AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 « Je t’emporterais avec moi dans ma déchéance. » PV • Survival & Famita.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


avatar
Invité
Invité

MessageSujet: « Je t’emporterais avec moi dans ma déchéance. » PV • Survival & Famita.   Ven 3 Jan - 22:09



Ces chaussettes, anormalement d’une couleur beige, marchait en travers les morceaux de pierres qui se dressaient devant sa route, ne s’abstenant pas d’écorcher d’avantage ses seules et uniques chaussures à ses pieds. Concernant ses jambes fines et élancées, elles menaçaient de l’abandonnée à sa fatigue qu’elle avait accumulée dût à ses recherches successives dans les diverses maisons présentent ici. C’était un village fantomatique probablement abandonné depuis une certaine quantité de temps. A en croire par les différents aspects de l’état des meubles et des objets qui étaient restés ici, cela devait faire des mois que personne n’avait accomplis un quelconque ménage dans ces misérables maisonnettes. Les murs ne tarderaient pas à être dévoré par le temps qui passe et larguerons leur poids de leurs épaules. Ah. Si Survival pouvait faire de même, si elle pouvait tout abandonnée en l’espace d’un instant pour se laisser-aller dans un repos bien mérité. Mais c’était comme si je demandais qu’elle soit débarrasser de toute corruption, c’est une chose qui est impossible. Quoi qu’il en soit elle avait une mission à accomplir dans ce village et elle comptait rapporter des informations délicieuses à ses supérieurs. Aucuns détails ne devaient échapper à sa circonspection. Tout devait être soigneusement enregistré dans son cerveau incroyable, même ses yeux écarlates analysaient chaque objet qui lui tombait sous la main. Jamais elle n’aurait fait de meilleur travaille en étant, pourtant, fatiguée de la route qu’elle avait faite pour parvenir ici. Bienvenu dans l’empire Kou, empire qu’elle trouvait fort intéressant pour leurs prises de têtes familiales légendaires de la part de la famille royale recomposée. D’ailleurs elle n’avait guère peur d’eux et n’hésitait pas à dire ce qu’elle pensait à leur atmosphère, bien sûr tout en restant inconnue à leurs égards.

 Certes, nous avons compris qu’elle se trouvait dans l’empire Kou située dans un village abandonnée pour une mission d’information. Désormais il faut prendre conscience de ses agissements dans ces maisons. Nous la retrouvons dans la troisième baraque à gauche, obscurcie par l’ombre de l’arbre qui avait osé grandir devant cette dernière. La maison ne possédait aucune porte et le sol était répugnant, seul un matelas semblait servir de lit pour la famille qui vivait ici précédemment, rempli de moisissure et diverses tâches de sang. Habituellement, le sang alléchait Survival. Mais cette fois-là, elle avait sa main appuyée contre sa bouche, son corps penché ridiculement en avant. C’était l’effet montagne russe, mais dans le mauvais sens. L’odeur présente dans cette pièce n’arrangeait guère les choses, enfin peut être pour les mouches qui semblaient apprécier tourner autour de la chose. La lapine recula vivement, son dos heurtant une étagère qui s’était permise de contre-attaquer en laissant basculer un objet, autrefois en sa possession dans une de ses tablettes en bois. L’objet en question se brisa sur le sol, laissant une surface visqueuse être libérée et s’accrocher à un morceau de sa chaussette. Cette fois, Survival n’attendit pas et partit rapidement de cette demeure pour rejoindre la suivante, tapant considérablement son pied contre le sable ou la pierre.

 C’est en entrant dans la demeure suivante, le pied toujours accaparé par cette substance gluante, qu’elle fût étonnée de trouver une silhouette humaine. Des cheveux ressemblant aux siens, seulement avec une taille abondante, cela devait demander beaucoup de soins intensifs pour son propriétaire qui semblait être une femme. En particulier cette coupe de cheveux ressortant de l’ordinaire pour notre lapine, de longues couettes descendant bien bas. Cette femme pourrait faire peur, mais pas à notre Survival qui n’avait peur de rien et ne se laisserait pas intimidée par cette femme à l’apparence gothique. Son visage pâle vint montrer ses crocs immaculés alors que ses sourcils se fronçaient, rempli de méfiance.

- « T’es qui toi ? T’es originaire de c’te village ? »

Avait-elle prononcée désagréablement, aucune formule de politesse n’avait vu le jour dans ses paroles. A vrai dire, dans ce genre de situation, elle était censée être la seule présente dans ce village abandonnée. Au moindre bruit ou geste brusque elle serait capable de foutre le feu à la baraque tellement elle ne se sentait pas en sécurité ici. Avec cette foutue impression d’être sans arrêt épiée, jamais seule et tranquille. C’était certain, Survival allait sans aucun doute avoir une crise si elle restait dans une telle situation plus longtemps.


Dernière édition par Survival le Sam 4 Jan - 20:25, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas

SUBORDONNÉ DE KOUMEI

۞ 1ère apparition : 17/07/2013

۞ Rukhs : 521

۞ Rukh rose : Célibataire

۞ Localisation : Bloquée dans l'empire Kou avec un Koumei psychopate!

avatar
Famita Karan
SUBORDONNÉ DE KOUMEI

MessageSujet: Re: « Je t’emporterais avec moi dans ma déchéance. » PV • Survival & Famita.   Ven 3 Jan - 23:16

Se rendre dans des empires lointains comme celui de Kou n'était pas dans les habitudes de ma modeste famille de vendeurs de tapis. Malheureusement ce ne fut pas une partie de plaisir non plus et ça, je l'ai bien compris lorsque j'ai bouclé ma valise pour partir en voyage avec eux. Je l'ai fais par curiosité car comme je l'ai déjà dis nous n'avons pas beaucoup l'occasion de franchir de nouvelles frontières en partant loin comme nous le faisons mais aussi par choix. Peut être qu'ils ne me font pas assez confiance et redoutent que je mette la pagaille en leur absence?  Je trouve leur naïveté adorable.

Je cause déjà bien des problèmes en volant les autres et ils ne l'ont jamais remarqué. Je suis une vraie fourbe, la reine du mensonge. Et quand on a un don, on l'utilise. Comment? Le dicton n'est pas plutôt "un grand pouvoir implique de grandes responsabilités" ? Je ne connais pas cette devise. Et même, je ne vois pas où est le rapport.

Bref, toujours est-il que ce n'est pas d'un grand intérêt de se rendre sur une nouvelle terre dans l'unique but d'inspecter les tapis qui devraient mieux convenir à nos nouveaux clients. Pourtant, ça ne m'a pas empêché de prendre le bâteau pour arriver jusqu'ici. Le plaisir de ma compagnie vaut tout les donjons du monde et c'est vrai que mes parents travaillent dur pour gagner leur vie et permettre à notre famille de manger à sa faim, voilà leur récompense.

En revanche, la leur, de compagnie, m'a vite ennuyé. Cela n'a rien de personnel. Je suis une lady qui se lasse vite, voilà tout. Ma place n'est tout simplement pas auprès des marchands et des tapis au milieu d'un marché. Non. Ma place se trouve dans un donjon remplie de richesses. Et je le prouverai. J'en trouverais un. J'en ai fais ma promesse.

Me voilà donc dans un village pau... Abandonné serait le terme qu'il lui convient le mieux. En effet, seul le bruit des oiseaux se fait entendre ici. Pas de hurlement de marchand esclavagiste , ni même de bruit de femmes nourrissant leurs bébés, le son des outils que les hommes utilisent pour travailler et de ce fait, survivre, n'est pas présent non plus. J'aime avoir une cour pour m'acclamer ou même voler des bijoux. Mais étrangement, cela ne me dérange pas plus que ça.

Un endroit tranquille dépourvue de toute population. C'est ce que je cherchais. Les lieux silencieux sont parfaits pour réfléchir, se remettre en cause... Ce serait avec plaisir que je vous fasse un petit discours psychologique sur ma personne mais avant cela, trouvons un endroit plus calme, voulez-vous? Ces fichus volatiles m'empêche de me concentrer.

C'était donc dans une demeure poussiéreuse mais sûrement l'une des moins sales, après l'avoir quasiment toutes visité, qui ne convenait certes pas à une grande dame comme moi mais qui restait un minimum confortable. Je me demande bien pourquoi ce village est aussi délaissé... Avec un petit coup de ménage dans quelques maisons, je suis certaine qu'il pourrait être plus accueillant. Ce fut donc dans un profond soupir que j'espérais pouvoir me reposer dans cette vieille demeure...

- « T’es qui toi ? T’es originaire de c’te village ? »

Cette voix me fit immédiatement sursauter. Moi qui croyais que cette maison était inhabitée... Cela a dû sûrement dérangé le propriétaire que je la squatte comme ça mais comment aurais-je pu m'en douter? Et puis ce n'est pas comme si j'avais fais quelque chose de mal pour une fois. Tout ce que je voulais c'était faire une petite sieste, rien de plus. De plus, si il s'agit vraiment du propriétaire, même si je commence à en douter fort à cause de cette voix enfantine, il pourrait donner un petit coup de balaie histoire de donner l'impression que quelqu'un habite ici. Je ne suis donc pas totalement en faute.                                                                                                       Je pose mon regard à la fois glacial et endormi sur mon interlocutrice. Ce n'est qu'une enfant. Elle trouve ça amusant de m'effrayer de cette façon?

-Tss...

Je ne prends même pas la peine de me lever de mon siège. J'étais si bien avant qu'elle vienne. Je me mettrai debout lorsque le besoin s'en fera sentir. Je repose mon air méprisant sur la jeune fille. Si ma mémoire n'était pas aussi bonne, je jugerai qu'il s'agit d'Afi, avec ses jolies cheveux noirs et ses yeux de la couleur du sang. Or, ma peste de petite soeur est blonde.

-Je ne vois pas pourquoi je me donnerai la peine de répondre. Etant donné la façon dont tu me parles.

Même si cette gamine mal élevée semble être agressive, je saurais me défendre avec mes lames parfaitement cachées sous mes habits et si elle tente de me blesser, je fuirais en courant aussi vite qu'un cheval.


couleur: #ff3333
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Invité
Invité

MessageSujet: Re: « Je t’emporterais avec moi dans ma déchéance. » PV • Survival & Famita.   Sam 4 Jan - 5:21



Désagréable, aussi désagréable que notre lapine. Quel dommage qu’elles étaient deux ennemies, j’aurais été certaine qu’elles auraient faits un très bon duo et auraient accompli bien des prouesses ensembles. Malheureusement, elle s’avérait être une adversaire de taille et j’espérais qu’un combat ne prendrait aucunement pars dans cette partie du pays, rien ne pourrait arrêtée Black Rabbit si un combat s’entreprenait contre cette magnifique poupée en porcelaine qui se trouvait devant elle. D’ailleurs, le fait qu’elle avait déposé son regard méprisant sur sa personne prouvait à notre lapine qu’elle possédait de l’assurance dans ses actes, ou alors serais-ce une mise en scène venant de la marionnette blanchâtre ? Et d’où venait toute cette assurance qu’elle s’était appropriée ? Pensait-elle sérieusement que Black Rabbit n’était qu’une ridicule gamine qui s’amusait à faire des farces ? Elle se trompait dangereusement et s’était ce caractère qui la rendait si intéressante aux yeux de notre espionne. Cette dernière croisa ses bras sur son thorax, fortement dévoilée dût au fait que son seul habit était ouvert en son milieu, forte heureusement son soutien-gorge noire pouvait encore cacher sa poitrine consistante qui avait été mise en valeur. Le visage élancé déplacé soigneusement dans l’espoir de lui faire comprendre qu’elle l’observait de haut, Survival dessina un sourire hautain pendant que ses yeux se remplissaient d’une passion pour la personne qui se trouvait devant elle. Malheureusement pour la petite poupée éphémère, notre lapine avait rapidement pris en compte l’imprudence dont elle avait fait pars face à sa personne. Et c’était très mauvais.

- « Bah alors Géraldine ? On me reproche mon manque de politesse ? Parce que ta petite personne est méticuleusement une princesse entourée de politesse à la maison ? » Son sourire disparut brusquement de son visage, prenant un air abominablement effrayant. « ‘Te fou pas de moi. Ici, t’es pas chez toi. Je suis d’ailleurs désolée pour le fait que tes parents ne t’aient guère appris à quel point le monde extérieur pouvait être dangereux, soit heureuse d’être tombée sur moi plutôt qu’une personne répugnante qui aurait pu te tomber sur la gueule.  »

Ça, s’était dit. Cette pauvre demoiselle avait été présente dans cette baraque au mauvais moment et devait maintenant se coltinée une psychopathe en début de crise cérébrale. Survival détourna son regard de son interlocutrice, tout-en déplaçant lentement sa main vers sa tête qui commençait à lui faire un mal de chien. En plus d’être fatiguée de sa journée, toutes ses odeurs écœurantes lui restaient en travers de la gorge et elle avait bien du mal à contenir son envie de rendre tripes et boyaux de son estomac retourné. Mais brusquement, son attitude retomba dans les abysses, elle dirigea son regard subitement dilatée vers son interlocutrice alors que les traits de son visage s’était crispées dût à un sourire qui s’était invité. Sourire peu charmeur, en passant. De ces doigts mignards, principalement le pouce et l’index, elle vint attraper délicatement le menton de la poupée, le levant légèrement en hauteur. Elle inspectait son visage sous toute ses coutures et vint, ses paroles remplient d’un sentiment malsains, murmurer quelque chose à son oreille :

- « Je t’emporterais avec moi dans ma déchéance, tu n’es qu’une petite poupée déjà consumer par les flammes de l’enfer. »

Oui, avant même de s’en être rendue compte, Black Rabbit avait déjà commencé à bruler une partie des informations concernant cette maison. Effectivement, un des meubles semblaient prendre feu.  A qui la faute ?


Dernière édition par Survival le Sam 4 Jan - 20:25, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

SUBORDONNÉ DE KOUMEI

۞ 1ère apparition : 17/07/2013

۞ Rukhs : 521

۞ Rukh rose : Célibataire

۞ Localisation : Bloquée dans l'empire Kou avec un Koumei psychopate!

avatar
Famita Karan
SUBORDONNÉ DE KOUMEI

MessageSujet: Re: « Je t’emporterais avec moi dans ma déchéance. » PV • Survival & Famita.   Sam 4 Jan - 15:21

Comme je m'en doutais, la jeune fille agressive n'a pas apprécié la façon dont je lui ai répondu. Dans ce genre de cas, il y a deux possibilités: soit la personne reconnait ses tords et se calme immédiatement qui est une réaction intelligente, je dois l'admettre, et mérite que je lui accorde mon pardon. La deuxième possibilité est la manière la plus stupide de réagir qu'il soit pour la personne, et heureusement la plus courante sinon je serais vite ennuyée que tout s'arrête si vite, et de continuer sur sa lancée sur le même ton insolent et violent. C'est à ce moment là, que je ne suis plus prête à pardonner. De bonne humeur ou pas, si cette personne veut me prouver qu'elle n'est pas du genre à se laisser intimider par la présence d'une jeune dame dont la peau est aussi blanche que celle d'un cadavre, j'en ferais de même. L'ennuie est un sentiment qui rejoint vite la solitude bien que j'aurais espéré me détendre un peu plus longtemps. Mais on dirait que l'heure de la sieste est définitivement terminée.

« Bah alors Géraldine ? On me reproche mon manque de politesse ? Parce que ta petite personne est méticuleusement une princesse entourée de politesse à la maison ? »

Géraldine? C'est un jolie nom. Jolie nom pour une moquerie. Je l'accepte volontiers et si ça la motive de s'amuser à donner de faux prénoms, qu'il en soit ainsi. Son manque de politesse est certes blâmable quand on s'adresse à une demoiselle aussi folle fragile que moi mais n'est rien comparé à son air effrayant qui vient de naitre sur son visage. Si je ne la provoque rien qu'avec ça, cela risque d'être long. Long mais ennuyant? Je ne l'espère pas. Je ne l'espère pas pour elle. Ennuyer ma personne revient à diminuer le temps qu'il te reste à vivre. Ce n'est pas parce que cette gosse a un air de démon, que cela fera exception à la règle. J'en ai vu d'autres dont le savoir vivre est un mot qui ne semble pas présent dans leur vocabulaire.

« ‘Te fou pas de moi. Ici, t’es pas chez toi. Je suis d’ailleurs désolée pour le fait que tes parents ne t’aient guère appris à quel point le monde extérieur pouvait être dangereux, soit heureuse d’être tombée sur moi plutôt qu’une personne répugnante qui aurait pu te tomber sur la gueule.  »

C'est cela, continue de croire que je suis sans défense. Pour toi, je ne suis rien de plus qu'une poupée frêle qui ignore tout du monde extérieur n'est ce pas? Si cela avait été le cas, je paniquerai, je me serais déjà levé de la chaise cherchant un moyen de m'enfuir. Alors pourquoi suis-je toujours assise? C'est vraie rien ne m'empêche de partir en ayant du mal à la semer mais en y arrivant sûrement alors... Pourquoi je reste calme? Parce que je ne connais que trop bien la situation dans laquelle je suis? Parce que ton être m'intrigue plus que ce qu'il ne m'effraie?

L'ignorance m'effraie. L'ignorance me déplais. Or, je suis loin d'être ignorée. Si je n'avais pas autant sommeil, je dirais même que je suis en danger... Ce qui fait grandir mon excitation. Serait-ce la fin de l'ennuie?

Cette gamine, peu importe son nom, peu importe qui elle est, semble avoir mal à la tête. Ce n'est pas moi qui vais la plaindre. Si mon ennemie est aussi fragile que la façon dont elle me voit, je n'ai plus qu'à fermer les yeux ignorant ses cris. Autant pour moi, elle semble avoir reprit le contrôle de la situation. Elle déplace sa main sous mon menton toujours avec cette expression dangereuse pour prononcer des paroles déplaisantes à mon oreille. Mon manque de réaction l'énerve t-elle?

« Je t’emporterais avec moi dans ma déchéance, tu n’es qu’une petite poupée déjà consumer par les flammes de l’enfer. »

Jolie phrase. Elle pourrait être poète. Mais elle a déjà la chance d'être mon ennemie. Les larmes aux yeux, je me mis calmement à bailler. Pas par ennuie, au contraire, je suis plus motivée que jamais, mais parce que je sors de mon long sommeil. Avec ces paroles réveillant ma curiosité et le feu qui commençait à consumer l'un des meubles de cette maison, l'ennuie est la dernière chose qui me viendrais à l'esprit. Je détache la main de mon interlocutrice de mon menton pour lui faire l'honneur de me lever. Elle mérite au moins que je me donne cette peine. Sa rapidité est surprenante bien que j'avais déjà vu le danger venir.

Je ne panique pas pour autant. Voilà depuis longtemps que je suis calme, que je l'écoute d'une oreille attentive. Tout cela m'intéresse. Etre blessée me procurait du plaisir dans ce voyage ennuyant, mais ce ne sera rien comparé à la joie que j'aurais en voyant du sang couler sur son visage à la fois effrayant et beau. Je lui fis un sourire mielleux qui ne s'élargit qu'encore plus en voyant le feu finir cet horrible meuble.

Des bruits de verre qui se brisent. Des ustensiles qui se retrouvent éparpillés en des milliers de petits bouts de verre, non loin de cette  brunette. La cause de toute ceci est une lame parfaitement aiguisée que j'avais eu le temps de sortir en vitesse et sans qu'elle ne la voit venir. A moins qu'elle n'ait remarqué? Peu importe. Ce coup n'était qu'un tour futile et pas très impressionnant.

En revanche, ce qu'il fallait remarquer était la petite poupée en porcelaine et brune qui venait de tomber et qui se consumait dans les flammes. Lentement, pour lui montrer qu'il ne sera pas tâche facile de m'atteindre mais sûrement pour lui prouver que je suis prête à la rejoindre. En enfer? Ce serait une belle destination bien que je ne compte pas m'y rendre avant d'avoir trouvé un donjon.
Je soupire d'aise. Serais-je enfin libérée de cette existence ennuyante remplie de rivaux qui n'ont servit à rien si ce n'est que m'amuser un peu? J'ignore où veut me mener cette enfant. Mais je veux le savoir. Je suis tellement impatiente à l'idée de le découvrir que j'en ai des frissons.

En aussi peu de temps qu'il lui fallut pour se rendre compte que la pauvre et fragile petite poupée en apparence mais qui tardait à être brûlée allait bientôt rejoindre les cendres, je me retrouve derrière elle. Armée, les lames placées dans des endroits sûres. Le jeu n'est pas de les retrouver mais de les éviter. Est-ce que je viens d'appeler le combat qui risque de se dérouler un jeu? Oui amusons nous. Que ce soit dans le sang ou dans les rires, je veux jouer avec elle.

-La partie a t-elle déjà commencé, très chère? ♥

Bien que je pense que la question soit inutile.
Je lui fis mon plus beau sourire même si il ne masque pas pour autant mes désirs. Petite fille, arriveras tu à m'amuser? ~
J'espère que oui sinon je ne prendrais pas la peine de jouer pour des enfantillages. Je ne me donnerai même pas la peine de ne faire qu'une boucher d'un être insignifiant alors que je te considère déjà comme le plat principal. Faites que je ne sois pas déçue.


HS: Rooh... Je ne suis pas du tout fière de moi xD *aurait aimer montrer plus l'excitation de Fami que ça m'enfin... Ca évoluera au fil du RP*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Invité
Invité

MessageSujet: Re: « Je t’emporterais avec moi dans ma déchéance. » PV • Survival & Famita.   Sam 4 Jan - 20:25




Survival se redressait, sans pour autant lâcher le menton de son interlocutrice qui semblait s’être réveillée d’un long et profond sommeil. Etais-ce la belle au bois dormant qu’elle venait d’éveillée au prix de sa vie ? Cela ne l’enchantait guère, elle savait qu’elle allait être en difficulté si un combat devait s’engagée entre les deux femmes. Après tout l’une était fatiguée alors que l’autre débordait d’impulsivité. Et ce n’était certainement pas Survival qui était à son avantage face à cette adolescente. Par conséquent c’était bien connu : Le corps d’un magicien était plus faible que celui d’un humain normalement constitué, si notre lapine tombait malheureusement en panne de Magoi, qui n’est pas infini dans son corps, elle se retrouverait en situation critique et aucun Rukh ne semblait être dans les parages pour lui venir en aide. Elle aurait dût se reposer avant de commencer son périple, récupéré le plus de magie qu’elle pouvait, elle soupira. Cette pensée fit retomber toute la joie qu’elle avait accumulée et son expression devint indifférente aux gestes de la demoiselle. Qui d’ailleurs s’était levée de sa chaise après avoir gentiment retirée sa main de son menton. Survival recula de plusieurs pas, non par méfiance, mais afin de pouvoir la laissée se déplacer à sa guise sans être toujours dans ses pattes. Le but n’était pas de l’enfermer dans un espace vital limité, surtout que l’étendue devait être importante pour un magicien qui n’était pas spécialement doué au corps à corps. Quoi qu’il en soit, la demoiselle lui afficha un sourire mielleux qui avait bien du mal à passer chez notre espionne.

Subitement un bruit sourd parut dans la baraque dévergondée. Elle s’éloigna rapidement par reflexe auditif en observant ce qui était tombé, non par hasard d’après la qualité de la lame. Son interlocutrice souhaitait jouée ? Très bien, elles allaient jouées ensembles. C’était si poliment demandé. D’ailleurs Survival avait parfaitement bien remarquée la poupée et cela lui avait redonnée le sourire, flattée qu’elle ait acceptée sa proposition d’une telle manière. Famita n’avait pas à s’inquiétée, Survival l’amènerait avec elle au fin fond de l’enfer. Seulement dans quel but ? Assurément purement égoïste dirions-nous.

A la minute d’après, sans que Survival n’ait fait un vulgaire geste, Famita se trouvait derrière elle. Ou peut-être devrais-je l’appelée Géraldine ? Enfin cette demoiselle, qu’importe le nom que j’utiliserais, semblait prête à en découdre. Ce qui ne déplu pas à Survival qui se hâta d’utiliser Borg, une barrière magique qui pouvait bloquer les attaques magiques ou physique à un certain degré, en espérant lui faire comprendre qu’elle n’était pas en très bonne capacités morales et physiques pour un combat. Malgré que son envie ne lui manquait guère. Mais bon, elle allait devoir se battre contre son insu et autant le faire avec classe en sachant qu’elle ne possède aucune arme. Sa première action était, bien évidemment, de lui assener un coup de coude, d’une force insoupçonnée, dans l’abdomen de son ennemie. Et elle s’empressa de s’éloignée à la minute d’après, sautillant sur place et balançant ses bras de diverses manières.

- « Il n’y a aucun doute sur le fait que tu m’intéresses, chère Géraldine. Mais vois-tu ce serais bête de me battre avec toi alors que je ne suis pas à pleine puissance. » Disait la personne qui avait osée tentée de frapper la première et chercher la petite bête.

Quoi qu’elle avait pu faire, cela ne l’empêcha pas de montrée sa lâcheté et de prendre ses jambes à son coup, en espérant sortir de cette vieille baraque pour respirer un peu d’air fraiche. Ce positionnant devant l’entrée de la vieille bâtisse, elle ferma son poing pour faire disparaître les flammes grandissantes qui avaient brûlées la poupée. Pourquoi avait-elle fait une chose pareille ? Pour économiser du Magoi en raison de Borg qu’elle comptait gardé actif tant que Famita restait dans les parages.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas

SUBORDONNÉ DE KOUMEI

۞ 1ère apparition : 17/07/2013

۞ Rukhs : 521

۞ Rukh rose : Célibataire

۞ Localisation : Bloquée dans l'empire Kou avec un Koumei psychopate!

avatar
Famita Karan
SUBORDONNÉ DE KOUMEI

MessageSujet: Re: « Je t’emporterais avec moi dans ma déchéance. » PV • Survival & Famita.   Ven 10 Jan - 22:37

Après avoir répondu à mon invitation -quoique est-ce vraiment moi qui ait lancé l'invitation?- en souriant, la jeune fille me donna un coup de coude bien brutal pour une demoiselle de son âge. Mais ce coup devait être bien moins violent comparé au divertissement qu'elle allait me procurer plus tard. Et ce n'était rien à côté de ce qu'elle venait de faire juste avant de riposter... Quelle était cette chose? Une espèce de barrière? Je n'en sais rien. En tout cas ce n'était pas normal. Mais vous savez quoi? Ce qui sort de l'ordinaire ne fait que me réjouir encore plus. Alors de quoi pourrais-je bien me plaindre? Je vous le demande messieurs.

Cette petite effrontée n'avait déjà rien de bien banal avant et je ne dis pas ça seulement à cause du fait que son sourire pouvait être effrayant. Aurais-je découvert quelque chose ? On dirait bien. Mais à vrai dire pour le moment, je m'en fiche un peu... Bien sûr savoir qui elle est réellement me préoccupe peut être un peu, moi, la chose la plus merveilleuse au monde, par contre en ce qui concerne les détails comme sa ville d'origine, son prénom... Je m'en soucierai plus tard. Lorsque j'en aurais vraiment besoin. Comment? Cela pourrait être bien la dernière fois que je la vois? Oh... Je n'espère pas que cette gamine soit faible au point de se faire battre ici, maintenant. Tu parles d'un jeu amusant.

De plus, le fait qu'elle semble aussi ravie que moi à l'idée de se défouler un peu ne peut que m'enchanter d'avantage. Après tout, si cette pauvre gamine se sent capable de n'infliger ne serait-ce qu'une blessure à mon beau visage après avoir fait l'affront de me répondre, elle gagnera tout mon respect.

Malheureusement, il se peut que je sois déçue vu l'état actuel et peut avantageux dans lequel elle se trouve.
Après avoir fait quelques sautillements tout en bougeant ses bras, les mots que je redoutais furent prononcés:

-Il n’y a aucun doute sur le fait que tu m’intéresses, chère Géraldine. Mais vois-tu ce serais bête de me battre avec toi alors que je ne suis pas à pleine puissance. »

Oh non... Baissant mes armes, ma première réaction fut, bien entendu, une grande déception. Moi, qui ne voulais pas m'ennuyer, c'est raté. Cette déception se manifesta dans un grand soupir et un instant d'entêtement où je faillis bien reprendre mes lames, ne voulant pas croire à ce mensonge. Enfin, après une longue réflexion...

Je la regarde partir sans broncher, ne pouvant qu'espérer la revoir un jour. Je frotte délicatement mon visage de princesse en m'empressant également de quitter cet endroit qui sentais trop le brûlé à mon goût. A quoi bon respirer l'odeur des cendres de l'enfer si il n'y a pas personne pour la partager avec vous. A part agrandir ma frustration, rester ici ne servira à rien.
Malgré tout, je me résigne au choix de la gamine. Bien que je suis sûre du fait que même en mauvaise posture, elle n'aura pas finit de me surprendre, quelle genre de déesse je serai si je tiendrais mes mérites en me vantant d'un combat gagné contre une personne aussi fragile? Voilà qui ne serait pas très glorieux.
Je n'ai pas peur de perdre. Cela me semble trop impossible. Je déteste perdre le sens de l'honneur que j'ai appris en ayant une victoire aussi facile... Cela aurait été de la triche!

Enfin, il ne me reste plus qu'à reprendre une vie normale en aidant les vieux...
Du moins c'est ce que je croyais.

Une heure plus tard, je tombais pour la deuxième fois de la journée sur la brunette et mon sourire s'élargit en même temps que l'espoir de voir une bataille éclater... Et bien, moi qui revenais dans ce village dans l'unique but de terminer ma sieste. Aurait-elle eu aussi l'idée de continuer ce qu'elle à à faire? A croire que nos chemins ne cesseront de se croiser et ça... Encore plus vite que je ne le pensais.

-Je ne te cache pas le fait qu'aussi étonnant cela puisse paraitre, je suis agréablement surprise de te revoir... En espérant ne pas être déçue une seconde fois. Fufufu ~


Allons nous donc enfin passer aux choses sérieuses?


Dernière édition par Famita Karan le Sam 25 Jan - 13:25, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Invité
Invité

MessageSujet: Re: « Je t’emporterais avec moi dans ma déchéance. » PV • Survival & Famita.   Mar 21 Jan - 23:07



Ce ne fût qu’une heure plus tard que cette jeune femme à la chevelure ébène réapparut aléatoirement devant notre lapine, elle qui ne cessait d’éveillée sa curiosité pour diverses raisons. Seulement Survival devrait obligatoirement restée sur ses gardes en sa compagnie. Elle ne connaissait ni sa manière d’agir en combat -  sauf peut-être lors de l’accident dans la vieil maison abandonnée, mais à son plus grand malheur cela ne lui donnait que peu d’informations. Ni une quelconque indication concernant l’identité de cette jeune femme qui se disait agréablement surprise de la revoir. Jamais, au plus grand jamais Survival ne devrait se comporter de manière imprudente, aucune erreur ne pouvait être permise ou cela risquerait d’être fatal, et dans le pire des cas sa vie pourrait lui être retirée. C’était à ce moment précis qu’elle devrait montrée son intelligence au combat. Car s’était certain,  il n’y avait plus aucun moyens d’évité qu’un combat ne s’engage entre ces deux personnes fraichement déterminées à faire bouffer le sol à son adversaire.  

Alors que son visage démuni de couleur avait pris une expression des plus sérieuses envers son ennemie. L’heure passée l’avait énormément aidée à récupérer de la Magoi, malgré son travail de recherche d’information pour le Roi. Mais ce n’était plus un problème, elle était sûre que cette bataille l’intéresserait d’avantage que ce village, et bientôt elle se retrouverait à enquêter sur cette jolie demoiselle à la ressemblance écrasante d’une poupée. Enfin, elle avait beau émettre cette hypothèse, elle n’était sûre de rien sauf du fait qu’elles se rencontreront de nouveau dans le futur. C’était ce sentiment étrange qui lui disait que cette poupée de porcelaine serait un élément important dans la suite des évènements. Un léger sourire apparut sur le visage de Survival pendant qu’elle tentait d’avancer, lentement mais sûrement, vers la demoiselle. A chacun de ses pas, moi-même aurais-je pu croire que le sol allait s’enflammer au contact de son pied, mais elle ne semblait pas vouloir gaspiller tout son Magoi pour l’instant.

- « Je vais me présenter, tu devrais t’estimer heureuse de connaître mon nom avant de mourir. Je me nomme Altair enchantée. »

Elle avait prononcé ce nom, qui paraissait ordinaire pour sa personne, d’une manière si naturelle que moi-même aurais-je pu croire qu’elle s’appelait véritablement Altair. Peut-être était-ce le cas ? Mais malheureusement, seule deux personnes sont, pour l’instant, au courant de son véritable nom et sans eux à vos côtés vous ne pourriez guère avoir de confirmation à propos de son identité. Triste sort. Survival arrêta ses pas en installant autour d’elle son fameux Borg qu’elle aimait tant, sérieusement elle pourrait épouser sa magie si c’était possible. Imaginez donc si elle posséderait un Djinn… La catastrophe ambulante.

- « Je me suis présentée, peut être pourrais-tu te présenter également ? Ah ! J’ai oublié d’ajouter que je viens de Balbadd, j’étais autrefois une pauvre esclave. »

Cette fois, Survival ou plutôt Altair n’avait pas totalement menti. Après tout, une esclave n’est pas très différente d’une prostituée, mais ça, la poupée pourrait avoir du mal à le découvrir. Après avoir attendu patiemment la réponse de son interlocutrice, Altair plongea sa main droite dans sa poche pendant que la gauche tirait maladroitement sur sa capuche pour cacher d’avantage son visage, un sourire aux lèvres. Elle recommença à s’approcher d’avantage de son ennemie, son borg toujours actif. Ce fût brusquement et rapidement qu’elle se mise à sortir sa main droite de sa poche, lançant du sable fin sur le visage de la poupée de porcelaine. Puis, dans le but de ne guère lui laisser une minute de répit, elle ne s’abstenu pas de lui porter un coup de genou dans son tibia. Mais sa première erreur fût les paroles qu’elle prononça, car si cette jeune femme connaissait les caractéristiques d’un magicien, alors Altair serait en mauvaise, que dis-je, très mauvaise posture :

- « Voilà ce que c’est de ce frotté à un magicien ! »
Revenir en haut Aller en bas

SUBORDONNÉ DE KOUMEI

۞ 1ère apparition : 17/07/2013

۞ Rukhs : 521

۞ Rukh rose : Célibataire

۞ Localisation : Bloquée dans l'empire Kou avec un Koumei psychopate!

avatar
Famita Karan
SUBORDONNÉ DE KOUMEI

MessageSujet: Re: « Je t’emporterais avec moi dans ma déchéance. » PV • Survival & Famita.   Sam 25 Jan - 19:31

Ce n'est pas que je ne sois pas heureuse de revoir cette petite effrontée. Non. Au contraire, c'est bien l'une des rares personnes dans ce monde pourrie à attiser ma curiosité. Pourquoi je retombe sur elle alors que nous nous soyons séparés qu'une heure avant de reprendre le combat? Un être simplet se serait seulement faite cette réflexion: Peut être habite t-elle près d'ici?
Après tout l'Empire Kou est un très bel endroit dans lequel j'ai souvent rêvé de vivre. Mais la personne qui tirait une conclusion aussi banale que n'importe qui aurait pu trouvé serait mort il y a bien longtemps. Et le fait que cette gamine soit à cours d'énergie ou de je ne sais quoi d'autre qui lui a permit de créer cette "barrière" n'aurait rien changé au sort de cet être inutile. En revanche, je suis loin d'être inutile.

Si les gens ne me connaisse pas c'est qu'ils sont trop bêtes pour savoir qui je suis. Qu'ils ne le mérite pas. Mais elle... Je me demande qui elle est réellement. Que fait-elle dans la vie? Est-ce une assassin? Une voleuse? ... Une nettoyeuse de donjons!? Je balaies cette hypothèse de ma tête. Je serais fort dégoûtée si la seule personne que je connaisse, qui a des informations concernant les donjons, soit ma rivale et que je sois obligée de la faire parler pour les obtenir.
On dirait qu'elle se décide à se présenter. Je l'écoute, attentive à ce qu'elle va m'apprendre. D'un autre côté, ça sonne faux. Pourquoi une gosse aussi chiante et têtue qu'elle dévoilerait son identité aussi facilement? Ca n'a aucun sens. Je préfère rester sur mes gardes.

« Je vais me présenter, tu devrais t’estimer heureuse de connaître mon nom avant de mourir. Je me nomme Altair enchantée. »

C'est un nom charmant. Et pas si commun que ça. Peut être s'appelle t-elle vraiment comme ça? Ah, attendez, on dirait qu'elle va me dire autre chose. -Attendez... Je ne suis pas toute seule dans ma tête-.

« Je me suis présentée, peut être pourrais-tu te présenter également ? Ah ! J’ai oublié d’ajouter que je viens de Balbadd, j’étais autrefois une pauvre esclave. »

Et bien. Je commence à rire. Pas par moquerie. Elle a entièrement raison. Je pourrais le faire. Mais est-ce que je le veux? Une pauvre esclave qui fait brûler les meubles aussi rapidement qu'elle et qui vient... Attendez. -Je me répète j'aimerai bien que quelqu'un me réponde si je ne suis vraiment pas toute seule- Elle vient de me balancer du sable là!? Je rêve. Ma vue qui se brouille m'annonce que je ne rêve pas. Cette sale mioche vient réellement de me lancer du sable et... Un coup au tibia!? Mais c'est pas vrai! Cherche t-elle à me provoquer? Est-elle débile?
Non mais m'insulter comme ça, moi, Famita, future nettoyeuse de donjons. Où va ce monde? CA VA GICLER!!

...

Un, deux. Un, deux. Je respire, je me calme et m'empresse de cacher ce rictus énervé en enlevant le sable de mon visage, maintenant sereine. Elle va le payer.

A terre, je réfléchis à sa question. Lui répondre? ... Pourquoi ne pas attendre un peu? Le suspense ne peut-il tout simplement pas continuer de durer? Je trouve cela assez amusant d'apprendre à connaitre son adversaire, pas parce que celui là en avait envie, mais au fil du combat avec de simples gestes qui pourrait le trahir. Je peux quand même lui donner une petite info sur moi. Elle n'a pas besoin de tout savoir mais pour une personne, aussi mystérieuse qu'elle, qui pourrait bien jouer un rôle important dans ma vie, je peux au moins lui donner un petit indice.

- En ce qui concerne mon nom, Géraldine suffira. Pour le reste, je suis une simple voleuse.

Peut être que je n'aurais pas dû dire ça. Et si elle travaillait pour la garde royale? Quoi qu'il en soit, je saurais me défendre. Si c'est ce qu'elle veut, elle ne m'aura jamais.
Par contre là, c'est plutôt elle qui vient de se trahir, avec la phrase qu'elle vient de prononcer.

- « Voilà ce que c’est de ce frotté à un magicien ! »

Elle se vante, elle pensait avoir l'avantage. Mais vient-elle de se rendre compte que ce qu'elle vient de dire était risqué? Crier ce genre d'information en face de son ennemi... Ce n'est pas un peu se jeter dans la gueule du loup?
Avant qu'elle n'ait le temps de paniquer, je lance des lames de différentes taille dans l'air.
Je saute et attrape l'une des plus aiguisés entre mes dents, en laissant les autres se poser dans mes mains.

J'enchaîne avec un coup de mon arme favorite, dans la nuque de mon adversaire avant de rire et de faire une acrobatie arrière avant qu'elle n'ait le temps de me rendre mes coups. Ce n'était qu'une petite coupure. Qu'un peu de sang qui coulait. C'est maintenant que les choses vont vraiment devenir amusantes:

- Et bien, Altair, si c'est vraiment ton nom, je suis également enchantée de faire ta connaissance. Mais le fait de m'avouer que tu es une magicienne, n'as tu pas peur que j'utilise cette information à mon avantage?
Bah, après tu fais comme tu le sens, tant que le jeu dure le plus longtemps possible.


Je me doutais que cette fille n'était pas une simple humaine. Après cela ne se peut, pour arriver à amuser une "princesse" de mon rang, mais j'avoue ne pas avoir pensé à la possibilité que ce soit une magicienne. Enfin, je suis contente de l'apprendre. Un orage se prépare.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Invité
Invité

MessageSujet: Re: « Je t’emporterais avec moi dans ma déchéance. » PV • Survival & Famita.   Mer 29 Jan - 17:45



Entre ses fines mains tremblantes tenait-elle son précieux gilet à oreille de lapin, qu’avait gentiment cousu sa mère lorsqu’elle possédait encore une existence matérielle. Le vent soufflait, emportait ses cheveux et dévoilait son regard effroyable adressée à la femme qui se trouvait devant elle. Survival venait de perdre toute sympathique qu’elle pouvait encore ressentir envers son adversaire, Géraldine, une simple voleuse se disait-elle. Seulement cette fameuse voleuse avait eu le malheur d’écorcher le fameux gilet de notre magicienne, qui n’était d’ailleurs guère contente de la situation dans laquelle elle se trouvait. Elle avait pris le temps de débarrasser son dos de ce dernier, avec comme principale intention de pouvoir observer les dégâts causés par cette attaque. Et ce fût avec le plus grand malheur qu’il était, premièrement tâchée par son propre sang, et deuxièmement écorchée par la fine lame que notre Géraldine n’avait pas hésité à envoyer danser dans le vent. La haine grandissait dans l’esprit de Survival, pendant qu’elle ressentait le liquide rougeâtre dévalée le long de son dos, suivant les os de sa colonne vertébrale. Ce ne fût qu’à ce moment précis qu’elle comprit l’importance de cette attaque, il aurait suffi qu’elle sous-estime son adversaire, qu’elle ne tente guère d’esquiver cette attaque, et cela aurait pu être fatal. Elle aurait certainement perdue l’accessibilité à ses membres dût à la profonde attaque dont elle en aurait payé les frais. Au contraire, Survival devrait s’estimer heureuse de ne s’en tirer qu’avec simplement une vulgaire coupure sur son gilet et sur sa nuque. Pourtant, il semblerait que sa fureur ne veuille guère trouver le repos, tout comme son visage qui refusait de se débarrasser de son expression actuelle.  

Ce gilet, était-il aussi important que le démontrait Survival devant son ennemie ? Cela valait-il le coup de se battre et de déclarée que ses actes ne sont justifiée que par la vengeance d’une futile coupure sur ce vêtement ? Pour elle, il semblerait que ce le soit. Ce gilet représentait une grande partie de son enfance. Ignorante, Survival l’était. Elle était comme tous les petits enfants, elle possédait l’ignorance que la vie pouvait amèrement leur offrir. Elle possédait un rêve et des croyances à l’espoir, qu’un jour elle deviendrait aussi forte que sa mère, elle deviendrait comme elle. Mais quel idiote de souhaitée une chose aussi horrible, elle qui est un enfant possédant une chance épanoui de voir ses rêves se réaliser. Elle a créé sa propre malédiction et c’était ce que ce gilet représentait. Ses traits grossiers, crispées par la fureur et la tristesse de la perte d’un objet aussi précieux, démontrait toute l’abomination qu’elle consacrait à son meurtrier – celui du gilet bien évidemment.  Son corps élancé, presque nu, tremblait telle une feuille de papier. Seulement, il ne tremblait pas de froid mais plutôt d’une rage certaine. Survival s’avança vers la demoiselle, la misérable terre appauvrie s’enflamma sous ses pas dévoilant à son ennemie la caractéristique de sa magie. Mais Altair s’en fichait, elle était bien trop concentrée sur les dires de ces monstruosités pour s’occuper de cacher son pouvoir. Après tout, les marchés qu’ils lui proposaient était alléchants ; «  Hé, Survival. Laisse-nous régler ça à ta place, donne-nous ton corps, abandonne toi à la folie, je la tuerais pour toi. Tu entendras ses cris, je te le promets. », « Non, laisse-moi faire ! Vous n’êtes que des bons à rien,  de vulgaires idiots ! Moi, je saurais faire atteindre son âme l’enfer ! », … C’est  vrai, après tout. Pourquoi ne pas s’abandonner à la folie et la destruction ?

- « Je ne pense pas que le fait d’avoir avoué ma race est problématique, je dirais même le contraire. Mais à ta place, je m’inquièterais pour ma personne… » Son visage, plutôt calme jusqu’à maintenant, vint prendre une expression des plus monstrueuses. « Je vais te tuer ! Jamais ! Jamais tu ne reverras le monde à lequel tu appartiens ! Je t’arracherais tes membres de mes propres mains ! »

Et sur ce, et sans attendre une moindre seconde Survival se dirigeait vers elle, faisant siffler dans l'air la lame d’un petit couteau qu’elle avait sorti de la poche gauche de son gilet avec comme but d’atteindre les côtes de son adversaire. Pendant cet acte, sa main droite tenta de se déposer contre la robe de Géraldine, espérant l’enflammer.


Dernière édition par Survival le Sam 1 Fév - 15:34, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

SUBORDONNÉ DE KOUMEI

۞ 1ère apparition : 17/07/2013

۞ Rukhs : 521

۞ Rukh rose : Célibataire

۞ Localisation : Bloquée dans l'empire Kou avec un Koumei psychopate!

avatar
Famita Karan
SUBORDONNÉ DE KOUMEI

MessageSujet: Re: « Je t’emporterais avec moi dans ma déchéance. » PV • Survival & Famita.   Jeu 30 Jan - 19:25

C'est encore mieux que je le pensais. C'est drôle. Tellement drôle. En plus de lui avoir infligé une blessure physique infime, certes, mais bien présente, je lui avais causé une douleur morale. Honnêtement, je n'avais pas pour but de viser son gilet. D'accord, je me doutais que si la lame se rapprochait de la nuque, les vêtements n'allaient pas se retrouver sans dommage. Cette veste, auquel "Altair" tenait tant, avait bel et bien reçu une coupure. Mais dire que moi, ma lumière aussi grande soit-elle, se douter que cela aurait un tel impact pour elle? Jamais je ne l'aurais pensé. Un passé triste, comme celui d'une esclave, peut bien engendrer quelque beaux souvenirs. L'un de ses souvenirs étaient en piteux état à cause de moi.

Mais avais-je vraiment envie de m'excuser pour une futilité pareille? Nullement. Il n'y avait aucun intérêt à ce que je ne m'abaisse à ce niveau. D'accord, ce n'était pas sympa et alors? Si la fureur motive mon adversaire, tans mieux. Ce n'est pas comme si j'avais envie de me battre contre un zombie.

- « Je ne pense pas que le fait d’avoir avoué ma race est problématique, je dirais même le contraire. Mais à ta place, je m’inquièterais pour ma personne… »

Son expression redevint monstrueuse. C'est cette expression là que j'aime.
Dire que quelques minutes plus tôt, si je ne l'avais pas provoqué, j'éprouvais de la compassion pour elle. J'aurais même eu presque envie d'être son amie, de lui tendre la main avant de me l'essuyer et de l'aider. Ce n'était rien de plus qu'une esclave. Ma mère était une esclave. Notre famille était pauvre il y a bien longtemps de cela. Voler pour survivre, les coups, les insultes... Je les connaissais mais celle qui en avait reçu le plus était celle qui avait fait l'erreur de me mettre au monde. Et même si elle me mentait sur le fait qu'elle soit une ancienne esclave, sa vie ne semblait pas si enviable que cela. De quoi je me plaignais? L'amour maternelle, je l'avais. Pas avec la pauvre esclave avec qui j'aurais voulus vivre, mais une femme charmante. Je venais de faire un trou dans l'une des seules choses qui la rattachait à son humanité, si toutefois, elle en avait une.
Mais maintenant... Je ne peux plus faire marche arrière. Cette main que je lui tends sera une main qui la fera souffrir, qui va serrer son coeur jusqu'à l'écraser.

Ce ne fut pas des excuses mais une moquerie qui sortit une nouvelle fois de ma bouche.

- Et bien, pour une magicienne, on est sentimentale à ce que je vois. Pauvre petite chose...

J'ai rarement étais aussi garce, et pourtant, je ne suis pas un ange de nature. Quelque part, j'insultais son passé. Je ne pouvais pas m'en empêcher. Qu'aurais je pu faire d'autre? J'avais envie de m'excuser mais mon orgueil m'en empêchais. Pour une fois que je croisais une personne aux souvenirs encore plus tristes que les miens. Je voulais me moquer. La regarder de haut comme ceux qui étaient nés dans la noblesse, l'amour, la richesse, me regardait. J'en avais besoin quelque part. Pour me redonner du courage, je me disais que je n'étais pas la plus malheureuse. Je n'étais pas la plus seule. C'est vache d'apprécier la compagnie des autres pour cela. C'était une rivale, je n'avais aucune raison d'avoir de la peine.
La seule chose qui me préoccupais maintenant était ses compétences au combat.

« Je vais te tuer ! Jamais ! Jamais tu ne reverras le monde à lequel tu appartiens ! Je t’arracherais tes membres de mes propres mains ! »

Avant d'avoir eu le temps d'esquiver quoi que ce soit, je me pris un violent coup dans une côté. J'ai réussis à protéger l'autre mais je ne pus m'empêcher de grimacer en m'efforçant de rire en même temps. Elle n'y était pas allé de main morte sur ce coup, bien décidée à venger la perte de ce vêtement qui semblait avoir une forte valeur sentimentale pour elle.

Je continue de la regarder dans les yeux d'un air hautain. J'avais plus d'un tour dans ma poche moi aussi. Et ces paroles, et ce sang qui se mélanger à ma chevelure ébène tout en faisant ressurgir la couleur de mes yeux, je riais de plus en plus fort. Un rire fou. Un rire fort. Un rire dégoûtant qui était là pour se foutre du malheur des autres.

La voyant s'approcher pour brûler ma robe, je continuais de rire. De désespoir ou d'amusement? Je l'ignore. Je me remis à sauter afin d'éviter que ma magnifique robe finisse en cendres, en m'appuyant fortement sur la tête de la jeune fille pour l'assommer un peu.
Mais étant donné la manière dont elle combattait en s'aidant de ses aptitudes physiques et magiques, elle allait s'en remettre. Dur dur de se bagarrer contre une magicienne. Mais je ne suis pas inquiète. Au contraire, c'est incroyable. Incroyablement divertissant.

- Ah ah! Emporte moi loin de ce monde pourrie et de ce destin corrompu. Tu me rendrais un fier service! La mort est une fin si douce pour les gens comme moi... Je ne pourrais pas plus être heureuse.

Cela sonnait faux. Bien entendu, je ne croyais pas à ce que je disais. Je compte bel et bien conquérir un donjon. Je n'abandonnerai jamais. Même si j'ai parfois envie de laisser tomber, je ne baisserai pas les bras. Je deviendrai riche. Je prouverai que j'existe. Que je peux le faire. Et ce n'est pas en enfer que je réaliserai mon objectif. Je veux retrouver cette fille dans un futur proche, je ne suis pas pressée à l'idée de me séparer d'elle mais je n'ai pas envie de mourir ici pour autant.

En retombant sur mes jambes avec la grâce d'un chat, je sors une lance. Elle ne l'avais pas vu venir ce coup là? Comme quoi, je ne me bats pas qu'avec de simples lames. Je l'attendais. J'étais prête. Prête à foncer si elle bougeait.

L'odeur du sang ne m'a jamais fait vomir. Et ce n'est pas aujourd'hui que ça changera.

۞ • ۞ • ۞ • ۞


Arigato démon du thé ♫
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Invité
Invité

MessageSujet: Re: « Je t’emporterais avec moi dans ma déchéance. » PV • Survival & Famita.   Dim 2 Fév - 21:36



- « Pourquoi cherches-tu as obtenir une chose qui t’es inaccessible ? Crois-tu vraiment que la mort serait douce pour des personnes telles que nous ? Nous qui sommes corrompues jusqu’à la moelle de notre existence, nous ne méritons et n’obtiendrons guère une mort paisible. »

C’était les paroles qu’avait prononcées notre magicienne. Bien qu’elle soit étourdit par le coup de son adversaire, cela ne la guère empêcher d’écouter les paroles naïves de la poupée de porcelaine. Pensait-elle réellement qu’elle mériterait une mort si douce, comme disait-elle ? Non, ces paroles sonnaient faux, tout comme le ton moqueur qu’elle avait employé. Survival avait compris ; à quel point cette personne était mauvaise, différente d’elle sous divers points de vue. Elle riait sournoisement du malheur des autres, ce rire effroyable qui continuait de faire écho dans la misérable boîte crânienne de notre espionne. Et pourtant Survival voulait croire que cette gamine effrontée était au fond-elle dévorée par le désespoir, qu’elle souhaitait simplement être vu par le monde et appréciée pour ce qu’elle est – même si pour être franche, Survival pensait plutôt que cette gamine voulait prendre possession du monde et en faire ses esclaves. Tout le contraire de notre espionne qui souhaitait disparaître de ce monde en aillant, pour une fois dans sa vie, été véritablement utile à une personne. Pouvoir entendre un « merci » sincère, ou rien que le fait de protéger des innombrables personnes du désespoir, lui remplit le cœur d’un bonheur éphémère.  C’est pourquoi, tout comme la fillette de porcelaine, elle n’avait pas le droit d’abandonner.

Elle avait sorti cette lance, histoire de prouvée qu’elle était sérieuse à partir de maintenant et qu’elle n’hésiterait pas à l’attaquer. C’était une adversaire redoutable, rempli de piège monstrueux. Elle avait réussi à faire sourire Survival, qui possédait une étrange idée. Sans faire le moindre geste susceptible d’être dangereux, elle ne fit qu’ouvrir la bouche dans l’espoir de dérangée son adversaire psychologiquement :

- « Je me demande ce que pourrait penser tes parents s’ils te voyaient ainsi, n’es-tu pas aussi monstrueuse que moi ? Tu dis que je suis sentimentale, mais ne l’es-tu pas aussi ? Et si je tuais les personnes que tu chérissais, quel sentiment aurais-tu ? C’est peut-être pour eux que tu fais autant d’efforts, pourtant ils ne les voient pas. Ils pensent peut être que tu es pitoyable, incapable de faire quoi que ce soit. »

Son but ? Découvrir son point faible, ce qui l’énerverait, la rendrait folle. Même si elle ne pensait guère que ses paroles démontraient aussi facilement le désespoir qu’elle renfermait au fond-elle. Etrangement, Survival ne souhaitait guère la sauvée mais la faire sombrée plus profondément. Elle voulait que cette poupée de porcelaine souffre autant qu’elle, et là, peut être réussissait-elle à comprendre le sentiment d’aimer voir sombrer les autres dans cette obscurité infinie.

Hors RP.:
 
Revenir en haut Aller en bas

SUBORDONNÉ DE KOUMEI

۞ 1ère apparition : 17/07/2013

۞ Rukhs : 521

۞ Rukh rose : Célibataire

۞ Localisation : Bloquée dans l'empire Kou avec un Koumei psychopate!

avatar
Famita Karan
SUBORDONNÉ DE KOUMEI

MessageSujet: Re: « Je t’emporterais avec moi dans ma déchéance. » PV • Survival & Famita.   Sam 8 Fév - 11:50

Je voyais bien qu'Altair avait été étourdie par mon coup mais je vois bien aussi qu'elle ne croyait pas un mot de ce que je disais et elle avait bien raison.

- « Pourquoi cherches-tu as obtenir une chose qui t’es inaccessible ? Crois-tu vraiment que la mort serait douce pour des personnes telles que nous ? Nous qui sommes corrompues jusqu’à la moelle de notre existence, nous ne méritons et n’obtiendrons guère une mort paisible. »

Je hoche doucement la tête en réponse. Pas pour lui donner raison, car je n'avais jamais été en tord avec sa façon de penser, du moins, pour certaines choses, et la mort en faisait partie, mais parce que je comprenais où elle voulait en venir. Je ne lâchais pas ma lance pour autant. Quelque chose me démangeait chez cette personne. Le fait qu'elle soit aussi différente de moi me dérangeait... Elle me rappelait Afi. Afi n'aurait jamais osé me défier bien sûr mais elle était prête à tout pour protéger les êtres qui lui était cher. Peut être est-ce pour cela qu'elle me dégoutait autant. J'étais loin de faire preuve d'autant d'humanité. Ma faiblesse m'empêchais de voir le malheur des autres. Rien n'était plus important que ma propre vie. Oh, Altair, ou quel que soit ton vrai nom, je te déteste... Mais Afi, tu es celle que je méprise le plus dans ce monde. Mon reflet dans les yeux des personnes généreuses comme toi qui me prouvait que j'étais loin d'être aussi parfaite me donner envie de te cracher dans la tronche.

Je baissa mon arme, toujours prête à attaquer, m'approchant de mon adversaire, qui contrairement à moi ne bougeait pas, et semblait chercher quelque chose. Qu'espère t-elle trouver? Pas quelque chose sur moi quand même. Je veux bien avouer que je suis un être intéressant mais si on commence à me harceler de questions tout en m'attaquant, je vais vite trouver ça très pénible. La parole ne sert à rien dans un combat. Pas besoin de blablas... Tout ce dont on a besoin c'est d'être prêt à éliminer sa cible... Bien que je devais avouer que c'était l'un des rares ennemis qui animait autant ma curiosité. Si je pouvais, je m'inclinerais devant sa perspicacité... Mais pour le moment, je me contente juste de retenir son visage. Si son nom est un faux, ça n'a pas d'importance. Je ne suis pas très avancée sur son passé en fin de compte. Prions pour qu'elle ne découvre rien sur moi avant que je ne lui tire les vers du nez même si j'ai une terrible envie de raconter ma vie.

- « Je me demande ce que pourrait penser tes parents s’ils te voyaient ainsi, n’es-tu pas aussi monstrueuse que moi ? Tu dis que je suis sentimentale, mais ne l’es-tu pas aussi ? Et si je tuais les personnes que tu chérissais, quel sentiment aurais-tu ? C’est peut-être pour eux que tu fais autant d’efforts, pourtant ils ne les voient pas. Ils pensent peut être que tu es pitoyable, incapable de faire quoi que ce soit. »

Je tiquais. L'effet fut immédiat. Elle vient littéralement de m'enfoncer un couteau dans le coeur là. C'était donc ça qu'elle cherchait à faire tout en restant immobile... Cela l'amuse de se foutre de ma gueule comme ça ou quoi? Sans n'avoir eu le temps de réfléchir à ce qu'elle m'a dit, je me mis à serrer les dents, en tremblant de rage tout en tenant ma lance. Je me stoppa immédiatement en prenant conscience que durant un instant je n'avais même plus envie de perdre mon temps à jouer avec cette sale mioche, j'avais réellement voulus la tuer tout de suite. Je repris tout de suite mon calme.

Ce qu'elle venait de me lancer dans la figure avait beau être douloureux, je ne devais pas perdre la face. Pas maintenant. Pas contre elle. Si j'écoutais la petite fille sensible que je suis, je me serais mis à éclater en sanglot. J'aurais pleuré en ignorant ce qui se trouvait autour de moi. J'allais redevenir une fille pathétique aux yeux des autres. Ce que je ne suis pas. J'ai aussi de la valeur en tant qu'être humain même si je suis une belle chienne.

Oula... Ca s'annonce mal lorsque je commence à insulter une personne aussi magnifique que mon être. Je soupire en reprenant un air calme afin de prouver à cette gamine que ce qu'elle me disait ne m'avait absolument pas touché. J'avais réfléchis à ce qu'elle m'avait dit... Ma famille? Des êtres chers à protéger? C'est parce que ces mots m'était inconnu que j'avais eu aussi mal. Cela me faisait tellement mal de ne pas connaitre ce sentiment et de n'avoir rien d'autre que moi à protéger.

Pour la première fois, surtout que c'était assez surprenant après le rictus de colère que j'avais eu il n'y a même pas une minute, je pris un sourire calme. Calme et triste à la fois. Je pouvais essayer de me forcer mais je ne pouvais pas cacher cette faiblesse.

- Dis moi, "Altair"... Pour toi, qu'est ce que c'est une famille?

Je me doutais bien qu'elle n'allait pas aussi facilement répondre à ce genre de questions personnelles. J'avais bien refusé moi, qu'est ce qui l'empêchait d'en faire autant? Mais rien en coutait d'essayer. Je voulais seulement voir sa réaction. Rien de plus. Allait-elle me mentir?

Je me rapprochais, pas trop non plus, sans perdre mon sang-froid mais gardant toujours ma lance:

- Est-ce celle que tout les êtres humains connaissent, qu'ils ne choisissent pas mais par des personnes qui partagent le même sang qu'eux? Où est-ce une famille qu'ils se créent parmi leur entourage?

Je m'arrêta en levant les yeux au ciel tout en soupirant. J'avais envie de pleurer. J'avais envie de me mettre en colère. Mais quelque chose m'en empêchait. Et cette chose n'était pas simplement la présence de cette magicienne. La peur? Le courage? Non, ce n'était certainement pas le courage...

Je ne pus m'empêcher de repenser à ce qu'elle disait. Est-ce qu'il y a vraiment des êtres que je veux protéger à part ma personne? Est-ce que la mort de quelqu'un pourrait m'attrister au point de devenir sentimentale? Je voulais conquérir un donjon. Oui, ça, le sais. Mais après? Je deviendrais riche mais après? ... Que ferais-je de ma fortune? Je n'aurais plus d'objectif. Je n'ai personne à protéger. Je n'ai pas de famille. Ou du moins, j'en ai une, mais ce qu'il peut en advenir m'est bien égal, ce qui est encore plus horrible. Ma vie redeviendra comme avant: vide.

Je replongea mon regard dans celui de mon ennemie:

- Je sais laquelle de ces deux définitions je préfère. Mais je ne l'ai pas en ma possession. Essayer de me faire du mal en se prenant à des personnes qui me sont chers risque d'être dur... Car moi-même, je ne les connais pas.

Une pensée positive s'installa en moi: ce n'est pas parce que je ne les connais pas qu'ils n'existent pas. Je secoua ma tête en ignorant ce mensonge. Surtout que mon but n'a absolument rien à voir avec l'évocation d'une quelconque famille. Qu'est ce qui m'arrive de penser ça? Je suis tombée sur la tête ou quoi?



Spoiler:
 

۞ • ۞ • ۞ • ۞


Arigato démon du thé ♫
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Invité
Invité

MessageSujet: Re: « Je t’emporterais avec moi dans ma déchéance. » PV • Survival & Famita.   Mar 18 Fév - 17:57



A ce moment précis, lorsque la demoiselle au teint de poupée avait osée tiquer et dévoilé autant de sentiment incontrôlable, Survival avait voulu rire. Il semblerait que cette jeune fille ait oubliée un fait important, le fait qu’elle venait elle-même de ce démasquée. Alors ainsi, elle aurait des parents qui, d’après son comportement, la considérerait comme une personne incapable de faire quoi que ce soit. Et bien sûr ils ne seraient pas aux courants des activités défavorables de leur fille. Après tout elle n’avait guère contredit le fait qu’elle possédait une famille, au contraire elle s’était empressée de faire disparaître cette alléchante expression d’agacement de son visage. Ainsi, Survival gardait son sang-froid et tentait aussi bien que mal de ne guère exploser de rire devant sa chère Géraldine, l’amour de sa vie. Seulement l’expression suivante qu’elle avait affichée refroidit rapidement l’humeur moqueuse de notre espionne,  qui se rendit compte du sérieux de cette conversation. Une famille, hein ? Alors, notre Géraldine ne considérait guère ses parents comme une famille. Quelle horrible personne était-elle, Survival aurait tout donnée pour en posséder une désormais. Même si elle avait le palais à ces côtés, Sinbad, Jafar et tous les autres supérieurs n’étaient pas considérés comme de la famille, mais pas comme des amis non plus. Elle savait simplement qu’elle devait obligatoirement les protégés, sans ça elle serait perdue et n’aurait plus aucun but, aussi bien pour ses forts sentiments de loyauté envers eux.  Quant à celui possédant l’unique lien de sang, elle ne le considérait plus comme son frère depuis leur relation. Survival voyait son ennemi comme similaire à elle-même, elle la comprenait car elle avait été ainsi.

L’expression sur son visage devint apaisante, dessinant un léger sourire mais pas moins chaleureux. Survival s’approchait de la demoiselle, en écoutant soigneusement chacune de ses paroles, la voyant passée à divers états navrant. Ce pourrait-il que Géraldine tentait de se confesser à elle ? En guise de réponse, Altair retira son gilet qu’elle envoya valser plus loin, laissant découvrir diverses cicatrices sur son corps blanchâtre. Et ce fût avec son propre consentement qu’elle laissa la lame de son ennemi transpercer sa côte. Géraldine ne rêvait pas, le bruit ultime de nombreuses déchirures d’os résonnait encore dans ce lieu fantomatique.  Survival venait de s’empaler avec la lance de son ennemie. La douleur était insoutenable, pourtant elle gardait, encore et toujours, un masque cachant cette sensation horripilante. Aussi rapidement qu’elle était venue à Géraldine, elle se retira, posant sa main tremblante contre sa blessure.

- « Une famille ne possède aucune définition… C’est ce qui se trouve là… »

Elle déposa faiblement sa main contre la poitrine de cette poupée de porcelaine, dont elle apprenait encore des choses à son sujet. Alors qu’elle semblait ressentir l’énergie abandonner son corps, elle prononça de dernière parole à la demoiselle se trouvant devant elle avant de flancher misérablement et de laisser son corps atterrer contre le sol sale. Donnait-elle l’impression qu’elle allait mourir ? Quoi qu’il en soit, Survival était fière d’elle intérieurement. Après tout, elle avait pu recevoir le désespoir de cette personne.


« Merci. »
Hors RP.:
 
Revenir en haut Aller en bas

SUBORDONNÉ DE KOUMEI

۞ 1ère apparition : 17/07/2013

۞ Rukhs : 521

۞ Rukh rose : Célibataire

۞ Localisation : Bloquée dans l'empire Kou avec un Koumei psychopate!

avatar
Famita Karan
SUBORDONNÉ DE KOUMEI

MessageSujet: Re: « Je t’emporterais avec moi dans ma déchéance. » PV • Survival & Famita.   Dim 2 Mar - 12:48

Les battements de mon coeur divin avait anormalement accéléré. La jeune fille s'approchait de moi avec un air apaisant. Je savais qu'elle s'était retenu pour ne pas exploser de rire quelques instants. Je n'avais même pas envie de la remercier pour cet effort. Elle avait intérêt de s'abstenir. Enfin intérêt... Elle avait parfaitement le droit de rire. Si elle s'était moqué de moi, je l'aurais laissé faire. Je me serais sûrement effondré ne pouvant que lui donner raison. Elle aurait eu raison de rire. Je suis un être pitoyable.
Sommes nous si différentes que ça? Je l'ignore. Si elle m'avait insulté moi et ma faiblesse, je ne l'aurais pas contredis. La jeune femme qui quelques instants plus tôt qui souriait d'un air triomphant, fier, alors qu'elle avait du sang sur les mains, serait redevenu la pauvre petite fille sans défense qu'elle avait toujours été. Seule et sans défense. Une réalité qu'elle avait toujours essayé de cacher.

Je déteste penser comme ça. Je déteste me montrer aussi faible devant l'ennemi. Je déteste montrer ce genre de sentiments humain. Je me sens misérable. J'aimerais continuer d'être une salope qui se croit supérieure aux autres et qui marche sur les cadavres qu'elle laisse derrière elle avant de cracher sur leurs tombes. Mais je n'y arrivais pas. Je n'y arrive plus. Je suis faible, terriblement faible.

Je ne peux rien faire d'autre à part me forcer à sourire d'un air calme. Je reste immobile, toujours ma lance dans la main gauche attendant qu'Altair réponde.

Ce craquement. Ce bruit d'os!? Qu'est ce que ... !? Le sang éclaboussa ma robe mais ce n'est pas ce qui m'inquiétait le plus.

- « Une famille ne possède aucune définition… C’est ce qui se trouve là… »

Je sentis sa main chaude se poser sur mon coeur. Les battements s'étaient remit à augmenter. Je ne pus m'empêcher d'être surprise par le geste de mon adversaire. J'écarquillais mes yeux, contrariée. Pourquoi avait-elle fait une chose pareille? J'écarte rapidement ma lance en la voyant tomber. Je n'eus pas le temps de la rattraper que déjà son corps avait heurter le sol tandis qu'elle prononçait ces paroles, qui, je l'espère n'étaient pas ses derniers. Cela ne devait pas se passer comme ça... C'est moi qui devais la tuer.

« Merci. »

Ses yeux se refermèrent. Je ne pu m'empêcher de grimacer de colère, vexée. Elle ne pouvait pas mourir comme cela. C'était une magicienne. Je valais mieux que cela. C'était assez ironique étant donné la façon dont je m'étais décrite quelques minutes plus tôt. Je contemplais ses horribles cicatrices, ce corps en piteux état...
Elle avait encore du pouls. Elle allait survivre. Encore heureux... J'avais peur de devoir l'enterrer. Je la pris, en la relevant avec moins de difficultés que je le pensais. Après tout j'étais Famita Karan.

Je la portais jusqu'à un rocher où je posais son corps. Tout en rangeant ma lance, je cherchais des bandages. Pas pour me faire pardonner (d'une certaine manière, c'était de ma faute). Pas pour faire amie-amie avec elle. Juste pour qu'elle sache qu'elle n'aura pas le droit à une excuse pour le prochain combat. Une fois que j'eus finis de la bander, je me releva.

Je m'éloigna du rocher. Une fois réveillée, elle se doutera bien de ce qui lui est arrivé.

- J'espère avoir d'autres occasions de ma battre avec toi, "Altair".

Ainsi Géraldine se retira.




Spoiler:
 

۞ • ۞ • ۞ • ۞


Arigato démon du thé ♫
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Invité
Invité

MessageSujet: Re: « Je t’emporterais avec moi dans ma déchéance. » PV • Survival & Famita.   Dim 2 Mar - 16:20



Alors que notre magicienne avait sombrée dans un profond sommeil, un objet percuta ses bandages et créa une profonde émotion qui la réveilla brusquement. La douleur était forte, insoutenable et la jeune femme ne retenait guère ses cris de douleur, de lamentation sur cette terrible blessure. Elle jura à voix haute, tenant ses cotes en fermant les yeux de douleur. Elle croyait que ses dents se briseraient tellement elles les forçaient l’une contre elle. Et là, Survival regretta d’avoir agi sous le coup de la compassion. Elle s’imaginait déjà les paroles que lui diraient Sinbad et Jafar s’ils apprenaient son imprudence, mais il fallait voir le bon côté des choses ; Elle avait réussi à gagner la sympathie de Géraldine, ce qui prouvait qu’elle n’était pas dénuée de sentiment humain. Quoi qu’il en soit elle ne dirait rien à sa majesté, il trouverait ça beaucoup trop imprudent venant d’elle et comprendrait rapidement que l’espionne qu’il avait engagée possédait des sentiments humains, elle aussi. Elle dirait la vérité sur les recherches ; elle n’a rien trouvée de très important concernant toute la disparition des paysans mais penserait à une attaque sur ce village, mais sans allez plus loin. Du moins elle espérait que Jafar ne lui poserait pas une tonne de question, elle n’aimerait pas s’attirer sa bienveillance ni son sourire sympathique.

Elle tenta de se lever en observant avec méfiance les alentours, la nuit aillant pris possession de l’espace-temps de ce monde.  Avait-elle dormit aussi longtemps ? Elle grimaça sous la pensée de cette question mélangée à l’amertume de sa blessure. Mais malheureusement la douleur semblait bien trop forte pour qu’elle puisse se déplacer. Survival tendit sa main pour attraper son gilet, qui n’était non loin d’elle désormais. Du bout des doigts, elle tira légèrement sur l’oreille de sa capuche, le ramenant faiblement vers elle en évitant de le déchirer d’avantage. Même se rhabiller semblait impossible pour la jeune femme, qui perdait son énergie et ne tarderait pas à rester ici pour l’éternité si elle ne bougeait pas. Elle enfila difficilement son habit, et se contenta de prononcée quelques mots en dédicace à Géraldine, qui devait être partie depuis bien longtemps :

- «  La prochaine fois, je ne te laisserais pas m’échapper. »


Fin du RP.

Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: « Je t’emporterais avec moi dans ma déchéance. » PV • Survival & Famita.   

Revenir en haut Aller en bas
 
« Je t’emporterais avec moi dans ma déchéance. » PV • Survival & Famita.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» MACARON RATIERE FEMELLE VOLEE AVEC VOITURE DANS LE 78
» Dragons saison 4 : Par delà les rives [Avec spoilers] (2016) DreamWorks
» Une sceptre... Ou un archet ?
» les utilisations fun d'un chariot de guerre
» Avec Jin dans sa chambre d'hôtel { Jin }

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
MAGI RPG :: Archives :: Rps (invités)-
Sauter vers: