AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Les chefs de famille disparue. (pv : Sergei / Date : 17 Ramazad)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


۞ 1ère apparition : 28/10/2017

۞ Rukhs : 28

۞ Rukh rose : Célibataire

۞ Localisation : Sindoria

avatar
Takara Yaboku

MessageSujet: Les chefs de famille disparue. (pv : Sergei / Date : 17 Ramazad)   Lun 2 Avr - 19:56

La jeune fille marchée dans la ville de Sindoria, cette ville qui était maintenant sa maison. La rue où elle se trouvait était remplie d’habitant, qui parlait ou riait, le sourire aux lèvres. Ce n’était cependant pas le cas de Takara, ses yeux perdus au loin devant elle, son visage ne montrait aucune expression. Ses pensées tout embrouillées tournaient dans sa tête, la faisant beaucoup trop réfléchir.

Elle avait entendu deux marchands en parlaient. L’un d’eux revenait de Kou, il avait alors dit à son compère que le corps d’un homme avait était retrouver il y a quelque temps. Qu’après avoir posés des questions, on aurait appris l’identité de cette personne : Yukino Yaboku. Le sang de la jeune fille s’était figé dans ses veines quand elle avait entendu. « Yukino Yaboku », le nom de son frère aîné, lui qui avait brûlé sa famille dans un incendie. Ce frère qui l’avait forcé à quitter le pays sous peine d’être tuer. Celui qui avait gardé l’un de ses frères pour x raison. Il avait était tué ? Mais par qui ? Qui aurait pu vouloir le tuer ? Elle qui s’était jurer de le tuer se voyait désordonner.  

Elle n’était pas rentrée chez elle depuis cette nouvelle, si elle le faisait, elle se morfondrait sur elle-même sans réfléchir. Elle devait retourner à Kou, pour vérifier la véracité de cette rumeur et pour également revoir ce pays qui lui manquait tant. Elle regarda sa petite maison et y entra en soupirant, il faut qu’elle se repose, elle part demain pour Kou et c’est un long voyage de 6 jours.




Takara referma la porte derrière elle, mit la clé dans la serrure et la tourna. Il était encore tôt, le soleil venait de se lever et les rues de Sindoria n’étaient pas encore bondées. Elle partait aujourd’hui pour Kou, la ville qui l’avait vue naître. Un sac sur le dos, elle avait tout ce qu’elle avait besoin pour plus de 6 jours. Elle avait emmené des sous, des vêtements et de quoi manger. Habillée aujourd’hui d’un kimono noir à ornement blanc, elle avait enfilé une sorte de pantalon dessous de couleur noir et collant à sa peau. Elle avait coiffé ses cheveux arrière en plie formant un chignon à une grosse mèche, raccrocher à une broche à fleur et à fils (voir avatar). Cette broche lui venait de ses parents qui lui avaient offert avant qu’elle se fasse peindre. Même attachés ainsi, ses cheveux lui arrivait au milieu du dos. Elle avait laissé sa franche libre, attachant ses cheveux de par et d’autre de sa tête en tresse.

Elle marcha tranquillement jusqu’au port où le bateau pour Kou attendait. Elle monta dedans et paya le capitaine en s’installant sur le pont du bateau. Elle allait rester dedans pour 6 jours, d’autres personnes s’y trouvaient, des femmes, des enfants et des hommes. Des personnes seuls ou en famille se mélangeaient sur le bateau.
La jeune femme alla sur le bord du bateau, s’asseyant calmement pour regarder l’eau qui coulait lentement sous le bateau. Le voyage lui paraîtra bien plus long que d’habitude.




17 Ramazad. Le soleil brillait sur le pays de Kou, la chaleur était présente. Takara mit alors un kimono fin d’été, de couleur rouge vif avec des ornements rouges noirs représentant des petites fleurs. Elle devait le porter ici tout simplement parce que c’était son préféré quand elle était jeune. Elle ne le portait que très rarement, il lui rappeler beaucoup trop de souvenir avec ses parents, mais elle ne voulait pas le jeter pour autant.
Remerciant les personnes sur le bateau, elle descendit, un sac sur le dos. Ses yeux allaient dans tous les sens, regardant ce qui l’entourait comme si cela était la première fois. Un sourire apparu sur son visage : elle était rentrée dans son pays natal. Elle devait passer au cimetière, voir pour la première fois depuis longtemps le tombeau de sa famille.

La jeune fille s’avança dans la rue menant au cimetière, regardant devant elle avec conviction. Les rues étaient toujours aussi bondées, mais beaucoup de personne n’allait sûrement pas la reconnaître. Bien que petite elle parlait avec tout le monde, ceux qu’elle connaissait quand elle était petite vivait dans les quartiers. Elle passa dans une boutique de fleur pour acheter deux bouquets comptant de nombreuses fleurs, comme des roses, jonquilles ou orchidées.

C’est dans un crissement que le portail du cimetière s’ouvrit. Elle souffla doucement pour reprendre de l’air alors que les émotions commençaient à se bousculer en elle. Marchant calmement, tenant les bouquets entre ses deux mains, elle se stoppa devant une tombe assez haute, où les lettres joliment faites disant « Yaboku » étaient marqué. Il n’y avait aucune épitaphe, Takara avait refusé cela puisqu’elle seule va venir devant cette tombe et qu’elle savait exactement combien de personne se trouvait dans ce tombeau.
S’agenouillant, elle vira d’un mouvement de main les feuilles mortes présente sur la tombe et posa doucement l’un des bouquets devant la tombe. Elle sourit doucement, malgré les années écoulaient, tout le monde lui manquait. Elle regarda encore son nom de famille graver et parla lentement :

« Bonjour tout le monde… Je suis désolé de ne pas passer souvent, je ne vis plus ici. Je viendrais quand je le pourrais, mais vous devez savoir que vous me manquiez tous les jours qui s’écoulent. Je vis à Sindoria maintenant, cette ville est magnifique, j’aurais tellement aimé vous montrer, elle est géniale. Le roi Sindoria a vraiment réussi à faire une ville où tout le monde peut-être heureux. Beaucoup de personne viennent de contrer lointaine là-bas ! Bon, il est vrai que je n’ai pas d’argent outre celui que vous m’avez laissé, mais je trouverais un boulot. Ne vous inquiéter donc pas de moi, je suis heureuse là où je suis. J’ai cependant quelque chose à vous dire, je suis présente à Rakushou pour revenir voir cette ville qui m'a vue naître et pour une autre raison… Yukino est mort, je suis désolé de vous l’apprendre. Je suis venu pour voir la véracité de cette rumeur… Je reviendrais avant de partir, promis. »

Elle se leva également, essuyant les larmes qui coulaient sur son visage. Elle fit une légère révérence et reprit le chemin de la sortir. Cependant, elle se stoppa, regardant une autre tombe. Celle-ci était marquée de son nom de famille, elle savait pourquoi. C’était le tombeau de la famille à la sœur de sa mère. Sa tante, elle qui faisait partis de la famille principale. Elle n’eu jamais la chance de la rencontrait, mais d’après les dires de sa mère, elle était une femme belle et gentille, son père lui avait dit qu’elle avait emmené le monstre dans la famille, qu’elle n’était pas digne d’être la chef de la famille. La mère de Takara elle, était la matriarche de la seconde famille, la jeune fille était la seule désormais à pouvoir porter dignement ce nom de famille. Tant qu’elle n’avait pas retrouvé son autre frère kidnappé, elle était la chef d’une famille dont elle était la seule représentante. Du moins maintenant.

Elle se pencha pour nettoyer la tombe et déposa l’autre bouquet de fleurs dessus. Elle fit une légère révérence et regarda le second prénom écrit sous celui de sa famille : Bartemis. Elle devait s’en souvenir pour poser des questions dans la ville.


Elle sortit du cimetière pour se rendre en ville. Elle avait fait la première chose qu’elle devait faire, elle fera maintenant la seconde. Elle se rendait là où se trouvait, il y a bien longtemps, son ancienne maison. Sans surprise, une autre maison du même style avait était construite à l’emplacement : la ville avait tourné la page de l’incendie. Soupirant, elle fit demi-tour, il était presque le milieu de la journée, elle devait manger. Il lui rester des sous, assez pour se payer une auberge pour dormis et pour se payer de quoi manger. Elle s’assit donc en face d’un restaurant, à une table et commanda une spécialité de Kou. Elle regarda la rue en souriant : cela faisait bien de revenir dans un lieu qui nous est cher quand on est partis trop longtemps. Takara était heureuse, elle devait profiter d’être à Kou pour retracer les courbes de ses souvenirs.

۞ • ۞ • ۞ • ۞


Merci à hilel-sama pour ce magnifique kit lama
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Invité
Invité

MessageSujet: Re: Les chefs de famille disparue. (pv : Sergei / Date : 17 Ramazad)   Dim 22 Avr - 2:44

Les chefs de famille disparue 17 Ramazad 1002
YABOKU
Takara
BARTEMIS
Sergei

Ce jours-là, il était seul. Il avait laissé ses amis dans un camps en forêt, étant partie seul en ville, torse nue comme à son habitude, portant seulement ses manches, parce que... ben disons que l'emmerder moins d'être tout le temps torse nue avec au moins ses manches... Bizarre, mais bon, c'est comme ça que marche le monde. Ainsi, il se dirigea à Rakushou. Il n'aimait pas aller là-bas. Trop grand, trop de gens, beaucoup de chasseur de primes : un enfer pour lui. Mais c'est là qu'avait été enterré sa famille, à coté de sa famille secondaire décadente. Tellement décadente qu'elle avait disparut elle aussi dans les flammes qui avait pris sa mère et son père. Il ne regretter en rien de ne pas les avoir connue et malgré la peine qu'il éprouvait d'avoir tué un autre humain, il ne se sentait pas mal envers sa seconde famille d'avoir amené de l'autre côté celui qui avait ce soir-là assister à la mort de ses parents un sourire aux lèvres.

Il se dirigea vers la tombe de ses parents, où il avait lui-même rajouté Bartémis, en l'honneur de son second père, son maitre. De toutes manière, il devait bien être le seul à venir ce recueillir ici... Il tourna sa tête vers la tombe de sa famille secondaire

Un nouveau monstre vous à rejoint. J'ai honte de partager votre sang.

Il tourna la tête et entendit des bruit de pas se diriger vers lui. En un bon, il se camoufla dans un buisson proche de la tombe et regarda la jeune femme faire sa procession sur la tombe qu'il venait de critiquer. Il l'as reconnut de suite : Takara Yaboku, la fille du portrait. Il l'écouta attentivement se recueillir sur la tombe de sa famille. Elle leur parlait comme s'il était blanc comme neige. Le dégout monta dans la gorge de Sergei tandis qu'elle s’apitoyer sur le sort de son frère. Il n'avait eu que ce qu'il mérite. Mais tandis que la colère monté en lui, il se calma en voyant qu'elle se recueillait aussi sur la tombe de sa famille, ce qu'il ne put comprendre : la famille secondaire ne détestait pas la famille principale ? Incompréhensible et intriguant.

Ainsi, le chasseur suivit sa proie en silence, faisant attention de ne pas attiré le regard suspicieux de la femme sur lui, faisant comme n'importe quel touriste, simulant son intérêt pour tout, se mêlant à la foule... Il la suivit jusqu’à ce qu'elle se pose à une auberge. Il saisie alors cette opportunité. Ayant sur lui la toile du portrait enroulé autour de sa jambe il arracha un bout de la signature et il prit un morceau de papyrus qu'il avait acheté à la base pour comptabiliser ses prises. Il marqua alors ce message :

Je sais qui à tué ton frère, je peux t'en dire plus. Viens seule dans la rue derrière la maison jouxtant l'auberge. Pas de soldat, pas d'ami. Seule.

Un chasseur

Ps: Ci-joint, un petit quelque chose pour prouver que mes propos tienne la route.

Sergei prit alors discrètement la dague d'un homme s'étant affalé dans une taverne puis il monta sur le toit du bâtiment près duquel la jeune femme ce tenait. Attachant habillement les deux morceau de papier à la dague, il la laissa tombé sur la table de la jeune femme, la laissant s'enfoncer dans le bois. Et avant que l'on n'est eu le temps de crier par peur de voir une dague tombant du ciel, il disparue dans la rue mentionné dans sa missive. Il se cacha de manière discrète en se couvrant de terre et en se plaçant dans un enfoncement. Quand elle arriverait, il serait prêt à l’accueillir amicalement ou... il observa un pieu qu'il avait gardé sur lui et qui aurait dut servir à faire un piège à renard. Il ne tenait qu'à elle de faire le bon choix.
Revenir en haut Aller en bas


۞ 1ère apparition : 28/10/2017

۞ Rukhs : 28

۞ Rukh rose : Célibataire

۞ Localisation : Sindoria

avatar
Takara Yaboku

MessageSujet: Re: Les chefs de famille disparue. (pv : Sergei / Date : 17 Ramazad)   Jeu 26 Avr - 20:24

Alors qu’elle était en train de manger, une dague s’enfonça soudainement devant elle. Le sursaut qu’elle vit attira les regards des passants qui commençaient alors à paniqués, ignorant les paroles elle leva les yeux vers le toit mais ne voyant rien, elle attrapa le papier qui se trouvait attaché à la dague. Les mots qui étaient écrit, quelqu’un savait donc qui avait tué son frère ? Cela l’intéresser, elle voulait savoir qui avait tué cet horrible homme avant elle, elle voulait le remercier sans explication. Ce levant alors, elle paya l’auberge où elle venait de manger.

Attrapant son sac, elle soupira doucement. Elle ne devait pas aller dans cette ruelle sans considérer le fait qu’elle allait certainement être tuée. Après tout, qui peut lui dire que ce n’est pas un allier de son frère qui se trouvait dans cette ruelle ? Ce qu’elle pouvait dire était que ce n’était pas son frère, ce n’est pas son écriture écrit sur le papyrus. Attrapant la dague, elle la retira de la table et vit alors le bout de toile qui y trainait. La signature qu’elle vit la figea, c’était la signature qui se trouvait sur l’un de ses portraits… Elle dissimula la dague dans son kimono et se mit à marcher. Elle posa lentement sa main sur son katana.

Elle savait l’utiliser, elle devait toutefois se concentrer. Elle pouvait être attaquée par plusieurs hommes ce qui serait bien lâche quand même. Soufflant doucement, elle reprit son visage habituel et entra dans la ruelle. Ses yeux azurs regardant de partout, elle resta sur ses gardes, Elle ne vit personne, certainement une embuscade, Takara savait cependant qu’elle ne devait pas faire de conclusion trop rapidement. Prenant une grande respiration, elle parla de son calme habituel :

« Si vous vous attendez à ce que je vous donne de l’argent pour savoir qui à tué mon frère, vous n’en aurez point. Si la personne ne l’avait pas tué je l’aurais fait. J’espère que cette pourriture à souffert. »

Elle ne dira rien d’autre tant que la ou les personnes ne se montrent. Son frère était une vrai pourriture qui méritait la mort, elle espérait qu’il a bien souffert avec de mourir. La jeune fille aux cheveux blancs gardait sa main posée sur son katana qui était dissimulé par son kimono, elle ne bougea plus, restant sur place. Elle attendait que la personne ce montre.

۞ • ۞ • ۞ • ۞


Merci à hilel-sama pour ce magnifique kit lama
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Les chefs de famille disparue. (pv : Sergei / Date : 17 Ramazad)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Les chefs de famille disparue. (pv : Sergei / Date : 17 Ramazad)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La famille d'Aristide est-elle plus riche que celle des Clintons?
» Enfin une date pour les élections en Haiti
» DAN X BICHON MALE 2 ANS (SANS FAMILLE 89)
» Au temps où nos Chefs d'État ne quémandaient pas.
» Dragons et tyranides…Même famille ? (réservé) [Caîn et Koskyo]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
MAGI RPG :: Archives :: Rps (invités)-
Sauter vers: