AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetPartagez | 
 

 un bain pour deux [PV Koumei]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


avatar
Invité
Invité

MessageSujet: un bain pour deux [PV Koumei]   Dim 18 Mai - 12:22




Un bain pour deux



Eris rampait sur les faux plafonds du palais impérial de l'empire Kou.

Comment en était elle arrivée là ? Il ne valait mieux pas en parler. Tous ce qui comptait c'est qu'elle soit vivante et loin de l'épée de la fanalis qui l'avait découverte dans le jardin.

Certes, elle était toujours aussi mal fagotée, sales, son estomac recommençait à crier famine et l'ancienne voleuse n'était pas tirée d'affaire pour autant, mais au moins, personne ne penserait à aller la chercher là. Car mis à part de la poussière et des toiles d’araignées, la jeune fille ne rencontrait pas grand chose.

Par contre elle entendait tout. C'est fou le nombre de conversations qu'on peut surprendre à se tortiller dans les conduits d'aérations d'un palais. Saviez vous par exemple que le commis des poubelles étaient l'amant d'une grande dame de la cours ? Ou que la 7ém princesse adorait son petit chien pékinois ? Passionnant n'est ce pas ? Ah ! La vie des nobles étaient fort ennuyeuse s'ils ne faisaient que colporter de telles rumeurs.

Quoi qu'il en soit, à force de reptation, Eris arriva dans une zone où elle n'entendait plus un bruit. La pièce sous elle devait être vide. Parfait.

Le plus silencieusement du monde, la gamine souleva une des dalles du faux plafond et regarda.

Mille déserts ! C'est qu'elle était haut ! Il y avait au moins 4 mètres sous plafond. Et ce n'était qu'une estimation car les vapeurs qui emmenaient du lieux formaient par endroit un brouillard tellement dense qu'on n'y voyait rien. Notre héroïne devait se trouver au dessus des bains du château.

Un bain... ça faisait bien une semaine que la fille des sables rêvait d'en prendre un. Mais là ce n'était pas le moment. Il valait mieux trouver de quoi manger d'abord car eris se sentait de plus en plus faible.

D'ailleurs la jeune fille avait sa tête qui lui tournait de plus en plus. C'était pas bon. Tant pis pour les risques, il allait falloir qu'elle retourne sur le sol maintenant afin de voler un petit quelque chose à grignoter. De toute façon qui prenait son bain au milieu de l'après midi ? L'ancienne voleuse ne serait pas déranger dans son escalade.

Mais comment descendre ? Luttant contre l'évanouissement, la gamine se pencha un peu plus par le trou qu'elle avait créé pour mieux observer la pièce. Mais on n'y voyait rien à travers cette vapeur d'eau. Et puis cette chaleur... c'était tout bonnement intolérable...

C'est alors La fatigue, la faim et cette atmosphère surchauffée eurent raison des dernières forces de son corps. Prise d'un soudain vertige , Eris glissa dans le vide, bien incapable de se rattraper à quoi que ce soit.

Heureusement, la chance lui sourit. Au lieu de s’écraser sur un carrelage  dur et froid qui aurait sans doute signé son arrêt de mort, la jeune fille tomba dans de l'eau. En effet, sa cachette surplombait un immense bassin.   Le formidable bruit d'éclaboussure produit par sa chute ainsi que le contact avec l'eau tiède la firent revenir à elle. Instinctivement, elle nagea pour remonter à la surface et prendre une bonne goulée d'air.




Dernière édition par Eris Personne le Mer 11 Juin - 11:43, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas


avatar
Invité
Invité

MessageSujet: Re: un bain pour deux [PV Koumei]   Dim 18 Mai - 23:29


Rencontre insolite.




Une journée bercée par la fatigue devenue quotidienne chez notre protagoniste. Koumei Ren, second Prince de l’Empire Kou, réputé à la cour impérial pour son intelligence hors paire lui permettant d’analyser les stratégies militaires de l’Empire le plus puissant qu’il ait été donné de voir en cette ère. Il était dit de lui, qu’il était le Prince à l’apparence la plus négligée qu’on ait pu voir.

En effet, cette passion dévorante pour les stratégies et son avidité déconcertante sur le savoir, ont fait de ce jeune homme, un Prince qui laisse son physique après son devoir intellectuel. Il lui arrive souvent d’oublier de se nourrir, de dormir, et de se laver. Ces besoins primaires oubliés, la santé et le moral du Prince laissent désirer.

Mais aujourd’hui, après avoir rendu son travail aussi pénible qu’intéressant –si c’était possible-, à son aîné auquel il était soumit aux ordres. Une réjouissance enivrante étreignit le Prince jusqu’aux entrailles. Un sourire béat ornait ses traits alors qu’il vint nonchalamment se gratter la nuque. Oui, l’euphorie d’un travail accomplit laissait maintenant place à de l’ennui. Il aimait dormir mais, passer trois journées à travailler à un avenir sans manuscrits à l’horizon restait toujours d’une frustration absolue pour le Prince. D’autant plus que son univers de stratégies et de comètes lui plaisait bien. Il y trouvait un certain confort, une quiétude apaisante.

Alors se questionnant sur ce qu’il pouvait bien faire, c’est à ce moment là qu’il décida de prendre un peu soin de lui. Cela faisait maintenant trois jours que son corps n’avait pas bénéficié de la relaxation que pouvait produire un bon bain chaud. Maintenant il arpenta les couloirs en quête de cet endroit paradisiaque communément appelé ; sale de bain.

La sale de bain impériale possédait un bain aussi confortable que spacieux. Une fois arrivé dans la salle recherchée, Koumei se déshabilla rapidement. Ôtant tout ce qu’il possédait sur le corps, laissant ses habits sur le sol près de l’immense baignoire. Passant d’abord une jambe, puis l’autre, avant de ne plonger son corps nu, dans l’eau bouillante. Sa peau frémissante, son visage se relaxa à vue d’œil. C’est maintenant les yeux fermés et la tête légèrement en arrière qu’il libéra sa cascade de cheveux violine de l’emprise de cet élastique.

Les coudes reposés sur le rebord, de part et d’autre de sa carrure musclée. Koumei était maintenant face à sa nudité, les yeux clos, se laissant aller doucement à se calme paisible, cette torpeur euphorique. Ses longs cheveux libres embrassant l’eau et des gouttelettes perlant sur son corps.

Quand soudain un bruit perçant pourfendit l’atmosphère bienveillante des lieux. Un splash sonore et intriguant qui poussa le demi-endormi à soulever péniblement ses paupières. Quelqu’un était-il là ? Ce n’était pas possible, personne ne viendrait ici à une pareille. Koumei avait même eut le temps de dormir un peu dans l’eau. C’était pout dire à quel point l’endroit était désert en milieu de journée.

L’épaisse buée baissait l’acuité du jeune homme, même s’il put apercevoir une ombre non loin de lui. Peut être se trouvait-elle à plus d’un mètre de lui. Une silhouette enfantine à première vue, elle ne lui rappelait personne.

C’est alors dans un moment d’infime panique qu’il s’écria.

- Qui êtes-vous ? Vous n’avez pas le droit d’être en ces lieux.


Revenir en haut Aller en bas


avatar
Invité
Invité

MessageSujet: Re: un bain pour deux [PV Koumei]   Lun 19 Mai - 18:12






Toussotant, crachotant, Eris émergea de manière forte peu élégante de l’immense baignoire qu’on aurait pu prendre pour une piscine. Elle était tellement malhabile dans l’élément liquide qu’elle dû s’y prendre à deux fois  avant de pouvoir extirper sa carcasse tremblante. Il faut dire que dans le désert, savoir nager n’était pas une priorité. Et si l’enfant en connaissait les rudiments, le style et l’approfondissement était vraiment à revoir.

Quoi qu’il en soit, il lui fallut quelques secondes pour reprendre son souffle. Vautrée sur le carrelage en marbre hors de prix, elle fermait la bouche et l’ouvrait tel un poisson hors de l’eau. A force, son souffle redevint normal, et elle finit par se lever en s’ébrouant comme un chiot.
Titubante, trempée comme une vieille soupe et passablement choquée par son vol plané,  notre héroïne avait du mal à faire le point.

Par tous les sables pourpres ! C’est qu’elle avait bien cru mourir. D’autant que les quelques trésors du donjon qui restaient dans ses poches et dans son sac avaient bien faillit l’envoyer par le fond.  C’est que ça pèse lourd ces machins une fois remplis d'eau. Sans compter ses vêtements.

*Qui pouvait être assez fou pour faire un bain où on n’avait même pas pied ? *

Pesta en silence la gamine, oubliant de mentionner que sa petite stature y était pour beaucoup dans cette pseudo noyade. Car si la saltimbanque avait eu une taille normale pour son âge, elle n’aurait couru aucun risque. Mais passons.

La jeune fille continuait à ronchonner silencieusement. Dégoulinante d’eau comme elle l’était, elle pouvait perdre tout espoir de passer inaperçu dans les couloirs du palais. En plus ses mouvements étaient entravés par le tissu gorgé d’eau.  Et ça faisait flip flop quand elle marchait... avec de grosses flaques d’eau. Si elle restait comme ça, on allait pouvoir la suivre à la trace et ce n’était pas le moment.
En bref… Il n’y avait qu’une seule solution pour remédier au problème.  En soupirant,  la gamine enleva ses vêtements et se mit à les tordre pour en extirper l’eau. C’est alors qu’une voix masculine s’éleva dans la brume.  

« - Qui êtes-vous ? Vous n’avez pas le droit d’être en ces lieux. »

Mille déserts ! Elle n’était donc pas seule ! En plus c’était un homme !

Rougissant jusqu’à la pointe de ses cheveux, l’adolescente poussa un petit cri s’agenouillant et tentant de cacher avec les loques qui lui servaient de vêtements sa nudité.
A ce moment fatidique, l’instinct de génération et de génération de femmes ayant eues  à lutter contre des voyeurs de tous poils refit  surface. Saisissant le premier objet à sa portée (sa babouche trouée) elle le lança sur la tête qui émergeait de l’eau au cri de :

« -Allez-vous en sale pervers ! »


Non mais… ça ne se faisait pas de mater ainsi de jeune et pure demoiselle  comme elle. Il y avait vraiment de grands malades sur terre ! Moi je vous le dis !
Un pervers lubrique et libidineux ! Oui, voilà ce que devait être cet homme pour l’avoir laissé  se déshabiller devant lui se repaissant de sa nudité. Même s’il fallait l’avouer,  le pauvre garçon n’avait pas dû voir grand-chose dans cette brume. (Et de toute façon, pour ce qu’il y avait à voir…) Mais qu’importe ! Ce n’était pas des manières !

Les narines frémissantes de colères, Eris scruta les vapeurs tourbillonnantes. Elle était prête à défendre sauvagement son honneur. Et bien que la saltimbanque n’ait aucune idée de qui elle avait affaire, elle ne se laisserait pas faire. Qui que ce soit ça ne lui donné pas le droit d’agir ainsi. Et toc !

Tapie ainsi sur le sol mouillé, la fille des sables avait tout du chat sauvage en colère et prêt à sortir ses griffes aux moindres mouvements louches de l’adversaire. On aurait presque pu l'entendre gronder en sourdine.





Dernière édition par Eris Personne le Ven 6 Juin - 13:56, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas


avatar
Invité
Invité

MessageSujet: Re: un bain pour deux [PV Koumei]   Mer 4 Juin - 10:00


Rencontre insolite.



Encore assaillit par l’incompréhension, ce fut une surprise déconcertante que de se savoir accompagné dans son bain impérial. Lui qui avait songé être seul, bénéficiant du calme légendaire qui berçait la pièce dans une atmosphère bienveillante. Le second Prince c’était complètement trompé et n’aurait jamais songé pouvoir être en compagnie d’une femme, qui plus est. Bien que celle-ci lui semblait étonnement jeune.  Raison de plus pour qu’il finisse par douter de l’identité de cette inconnue. Seulement, avait-elle le droit d’être en ces lieux ? Très probablement, la réponse était négative. Si cette silhouette lui semblait aussi juvénile qu’inconnue de ses yeux, cela voulait alors dire que la jeune femme ne faisait aucunement partie de la famille impériale. Non, Koumei ne connaissait certes pas tout les gardes ni toutes les servantes, mais elles étaient jugées trop jeunes pour faire partie de l’Empire, par son timbre de voix, sa silhouette difforme transperçant la brume et maintenant, sa babouche très petite.  A en croire celle-ci, l’inconnue devait avoir, quinze ans peut-être ?

Enfin, alors que le violine tentait d’en savoir plus sur son interlocutrice, sans pour autant venir à sa rencontre direct. Certainement  trop méfiant pour cela. Après avoir été agressé par une babouche qui, soit dit en passant, avait été tiré à dix centimètres de lui, ce qui était plutôt bien visé pour un tir uniquement dirigé par la voix de sa cible. Il devait reconnaître que son étrange interlocutrice était très adroite et surtout, ne manquait pas de culot. Elle venait, de sa voix enfantine, traiter le second Prince de l’Empire militaire de ; Pervers. Pervers ? Lui ? C’était risible, et à la fois effronté de sa part mais après tout, elle devait être aussi effarouchée que Koumei, à cet instant et elle ignorait l’identité de son interlocuteur, d’ailleurs. Pourtant l’homme dans la précipitation n’avait eut le temps de ressentir une once d’empathie et se sentit humilier dans les propos que venait de tenir cette gamine. Un pervers. C’était certainement l’insulte la moins qualifiée pour cet homme au respect inné et à la courtoisie remarquable. De plus, dans sa phrase elle lui avait demandé de s’en aller. N’était-ce pas elle l’intrus en ces lieux ? Koumei, sur le moment ne laissait parler que son instinct primaire, celui de se protéger. Cette inconnue pouvait être n’importe qui. Une espionne, une tueuse à gage, une Princesse. Alors il répondit.

- Je ne suis nullement ce genre d’individu.  Je suis le second Prince, et vous, qui êtes-vous ? Qui que vous soyez, vous n’avez rien à faire ici. Partez avant que j’en informe les gardes.

Initialement dans son bain, paisiblement à goûter aux délices des bienfaits de l’eau chaude ruisselant sur sa peau. Il était désormais en tête à tête avec une insolente gamine. Il ne pouvait que la qualifier de tel pour le moment. Confus, la seule chose dont il fut encore capable était d’avancer sa main vers cette silhouette. En prenant le soin, bien évidemment, de ne pas rentrer en contact avec elle. Qui sait ce qu’il aurait put toucher dans cette brume épaisse qui réduisait son acuité. De plus, il ne souhaitait pas être la victime des ragots de Kou, il savait les gardes et les servantes assez avide de ce genre de potins. Lorsque enfin, il eut touché quelque chose. Le bout de ses doigts caressant innocemment la chose qui se profilait devant lui. C’était, à en juger ce touché humide. Les vêtements de la jeune femme. Alors, toujours assit dans l’eau bouillante, ses joues prirent rapidement une teintes légèrement rosées en même temps que sa main qui lâcha ses habits trempé pour se reposter dans l'eau, se rendant compte qu’il n’était pas le seul habillé de sa nudité complète. Cela expliquait bien des choses mais, toujours pas l’identité de cette gamine insolente. Koumei n'hésiterait pas à appeler la garde impériale, même s'il savait que cela amènerait le jeune femme vers l'Impératrice. Après tout, elle l'avait à la fois agressé verbalement, physiquement et en plus dans son intimité. Que demander de plus pour la haïr ?


Revenir en haut Aller en bas


avatar
Invité
Invité

MessageSujet: Re: un bain pour deux [PV Koumei]   Ven 6 Juin - 13:33






« - Je ne suis nullement ce genre d’individu.  Je suis le second Prince, et vous, qui êtes-vous ? Qui que vous soyez, vous n’avez rien à faire ici. Partez avant que j’en informe les gardes. »

Eris allait vertement répondre au voyeur qu’il devait être aussi prince qu’elle grande dame de la cour quand soudain elle se ravisa.

Et si… et si c’était vrai ?

Envisager cette éventualité la fit frémir. Car après tout, si elle avait bien compris, elle était dans le palais impérial de l’empire Kou. Comme son nom l’indiquait, la famille impériale devait y vivre. Et si on poussait plus loin le raisonnement, les princes aussi. Donc il était logique de risquer d’en croiser un. Alors pourquoi pas dans un bain ? D’autant que vu l’opulence de la pièce, elle devait être réservée à la noblesse… voir à la haute noblesse.

Malédiction…

Cette révélation fut comme une douche froide pour la voyageuse.

Mais elle ne cessa pas de gamberger pour autant.

Si ça se trouve, l’imprudente venait de lancer sa babouche à la tête d’un des princes héritiers du pays le plus belliqueux du moment.

Mille déserts ! C’était une catastrophe ! Il allait la faire écarteler, torturer, décapiter et dévorer par des bêtes sauvages. En plus pas forcément dans cet ordre !

Que faire ? Que faire ? Allons, réfléchit ma fille. Ta vie en dépend.

 Il t’a ordonné de partir. Non ?  Donc, tu vas gentiment faire ce qu’il te dit. Peut-être que ça lui ira et qu’il n’appellera pas les gardes. Surtout, ne tente rien d’autre qui pourrait encore plus attiser son courroux.

Avec précaution, la fille des sables se releva et sans piper mot se dirigea vers la porte avant de réaliser qu’elle était toute nue. La gamine ne pouvait définitivement pas sortir comme ça dans les couloirs du palais. Alors en silence, elle enfila ses vêtements trempés avant de se rendre compte qu’il lui manquait le plus important: son pantalon.

Par tous les vents rouges ! Il avait du rester à côté du bain. Allait-elle risquer de s’attirer le courroux de l’homme en allant le chercher? De toute façon, c'est pas comme si elle avait le choix :


« Euh… excusez-moi de vous importuner à nouveau… euh… votre sérénissime grandeur… mais euh… puis je récupérer le bas de ma tunique qui doit se trouver non loin du bord de l’eau. Promis, ensuite je ne vous dérangerai plus… votre altesse. »


Elle avait dit ça d’une voix hésitante et tendue. A des années lumières de la Eris qui c’était mise en colère quelques secondes plus tôt. En plus, elle n’était même pas sûre qu’on doive s’adresser à un prince comme ça. On n’apprenait pas l’étiquette dans les troupes de cirque.

Timidement, la gamine commença tout de même à s’approcher vers son bien. C’est alors que la porte qui se trouvait dans son dos s’ouvrit à la volée. Une ombre noire se précipita dans la pièce. Elle bouscula la saltimbanque en fonçant directement vers le plan d’eau et le second prince de l’empire.
L’ancienne voleuse aurait juré avoir vu luire dans ses mains, le sombre acier d’un poignard.

Comme pour confirmer cette funeste vision, l'individu hurla:

"- à mort! Assassin!"

C’est alors qu’il se passa quelque chose d’aussi improbable qu’inattendu.

Eris, oui, cette voleuse repentie, couarde et fuyarde fit un acte héroïque et surtout terriblement stupide au vue de la situation.

La gamine tendit sa jambe au passage de l'assaillant, le faisant tomber sur le marbre mouillé.

Revenir en haut Aller en bas


avatar
Invité
Invité

MessageSujet: Re: un bain pour deux [PV Koumei]   Lun 9 Juin - 19:20


Rencontre insolite.




Privé de sa précieuse vue, le stratège de Kou ne pouvait désormais que se reposer sur son ouïe et son odorat. Son toucher lui était également indispensable ainsi que son goût, mais pour le moment, l’ouïe semblait être un atout non-négligeable que le Prince s’empressa d’utiliser pour préserver son intimité. A l’affut du moindre bruit, tapit dans l’eau bienfaisante, toujours vêtu de sa nudité. Il eut d’abord entendu un néant. Un silence qui parut éternité, soulignant l’embarra et la confusion de son interlocutrice. Cet effroyable silence fut pourfendu par des bruits semblables à ceux de pas régulier évoluant vers la sortie de la salle de bain Impériale.  La jeune inconnue avait donc décidé de lui obéir et commençait à s’en aller. Ce constat ne fut que fructueux pour le violine qui se mit à sourire doucement de soulagement. L’idée de rester en compagnie d’une inconnue insolente durant son bain ne l’enchantait guère.

Mais alors que le soulagement prenait place, Koumei eut raison de rester méfiant en toute circonstances. En effet, ce qui allait se produire était loin d’être prévisible, et ce pour n’importe qui. Une voix enfantine se fit entendre en un écho assourdissant qui se projetait de mur en mur jusqu’à retentir dans les tympans fatigués du Prince. Et sans avoir eut le temps d’assimiler ni de pouvoir répondre à ces dires qui, soit dit en passant, avait été jugé par l’interlocuteur d’hypocrites car trop soutenus pour être sincères. Un bruit de porte ouverte en fracas précéda un hurlement haineux envers celui-ci. «  A mort ! Assassin ! » Cela ressemblait fortement à une situation très néfaste pour la victime de ces dires qui, était Koumei. Celui-ci n’eut le temps que d’entendre un corps tomber et une plainte étouffée. Aussi eut-il vu un poignard acérer lui frôler la joue. Celle-ci était maintenant marquée d’une légère entaille saignante qu’il s’empressa de contenir avec sa main, grimaçant légèrement bien que seul de l’incompréhension était visible sur son visage.

Sans plus attendre, il se releva et se décida à sortir de son bain qui devenait bien plus effrayant que bienveillant dès à présent. Il avait prit le soin de garder le poignard qui l’avait agressé, dans son autre main. Cherchant à tâtons contre les parois humides du mur, son kimono blanc. Une fois trouvé, il le revêt prestement pour paraître plus présentable et ne montrer sa nudité à quiconque en ces lieux. Se laissant une énième fois guider par son ouïe en entendant des plaintes au sol, à ses pieds, il n’eut pas fait exprès de marcher sur la main de son agresseur qui se plaignit encore une fois. C’était à n’y rien comprendre. Qui était qui dans ce charabia ? Deux inconnues dont il ne connaissait pas l’apparence et il devait donner un jugement aux deux, en reconnaissant l’identité de son agresseur et celle de l’insolente. Comment faire ? Il n’arrivait à réfléchir convenablement, assaillit par un nombre incalculable d’informations. Il prit alors deux serviettes et les jeta sur les énergumènes, prononçant d’une voix ferme en les attrapant par le bras, toutes deux.

- Sortons, insolentes.

Il n’avait été capable que de dire cela, aussi étrange cela puisse paraître, il restait calme bien qu’énervé et une fois la porte franchit, dans le couloir son acuité lui revint au même titre que la buée disparut. Il observa les deux femmes qu’il tenait fermement avec un air sinistre, dur. Il n’avait rien à dire, il venait de laisser le poignard tomber à terre dans le couloir et attendait simplement, que les jeunes femmes lui parlent. Bien qu’il savait déjà qui l’avait agressé. Oui grâce à la petite babouche précédemment lancée vers lui, il pouvait conclure que la gamine qu’il tenait n’était autre que cette inconnue insolente qui était tombée du plafond. Quant à l’autre, par déduction était l’agresseur. Mais restait à savoir, grâce à son regard oppressant, si les deux n’étaient pas de mèches.


Revenir en haut Aller en bas


avatar
Invité
Invité

MessageSujet: Re: un bain pour deux [PV Koumei]   Lun 9 Juin - 21:34





Mais qu'est ce qui lui était passé par la tête ? Elle voulait mourir c'était ça ? Les pièges d'Andromalius ne lui suffisait plus ! Il fallait qu'elle se mette elle même dans la panade. Comme si elle n'avait pas assez de problèmes comme ça. Et bien ma fille ( la petite voix ironique dans la tête d'Eris applaudit) c'est réussit. Les ennuis, elle y était jusqu'au cou.

La gamine n'avait pas vraiment réfléchit aux conséquences de son geste. Elle en subit rapidement le contre coup. L'assassin, ou elle ne savait trop quoi la fit tomber à son tour d'un méchant fouetté à la jambe. La saltimbanque tomba plus souplement que sa rivale, ce qui lui permit de rouler sur le coté.

Bien lui prit.
Il y eut alors un « tling » sonore sur le marbre à quelques centimètres de son visage. L'agresseur avait d'autres armes et l'une d'entre elle avait faillit trancher le nez de l'ancienne voleuse.
Eris recula paniquée. C'est alors qu'une serviette lui atterrit sur la tête terminant d'occulter le peu de visibilité qui lui restait.

Le son d'une voix visiblement excédée se fit entendre :

« - Sortons, insolentes. »

Eris allait faire ce qu'on lui disait après avoir passé la serviette autour de sa taille quand une main d'homme la saisit à bras le corps pour la soulever sans ménagement.
Les bras et les jambes pendantes dans le vide, l'adolescente se laissa porter jusqu'au couloir sans moufeter ni se débattre. De toute façon à quoi ça aurait servit ? Hein ? Vu la chance qu'elle avait aujourd'hui... son air blasé en disait long sur son état d'esprit.

Goutant l'ironie de la situation, l'imaginative adolescente se permit même une petite blague dans le secret de son esprit qui fit naître l'ombre d'un sourire. "Le prince, la voleuse et l'assassin", ça ferait un joli titre pour un conte. Sauf que vu comme c'était parti, le sien ne risquait pas d'avoir une fin heureuse et encore moins un "et ils vécurent heureux ensemble pour le restant de leurs jours".  

Et c'était pas plus mal, se dit Eris en jetant un coup d’œil à l'autre captive qui se démenait comme un beau diable. C'était une jeune femme entre 17 et 19 ans, en tenue de servante du palais. Vu son faciès, elle semblait être originaire de l'empire...et dans une rage folle. Ses traits étaient déformés de colére. La brunette se tortillait, prête à en découdre. Elle insulta même plusieurs fois l'homme et la fille du désert.

Mais qui était cette furie ? C'était pas vraiment comme ça qu'Eris imaginait un assassin. Elle les voyait plus froids, silencieux, méthodiques... après elle n'avait jamais rencontré un agent de cette profession.

D'une mine boudeuse, la demoiselle jeta ensuite un coup d’œil à son porteur. L'air sombre et dur du prince à la chevelure violine ne présageait rien de bon pour son avenir. D'ailleurs lui non plus ne cadrait pas tout à fait avec l'image traditionnel du prince. Son visage n'était pas aussi séduisant que ceux décrits dans les livres. Au contraire, il était plutôt pâlichon et ponctué d’acné mal soignée.

Comme s'il lisait dans ses pensées, le jeune homme jeta un regard noir à Eris qui aurait à cette instant précis souhaitait devenir petite souris pour disparaître dans un trou. Dans ses yeux impériaux ont pouvait y lire la promesse de milles et un tourments.

Palissant à vue d’œil, eris se mit à bafouiller comme un enfant pris en faute :

« - Désolée... votre imminence ? Votre grâce ? … oh zut, comment je dois vous appeler ? moi j'y connais rien au protocole. Majesté ? Vous avez peut être un petit nom... ça serait plus simple.»

dans cet instant de panique, le franc parlé naturel de la fille des sables revenait au galop. Mais ça n'allait sûrement pas l'aidé dans la situation précise.

Pour toute réponse il y eut un tintement métallique qui raisonna de manière terrifiante sur le sol de marbre. Le seigneur des lieux venait de faire tomber le poignard ensanglanté sur le sol d'une manière menaçante. Même l'assassin en arrêta de se débattre.

Notre héroïne déglutit. La vue du sang l'avait rendu toute pale. Elle se sentait à deux doigts de défaillir.

C'est alors qu'il y eut un grognement incongru. Son estomac se réveillait. Non ce n'était pas le moment ! Dans un gargouillis sonore, l'organe d'Eris réclamait sa pitance.
Passant du blanc au rouge avant de virer à l'écarlate, sa propriétaire ne savait plus où se mettre.

Profitant de la surprise général, l'autre femme se débattit de plus belle, tentant de mordre le prince. Elle semblait prête à tout pour pouvoir s'enfuir.

Revenir en haut Aller en bas


avatar
Invité
Invité

MessageSujet: Re: un bain pour deux [PV Koumei]   Mar 10 Juin - 11:32


Rencontre insolite.




Une fois le visage de ces agresseurs dévoilés, le Prince put admirer le visage décomposé de haine chez l’une, et d’appréhension chez l’autre. L’une était aussi agitée qu’un cheval fou alors que l’autre restait aussi calme qu’une enfant punit. Koumei avait la conviction de comprendre l’identité des deux acteurs de cette pièce effroyable, dans laquelle il était sans doute la victime. Ou plutôt, se considérait-il comme tel. Quel homme doté d’une intelligence remarquable aurait été capable de garder son sang froid à cet instant ? Après avoir été témoin d’une tentative de meurtre. De sa mort. L’égocentrisme de l’homme reprit le dessus, le rendant alors incapable de ressentir une once d’empathie. Qui sait si cette assassine avait été maltraitée pour parvenir à sa tâche ? Ou bien, peut-être était-elle victime d’Al-Thamen ? Koumei n’en avait que faire des multiples raisons qui l’auraient poussé à un tel acte. La conclusion était la même ; il avait échappé à la mort aujourd’hui. D’ailleurs par une raison qui l’ignorait.

Il était certes préparé à cela ; aux tentatives d’assassinat à son encontre. Être Prince, héritier de la famille Impérial n’était pas un grade digne d’un conte de fée comme le songeait toute âmes innocentes sortit de l’enfance. En plus des nombreuses obligations contraignantes, des devoirs et des principes à défendre. Les Princes étaient des proies alléchantes pour les meurtriers. Certains plus que d’autres d’ailleurs. Le grade croissant avec la probabilité de danger et celui du second Prince était plutôt riche en  péripéties. Surtout lorsque celui-ci se trouvait être le stratège de l’Empire. L’homme qui désigne une troupe à user d’une stratégie définie plutôt qu’une autre, sur le front, et ainsi il recevait la responsabilité indirecte, de la mort de millier de soldats. Indirecte car il n’était tout de même pas l’homme qui ordonnerait, lui restait derrière son bureau. Souvent jugé de Prince somnolant ou, Prince flemmard. Pourtant ses cicatrices d’acnés immondes qui lui parsemaient le visage témoignait de ces nuits blanches. Du manque de temps qu’il bénéficiait pour s’occuper de lui.

Mais malgré sa préparation psychologique, il restait confus, assaillit par l’incompréhension face à une situation si imprévisible. Impossible de garder sa courtoisie légendaire, alors lorsqu’il eut entendu les dires de l’insolente effarouchée, son visage sombre la dévisagea comme s’il elle représentait les pires immondices de ce monde. Sa voix froide se fit entendre pour répondre à la jeune femme, alors qu’elle venait de confirmer la thèse qu’avait songé le Prince.

- Taisez-vous.

Ce son claqua contre les murs, ces simples paroles qui se retenaient pour rester un minimum respectable. En vue de l’hésitation que l’insolente avait utilisé lors de ces infimes paroles. Elle semblait définitivement être la jeune fille à la babouche trouée. La malchanceuse qui se trouvait dans une situation infructueuse contre son gré. Ou du moins, Koumei n’en avait aucune preuve pour le moment. Puis soudainement il entendit un grognement sourd, celui d’un ventre affamé, et sans pouvoir réagir d’une quelconque façon, il sentit des dents franchir le barrage de sa peau pour mordre ardemment ses chairs. Il en lâcha l’insolente pour ainsi plaquer contre le mur l’agresseur. S’en était trop pour notre Prince qui perdit définitivement la maîtrise de son corps. Ses pulsions primaires reprirent le dessus pour l’une des rares fois dans sa vie. Un bras collé contre le cou de l’effrontée alors que l’autre retenait ses mains farouches. Son regard horriblement froid s’ancrant dans celui maintenant troublé de cette assassine aux actes irréfléchi. Mesurait-elle simplement la gravité de ses actes ? Koumei en doutait fortement mais finalement, en portait peu d’intérêt. Il dit alors à la jeune femme qui haletait désormais, le cou compressé entre l’avant bras du Prince et le mur.

- J’ignore qui vous paie mais, cette personne a fait preuve d’une stratégie déplorable en emmenant une gamine sans expérience telle que vous. Vous êtes pathétique. Regardez-vous trembler devant mes simples paroles. Il me suffirait de lever la main pour vous faire tomber de peur. Stupide gamine. Vos actes irréfléchis auront raison de vous. Et dites bien à votre employeur que vous avez faillit à votre tâche. Le second Prince ne faillit jamais, lui.

Après ces paroles, il appela plusieurs gardes pour emmener cette effrontée à l’Impératrice. Elle était peut-être de mèches avec elle. En y réfléchissant, l’un des meilleurs moyens pour affecter le premier Prince était d’atteindre la vie de ses frères. Et Koumei savait l’Impératrice vouloir affecter son aîné. Cette hypothèse se tenait donc mais, rien n’était encore vérifié. Koumei reporta alors sa main à son avant bras blessé et marqué d’une morsure accentuée. Il reporta son attention vers la gamine affamée, lui demandant encore méfiant quant à ses intentions.

- Qui êtes-vous ? Si vous êtes de mèches avec cette effrontée, dites le moi immédiatement où tortures vous seront promises.

Il n’avait put s’empêcher de garder un ton froid et d’user de menaces pour parvenir à ses fins. Bien sûr, ces paroles n’étaient certainement pas sincères mais, il était las de toutes ces péripéties et aurait bien voulut assassiner ces individus pour un peu de paix. Savaient-elles se que représentait une nuit blanche à travailler ? Une journée plus une nuit à travailler sans relâche. A donner corps à et âmes à cet Empire pour au final frôler la mort dès son repos. Avait-il mérité un tel remerciement pour son dévouement à cet Empire ? Enfin, il espèrait simplement pouvoir faire un minimum confiance à cette gamine qui semblait bien troublée.



Revenir en haut Aller en bas


avatar
Invité
Invité

MessageSujet: Re: un bain pour deux [PV Koumei]   Mar 10 Juin - 19:54






Après ce soubresaut de violence, le deuxième prince de l'empire Kou reporta toute son attention sur Eris.

La gamine, qui n’avait pas bougé de l’endroit où l’homme l’avait lâché, se recroquevilla sur elle-même, se protégeant la tête de son bras, prête à recevoir un coup. Mais rien ne vient. Juste une question qui suait le soupçon et les menaces :

«- Qui êtes-vous ? Si vous êtes de mèches avec cette effrontée, dites le moi immédiatement où tortures vous seront promises. » 

Le monsieur, te pose une question Eris, il serait bien que tu y répondes et vite, si tu ne veux pas qu’il sépare ta tête pleine de vide du reste de ton corps. Alors on se ressaisit plutôt que de laisser la panique te faire penser à n'importe quoi.

La saltimbanque se redressa un peu. Toujours sur la défensive, elle regarda le seigneur avec une méfiance remplie de terreur. Puis faisant un gros effort de contrôle de soi, l’adolescente finit par déglutir avant de pouvoir articuler :

« - Non, je n’ai rien à voir avec… cette personne… je ne la connais même pas… je ne sais pas… qui elle est… j’étais là par hasard. Pour tout dire, il y a moins d’une demie heure de cela,… je ne savais même pas où j’étais... Même pas dans quelle partie du monde. Mais personne dans ce palais ne … ne... semble vouloir me croire sur ce point. »

Eris repensa avec terreur à la terrible fanalis et à son épée qui avait voulu l’embrocher en la traitant de menteuse. Cette vision la fit frissonner autant que ses vêtements dégoulinant d’eau.

Même si elle était une mythomane éhontée, il restait encore un peu d'honneur à l'ancienne voleuse qui ne supportait pas qu'on l'accuse de mensonge quand elle disait la vérité. Ce sentiment d'injustice lui permit de réunir le peu de courage qui lui restait . Avec toute la sincérité dont elle était capable,  la fille des sables redressa la tête et, plantant son regard de jade dans les prunelles du prince, elle déclara d'une voix encore chevrotante:

«  - Et vous pouvez me torturez autant que vous voulez, mais cela n’y changera rien. Je n’ai pas choisi d’être ici. Et depuis que je suis arrivée, bien malgré moi je le répète, il ne m'arrive que des ennuis. J'ai failli me faire tuer. On m'a traité de voleuse, alors que je n'ai rien volé, puis d'espionne, alors que j'en suis pas une. On m'a poursuivit. J'ai fait une chute de plusieurs mètres de haut. Je me suis trouvée toute nue devant un homme pour la première fois de ma vie. Je fais tomber une tueuse ,sortie d'on ne sait où, qui tente aussitôt de se venger. Et maintenant on me menace de me torturer. » 


Après cette longue tirade, la demoiselle du désert s'arrêta quelques secondes pour reprendre son souffle. Puis elle ajouta :


«  Alors, sauf votre respect, votre altesse, ou n'importe quel titre qu'il faut utiliser pour vous adresser la parole, je n'ai qu'une envie c'est partir.  »

Nouveau gargouillis. Son estomac lui rappelait que décidément non, avant de quitter ce palais, il fallait qu'elle mange, sinon il lui ferait un scandale.


Rougissant à nouveau, Eris serra ses bras sur son ventre en rentrant la tête dans les épaules. Elle se sentait si fatiguée. Si misérable. Elle avait faim, elle avait froid, elle avait peur. Qu'est ce qu'une pauvre petite créature comme elle avait fait à l'univers pour qu'il lui en veuille à ce point ? A ce stade là, c'était de l'acharnement.

Une larme coula sur sa joue.

D'une toute petite voix, la gamine murmura :


« -Moi tout ce que je voulais c'était un endroit tranquille où me reposer et un truc à manger. Vous savez, ça fait plus d'un mois que je n'ai pas vraiment dormi. Presque autant que j'ai pas eu un repas complet. Je suis épuisée, lessivée... alors je vous demande pas votre pitié, je vous supplierai pas à genoux pour avoir votre clémence ou votre pardon. Je demande juste de pouvoir partir pour aller dormir dans un coin... et aussi de récupérer mon pantalon. »

Revenir en haut Aller en bas


avatar
Invité
Invité

MessageSujet: Re: un bain pour deux [PV Koumei]   Jeu 12 Juin - 11:38


Rencontre insolite.



Après sa simple question qui soulignait la méfiance que portait le Prince envers autrui dès à présent, il n’eut plus qu’à écouter sagement le petit monologue de son interlocutrice. Il n’en restait pas moins sceptique et ses sourcils se fronçaient progressivement. Heureusement n’avait-il pas son éventail  orné de longues et sombres plumes avec lui, pour faute de l’avoir laissé dans sa chambre avant d’aller se baigner, sinon la jeune fille se serait sentit encore plus oppressée par l’aura sombre du Prince. Les paroles de la gamine étaient toutes aussi spectaculaire les une que les autres. Pourtant elle semblait aussi sincère que confuse et peut-être même se trouvait-il dans sa voix, une once de sentiment d’infériorité. Pourtant le Prince n’avait en aucun cas souhaité sortir de ses gonds mais la situation l’en avait contraint et à présent, il en soupira en y resongeant. Et vint nonchalamment porter sa main à sa nuque pour se gratter, un tic qu’il utilisait fréquemment pour désigner son embarra ou pour s’excuser.

Puis, la petite gamine reprit de plus belle ses dires, avec un peu plus d’assurance elle entama son récit parsemé de péripéties. Koumei était de plus en plus suspicieux. Il fallait avouer que tout ceci était bien hasardeux et ça n’avait rien d’anodin. Le stratège avait du mal à croire au destin et toutes ces superstitions futiles pourtant, si elle n’avait pas été là, si cette dite insolente n’avait pas croisé le chemin du violine, serait-il toujours vivant ? Elle ne lui avait toujours pas dit si elle avait un rapport avec le fait que la stupide assassine avait lamentablement faillit à sa tâche mais, il commençait à croire qu’elle lui avait certainement sauvé la vie. Loin de vouloir la vénérer, il se contenterait de la respecter et lui offrir tout ce qu’elle souhaiterait. Mais avant cela fallait-il encore être certain de cette thèse pour le moins insolite.

Quand soudain un nouveau bruit strident provenant du ventre affamé de la gamine, retentit jusqu’aux oreilles fatiguées de Koumei. Il aperçut alors quelques flots salés tout droit décrocher de l’abysse des pupilles de cette jeune fille avant qu’elle ne continue, toujours de son langage quelques peu déplacé et maladroit. Koumei en devint un peu plus troublé. Il ne s’attendait en rien à ce que cette jeune fille se mette à pleurer devant lui, méprisant son propre sort. Son aura sérieuse venait de la quitter pour laisser place à un homme bien plus attendrit. Il dit alors, pour la rassurer et dans le même temps, s’ôter une faute pour qu’il se sente un peu moins coupable. En effet elle semblait si fragile, elle était sincère et n’avait apparemment pas demandé à être ici en ce moment même et cela se voyait sans problème. Alors un soupire franchit ses fines lèvres avant qu’il ne dise, un air plus paisible mais toujours désabusé.
                                                                                                                                  
- Hm. Aussi naïf cela peut-il paraître, j’en ai assez de toutes ces péripéties et par conséquent, je veux bien vous accorder un minimum de ma confiance. Aussi, j’aimerai rajouter que… je n’ai absolument rien vu de votre anatomie, si ça peut vous rassurer. Venez, je vais rassasier votre estomac.

Dit-il en lui tendant la main.





Revenir en haut Aller en bas


avatar
Invité
Invité

MessageSujet: Re: un bain pour deux [PV Koumei]   Ven 13 Juin - 13:31





Eris regarda la main d’un air surpris. Ses oreilles ne l’avaient-elles pas trompé ? Avait-elle bien entendu ? Ce grand homme à la mine si sombre avait-il bien dit :
 
« - Hm. Aussi naïf cela peut-il paraître, j’en ai assez de toutes ces péripéties et par conséquent, je veux bien vous accorder un minimum de ma confiance. Aussi, j’aimerai rajouter que… je n’ai absolument rien vu de votre anatomie, si ça peut vous rassurer. Venez, je vais rassasier votre estomac. »

S’agissait-il là d’une manœuvre mesquine de ce haut personnage pour essayer de la rassurer afin de mieux l’attaquer par la suite ? Non. S’il avait vraiment voulu lui faire du mal, il lui en aurait fait. Et même sans se salir les mains. Il aurait suffi d’un mot sortant de sa bouche pour que les gardes qui venaient d’emporter l’assassin se saisissent de sa personne. Et la torture n’aurait pas été qu’une menace. L’ancienne voleuse en était certaine.

Alors pourquoi ce changement d’attitude ? Le deuxième prince avait il prit pitié de la voyageuse ? Ou existait-il les mêmes traditions au pays de Kou que dans le désert ? En effet quand quelqu’un sauve la vie à un nomade des sables, ce dernier se doit de le suivre et le servir jusqu’à qu’à son tour il lui sauve la sienne. Une vie contre une vie. 



C’était peut-être ça. En tout cas, si cet homme lui offrait de quoi manger, aux yeux d’Eris, cela lui suffisait amplement pour payer sa dette : son estomac se morfondait de plus en plus.

 La demoiselle attrapa donc la main tendue en rougissant puis recommença à s’excuser:

« - Je suis vraiment désolée. Ce n’est vraiment pas dans mes habitudes de me balader toute nue. Mais je pensais vraiment être toute seule quand je suis tombée du plafond.  Alors j’ai pris peur.»


De nouveau calme, Eris sourit pour la première fois au prince, commençant à peine à croire en sa chance.

« - En tout cas, je vous remercie de me croire. Vous êtes bien le premier. Et merci de me pardonner pour la babouche. C’était un réflexe. Stupide. Mais un réflexe tout de même. »


La gamine tenta de rajuster ses vêtements trempés qui continuait à dégouliner d’eau. Elle ne savait plus vraiment quoi dire et comment se tenir face à un prince. Avec son manque d’éducation, elle avait peur de dire ou faire quelque chose de mal qui le mettrait à nouveau en colère. Alors elle attendit en silence la suite des événements.



Dernière édition par Eris Personne le Mer 18 Juin - 18:39, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas


avatar
Invité
Invité

MessageSujet: Re: un bain pour deux [PV Koumei]   Mar 17 Juin - 12:04


Rencontre insolite.



Des excuses et encore des excuses. Le Prince en avait définitivement assez de toutes ces jérémiades. Son aura sombre restait inlassablement scotchée à ses traits, soulignant son mécontentement face à une situation si imprévisible. Il méprisait ce qui venait de se dérouler mais ignorait ce qui l’irritait le plus entre le fait d’avoir une dette envers une inconnue ou bien avoir été dérangé durant son temps libre. Il en aurait presque souhaité voir pleurer l’effrontée lorsqu’elle était sous l’influence de ses paroles oppressantes. Enfin, il devait se concentrer et redevenir maitre de son corps. Une allure nonchalante accompagnée d’un air désabusé, voici la seule facette de son caractère qu’il fut en mesure de pouvoir dévoiler alors que cette gamine serait certainement troublée et apeurée.

Pourtant elle attrapa sa main et daigna se lever toujours en s’excusant face au Prince. Celui-ci lâcha sa petite main juvénile lorsque sa détentrice fut levée, il prononça alors en se dirigeant vers la salle de bain.
- Cessez de parler. Je suis fatigué. Attendez-moi là.

Il pénétra dans la salle de bain qu’il avait précédemment quitté. Y resta quelques minutes puis en ressortit avec une serviette sèche et une tunique immaculée de blanc pur qu’il donna à l’insolente.

- Tenez, nous allons aller jusqu’à la salle à manger et ensuite vous vous habillerez. Pour le moment marchez en silence, s’il vous plaît.

La marche fut alors aussi longue que sinistre. Aux bruits des pas régulier croissant vers la salle à manger tant attendue, Koumei restait éternellement silencieux, ne daignant pas observer son interlocutrice. Pour le moment il recherchait désespérément la sérénité. Alors lorsqu’il eut entré dans la salle fatidique, il fit signe aux servantes de dresser une table pour servir à manger à la jeune femme. On lui demanda alors de s’assoir, lui et la jeune fille, à une table scintillante, ornée de strass et d’or. La salle en elle-même était aussi immense que luxueuse. Celle-ci témoignait de la richesse qu’avait accumulée la famille Impériale au fil des ères. Une richesse incomparable tout comme la puissance que représentait cet Empire.

Finalement, après une petite attente, les plats arrivèrent. Pour le second Prince se fut du calmar frit car, celui-ci en raffolait et après une nuit blanche et tant de péripéties il s’était accordé un petit plaisir tel que celui-ci. Pour l’inconnue se fut un plat typique de l’Empire ; de la viande rouge avec des légumes. Koumei n’était pas certain qu’elle apprécie cela mais multiples mets savoureux étaient disposés sur la table, au cas où.

- Allez vous changer avant de ne manger. Les servantes vous aideront à vous revêtir de cette tunique.

Aussitôt dit, aussitôt fait. Une servante arriva avec un paravent pour changer la jeune femme alors que le Prince attendait sagement que celle-ci vienne manger, avant d’attaquer lui-même son plat.




Revenir en haut Aller en bas


avatar
Invité
Invité

MessageSujet: Re: un bain pour deux [PV Koumei]   Mer 18 Juin - 18:31







Comme on lui avait dit de se taire, Eris n'ouvrit plus la bouche de tout le trajet jusqu'à l'immense salle à manger. Elle suivit discrètement son illustre guide en trottinant silencieusement derrière lui. Le grand personnage ne semblait pas d'humeur bavarde  et affichait un air désabusé.

Drôle de réaction tout de même, pour un type qui avait failli se faire tuer moins de cinq minutes plus tôt et qui maintenant invitait une parfaite inconnue à manger à sa table. Eris se serait attendue à une nouvelle série de questions. Au moins, un peu de curiosité. Mais non, le jeune homme à la chevelure violine avançait d'une démarche nonchalante dans les couloirs. Il semblait insensible à ce  décor rutilant où la richesse de la famille impérial s'affichait de manière ostentatoire.

Du moins, ça c'était rien en comparaison de la salle à manger. De l'or , du marbre, des bois précieux... tout semblait être fait du matériel le plus noble. En tant qu'ancienne voleuse, Eris observa la pièce d'un air connaisseur. Rien que la vente d'une des petites cuillères en nacre aurait pu faire vivre une famille entière de paysan durant un mois. Comment pouvait on se vautrer dans autant de luxe alors que dehors il y avait des gens qui mourrait de faim ?

Cachant sa désapprobation, derrière une expression neutre, la saltimbanque attendit la suite.

Avant de manger, le second prince envoya la voyageuse dégoulinante  d'eau se changer derrière un paravent. Des servantes voulurent l'y aider. L'adolescente refusa poliment en souriant. C'était très gentille, et elles ne faisaient qu'obéir aux ordres mais la gamine n'était pas assez empotée pour avoir besoin de quelqu'un pour s'habiller. Rapidement elle se sécha elle même et se changea.

C'est alors que se posa un problème. La tunique donnée, n'avait pas de poche.  Que pouvait elle faire des trésors qui restaient en sa possession ? Elle ne pouvait pas les laisser sans surveillance.  La voyageuse comptait trop sur leur revente pour entamer son voyage. Et il était hors de question de les abandonner comme elle avait été obligée de le faire avec ceux qui étaient restés dans le jardin.

L'ingénieuse demoiselle réussit à cacher les pierres précieuses dans sa bourse qu'elle portait toujours sous son vêtement, contre sa poitrine.  Pour le reste, des bijoux, la fille des sables n'eut pas le choix. Il lui fallait les porter faute de pouvoir les cacher. C'est ainsi qu'elle alla s'asseoir à la table du plus grand stratège de l'empire Kou, parée comme une princesse.

Dans cette accoutrement, la jeune fille se sentait un peu ridicule, empruntée, elle n'avait pas l'habitude de porter des choses aussi chère. Pourtant, elle agissait comme si c'était naturel.

S'installant en face de lui , là où l'attendait son assiette, Eris patienta en silence jusqu'à qu'il commence à manger. Elle manquait peut être de connaissances en matière d'étiquette, mais elle savait qu'il était impoli de s'empiffrer avant son hôte. Autant être un minimum courtoise pour ne pas réveiller sa colère.

De toute façon , notre héroïne prit son temps pour manger. Une personne qui a passé autant de temps qu'elle sans se substanter convenablement ne doit pas avaler une trop grande quantité d'aliments d'un coup. La saltimbanque le savait parfaitement. Elle ne voulait pas être malade. Alors elle prenait de petites bouchées mâchant lentement et en silence. Cette retenue aurait pu facilement être prise pour la marque d'une éducation raffinée. D'autant que l'adolescente maniait avec délicatesse et précaution sa fourchette, comme l'aurait fait une noble demoiselle de la cour. En fait, c'est juste que notre végétarienne triait discrètement les aliments qui avaient trempé ou non dans le sang. C'était un crève cœur pour elle de ne pas pouvoir finir son assiette, mais jamais elle n'avait pu manger de la viande. D'ailleurs, même mourante de faim, rien ne pourrait l'obliger à le faire.

Quand la demoiselle eut fini de faire un sort aux légumes, une servante silencieuse arrive pour lui retirer son assiette. Eris la remercia d'un murmure avec le sourire. La jeune femme parut surprise de cette marque d'attention mais ne dit rien disparaissant avec les plats par une porte.

Restée seule avec le prince, le temps qu'on apporte le dessert, la fille des sables n'osait rien dire. Elle regardait d'un air inspiré la nappe blanche attendant que l'homme à l'air maussade daigne enfin lui adresser la parole
.
Revenir en haut Aller en bas


avatar
Invité
Invité

MessageSujet: Re: un bain pour deux [PV Koumei]   Mer 25 Juin - 14:02


Rencontre insolite.



Une fois la jeune fille cachée derrière le paravent orné de majestueux dragons s’entrelaçant tels des marques de puissances richissimes. Le second Prince de l’empire militaire se mit à soupirer doucement en se massant les tempes. C’était certainement le seul moment de répit qu’il possédait en cette journée parsemée de péripéties épuisantes. Un moment aussi infime qu’apaisant. L’odeur du calmar frit valsait doucement jusqu’à son fin nez pour lui faire oublier l’espace d’un instant, l’infâme réalité qu’il aurait encore à affronter durant quelques heures, ou plutôt, quelques années. Finalement, le destin avait peut-être mit ladite saltimbanque sur la route du violine pour lui rappeler que son grade méritait plus de méfiance qu’il n’avait effectué ces dernières heures ? Non, impossible, le destin n’est que futile banalité inventée pour les plus faibles de ce monde, c’est ce que Koumei se rabâche inlassablement depuis quelques minutes, comme pour s’en persuader. Pourtant, il fallait avouer qu’inconsciemment, celui-ci se promettait d’être plus vigilant à l’avenir. Enfin, il ne fallait tout de même pas qu’il en devienne maniaque, cela ne lui ressemblait point et un tel changement dans son comportement attirerait d’autres assassins et cette fois, certainement plus professionnels que celle d’aujourd’hui. Koumei se surprit lui-même à songer comme si renouveler l’évènement du jour n’était que banal.

Quand enfin, la jeune fille ressurgit du paravent pour s’assoir en face du Prince, un air étrangement serein et naturel ornant ses traits juvéniles. Ca divergeait bien de l’expression du visage qu’offrait Koumei à l’inconnu. Un sourcil froncé en guise de mécontentement et l’autre haussé pour souligner l’étonnement qui parcourait la victime de cette affreuse journée. Qu’était-ce cet accoutrement ? En effet, la vision que dévoilait la jeune effrontée surprit grandement notre cher stratège qui finirait certainement par perdre patience si tous ces évènements imprévisibles persistaient à entraver sa journée qui  initialement se voulait paisible. Les orbes rosés du Prince eurent détaillé chaque parcelle du corps de l’énergumène face à lui. Tous ces joyaux aussi resplendissants soient-ils ne ressemblaient pas à ceux de l’Empire familial. Koumei connaissait les parures et les bijoux de sa famille sur le bout des doigts. Après avoir passé vingt huit années parmi les richesses de sa propre famille et en avoir bénéficié, il finissait par être las de ce décor pour le moins, grandiose et outrageusement dévoilé. Car pour pouvoir bénéficier d’une telle vue quotidiennement il fallait être soumit aux coutumes ancestrales et être la proie des assassins comme l’exemple vécu plus tôt. Une question survint alors chez le stratège. A qui appartenaient ces joyaux bien trop lourds et grands pour une enfant de seulement une quinzaine d’années ? Koumei ne tarderait pas à le savoir puisqu’il vint alors transpercer le silence présent dans la pièce pour s’adresser de sa voix froide, à la jeune femme.

- Vous ne m’avez toujours pas répondu, jeune demoiselle. Je vous ai demandé plus tôt, quelle était votre identité, mais vous n’avez pas daigné me répondre. Il vaudrait mieux que vous le fassiez maintenant. Et, que faîtes vous dans un tel accoutrement ? Vous m’avez peut-être sauvé la vie, ou bien je le songe, mais ne pensez pas que je vous laisserais dérober les richesses de ma famille. Les anciens détenteurs de ces joyaux doivent pleurer leurs richesses disparut à cette heure-ci, pas vrai ?

Durant ces paroles il avait ancré son regard propice à une conversation sérieuse, dans celui de l’énergumène intrigante qu’était son interlocutrice. Il espérait qu’elle lui répondrait avec toute la sincérité dont une gamine pouvait faire preuve. Une servante vint poser sur la table, aux côtés du Prince, un éventail aux plumes aussi sombres que l’obscurité d’une nuit sans étoiles. Son détenteur remercia simplement la servante et se remit à déguster avec appétit, son plat préféré. Les saveurs enivrantes valsant jusqu’à ses papilles, le rendant plus égaillé que précédemment. C’est à ce moment qu’il remarqua un fait, peut-être pas primordiale mais cela restait une information de plus sur cette gamine. En vue de la quantité initiale de viande présente dans son assiette, et celle à la fin de son repas, elle semblait être végétarienne peut-être ? Alors Koumei eut demandé à la servante présente en ces lieux d’apporter une salade aux multiples légumes frais, celle-ci s’excécuta dans une impatience à ce que le silence pesant soit pourfendu par l’intrus de ces lieux.

Spoiler:
 


Revenir en haut Aller en bas


avatar
Invité
Invité

MessageSujet: Re: un bain pour deux [PV Koumei]   Sam 19 Juil - 20:26







« - Vous ne m’avez toujours pas répondu, jeune demoiselle. Je vous ai demandé plus tôt, quelle était votre identité, mais vous n’avez pas daigné me répondre. Il vaudrait mieux que vous le fassiez maintenant. Et, que faîtes vous dans un tel accoutrement ? Vous m’avez peut-être sauvé la vie, ou bien je le songe, mais ne pensez pas que je vous laisserais dérober les richesses de ma famille. Les anciens détenteurs de ces joyaux doivent pleurer leurs richesses disparut à cette heure-ci, pas vrai ? »


Eris prit sur elle pour ne pas faire une réponse cinglante à son hôte.


Elle se contint de lui dire qu'au lieu de prendre ses grands airs, il ferait mieux d'être un peu plus gentil car en face de lui se tenait la personne qui lui avait éviter de macérer dans son propre sang. Qu'il avait beau être prince d'un empire il n'en restait qu'un homme et qu'on fait bien moins le malin avec un poignard dans le cœur. Qu'il n'avait pas le monopole de la richesse. Qu'on pouvait être riche sans voler. Et que toute façon les richesses qui s'accumulaient dans cette salle sa famille l'avait usurpé à son peuple. Et que s'il ne pouvait pas voir la vérité en face , elle s'en tamponnait l'oreille avec une babouche.


Mais cela aurait été malvenue et dangereux de lui dire le fond de sa pensée. Donc même si elle bouillonnait Eris garda son sang froid , du moins en apparence. Bénissant les cours de théâtres et de pantomimes auxquels étaient astreint tous les enfants du cirque, la saltimbanque garda un masque impassible sur le visage et d'un ton neutre elle répondit au prince:


« - En effet, je vous ai sauvé la vie. Et pour répondre dès maintenant à vos accusations... ces biens m'appartiennent de droit. D'ailleurs ce que je possède a une telle valeur que même si vous me proposiez de me le racheter, ne serait-ce qu'une petite parcelle, avec l'ensemble des pierres précieuses de votre empire, je refuserai de vous le vendre car vos joyaux n'y suffiraient pas. Donc, je n'ai que faire des richesses de votre famille.  »


Pour se donner de la contenance la fille des sables saisit son verre dans un élégant mouvement de poignet et bu une gorgée du breuvage qu'il contenait avant de poursuivre :


« - Au contraire, sachez que je viens d'apporter ma contribution à votre empire. Dans vos jardins se trouvent plusieurs sacs remplis de divers trésors qui j’espère, seront à votre goût. »


Elle sourit poliment à Koumei avant de reposer son verre :


« - Quand à qui je suis... »


La finaude laissa un temps de flottement pour faire son effet.


« - Je suis Personne. Une voyageuse. Quelqu'un de passage qui comme je vous l'ai dit plutôt ne cherche qu'un endroit pour se reposer avant de reprendre sa route. »


Petit à petit, Eris prenait de l'assurance avec son personnage de composition et ce sans jamais mentir à l'homme à la chevelure violine. Elle se sentait détendue, sûre d'elle.
Inconsciemment la fille des sables se mit à jouer avec l'anneau qui ornait le pouce de sa main gauche.
.
Revenir en haut Aller en bas


avatar
Invité
Invité

MessageSujet: Re: un bain pour deux [PV Koumei]   Ven 11 Déc - 12:51

Abandonné
Revenir en haut Aller en bas
 
un bain pour deux [PV Koumei]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» un bain pour deux [PV Koumei]
» Une table pour...deux? [Libre]
» Un bain pour se détendre...
» Une pizza pour deux ? [Mickaël]
» Petit cuvier pour deux - Cuvier "est"

Permission de ce forum:Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
MAGI RPG :: Archives-
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetSauter vers: