AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 On reprend le combat à la case zéro, n'est-ce pas cher ami? [Le 4/6, PV Prime]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

conquérant de donjon

۞ 1ère apparition : 03/06/2013

۞ Rukhs : 401

۞ Rukh rose : En quête ~

۞ Localisation : Sindoria

avatar
Alibaba Saluja
conquérant de donjon

MessageSujet: On reprend le combat à la case zéro, n'est-ce pas cher ami? [Le 4/6, PV Prime]   Ven 17 Aoû - 4:02

[Je préviens à l'avance, j'ai un peu parlé de prédefinis du manga qui seront éventuellement joués. Si jamais ce moment arrive, je MPerai ces joueurs pour leur parlé du petit implication que je leur ai donné dans mon parcours et ce que leur prédécesseurs avait fait avec leur perso. Sans inquiétude. Sur ce, bonne lecture !]

Après une année tumultueuse entre malédiction et tourmente, j'ai décidé, après plusieurs rencontres avec papa Sin et ses généraux, de retourner à Reim pour, cette fois-ci, d'opter de m'y rendre de manière plus sécuritaire: avec un cercle magique et non sur les mers ! Avec le consentement du Conseil, Yamuhara m’aida à me rendre à un endroit tranquille, non loin du Palais, pour y créer un cercle magique qui m’enverrait en lisière de l’Empire Reim.

Partir ainsi vers la voie de l’entraînement pour devenir plus fort afin de supporter mieux mes émotions en ébullition et c’est le cas de le dire et cette douleur qui m’étreint le corps et l’âme depuis ma dérive à Magnostaldt, incident qui ont marqué les deux dernières années de ma vie. C’est du haut de mes 19 ans et avec un certain politique entre les deux nations (entre Sinbad et Shérazade je présume) que mon voyage a été autorisé (si bien sûr j’acceptais de tenir un journal très serré de mes avancements et de mes états physique et mental que j’enverrais à Sharkhan une fois par mois afin qu’il puisse constater l’évolution (ou la dégradation) de son élève afin de prouver à Sindoria si j’étais vraiment récupérable (ce que Sinbad espérait vivement). Avec cette nouvelle foi en moi et en un avenir possible insufflé par le Conseil de Sindoria qui était étrangement plus que clément à mon endroit et en sachant que, cette fois-ci, j’étais attendu à Reim, je sautai à pied joint -et avec beaucoup de conviction- dans ce cercle magique.

Avant que le décor de la cité de Sindoria -en pleine restructuration depuis l’incident-, je me dis, les poings fermés :


*Si je reviens ici un jour, c’est en vainqueur, sinon, je mourrai dignement sur le champ de bataille contre les gladiateurs plus forts que moi. C’est mon destin, je le sens.*

***

C’est sur ce décor et sur cette pensée que je sentis mon corps emporté par le cercle pour tomber sur un sol rocailleux et sableux d’une grève. Je pris entre mes doigts encore crispés quelques grains de sable, mes pieds légèrement par la mer qui semblait près de moi.

Afin d’éviter de me retrouver, malgré moi, les pieds mouillés, ou pire, noyé, je me levai d’un coup en titubant : mon corps soigné encore un peu affaibli par le dernier mois de DUR rétablissement à l’infirmerie de Sindoria. Ainsi, je vacillai et je battus l’air pour me rattraper à quelque chose de duveuteux.

J’attrapai quelque chose au passage, mais comme je semblais au bord de l’océan sur une grève, qu’est-ce que j’avais bien pu agripper, un mur me semblait impossible surtout que la sensation que j’en avais sous les doigts semblait plus… moelleuse.

Ma vue était trouble, j’avais du mal à discerner ce qui se trouvait devant moi, toutefois, je constatai que la structure entre mes doigts semblait être en fait... des cheveux d’un rouge propre aux Fanalist. Je descendis le regard pour constater que je me tenais réellement sur la tête -je tenais en fait une poignée de cheveux que j’avais visiblement arrachée au passage- d’un petit homme au visage juvénile portant des yeux rougeâtres, grands ouverts, qui me fixaient. Était-ce possible ? Quelle farce du destin ! J’atterrissais à Reim et sur qui je tombais : Prime? Et c’était le cas de le dire, j’étais TOMBÉ SUR PRIME!

Je me reculai d’un bond, perdant pied sur une pierre, tombant sur le derrière. Je frottai ma nuque et je baissai la tête, laissant le bruit des vagues servir de prémisse à notre conversation et prolonger le malaise avant de dire enfin, plongeant mes yeux émeraude, quelque peu humidifiés d'émotions contradictoires, dans les siens :


-Prime? C’est… toi ?

Je prends une grande respiration, me relevai et je souris enfin à l’homme devant moi et je lui demandai :

-Je suis bien à Reim si je comprends bien ? Pourrais-tu m’amener à quelque part où nous pourrions refaire connaissance ? C’est moi qui paie, allons donc manger quelque part.

Je lui tendis ainsi la main pour rendre mon arrivée un peu plus acceptable que de refaire connaissance avec quelqu’un en lui arrachant les cheveux… Pas question de laisser la surprise et le passé tourmenté entâché mon retour au monde : tout le monde avait le droit à une deuxième chance. J’espérais seulement que ma réputation ne me précédait pas jusque dans cette Empire de l’ouest. Je déglutis. J’allais bientôt le savoir.

۞ • ۞ • ۞ • ۞


Merci Hilel pour tous ces beaux graphs !!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Fanalis corps

۞ 1ère apparition : 29/04/2014

۞ Rukhs : 125

۞ Localisation : Je suis en train de vendre des croissants dans le Continent Obscur

avatar
Prime
Fanalis corps

MessageSujet: Re: On reprend le combat à la case zéro, n'est-ce pas cher ami? [Le 4/6, PV Prime]   Lun 20 Aoû - 12:41

Le sable chaud, le son paisible des vagues, l'odeur enivrante de la mer...

Mais que diable faisait un fanalis comme toi au bord de la plage ? Tu n'étais pas en vacances ! Ce n'était pas le moment d'observer l'océan en réfléchissant à ta prochaine destination... Ah, tiens, tu étais couvert d'une cape.

D'une cape !? Toi, Prime, le membre le plus naïf que le Corps Fanalis connaissait prenais le soin de se cacher ? Quelqu'un avait dû te le conseiller, certainement. Qu'importe combien les fanalis pouvaient être méprisés à l'extérieur comme dans l'enceinte du palais, tu espérais toujours arranger les choses en parlant calmement avec ces gens remplis de préjugés mais force de constater que tu devenais juste une cible facile. Même aujourd'hui, c'était limite si Myron n'avait pas dû t'enfiler cette cape de force.

Cela faisait quelques mois déjà que ce groupe de brigands avaient fait irruption à Reim et avaient causé des dommages. Vous n'en aviez plus entendu parler depuis. Ils préféraient sans doute rester discrets... Ou peut-être étaient-ils juste partis. En tout cas, depuis cette mésaventure, le personnel du palais se montrait plus méfiant et vous aviez pour ordre de surveiller les environs. C'était un peu devenu votre routine, de veiller à ce qu'aucun individu suspect ne vienne jusqu'ici. Bien sûr, en constatant qu'ils n'étaient pas près de revenir, vous le faisiez moins souvent mais la prudence était de mise. Et oui, même toi Prime, avais décidé d'être prudent ! Cet épisode t'avait remué. Beaucoup de membres étaient surpris de voir que tu t'étais proposé pour partir monter la garde. Ce n'était pas ton genre de vouloir douter des autres et ce n'était toujours pas le cas. Tu serais encore prêt à sauver la vie d'un inconnu, même si ce dernier avait l'air malfaisant.

Mais des habitants de Reim s'étaient retrouvés en danger et si tu avais été plus fort, tu aurais sûrement réussi à les protéger. C'était de la faute de ces voleurs, tu n'avais rien à te reprocher. Mais tout de même, tu aurais pu faire plus que de te prendre des attaques foudroyantes. Tu n'allais pas te mettre à te méfier de tout le monde mais tu voulais t'assurer que ce genre de choses ne se reproduirait plus. C'était aussi votre rôle de veiller à la sécurité des habitants. Pas seulement de partir à la guerre. Et il fallait admettre que entre ces deux activités, il y en avait une pour laquelle tu étais plus motivé.

En voyant ton air inhabituellement sérieux, les membres étaient un peu obligés d'accepter ta requête. Puis ce n'était pas comme si le risque courait toujours. Tu avais juste à faire le tour des environs. Ce serait vraiment trop bête qu'il y ait un individu suspect alors que tu étais le seul présent. Bête mais pas impossible. Après tu étais encore trop naïf pour envisager le fait que ces individus pouvaient avoir prévu le coup.

Tu pensais bien rentrer bredouille. Tu t'y attendais un peu mais tu aurais bien voulu rattraper tous ces moments où tu t'étais montré si faible... Mais bon, tu n'allais pas non plus te plaindre du manque de danger. Il valait mieux que cela soit toujours ainsi, même si c'était malheureusement irréalisable. Tu soupirais d'aise, prenant quelques temps pour toi, et t’accroupissais, songeur, regardant les oiseaux voler au dessus de l'océan. Tu pris une poignée de sable pour le faire glisser entre tes doigts, te demandant qui pouvait se trouver sur le  bateau qui approchait de la rive. Tu restais sur tes gardes, te servant de ton ouïe pour entendre ce que se disaient ces individus mais à priori ils n'avaient pas de mauvaises intentions. Et sérieusement, est-ce que ce genre de personnes se pointerait tranquillement en bateau ? Non, ils agissaient dans l'ombre... Enfin, tu supposais, tu ne savais pas comment ils fonctionnaient.

Mais la fatigue commençait à se faire sentir. Tu te relevais. Peut-être était-il préférable que tu ne croises personne de dangereux. Tu n'avais pratiquement pas dormi de la nuit. Les fanalis ayant de l'énergie à revendre, personne ne pu deviner que tu n'étais pas en pleine forme, ayant passé plus de temps à t'entraîner qu'à dormir. Tu su que le bateau était arrivé juste en tendant l'oreille, ayant la vue éblouie par le soleil. Et alors que tu te déplaçais de quelques pas, tu tombais sur un type étrange. Sa voix et son odeur étaient familières... Était-ce un allié ou un ennemi ? Il valait mieux que tu tentes de reprendre tes esprits avant de tirer des conclusions hâtives. Toutefois, ce type ne t'en laissa même pas le temps et agrippa les cheveux... Tiens, ta capuche s'était soulevée.

-Prime? C’est… toi ?

Le coup partit tout seul. Pas besoin d'une minute de plus pour en déduire que cet homme...



- Que... Quoi ?

Était Alibaba ! Tu avais envoyé voltiger Alibaba ! Sa tête venait d’atterrir dans la mer.

Heureusement que tu avais pris soin de l'envoyer loin des roches. Comment ça "heureusement" ? Ça n'excusait rien ! Tu venais de blesser un ami ! Toi, qui d'habitude n'agressais personne ! La fatigue te rendait susceptible...

Tu accourus vers lui, tout paniqué :



- AAAAH ! Je suis terriblement désolé, Alibaba-san !!! Je t'ai pris pour quelqu'un de dangereux, j'étais un peu endormi donc je me suis affolé pour rien... J'étais censé monter la garde et- Mais tu n'es pas blessé !?

C'était bien beau de savoir le pourquoi du comment mais il fallait aussi veiller à ce qu'il n'ait rien. Quel drôle d'accueil, quand même ! Pourquoi il t'avait agrippé les cheveux aussi ? C'était de ta faute, il voulait sûrement te réveiller !

Tu l'aidais délicatement à se relever et vérifiais qu'il n'avait rien de cassé. Tout avait l'air d'être en ordre. Tu n'étais pas médecin mais tu lui avais juste donné un coup assez fort pour l'étourdir.

Tu attrapas sa main avant même qu'il ne tendit la sienne. Alibaba avait presque l'air aussi perdu que toi... Il n'était même pas sûr d'où il était. C'était inquiétant. Peut-être que Reim n'était pas sa destination ? En tout cas, ça n'avait pas l'air de le bouleverser plus que ça. Tu lui répondais en souriant, espérant qu'il ne t'en voulait pas trop même s'il en avait le droit :



- Ah ah ! Refaire connaissance... C'est vrai que nos deux rencontres ont été assez inhabituelles... Et je n'ai pas aidé à rendre la troisième plus normale.

Tu te débarrassais rapidement du souvenir de la troupe qui vous avait forcé à prendre des mesures aussi radicales.



- C'est avec plaisir que j'accepte ta proposition ! Mais laisse-moi plutôt payer, ne serait-ce que pour m'excuser de cet accueil brutal. J'ai assez d'argent pour qu'on puisse se permettre de manger dans un bon restaurant.

Bon... Avec de la bonne nourriture, cela allait sans dire. Tu ne roulais pas non plus sur l'or. Tu étais juste un membre du Corps, pas un général de l'armée. Tu ne pensais pas que les autres t'en voudrait si tu passais un peu de temps avec un ami. Voire un potentiel gladiateur ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

conquérant de donjon

۞ 1ère apparition : 03/06/2013

۞ Rukhs : 401

۞ Rukh rose : En quête ~

۞ Localisation : Sindoria

avatar
Alibaba Saluja
conquérant de donjon

MessageSujet: Re: On reprend le combat à la case zéro, n'est-ce pas cher ami? [Le 4/6, PV Prime]   Mer 5 Sep - 2:13

En un instant, je vis la capuche du fanalis que j’avais approché tomber et laisser une partie de son visage, blême, sous sa touffe être assez découvertes pour en récupérer une poignée de mèches; l’instant d’après, je sentais un poing d’une force phénoménale me frapper en plein ventre, me coupant le souffle. Assez agile, je réussis à me rattraper un moment, mais la force était trop puissante : la bourrasque causée par le coup m’envoyai tout droit… dans la mer!

*Génial, merci Destin… L’eau et le feu… ça ne fait pas bon ménage…*

Primer:
 

La pression dans ma tête produit par cet instant où on me repêcha de l’eau me donna la nausée. Si on oubliait que j’avais toujours le souffle un peu coupé et donc le décor devant mes yeux qui se rouvrit bougeait un peu ainsi dans les bras du fanalis…

Je hochai la tête négativement, incapable de parler, pour là, mais quand il le redéposa sur terre, l’aidant à claudiquer jusqu’à la plage, je recrachai quelques millilitres d’eau et de… passons les détails. Je toussai, essuyai ma bouche et me relevai, tentant de bomber le torse pour avoir l’air digne et imposant… mais cette tentative me fit plisser des yeux : c’est que ça faisait mal !


*Toutefois, si tu ne pouvais tolérer ce genre d’expérience… bonjour la carrière de gladiateur!*ironisais-je.

Je devais sourire et encaisser. Ce que je fis de manière TRÈS maladroite et peu subtile. On aurait presque crû que… je grimaçais d’horreur.
Prime n’était visiblement pas au courant de mon arrivée sinon… il n’aurait pas réagi de cette manière. Il semblait aussi très perturbé. Reim avait-il eu la visite du… mage?!?


*Une raison très valable de devenir paranoïaque quant à moi. Il faudra parler, je pense et, selon moi, Prime et sa bande n’aura aucun problème à me neutraliser si jamais le mage referait surface ET il doit le savoir. Il se tiendra tranquille… J’espère.*

Prime:
 

Un sourire véritable assoupli mes lèvres et… un rire véritable, presque enfantin s’échappa de mes lèvres au souvenir de toutes ses rencontres rocambolesques. Ce Prime avait le don de m’attendrir, de me faire oublier mes tracas.

Prime:
 

Ayant encore une mince nausée de loin, je ricanai plus jaune et répliquai :

-Je ne voudrais pas abuser de ta bonne amitié, j’arrive de nulle part, je te tire les cheveux et voilà que tu m’offres le couvert? Quelle étrange de relation nous avons, mais…

Les yeux un peu humidifiés par l’émotion, qui m’étreignais le coeur aux difficiles réminiscences de la dernières années, quand j’attrapai le bras de Prime, je dis :

-Je dois t’avouer qu’un verre ou deux en ta compagnie me fera du bien… j’ai ma fois vécu plusieurs horreurs pendant mes dernières aventures et une pause me ferait des grands bien. Merci!

Je levai le poing d’une main, pour montrer ma détermination et… pour cacher que je frottais mon abdomen subtilement de l’autre. J’avais encore l’estomac remué et noué. Qu’est-ce que l’alcool me ferait? Sans doute rien d bon mais…

۞ • ۞ • ۞ • ۞


Merci Hilel pour tous ces beaux graphs !!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Fanalis corps

۞ 1ère apparition : 29/04/2014

۞ Rukhs : 125

۞ Localisation : Je suis en train de vendre des croissants dans le Continent Obscur

avatar
Prime
Fanalis corps

MessageSujet: Re: On reprend le combat à la case zéro, n'est-ce pas cher ami? [Le 4/6, PV Prime]   Sam 15 Sep - 12:58

S'il fallait trouver un point positif à cette situation c'était que ton entraînement quotidien portait ses fruits ! Tu étais capable de mettre un adversaire hors d'état de nuire sans te donner à fond. Mais en attendant, Alibaba n'en menait pas large. Tu n'avais aucunement l'intention de l'utiliser comme cible ! Puis devais-tu te réjouir de causer autant de dégâts même en te retenant ? C'était une preuve que tu étais encore loin de maîtriser ta force. Tu avais besoin de t'entraîner davantage.

Tu t'étais dépêché de le rejoindre en priant pour qu'il s'en sorte, l'aidant à se relever au passage. Doucement, cette fois. Puis tu l'emmenas jusqu'à la plage. Son regard était vitreux. Et si... Tu lui avais retourné l'estomac ? C'était tout  à fait envisageable ! Même si le coup était léger, le choc engendré par celui-ci devait l'avoir sacrément endommagé ! Peut-être aurait-il été mieux d'attendre un peu avant de quitter la mer ? Tu l'avais tellement détruit qu'il était incapable de te répondre !

Qu'avais-tu fait ? Qu'avais-tu fait !?

Tu te laissais tomber dans l'eau, te tirant les cheveux (décidément !), le visage blême, anéanti. Tu peinais à regarder le blond dans les yeux mais tu ne devais pas te détourner de tes pêchés ! Déglutissant, tu relevais nerveusement la tête vers lui...

Il avait vomi. Tu tremblais, bouche-bé. La culpabilité se lisait sur ton visage. Tu te redressais rapidement, allant vers lui, lui tapotant doucement le dos. Ayant peur de lui faire cracher plus que nécessaire, tu te montrais si lent dans tes gestes qu'Alibaba semblait déjà aller mieux alors que ta main était encore en l'air.

Enfin, il essayait de te faire croire qu'il allait mieux. Malgré l'air confiant qu'il te donnait, son teint était trop livide pour que tu arrêtes de t'inquiéter. Tu craignais même qu'il n'empire son état en bombant son torse de cette façon. Mais tu te retenais de lui demander de ne pas se forcer, craignant de le blesser dans son ego. Et vu la tête qu'il venait de faire, il avait déjà compris son erreur.



- T-tu es sûr que tu ne veux pas qu'on aille à l'infirmerie ?

Ce n'était pas sa tentative de sourire qui allait te convaincre qu'il allait bien. Puis son air se fit plus soucieux. Bien qu'il voulait te ménager, Alibaba devait bien se rendre compte de la gravité de son état. Il n'y avait pas une minute à perdre !

Vite ! Tu te rapprochais de lui et plaçais son bras autour de ton cou, prêt à le porter jusqu'à l'infirmerie s'il le fallait. Peut-être était-ce ce que tu devais faire ? En t'imaginant le porter comme une princesse, tu ne pu t'empêcher de rire nerveusement. Ce n'était pas une bonne idée.

Contrairement à ce que tu pensais, ce n'était pas aujourd'hui que le blond se montrerait raisonnable. Alors que tu commençais à avancer, il te demanda de le conduire à... Un endroit où manger !? Après avoir vomi ? Tu fis les gros yeux à ton ami, manquant de le faire tomber. Mais non ! C'était la dernière fois qu'il se retrouvait au sol (ou à la mer) par ta faute !

Néanmoins, il n'avait pas tout à fait tort. Après ce qu'il venait de recracher, se remplir à nouveau l'estomac pourrait lui faire du bien. A petite dose, cela allait de soi. Tu t'engagerais à surveiller tout ce qu'il mangeait ! "Je lui dois bien ça après ce qu'il vient de se passer !", pensais-tu, sans comprendre que cela risquait surtout d'être inconfortable pour lui.

Mais tu pouvais au moins te rattraper en lui payant le repas ! Tu secouais négativement la tête à ses protestations en soupirant. Alibaba était trop bon. Comment pouvait-il se sentir coupable alors que tu l'avais blessé ?



- Tu n'abuses de rien du tout ! Puis qu'est-ce que je devrais dire ? Tu as fait un vol plané par ma faute et tu dois encore avoir mal ! Donc, non. Je te préviens, Alibaba-san : à la prochaine protestation, je te laisse te débrouiller tout seul.

Tu avais essayé de prendre un ton et un air sévère pour te donner un peu plus de crédibilité. Avant de rire aux éclats. C'était peine perdue ! Il avait raison. Vous aviez une drôle de relation !

Toutefois, il avait l'air d'aller mieux. Tu t'inquiétais peut-être pour rien.

Mais ton sourire disparut vite en l'écoutant... Il voulait boire un verre ? Deux ? Tu allais vraiment devoir le surveiller ! Quant à toi, il était hors de question que tu ne le rejoigne sur ce coup ! Tu avais à présent bien conscience du danger public que tu représentais quand tu étais ivre. Ça faisait trop longtemps que tu avais touché à un verre de vin pour affirmer que tout s'était arrangé de ce côté-là. Surtout qu'Alibaba risquait d'avoir besoin de toute ton attention.



- " Plusieurs horreurs " ? Qu'est-ce que tu veux dire ?

Tu n'étais plus aussi pâle que tout à l'heure mais presque. Tu faillis te prendre le mur du restaurant alors que tu tenais encore l'adolescent par le coude.

Tu t'excusas, finis par le lâcher avant te diriger vers l'entrée. Vous n'eûmes pas à attendre à le serveur très longtemps. C'était un petit restaurant, n'ayant pas beaucoup de clients à cause de son manque de popularité... Mais tu avais fini par en attendre parler malgré tout. Tu avais entendu dire qu'il gagnait à être connu ! Espérons que tu n'aies pas encore été trop naïf.

Alibaba avait à peine eu le temps de te rejoindre à la table qui vous était attribuée que tu le regardais, soucieux. Puis sachant que le blond ne te dirais rien si tu continuais de le fixer comme si c'était la fin du monde, tu te repris et lui fis un sourire rassurant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

conquérant de donjon

۞ 1ère apparition : 03/06/2013

۞ Rukhs : 401

۞ Rukh rose : En quête ~

۞ Localisation : Sindoria

avatar
Alibaba Saluja
conquérant de donjon

MessageSujet: Re: On reprend le combat à la case zéro, n'est-ce pas cher ami? [Le 4/6, PV Prime]   Ven 19 Oct - 4:45

[HRP: Comme souvent en temps où je suis un peu plus prise, un post au mois MAIS le voici. Bonne lecture :p J'espère ça te plaira.]

Prime:
 

Je pris une, deux trois inspirations, tentant de me calmer, puis, en voyant la mine dépitée de mon ami, qui ressemblait à mon air de mort-vivant -je le compta minais, merde! Non, je voulais amener la joie de vivre... BON, la pression des derniers jours tomba et j’éclatai d’un rire franc qui résonna aux alentours. Ça devait faire une bonne année que ce genre d’émotion n’avait pas traversée mes lèvres.

-Ta mine vaut cher, Prime, si tu la voyais. On pourrait faire peur à bien des ennemis avec nos tronches je pense, en fait...,ajoutais-je en finissant d’essuyer ma bouche et en tordant mes vêtements. J’éternuai et soupirai.

-Je n’irai SÛREMENT pas à ce genre d’endroit que je viens de quitter même si bon, je dois avouer qu’une petite toilette pour changer mes vêtements et me rafraichir un peu avant d’aller au restaurant ou au bar ne serait pas de refus. Tu sais…

Je rougis, puis frottai ma nuque.

-Je pense que les jolies filles n’aiment généralement pas les halènes de lendemain de veille et dire que je n’ai encore rien bu et que je n’ai même pas pris la mer pour venir ici et ça me fait le même effet, ah là là, j'ai l'air idiot..., maugréais-je, tentant de me sauver la face et de camoufler encore les meubles, REim, enfin, Prime du moins, ne semblait pas encore au courant de ce qu’Alibaba Saluja avait fait subir à Sindoria…

Au lieu de me plaindre sur mes mésaventures, pourquoi pas m’Amuser, enfin ? Ke nage serait-il contre UNE soirée de bon temps entre amis ? Il devait se décontracter s’il ne voulait pas qu’on finisse par l’attraper…


Prime:
 

-Tu as raison et puis, finalement, ce soir je pense que sortir avec toi me changera les idées. Oublions nos mésaventures du passé et amusons-nous, ok ?

C’est là que je lui avais attrapé le bras pour que nous partions en quête d’un bon endroit pour manger. J’étais fatigué de me plaindre… Et avec raison, ça ne me ressemblait pas. Non. Ce mage ne devait pas me détruire. Il ne réussirait pas à détruire mon OPTIMISME légendaire.

Prime:
 

Je lâchai son bras et déviai le regard, honteux et je murmurai:

[colpr=blue]-Tu le sauras bien assez tôt, on s’amuse ce soir?[/color]

(Shérazade te mettra au courant bien assez tôt. Crois-moi... Il faudra probablement me maitriser, me frapper... peut-être même me...

*Le fanalis m'avait déjà montré la preuve qu'on allait très bien me dompter, me maitriser, m'entrainer ici ou au pire, me mettre hors d'état de nuire, à moins que le mage tenterait une nouvelle tactique encore ou apparaitrait ENFIN!? Je ricanai.[/i]

Malgré le sourire hypocrite que j'affichais, une larme coula sur ma joue, que j'essuyai à l'instant- elle s'était mêlée à l'eau de mer et à la sueur qui perlait sur mon visage depuis que javais été malade- AH !

Je regrettais déjà d’en avoir trop dit, il ne me lâcherait plus. De toute façon, une fois j’aurai bu, il saura… tout…


Je haussai les épaules et partis en courant :

-Allons-y!

Je me retournai vers lui avec plusieurs points interrogatifs sur la tête et penchai la tête sur le côté en demandant :

-On va où?

*Le silence dans ma tête, génial. Mais pour combien de temps? Profitons… Prime n’avait pas à être mêlé à tout ça… Il devait en savoir le moins possible pour que le mage le laisse tranquille.

//

En l'espace d'un moment après avoir posé cette question, Prime, qui ne semblait pas prendre son petit show comique au sérieux, me tira par le coude à un restaurant non loin du lieu où on se trouvait, bousculant ainsi au passage certains citoyens un peu bourrus de s'être fait ainsi tasser. Rapidement, je leur souriais et m'excusais en hochant de la tête.

Prime avait piqué comme une fusée dans... le mur, s'excusa brièvement et piqua dans le resto où il me déposa carrément, comme un enfant, sur une chaise. Il manquait le bavette et la scène était complète, j'avais l'air d'un gamin...

C'est alors que, le regard braqué sur moi, il m'intimidait. Que voulait-il que je lui dise ? Je croisai les bras, un peu irrité par tout ça, lançant:[/i]

-Woah, calmos, je ne vais m'évanouir je... Enfin, ça va ta tête, ça fait pas trop mal? Tu sais... le coup.

Mon ventre s'était bien vidé et se remettait peu à peu de ses expériences douteuses: il se mit à gronder apparemment maintenant affamé. Depuis l'incident, mon mago avait beaucoup été grugé. Je soupirai et ajoutai pour détendre l'atmosphère:

- Bel... endroit c'est un resto de quel type?

Un malaise venait de s'installer. D'où venait-il ? Je toussotai.

۞ • ۞ • ۞ • ۞


Merci Hilel pour tous ces beaux graphs !!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Fanalis corps

۞ 1ère apparition : 29/04/2014

۞ Rukhs : 125

۞ Localisation : Je suis en train de vendre des croissants dans le Continent Obscur

avatar
Prime
Fanalis corps

MessageSujet: Re: On reprend le combat à la case zéro, n'est-ce pas cher ami? [Le 4/6, PV Prime]   Ven 2 Nov - 12:44

Tu n'arrêtais pas de gaffer aujourd'hui ! Tu mettrais bien ça sur le compte de la fatigue si l'irresponsabilité n'était pas comme une seconde nature chez toi. Le blond n'avait pas de chance d'être tombé sur un fanalis aussi insouciant ! Tu l'avais attrapé par le bras pour l'emmener jusqu'au restaurant alors que manger après un tel choc n'était pas la meilleure chose à faire. Mais dés que ton ami te demandais quelque chose, tu t'exécutais.

Ce n'était pas dans ce genre de lieu qu'Alibaba mangerait avec modération ! Quoi que tu n'avais jamais été dans ce restaurant, il y avait peut-être de l'espoir ? ... Ton incompétence allait vraiment finir par rendre ton ami malade. Déjà qu'il n'avait pas l'air en forme...

Non, il ne l'était définitivement pas. Le sourire et l'optimisme dont il faisait preuve semblaient cacher autre chose. Pour comprendre les émotions d'une personne, tu te montrais étrangement perspicace... La plupart du temps. Pour quelle raison Alibaba était venu ici ? Tu doutais fortement que c'était juste pour te rendre visite. Et il n'était sûrement pas là pour vous faire du mal. Mais quelle quelle soit cette raison, tu étais sûr que ce n'était pas une bonne nouvelle. D'ailleurs d'où venait-il ? Était-il venu vous annoncer qu'un autre pays déclarait la guerre à Reim ? Il se serait montré beaucoup plus affolé si c'était le cas, non ? En même temps, tu aurais été aussi du genre à vouloir détendre l'atmosphère si tu avais été dans sa situation. Mais de là à t'enivrer pour échapper à tes responsabilités ?

Bon. Tu devais te calmer. Tu te montais la tête pour rien, tu faisais sûrement fausse route. Surtout que si tu continuais de le regarder comme ça, Alibaba allait finir par croire que c'était vous qui alliez lui faire la guerre.

Et avec tout ça tu ne t'étais même pas dit que ça risquait d'être embarrassant pour lui de se montrer avec une tunique... Dans cet état (on se demandait bien à cause de qui !). Il allait perdre sa santé et sa dignité par ta faute !

Mais tu avais cessé d'écouter à partir du moment où il t'avais appris qu'il venait tout juste de sortir de l'infirmerie. Si ta tête de déterré l'amusait, il allait être servi car tu ne parviendrais plus à retrouver un air normal après ça. Blesser une personne qui venait tout juste de se remettre de ses blessures était un acte impardonnable ! Si tu n'étais pas occupé à te soucier de son bien-être, tu te serais précipité vers le prochain mur pour frapper ta tête contre celui-ci ! Lui payer le repas ne suffirait pas à te rattraper !

D'ailleurs pourquoi s'était-il rendu à l'infirmerie ? Tu lui jetais un coup d’œil confus. S'il ne voulait pas qu'on l'harcèle de questions il devait arrêter de te tendre la perche ! Mais s'il voulait penser à autre chose, décompresser, ne serait-ce que pour une soirée, tu pouvais au moins faire comme si tout allait bien ? Ça allait être difficile. Au prochain sous-entendu, tu reviendrais sur le sujet. Tu ne pouvais pas laisser un ami dans la détresse ! Et ce n'était pas parce qu'il ne voulait pas de ton aide qu'il n'en aurait pas besoin !

Encore faudrait-il que quelqu'un ait besoin d'un imbécile heureux qui frappait le premier venu...

Tu ne savais pas si c'était une bonne nouvelle mais Alibaba pardonnait aussi vite que toi ! Vous étiez d'une générosité sans limite tous les deux. Voire même un peu naïfs et faciles à manipuler. Était-ce pour cela que le blond avait des ennuis ? Tu ne pouvais pas plus oublier ses paroles que tu ne pouvais oublier ce que tu lui avais fait. Il était inutile de passer la nuit dessus mais le poids sur ta conscience ne s'était pas allégé. Et la question qui te brûlais les lèvres finit par les franchir.

Tu fixais ton ami, partagé entre la curiosité et l'inquiétude mais il fuyait ton regard en lâchant ton bras. Il avait l'air encore plus affecté. Tu eus l'impression qu'on t'enfonçait un coup de poignard en plein cœur. Alibaba n'avait clairement pas envie de parler de ça maintenant. Tu devais respecter sa volonté au lieu de l'attrister encore plus.



- O-oui, amusons-nous !

Vu la façon maladroite dont tu souriais, on voyait bien que tu n'étais pas convaincu mais tu devais essayer de l'être. Quel imbécile. Combien de fois avais-tu été là pour l'adolescent ? Qu'est-ce que tu savais de lui ? De quel droit te permettais-tu de poser des questions sur sa vie privée ? C'était lui qui les avait abordé mais profiter de sa vulnérabilité pour le harceler n'était pas une preuve d'amitié !

Ou peut-être que si. En reprenant Alibaba par le bras, comme si tu t'étais enfin te décidé à faire la fête, tu aperçus une larme couler le long de sa joue. Il l'essuya rapidement et ( parce qu'il te sentait à nouveau l'observer ) partit en courant en feignant un certain enthousiasme. Votre manière de réagir était similaire. Mais tu n'avais pas réalisé à quel point ton attitude, quand tu t'efforçais de cacher ce qu'il n'allait pas, inquiétait ton entourage.

***

Tu ne savais pas ce que tu étais censé faire. Tirer les vers du nez du blond ? Tu n'avais pas le droit de l'embêter, ce n'était pas auprès de toi qu'il viendrait chercher de l'aide s'il en avait besoin. Et tu ne voulais pas le mettre encore plus mal à l'aise. Mais allais-tu faire comme si tu te doutais de rien ? Il n'était vraiment pas doué pour cacher ce qui n'allait pas. Il ne parvenait même pas à tromper un gamin aussi naïf que toi.

Visiblement il n'avait pas l'air ravi à l'idée que tu n'étais pas convaincu par son jeu d'acteur. A moins qu'il n'avait juste pas apprécié que tu le traînes jusqu'à la table comme un enfant ?

Tu demeurais bouche-bé face à sa première remarque pour détendre l'atmosphère. Mais tu étais mal placé pour lui faire des remarques sur les idioties qu'il sortais et répondis calmement :



- Je sais bien que tu ne vas pas t'évanouir, Alibaba-san, ce n'est pas ça qui m'inquiète. Et... Quel coup ?

Tu inclinais ta tête sur le côté, te demandant s'il faisait référence au tirage de cheveux. Tu ne te rappelais pas avoir reçu de coup... Tu étais le seul à en avoir donné.

La culpabilité qui t'étreignais empira avec le malaise qui s'installait. Et les tentatives de distraction du blond n'y changeaient rien :



- C'est la première fois que j'y suis mais à ce qu'il parait, c'est très bon. Je ne te t'aurais pas emmené dans un restaurant où on risquait de t'empoisonner hé hé...

La conversation déviait sur un sujet des plus banals. Et ce n'était pas celui qui te préoccupais ! Tu le regardais à nouveau, fronçant les sourcils, et repris sur un ton réprobateur :



- Héé Alibaba-san ! Tu crois que je ne vois pas ce que tu essaies de faire ? Ne cherche p-

- Qu'est-ce qui vous ferait plaisir, messieurs ?

On pouvait dire que ce serveur avait bien choisi son moment ! Son sourire vicelard et la manière qu'il avait de caresser sa moustache le rendait encore plus louche qu'Alibaba. Mais ce n'était pas comme si tu t'en rendais compte. Tu ne savais pas quoi lui répondre, un peu pris au dépourvu. Tu ne voulais pas être grossier mais...

- Un petit rafraîchissement ?

Pourquoi il regardait vos poches comme ça ?

Tu observais l'adolescent en te retenant de commander à sa place, craignant ce qu'il allait demander :



- Heu... De l'eau ?

Le moustachu grimaçait d'un air dépité voire frustré.

- Vous êtes sûrs ? Nous possédons d'excellents alcools qu-


- Non merci !

Il te regardait maintenant comme si tu étais un rabat-joie. Et il n'allait peut-être pas être le seul.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: On reprend le combat à la case zéro, n'est-ce pas cher ami? [Le 4/6, PV Prime]   

Revenir en haut Aller en bas
 
On reprend le combat à la case zéro, n'est-ce pas cher ami? [Le 4/6, PV Prime]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Combat des Chixx!
» Un intrus sur nos terres ! Au combat ! (PV Tornade d'Azur)
» Quelques enseignements tirés de l’échec d’un combat moral
» L'Art du Combat ... [ Nuage de Flamme ] // End.
» Combat avec boucliers de duels judiciaires

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
MAGI RPG :: 
Les terres fermes
 :: Continent Ouest :: Empire Reim :: Remano :: Rues marchandes
-
Sauter vers: