AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Les rencontres font la vie autant que le hasard

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


avatar
Invité
Invité

MessageSujet: Les rencontres font la vie autant que le hasard   Sam 21 Juin - 20:47



Les rencontres font

la vie autant que le hasard


"Il n'y a pas d'étrangers, seulement des amis que vous n'avez pas encore rencontré. "- Proverbe Irlandais





I
ls marchaient dans la rue, main dans la main, comme si ce geste était naturel pour eux deux. Mais Eris n'en revenait toujours pas de ce qu'elle venait de faire et de dire.


D'une par, s’épancher comme ça, sans un mensonge, sans une fuite. Cela lui ressemblait si peu. Habituellement, quand elle parlait de ses origines , l'ancienne voleuse contrefaisait la vérité ou contournait la question. Mais avec le jeune homme, c'était différent. Elle n'avait pas voulu lui mentir.
En y réfléchissant bien, la fille des sables comprit que cela était le fruit de sa confiance pour Alibaba. Une confiance aveugle et insouciante. En cherchant bien dans sa mémoire, c'était la première fois de sa vie que la gamine l'accordait à ce point à quelqu'un. Même Scipion et Ilias ne l'avaient pas eu totalement.
Intérieurement, l'adolescente avait donc beaucoup changé. Et une partie du crédit revenait à son compagnon.


D'autre part, c'était son tendre élan pour le garçon lui même qui la laissait sans voix. Et surtout que le prince y ait répondu positivement. Il lui avait même dit qu'il l'aimait.


À cette pensée la demoiselle recommença à rougir serrant un peu plus fort la main du blondinet.


Mais bon, après ces instants hors du temps, les trivialités de la vie reprenaient le dessus. Alibaba avait avoué à l'adolescente qu'il avait faim. La demoiselle s'aperçut avec surprise qu'elle aussi. Elle était tellement affamée qu'elle aurait pu engloutir un jardin potager entier. Et il lui serait même rester de la place pour un verger.


Alors ils c'étaient mis à la recherche d'un restaurant. Mais avec la pluie, ils avaient tous été pris d'assaut. C'était le troisième qui leur refusait l'entrée.
Bien qu'amoureuse, Eris restait Eris. Et que serait notre héroïne sans son franc parlé ? Quand le serveur lui dit que c'était pas possible pour eux de rester, qu'il n'y avait plus de place, la fille aux yeux verts désigna une table et avec son aplomb habituel lui fit remarquer :


« Et là ? Je vois deux places de libre ? Ne pourrions nous pas les avoir ? »


le brave garçon de café parut gêné :


« Mais... il y a déjà une dame. »


la voyageuse lui sourit :


«  Dans mon pays on dit que dans les auberges il n'y a pas d'inconnus que des amis en devenir. Je vais lui demander si ça la gêne que nous mangions avec elle et nous ferrons connaissance. »


Sans attendre son accord, ni même celui d'alibaba, Eris passa sous le bras du serveur et fila vers la table. La demoiselle qui y mangeait été une jolie personne à la longue chevelure bleue et aux yeux océan. Toujours souriante, la saltimbanque tapota les deux dossiers de chaise en face d'elle :


« Excusez moi... ça vous dérange si on vous emprunte ceci ? Il n'y a plus de place ailleurs... et on aimerait bien manger.»
Crédit: Neko-chan in Never Utopia


Dernière édition par Eris Personne le Dim 20 Juil - 20:44, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas

conquérant de donjon

۞ 1ère apparition : 03/06/2013

۞ Rukhs : 384

۞ Localisation : Québec

avatar
Alibaba Saluja
conquérant de donjon

MessageSujet: Re: Les rencontres font la vie autant que le hasard   Mar 24 Juin - 22:08

Spoiler:
 

i]Heu… qu’est-ce qu’elle faisait là? Je sais bien que j’avais l’air d’un mort-vivant qui avait absolument besoin de manger un truc sinon j’allais me décomposer, mais de là à faire tout un tapage. Je soupirai, cette demoiselle ne cessait e me surprendre. Sa manière d’agir et de réagir était à couper le souffle. À ce moment, je me revisualisai la petite Eris en train de faire face à la caravane des briguant pour leur demander de l’amener… Oui ça devait s’être passé un peu comme ça. Ah, quel caractère, vraiment. Mon soupir se transforma en éclat de rire. Le serveur me lança un regard noir m’incitant à arranger la situation si je ne voulais pas finir avec un coup de pied bien placé pour me faire quitter les lieux.[/i]

Eri-chan:
 

Ça l’avait le bénéfice d’être… une tentative de politesse. Je m’avançai avant qu’il y ait des problèmes et je tapotai l’épaule d’Eris, un sourire gêné sur les lèvres. Je murmurai à son oreille :

-Ici à Sindoria, en général, on s’arrange pour garder une certaine forme d’harmonie, vois-tu et…

Je souris niaisement en regardant la femme à l’autre bout de la table et j'ai été la voir pour me pencher et dire :

-Nous sommes des jeunes perdus et affamés.. je crois que nous manquons un peu d’éducation toutefois, nous avons de quoi payer, donc si vous nous permettez de nous installer ici, nous pourrons même vous donner un peu d’argent.

Mon ventre grogna à cet instant et mon visage pâlit à nouveau. Je dus m’asseoir sur une chaise non loin de la dame et d’Eris à cause d’un étourdissement. Je déposai ma tête sur la table et gémis :

-Ok j’abandonne, c’est bon, Eris, t’as raison, j’en peux plus, j’ai faim…

Le serveur non loin de nous était plus que découragé et s’approcha en nous prenant par le collet de notre chandail :

-Je ne nourris généralement pas des gens aussi effrontés… mais vu que vous avez de l’argent, si la demoiselle le veut bien, je peux bien faire une exception, mais par pitié, tenez-vous la prochaine fois, sales gakis èé.

C’est alors qu’en me brassant un peu, ma dague tomba de ma tunique et… fut rattrapée par ce serveur qui mit soudainement un genou par terre :

-Mon prince… comment ai-je pu vous prendre pour un simple gamin? Excusez-moi... ne dites rien au roi, il ne me le pardonnerait pas.

Je relevai la tête qui était rouge comme une tomate… Pas ce genre de scène devant Eris. Je soupirai:

-Écoutez, amenez nous de la nourriture, et tout ira bien et arrêtez moi ces manières, je suis un homme comme les autres voyons!

Puis, je sortis ma bourse pour placer un peu d’argent devant la dame qui avait été dérangée et en glissa dans la main du serveur qui fit une autre courbette et partit en cuisine rapidement, argent et… dague en main, l’air plus jovial. Je criai alors :

-Et s’il vous plaît, ramenez-moi ma dague, han! èé

L’homme revint, l’air gêné et me la rendit avant de dire :

-Faites attention, mon prince, il y a des tas de voleurs dans le coin qui payeraient cher pour votre tête et votre dague…

Ce commentaire, en présence d’Eris, me faisait bouillonner. J’entrai alors ma lame dans la table juste à côté du bras du serveur qui déglutit :

-Les voleurs sont des humains comme vous et moi… ils ont seulement eu moins de chances et se sont ramassés dans une situation difficile. Ne jugez pas ce que vous ne connaissez pas, monsieur, m’aie-je bien fait comprendre?

Mes yeux bleus brillaient d’une flamme de colère difficilement contrôlée. Je repris ma dague que je rangeai. Puis, je me retournai vers Eris et je frottai ma tête :

-Ça va aller? Je ne veux pas que tu crois que… et bien… que je suis comme cet homme et puis… sache que je suis un homme bien normal, ne te sens honteuse de rien et pardonne-moi pour ma réaction tout à l’heure… tu as bien fait de tenir tête à ce serveur.

Je donnai un léger baiser sur les lèvres de la demoiselle avant de dévier le regard, gêné.[/i]



Merci Hilel pour tous ces beaux graphs !!!


Dernière édition par Alibaba Saluja le Mer 25 Juin - 12:42, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


۞ 1ère apparition : 14/06/2014

۞ Rukhs : 294

۞ Rukh rose : Hakuryuu Ren

۞ Localisation : Reim

avatar
Naya
CITOYEN

MessageSujet: Re: Les rencontres font la vie autant que le hasard   Mar 24 Juin - 23:36

Une rencontre
FEAT. ERIS - ALIBABA
Naya avait été surprise par la pluie, et s'était réfugiée sous un morceau de bois qui n'avait pas tenu longtemps, alors qu'elle courait dans les rues la voyageuse s'arrêta dans sa course à cause d'un horrible bruit provenant de son estomac, il fallait dire qu'elle n'avait pas mangé depuis longtemps, à vrai dire depuis son arrivée à Sindoria il y a deux jours. Elle aurait volontiers mangé si elle avait l'argent, mais quand on se remet d'un enlèvement c'est difficile. Sur le bateau elle avait pu se nourrir de ce qu'il restait de l'alimentation de l'équipage et de quelques poisons, mais ici il n'y avait rien de gratuit. La demoiselle soupira, elle avait froid et fin, mais refusait de vendre son corps, alors elle resta debout sous la pluie et se mit à chanter pour passer le temps. À sa grande surprise une femme passa devant elle, et impressionée face à une si belle voix, lui donna quelques pièces. La jeune fille ne put s'empêcher de danser de joie en recevant ce petit présent, ce n'était pas grand chose, mais ça lui suffirait pour manger, au moins le nécesaire pour tenir en tout cas. C'est dans la plus grande des joies que l'adolescente se réfugia dans un restaurant, heureusement pour elle, il ne restait plus qu'une seule table.


Elle s'y installa donc et demanda au serveur ce qu'il avait de moins cher, l'homme prit les pièces et lui ramena de quoi manger, il y avait de l'eau et juste ce qu'il fallait de nourriture, la demoiselle ferma les yeux, remerciant le ciel de lui avoir permis de manger. Alors qu'elle manger deux personnes tentèrent de rentrer dans le restaurant mais leur serveur leur expliqua qu'il n'y avait plus de places mais sans qu'il n'ait pu les renvoyer la jeune fille qui se trouvait avec le garçon passa sous le bras de l'homme et rejoignit Naya, lui demandant si ça ne la dérangeait pas qu'ils mangent sur la même table. La Tran n'eût pas le temps de répondre que le jeune homme qui l'accompagnait arriva à la table, disant à la demoiselle aux cheveux bleus qu'ils étaient affamés et prêt à payer. La demoiselle sourit quand le serveur arriva, furieux, après avoir le garçon s'asseoir sur une chaise.


" Je ne nourris généralement pas des gens aussi effrontés... mais vu que vous avez de l'argent, si la demoiselle le veut bien, je peux bien faire une exception, mais par pitié, tenez-vous la prochaine fois, sales gakis. "


Et sans qu'elle eût le temps de voir pourquoi, le serveur s'agenouilla face à l'inconnu. Naya fit de grands yeux... Un prince ?! C'était au tour de la voyageuse d'être gêné, finalement le blond soupira et demanda au serveur d'apporter de quoi manger, lui donnant une bourde et en profitant aussi pour poser de l'argent face à la Tran. La demoiselle ne savait plus quoi faire, une partie d'elle refusait cet argent, pourtant... Elle en avait besoin, pour pouvoir manger et dormir à l'abri de la pluie.


" J... Je ne peux pas accepter, mais je vous remercie de tout mon cœur. Et il n'y a aucun souci, vous pouvez manger, à vrai dire vous n'avez même pas besoin de me demander. "


Le serveur commençait à partir quand le jeune prince l'interpella, il avait apparemment pris sa dague. L'homme se retourna assez gêner et déposa la dague, Naya était impressionnée par la beauté de la lame, c'était un vrai travail d'artiste ! Puis le serveur parla de voleur ce qui énerva le blond qui prit soudain un tout autre regard. Il rangea finalement son arme et se frotta la tête avant d'embrasser la demoiselle aux cheveux bruns. Naya rougit et détourna le regard.


" Euh... Vous voulez peut-être que je vous laisse. Je ne voudrais pas déranger.  "
codage par Junnie sur apple-spring


Dernière édition par Naya le Ven 27 Juin - 14:28, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Invité
Invité

MessageSujet: Re: Les rencontres font la vie autant que le hasard   Ven 27 Juin - 12:55









L
a jeune fille continuait à sourire à l’inconnue aux yeux bleus quand alibaba lui saisit l’épaule l’air horriblement gêné :


«-Ici à Sindoria, en général, on s’arrange pour garder une certaine forme d’harmonie, vois-tu et… »

Eris ne comprenait pas où était le problème de demander à quelqu'un si ça le dérangeait de partager la table avec eux. Au contraire, c’était faire montre de civilités. Elle allait répondre à son ami, mais celui-ci continua à parler, cette fois en s’adressant directement à  la personne assise :

« -Nous sommes des jeunes perdus et affamés... je crois que nous manquons un peu d’éducation toutefois, nous avons de quoi payer, donc si vous nous permettez de nous installer ici, nous pourrons même vous donner un peu d’argent. »


Nouvelle surprise pour la fille des sables. Quoi ? Les gens de la ville payaient pour s’asseoir ? Mais quelle drôle d’idée… les marchands avaient bien raison d’en profiter. C’est à se demander si un jour, on  n’arriverait pas à devoir monnayer l’air qu’on respire.

« J... Je ne peux pas accepter, mais je vous remercie de tout mon cœur. Et il n'y a aucun souci, vous pouvez manger, à vrai dire vous n'avez même pas besoin de me demander. »


Le sourire d’Eris s’agrandit. Elle était tout à fait d’accord avec la demoiselle.

C’est à ce moment-là que le ventre d’Alibaba exprima violemment sa faim. La fille aux yeux verts éclata de rire et tapota l’épaule de son compagnon tandis qu’il s’avachissait sur la table.

« -Ok j’abandonne, c’est bon, Eris, t’as raison, j’en peux plus, j’ai faim… »


« Mon pauvre… tu es pire que moi… point de vue respect des bonnes maniéres, je crois que toute notre éducation est à refaire. Mais bon, comme on dit par chez nous :  le ventre à ses raisons que la raison ignore. »


Eris riat de nouveau.

Soudain une main d’homme la saisit par le col de sa cape. Le serveur revenait à l’assaut.

« -Je ne nourris généralement pas des gens aussi effrontés… mais vu que vous avez de l’argent, si la demoiselle le veut bien, je peux bien faire une exception, mais par pitié, tenez-vous la prochaine fois, sales gakis èé. »


La belle humeur de l’ancienne voleuse s’envola. Elle ne savait pas ce qu’étais un gaki, mais ça ne devait pas être un compliment. La demoiselle se dégagea sèchement. Elle n’aimait pas être insultée, surtout quand elle n'avait rien fait de mal. Sur le point d'exprimer sa façon de penser à énergumène, elle fut interrompu par un bruit métallique. La dague d'alibaba venait de tomber sur le sol.

Tandis que le serveur comprenait qu’il avait à faire au prince de Balbadd ( par tous les vents du désert, il était si connu que cela son cher blondinet?) , la saltimbanque s’éloigna d’eux pour aller s’asseoir sur une chaise en face de la demoiselle aux cheveux bleus. Elle lui dit d’un ton contrit mais aimable :


« Excusez-nous pour le dérangement. Sincèrement. Si on vous gêne vraiment, on partira. C’est juste que je n’ai pas l’habitude de faire tant de manière avec les gens. Je ne vois pas où est le mal de partager un coin de table…»


La petite phrase du serveur arriva alors  jusqu’aux oreilles de l’adolescente ainsi que la réponse du jeune homme.


« -Faites attention, mon prince, il y a des tas de voleurs dans le coin qui payeraient cher pour votre tête et votre dague…
-Les voleurs sont des humains comme vous et moi… ils ont seulement eu moins de chances et se sont ramassés dans une situation difficile. Ne jugez pas ce que vous ne connaissez pas, monsieur, m’aie-je bien fait comprendre? »

Eris sourit en secouant la tête. Alibaba était si impétueux.  Elle se tourna vers lui juste au moment où il l’embrassa en lui disant :

« -Ça va aller? Je ne veux pas que tu crois que… et bien… que je suis comme cet homme et puis… sache que je suis un homme bien normal, ne te sens honteuse de rien et pardonne-moi pour ma réaction tout à l’heure… tu as bien fait de tenir tête à ce serveur. »

En contact des lèvres du blondinet, la saltimbanque rougit. Les baisers en publics la gênaient un peu, mais que c’était agréable. Alors, elle prit doucement la main de son prince et le rassura avec tendresse :

«  - Ce serveur a raison de te prévenir. Tu sais te montrer insouciant. Alors, ne lui en veut pas , s'il te plaît... Il ne pensait pas à mal. Calme-toi.  Tout va bien. »

C’est alors que notre héroïne se rendit compte que la 3ém personne assise autour de la table avait rougit.

« Euh... Vous voulez peut-être que je vous laisse. Je ne voudrais pas déranger. »


Eris  lâcha la main d’alibaba et s'éloigna de lui, rougissante à son tour :

« - Non, non. C'est nous. Excusez nous, nous pour cette scène. »

Puis , pour changer de sujet de conversation,  elle se présenta :

«   Je m’appelle. Eris et comme mon ami vous a dit tout à l’heure, nous sommes des voyageurs. »

La fille des sables laissa son compagnon se présenter avant de poursuivre, ses yeux verts brillants de curiosité :

« - Vous n’êtes pas d’ici je me trompe ? Vos vêtements me sont inconnus. D’où venez-vous? C'est loin?  et vos marques sur le visage ... ça a une signification particulière? En tout cas , c'est très jolis sur vous, ça vous va très bien.»

La baladin aimait bien discuter avec les gens originaires d’autres cultures et d’autres lieux. Elle se montrait toujours très curieuse sur leurs coutumes et leurs manières de vivre. Quitte des fois à être indiscrète.

Avant qu’elle ne noie son interlocutrice sous un flot de question ininterrompu, le serveur revint pour prendre leur commande. Affamée comme ce n’était pas possible, la jeune fille demanda des légumes sautés, puis dès qu’elle fut servie, elle commença à manger avec enthousiasme tout en discutant avec la demoiselle à la chevelure bleu.
Crédit: Neko-chan in Never Utopia


Dernière édition par Eris Personne le Dim 20 Juil - 20:45, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

conquérant de donjon

۞ 1ère apparition : 03/06/2013

۞ Rukhs : 384

۞ Localisation : Québec

avatar
Alibaba Saluja
conquérant de donjon

MessageSujet: Re: Les rencontres font la vie autant que le hasard   Sam 28 Juin - 17:32

Un sourire radieux, un sourire angélique tout simplement… Comment pouvais rester dans cet état de panique en voyant avec quelle bonne humeur et gentillesse cette adolescente aux yeux émeraude prenait les choses en ce moment? Sa simplicité était charmante..

Eris:
 

Je relevai la tête quelque peu de la table et je ris jaune un peu au sarcasme de la demoiselle châtaigne aux yeux perçants : elle avait donc bien été dérangée par mon commentaire mensonger qui servait, à la base, à régler cette situation embarrassante et se « vengeait » en lançant ce genre d’humour. Ce n’était rien de méchant, je ne pouvais lui en vouloir. Je soupirai, découragé par toute cette scène qui prenait véritablement de l’ampleur… pour rien.

Naya:
 
Eris:
 

Avec tout ça, j’avais fini par en oublier la femme aux cheveux bleus qui avaient repoussé mon argent et qui semblait avoir été un peu dérangée par mon baiser sur les lèvres d’Eris. La pauvre… même si elle disait que nous étions les bienvenus, on était envahissant avec tout ce qui se passait. Je ne savais trop quoi dire étant donné qu’Eris semblait avoir pris la situation en main du côté de la femme pendant que je « réglais » la situation vinaigrée avec le serveur arrogant.

D’ailleurs, pour ce qui était de ce baiser, il semblait un peu avoir gêné Eris aussi… Je prenais note de faire attention à ce genre de tendresse en public : d’ailleurs c’était dans leur intérêt si je ne voulais pas que cette histoire s’ébruite aux oreilles de Sinbad SURTOUT que ce serveur semblait, en vérité, bien le connaître.

Qui était-il exactement?


Eris:
 

Comment pouvait-elle déjà me dire que j’étais insouciant alors que nous nous connaissions à peine? Et puis, je venais de prendre sa défense, ne devait-elle pas plutôt me remercier? Enfin, j’aurais dû être content que cette situation s’arrange pour le mieux, que ma petite–amie n’en fasse pas tout un plat, mais je ne sais pas pourquoi, au fond de moi, mon orgueil avait été touché…

J’avais envie de me renfrogner sur moi-même, mais au lieu de ça, je forçai un sourire et lui caressai la main :


-Bien content que tu te sentes bien. Mangeons alors!dis-je alors que je poussais l’argent que j’avais laissé pour la femme aux cheveux bleuté de nouveau devant elle en insistant :
-J’insiste, gardez cet argent, mademoiselle.

Je plantai ainsi mon regard doré dans celui turquoise profond de la femme, l’air de dire « un cadeau, c’est un cadeau uu'' » Il fallait avouer qu’avec la faim et toute cette histoire… j’étais devenu un peu bougon.

Puis, Eris s’éloigna, pour continuer de les excuser et tout… J’allais les laisser parler un peu ensemble entre filles… tiens. J’avais l’impression qu’à chaque fois que je parlais, je ne faisais qu’envenimer cette histoire qui, comme me le rappelait Eris, n’était pas si grave que ça, c’est moi qui avais pris les nerfs, ayant peur que l’adolescente se sente diminuer par rapport à mon supposé titre, mais j’étais rassuré de voir qu’il n'en était rien: cette étoile était trop pure pour s’en faire pour si peu…


Eris:
 

J’avais la tête ailleurs, complètement perdu dans mes pensées quand j’entendis Eris se présenter et, voyant le silence qui s’insinuait, j’imaginais que je devais faire de même. Je lançai alors, relevant un peu la tête vers cette femme :

-Heu… oui oui, nous sommes des voyageurs. Je m’appelle Alibaba, mais vous pouvez m’appeler Ali.

Cette excuse n’était plus trop crédible en vue de la scène qui venait de se produire et qui trahissait mon identité, mais qu’importe… je devais manger et vite sinon j’allais bien finir par défaillir. Je précipitais donc les choses: ne donnant pas de manière idiote mon nom de famille. C’était déjà un peu compliqué tout ça, il ne fallait pas en ajouter.

Eris:
 

Maintenant qu’elle en parlait, c’est vrai que cette femme avait des signes bien particuliers sur le visage, mais je n’étais pas certain que demandé de cette manière, elle allait être très bavarde sur ses origines bien que… à ce que j’avais pu constater, Eris semblait très bien se débrouiller alors, je préférai commander un bon curry et, après l’avoir reçu, je le dévorai avec appétit tout en continuant d’écouter la conversation des deux demoiselles. Je finirais sans doute par en apprendre sur la femme aux cheveux bleus : après tout, ce n’était sans doute pas par hasard qu’ils s’étaient tous les trois rencontrés ici.

-Ah manger fait vraiment du bien!!lançais-je d’une voix claironnante.

Et quand je dis avec appétit, je mangeais rapidement et de manière un peu sauvage : il n’y avait aucune manière princière dans cet acte… ça non, mais je m’en fichais bien… manger était si fantastique quand on était affamé *w*.


*Du calme, il faut que j’écoute aussi. Je suis hâtif de savoir qui est cette mystérieuse femme.

Repu, j’observais l'échange entre les deux femmes aller à un bon train pendant que je digérais mon repas…



Merci Hilel pour tous ces beaux graphs !!!


Dernière édition par Alibaba Saluja le Mer 9 Juil - 17:03, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


۞ 1ère apparition : 14/06/2014

۞ Rukhs : 294

۞ Rukh rose : Hakuryuu Ren

۞ Localisation : Reim

avatar
Naya
CITOYEN

MessageSujet: Re: Les rencontres font la vie autant que le hasard   Dim 29 Juin - 20:10

L'appel de la curiosité
FEAT. ERIS - ALIBABA
La jeune fille s'appelait Eris, c'était une personne souriante et qui avait l'air des plus chaleureuse, ce que ravissait la voyageuse aux cheveux bleus. Le commentaire de la brune face à son camarade ne put s'empêcher de faire rire la Tran qui tenta d'ailleurs de dissimuler son rire de peur de gêner. " Le ventre à ses raisons que la raison ignore " voilà une phrase tout à fait exacte et bien placé. Eris s'installa face à Naya, s'excusant une nouvelle fois du dérangement, Naya lui fit comprendre qu'il n'y avait aucun problème, et puis c'est beaucoup plus vivant de manger à plusieurs sur la même table, d'autant plus que cela permettrait à la jeune exploratrice de faire de nouvelles connaissances qui à premières vue semblaient forts sympathiques. Après une conversation entre les deux nouveaux arrivants suite au départ du serveur le jeune homme blond insista pour donner cet argent refusé plutôt.

" Je vous remercie... Vraiment ! Mais je n'ai aucune raison de l'accepter. Et puis c'est l'attention qui compte, alors merci. "

Pourquoi devrait-elle accepter ? Elle n'a rien fait et puis il n'avait aucune bonne raison de lui donner cet argent. Naya lui rendit donc son argent avec un grand sourire. Finalement les deux jeunes gens s'embrassèrent sous les yeux de la nomade, ce n'était pas que surprendre les tourtereaux en train de s'embrasser était gênant, non, ce qui l'était en revanche, c'était les déranger alors qu'ils avaient probablement envie de rester tous les deux. La demoiselle à la chevelure courte sembla assez gênée par le dire de la personne en face d'elle, après s'être de nouveau excuser elle se présenta.

" J'ai déjà entendu votre ami prononcer votre nom. Enchantée Eris, je m'appelle Naya. "

Le garçon qui avait entendu sa compagne se présenter fit de même, alors comme ça ce prince s'appelait Alibaba ? C'était un charmant prénom, Naya sourit aux deux adolescents, cette soirée qui avait commençait d'une façon pas très agréable... La jeune fille avait maintenant l'impression qu'elle s'apprêtait à passer un très bon moment. Alors qu'elle songeait à tout ça Eris attira son intention en lui posant un certain nombre de questions sur ses signes ainsi que ses vêtements. Naya se frotta la tête, décidément elle n'était pas forte en matière de discrétion. La Tran rougit un peu puis laissa s'échapper un sourire amusé en voyant Alibaba manger, même elle savait se montrer plus raffinée avec la nourriture.
L'adolescente sentait que les deux étaient curieux de connaître sa culture. La demoiselle soupira, elle doutait qu'il connaisse l'existence d'une telle tribu. Quoi que si Alibaba était vraiment prince il était fort possible qu'il ai déjà entendu parler de son peuple.

" Je ne pensais pas que ça se voyait tant que ça, en effet je ne suis pas d'ici. Je viens d'un peuple particulier qui vit loin de Sindoria, loin de tout d'ailleurs... "

Elle ne savait pas vraiment quoi dire, d'autant plus que son langage n'était pas parfait. Elle prit un court instant de silence pour réfléchir à ses paroles, leur donner un sens et tenter de se faire comprendre.

" Ces marques sont portées par tous les habitants de Tran, peut être Alibaba en as tu déjà entendu parler. Il s'agit de la langue écrite dans les donjons... Je peux vous parler car j'ai longtemps appris votre langue, sinon il me serait impossible de voyager. "
codage par Junnie sur apple-spring
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Invité
Invité

MessageSujet: Re: Les rencontres font la vie autant que le hasard   Mer 9 Juil - 11:32









E
ris mangea calmement en machant lentement comme elle en avait l'habitude. Sa retenue face à la nourriture n'était pas due à une absence d'appétit, bien au contraire, la fille des sables mourrait de faim. Ce qui semblait être la marque d'une excellente éducation était en fait due à une habitude prise dans le désert où la nourriture était si rare qu'il fallait en savourer chaque morceau afin d'être rassasier au plus vite.

Pendant qu'elle mangeait , l'adolescente écoutat avec attention , les propos de la jeune fille aux cheveux bleus:

Je ne pensais pas que ça se voyait tant que ça, en effet je ne suis pas d'ici. Je viens d'un peuple particulier qui vit loin de Sindoria, loin de tout d'ailleurs... Ces marques sont portées par tous les habitants de Tran, peut être Alibaba en as tu déjà entendu parler. Il s'agit de la langue écrite dans les donjons... Je peux vous parler car j'ai longtemps appris votre langue, sinon il me serait impossible de voyager .”

Eris fut fort surprise. Elle regarda son interlocutrice suspendant son geste:

Je pensais que tous les peuples avaient la mêmes langues. J'ai rencontré des gens venant de tous horizons et j'ai moi même voyagé dans de nombreux pays sans avoir de problémes de langues. “

La Saltimbanque avait les yeux qui brillaient comme des étoiles:

“C'est passionnant.

Elle se mit à réfléchir à voix haute:

Maintenant que tu le dis , il y avait des symboles bizarres sur certaines parois du donjon d'andromalius. C'était donc le fruit d'une autre langue... cela ouvre pleins de possibilités! Tu étais au courant ali?

Puis la fille des sables continua en regardant Naya avec un sourire chaleureux :

Cela doit vraiment te faire bizarre de ne pas parler ta langue natale et d'être si loin de ta famille. Tu connais du monde par ici?  

Crédit: Neko-chan in Never Utopia


Dernière édition par Eris Personne le Dim 20 Juil - 20:50, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas

conquérant de donjon

۞ 1ère apparition : 03/06/2013

۞ Rukhs : 384

۞ Localisation : Québec

avatar
Alibaba Saluja
conquérant de donjon

MessageSujet: Re: Les rencontres font la vie autant que le hasard   Jeu 10 Juil - 5:26

Spoiler:
 

-C’est bon, j’ai compris, vous n’aimez pas les cadeaux de ce genre.dis-je en rangeant mon argent dans ma bourse, mais j’avais un sourire douteux au coin des lèvres qui laissait entendre que je ne lâcherais pas le morceau aussi facilement: ah ça non! On était gentleman ou on ne l’était pas. *toussote*

Même si j’avais fini de manger à la vitesse de l’éclair, je continuais de siroter mon breuvage et puis, comme la demoiselle ne voulait pas de mon argent, je l’obligerais à accepter d’une manière plus indirecte : je commandai alors un énorme assiette de cake au chocolat que je fis partager en trois assiettes pour chacun des convives de cette table. Le sourire aux lèvres, je commençai à grignoter ma part en clamant joyeusement :


-Bon appétit, mesdames!

Je fis alors un clin d’œil à Naya, puis but une nouvelle gorgée de ma boisson. C’est alors que l’inconnue expliqua enfin l’origine de ses tâches sur son front, n’ayant probablement pas encore remarqué ce que je venais de poser comme geste, sans doute trop concentré par son discours :

Naya:
 

À l’entente de cette révélation, je m’étouffai avec ma tranche de cake. Je dus boire un peu de mon breuvage et m’essuyai la bouche un peu sale avant de répondre :

- La langue ancienne… des Tran vous dites heuuuu.. o… oui j’en ai vu sur les murs du Donjon que j’ai nettoyé et… et bien je sais que celui qui nettoyait le donjon en même temps que moi m’en a parlé… mais je ne connais pas grand-chose à cette langue, désolé, mais je suis vraiment intéresse à en savoir plus.

J’avais les yeux brillants. Depuis cette rencontre, c’était la première fois que j’avais l’air intéressé par ce qui se passait réellement autour de cette table : c’était plutôt bon signe, non? Je me sentais d’ailleurs moins bougon parce que j’avais enfin le ventre plein.

Quant à Eris, elle semblait fort calme, mangeant soigneusement: entre elle et moi, on aurait presque cru que c’était elle la princesse ; mais j’avais vraiment des manières… grossières à table, ah là là… En tout cas, je restai attentif à la suite du discours de cette Tran et aux questions plutôt mignonnes de ma belle Eri-chan… Questions qui me faisaient sourire par leur simplicité : elle était vraiment adorable! Enfin, ce n’était pas le moment de s’attendrir, rester attentif était primordial!

Enfin, outre les questions plutôt simplistes de ma petite-copine, un de ses commentaires me mit la puce à l’oreille :


Eris:
 

Quoi?!? Eris a vraiment nettoyé un Donjon!?!? Ça fait quelques mois qu’on traîne ensemble et je ne le savais pas encore. J’ai l’air surpris, très surpris et je m’exclamai alors, malgré mes tentatives d’avoir l’air sérieux et subtile (ne répondant pas vraiment à la question d’Eris) :

-Tu as un Djiin toi aussi, Eris!! Tu as vraiment nettoyé un Donjon et.. et tu ne m’as rien dit? Et moi qui croyais te faire une surprise en te faisant visiter un Donjon en ma compagnie…

Sans m’en rendre compte, je m’étais levé et… tout le monde avait arrêté de parler et me regardait d’un regard étrange. Je me frottai alors la nuque et me penchai pour m’excuser devant les gens en disant :

-Hum… enfin ce restaurant est fabuleux, vraiment fabuleux, la nourriture est délicieuse! Excusez-moi pour tout ça et bon appétit.

Je me rassis, les yeux rivés sur mon cake que j’émiettai dans mon assiette, l’air gêné par mon emportement soudain. Un peu boudeur par cette cachoterie de la part de l’adolescente au regard émeraude, je croisai les bras et déviai le regard.



Merci Hilel pour tous ces beaux graphs !!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


۞ 1ère apparition : 14/06/2014

۞ Rukhs : 294

۞ Rukh rose : Hakuryuu Ren

۞ Localisation : Reim

avatar
Naya
CITOYEN

MessageSujet: Re: Les rencontres font la vie autant que le hasard   Ven 8 Aoû - 1:02

Le Tran
FEAT. ERIS - ALIBABA
Eris sembla surprise face aux paroles de Naya, elle disait avoir énormément voyagée et n'avoir jamais rencontré quelconque problème de langue, mais la jeune fille, en plus d'être étonnée, semblait également intéressée et impressionnée. Il en était de même pour Alibaba, qui en avala de travers son cake, le jeune prince disait ne pas savoir grand chose sur cette langue, mais être intéressé. Naya sourit en voyant que son histoire les intéressaient, de plus, tous deux lui était d'une forte agréable compagnie et elle voulait en profiter le plus longtemps possible. La Tran comprenait ce comportement, et elle aurait sûrement agis de la même façon à leurs places, découvrir une langue, une culture différente de la sienne, il n'y avait rien de plus passionnant. Puis, comme pour méditer sur les paroles de la demoiselle aux cheveux bleus, Eris se souvint d'une langue étrange écrite dans le donjon du Djinn Andromalius.

À cette remarque Alibaba se leva brutalement de table, il ne savait absolument pas que sa compagne avait un Djinn, ça devait lui faire un choc. Voyant qu'il était devenu le centre d'attention du restaurant le jeune homme se calma et s'assit à sa place, l'air un peu boudeur vis-à-vis d'Eris. Naya laissa s'échapper un petit sourire, à la fois amusée et gênée pour ce pauvre Alibaba. Puis elle regarda de nouveau Eris.

" En effet c'est assez étrange mais on s'y habitue, et non je ne connais personne. Je suis une vagabonde, vivant grâce à mes chants et mes danses et voyageant où mes envies me mènent. "

Naya était ce que l'on pouvait appeler une fille libre, si elle voulait quelque chose, elle se donnait tous les moyens possibles pour y arriver. Ainsi elle voyageait librement, étudiant chaque jour le monde si passionnant qui l'entourait.

Elle sourit ensuite à Alibaba, lui tapotant gentiment l'épaule avant de se retourner vers Eris.


" Tu ne lui avais pas dit ? En tout cas Alibaba c'est une belle surprise. "


En y pensant Naya se disait qu'elle aussi, un jour, pourrait rentrer dans un donjon. Ces grandes tours l'avaient, depuis toujours, impressionnée. Petite déjà la Tran rêvait d'y mettre les pieds, on lui avait dit qu'elle descendait du peuple du roi Solomon, de cette façon un donjon faisait un peu partie de son histoire. De plus, elle avait passée un grand nombre d'années à comprendre les donjons. Aujourd'hui, c'était une personne experte en la matière, les connaissant comme si elle y avait déjà vécu.
codage par Junnie sur apple-spring
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Invité
Invité

MessageSujet: Re: Les rencontres font la vie autant que le hasard   Sam 9 Aoû - 13:22

Eris goutta le cake au chocolat avec curiosité. C'était la première fois de sa vie qu'elle mangeait ce genre d'aliment. Mais à la première bouchée , ses yeux se remplirent d'étoiles. C'était trop bon ! La jeune fille des sables rougit de plaisir, portant sa main à sa joue en souriant comme une enfant. Quel régale sans nom !

Elle était tellement enthousiasme que malgré le fait qu'elle n'est plus très faim, la saltimbanque dévora sa part, savourant chaque bouchées avec un bonheur sans nom. Elle venait juste de finir quand alibaba commença à crier :

« -Tu as un Djiin toi aussi, Eris!! Tu as vraiment nettoyé un Donjon et.. et tu ne m’as rien dit? Et moi qui croyais te faire une surprise en te faisant visiter un Donjon en ma compagnie… »


Sa compagne le regarda s'excuser puis se rasseoir avant de bouder dans son coin. On pouvait lire a surprise dans ses prunelles vertes.

« - J'aurai du te le dire ? »

Naya intervint alors :


" Tu ne lui avais pas dit ? En tout cas Alibaba c'est une belle surprise. "


De plus en plus perplexe Eris secoua la tête :

«  Et bien non, je ne lui ai pas dit. J'en ai pas eu l'occasion. Et puis, je ne le cache pas... »


La jeune fille leva sa main gauche, dont le pouce était orné d'un anneau sur lequel apparaissait clairement le sceau des djinns. Elle regarda son prince l'air inquiète :

«  Je n'ai pas voulu te le cacher. Je pensais que tu l'avais vu. Comme moi j'avais vu pour la lame de ton poignard. Pour moi, comme t devais l'avoir vu, si tu ne me posais pas de question, c'est que c'était un détail. Je suis désolée Ali. Tu me pardonnes ? »

Ses yeux étaient suppliant et on voyait bien qu'elle était navrée.

  «Et puis tu sais, cette exploration de donjon... j'en garde pas un très bon souvenir. Ça a été plutôt éprouvant. Je me suis retrouvée dans ce labyrinthe un peu par hasard , ne sachant pas vraiment où j'étais tombé. Et Andromalius est un djinn plutôt... caractériel. J'ai bien failli me faire tuer une bonne centaine de fois. Et rester toute seule durant un mois dans ce type d'endroit... c'est... enfin bref. Tout ça fait que j'aime pas trop en parler. »

puis elle hausse les épaules :

«  De toute façon, c'est pas si extraordinaire que ça... si ? »


Eris se rendit alors compte qu'elle ne savait quasiment rien sur les djinns et les donjons. Mise à part ce que ce vieux serpent d'Andromalius avait pu lui dire ( ce qui se résumait surtout à l'engueuler parce qu'elle était une voleuse, à lui faire une démonstration de ses pouvoirs -sur la demoiselle de préférence - , et à râler parce qu'il aurait préféré un autre conquérant, le tout pimenté de propos sybilliques à propos du destin , des rois et d'un tas d'autre truc incompréhensible) , la fille des sables n'avait pas les éléments pour comprendre que le fait n'était pas si anodin que ça.

C'est pourquoi elle observait ses compagnon avec inquiétude pour essayer de comprendre ce qui n'allait pas.
Revenir en haut Aller en bas

conquérant de donjon

۞ 1ère apparition : 03/06/2013

۞ Rukhs : 384

۞ Localisation : Québec

avatar
Alibaba Saluja
conquérant de donjon

MessageSujet: Re: Les rencontres font la vie autant que le hasard   Jeu 14 Aoû - 6:50

[HRP: J'espère que cette réponse vous plaira ^^ D'ailleurs, je voulais savoir, Naya a bien les yeux bleu? J'hésitais avec violet. Enfin... enfin... bonne lecture les cocottes :p]

Depuis quelques minutes, je laissais les deux femmes faire la conversation, mangeant ma part de gâteau compulsivement sans trop m’en rendre compte… Bon, je devais avouer que ça ne faisait pas nécessairement longtemps qu’on se côtoyait et j’aurais dû capter qu’elle avait un Djiin quand elle m’avait demandé des informations sur le mien, mais quand même, pourquoi voulait-elle me cacher des choses… aussi tôt dans notre rencontre? Elle ne me faisait pas confiance? Comme je le disais… on ne se connait pas depuis très longtemps et on s’est rencontré dans des circonstances assez particulières.

D’ailleurs, moi aussi je lui ai caché un nombre incalculable de choses… comme mes supposées fiançailles avec Sadjia. Si j’avais un tant soit peu d’honneur, je lui aurais expliqué que je l’aimais mais… dans l’impossibilité de l’aimer. Mais j’avais été trop couard… trop aveuglé par mon cœur. Donc, maintenant je devais la préserver de tout cela et… me battre pour elle… pour la garder. En repoussant la main de la princesse de Babylone t en acceptant le cœur pur de la fille du désert, c’est bien à ça que je m’engageais. En fait, je ne boudais pas nécessairement à cause de la surprise que m’avait provoqué cette annonce, mais bien parce que je me sentais immergé par des pensées diverses sur mon sort… notre sort.

Je serrais fortement ma fourchette dans mes mains, la recourbant au passage. Apparemment on remarqua mon énervement, car une main tapotant mon épaule me sorti de ma rêverie et je croisai le regard bleu profond de la Tran qui me souriait. Malgré ma bouche entourée de chocolat – ce que je n’avais pas encore remarqué- et ma bouderie momentanée -d'Eris- je lui retournai son sourire. Elle dit alors à Eris que cette annonce devait être pour moi une belle surprise. Si, c’était intéressant d’en apprendre sur celle qui faisait battre notre cœur… mais de l’apprendre en privée, et non comme ça devant des inconnus, ayant l’air d’un bouffon… Enfin pas comme si je n’étais pas habitué.


Eris:
 

Je dirigeai finalement mon regard vers celui vert de ma chérie, un peu intrigué par ses paroles: il y avait tant de candeur dans ses paroles… Elle n’avait donc pas conscience de la « gravité » de son oubli? J’étais pour lui répondre, quand soudain, elle ajouta une remarque qui m'abasourdis: qui me donnai l’impression encore plus d’être un pauvre idiot perdu dans le monde… Mais bien sûr, le symbole sur sa bague… Comment avais-je pu ne pas le remarquer en prenant sa douce main por marcher tout à l'heure ou sur le navire, quand elle m'avait consolé?

Eris:
 

Quand j’entendis son récit… je compris tout de suite que nous étions pareils en fait : deux jeunes gens dont le destin avait forcé la main et qui les avait réunis par… ironie? Comment pouvais-je vraiment lui en vouloir. Ses yeux suppliants de lui pardonner son « oubli » me firent craquer et je finis par lancer, sortant enfin de ma bouderie :

-Comme tu peux le voir, Eris… je ne suis pas aussi doué que toi pour l'observation, la preuve, tu as vu le symbole de mon arme et pas moi avec ta bague et... tu as vu en premier les signes sur le front de Naya… Je suis un peu tête en l’air et, sans l’aide de mon ami Aladdin, je ne sais pas si j’aurais pu me sortir vivant du Donjon d’Amon, pour être honnête...

Tant je parlais avec émotion, je finis de recourber complètement la fourchette, les mains un peu tremblantes avant de poursuivre, me levant et quittant mon siège pour me rapprocher d’Eris :

-Je suis un peu déçu de savoir que je ne pourrai pas te faire visiter ton premier Donjon, je ne peux le cacher, mais je suis bien content de savoir que tu as survécu au donjon d’Andromalius… sans ça je n'aurais pas pu faire la rencontre de la perle que tu es... et puis... bravo en retard han! Et enfin…

Je me frottai l'arrière de la tête avant d'ajouter :

-Bien sûr que je te pardonne, mais s’il-te-plaît…ne me cache pas ce genre de choses… ne prends pas en compte que… enfin… je vais sûrement remarquer. Sinon, j'ai encore plus l'impression d'être idiot après... Enfin…

Gêné de mon discours et de ma bouderie, je demandai banalement aux filles :

-Vous aimez le gâteau, mesdemoiselles?

Puis, je lui fis un doux baiser dans ses cheveux avant de me rasseoir, de nouveau silencieux, écoutant les propos des deux demoiselles qui avaient recommencé à se parler de Donjon, un sujet qui m’intéressait, bien sûr. J’avais la chance d’avoir une Tran en personne et que faisais-je? Je boudais?

Fallait me reprendre. C’était le destin encore une fois qui me faisait un signe, pas possible que ça soit autre chose. C’est alors qu’Eris lâcha le symbole même de sa naïveté :


Eris:
 

Elle… ne voyait pas… le côté fabuleux d’avoir un Djiin? Si j'avais eu du gâteau encore dans la bouche, je m'aurais étouffé à coup sûre, tant j'étais étonné de ces propos... quoique… mis à part une utilisation assez basique de mon Djiin (sans l’équipement complet…) je n’étais pas guère mieux dans ma connaissance du sujet, mais quand même de là de douter de l’importance d’une telle acquisition?

-Si c’est extraordinaire? Mais bien sûr que ça l’aie! Ça prouve notre force, notre détermination et notre mérite. Qu’un Djiin veule de nous, c’est grand et ça peut mener loin… selon ce que j’ai crû comprendre dans le Donjon que j’ai nettoyé avec le jeune Aladdin mais… bon Naya pourra sans doute plus t’éclairer à ce sujet. Je ne suis pas encore très habile avec Amon. Aladdin serait meilleur que moi pour t’expliquer tout ça… mais bon... je ne sais pas trop où il est en ce moment.

[i]Et encore, le Magi ne semblait pas toujours lui-même comprendre ce qu’il vivait… Encore une ironie du destin? Un magi inconscient avec un acolyte maladroit et insouciant soutenue par sa compagne naïve et pure comme une soie… Du joli, vraiment.



Merci Hilel pour tous ces beaux graphs !!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


۞ 1ère apparition : 14/06/2014

۞ Rukhs : 294

۞ Rukh rose : Hakuryuu Ren

۞ Localisation : Reim

avatar
Naya
CITOYEN

MessageSujet: Re: Les rencontres font la vie autant que le hasard   Mar 21 Oct - 18:54

Le pouvoir d'un Djinn
FEAT. ERIS - ALIBABA
Naya observa attentivement la bague d'Eris, c'était la première fois qu'elle voyait une relique de ses propres yeux. Le discours de la jeune fille était impressionnant, elle avait atterrit dans un donjon par hasard et aujourd'hui la voilà candidate choisit par un Djinn afin de devenir reine. Pour qu'elle est était choisit, elle devait être une personne exceptionnelle tout comme son compagnon.
Celui-ci se décida par ailleurs à enfin sortir de sa petite bouderie faisant part avec émotions de son manque d'observation et de sa faiblesse. Mais comment pouvait-il se dire faible ? Quand elle le regardait Naya ne voyait pas en lui une personne faible mais un jeune homme avec de grandes capacités. Après cette discussion émouvante Alibaba accepta les excuses de sa compagne et la félicita de son parcours. La voyageuse sourit au jeune couple.

- Vous pouvez êtres fiers de vous tous les deux, vous formez un duo exceptionnel.

En prononçant ces mots la Tran se mit à envier un peu les deux jeunes gens. Ils avaient fait tant de choses tandis qu'elle avait passé sa vie enfermée dans son village. Elle n'avait pas d'amis et aucun mérite contrairement à eux. Ils pouvaient êtres fières des exploits qu'ils avaient accomplis et la demoiselle aux cheveux bleus savaient que le duo accomplirait d'autres exploits dans les temps à venir. Il n'y avait qu'à les voir pour le savoir. Alibaba déposa un baiser dans la chevelure de sa bien-aimée avant de retourner à sa place, l'aire de rien, demandant si le gâteau avait plu. Naya hocha positivement la tête en guise de réponse avant de regarder Eris, surprise par la phrase qu'elle venait de prononcer.

- De toute façon, c'est pas si extraordinaire que ça... si ?

Alibaba répliqua à son tour.

-Si c'est extraordinaire? Mais bien sûr que ça l'aie! Ça prouve notre force, notre détermination et notre mérite. Qu'un Djiin veule de nous, c'est grand et ça peut mener loin... selon ce que j'ai crû comprendre dans le Donjon que j'ai nettoyé avec le jeune Aladdin mais... bon Naya pourra sans doute plus t'éclairer à ce sujet. Je ne suis pas encore très habile avec Amon. Aladdin serait meilleur que moi pour t'expliquer tout ça... mais bon... je ne sais pas trop où il est en ce moment.

Naya soupira et regarda Eris dans les yeux.

- Eris... Tu ne le sais peut être pas mais tu es candidate au titre de reine, et ce depuis que tu as quitté le donjon. Le fait qu'Amdromalius t'ai désignée comme telle est qu'il a foi en tes compétences et que tu as les capacités nécessaires à ce titre. Sortir vivante d'un donjon est déjà en lui seul un fait exceptionnel dont tu devrais être fière. Comme le dit Alibaba cela prouve ton mérite et tu en as.


Elle se tut un court moment, en profitant pour boire une gorgée de son verre d'eau avant de reprendre, regardant le jeune couple.


- Je ne peux pas encore vous dire comment se passera cette histoire de roi et reine, je suis encore à la recherche d'informations concernant cela. Mais le fait que vous avez tous les deux étaient choisis est que vous êtes aptes à porter la couronne. Je ne suis pas un Djinn mais je peux vous dire qu'en vous voyant, je sais que vous ferez de grandes choses tous les deux. Et mon intuition ne trompe jamais.

codage par Junnie sur apple-spring




Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Invité
Invité

MessageSujet: Re: Les rencontres font la vie autant que le hasard   Ven 24 Oct - 13:30

- De toute façon, c'est pas si extraordinaire que ça... si ?

Que n’avait-elle pas dit là !  Elle crut que le prince blond allait s’étouffer. Naya tira elle aussi une drôle de tête. Avait-elle dit une énormité ? Sans doute car Alibaba partit dans un discours enflammé afin de la convaincre de l’importance de cette aventure :

« -Si c'est extraordinaire? Mais bien sûr que ça l'aie! Ça prouve notre force, notre détermination et notre mérite. Qu'un Djiin veule de nous, c'est grand et ça peut mener loin... selon ce que j'ai crû comprendre dans le Donjon que j'ai nettoyé avec le jeune Aladdin mais... bon Naya pourra sans doute plus t'éclairer à ce sujet. Je ne suis pas encore très habile avec Amon. Aladdin serait meilleur que moi pour t'expliquer tout ça... mais bon... je ne sais pas trop où il est en ce moment. »

Si le jeune homme n’avait pas eu l’air si sincère , Eris lui aurait surement ri au nez. Force, détermination, mérite ? Voilà des mots qui ne collaient pas avec ce qu’était l’ancienne voleuse. Pour elle , elle était et resterait une lâche , inutile et fragile. Ce devait être les sentiments du blond qui parlait et non pas sa raison.
Pourtant, Naya soupira et commença à son tour à expliquer les choses à la saltimbanque. La demoiselle du désert avait l’impression d’être un enfant stupide à qui il fallait enseigner le B.A ba.

« - Eris... Tu ne le sais peut être pas mais tu es candidate au titre de reine, et ce depuis que tu as quitté le donjon. Le fait qu'Amdromalius t'ai désignée comme telle est qu'il a foi en tes compétences et que tu as les capacités nécessaires à ce titre. Sortir vivante d'un donjon est déjà en lui seul un fait exceptionnel dont tu devrais être fière. Comme le dit Alibaba cela prouve ton mérite et tu en as. »

Candidate au titre de reine ??? Quoi !!!
Les yeux émeraude de la demoiselle s’agrandirent démesurément sous le coup de la surprise. Elle manqua même de glisser de sa chaise et dut s’agripper à la table.
Mais c’était quoi cette histoire ? Reine ? Mais reine de quoi ? Reine de qui ? C’était du grand n’importe quoi.

D’une petite voix lamentable, Eris murmura :
«  Je crois que j’ai la tête qui tourne. »

Elle était pâle comme un linge et visiblement au bord de la syncope. Mais la tran continua :


« - Je ne peux pas encore vous dire comment se passera cette histoire de roi et reine, je suis encore à la recherche d'informations concernant cela. Mais le fait que vous avez tous les deux étaient choisis est que vous êtes aptes à porter la couronne. Je ne suis pas un Djinn mais je peux vous dire qu'en vous voyant, je sais que vous ferez de grandes choses tous les deux. Et mon intuition ne trompe jamais. »


Il fallut quelques minutes à Eris pour digérer ses informations. Tous cela tourné dans sa tête, s’entrechoquant en super nova de questions, d’idées, de concepts.  Mais elle avait beau tourner cette affaire sous tous les angles. Non, décidément, cela devait être impossible.

Alors la fille du désert secoua la tête avec un pale sourire. Ses joues reprenaient petit à petit des couleurs :

«  Il doit y avoir erreur sur la personne. Je pense que tu te trompes Naya. Enfin, seulement en parti car pour alibaba, je suis sûre qu’il deviendra un grand roi et un souverain éclairé qui veillera avec sagesse sur son peuple. »

Eris jeta un regard rempli d’admiration à l’homme qui se tenait à ses côtés.

« Comme il est déjà un prince remarquable, son chemin est tout tracé… »

Puis elle se rembrunit :

«  Mais moi qui suis-je ? Comme le dit mon nom : personne. Je n’ai pas de terre, pas de titre, pas de possessions et encore moins d’ascendance. Rien qui puisse faire de moi une reine. »

L’ancienne voleuse poursuivit :

«  De plus,  je suis loin d’avoir toutes les qualités évoquées. Je n’ai ni la grandeur dame, ni le savoir pour être reine. Vous vous faites de fausses idées. Si je suis sortie vivante de ce donjon, c’est plus par chance et roublardise que par courage. Et je ne suis pas si sûre que mon djinn m’ait choisie. La preuve, il a passé tout son temps à m’en faire voir de toutes les couleurs. Je pense que c’est plutôt par dépits qu’il est allé dans mon anneau. Comme j’étais la seule personne qu’il avait sous la main… »

Un peu chancelante, la saltimbanque se leva.

" Excusez moi, je ... je crois que j'ai un peu besoin d'air..."

Entre la déclaration d'alibaba et cette découverte sur les djinns, la journée était décidément bien épuisante pour la jeune femme.
Revenir en haut Aller en bas

conquérant de donjon

۞ 1ère apparition : 03/06/2013

۞ Rukhs : 384

۞ Localisation : Québec

avatar
Alibaba Saluja
conquérant de donjon

MessageSujet: Re: Les rencontres font la vie autant que le hasard   Jeu 13 Nov - 14:56

[HRP: Désolé du délai! Voilà, j'ai enfin eu l'inspiration nécessaire :) Bonne lecture!]

Naya:
 

Avec tout ça, je m’étais encore relevé. Enfin… je reprenais lentement mes esprits, m’enflammer comme ça ne servait à rien! Je me rappelai alors des paroles de Naya qu’elle avait dites et je rougis, déposant mes mains sur le dossier d’une chaise. Ah là là, j’avais encore attiré l’attention. J’étais pour tranquillement me rasseoir, mais Naya se mit à soutenir ce que je disais à Eris avec des mots et un ton plutôt sérieux.

Elle ajouta même pour nous deux :


Naya:
 

Cette Tran avait soit un pouvoir bien spécial, soit elle essayait de nous flatter, mais en croisant son regard bleuté, je sus immédiatement qu’elle ne mentait pas, et ce, même si j’avais moi-même du mal à y croire. Je me frottait la nuque :

-Ahah, tu sais, on m’a déjà dit ce genre de paroles et je préfère ne pas trop y penser, ça me fait comment dire, très peur parce que bon, je ne crois pas avoir l’étoffe d’un héros et encore moins d’un roi et…

Pendant que je parlais de moi, et bien je n’avais pas remarqué le malaise d’Eris qui venait de de me regarder avec admiration et de me dire :

Eris:
 

Je sursautai et regardai Eris. Pourquoi disait-elle ça sur moi? On se connaissait à peine et puis… j’avais été si pathétique à Balbadd… Pourquoi tout le monde me disait ça? J’étais un peu confus par les évènements. Il était sûre que je m’étais un peu épanché à elle, mais ce n’était pas pour être vu en dieu, mais pour chialer sur mon sort comme toujours : ce que je faisais de mieux selon moi. Comment se faisait-il qu’elle avait autant d’estime de moi? Mon « supposé » titre?

Elle poursuivit :


Eris:
 

Je serrai des poings, c’est elle qui me disait d’arrêter de me diminuer constamment et elle disait de telles choses horribles sur elle? Ce n’était pas la jeune femme que je connaissais : la Eris que je connais est belle, rayonnante, forte, candide… Je ne pouvais accepter de tels propos injustifiés.

-Eris ne dit pas ça! Ce n’est pas vrai…

Le visage blême en titubant : la petite voleuse ne comprenait plus ce qu’il lui arrivait. C’était mon devoir d’abord de la rassurer non? Si j’échouais, ce n’étais visiblement pas digne du titre qu’on me promettait : un roi devait commencer par protéger ceux qu’il aimait avant le monde…

Eris:
 

D’un geste sec, je rattrapai son bras, ce n’était pas vrai que j‘allais la laisser seule dans cet état. Je restai ainsi un long moment, la tête baissée. Puis,  je finis par la relever et fixer Eris avec des yeux brillants de larmes :

-Arrête de croire que  je suis aussi fort, que je suis aussi héroïque, ça me fait tout autant peur que toi, crois-moi! Ce n’est pas vrai.  Arrête de m’appeler prince, ce titre ne veut rien dire. J’ai été élevé à Balbadd dans un guetto, comme on a vu plus tôt, et je ne crois pas être digne d’un tel trône. Arrêtez… arrêtez de tous me dire que je suis un grand de ce monde. Je ne veux qu’être moi.

Les larmes coulaient sur mes joues à mon tour. Je n’étais décidément pas l’homme de la situation. J’étais encore un enfant…

-Enfin, arrêtons de parler de moi. Eris…je touchai son visage froid du bout des doigts. Je ne connais pas grand-chose de toi, mais j’ai tout à apprendre. Tu as un cœur bon et une personnalité tout à fait adorable et qu’importe que tu sois Personne ou la reine de n’importe quel pays du monde, je t’aime parce que c’est toi et non pour qui tu es. Tu comprends ça? Et puis, moi aussi Amon n’a pas été nécessairement si gentil avec moi et si ça n’avait pas été de mon ami Magi, je crois bien que je serais mort là-bas... Alors arrête de croire que tu es la seule à souffrir de ce que les gens croient de toi et souris à nouveau à la vie, je t’en prie. Si tu ne fais pas ça pour toi… fais le pour moi. Enfin… heu…

Je me frottai encore l’arrière de la nuque en lâchant Eris et ajoutai :

-Je ne peux te forcer à rester à mes côtés, mais avant que tu disparaisses… je veux que tu saches que tu es maintenant ma raison de me battre. Tu es ma lumière.

Ma voix était éraillée, mais j’avais l’air déterminé. Même s’il y avait encore des larmes sur mes joues, j’étirai un grand sourire avant d’ajouter, la main en face de moi :

-On rentre chez-nous, mon ange? Maintenant, il y a quelqu’un qui t’attend. Moi. Tu n’es plus seule.

J’avais complètement oublié Naya et la foule attablée qui devaient être bien dubitative devant une telle scène.



Merci Hilel pour tous ces beaux graphs !!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


۞ 1ère apparition : 14/06/2014

۞ Rukhs : 294

۞ Rukh rose : Hakuryuu Ren

۞ Localisation : Reim

avatar
Naya
CITOYEN

MessageSujet: Re: Les rencontres font la vie autant que le hasard   Dim 16 Nov - 10:29

Détermination
FEAT. ERIS - ALIBABA


La jeune conquérante semblait complètement déboussolée face aux révélations de la tran et n'eut pas d'autre choix que de s'aggrper à la table afin de ne pas tomber sous le choc d'une telle vérité. Naya comprenait sa réaction, pourtant c'était une chose que la saltimbanque devait savoir. Après avoir dirigé tout ce qui se passait, Eris secoua négativement la tête, un pâle sourire au visage.

- Il doit y avoir erreur sur la personne. Je pense que tu te trompes Naya. Enfin, seulement en parti car pour Alibaba, je suis sûre qu'il deviendra un grand roi et un souverain éclairé qui veillera avec sagesse sur son peuple.

La jeune fille lança un regard admiratif à son prince avant de continuer.

- Mais moi qui suis-je ? Comme le dit mon nom : personne. Je n'ai pas de terre, pas de titre, pas de possessions et encore moins d'ascendance. Rien qui puisse faire de moi une reine.

Alibaba serra les poings.

- Eris ne dit pas ça! Ce n'est pas vrai...

Naya soupira et se leva soudainement de sa table, s'approchant de la jeune fille avant de lui donner une claque, forte mais gentille, à l'arrière du crâne, l'air visiblement énervée.

-Eris, crois-tu vraiment que ton statut importe ? Les conquérants sont candidats au titre de roi, autrement dit c'est ce qu'ils vont devenir ! Tu n'as pas besoin d'être déjà reine ou de posséder un quelconque statut pour ça ! Pourquoi selon toi la majorité des conquérants sont des personnes importantes ?! Tout simplement parce qu'ils ont des magis, des soldats ou des connaissances nécessaires à l'exploration d'un donjon ! Tu n'as rien de tout ça, et ça te rends encore plus exceptionnelle !

Elle fixa la conquérante dans les yeux. Tout ce qu'elle venait de dire était sincère, ce qui ne commence avec rien, même pas un nom, s'ils arrivent à faire de grandes choses, auront toujours plus de mérites que ceux qui ont eu la chance d'avoir tout. Un peu chancelante, la saltimbanque se leva et s'éloigna, mais le prince la rattrappa immédiatement , au bord des larmes.

- Arrête de croire que je suis aussi fort, que je suis aussi héroïque, ça me fait tout autant peur que toi, crois-moi! Ce n'est pas vrai. Arrête de m'appeler prince, ce titre ne veut rien dire. J'ai été élevé à Balbadd dans un guetto, comme on a vu plus tôt, et je ne crois pas être digne d'un tel trône. Arrêtez... arrêtez de tous me dire que je suis un grand de ce monde. Je ne veux qu'être moi.

Naya observa la scène, un léger sourire aux lèvres. Le jeune prince, lui, partit pour un nouveau discours enflammé sur sa compagne, rempli de paroles sincères et puissantes. Tous les deux avaient un grand avenir devant eux et même s'ils n'en avaient pas encore conscience. La tran n'était pas capable de voir les rukhs, mais même aveugle, elle savait qu'ils étaient là, autour du duo. Tous les regards étaient désormais posé sur eux. Alibaba tendit la main à Eris.

- On rentre chez-nous, mon ange? Maintenant, il y a quelqu'un qui t'attend. Moi. Tu n'es plus seule.

Le sourire aux lèvres, la voyageuse s'approcha du duo et les prit chacun sous ses bras avant de les emmener vers la sortie, faisant signe de main au serveur, petit clin d'oeil au visage.

-Merci pour cet excellent repas !

A peine les trois jeunes gens posèrent un pied hors du bâtiment que le soleil les ébloui, la pluie avait cessée.

Elle regarda les deux amoureux avant de poser son regard vers le ciel.

-On dirait que les nuages se sont dissipés pour aujourd'hui. Mais attention, il y en aura bien d'autre. Mais vous verrez, quoi qu'il arrive la lumière continuera de lutter jusqu'à ce que l'ombre disparaisse. Alibaba, tu as trouvé ta lumière, garde-la près de toi et elle te protégera du mauvais temps !

codage par Junnie sur apple-spring




Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Invité
Invité

MessageSujet: Re: Les rencontres font la vie autant que le hasard   Mar 18 Nov - 11:37

Naya s'était levé. Elle avait l'air passablement énervée. Malgrè l'air complétement perdu d'Eris , elle lui assena une petite tape derriére la tête du genre : arrête de raconter des bétises. Sa pensée se précisa sous ces mots :

« -Eris, crois-tu vraiment que ton statut importe ? Les conquérants sont candidats au titre de roi, autrement dit c'est ce qu'ils vont devenir ! Tu n'as pas besoin d'être déjà reine ou de posséder un quelconque statut pour ça ! Pourquoi selon toi la majorité des conquérants sont des personnes importantes ?! Tout simplement parce qu'ils ont des magis, des soldats ou des connaissances nécessaires à l'exploration d'un donjon ! Tu n'as rien de tout ça, et ça te rends encore plus exceptionnelle ! »
La demoiselle se frotta l'arriére du crane l'air plus génée qu'on ne saurait dire. Elle ne savait plus trop quoi dire, plus trop quoi faire. Son regard vert cherchait un soutien . Il se tourna instinctivement vers celui qui possédait toute sa confiance. Et c'est là que la fille du désert s'aperçut qu'il pleurait.
Voir les larmes d'Alibaba serra le cœur de la saltimbanque. Comme à son habitude, le prince partit dans un discours pleins de flammes :

« -Arrête de croire que  je suis aussi fort, que je suis aussi héroïque, ça me fait tout autant peur que toi, crois-moi! Ce n’est pas vrai.  Arrête de m’appeler prince, ce titre ne veut rien dire. J’ai été élevé à Balbadd dans un guetto, comme on a vu plus tôt, et je ne crois pas être digne d’un tel trône. Arrêtez… arrêtez de tous me dire que je suis un grand de ce monde. Je ne veux qu’être moi. Enfin, arrêtons de parler de moi. Eris…je touchai son visage froid du bout des doigts. Je ne connais pas grand-chose de toi, mais j’ai tout à apprendre. Tu as un cœur bon et une personnalité tout à fait adorable et qu’importe que tu sois Personne ou la reine de n’importe quel pays du monde, je t’aime parce que c’est toi et non pour qui tu es. Tu comprends ça? Et puis, moi aussi Amon n’a pas été nécessairement si gentil avec moi et si ça n’avait pas été de mon ami Magi, je crois bien que je serais mort là-bas... Alors arrête de croire que tu es la seule à souffrir de ce que les gens croient de toi et souris à nouveau à la vie, je t’en prie. Si tu ne fais pas ça pour toi… fais le pour moi. Enfin… heu...Je ne peux te forcer à rester à mes côtés, mais avant que tu disparaisses… je veux que tu saches que tu es maintenant ma raison de me battre. Tu es ma lumière. On rentre chez-nous, mon ange? Maintenant, il y a quelqu’un qui t’attend. Moi. Tu n’es plus seule.  »

Ces mots touchérent énormément la saltimbanque qui rougit et lui saisait la main en murmurant :

« - Bien sur que je resterai avec toi. Quoi qu'il arrive. Quoi qui se passe, je resterai avec toi. Tu pourras toujours compter sur moi pour m'avoir a tes cotés, aussi longtemps que tu le souhaiteras. »

C'est à ce moment là que la Tyran se mit entre les deux tourtereaux pour leur prendre les bras et les entrainer vers l'extérieur du restaurant. La jeune femme débordait de bonne humeur. Son sourire était des plus communicatif. Eris ne put s'empécher de se sentir joyeuse à son tour.

À peine eurent ils passé le seuil qu'il restérent tous les trois à contempler le ciel , maintenant dégagé. L'orage était passé. La pluie avait laissé la place à un ciel sans nuages et d'une pureté limpide. L'ancienne voleuse leva les yeux pour regarder passer des oiseaux qui survola le trio.

Résumant la pensée de tous , Naya s'écria :

« -On dirait que les nuages se sont dissipés pour aujourd'hui. Mais attention, il y en aura bien d'autre. Mais vous verrez, quoi qu'il arrive la lumière continuera de lutter jusqu'à ce que l'ombre disparaisse. Alibaba, tu as trouvé ta lumière, garde-la près de toi et elle te protégera du mauvais temps ! »

Eris lacha la main d'alibaba , pour prendre Naya dans ses bras et la serrer très fort sur son cœur :

« - Merci. »

Ce n'était qu'un mot mais la jeune femme était réellement reconnaissante envers cette personne qui jusqu'à il y a 10 minutes n'était qu'une inconnue. Elle aurait aimé dire pleins d'autres choses, mais la saltimbanque n'avait jamais été très à l'aise avec les mots. Les longs discours n'étaient pas son fort. Alors oui, un merci lui semblait parfait.

Puis la fille aux yeux verts se tourna vers alibaba, elle lui tendit la main et l'attira dans un calin à trois.


Revenir en haut Aller en bas

conquérant de donjon

۞ 1ère apparition : 03/06/2013

۞ Rukhs : 384

۞ Localisation : Québec

avatar
Alibaba Saluja
conquérant de donjon

MessageSujet: Re: Les rencontres font la vie autant que le hasard   Sam 6 Déc - 7:57

[HRP: Je dirais qu'on finalise avec vos deux réactions :) Désolée des délais et bonne lecture :p ]

Eris:
 

J’étais vraiment heureux d’entendre cette réponse, moi qui croyais avoir perdue ma chance avec cette demoiselle à cause de mon incompétence à la rassurer… mais mes discours enflammés semblaient avoir portés de nouveau fruit. J’essuyai encore un peu mes yeux, tendant toujours la main à Eris.

Quand soudain, Naya, qui s’était fait oublier un moment, nous attrapa par les épaules et nous entraîna à l’extérieur. Je sursautai.


Naya:
 

Je figeai un moment. Savait-elle vraiment ce qu’elle disait? C’était une Tran après tout… Au plus profond de moi, je voulais y croire, car c’était vrai que je ne connaissais pas encore beaucoup la femme devant moi, je l’avais notamment remarqué quand elle avait divulgué être une nettoyeuse de Donjon MAIS quelque chose me disait que j’avais besoin d’elle comme elle avait besoin de moi.

Je sursautai de nouveau lors du câlin à trois. C’est pas que se faire câliner par deux femmes en même temps était déplaisant, mais pas du tout, mais c’était un peu intimidant. Je rougis.


*Woah, quand même…Le Destin peut être parfois généreux /PAN/* Il se dessina un petit sourire pervers à ce moment.

Je frottai alors l’arrière de ma tête et sourit franchement, levant les yeux au ciel aussi.


-C’est vrai que le ciel est beau, les ruths sont de notre côté. Et sinon, je ne peux dire si Eris est ma lumière, mais en tout cas, je veux être la sienne. Quand je l’ai rencontrée à Balbadd, j’ai tout de suite su que nos destinées étaient liées… mais je ne croyais jamais qu’elle accepterait un prince aussi pathétique que moi… enfin… ce que je veux dire.

Je toussotai, ayant l’impression de m’enfoncer.

-Si on allait marcher comme il ne pleut plus? J’ai besoin de changer d’air!

Je me défis de l’étreinte et me mis à sifflotter. Mon visage était rouge pivoine. Je n’étais pas capable de dire ouvertement à Eris que je l’aimais… mais cette réalité était un peu plus claire et Sinbad devrait le comprendre. Comprendre que je mourrais pour mes idéaux, et ce, même si je   « dérangeais » ses plans politiques…

* J’espère être un jour à la hauteur.*

Je tournai un regard vers Eris, le grand sourire aux lèvres, puis vers Naya et je criai :

-Vous venez? Plein d’aventures nous attendent… ma princesse.[/i]



Merci Hilel pour tous ces beaux graphs !!!


Dernière édition par Alibaba Saluja le Ven 12 Déc - 13:15, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


۞ 1ère apparition : 14/06/2014

۞ Rukhs : 294

۞ Rukh rose : Hakuryuu Ren

۞ Localisation : Reim

avatar
Naya
CITOYEN

MessageSujet: Re: Les rencontres font la vie autant que le hasard   Jeu 11 Déc - 17:29

De nouvelles aventures
FEAT. ERIS - ALIBABA
Un large sourire aux lèvres, Naya regarda le ciel, fermant les yeux pour profiter d'une petite brise qui vint caresser son visage clos. Ouvrant ses yeux bleus, elle lança un regard à Eris et lui sourit, c'est alors que la saltimbanque lâcha la main de son prince pour prendre la Tran dans ses bras, la serrant fort contre elle.

- Merci.

La jeune fille la regarda d'abord avec une pointe d'étonnement, puis son regard s'adoucit et elle sourit de nouveau, serrant Eris dans ses bras à son tour. La brune semblait réellement sincère dans ses paroles, ce qui toucha énormément la voyageuse aux cheveux bleus dont les joues prirent une petite couleur rosé.

- Je n'ai rien fait d’exceptionnel tu sais. J'ai simplement dit ce que je pensais au plus profond de moi-même. Tu es quelqu'un de formidable Eris, alors ne te sous-estimes pas.

Ce fut ensuite au tour d'Alibaba d'être entraîné dans le câlin, Naya remarqua soudainement le sourire de celui-ci et éclata d'un rire franc et joyeux, une petite perle au bord de ses yeux océan. Elle serra le couple dans ses bras.

- Merci. Je n'avais pas autant rit depuis longtemps. Et Alibaba a ton visage je devine que tu n'a pas souvent eu occasion de te retrouver entre deux jeunes filles!

A cette dernière phrase elle fit un clin d'oeil au prince, toujours aussi souriante avant d'enrouler son bras autour du prince et de lui frotter la tête.

- Remets-toi les idées en place pour une fois, tu es tout sauf pathétique Alibaba !

Ayant l'impression de s’enfoncer, le blond se défia de l'étreinte et sifflota. S'il existait une couleur plus rouge qu'une tomate, alors c'était de cette couleur qu'était le visage du jeune homme. Il fini par regarder les adolescentes et fit un grand sourire.

-Vous venez?

Son regard se posa ensuite sur Eris.

-Plein d'aventures nous attendent... ma princesse.

Naya sourit et les regarda tous les deux.

- C'était court, mais j'ai énormément apprécié ce moment avec vous deux. Eris, Alibaba, je sais que nos chemins se croiseront de nouveau, c'est une certitude. En attendant, continuez de veiller l'un sur l'autre, et la prochaine fois que nous nous verrons, j'espère que vous aurez appris à maîtriser vos pouvoirs. Et surtout que vous aurez gagner en confiance.

Elle leur sourit une dernière fois et leur tourna le dos, s'apprêtant à partir dans la direction opposé. Sans se retourner, elle leur adressa une dernière parole.

- De nombreuses aventures vous attendent. Quant à moi, je m'en vais à la recherche de ma propre aventure. Nous remangerons ensemble une prochaine fois et nous echangerons nos periples d'accord ?
codage par Junnie sur apple-spring




Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Les rencontres font la vie autant que le hasard
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Ils font chier ces N... . Débarassons-nous en !
» Que font les autorités haitiennes ?
» Anthéa de Prouville // La faiblesse des hommes font la force des femmes !
» Un ti termi que j'ai trouvé sur internet par hasard
» Les orties ne font pas que piquer...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
MAGI RPG ::  Océans  :: Sindoria :: Sindoria Centre :: Restaurant-
Sauter vers: