AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Je te suis, tu me suis, nous nous suivons... je sais conjuguer ! ♦ Hilel ♦ 5 Ramazan

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


۞ 1ère apparition : 07/05/2017

۞ Rukhs : 184

۞ Rukh rose : Ambigüe

avatar
Souhaya Salhi

MessageSujet: Je te suis, tu me suis, nous nous suivons... je sais conjuguer ! ♦ Hilel ♦ 5 Ramazan   Jeu 16 Aoû - 2:34

Je te suis, tu me suis, nous nous suivons… Je sais conjuguer !

5 Ramazan 1022 ۞ Hilel


Au sein de la capitale de Reim, Romano, se trouvait une femme à l’air bien trop noble pour ce modeste marché dans des rues annexes au centre-ville. Son sceptre d’or attaché à sa longue robe blanche grâce à une ceinture assez simple était son seul signe visible de richesse, ses cheveux étaient restés libres de toute attache et descendait en une longue vague lisse jusqu’à sa chute de reins. Contrairement à ses tenues apprêtées, celle-ci était très simple mais Souhaya avait vécu dans le luxe la majorité de sa vie. Ses manières délicates malgré sa langue parfois perfide tranchaient dans ce coin modeste de Remano comme l’aurait une pierre précieuse au milieu de charbon.

La magicienne sourit aimablement à un marchand et l’écouta vanter ses produits avec une attention distraite, ne doutant pas un instant qu’elle entendrait le même discours du concurrent à quelques pas de là. Elle avait décidé de visiter Remano tôt ce matin-là et n’avait que vaguement prévenu le serviteur à son service qu’elle serait indisponible avant de s’esquiver rapidement. Souhaya ne doutait pas un instant que Luen ne s’énerve après elle quand elle rentrerait mais cela valait ce risque. C’était agréable de discuter sans avoir à surveiller chacun de ses mots comme s’ils étaient des armes mortelles.

Son regard vert aux nuances bleus s’égara dans la foule alors qu’elle répondait au marchand un mot de politesse, saisissant une foule de détails sans y prêter une vraie attention. Elle n’avait aucun mal à répondre au marchand malgré son inattention et se permit d’employer son esprit à autre chose. Elle était toujours curieuse de savoir si elle était capable de distinguer les rukhs d’une personne de celle des autres au sein d’une foule.

Ses yeux s’écarquillèrent en saisissant une nuance sombre dans l’océan de lumière qu’était les rukhs. Elle se redressa, prit congé du marchand avec une politesse négligée et sortit son sceptre de sa ceinture en avant vers les rukhs noirs qu’elle avait entraperçu. En tant que magicienne de Haut Rang de Magnostadt et ancienne dirigeante d’un de leurs laboratoires, elle était au courant de leur existence. Néanmoins elle n’avait jamais rencontré de porteur de rukhs noirs. Une étincelle de curiosité aussi brillante qu’un phare s’alluma dans le regard bleu vert de l’ambassadrice et elle se mit en chasse. Elle n’allait pas laisser cet homme ou cette femme s’échapper ! Elle était curieuse.

Souhaya identifia l’individu dont les rukhs étaient sombres et se mit à le suivre avec une relative discrétion. Tout au long de cette filature, elle n’arriva jamais vraiment à saisir de quoi il avait l’air. Sa seule image de lui était une cape à capuche et l’idée qu’il était un homme par sa stature sans vraiment en avoir la certitude. A un moment donné, elle le perdit de vue. Elle s’arrêta immédiatement, tournant sa tête de tous côtés, perdue, cherchant à entrevoir les rukhs une nouvelle fois pour savoir vers où se diriger. Elle finit par les repérer mais eut l’impression tenace de tourner en rond.

Finalement arrivée dans un coin perdu qu’elle ne reconnut pas, un soupir s’échappa de ses lèvres alors qu’elle inspectait tous les coins en espérant retrouver les rukhs qu’elle avait de nouveau perdus de vue. Elle n’était pas faite pour ce genre de chose. C’était Luen qui se chargeait de toute cette partie, espionnage, force physique et tout ce que cela englobait. Elle, c’était avec les mots qu’elle était douée. La magicienne fronça le nez, détaillant une dernière fois son environnement, prête à rendre les armes malgré sa curiosité toujours bien éveillée.

Et puis, il parla.

(c) Never-Utopia

۞ • ۞ • ۞ • ۞



♥️ Merci Hilel et Naya pour ces superbes graphismes !
Couleur de Sousou : #996699


Dernière édition par Souhaya Salhi le Dim 19 Aoû - 21:27, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CHEF DE LA TROUPE DES VOLEURS

۞ 1ère apparition : 04/02/2016

۞ Rukhs : 756

۞ Rukh rose : Personne

۞ Localisation : Empire Reim

avatar
Hilel
CHEF DE LA TROUPE DES VOLEURS

MessageSujet: Re: Je te suis, tu me suis, nous nous suivons... je sais conjuguer ! ♦ Hilel ♦ 5 Ramazan   Jeu 16 Aoû - 11:34

Tu me suis ?

« Miaaaaa ».

Et oui maintenant notre voleur aux rukhs sombre possédait un chat. Un être qui forçait l'attention et les câlins. .Tout ce dont il n'avait pas l'habitude. Il ronronnait facilement en plus et cela lui donnait un certain apaisement depuis que la jeune toran avait décidé de prendre le taureau par les cornes dans son apprentissage. Heureusement qu'il avait pu demander à Chemsa de l'accompagner… Impensable de la laisser partir seule. Sortant un peu de viande sécher le voleur nourrit le chat, lui donna un petit peu d'eau et alla faire sa toilette.

Contre toute attente, nous étions en milieu de matinée et il était réveillé. Le stress et la non présence de la petite bleue ne l'aidait pas à dormir, en plus du chat qui venait le voir suite à l'absence de câlin de la part de sa nièce.

Une fois ceci fait, il devait se changer les idées. Une promenade était toute indiquée. En plus de cela il en profiterait pour observer l'attitude des gardes en centre-ville. Elles lui en disaient souvent beaucoup sur les recherches qui étaient effectuées. Cape, sceptre, épée, comme d'habitude, rien ne changeait et son parcours pouvait commencer. Rien de programmé à vrai dire, déjà c'était plus sûr, et en plus ce n'était pas le genre. Il passait devant le marché, devant un bâtiments de garde. En plein milieu du village les affiches étaient présentes mais à entendre les gardes rapidement, apparemment les recherches avaient un peu cessées. Certainement parce que la troupe ne faisait plus grand-chose.

Une minute.

Il y avait cette personne un peu derrière lui depuis toute à l'heure. Oui, il se retournait de temps en temps. Il vérifiait souvent s'il n'était pas suivi, et apparemment, cela l'était. Il décida donc de faire un tour assez aléatoire. La personne était toujours présente. Même en allant dans de sombres ruelles et en se faisait plus discret il était toujours suivi. Que lui voulait-elle ? Est-ce qu'elle l'avait vue écouter les gardes ? Non. Il s'était montré aussi discret que d'habitude. Avait-elle aperçu son visage et voulait-elle la prime ? La description était plutôt sommaire mais... Impossible de retourner à la planque comme ça. Enfin, si, mais il devrait la semer avant et vu comme elle avait l'air déterminée il n'était pas impossible qu'elle cherche un peu loin malgré le fait que des voyous pouvaient traîer un peu partout.

Au coin d'une ruelle, il disparu. Clairement. Hilel venait d'utiliser sa magie. Il ne comptait pas la semer néanmoins. Il la laissait le chercher quelques secondes avant d'attendre le moment et la position opportune avant de réapparaître, pour la planquer contre un mur, posant son coude sur son dos, fortement mais pas trop, et sa lame sur sa nuque, l'empêchant ainsi de s'enfuir et de le voir. D'une voix calme il demanda.

«  Nom, prénom et pourquoi tu me suis. Tu as trente secondes.  »

Clair, net et précis. L'on ne pouvait faire mieux. Il n'y avait aucun doute sur ses intentions et vu comment il appuyait la lame, si elle ne répondait pas ou si la réponse et ses réactions lui paraissaient louches, il la trancherait.


۞ • ۞ • ۞ • ۞


Hilel et Arya, sa soeur plus jeune à Alma Toran, merci Naya !:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


۞ 1ère apparition : 07/05/2017

۞ Rukhs : 184

۞ Rukh rose : Ambigüe

avatar
Souhaya Salhi

MessageSujet: Re: Je te suis, tu me suis, nous nous suivons... je sais conjuguer ! ♦ Hilel ♦ 5 Ramazan   Jeu 16 Aoû - 14:01

Je te suis, tu me suis, nous nous suivons… Je sais conjuguer !

5 Ramazan 1002 ۞ Hilel


Avant de pouvoir réagir de quelque manière que ce soit, Souhaya fut violemment plaquée sur le mur. Prête à hurler, elle se pétrifia en sentant un métal froid sur sa nuque et s’appliqua à rester le plus immobile possible. Le coude pressé contre son dos était désagréable mais c’était l’épée qui la persuadait de rester tranquille. Clairement, elle ne serait pas assez rapide pour contrer une attaque à cette distance. Des rukhs sombre se mêlèrent aux siens, lumineux, à la périphérie de ses yeux et une légère grimace anxieuse tordit ses lèvres. Peut-être avait-elle oublié la partie « danger » qui allait avec la plupart des porteurs de rukhs sombres.

« Nom, prénom et pourquoi tu me suis. Tu as trente secondes. »

Sa voix était calme, presque froide, mais pas agressive. Il énonçait un fait et il l’exécuterait sans hésiter si la réponse ne lui plaisait pas. Souhaya inspira de manière contrôlée en tentant de regagner son sang-froid. Ce n’était pas la première fois qu’elle était à la menace d’une lame – la première fois d’aussi près, certes – ; elle pouvait gérer ça. Elle allait miser sur la franchise tout de même, on ne savait jamais.

« Je m’appelle Souhaya Salhi, et tes rukhs noirs ont attiré mon attention. C’est de la pure curiosité, promis. »

Elle resserra discrètement ses doigts sur son sceptre, passant en revue ses sortilèges, au cas où elle en maîtriserait qui lui permettrait de se dégager sans être décapitée. Le métal froid sur sa nuque se rappela à son bon souvenir et elle rejeta cet embryon de plan sans plus d’hésitation. Mauvaise idée. Elle ne connaissait aucune des aptitudes du porteur de rukhs noirs, il pourrait être magicien pour ce qu’elle en savait, ou fanalis même si elle avait un doute. Sans compter cette épée qu’elle avait contre son cou et qu’elle préférait ne pas sentir bouger si ce n’était pour se retirer définitivement. Avec une voix maîtrisée, elle reprit la parole en espérant avoir l’air plus calme qu’elle ne l’était en réalité.

« Tu peux me lâcher s'il te plaît ? C’est une position vraiment inconfortable. »

Cette phrase était un pur pari avec la chance. Soit elle l’énervait et se faisait tuer, soit le danger s’écartait un peu et elle pourrait avoir une petite possibilité de se défendre. Et de ne pas mourir, avec – beaucoup – de chance. Mais Souhaya avait toujours été une grande parieuse et la chance était souvent de son côté. Elle espérait que ce n’était pas ce jour-là qu’elle la lâcherait.

(c) Never-Utopia

۞ • ۞ • ۞ • ۞



♥️ Merci Hilel et Naya pour ces superbes graphismes !
Couleur de Sousou : #996699


Dernière édition par Souhaya Salhi le Dim 21 Oct - 10:06, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CHEF DE LA TROUPE DES VOLEURS

۞ 1ère apparition : 04/02/2016

۞ Rukhs : 756

۞ Rukh rose : Personne

۞ Localisation : Empire Reim

avatar
Hilel
CHEF DE LA TROUPE DES VOLEURS

MessageSujet: Re: Je te suis, tu me suis, nous nous suivons... je sais conjuguer ! ♦ Hilel ♦ 5 Ramazan   Jeu 16 Aoû - 17:27

 
Tu me suis ?  

Elle avait peur. Oui cela se voyait et elle semblait vouloir le cacher. Il ne savait pas reconnaître des masses de sentiments mais il savait beaucoup plus aisément discerner la peur des autres émotions. Bon point. Pourquoi cela ? Parce quelqu'un qui n'avait pas peur suite à cette menace était certainement encore plus louche que notre mage noir. A voir si cette peur la paralyserait totalement ou si elle allait lui répondre. Si elle tremblait, il se ferait éventuellement clément et attendrait plus que les trente secondes annoncées. Adorable non ? Il la laissait respirer, il ne la collait pas assez pour lui bloquer la respiration même si elle devrait certainement ressentir une gêne. Son sceptre ne lui était que peu utile si près et il le savait, étant lui-même magicien.

Elle fini par se nommer : Souhaya Salhi et promettait qu'elle avait juste été attirée par les rukhs noirs. Peu importe ses mouvements pour le moment l'épée d'Hilel ne bougeait pas. Il restait là à la maintenir. Sa tête n'avait pas été tranchée au moment ou elle avait prononcé cette phrase, et elle faisait mieux d'éviter d'essayer de se dégager. Même si elle ne le savait pas, si elle tentait de s'enfuir, pour Hilel c'est qu'elle cachait quelque chose. Il n'était pas malhonnête et si elle n'avait rien à voir avec lui, le voleur la laisserait repartir.

Là il réfléchissait, s'interrogeant, était-ce vraiment cela ? Elle avait l'air sincère mais cela pourrait être un jeu d'acteur même si cela n'en avait pas l'air. Lui-même avait l'habitude d'en jouer de temps en temps donc… Pourquoi pas.

Alors qu'il se posait diverses questions, elle le sorti de ses réflexions pour lui demander de la lâcher, précisant au passage que la position n'était pas confortable. Ca, il voulait bien le croire. Mais c'était justement dans ce genre de position, avec un peu de pression, que les gens avaient du mal à mentir. Il attendit quelques secondes avant d'annoncer.

«  Soit. Je ne pense pas que tu mentes.  »

En premier c'est son coude qu'il enleva, pour avoir toujours sa lame au cas ou avant de faire trois pas rapides en arrière, enlevant ainsi son épée de sa nuque qui n'avait été en rien amochée. Il gardait son arme en main, hors de question de la ranger maintenant, il devait jauger l'attitude de la femme. Et non, il n'allait pas partir de suite mais il restait silencieux. Il devait éventuellement en savoir plus, ou s'assurer qu'elle le suivrait plus, ou elle périrait à coup sûr.


۞ • ۞ • ۞ • ۞


Hilel et Arya, sa soeur plus jeune à Alma Toran, merci Naya !:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


۞ 1ère apparition : 07/05/2017

۞ Rukhs : 184

۞ Rukh rose : Ambigüe

avatar
Souhaya Salhi

MessageSujet: Re: Je te suis, tu me suis, nous nous suivons... je sais conjuguer ! ♦ Hilel ♦ 5 Ramazan   Dim 19 Aoû - 21:23

Je te suis, tu me suis, nous nous suivons… Je sais conjuguer !

5 Ramazan 1022 ۞ Hilel


Souhaya respira plus librement à la seconde où l’homme la relâcha. L’envie de se retourner pour dévisager l’homme qu’elle avait prit en chasse puis dont elle avait été – littéralement – la proie, la taraudait mais elle prit sur elle. L’ambassadrice respira profondément pour reprendre ses esprits, épousseta sa robe salie par le mur qui ne respirait pas la propreté et en arrangea sa frange. Oh, c’était totalement superficiel, s’occuper de son apparence dans une situation comme celle-ci, elle le savait. Mais Souhaya prêtait attention à l’image qu’elle renvoyait à tout instant, elle aimait avoir une apparence irréprochable dans la mesure du possible. Cela l’aidait à garder son sang-froid et l’esprit clair, ce qui serait nécessaire dans cette conversation, elle n’en doutait pas. Elle ne s’imaginait pas affronter une conversation avec un individu dangereux sans ça.

Lorsque la magicienne se retourna pour faire face à son agresseur, elle nota qu’il s’était reculé de quelques pas, ce dont elle lui fut gré. Elle restait nerveuse et légèrement méfiante des réactions de l’homme et elle espérait que son regard restait aussi tranquille que la surface d’un lac sans remous. Elle avait perfectionné l’art de travestir ses émotions dans les plus grandes salles de bals et au sein de sa propre maison lorsqu’il l’avait fallut mais elle n’avait pas pour habitude d’être agressée. Ni de suivre les gens étranges – ou pas d’ailleurs – si on allait dans cette direction, mais c’était une autre question.

Souhaya hésita à ranger son sceptre dans sa ceinture. Cela pouvait être un signe de pacifisme mais elle hésitait à se séparer de son arme dans une situation si épineuse. Lui n’avait pas rangé son épée après tout, cela pouvait se révéler vraiment dangereux s’il décidait qu’elle était moins menaçante morte que vive. Elle décida finalement de le garder en main, son poids familier la rassurait et elle pourrait au moins invoquer un borg si la situation dégénérait.

Elle évalua la situation et grimaça. C’était mal partit. Dans une situation comme celle-ci, elle ne pouvait que montrer patte blanche mais il n’y avait pas trente-six solutions pour y arriver sans se faire tuer. L’ambassadrice rassembla ses esprits et composa son sourire le plus diplomate qu’elle avait à sa disposition avant de reprendre la parole.

« En fait, je me demandais si je pouvais vous poser des questions sur vos rukhs. Quand est-ce que vous avez maudit votre destin et comment, l’effet que ça fait et si ça peut impacter l’esprit ou la magie si vous êtes magiciens, par exemple. J’ai déjà quelques réponses mais je n’ai jamais rencontré personne qui ait des rukhs auparavant. C’est un sujet qui m’intéresse beaucoup, avoua-t-elle. »

La magicienne pria pour qu’elle ait réussit à le convaincre de sa bonne foi par son petit speech un peu plus détaillé qu’elle ne l’avait prévue quand elle avait aperçu ses rukhs dans la foule. Non pas qu’elle ait prévu grand-chose au départ cela dit, c’était surtout un coup de tête. Elle regrettait de ne pas avoir un peu plus réfléchit avant de s’élancer à la suite de cet homme.

(c) Never-Utopia

۞ • ۞ • ۞ • ۞



♥️ Merci Hilel et Naya pour ces superbes graphismes !
Couleur de Sousou : #996699
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CHEF DE LA TROUPE DES VOLEURS

۞ 1ère apparition : 04/02/2016

۞ Rukhs : 756

۞ Rukh rose : Personne

۞ Localisation : Empire Reim

avatar
Hilel
CHEF DE LA TROUPE DES VOLEURS

MessageSujet: Re: Je te suis, tu me suis, nous nous suivons... je sais conjuguer ! ♦ Hilel ♦ 5 Ramazan   Dim 19 Aoû - 23:34

 
Tu me suis ?  

Méfiance est mère de sûreté. Un proverbe qui ne s'était jamais révélé aussi vrai en cet instant. S'il la croyait, le magicien noir n'avait pas rangé son épée. Pour cause, ce n'était pas parce qu'il pourrait penser qu'elle disait la vérité qu'elle n'en cachait pas une autre ou qu'elle n'en profiterait pas pour l'attaquer. Elle mis un certain temps à se retourner. Comme pour bien être sûr qu'Hilel n'était plus présent à un mètre. Cela restait compréhensible. Il plongea son regard dans le sien mais n'importe quel entraînement ne pouvait aider face à la logique. Si elle ne rangeait pas son sceptre c'était qu'elle ne se sentait pas en sécurité.

Qui ferait le premier pas ? Hilel hésitait encore alors pour le moment cela ne serait pas lui. Mais uniquement pour le moment, il attendait d'abord qu'elle reprenne la parole. Oui c'était peut-être gênant comme situation, mais pas pour lui. Il avait tout son temps, ou presque. Elle fini par s'adresser à lui en lui posant plusieurs questions, mais assez indirectes. Et bien, elle avait l'air d'en savoir quelque chose, et en même temps, rien vu qu'elle lui posant justement des questions.

«  Je suppose que tu ne dois pas être n'importe quelle magicienne. Magnostadt ?  »

Il ne changeait pas depuis avant et continuait dans le tutoiement. Si elle voulait le vouvoyer, grand bien lui fasse mais il n'y répondrait pas. Et oui, il avait posé une question mais il était presque sûr de la réponse. Il n'y avait que ce pays pour étudier le rukh noir et ce qui allait avec, d'ou le fait qu'elle possédait déjà quelques réponses. Ou alors il se trompait et avait étudié cela d'elle-même, c'était aussi probable.

«  Et tu peux. Mais je ne répondrais pas à tout.  »

De un, s'il voulait s'en débarrasser répondre à quelques interrogations ne lui semblait pas un mauvais choix plutôt que d'attirer l'attention sur eux. Et là, question attention, ils pouvaient en avoir pas mal. Ils devaient d'abord quitter la pleine rue. Il lui fit un signe de tête de le suivre et entra dans ce qu'il semblait être une vieille grange. Assez loin de la planque, c'était un endroit où on ne pouvait pas les voir si facilement. Apparemment elle semblait décidée à le suivre. Alors il fit un début de réponse.

«  Cela impacte la magie dans le sens ou il y a quelque chose de plus. Mais je suppose que vous devez déjà le savoir en partie non ? Certaines forme de vie sont possible en rukh noir.  »

Il avait occulté la partie sur lui-même. De toute façon il ne donnerait pas ce genre d'information. Il décida de ranger son épée, consciencieusement.

۞ • ۞ • ۞ • ۞


Hilel et Arya, sa soeur plus jeune à Alma Toran, merci Naya !:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


۞ 1ère apparition : 07/05/2017

۞ Rukhs : 184

۞ Rukh rose : Ambigüe

avatar
Souhaya Salhi

MessageSujet: Re: Je te suis, tu me suis, nous nous suivons... je sais conjuguer ! ♦ Hilel ♦ 5 Ramazan   Dim 9 Sep - 15:19

Je te suis, tu me suis, nous nous suivons… Je sais conjuguer !

5 Ramazan 1022 ۞ Hilel


Souhaya avait rassemblé tout le sang-froid à sa disposition, la main crispée sur son sceptre, et avait prit la parole. Il fallait faire évoluer la situation pacifiquement, elle refusait de mourir – soyons optimiste – dans une ruelle douteuse de Remano. Elle était une diplomate, elle arrivait à gérer des ambassadeurs grivois, ou autres nobles pédants, et avait réussi à ignorer son invivable mère lorsqu’elle était revenue à Magnostadt. Elle arriverait bien à sortir de cette situation en vie. Elle devait y croire de toute façon, les pensées positives attiraient les actions positives. Une jolie leçon de vie de son père.

« Je suppose que tu ne dois pas être n'importe quelle magicienne. Magnostadt ?
—Oui. »

La magicienne se contenta de cette courte réponse, trop intelligente pour déclamer son titre complet. Des rukhs noirs, une épée et une certaine méfiance - ou prudence ? -. Rien dans cet homme ne clamait la confiance, elle n’allait pas s’offrir sur un plateau d’argent pour une rançon. Elle avait trop confiance en ses capacités pour envisager l’option otage. Elle gardait cependant ce plan de secours dans un coin de sa tête, au cas où il l’attaquerait de nouveau. On ne savait jamais.

« Et tu peux. Mais je ne répondrais pas à tout. »

Souhaya acquiesça légèrement, soulagée. C’était plus que ce qu’elle attendait comme trêve. Elle s’attendait à ce qu’il lui dise d’arrêter de le suivre, sans plus. Elle aurait certainement obéi d’ailleurs. Elle ne tenait pas tant à ses réponses ; même si sa curiosité était indéniable et que sa déception l’aurait été tout autant.

L’homme lui fit signe de le suivre, décidant certainement qu’il lui fallait un endroit plus discret pour une discussion de ce genre. Sagement, Souhaya le suivit de près. Elle n’hésita pas. La magicienne n’allait pas laisser tomber sa chance – peut-être unique – d’interroger un porteur de rukhs noirs à la source. Elle eut un temps d’hésitation devant la grange cependant, juste avant de secouer la tête pour chasser les soupçons morbides qui l’avait envahie et de le suivre à l’intérieur. Elle avait sa magie. Souhaya n’avait pas tant d’expérience sur le terrain – préférant habituellement trouver une solution à l’amiable ou laissant Luen s’en occuper – mais elle ne laisserait pas son inexpérience lui faire oublier qu’elle était une magicienne puissante qui pouvait parfaitement se défendre. L’homme reprit la parole lorsqu’ils furent tous les deux dans la grange et l’ambassadrice reporta son regard bleu vert sur lui, attentive.

« Cela impacte la magie dans le sens ou il y a quelque chose de plus. Mais je suppose que vous devez déjà le savoir en partie non ? Certaines forme de vie sont possible en rukh noir. »

Souhaya le regarda ranger son épée, concentré, presque avec application, un certain soulagement filant dans ses veines. En signe de paix, elle l’imita, attachant son sceptre à sa ceinture. Ses bras se croisèrent devant elle, tout de même aux aguets du moindre geste suspect, prête à dégainer son sceptre s’il faisait ne serait-ce que mine de tirer son épée. Malgré tout sa voix était sereine lorsqu’elle reprit la parole et ses yeux ne trahissaient que légèrement son agitation intérieure.

« Oui, ça, je le savais, admit-elle. Je suis assez curieuse sur vos capacités – les vôtres ou un autre bien sûr, je parle en général. Est-ce que les rukhs noirs accroissent la puissance du mage ou permettent-ils juste des… choses, impossibles aux autres mages ? »

Souhaya ne commenta pas le large éventail de ses questions précédentes auxquelles il n’avait pas répondu. Elle en reposerait certaines plus tard, celles qui ne le touchaient pas de trop près. Nul besoin d’être devin pour comprendre que c’était un homme secret, méfiant ; elle doutait qu’il soit ravi qu’elle fouine dans son passé. Peut-être tenterait-elle tout de même, si la discussion ne tournait pas trop mal.

(c) Never-Utopia

۞ • ۞ • ۞ • ۞



♥️ Merci Hilel et Naya pour ces superbes graphismes !
Couleur de Sousou : #996699
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CHEF DE LA TROUPE DES VOLEURS

۞ 1ère apparition : 04/02/2016

۞ Rukhs : 756

۞ Rukh rose : Personne

۞ Localisation : Empire Reim

avatar
Hilel
CHEF DE LA TROUPE DES VOLEURS

MessageSujet: Re: Je te suis, tu me suis, nous nous suivons... je sais conjuguer ! ♦ Hilel ♦ 5 Ramazan   Lun 10 Sep - 13:46

 
Tu me suis ?  

La demoiselle ne s'était pas décidée de suite à le suivre. Quoi de plus logique après tout, il paraissait dangereux mais un poil ironique quand on savait que cela faisait un moment qu'elle le filait de loin, en sachant justement que ce n'est pas une bonne idée. Ils entrèrent donc dans la grange, la porte fermée ils étaient à présents seuls. Il commença sa première explication tout en rangeant son arme doucement. Il l'avait fait pour plusieurs raisons. Déjà, pour ne pas effectuer de geste trop brusque -parce qu'il l'était-, pour avoir toujours la main sur son arme si jamais elle l'attaquait quand il la remettait dans son fourreau (elle n'en avait pas l'air mais…) et parce que de toute façon il ne rangeait jamais son épée comme le ferait un soldat.

Elle rangeait aussi son sceptre. Chacun pourrait rapidement le reprendre. Etait-ce une question de confiance ? Etait-elle du genre à chercher à l'amadouer pour mieux l'attaquer ? Est-ce qu'il se posait lui-même trop de questions ? Il laissait aller ses deux mains le long de son corps avant de s'adosser au mur et de croiser les bras. Elle le savait donc, et demandait plus, évidemment.

«  La manipulation de forme de vie faites de rukh noir est impossible aux autres mages. Et, oui, ils l'accroissent. Ils permettent aussi de maudire. De forcer la transformation du rukh. Mais c'est très souvent fatal car peu de gens, magiciens inclus, supportent cette transformation. S'ils n'en perdent pas la vie, c'est la raison qu'ils perdent. C'est aussi permanent. L'on ne retrouve jamais un rukh blanc. La mort est assurée dans cette seconde transition.  »

Selon son propre avis c'était plus compliqué pour les magiciens. Après tout si c'est la haine du destin qui transforment les rukhs, alors ces personnes étaient peut-être déjà perdues avant. Lui n'avait pas de haine, mais les gens d'Alma Toran n'était pas pareils.

Être debout en face à face avec cette femme lui faisait un effet étrange. Déjà, il n'avait pas l'habitude de discuter avec des inconnues, surtout des femmes, et pas en pleine rue. Il décida donc de s'asseoir sur une caisse sans se détendre non plus. En cas de besoin sa position l'aiderait à éviter une peu probable attaque.

«  Si tu ne croises pas de gens aux rukhs noirs c'est parce que tu ne traînes pas dans les bas-fonds. Ils y sont nombreux… et dangereux.  »

Dangereux, hein ? Pardon ? Pas comme lui ? Pas sûr....


۞ • ۞ • ۞ • ۞


Hilel et Arya, sa soeur plus jeune à Alma Toran, merci Naya !:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


۞ 1ère apparition : 07/05/2017

۞ Rukhs : 184

۞ Rukh rose : Ambigüe

avatar
Souhaya Salhi

MessageSujet: Re: Je te suis, tu me suis, nous nous suivons... je sais conjuguer ! ♦ Hilel ♦ 5 Ramazan   Dim 21 Oct - 12:46

Je te suis, tu me suis, nous nous suivons… Je sais conjuguer !

5 Ramazan 1022 ۞ Hilel


Souhaya restait droite, presque tendue si l'on restait honnête, son regard fixé sur l'homme en face d'elle. Il était étrange. Avec sa cape, son épée et son oeil bandé il n'inspirait aucune confiance, pourtant il répondait à ses questions comme s'il n'y avait rien de plus naturel. C'était étrange. Non pas qu'elle s'en plaigne - entre ça et se faire menacer, voire tuer, franchement ça l'arrangeait plutôt - mais elle trouvait cette réaction... curieuse.

« La manipulation de forme de vie faites de rukh noir est impossible aux autres mages. Et, oui, ils l'accroissent. Ils permettent aussi de maudire. De forcer la transformation du rukh. Mais c'est très souvent fatal car peu de gens, magiciens inclus, supportent cette transformation. S'ils n'en perdent pas la vie, c'est la raison qu'ils perdent. C'est aussi permanent. L'on ne retrouve jamais un rukh blanc. La mort est assurée dans cette seconde transition. »

Souhaya fronça les sourcils, ses doigts tambourinants sur son bras alors qu'elle s'abîmait dans ses réflexions. Une transformation irréversible ? Inquiétant. Il n'y avait donc pas de « rédemption » pour ceux qui avait maudit leur destin, à moins de mourir. Et même ainsi... Est-ce que leurs rukhs noirs leur permettaient de rejoindre le Grand Flux des Rukhs ? Rien n'était moins sûr. Elle ne savait que penser de cette information mais la nota soigneusement dans son esprit. Il faudrait qu'elle le rapporte à ses confrères qui étudaient les rukhs noirs. Quant à la malédiction, elle en avait entendu parler dans le laboratoire où elle travaillait avant. En revanche ils avaient toujours utilisé le conditionnel, elle avait à présent la preuve que c'était possible. Cela aussi était plus qu'inquiétant. Sans parler du problème d'éthique, il y avait le risque de la perte humaine si une malédiction était utilisée à grande échelle.

Alors qu'elle relevait les yeux, inconsciemment baissés durant sa réflexion, pour poser ses questions, l'homme reprit la parole pour préciser un point.

« Si tu ne croises pas de gens aux rukhs noirs c'est parce que tu ne traînes pas dans les bas-fonds. Ils y sont nombreux… et dangereux. »


Souhaya fronça de nouveau les sourcils, inquiète par ce que ses paroles impliquaient. Cela soulevait également un autre point qu'elle souhaitait éclaircir à propos des capacités qu'accordaient les rukhs noirs à ses porteurs. La magicienne resta silencieuse un moment, ordonnant ses pensées et les questions que ses réponses avaient soulevées. Elle décida finalement de rebondir sur ce qu'il lui avait dit en dernier, elle reviendrait sur le reste plus tard.

« Il n'y a pas que les magiciens qui sont porteurs de rukhs noirs, comment les goïs réagissent à cette transformation ? Et comment les rukhs noirs augmentent leur capacités ? Est-ce que quelque chose de spécial, un accroissement des capacités physiques ou simplement leur santé mentale ? »

Souhaya réprima son envie de se ronger les ongles, ne souhaitant pas montrer à quel point ce sujet l'inquiétait. Bien sûr, la magie était dangereuse, mais c'était un outil. Un outil formidable, certes, mais neutre. C'était son utilisation qui pouvait se révéler dangereuse, d'où son inquiétude pour les porteurs de rukhs noirs. S'ils étaient fous et dotés d'une puissance inhabituelle alors, même armés d'un simple couteau, ils pouvaient devenir une véritable menace pour un pays. Peut-être pas Magnostadt, la population étant majoritairement magicienne, un rukh noir serait rapidement repéré et remis aux autorités - si la population était au courant de leur dangerosité. D'un autre côté, cela ne conduirait-il pas à la paranoïa ? Notamment de la part de leur population goïs...

Souhaya ferma les yeux et soupira fortement, se pinçant l'arête du nez. Ca allait être un bordel monstre à traiter. Elle était vraiment heureuse de ne pas être Chancelière à cet instant. Même si son avis serait pris en compte, elle n'aurait pas à prendre de décision. Un détail lui revint à cet instant et elle releva la tête pour regarder l'homme et reprendre la parole.

« Tu as dit que les porteurs de rukhs noirs sont nombreux dans les bas-fonds... Ils sont si nombreux que ça ? »

Le tutoiement était revenu instinctivement. Les réponses qu'il lui avait donné la préoccupaient bien trop pour qu'elle pense encore à la politesse derrière laquelle elle aimait se réfugier en s'imaginant qu'elle avait le contrôle de la conversation. Elle n'avait le contrôle sur rien du tout actuellement, les pensées fusaient dans son esprit et elle prenait sur elle pour ne pas y réfléchir véritablement, se contentant d'emmagasiner les informations pour y réféchir plus tard à tête reposée. Ouais, c'était pas gagné.

(c) Never-Utopia

۞ • ۞ • ۞ • ۞



♥️ Merci Hilel et Naya pour ces superbes graphismes !
Couleur de Sousou : #996699
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CHEF DE LA TROUPE DES VOLEURS

۞ 1ère apparition : 04/02/2016

۞ Rukhs : 756

۞ Rukh rose : Personne

۞ Localisation : Empire Reim

avatar
Hilel
CHEF DE LA TROUPE DES VOLEURS

MessageSujet: Re: Je te suis, tu me suis, nous nous suivons... je sais conjuguer ! ♦ Hilel ♦ 5 Ramazan   Mar 6 Nov - 20:28

 
Tu me suis ?  

Tout en restant calme Hilel expliquait ce qu’il pouvait et surtout, ce qu’il voulait. Ni trop, ni pas assez, du moins de son point de vue. Trop n’était pas son genre et pas assez, elle pourrait se montrer encore plus curieuse. Elle l’écoutait, fronçant de temps les sourcils, ses propos n’avaient pas l’air de lui plaire, tout en la faisant certainement réfléchir. La mort assurée devait sûrement l’inquiéter. Il indiqua ensuite que si elle n’en croisait pas beaucoup, de ce genre de personne, c’était aussi parce qu’elle n’était pas aux bons endroits. Il se demandait si elle allait avoir envie de s’y rendre ou non suite à ces propos. Après tout, elle était arrivé à se dire que le suivre était une… bonne idée ou du moins, pas risquée, et elle s’était retrouvée dans une situation peu enviable. Du moins au début. Et non, il ne s’inquiétait pas de son sort.

Ses premières questions ne se posèrent néanmoins pas là dessus mais bel et bien sur la réaction des gois face aux rukhs noirs. Si cela leur donnait des capacités spécifiques ou non, si cela détériorait leur mental ou non. Le nombre l’intéressait aussi. Bon, il n’avait pas d’information extrêmement précises à toutes ces questions mais il allait tout de même faire en sorte de satisfaire minimum ses attentes.

«  Cela dépend des gens. Renverser son destin et ses rukhs ne signifie pas devenir haineux ou bien fou. Ils n’ont pas spécialement de renforcement de capacités et bien souvent ils ne sont pas au courant, si ce n’est, ils ne le savent en général pas.  »

Un bruit de verre cassé attira son attention et il s’arrêta de parler pendant quelques secondes. Une dispute éclatait à côté. Heureusement qu’ils étaient ici. Il ne prit pas peur. Ce n’était pas son genre. Il continua donc.

«  Ils sont beaucoup moins nombreux que ceux qui possèdent des rukhs blancs. Et toutes les personnes qui trainent ici n’ont pas de rukhs noirs.  »



۞ • ۞ • ۞ • ۞


Hilel et Arya, sa soeur plus jeune à Alma Toran, merci Naya !:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Je te suis, tu me suis, nous nous suivons... je sais conjuguer ! ♦ Hilel ♦ 5 Ramazan   

Revenir en haut Aller en bas
 
Je te suis, tu me suis, nous nous suivons... je sais conjuguer ! ♦ Hilel ♦ 5 Ramazan
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Nous nous sommes déjà croisé ! [ft. Danel]
» «Nous ne nous souvenons pas des jours, nous nous souvenons des moments» (scénario - Andreas L. Swan)
» Adieux aux amis du vieux Tom
» JE SUIS UN CORROMPU ET JE CONNAIS MES COLLABORATEURS !
» Pourquoi fêter le 1er mai? Jean Erich René Miami le 1er mai 2009 Nous nous co

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
MAGI RPG :: 
Les terres fermes
 :: Continent Ouest :: Empire Reim :: Remano :: Rues marchandes
-
Sauter vers: