AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetPartagez | 
 

 Coup du destin: grabuges au marché. [PV libre]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


۞ 1ère apparition : 16/03/2013

۞ Rukhs : 238

۞ Rukh rose : Omnise..scient

۞ Localisation : Partout

avatar
Destin
MAÎTRE DES RUKHS

MessageSujet: Coup du destin: grabuges au marché. [PV libre]   Mar 26 Aoû - 4:20

Tous les commerçants, comme à tous les jours, avaient installé leur table de fruits, de légumes, de victuailles, de breloques quelconques et attendaient avec impatience la venue des passants, choppant à quelques reprises un jeune voleur de pommes ou un homme à l'air un peu suspect qui tentait de faire diversion...

Toutefois, ce matin, c'était le chaos total! Une bande de brigands étrangers, armés et bien bâtis, firent leur entrée et, à coup d'une dizaine de brigands sortant d'une charrue par table de marchand, ils pillèrent tout, blessèrent quelques marchands et passants et ne prirent pas de temps avant de saccager les installations... allant même jusqu'à mettre le feu à certaines réserves de nourriture et à certains commerces: c'était l'anarchie sur la grand place de l'île.

Qui étaient ces brigands dans cette cité si paisible? Qu'en penserait le roi des sept mers?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://labyrinthofmagic-rpg.actifforum.com


avatar
Invité
Invité

MessageSujet: Re: Coup du destin: grabuges au marché. [PV libre]   Ven 29 Aoû - 23:15


grabuges au marché ♪
feat. Sindoria

Une semaine s'est déjà écoulée depuis que j'ai mis pied à terre dans le port de Sindoria. Je commence à prendre mes marques, à connaître la ville et les bois aux alentours. Je me promène tous les jours sur le dos de Etoile afin qu'elle fasse de l'exercice, la jument ayant eu l'habitude pendant longtemps à de longues traversées. Arriver ici nous a tous les deux beaucoup dépaysé mais je dois bien avouer que ce pays est très agréable à vivre... Mon père a eu raison de me parler de son roi en en faisant tant d'éloges... Il a réussit quelque chose d'incroyable avec cette coalition des sept mers.

Sifflotant, de bonne humeur comme tous les matins, je rentre dans le marché et sort une pièce que je donne à un marchand en échange d'une bonne grosse pomme rouge. Cela suffira pour mon petit-déjeuner, il voit mieux que je ne dépense pas plus que nécessaire... Je n'ai pas les moyens de me refaire des fonds. Il ne me reste plus que quelques bijoux que je n'ai pas encore vendu mais il est hors de question que je les vendent tant que je n'y serais pas obligée, ils étaient à ma mère...

- Bonne journée !

Je souris au marchand, remet une lourde boucle de cheveux derrière mon épaule avant de sursauter en entendant un vacarme assourdissant. Me retournant, je tombe alors sur l'étal que je viens de quitter, brisée en deux, le marchand à terre, blessé. Des brigands surgissent alors de tous les recoins, armés jusqu'aux dents, s'en prenant à tous ceux qui les entourent, même si la plupart des personnes qui se trouvent ici ne sont pas armées.

- Prenez vous en à quelqu'un de votre taille, lâches !

Et voilà, je n'ai pas pu m'en empêcher... Et l'un d'eux m'a déjà repéré, sautant sur moi avec un sourire bien peu innocent. J'esquive son arme - une lance, tiens donc - et tire un poignard de son étui, ne tardant pas à le mettre à terre en lui tranchant les tendons après une roulade. Autant éviter de tuer tant que je le peux... Je range alors mon arme blanche et attrape sa lance avec un sourire. Alors là, s'ils me donnent mon arme de prédilection...

Aidons un peu ce pays à éliminer la vermine. Les questions viendront après, il y a trop de vies innocentes en jeu...

Revenir en haut Aller en bas


avatar
Invité
Invité

MessageSujet: Re: Coup du destin: grabuges au marché. [PV libre]   Dim 31 Aoû - 16:31

Eris était en route pour son entrainement journalier.

Il était tôt mais déjà le temps s'annonçait chaud. Bien trop doux pour la cape noire que l'adolescente avait l'habitude de porter. Alors, au réveil, la saltimbanque avait opté pour la tenue qu'elle portait quand elle vivait encore dans le désert. C'est à dire une djellaba bleu nuit à large manche dont elle avait rabattu la capuche sur sa chevelure châtain, presque rouquine.
Bien que n'étant plus une voleuse, la fille aux yeux verts avait du mal à se défaire de cette habitude à dissimuler son visage. C'était plus fort qu'elle. Elle ne se sentait à l'aise qu'avec quelque chose lui recouvrant la tête.


Tout en suivant sa route habituelle, la demoiselle des sables était perdue dans ses pensées. Sa relation avec alibaba lui causait bien du soucis. Du moins... c'était surtout ce qu'il ne lui disait pas qui l'inquiétait. Hier soir, ils avaient manger ensemble et Eris avait tenté de savoir ce qui tracassait le jeune homme... mais rien à faire. Le prince blond était resté muet comme une carpe avant de changer maladroitement de sujet. Qu'est ce que cela signifié? Avait elle dit ou fait quelque chose de mal qui l'ait mis en colère?


Sans y réfléchir et comme à son habitude, la baladin se dirigea vers la grand place afin d'y acheter son repas du jour. Mais il lui fallut quelques temps avant de réaliser que... c'était l'anarchie la plus totale qui y régnait. Tout le monde courait. Des hurlements de panique et des cris retentissaient. Il y avait des chariots renversés, de la fumée qui s'élevait de certains stands et même des gens blessés.


À la vue du sang, la saltimbanque prit peur. Sa phobie reprenait le dessus, l’empêchant d'agir. Devenant toute pale, elle se figea incapable de faire un pas de plus, ni même de pouvoir aider qui que ce soit. La demoiselle restait là, debout, au milieu des badauds qui s'enfuyaient.


C'est alors qu'une main l’agripa violemment et la tira en arrière. Notre héroine sentit la lame d'un poignard se glisser sous sa gorge. La voix d'une brute espèce résonna contre son oreille :


« Allez, refile moi tes tunes ou je t'égorge comme les autres. »


Comme pour appuyer sa menace le bandit appuya un peu plus son arme contre sa peau. Incapable de répondre, ni même d'appeler à l'aide, Eris se mit à trembler. Pourquoi était elle si faible?
Revenir en haut Aller en bas


avatar
Invité
Invité

MessageSujet: Re: Coup du destin: grabuges au marché. [PV libre]   Dim 31 Aoû - 18:33



Grabuge au marché.


Comme toutes les semaines, j'amassai suffisamment de nourriture avec le salaire qui me servait quasiment qu'à tout ça mais je n'avais pas à me plaindre. La vie à Sindoria était relativement agréable bien que je ne me mêlai que très peu aux gens de cette île. Le calme... Ou du moins presque vu ce qui se profilait sous mes yeux, un réel massacre. Des voleurs, évidemment... Cela ne m'échappait pas, intuition de mon passé. Mais tout ça ne me regardait pas, devais-je vraiment aider tous ces gens ? Je soupire longuement avant de voir certains brigands qui se dirigent séance tenante vers moi. Derrière mon unique œil visible, je les regarde de haut avant d'en attraper un par le bras afin de lui casser d'un coup sec. Je m'empare alors de l'arme qui est tombée lourdement au sol avant de pointer cette dernière en direction du second brigand. En silence.

C'est alors que j'entends une menace de la part d'un autre voleur pas très loin de moi, il semble tenir quelqu'un en otage. Dans un sens – et c'est malheureux à avouer – mais je comprenais ces abrutis. Mes pas me dirigent alors vers l'endroit où j'ai entendu cette voix. Enfin, le type qui ose menacer la demoiselle à capuche sans défense est à présent dans mon champ de vision.

« Vous savez, il y a de plus gros poissons que cette fille. »




Dernière édition par Kenny le Mar 2 Sep - 16:19, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas


۞ 1ère apparition : 25/06/2014

۞ Rukhs : 62

avatar
Sayla Ul Vastia
PRINCESSE

MessageSujet: Re: Coup du destin: grabuges au marché. [PV libre]   Dim 31 Aoû - 19:12


Grabuge au marché
La petite princesse se promenait tranquillement dans les rues de Sindoria, bien installée sur l'épaule de Kolos. Soudain, le ventre de celui-ci gronda si fort, que l'enfant faillit en tomber à la renverse. Éclatant de rire, la petite descendit de l'épaule de son compagnon et lui demanda de rester un instant, le temps qu'elle aille lui chercher des pommes. Elle marcha jusqu'à un marchand de pommes afin de lui acheter quelques-uns de ses fruits. Alors qu'elle s'apprêtait à repartir, des cris se firent entendre, l'enfant se retourne et découvre un groupe de brigands armés. Certaines personnes étaient blessées, et d'autre plus gravement. Une voix grave se fit entendre derrière le dos de la demoiselle, celle-ci n'eut pas le temps de se retourner quand la prit par le bras, la secouant dans tous les sens.

" Dis donc c'est un beau sac d'argent que tu tiens là sale mioche "

Au moment même où la jeune enfant poussa un cri, Kolos arriva à toute vers eux, s'attaquant violemment au brigand qui s'en été pris à la petite. Tandis que son compagnon tuait quelques-uns des brigands, Sayla aperçut une jeune fille prise en otage. À peine eut-elle vu cela qu'elle hurla le nom de son compagnon qui la prit sur son épaule et se hâta de rejoindre la scène. Une autre jeune fille semblait déjà vouloir venir en aide à la demoiselle en détresse. Kolos, lui, gronda pour intimider le brigand.

" Lâchez-là de suite espèce de monstre ! "



© FICHE D'APOLLINA POUR LIBRE GRAPH


۞ • ۞ • ۞ • ۞

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Invité
Invité

MessageSujet: Re: Coup du destin: grabuges au marché. [PV libre]   Dim 31 Aoû - 23:04

Trois jours. Cela faisait trois jours que la future Reine Solaire du Yamataï était arrivée à Sindoria, et le moins qu’on pouvait dire était que le royaume était à la hauteur de sa réputation. Himiko s’y sentait un peu en décalage, mais c’était sans doute passager. Encore quelques jours, et tout irait mieux.

Mais, pour l’instant, la jeune femme avait d’autres préoccupations que ses introspections. Elle avait réussi à se trouver un travail en tant que conteuse dans une taverne locale, et était en retard. Courant tant bien que mal à cause de son kimono, ses getas coincées dans une main et son Shakujô callé dans son dos, la jeune femme slalomait tant bien que mal entre les passants, qui la regardaient comme si elle était un poisson volant peint en vert et muni d’un tutu. C’était d’un désagréable !

La jeune femme pris son élan, bondissant au dessus d’un stand, avant de rentrer dans quelqu’un, qui se retourna violement pour lui administrer une violente gifle qui l’envoya au sol.

-Non mais tu t’es pris pour qui, sale femelle ?!

-Lâchez-là de suite espèce de monstre !

Rapidement, Himiko fit l’analyse de la situation : plusieurs bandits, dont quelques uns morts, des gens qui menaçaient une jeune fille –qu’elle avait l’impression de connaitre, étrangement-, plus la gifle= ennuis. Graves.

La jeune femme se redressa pour se baisser immédiatement, évitant un coup de poignard qui l’aurait égorgée, enfilant ses mains dans les getas pour en enfoncer une dans le nez de son agresseur, qui céda dans un craquement aussi sec qu'écoeurant, avant de lever le genou dans les parties sensibles.

Comme dans un rêve, Himiko se sentit tirer son Shakujô de son dos pour commencer à le faire tournoyer, fauchant tous les hommes patibulaires qui l’entouraient avant de bloquer. Saisit son arme comme une sagaie avant de l’envoyer dans le poignard qui menaçait l’otage. Lancé selon un angle qui écarterait obligatoirement la lame du cou de la jeune fille, le Shakujô percuta la lame.

Himiko sourit, fière d’elle, avant qu’un des hommes de l’attraper par derrière, retenant difficilement un cri de terreur. Oh, non, ça partait mal…
Revenir en haut Aller en bas

conquérant de donjon

۞ 1ère apparition : 03/06/2013

۞ Rukhs : 386

۞ Localisation : Québec

avatar
Alibaba Saluja
conquérant de donjon

MessageSujet: Re: Coup du destin: grabuges au marché. [PV libre]   Lun 1 Sep - 3:53

Ce repas avec Eris m'avait fait du bien, mais je ne pouvais m’empêcher de toujours me sentir un peu en dehors de mes bottes comme si je n’étais plus que l’ombre de moi-même depuis cette dérive aux pays des magiciens... Je me promenais doucement vers le grand marché dans le but de m'acheter quelque chose à me mettre sous la dent dans l'espoir de faire taire ces maux de tête incessants... jusqu’à temps que des cris attirent mon attention. Malgré la fatigue, je pouvais reconnaître des cris de détresse quand j’en entendais et… je fus vraiment choqué par ce que je vis : du sang partout, des hommes et des femmes au sol, des enfants même, des tables partout, des gens tremblants. Était-on vraiment à… Sindoria? L'espace d'un moment... j'eus presque l'impression de me retrouver de nouveau à Magnostaldlt ou... Balbadd. Je devais cauchemarder? Que se passait-il…

Je restai figé un moment jusqu’à temps que je sente quelque chose au-dessus de ma tête siffler… apparemment un couteau… UN VRAI COUTEAU! Je le remarquai au moment où ce dernier tomba à mes pieds laissant ma mèche rebelle se faire embrocher au sol. Han quoi? Mais ma mèche n’avait pas d’importance… je devais agir, protéger mon pays d’adoption avant que Sinbad et ses généraux arrivent sur place! Car ils allaient venir régler cette situation, n’est-ce pas? Cette situation chaotique remontait en moi plusieurs sentiments bien éprouvants : je revoyais Balbadd, le feu.. le sang… de la rébellion. Qui se rebellaient ainsi dans un pays si… pacifique?

Je sortis alors ma dague que je transformai rapidement en épée incendiaire, me défendant comme je le pouvais à travers cette foule dans laquelle je distinguai très nettement une femme à la peau pâle et au kimono particulier sortir un grand bâton de son dos pour défendre… apparemment Sindoria des mécréants et… mais qui voyais-je là? Un brigand avec un couteau non loin d’une petite fille blonde qui tentait, tant bien que mal, d’aider…


-ERIS!!dis-je en déposant à mon tour ma lame sous la gorge de l’homme qui venait d’échapper son couteau, mais qui tenait toujours MON Eris dans ses bras. Plusieurs images de mon passé avec Kassim me revinrent à ce moment… Comment je l’avais tristement perdu parce que… je n’avais pas su le comprendre… je n’allais pas perdre Eris aussi idiotement… NON!

Mais bon, n’étant pas un homme qui croyait que la vengeance se réglait par la vengeance, je ne fis que lui donner un coup pour le faire tomber (il était déjà déstabilise par le coup de la femme au kimono) et je m’approchai d’Eris pour lui faire une grosse accolade en lui murmurant:


-Tu n’as rien? Enfin, va au palais de Sinbad avec cet enfant… et réfugie-toi là. Même s’il n’est pas friand de notre relation, il ne te laissera pas dehors et puis… il devrait arriver bientôt ici régler cette… dis-je au moment où l’homme du « kidnapping », ayant repris son couteau, fonça vers moi pour me « tuer » ou tuer l’enfant ou Eris. Toutefois, quand même assez agile malgré la fatigue et ma maladresse innée –étant sur l’adrénaline-, je me retournai d’un coup et enfonçai mon épée incendiaire dans le cœur de e l’homme qui tomba à mes pieds. Je… n’aimais pas tuer, surtout sans avoir négocié… mais comme disait Kassim: "ce genre d’homme n’en vaut pas la peine…"  

Malgré mon air un peu choqué d’avoir du sang un peu partout sur moi, j’attrapai à la volée la main d’Eris –qui était figée sur place- et de l’enfant et je me dirigeai vers la femme au kimono… qui semblait apparemment une alliée de Sindoria et je lui demandai à la hâte :


-Vous voyez le palais là-bas?*il le montre du doigt* Vous pourriez escorter le plus de gens possible dans son enceinte? Je sais que vous semblez une étrangère et qu’on ne se connait pas… mais vous avez sauvé ma petite-amie et je vous en suis reconnaissant, je vais terminer votre travail ici pendant que vous amènerez ces gens… vous semblez une grande guerrière!

Mes yeux étaient brillants de larmes : je la suppliais en outre de faire équipe avec moi… J’avais une dette envers elle et Sindoria…

-Ah oui et en passant je m’appelle Alibaba.ajoutais-je en souriant avant de m’avancer vers les autres brigands, lame incendiaire parée : j’étais prêt à mettre fin à cette folie!

*On ne s'y prenait pas ainsi aux gens que j’aime… Sans les tuer, j’allais assez les affaiblir pour les arrêter en attendant que Sinbad et ses généraux arrivent… et qu’on puisse voir avec eux… une entente… si entente il pouvait y avoir avec ce genre de personnes. ..*

۞ • ۞ • ۞ • ۞


Merci Hilel pour tous ces beaux graphs !!!


Dernière édition par Alibaba Saluja le Dim 14 Sep - 17:56, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Invité
Invité

MessageSujet: Re: Coup du destin: grabuges au marché. [PV libre]   Mar 2 Sep - 16:38



Grabuge au marché.


Le déroulement fut très rapide, j'avais été contrainte de reculer au risque de me prendre un coup par la demoiselle en kimono. Pas question de se faire blesser inutilement dans un pays comme celui-ci, de toute manière, les autorités ne tarderaient pas à arriver. Le blond – du nom d’Alibaba apparemment – venait de tuer l’un des voleurs. A sa mine, j'ai pu faire la rapide constatation qu’il n’avait sans doute jamais tué qui que ce soit. Malgré ça, j’allai aussi aider ce blondinet qui selon moi paraissait bien suicidaire de vouloir s’occuper de tous ces brigands seul. Je pris une seconde arme avant de me poster à ses côtés sans que ma présence ne se remarque avant que je n’ouvre les lèvres afin de lui parler. Il fallait faire vite.

« Tu penses mourir en héros ? »

Vérité à part, je vis un des brigands courir dans notre direction. Évidemment, il penserait que la fille est la plus faible. En récompense de son ignorance, mon pied se dirigeait vers lui assez rapidement afin de lui mettre un coup dans le ventre. Fatal, il ne pourrait plus bouger pendant un moment.
Revenir en haut Aller en bas


avatar
Invité
Invité

MessageSujet: Re: Coup du destin: grabuges au marché. [PV libre]   Mar 9 Sep - 21:03

Un grand coup de coude dans le ventre suivi d’un harite dans la mâchoire suffit à Himiko pour se débarrasser de son agresseur. La cohue était totale. Elle entr’aperçut une lame de flamme, avant qu’elle ne se jette en avant pour récupérer son Shakujô, le faisant tournoyer pour en abattre l’extrémité dorée dans le visage d’un brigand, l’autre bout de relevant pour atterrir…à un endroit ostentatoire.
Soudain, un jeune homme blond, celui-là même qui possédait la lame de flamme, arriva, les deux mains occupées par celles d’une petite fille et de la jeune fille qu’elle avait tenté d’aider.

-Vous voyez le palais là-bas ?, demanda t’il en désignant ledit palais, sur les hauteurs. Vous pourriez escorter le plus de gens possible dans son enceinte? Je sais que vous semblez une étrangère et qu’on ne se connait pas… mais vous avez sauvé ma petite-amie et je vous en suis reconnaissant, je vais terminer votre travail ici pendant que vous amènerez ces gens… vous semblez une grande guerrière!

-Nani ?

Finalement, les lames de peur qui brillaient dans les yeux du jeune homme achevèrent de convaincre la future reine, qui s’inclina avant d’asséner un coup de Shakujô dans le visage d’un autre brigand, entendant vaguement le garçon se présenter.

-Bien, Alibaba-kun !, lança t’elle en levant son bâton sacré. Ceux qui n'ont rien à faire dans le combat, suivez moi ! Je vous mène à l’abri !, cria t’elle. Balam !

Aussitôt, son Shakujô se transforma en une longue lance de combat tandis que son bras s’auréolait de lumière, la lame taillant dans le vif un brigand imprudent qui avait eu la mauvaise idée de se trouver là.

Himiko n’aimait pas se battre, et encore moins tuer, mais il y avait une espèce d’humain qu’elle ne savait tolérer : les lâches. Ceux qui s’en prenaient à plus faibles qu’eux, aux personnes désarmées et sans la moindre expérience de combat. Ceux-là étaient la honte de l’humanité toute entière, et elle se devait de les affronter.

Citation :
Je ne sais pas si c'est mon tour, désolée si je coupe l'herbe sous le pied de quelqu'un ^^"
Revenir en haut Aller en bas


avatar
Invité
Invité

MessageSujet: Re: Coup du destin: grabuges au marché. [PV libre]   Ven 12 Sep - 9:39

Tout s'enchaina très vite. Il y eut d'abord l'intervention d'une jeune fille brune qui menaça la brigand :


« Vous savez, il y a de plus gros poissons que cette fille. »


Eris ne pouvait que plussoire à cette affirmation, elle n'était que du menu fretin et c'est pas en lui faisant les poches qu'ils allaient rouler sur l'or. La demoiselle n'avait de quoi que s'acheter son déjeuner. Rien de plus. Et le seul bijoux de valeur qu'elle portait sur elle était son djinn vessel et une boucle d'oreille en forme de dragon. Mais ni l'un, ni l'autre, elle n'était prête à les céder même au péril de sa vie.


La suite de l'aventure fut un peu confuse pour la saltimbanque. Déjà qu'elle était traumatisée par la vue du sang, elle eut du mal à voir les vagues successives de sauveurs qui lui vinrent en aide. Mais une voix entre toutes la tira de son état catatonique :


« -ERIS!”




La fille des sables sursauta, comme électrisée par le cri d'Alibaba. Ses cils battirent. Elle sentit l'homme qui la tenait prisonnière la lâcher et s'écrouler. D'autres bras l’encerclèrent, bien plus doux, plus amicaux. Ceux de son prince blond. Incapable de se retenir, la saltimbanque fondit en larmes. La peur, le soulagement, la reconnaissance, tout cela s'exprimer par ce torrent humide qui sortait de ses yeux tandis que son amoureux lui murmurait à l'oreille:


-Tu n’as rien? Enfin, va au palais de Sinbad avec cet enfant… et réfugie-toi là. Même s’il n’est pas friand de notre relation, il ne te laissera pas dehors et puis… il devrait arriver bientôt ici régler cette… “




Eris hocha de la tête, sans pouvoir ouvrir la bouche. Brusquement, une nouvelle attaque. Alibaba arrête le voleur en lui plantant son épée dans la poitrine . Du sang gicle partout. Eris a un haut le cœur. Du liquide rouge tache sa djellaba. De nouveau sa tête lui tourne. Elle sent qu'elle va s'évanouir. Son regard refuse de quitter ces petites étoiles d'hémoglobine qui s’agrandissent lentement. Elle vacille. Elle va s'écrouller.


Pendant se temps, on parle autour d'elle. L'ancienne voleuse n'entend rien. Elle est très obnubilée par le sang. Cet affreux sang. Soudain , les jambes lui manquèrent, elle tomba à genoux. À genoux dans une flaque d'hémoglobine. En gémissant, elle regarda ses mains tachées de rouge.


Eris en voudrait qu'une chose: s'enfuir. Mais elle ne peut pas. Elle est trop faible. elle est engluée dans sa terreur. dans ses souvenirs.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas


۞ 1ère apparition : 25/06/2014

۞ Rukhs : 62

avatar
Sayla Ul Vastia
PRINCESSE

MessageSujet: Re: Coup du destin: grabuges au marché. [PV libre]   Dim 14 Sep - 15:39


Grabuge au marché
Tout se passait si vite, la petite avait beau essayer de rester calme et de vouloir comprendre la situation, les évènement se succédaient les uns après les autres sans lui laisser le temps de faire quoi que se soit. Tandis qu'elle tenter tant bien que de mal à venir en aide à une personne prise en otage, un cri résonna dans la place, Sayla se retourna rapidement avant d'y voir un jeune homme venant de crier le nom de la jeune fille en détresse. La petite fille revint de nouveau sur celle-ci... Eris ? La petite n'avait pas prêté attention à l'identité de l'adolescente mais il n'y avait plus aucun doute maintenant, elle la connaissait. L'inconnu vint terrasser le kidnappeur et prendre Eris dans ses bras, lui murmurant des mots à l'oreille. Soudain, le bandit à terre se releva et fonça à toute vitesse vers le groupe, couteau à la main. Durant une courte seconde, le cœur de l'enfant cessa de battre. Ils allaient vraiment se faire tuer... ici ?
Du sang gicla du corps du criminel qui venait de se faire transpercer par la lame du jeune homme, Sayla écarquilla les yeux, choquée par la scène qui venait de lui être dévoilée. Son corps refusa de bouger un instant, pétrifiée par la peur, ses mains tremblée. On lui prit soudainement la main, l'emmenant elle et Eris, en direction d'une autre jeune femme occupée à combattre.

La petite comprit alors qu'elle allait être conduite à l'abri, elle fixa la grande place, cela ne pouvait tout simplement pas être réel. Des larmes lui coulèrent, glissant sur ses joues rosées. Elle lança finalement un regard à Eris, celle-ci tomba à genou dans une flaque ensanglantée. L'enfant la serra dans ses bras par instinct, laissant quelques pleurs lui échapper, après s'être un peu calmée, Sayla appela Kolos qui se chargea de prendre la jeune fille aux cheveux châtains sur son épaule. Elle regarda ensuite Alibaba, qui avait toutes les raisons de paniquer en voyant sa camarade se faire porter par un monstre.

" Kolos peut la porter si elle a du mal à marcher, il ne lui arrivera rien avec lui. "

Elle reniflait tout en prononçant sa phrase, l'émotion l'empêcher de parler calmement et sa voix se faisait faible.

" J... Je ne veux pas m'enfuir... Je veux aider moi aussi... "

Elle se frotta les yeux, ravalant ses larmes avant de lancer un nouveau regard au jeune homme, le suppliant d'accéder à sa demande.


© FICHE D'APOLLINA POUR LIBRE GRAPH


۞ • ۞ • ۞ • ۞

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

conquérant de donjon

۞ 1ère apparition : 03/06/2013

۞ Rukhs : 386

۞ Localisation : Québec

avatar
Alibaba Saluja
conquérant de donjon

MessageSujet: Re: Coup du destin: grabuges au marché. [PV libre]   Lun 15 Sep - 20:22

Une jeune fille discrète que je n’avais pas vu dans la mêlée me dit ces mots :

Kenny:
 

Tenant fermement la main d’Eris et de l’enfant, je sursautai à ces mots. Qui était cette personne? Pourquoi se souciait-elle de mon sort? Je n’avais pas pensé à l’éventualité de mourir ici, je ne pensais qu’à la tranquillité de Sindoria et de son peuple. Je ne voulais plus perdre de gens qui me tenaient à cœur comme lorsque j’étais un petit menteur à Qishan et un petit mouton à Balbadd. Je ne cherchais pas la gloire, je désirais seulement repousser ces brigands le temps que Sinbad arrive… En espérant que ce soit bientôt. Je restai muet un moment avant de dire, forçant un sourire et frottant l’arrière de ma tête :

-Je ne suis pas un héros. Je ne veux que protéger Sindoria et ceux que j’aime. Pour ce qui est de mourir… et bien je n’ai pas réellement pensé à ce détail, je ne fais que me mêler à la foulée et…

Un brigand voyant que j’étais inattentif en profita pour me donner un coup au flanc gauche, étant apparemment à ses yeux un petit emmerdeur. Il gicla un peu de sang. Je me plaçai alors devant Eris et l’enfant, les protégeant en parant l’attaque assez rapidement avec ma lame incendiaire pour ne pas être trop gravement blessé et pour les préserver. De son côté, cette étrangère fit reculer l'homme qui m'avait frappé au flanc avec un simple coup de pieds. Woah, elle était forte cette demoiselle. Les femmes ici présentes ne cessaient de me surprendre... Mon visage laissait transparaître mon état de surprise.

-Woah, m... merci pour l'aide! Je vous laisse ce secteur du grand marché et je vais m'occuper de l'autre côté! Excusez-moi!dis-je à l’étrangère, entraînant toujours avec moi Eris et l’enfant, tentant d’oublier ma douleur au flanc : elle n’était rien à côté de ce qui se passait ici.

*Sinbad… espèce de crétin, dépêche-toi! Je ne tiendrai pas longtemps seul.*

C’est à cet instant que je compris les paroles de cette étrangère. Je m’éloignai alors en courant pour aller parler à cette guerrière : le temps n’était pas à la discussion, il fallait agir ou… périr.

Himiko:
 

Je souris en voyant que cette demoiselle semblait aussi sympatrique que je le présumais et prenais la tâche que je lui avais donné au sérieux. De savoir qu’elle possédait un Djiin me rassurait aussi, je n’avais pas peur de lui confier Eris bien que la situation changea rapidement. Je hochai la tête positivement, mentant à Eris que tout allait bien, ne désirant pas l’inquiéter davantage (ma tête me lancinait toujours ainsi que ma récente blessure me faisait souffrir). Mais qu'était ma souffrance à côté de... de ce désastre!

Tout déboula alors et je vis Eris, dans notre course, faiblir et tomber à genoux. Qu’est-ce que?


-Eri…-chan? Ça va? Tu es blessée?balbutiais-je en me penchant à sa hauteur, mais la situation ne me laissait pas beaucoup de temps pour observer son visage blême et ses traits tirés, des brigands nous reprirent d'assaut et je dus  donner un coup horizontal avec ma lame avant de me relever et… voir apparaître dans mon champ visuel la petite blonde aux allures farouches malgré le tremblement de ses mains et de ses yeux remplis de larmes intarissables qui avait lâché ma main dans la mêlée. Elle voulait aider à sauver l'île? Mais… à cet âge? Ce n'était pas raisonnable! Je ne pouvais perdre cet enfant, je le prenais personnel, ça serait comme admettre sacrifier une deuxième fois la soeur de Kassim, non... je devais lui faire entendre raison!

...

C’est alors qu’un grand colosse approcha et prit mon Eris sur son épaule, voulant l’amener au palais. Je criai :


-Mais ho et HO! Attendez qui… qui êtes-vous, lâchez Eris tout de suite!!
Sayla:
 
"

Je m’étais mis en garde, mais l’enfant me fit rapidement comprendre que malgré sa physionomie plutôt repoussante, ce colosse apparemment appelé Kolos était… du bon côté du Destin. Je plissai des yeux, un peu dubitatif, mais voyant d’autres brigands approcher, je soupirai :

-Mettez-la en sécurité… c’est tout ce que je demande. Partez avec cette femme en kimono et amenez les gens en lieu sûr. Et toi aussi suis-les, petite. Je ne voudrais pas qu’il t’arrive malheur!

Sayla:
 

Je tapotai la tête de l'enfant, quand soudain je vis un brigand mal intentionné se positionner derrière elle pour lui donner un coup d’épée. J’eus alors le réflexe de donner de la puissance incendiaire à mon épée, de rouler vers ce dernier et de lui donner un coup d’épée afin de protéger la petite. Je murmurai alors, la main sur mon flanc pour arrêter l'hémorragie: le sang de ma blessure imbibant ma tunique à cet effort :

-Va te cacher petite, je t’en prie. Je m’appelle Alibaba et je te promets que je ramènerai le calme à Sindoria et que je reviendrai vous voir… Je dois bien cela à mon pays d'adoption.

À ces mots, regardant un instant l’enfant, les yeux brillants de larmes, j’entamai un combat avec les derniers brigands qui n’étaient pas partis avec leur dû ou qui n’étaient pas déjà au sol: ils étaient encore une légion, je n'y arriverais pas: je donnais le plus de puissance incendiaire que je le pouvais, mais l’énergie commençait déjà à me manquer…

Au moins Zarad ne semblait pas intervenir en mon désavantage : cette situation devait bien l’amuser en fait aimant l’anarchie et le chaos… Mais restera-t-il calme jusqu'à la fin? C'était à voir... ma tête lancinante ne me disait rien qui vaille.


*Tant que tu es sauf Eris... tout me va...*[/i]

۞ • ۞ • ۞ • ۞


Merci Hilel pour tous ces beaux graphs !!!


Dernière édition par Alibaba Saluja le Lun 22 Sep - 5:42, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Invité
Invité

MessageSujet: Re: Coup du destin: grabuges au marché. [PV libre]   Dim 21 Sep - 18:34


grabuges au marché ♪
feat. Sindoria

Je n'ai pas hésité avant d'entrer dans le conflit armé, pas un seul instant. De nombreux passants prennent la fuite en criant, désordonnés. Des femmes sont bousculées, des enfants tombent à terre. J'aide l'un d'eux à se redresser tout en surveillant mes arrières, mais les brigands sont pour l'heure trop occupés à semer la terreur, ils n'ont pas fait attention à leur camarade que j'ai mis hors course pour un bon moment. Avec les tendons aussi bien coupés, il est prêt à être cueilli, en espérant que la garde royale ne tarde pas à venir. Nous sommes au beau milieu du plus grand marché de la ville, le palais est visible d'ici, ils ne tarderont pas.

Mais qu'est-ce qui est passé dans la tête de ce groupe pour qu'ils agissent ainsi ? En sachant que la plupart des généraux du roi sont sur l'île...

Je n'ai pas le temps de réfléchir à tout cela, j'aperçois plusieurs marchands qui ont été acculés contre un mur et je m'élance vers eux avec souplesse, balayant sur mon passage l'un des brigands, me servant de ma lance pour le blesser au pied d'un coup rapide. Il tombe à la renverse dans une étale qui se brise sous son poids et je passe mon chemin pour aider tous ces habitants qui se sont retrouvés pris au piège par l'attaque surprise. Me servant de ma lance en le faisant habilement tournoyer entre mes mains, je frappe plusieurs ennemis en même temps, n'hésitant pas à les assommer en visant directement la tête, ne voulant pas qu'ils aient le temps de blesser plus d'innocents. Il y a déjà assez de blessés tout autour de nous... J'aide une femme et son enfant en bas âge à quitter les lieux, les suivant dans une rue adjacente pour être certaine qu'ils puissent partir. Puis je retourne dans la mêlée, continuant de repousser les marchands...

Je finis par me retrouver près d'un groupe lui aussi aux prises avec les brigands. J'écarquille les yeux en voyant une épée de feu.

- Une relique...

Je m'approche aussitôt du groupe avant d'être détournée par une vue qui m'est familière. Un colosse portant une femme. Kolos si mes souvenirs sont exacts. Si il est là alors Sayla aussi... Je ne tarde pas à la repérer et vais vers elle, tout en surveillant autour de nous, les brigands étant encore bien présents.

- Sayla ! Tu vas bien ?

D'autres hommes tentent de s'en prendre à nous. Je m'éloigne et arrête l'un d'eux, le désarmant rapidement en me servant de ma lance. Lancée, je lui coupe son élan d'un coup de lance bien placé dans les jambes et, une fois à terre, l'assomme en le frappant d'un coup sec avec la manche de mon arme. Les gardes vont-ils bientôt arrivés... ?

Revenir en haut Aller en bas


avatar
Invité
Invité

MessageSujet: Re: Coup du destin: grabuges au marché. [PV libre]   Dim 28 Sep - 21:02



Coup du Destin; Grabuges au marché


Feat. Personnes y participant


Ah... la cité de Sindoria... une bel endroit où il fait bon vivre. C'était la deuxième fois que Sadjia posait le pied sur cette terre dans sa vie et elle était toujours aussi ravie de visiter une cité de son genre. Un belle journée pour déguster un gros morceau de melon d'eau bien juteux pour supporter la chaleur et acheté pour pas cher en plus. Le sourire se voyait parfaitement sur son visage, alors qu'elle marchait un peu n'importe où dans le marché.

Mais à peine avait-elle entamé de manger ce morceau de fruit, qu'un bruit proche attira son attention et qu'une flèche apparu de nulle part. Et c'était aussi à ce moment-là que cette même flèche passa à travers le melon d'eau et à ce dernier de disparaître sans laisser de trace. Quand elle le remarqua, elle tourna la tête pour voir une bande d'inconnus, étant apparemment en train... minute... ça serait pas des armes ça ? Ah ! Je vois ! Des brigands ! Ses sourcils sur son visage se fronçèrent, pendant qu'elle posait la main sur son arme pour la sortir aussitôt:

- Je vais tous les trucider...

Son premier réflexe fut de chercher un moyen d'attirer leur attention et la seule chose à sa portée fut des fruits sur le comptoir de ce marchand juste à côté d'elle. Et hop, elle commença par lancer un ananas sur la tête d'un des brigands qui tomba littéralement sur le sol, avant de lancer plusieurs autres fruits en leur direction, sous les cris désespérés du pauvre marchand qui ne pouvait rien faire.

- Ne vous en faites pas vieil homme, je vous les rembourserai en bonne et due forme, quand ça sera le temps.

Bon maintenant que les ennemis regardent ailleurs, les autres vont pouvoir les attaquer. Elle se positionna pour courir vers eux et les attaquer avec agilité avec l'art ancestral de la famille royale. Ils étaient coriaces, mais elle ne se laisserait pas faire. Vous allez voir ce que vous allez voir, bande de mécréants !






Dernière édition par Sadjia Ismahen le Dim 14 Déc - 2:18, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas


avatar
Invité
Invité

MessageSujet: Re: Coup du destin: grabuges au marché. [PV libre]   Jeu 16 Oct - 22:56

Des larmes coulaient à gros bouillon des yeux de la saltimbanque. Soudain deux bras l’entourèrent. À travers la brume de ses pleurs, Eris reconnu Sayla. Que faisais une âme si innocente dans cet enfer ? Il fallait qu'elle parte. Ce n'était pas la place pour une enfant. Ce n'était la place pour personne.


À genoux dans la mare de sang, la fille du désert eut le réflexe de repousser la petite. Mais les gestes de la quasi rouquine étaient maladroits et faibles.


Soudain, Eris se sentit tirée et relevée de force avant d'être portée sur une épaule de taille monstrueuse. Par qui ? Comment ? Elle aurait été incapable de le dire. Les formes se mouvaient devant elle. Son corps était bien là mais son esprit ailleurs. Il refusait d'enregistrer ce qui y avait autour de lui. Tout ces morts, cette souffrance... non , elle ne voulait plus le voir. Alors elle ferma ses paupières sur ses prunelles vertes et se laissa guider à l'aveugle . C'était bien mieux ainsi. Tant pis s'il lui arrivait quoi que ce soit.


L'ancienne voleuse entendit la fillette parlée avec alibaba :



" Kolos peut la porter si elle a du mal à marcher, il ne lui arrivera rien avec lui. J... Je ne veux pas m'enfuir... Je veux aider moi aussi... »



Malgré sa voix chevrotante , Sayla voulait rester. Cette petite était 1,000 fois , non 100,000 fois plus courageuse qu'elle. La détentrice d'andromalius se mit à l'envier. Que n'aurait elle donné pour avoir un soupçon de cette force morale ? Mais non... elle était faible.


Ele entendit aussi la voix de son prince. Alibaba. Puisant dans tous ce qui lui restait de courage la jeune femme ouvrit les yeux , cherchant son ami et compagnon. Il était là, devant elle, si courageux et auréolé de gloire , tenant l'épée d'Amon avec fierté et noblesse. Et soudain Eris eut honte. Honte d'elle même et de sa faiblesse. Comment oserait elle lui faire face après avoir été si pathétique ? Elle qui voulait que l'aider venait de démontrer la pire des couardises. Elle ne le méritait décidément pas … ils avaient tous raison. Lui était un prince et elle resterait toujours une pathétique petite traine misére.


La fille du désert baissa la tête tandis que colosse l'emmenait.
Revenir en haut Aller en bas


۞ 1ère apparition : 25/06/2014

۞ Rukhs : 62

avatar
Sayla Ul Vastia
PRINCESSE

MessageSujet: Re: Coup du destin: grabuges au marché. [PV libre]   Sam 18 Oct - 13:32


Grabuge au marché
Après la demande de la petite, le jeune homme aux cheveux blonds lui tapota la tête puis à une vitesse impressionnante il passa derrière l'enfant afin d'achever un brigand qui s'apprêtait à la tuer. À ce même moment, la petite princesse remarqua la blessure de son sauveur. Elle s'approcha de lui, morte d'inquiétude. Elle se sentait faible, depuis le début des évènements, on l'avait toujours protégé.... Et depuis le début elle ne s'était montrée d'aucune utilité, elle était simplement une personne à protéger et cette pensée la rendait mal.

-Va te cacher petite, je t'en prie. Je m'appelle Alibaba et je te promets que je ramènerai le calme à Sindoria et que je reviendrai vous voir... Je dois bien cela à mon pays d'adoption.

L'enfant serra le poing, la tête baissée, puis après un court moment de silence elle releva la tête vers son interlocuteur, l'air déterminée.

- Je m'appelle Sayla et je promets que je combattrais et que personne n'aura à me protéger. Je ne veux pas être une gêne mais me montrer utile ! Alors s'il vous plaît ne vous occupez plus de moi !

Elle se retourna rapidement vers Kolos, levant la tête pour pouvoir le voir. Lui expliquant ce qu'il devait faire tout en lui indiquant le chemin.

- Emmènes-la au palais avec d'autres habitants de l'île et surtout si des brigands se mettent sur ton chemin n'hésite pas à les tuer. Je déteste ça mais il n'y a pas le choix....

Sur ces mots, le géant s'éloigna du groupe avec quelques personnes. Sayla quant à elle reconnue une voix familière l'appeler. Elle tourna la tête afin d'apercevoir Akali, la petite se rapprocha d'elle, inquiète de la voir ici.

- Akali ! Je viens bien et toi ? Tu n'es pas blessée au moins ?!

À peine eut elle le temps d'avoir une réponse qu'on s'en prit encore à elles. Akali, rapide, le mit à terre sans pour autant faire couler le sang. Sayla était impressionée par toutes ces personnes qui combattaient. L'enfant courut à toute vitesse vers l'un des brigands à terre et s'empara d'une épée. Ses mains, bien qu'un peu tremblantes, tenaient fermement l'arme.Elle vit ensuite un brigand s'approcher d'Alibaba, celui-ci souffrant déjà d'une blessure, avait besoin d'aide. À toute vitesse Sayla se dirigea vers lui, donnant un coup dans le dos du brigand qui s'apprêtait à frapper. Elle était habituée à manier les armes, elle était même plutôt douée... Mais combattre un homme, tuer ou même blessé... C'était la première fois qu'elle vivait ça.

Elle regarda Alibaba, bien que ses mains tremblaient encore du geste qu'elle venait de faire.

- Je sais me battre... Et puis vous êtes blessé n'est ce pas ? Je vous remplacerais si vous n'êtes plus capable de combattre. Je suis beaucoup plus faible que vous... Mais pour Sindoria je veux bien me donner à fond.


© FICHE D'APOLLINA POUR LIBRE GRAPH


۞ • ۞ • ۞ • ۞

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

conquérant de donjon

۞ 1ère apparition : 03/06/2013

۞ Rukhs : 386

۞ Localisation : Québec

avatar
Alibaba Saluja
conquérant de donjon

MessageSujet: Re: Coup du destin: grabuges au marché. [PV libre]   Sam 1 Nov - 16:33

Le nombre de brigands au sol augmentait, mais celui de la population blessée aussi. Par chance, plusieurs citoyens commençaient à se diriger vers le palais, ce qui devrait finir par alerter les gardes. Mais qu’est-ce que les généraux avaient de si importants à faire pour laisser leur si beau pays être mis à feu et à sang? Avaient-ils été pris captifs? L’image de Sinbad et ses généraux, tous puissants enchainés, me fit déglutir : c’était impossible. Il devait y avoir une raison…

Sayla:
 

La voix de l’enfant et ses airs boudeurs me firent sortir de mes pensées. Toutefois, je ne m’occupai pas tout de suite de cette mignonne demoiselle, le départ d’Eris me serrait le cœur. Elle semblait si démunie, si triste dans les bras de ce colosse. Je pris sa main de ma main qui ne tenait pas mon flanc blessé et lui dit, avant que Kolos s’éloigne :

-Ne t’inquiète pas mon ange, tout va s’arranger. Tu n’as pas à t’en faire, reposes-toi et je reviendrai te voir en un seul morceau.

Je lui fis un doux sourire puis un baisemain avant de retourner auprès de l’enfant qui boudait encore.

Sayla:
 

Et que je me fasse sauver par une fille qui plus est un enfant? Mais les ruths se moquaient de moi ou quoi? J’allais répondre quelque chose, mais une femme à la peau et aux cheveux noirs semblant bien connaître l’enfant s’approcha. J’allais les laisser ensemble et m’occuper des brigands au péril de ma vie : je lui avais promis. Ce pays redeviendrait comme avant. Enfin, je lui avais promis ça et aussi de revenir en un seul morceau. Je peinais à croire que ça se pouvait quand soudain je vs les brigands qui restaient debout tomber un à un, mais qu’est-ce que?

-Les généraux? Sont-ils enfin…commençais-je à m’enthousiasmer quand soudain je sentis quelque chose de dur me frapper l’épaule. Était-ce la lame d’un brigand? Je donnai un peu de puissance incendiaire vers la provenance de ce projectile en hurlant :

-Retournez chez vous, mécréants. Laissez ce pays tranquille! Vous allez voir! Je ne vous laisserez pas faire! dis-je l’épée dans les airs, près à retourner au combat.

[i]C’est alors que je vis ce qui m’avait touché et qui venait de me rouler sur le pied. Je ramassai l’ananas dans mes bras.


-Un ananas qu’est-ce que? Ah!

Je n’eus pas le temps de me poser  des questions qu’une pluie de fruits me tomba dessus. D’abord ce fut quelques pommes et pêches que je tranchai de ma lame, mais au final je fus frapper à l’arrière de la tête par un ananas et quand je voulus me relever, ce fut un melon qui me refit tomber. J’étais K.O : vaincu par une pluie fruitière /PAN/.

J’étais allongé sur le ventre, recouvert d’une salade de fruits, la main sur le pommeau de mon épée qui ne brûlaient plus et je perdis le nord, en manque apparent de mago.


*Pardonnez-moi… je suis un zéro.*

Je sentis soudainement mon corps être soulevé . Avec  les forces qui me restaient, j’ouvris les yeux pour croiser le regard de mon kidnappeur qui, dans mes hallucinations parce que j’étais dans les vappes, me faisait penser à mon défunt meilleur ami. Je demandai comme un idiot :

-Kassim? Est-ce bien toi? Mais… tu es mort? Comment pourrais-tu?

Mais en imaginant Kassim je n’étais pas loin de la réalité. En fait ces brigands venaient de mon pays natal et c’est seulement là que je m’en rendais compte, tout devait être de ma faute. Je l’avais dit à Sinbad que me garder en son pays n’était pas une bonne idée. Je serrai des poings.

۞ • ۞ • ۞ • ۞


Merci Hilel pour tous ces beaux graphs !!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


۞ 1ère apparition : 16/03/2013

۞ Rukhs : 238

۞ Rukh rose : Omnise..scient

۞ Localisation : Partout

avatar
Destin
MAÎTRE DES RUKHS

MessageSujet: Re: Coup du destin: grabuges au marché. [PV libre]   Ven 19 Déc - 2:47

[Voilà avec cette intervention  je crois qu'on pourra refaire un tour ou deux avec ceux qui restent ^^ sinon, on se revoit à l'event!!]

Les derniers brigyants qui restaient debout partait vers leur bateau après autant de grabuge ET avec le prince blond en otage. Celui qui le tenait était effectivement un jeune homme avec des cheveux tressé noir au teint foncé qui ressemblait à Kassim.

Dans le ciel: les 8 généraux arrivèrent enfin et entourèrent les fuyards. Ce fut Sinbad qui prit la parole:


-C'est comme vous voulez, vous pouvez prendre ce garçon avec vous, mais vous devrez avant vous battre contre nous et vu l'état où vous nous avez laissé l'île, je ne suis pas certain qu'ils voudront rire.

Quelques rebelles fuyèrent, mais celui qui tenait Alibaba, leva le ton et fusilla Sin du regard:

-Vous croyez qu'on va vous laisser nous prendre notre prince comme ça? Et puis, vous avez tant de richesses, on pet bien en piller un peu pour notre pays! Alibaba serait d'Accord avec nous...

Sinbad se doutait qu'un jour ce genre de situation arriverait. Il soupira en invitant les autres généraux à s'occuper des corps et des blessés pendant qu'ils réglaient le conflit. Il répliqua alors:

-Je comprends votre ressentiment, mais j'ai pris votre prince sous ma responsabilité pour sa survie. Jamais il ne vous abandonnerait et il travaille encore pour vous alors, laissez le tranquille et en signe de bonne foi, je vous donnerai en échange tout ce que vous voulez.

Le jeune homme hésita un moment avant de lancer:

-Tout?
-Tout, mais vous déposez le prince avant.

Le jeune homme hésita un moment et en regardant les armes de Sin et ceux des généraux, il décida de lui faire confiance et de déposer le blond au pied du roi qui le prit sur son épaule. Il s'approcha alors du rebelle et lui sourit.

-Votre requête?

Le jeune homme se pencha à l'oreille du roi qui cria:

-Vraiment? Vous êtes cherant... mais ça me va... Mais maintenant partez.dit-il plus sérieusement avant de s'approcher finalement de la foule de marchands blessés et pillés et des "héros"du jour.

Il prit encore la voix:


[color=green]-Tout le monde, veuillez nous excuser pour notre lenteur à réagir. Je crois que ces colosses avaient été mis au courant que nous n'étions pas au pays en ce moment, mais nous avons été avisés le plus rapidement qu'on a pu. Pour tous les commerçants, nous promettons de tout réparer et de vous rembourser. Pour les blessés, les médecins du palais verront à vous soigner. Quant à vous...

Il regarda les colosses fiers d'avoir leur requête et ajouta en maugréant:

-Ce que vous demandez vous attend déjà sur votre bateau, mes généraux s'en sont chargés. Pour la suite, vous recevrez une lettre à ce propos. Je ne veux plus en attendre parler pour le moment, ouste!! Et puis... ne revenez plus jamais ici où la prochaine fois je ne serai pas aussi gentil. Enfin... Quelqu'un a envie d'un verre pour se détendre? Moi j'ai soif!

Jafar soupira et tenta de calmer la grogne qui s'élevait à nouveau. Puis, les autres généraux commencèrent à ramasser les corps et à les amener à une crypte avant d'approcher les blessés.

Masrur s'approcha d'Eris, de Kolos et de Sayla et les invita à le suivre. Quant à Sin, il amenait Ali dans les vapes au palais.

Yamurai regarda Sadjia d'un drôle d'oeil en ramassant les fruits qui trainaient puis les autres généraux étaient au bateau avec "l'échange'' de ses voleurs. Mais quel était cet échange?


-Quant aux héros de ce grabuge, je vous invite à mon palais pourboire un verre avec moi. Ce sera ma récompense pour que vous ayez protégez l'île en notre absence.

Il regarda Eris et lui sourit.

-Même toi. Princesse Sadjia aussi et tous ceux qui ont aidé, quant à toi, Ali, tu peux marcher où tu veux que je te transporte encore comme une princesse? Ahaha.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://labyrinthofmagic-rpg.actifforum.com


avatar
Invité
Invité

MessageSujet: Re: Coup du destin: grabuges au marché. [PV libre]   Dim 21 Déc - 11:41

Eris se sentait mal. Affreusement, horriblement, terriblement mal. En fait il n'y avait pas de qualificatif pour décrire son état d'esprit. Elle avait honte. Honte d'elle et de sa fragilité. Elle n'était bonne à rien mise à part mettre sa vie en danger et celles des autres. Incapable de se défendre, incapable de se battre. C'est tout juste si elle n'avait pas été un fardeau lors de cette attaque. En fait non , la jeune fille avait bel et bien était un poids pour ses amis. Sans parler d'alibaba. Qu'allait donc penser son prince d'elle?

La fille du désert était à deux doigts de pleurer. Surtout quand le roi de Sindoria, qui plus est l'auteur de ses livres favoris, s'adressa directement à elle l'invitant avec d'autres à se rendre au palais:

"- Quant aux héros de ce grabuge, je vous invite à mon palais pourboire un verre avec moi. Ce sera ma récompense pour que vous ayez protégez l'île en notre absence. Même toi. Princesse Sadjia aussi et tous ceux qui ont aidé, quant à toi, Ali, tu peux marcher où tu veux que je te transporte encore comme une princesse? Ahaha."

Il y avait il eu de l'ironie dans son propos? Bien sur qu'elle ne faisait pas partie des "héros" . Elle était plutôt un "zéro". Eris piqua un phare devenant toute rouge. Elle rabattit sa capuche sur sa tête pour cacher son trouble avant de tapoter l'épaule du géant pour qu'il la pose par terre. En plus , l'ancienne voleuse devait l'avouer. Elle était très mal à l'aise avec autant de gens autour d'elle. Des personnes influentes qui plus est. La saltimbanque avait peur d'être ridicule. Enfin, plus ridicule qu'elle ne l'était déjà.

Tous qu'elle voulait c'était rejoindre alibaba et voir s'il allait bien. Et puis ensuite , l'emmener avec elle pour qu'ils rentrent à l'hotel. Enfin, elle allait enlever ses vêtements tachés de sang et les bruler. Mais pour cela il allait fallait devoir passer les officiers et s'approcher du roi Sinbad qui tenait le jeune homme. Oserait elle?

Pour Ali, elle oserait tout. Alors, sans un mot, la demoiselle prit une grande inspiration et toujours la capuche rabattue, sa tête baissée pour ne regarder personne, elle se dirigea vers le blond d'une démarche un poil hésitant. Arrivait à coter de lui, elle le regarda puis sortit un mouchoir pour lui essuyer timidement le visage recouvert d'une sorte de purée de fruit. Doucement, elle lui chuchota:

" ça va? Je suis vraiment désolée."


Eris gardait les yeux baissé sur ali pour ne pas croiser le regard de Sinbad qui l'intimidait énormément.
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Coup du destin: grabuges au marché. [PV libre]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Coup du destin: grabuges au marché. [PV libre]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Coup du Destin: la guerre? [PV libre] 2/6/1002
» Autre mauvais coup du destin !
» Coup d’État en Clé de Sol
» Petite balade au marché [Libre]
» Quand le Destin nous file un coup de pied aux fesses, on ne lui sourit pas... - Renan

Permission de ce forum:Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
MAGI RPG :: Archives-
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetSauter vers: