son ami. Puis elle demanda, un peu plus gentiment, cherchant à comprendre comment ça marchait, et puisqu'il n'avait pas l'air d'avoir totalement perdu l'esprit, il devrait être capable de lui signifier même vaguement une réponse.

« Quelqu'un te manipule, c'est ça ? Je sais que tu n'aurais jamais fait ça de toi même, même pour cacher quelque chose. Est-ce que... ça se calmera, si je m'éloigne... ou est-ce que ça risque d'empirer ? Je ne compte pas te laisser là dans cet état. »
Elle lui secoua les mains, sans le lâcher, regardant vaguement son entaille au bras
« Je ne t'en voudrais pas pour ça ; … mais il faut trouver un moyen d'arrêter ce qu'il t'arrive. »
Revenir en haut Aller en bas

conquérant de donjon

۞ 1ère apparition : 03/06/2013

۞ Rukhs : 382

۞ Localisation : Québec

avatar
Alibaba Saluja
conquérant de donjon

MessageSujet: Re: Nostalgie dans les jardins [PV: Morgiana]   Lun 12 Jan - 17:31

Zarad n’avait pas le droit d’impunément attaquer mes amies. Scylla aurait dû me tuer, je n’aurais jamais dû mendier pour ma survie. Mais que recherchait vraiment ce mage? Des informations? Attirer l’attention? Morgiana en savait trop.. il ne le laisserait plus tranquille, à moins qu’ils finissent par comprendre que le corps qu’il avait possédé était bien plus faible que celui de la fanalis? Il ne voudrait pas que son jouet meurt mais… serait-il prêt à laisser quelqu’un du camp ennemi avec autant d’informations sur ses intentions.

Je la vis reculer, puis c’est là que Zarad m’avait fait ''fuir''...


*Ne me suis pas Morgie, ne me suis pas..*

Malgré mes supplications et sans surprise.  Allait-elle me tuer? Non, Morgiana n’était pas dans ce genre… mais j’aurais bien aimé, car j’étais fatigué de me battre en vain contre un démon qui voulait blesser tous ceux que je protégeais….

Elle me sauta alors dessus, jetant ma dague au sol et bloqua mes poignets avec agilité. Le mage qui bouillait en dedans de moi donnait des coups de pied sur les genoux de la fanalis pour la faire tomber, mais en vain, elle tenait bon et mon possesseur stoppa rapidement mes mouvements SURTOUT quand Morgiana déclara :


Morgiana:
 

Le mage qui avait levé le sort quelques secondes me permit de baisser la tête et de murmurer, les yeux larmoyants :

-Justement, lui, il n’aurait pas peur de… de mettre fin à cette horreur et par la suite, il pourrait, grâce à moi atteindre…

Ma tête recommençait à me faire atrocement mal et ma marque se mit à élancer, il revenait à la charge… Je semblais l’énerver. Comme ami j’avais échoué, comme héros, je ne l’avais jamais été et comme pantin, je n’étais pas de grande utilité. Mais pourquoi le sort s’acharnait sur moi?

Morgiana:
 

Je relevai les yeux, croisant le regard de la belle rousse, puis regardai sa plaie saigner. Je m'en voulais cruellement, mais elle avait été prévenu, non? Je murmurai:

-Morgiana… tu ne peux savoir comment j’ai honte… Ils m’ont transformé en monstre. Je… je ne voulais pas te blesser, pardonne-moi…

Mon mal de tête augmentait encore… Je levai le ton, l’air toujours aussi catastrophé que la dernière fois où il m’avait possédé :

-Je le répète… Va voir Sinbad, donne lui les infos que tu sais et… délivrez Magnstaldt, le monde… de ce monstre avant qu’il soit trop tard.

Je toussai dire cela était souffrant pour mon corps, mais je m’en foutais. J’avais beau souffrir et avoir soif comme pas possible, je ne laisserais pas mes amis faire des erreurs ou être blessés par… ma faute!

J’ajoutai, en tremblant :


-Mais ne faites pas de guerres… les magiciens n’ont rien à voir là-dedans…C’est ce qu’il veut, que je sois l’objet du déclenchement d’une guerre entre Sinbad et Mogamett, arrête-les. C’est ce que je veux…

Je revoyais dans ma tête le visage lumineux d’Aladdin entouré de ses amis de l’académie et de Yamurai et je versai une dernière larme avant d’ajouter, un peu plus clame, content d’avoir ENFIN pu raconter tout ça à quelqu’un en ’’ultime’’ geste héroïque…:

-Zarad garde, dans le dos des magiciens, des gens désespéré dans les guettos de Magnostaldt et… utilisent leur Mago pour en faire des djiins noirs et… et…

Zarad, qui était fou de rage de ce que je venais de dire apparemment, donna un coup de tête pour déstabiliser Morgiana et, avec agilité, il sauta au sol pour reprendre ma dague. Le mage m’insuffla alors de crier :

-AMON!

Avec des yeux dans le vague, je m’approchais de Mogiana, épée enflammée entre les mains. C’était un spectacle pitoyable! Des larmes ruisselaient sur mes joues pendant que j’avançais contre mon gré.

À l’intérieur de moi, le petit Alibaba caché dans les ténèbres frappait à la porte de sa conscience pour resurgir et criait à Zarad de lâcher son amie… mais c’était inutile, la seule façon de me délivrer de ma possession était d’utiliser la Sagesse de Solomon ou… de m’épuiser jusqu’à l’évanouissement. Au moins, là-dessus, Zarad avait choisi un piètre manieur de djiin, donc Morgiana m’épuiserait facilement… si elle comprenait…. Mais j’avais foi en elle, elle était intelligente.

En fait, il y avait bien une autre solution… mais cette dernière, je ne la connaissais pas encore. Il s’agissait d’avoir tellement confiance en moi que je pourrais renverser la vapeur et entrer dans la tête de Zarad pour prendre son contrôle à mon tour… Enfin. J’avais tellement peur, j’étais tellement paniqué que je n’avais pas encore découvert ce fait.

Avec force, je sautai vers Morgiana, épée levée.



Merci Hilel pour tous ces beaux graphs !!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Invité
Invité

MessageSujet: Re: Nostalgie dans les jardins [PV: Morgiana]   Mer 28 Jan - 1:09

Un temps, Morgiana fut soulagée : Le blondinet semblait presque avoir recouvré ses esprits. Peut-être le « mage » ne pouvait-il pas exercer son contrôle très longtemps, mais il ne fallait pas trop espérer – Sinon, Alibaba n'aurait pas été aussi inquiet. Effectivement, ce ne fut que l'espace de quelques paroles, pendant lesquelles il insista pour qu'elle aille chercher de l'aide. Mais peu importait, elle ne comptait pas revenir sur ses positions. De toutes manières et malheureusement, si ce joyeux bordel continuait alors qu'ils étaient si près du palais, nul doute que quelqu'un finirait par s'apercevoir qu'il se passait quelque chose d'anormal, et ramènerait les autorités compétentes...
    - Morgiana… tu ne peux savoir comment j’ai honte… Ils m’ont transformé en monstre. Je… je ne voulais pas te blesser, pardonne-moi…

Lui répéter que ce n'était pas grave ne servirait vraiment à rien... Mais elle ne supporterait pas de le voir se culpabiliser comme ça. Il y aurait forcément quelque chose à faire, il le fallait ; il était foncièrement une bonne personne. Impossible que genre de choses suffise à le dénaturer... Même là à cet instant, son air déchiré le lui prouvait à chaque seconde. Elle se refusa à arborer un air éploré, et ce fut plutôt une colère contenue qui grandit en elle tandis qu'elle écoutait tant bien que mal et en se retenant de le cogner ses discours dramatiques. Sérieusement ; ça sonnait comme des dernières volontés.
    - Je le répète… Va voir Sinbad, donne lui les infos que tu sais et… délivrez Magnstaldt, le monde… de ce monstre avant qu’il soit trop tard.
    - Mais ne faites pas de guerres… les magiciens n’ont rien à voir là-dedans… C’est ce qu’il veut, que je sois l’objet du déclenchement d’une guerre entre Sinbad et Mogamett, arrête-les. C’est ce que je veux…

Tout en parlant, apparemment en se faisant réellement violence pour garder le contrôle, il semblait souffrir un peu plus à chaque seconde. Mais elle trouvait que c'était bon signe, qu'il parvienne à lutter. Même si elle n'aimait pas le ton de son discours, elle se força à écouter avec attention. S'il n'avait parlé qu'à très peu de personnes... Elle ne devrait pas oublier ce qu'il lui confiait, à elle. Le peu qu'elle pouvait faire, elle le ferait. Ses faibles connaissances en magie laissaient pourtant entrevoir quelques explications à Morgiana. La personne qui était la cause de tout ça n'appréciait probablement pas d'entendre ses plans dévoilés, ou de voir sa petite marionnette docile s'opposer à lui – ou de voir que malheureusement, celle-ci avait une Fanalis parmi ses alliés, et que cette bête aux cheveux rouges pouvait donner du fil à retordre à un blond paniqué contrôlé par un mage maladroit.

« Ne parle pas comme ça, Alibaba ! Ne t'avoues pas vaincu alors que... » dit-elle dans un souffle, d'une voix blanche ; inquiétée de ce mélodrame. Mais il ne l'écoutait plus, il déblatérait tout ce qu'il pouvait avant que... Que quoi, d'ailleurs ?
    -Zarad garde, dans le dos des magiciens, des gens désespérés dans les ghettos de Magnostaldt et… utilisent leur Mago pour en faire des djiins noirs et… et…

… Qu'est-ce que... Le visage de la jeune femme se décomposa un instant, choquée par ce qu'elle venait d'apprendre, tout en gravant mentalement dans un coin de sa tête le nom qui venait d'être prononcé, sentant qu'il s'agissait très probablement et très logiquement de celui qui infligeait tout cela à Alibaba. Cette impression fut renforcée par la réaction violente qu'on lui opposa immédiatement, signe que le blond était de nouveau incapable d'empêcher cette chose de prendre le pas sur lui. Elle détestait cette sensation autant qu'elle admirait le courage du blond, qui savait probablement ce que lui vaudraient ces révélations. Elle lui revaudrait ça. Ce n'était que trop présent, maintenant ; l'impression même d'un changement de présence. Désagréable et déplacée.

Le coup de tête, bien que prévisible, la fit reculer plus par prudence que par réel sentiment de danger imminent, campée sur ses jambes, observant « l'adversaire » - elle ne pouvait vraiment pas supporter de penser à son ami en ces termes – attentivement, essayant de trouver une faille, n'importe quoi, un indice quelconque montrant une faiblesse. Mais il eut la vivacité de récupérer sa dague, et elle senti instinctivement que les problèmes n'allaient pas s'arrêter là. Il est clair que le fauteur de troubles n'avait pas du apprécier que son identité soit révélée aussi impunément... Si seulement elle trouvait quelque chose à dire pour déstabiliser celui qui tirait les ficelles, rien qu'un instant, donner une occasion au blond de reprendre le dessus.. Il ne lâchait rien, pourtant, alors pourquoi ? On n'effraierait pas la Fanalis aussi facilement, mais pour réussir à amener le blond à de telles extrémités, il devait être sacrément puissant... A moins que ces enfoirés n'aient réussi à le persuader d'une quelconque nullité... Oh, qu'elle le détestait, ledit « Zarad », à présent. Mais elle ne le connaissait pas. Elle ne pouvait l'atteindre. Encore une fois ; elle était incapable d'aider...

Les réflexes primèrent sur la gentillesse. Malheureusement, il n'était plus temps de faire dans la dentelle. Sans reculer, sans fléchir, elle bloqua l'épée avec ses chaînes, activant sa relique, quitte à ce que ses talons labourent le sol alors qu'elle verrouillait ses muscles pour empêcher la puissance adversaire de la renverser. Elle avait choisit la confrontation, pas l'esquive, espérant quelque chose, une prise de conscience, et reculer n'était plus une option. Espérant peut-être, aussi, se consoler de sa propre faiblesse. Elle lui cria en le regardant dans les yeux, n'acceptant pas un seul instant de penser que quoi que ce soit était perdu.

« Arrêtes ça, Alibaba ! Reprends toi ! … Tch. »

Elle se dégagea d'une pirouette de côté, toujours parée dans chacun de ses mouvements de cette grâce efficace et mortelle – on allait quand même limiter le dernier aspect sur ce coup là, mais rappelez vous que les Fanalis ne sont pas spécialement connus pour doser leur force -, et dans le même mouvement tenta de le propulser sur un mur d'un coup de genou bien senti et visant les côtes, histoire de le sonner. Quelques os brisés serait un dommage collatéral bien faible si cela pouvait calmer la situation ; elle s'en excuserait plus tard. Quand elle en aurait l'occasion. Si elle l'avait... Dans l'enchaînement, ses chaînes cliquetèrent quand elle les propulsa vers le blond d'un geste large. Si tout se passait bien, elle arriverait à l'enserrer solidement avant qu'il puisse se reprendre, histoire de l'empêcher de bouger, de réduire ce qui le contrôlait à l'impuissance, et de pouvoir avoir une petite conversation avec lui.

« Qui que tu sois, tu ne gagneras pas ! Je ne te laisserai pas détruire plus que ça... celui qui a complètement changé mon destin ! »

Ajouta-t-elle entre ses dents, d'une voix forte pourtant, qui aurait pu paraître presque haineuse si cette puissance n'avait pas simplement été marque d'une détermination sincère et sans faille. Espérait-elle vraiment que tout ceci allait suffire...
Revenir en haut Aller en bas

conquérant de donjon

۞ 1ère apparition : 03/06/2013

۞ Rukhs : 382

۞ Localisation : Québec

avatar
Alibaba Saluja
conquérant de donjon

MessageSujet: Re: Nostalgie dans les jardins [PV: Morgiana]   Mer 4 Mar - 5:53

[HRP: Finalement, il m'est venue une inspiration nocturne venue de nulle part xD c'est encore pathétique désoooolée. Naya, Eris et Aladdin sont sensés le délivrer bientôt :) Bonne lecture :p]

Morgiana:
 

Le petit Alibaba caché au coin de ma tête hurlait à en perdre haleine, frappait pour ressurgir à travers le brouillard, mais la force qui me contrôlait était trop forte… Je voyais par mes yeux toute cette scène de combat avec cette femme que j’avais délivré de la souffrance, je ne pouvais croire que je me battais contre… elle! S’il lui arrivait quelque chose jamais je ne pourrais me le pardonner.

Pendant que la partie lucide de moi était empêtré dans le brouillard, mon corps, contrôlé par ce mage, bougeait avec une agilité que je n’avais jamais té munie et je donnais à Morgiana des coups de mon épée enflammée avec adresse jusqu’à temps que je sente mon corps s’écraser contre un mur et enchaîné par ses chaînes, car oui, même si mon agilité était plus grande que d’habitude, la force et l’agilité de Morgiana restait celle d’un Fanalis et Zarad le savait pourtant…


Morgiana:
 

Mon visage se crispa et je repris le contrôle de moi un instant, le temps que le mage réussisse à reprendre le contrôle. Le Alibaba recroquevillé en moi murmura alors à Morgiana, un mince sourire sur les lèvres, les yeux brillants :

-Laisse-moi brûler tout mon Magoi et il ne pourra plus t’attaquer…

Je ne gardai pas longtemps le contrôle, Il ricana à travers mes lèvres et déclara, sans apparemment avoir entendu ce que j’avais dit à cause des interférences du moment :

- Blesser ce corps pour mes ambitions ne me dérange pas, il nest quun pantin, mais je veux le garder assez en état pour obtenir ce que je veux ici donc…

Sur ce, pour la première fois de ma vie, je mis mon équipement complet de Djiin. Je ne sais pas comment il réussit cela, mais il le fit et puis il réussit, par un tour de force, à me faire mettre mon équipement de djiin complet, ce que je n’avais jamais réussi par moi-même et il me fit réaliser plusieurs colonnes de feu autour de moi. La chaleur était si intense que la chaine au niveau de ma taille fondit et je pus me délivrer et même m’envoler. Je lançai alors vers Morgiana de balles de feu qui venait de ma lame de plus en plus chaud. Pendant que je faisais ça, des larmes coulaient sur mes joues : on voyait que je n’étais pas complètement maître de moi.

Finalement, je pris un élan du ciel et piquai jusqu’à Morgiana, épée bien levée et enflammée pour la frapper de nouveau. Je soufflais fort, mon Magoi était déjà en train de diminuer et Zarad ne se rendait pas compte que plus il me fatiguait, moins il obtiendrait puissance prolongée de ma part.


*Laisse-moi me fatiguer ou tue-moi, mais ne me laisse pas te blesser, Morgiana…*[/color][/i]



Merci Hilel pour tous ces beaux graphs !!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Nostalgie dans les jardins [PV: Morgiana]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Nostalgie et Air de Chanson.. ~ [ Terminé ]
» RP commun : Pâques [dans les jardins du Lycée]
» Promenade dans les jardins. [ Aelalia ]
» DES JARDINS A VISITER
» Association Jardins du Monde

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
MAGI RPG ::  Océans  :: Sindoria :: Palais de Sinbad-
Sauter vers: