AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Donjon n°58 Avnas le 08/09/1002 [Aadÿll & Famita]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage

SUBORDONNÉ DE KOUMEI

۞ 1ère apparition : 17/07/2013

۞ Rukhs : 520

۞ Rukh rose : Célibataire

۞ Localisation : Bloquée dans l'empire Kou avec un Koumei psychopate!

avatar
Famita Karan
SUBORDONNÉ DE KOUMEI

MessageSujet: Donjon n°58 Avnas le 08/09/1002 [Aadÿll & Famita]   Mar 6 Mar - 16:09



- Le donjon d'Avnas...

Un donjon... J'en rêvais depuis tant d'années et maintenant que j'en avais un devant mes yeux, je ne pouvais m'empêcher de trembler. J'avais moins de mal à cacher mes émotions d'habitude. Mais ce n'était pas de la peur. J'étais surtout très excitée ! S'il ne me restait pas un semblant de dignité, je trépignerais sur place, un sourire ébahi aux lèvres. Yaouh !

Mais je n'étais pas toute seule. "Peuh ! Qui se soucie de ce qu'ils pensent ? Ils feront moins les malins quand j'aurais ce djinn !" J'aurais aimé être aussi confiante... Mais si je ne sortais pas vivante de ce donjon, je ne voulais pas que le dernier souvenir qu'on ait de moi soit celui d'une gamine s'agitant pour rien...

J'imaginais que tous ceux qui souhaitaient s'y aventurer étaient tout autant ambitieux mais j'avais l'impression que mon crâne allait exploser tellement j'étais impatiente ! C'était plutôt étrange d'éprouver tant de fascination pour ce qui semblait être une simple grotte mais je voulais y aller !

Pouvais-je me permettre d'être aussi imprudente ? On n'avait jamais vu personne ressortir vivant de ce donjon...

J'arrêtais de trembler. Je me sentais beaucoup moins légère que j'aurais dû l'être. A l'époque, je n'avais rien qui me retenait à la vie. J'aurais été prête à la risquer en plongeant la tête la première dans ce danger qu'on appelait "aventure" !

Maintenant, je ne pouvais m'empêcher de me sentir coupable. J'avais beau avoir eu l'impression d'attendre ça toute ma vie, j'allais sans doute devoir repartir en laissant ce donjon à d'autres personnes... Encore. Quel gâchis. Pour une fois que j'en trouvais un qui n'avait pas encore été conquis, j'allais devoir laisser tomber à cause d'autres obligations...

Envers Koumei. Les choses avaient bien changé depuis cette époque où je pensais mourir sans regretter ceux que je laissais derrière...

Avant de me rendre en ville, j'avais fait part au prince de mon intention de me rendre dans ce donjon. Les termes de notre contrat n'étaient pas très clairs... Encore aujourd'hui je ne savais pas ce qu'était censé être une "subordonnée libre". Je n'avais pas besoin de tout lui dire, si ? Cette information me paraissait importante avec du recul... Même si à cet instant, je lui avais dit ça, l'air de rien.

Je ne m'attendais pas à ce que le violine se contente d'un simple hochement la tête, je n'étais pas aussi naïve. Mais je pensais lui avoir déjà dit que je souhaitais acquérir un djinn et il ne s'était pas montré aussi réticent... Pourtant, il ne me facilitait pas du tout la tâche.

Au début, il avait accepté à condition que je m'y rende avec au moins deux soldats. Des personnes dignes de confiance, pouvant me protéger... Je ne l'avais pas très bien pris. Je reprochais au prince de sous-estimer ma force et disais n'avoir besoin de personne. Au fait, j'étais surtout embêtée car aucun homme de l'armée ne semblait disponible aujourd'hui... J'avais beau prendre des airs arrogants, je ne voulais pas faire un caprice pour empêcher l'un d'eux de faire son travail afin de m'accompagner.

Koumei s'était frotté les yeux face à mes protestations. Il avait sans doute passé une mauvaise nuit et ne souhaitait pas se prendre la tête avec moi.

J'étais censée le servir et je lui compliquais la vie... J'avais beaucoup de chance qu'il ne me vire pas. Voyant que je n'allais pas lâcher le morceau même quand il s'efforçait de prendre un air glacial, il avait fini par céder... Mais je ne devais pas y aller seule. Je savais que ce serait du suicide !

"Trouvez au moins une personne de confiance... Peu importe que ce ne soit pas quelqu'un du palais tant qu'il est en mesure d'assurer vos arrières."

...

Je n'avais aucun ami, aucun allié. Voilà à quoi j'en étais rendue à avoir voulu joué aux solitaires trop longtemps... Je ne connaissais personne ne répondant à ces critères à Kou ! Une personne de confiance... Pourquoi le visage de Cynron me venait en tête ? Ça faisait longtemps que je ne l'avais pas vu... Mais ce serait trop beau si le destin le mettait sur ma route ! Ou pas. Il fallait que j'arrête de me reposer sur lui. Il s'agissait d'une personne importante pour moi mais je doutais que ce soit réciproque et qu'il accepte de m'accompagner dans un donjon...

Mais... Je sentais que j'avais besoin de ce djinn. Pas de manière aussi désespérée qu'avant. Avant, je ne souhaitais que prouver ma valeur. Prouver que j'étais capable d'accomplir quelque chose, que je n'étais pas un simple déchet... Même si les autres ne reconnaissaient pas mon utilité, peut-être qu'un djinn le ferait. C'était stupide et pitoyable. J'avais honte mais parfois il m'arrivait de me dire ça.

J'en avais fait ma raison de vivre... Maintenant ma raison de vivre c'était de protéger Kou. Et pas seulement le prince Koumei. Se soumettre à un empire pouvait vous changer... J'eus un sourire amer. C'était en grande partie grâce au pigeon que j'en étais là. Je m'en voudrais de ne pas lui obéir.

Mais si je n'essayais pas d'avoir ce djinn, j'aurais toujours cette impression de faiblesse... Mes lames ne suffiraient pas à les protéger. Ils méritaient que je fasse plus d'efforts... Et si je ne parvenais pas à l'avoir, j'aurais l'impression de ne jamais pouvoir véritablement avancer... Car j'aurais perdu contre celle que j'étais avant. Je devais franchir cette étape si je ne voulais pas rester ainsi pour toujours... Si je ne le faisais pas, j'avais peur de redevenir comme avant.

Je poussais un soupir en voyant deux grands gaillards se donner des tapes dans le dos, pariant sur qui aurait le djinn. J'allais laisser des imbéciles pareils l'avoir à ma place pour ne pas désobéir à un prince ? Celui-ci avait des yeux derrière la tête. Même si je parvenais à avoir ce djinn, toute seule -je n'étais pas aussi crédule-, il m'accueillerait d'un air réprobateur. J'avais réussi à lui tenir tête bien des fois... Mais j'étais d'accord avec lui. Risquer ma vie de cette façon n'était pas la preuve que j'avais évolué.

Si seulement quelqu'un pouvait me pousser, par accident... Allez, j'étais à deux pas du donjon. Ou une personne susceptible de m'aider... Mais qui ? Je n'allais pas me servir du premier venu pour arriver à mes fins, si ? J'étais une personne horrible, sans scrupule... Pouvais-je faire autrement ?

Enfin, il ne servait à rien d'attendre. Personne ne viendrait.

۞ • ۞ • ۞ • ۞


Arigato démon du thé ♫
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


۞ 1ère apparition : 28/10/2015

۞ Rukhs : 189

۞ Rukh rose : Célibataire (et en recherche)

۞ Localisation : 14/07 Qishan

avatar
Aadÿll Salem Naaman
MAGE

MessageSujet: Re: Donjon n°58 Avnas le 08/09/1002 [Aadÿll & Famita]   Mer 7 Mar - 19:23

 

   
Comment le magicien avait il pu se retrouver dans cette situation très précise.. Celle d'être sur le point d'aller dans un donjon ? Voilà une très bonne question... Résumons la situation : vacances scolaires à Magnostadt et pour une des rares fois où il ne semblait pas être malade avant  ses vacances, Aadyll avait décidé de se rendre dans l'empire Kou : achats et visites en perspective. L'on ventait en plus une petite source thermale située en montagne pas si loin de la capitale qui lui ferait certainement le plus grand bien... Et bien il n'eut même pas le temps de la visiter, cette source.

Une fois arrivé dans une vaste ville un incident se produisit : l'on tenta de le voler. Bien évidemment malgré sa carrure frêle le professeur savait se défendre et ne s'était donc pas laissé faire. Grave erreur ? Peut-être. Dans tous les cas cela précipita grandement son aventure. Après avoir passé une petite partie de la journée à discuter et aider un peu les pauvres du bidonville du coin avec un peu d'argent et de denrées c'est une bien drôle de proposition qu'on lui fit. L'un des brigands qu'il avait précédemment maté avait décidé de l'utiliser : selon ses dires un donjon n'était pas loin et il devait s'y rendre avec ses amis pour l'aider à les faire devenir riche. Ou la petite mendiante qu'ils avaient capturée finirait dans un sale état. Cela n'avait donc en effet, rien à voir avec une proposition. Un chantage en bonnes et dues formes.  Aadyll était en colère et il ne pouvait rien dire. Il était obligé d'accepter pour sauver la vie de la petite. Des types sans scrupule comme ça il en avait déjà croisé plein. Ils étaient capables de lui faire du mal. Il aurait pu les attaquer mais un mouvement de travers et la petite y passait.

Il avait voyagé quelques jours avec eux et maintenant il était en face du donjon. Un type, le plus frêle de la bande, avait pris la petite et était allé se planquer quelque part :ils devaient revenir pour que ses amis lui disent ou se trouvait l'enfant. Aadyll regardait une dernière fois derrière lui. Tout cela allait encore être problématique pour Magnostadt qui allait se demander où le professeur était passé…Encore.

Son regard se tourna ensuite vers une femme qui ne se trouvait pas très loin. Elle avait l'air d'hésiter à entrer.. La voix de ce qui paraissait être le chef de ces brigands se fit entendre.

«  Hey petite ! Tu devrais laisser les grands faire ça ! Si t'as pas le courage dégage !  »

Les grands qui kidnappent quelqu'un parce qu'ils ne sont pas assez forts tout seul ? Aadyll avait tellement eu envie de la sortir celle la mais pour la petite il s'était retenu. Il faisait d'ailleurs tâche dans leur petit gang de trois. Il était bien habillé, propre sur lui, bien coiffé, une belle épée à sa taille, un sceptre de bonne facture, presque comme s'il respirait la noblesse à plein nez. On pouvait presque sentir qu'il y avait un problème.De plus il était le seul à avoir une expression gênée à cette phrase sortie par l'un des kidnappeur. Les autres se contentèrent de rire, mais pas bien lontgemps.

Les brigands invitèrent largement le magicien à passer en premier. Il abdiqua donc. C'était parti. En avant pour le donjon !

۞ • ۞ • ۞ • ۞



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

SUBORDONNÉ DE KOUMEI

۞ 1ère apparition : 17/07/2013

۞ Rukhs : 520

۞ Rukh rose : Célibataire

۞ Localisation : Bloquée dans l'empire Kou avec un Koumei psychopate!

avatar
Famita Karan
SUBORDONNÉ DE KOUMEI

MessageSujet: Re: Donjon n°58 Avnas le 08/09/1002 [Aadÿll & Famita]   Ven 9 Mar - 1:58

J'allais devoir prendre une décision et vite ! Maudit soit le poids qui pesait sur ma conscience... Il allait prendre des proportions considérables si j'entrais dans ce donjon toute seule. Je n'arrêterais pas de culpabiliser et cela allait me déconcentrer pour les épreuves que j'aurais à affronter. C'était bizarre comme situation. Si j'entrais dans ce donjon, j'allais plus m'en faire pour Koumei que pour ma propre sécurité. Même quand je me trouverais en danger de mort, je continuerais d'avoir peur du regard des autres.

Il allait pourtant falloir faire un choix ! Me connaissant, je risquais fortement de désobéir au prince... Ah il n'y avait pas à dire, l'époque où je me contentais de voler dans les rues était meilleure. Si seulement ce donjon était apparu un peu plus tôt... J'y serais rentrée sans hésitation ! Personne n'aurait regretté ma mort à cette époque... Bon là non plus mais l'impression du contraire était tellement convaincante que j'avançais moins vite !

Je voyais d'autres gars s'approcher du donjon. Des voyous, des voyous, des voyous... Si ce genre d'individus avait des chances d'avoir un djinn, ça se saurait ! Mais j'en faisais partie il n'y a pas si longtemps... Puis étrangement voir les rivaux se multiplier me faisait encore plus bouillir de l'intérieur. Et m'empêchait définitivement de retourner au palais ! Je serais frustrée à l'idée de leur laisser le prendre ! C'était mon djinn, bon sang de bordel !

Où avais-je la tête ? Tout ce que je cherchais était un allié... Plus il y avait de personnes, plus j'avais de chances d'en trouver ! Je jetais un rapide coup d'oeil autour de moi... Ils avaient tous l'air avides de pouvoir et ne semblaient pas vouloir en laisser une miette. Alors laisser un djinn entier à quelqu'un d'autre... C'était peine perdu. Ils fonctionnaient pareil que moi. Chacun pour sa pomme.

Je soupirais. C'était à se demander pourquoi j'avais accepté de faire confiance au genre humain... En même temps, je n'étais pas mieux qu'eux. Si on me demandait de l'aide, je ferais sans doute semblant au départ pour ne pas être seule et garderais le djinn pour moi. Pas très sympathique... Il y avait pourtant un individu dans le groupe qui n'avait pas l'air intéressé.

Je lui lançais un regard en biais pour ne pas être mise dans la même catégorie que ces êtres sans foi ni loi qui l'exploitait... Même si c'était ce que j'étais.

Pas besoin de le regarder plus longtemps pour savoir qu'il s'agissait d'un intrus. Il se trouvait avec le gang mais était trop bien habillé pour en faire partie. Il n'avait pas l'air d'être là pour le plaisir... Je penchais légèrement la tête, intriguée. Avais-je bien vu ? Le teint bassané et les cheveux blancs... C'était la première fois que je rencontrais un heliohapt ! Si je ne me trompais pas...

Je n'eus pas le temps de le dévisager plus longtemps puisque ce qui semblait être le "chef" des brigands m'interpella. Rah ! Mais de quel droit il m'adressait la parole ? La seule personne qui avait le droit de me parler en ce moment était celle susceptible de m'aider. Puisqu'il ne me d'était d'aucune utilité, il n'avait pas à le faire...

Enfin, il fallait bien savoir faire preuve d'un peu de savoir-vivre avec les simples d'esprit. Je tournais la tête vers lui, les bras croisés et l'air contrarié, mais bien à l'écoute. En revanche, vu ce qu'il sortait, je regrettais de ne pas être sourde...

Et je regrettais qu'il ne le soit pas non plus. J'avais beau me mettre à la place d'un imbécile, je pensais que je serais morte de honte après avoir sorti une idiotie pareille...

Ses sbires riaient. Cette impression face à la misère de l'humanité représentée par des capacités intellectuelles semblables au néant... Serait-ce de la pitié ? Wouah ! Je n'étais pas habituée à éprouver ce genre de choses ! Cette journée promettait d'être riche en rebondissements !

Mais je n'étais pas d'humeur à ressentir de la pitié... Je n'étais pas d'humeur à répondre à sa provocation par des coups non plus. Je n'étais même pas obligée d'y répondre au fait. Quoi de mieux que l'ignorance pour agacer ces types ? Toutefois leur provocation m'avait au moins décidé à me bouger.

Je leur devais bien une réponse.

Je leur répondis par un regard encore plus glacial que tous ceux de Koumei réunis et lançais d'un ton plus dédaigneux que le leur. C'était un concours de chieurs et j'étais assez douée pour gagner à ce jeu-là:

« Ah ah ah. Un conseil: garde tes conneries pour les gens qui ont ton âge mental... S'il en existe à part tes sbires. La seule chose qui m'effraie est qu'un imbécile dans ton genre se prenne pour un grand... »

Sur ces paroles pleines de bon sens, j'adressais un sourire narquois à ces messieurs et me rendis dans le donjon, sans leur laisser le temps de répondre, sans un regard en arrière.

...

Attendez. Euh... J'étais entrée dans le donjon ? Sans personne pour m'accompagner ? ... AAAAAAAAAAH !

Qu'allait dire Koumei ? Qu'allait dire Koumei ? Qu'allait dire Koumei ?

Il n'aurait rien à dire face au cadavre d'une fille qui était morte de la manière la plus prévisible qu'il puisse exister. Je n'étais pas entrée car on m'y avait poussé ou parce que j'avais trouvé un allié... J'avais juste refusé de ravaler mon orgueil.

Morte pour rabattre le caquet à des imbéciles. Pas très glorieux.

En même temps, ce n'était pas comme si j'étais entrée dans leur jeu. J'avais déjà prévu de ne pas tenir ma promesse avant qu'ils n'interviennent. Je n'allais pas me servir d'eux comme excuse pour être une mauvaise subordonnée. Humph... Je supposais que même si je sortais d'ici vivante, Koumei allait soit me punir soit me renvoyer.

Ou pas. La situation pouvait encore changer... Mais il y avait plus important ! J'étais entrée dans un donjon. Je l'avais fait !

Bon, gardons notre calme... Ce n'était ni le moment de paniquer ni le moment de faire la danse de la joie. Il n'y avait rien de drôle. J'allais rencontrer des dangers comme je n'en avais jamais vu auparavant...

J'inspectais les lieux, pensive. J'avais intérêt à me servir à bon escient de tout ce que je savais.

۞ • ۞ • ۞ • ۞


Arigato démon du thé ♫


Dernière édition par Famita Karan le Dim 11 Mar - 22:37, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

MAÎTRE DES RUKHS

۞ 1ère apparition : 16/03/2013

۞ Rukhs : 298

۞ Rukh rose : Omnise..scient

۞ Localisation : Partout

avatar
Destin
MAÎTRE DES RUKHS

MessageSujet: Re: Donjon n°58 Avnas le 08/09/1002 [Aadÿll & Famita]   Ven 9 Mar - 23:01

A peine avez-vous eu le temps de faire quelques pas dans le donjon que vous vous rendez vite compte que le sol est recouvert d'une grande étendue de sable, semblant infinie, rendant vos déplacements difficiles. Le donjon ressemble à un espèce de couloir, en ligne droite mais pas trop étroit. Vous remarquez également quelques galets qui semblent... Remuer ? Autant dire que ça a l'air trop louche pour que vous essayiez de marcher dessus à moins que vous n'aimiez le risque et souhaitiez rendre les choses encore plus compliquées.

Vous entendez également des drôles de bruits... Comme des échos de cris humains. Vous ne savez pas s'il s'agit là d'autres personnes qui se sont aventurées dans le donjon ou les créatures de celui-ci... En avançant un peu, vous verrez que le sable ne vous bloquera plus la route très longtemps. En revanche, des longs arbres sortant des murs ont une forme bizarre. Mais avec le peu de lumière, vous ne remarquerez peut-être pas que les arbres ont la forme de personnes.

A noter qu'il y a plus de galets dans cette partie du donjon. Se pourrait-il que vous déclenchiez quelque chose en marchant dessus ?

Sur le sable, vous trouverez "Avnas" écrit en toran, comme si quelqu'un avait utilisé un bâton pour l'écrire. Sauf que vous aurez beau marcher dessus, tenter d'effacer l'écriture, elle ne s'en ira pas.
Le temps qui s'écoule dans le donjon est différent qu'à l'extérieur. Ce que vous considérez comme des heures pourrait bien être des jours.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://labyrinthofmagic-rpg.actifforum.com


۞ 1ère apparition : 28/10/2015

۞ Rukhs : 189

۞ Rukh rose : Célibataire (et en recherche)

۞ Localisation : 14/07 Qishan

avatar
Aadÿll Salem Naaman
MAGE

MessageSujet: Re: Donjon n°58 Avnas le 08/09/1002 [Aadÿll & Famita]   Sam 10 Mar - 15:33

 

   
Le chef n'était pas content à cette réplique. Déjà, on avait osé lui répondre et en plus, on ne lui laissait pas le temps d'en redire une. Voilà que la demoiselle était entrée dans le donjon. Ses sbires gueulèrent tandis qu'Aadyll lui était plutôt satisfait de cette répartie qu'il n'avait pas pu avoir sous peine de voir la petite mourir et en esquissa un discret rictus qui ne dura pas longtemps. C'était l'heure. On le pressa. Il n'eut que le temps de distinguer une inscription en toran sur le bord.

Aadyll souffla. Il était entré dans le donjon. Il n'en avait jamais visité mais en avait entendu parlé. Des rumeurs disant qu'il s'agissait des bâtisses donnant le plus de puissance mais aussi les plus meurtrières car de nombreuses personnes y avaient péri. Et il était hors de question que lui aussi y laisse la vie. Il avait des élèves à s'occuper et cette petite fille à sauver. Il avait tellement envie de faire faux bond à cette bande de brigands et pourtant il ne pouvait pas. Il en avait la possibilité physique mais pas morale. Trop gentil ? Après tout il ne connaissait pas cette fillette.. Ou juste gentil sans trop l'être. Il préférait le voir comme ça et vivre selon ses valeurs que d'être immoral et ne pas sauver sa vie alors qu'il le pouvait.

Une grande étendue de sable. C'était suprenant comme lieu vraiment. Petit rappel envers son pays natal. Un peu difficile de marcher dedans. Aadyll devait certainement être le seul du groupe à en avoir l'habitude. Il défit d'ailleurs un peu son écharpe et la rangea. Il avait un peu chaud. Il y avait des galets étranges sur le sol. Un des sbires tenta de le toucher mais le chef intervint.

«  T'es fou touche pas à ça ! On sait pas trop ce que c'est alors fait gaffe !  »

Il n'était peut-être pas aussi stupide qu'il le pensait. Le magicien eut un regard vers la demoiselle alors qu'il se figea aux cris. C'était presque glaçant, du moins il le trouvait. Il ne faisait pas très lumineux et il y avait de moins en moins de sable, enfin, surtout de plus en plus de galets… drôles de choses… Une inscription sur le sable attira son regard et il se pencha un peu.

«  Avnas.
- Hein, t'as dis quoi ? Fit le chef.
- Le djinn de ce donjon. Il se nomme Avnas… Et c'est un djinn de vie.
- Hahaha mais c'est que tu sais lire le toran en plus, super ! On a bien fait de te choisir ! Tu vas pouvoir nous guider !  »

Fit-il en passant nonchalamment une main sur l'épaule d'Aadyll. Si le magicien avait parlé à haute voix ce n'était pas pour eux mais bien pour la jeune femme. Il ne savait pas si elle savait lire le toran ou quoi que ce soit mais au cas ou… Enfin, le magicien n'en avait que des notions, de son éducation, mais il savait encore le lire, manquait parfois juste la traduction…

L'un des sbires sautilla presque, content et quelle ne fut pas son erreur lorsqu'il marcha sur un galet sans le faire exprès. Il en pâlit à vue d'oeil.

۞ • ۞ • ۞ • ۞



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

MAÎTRE DES RUKHS

۞ 1ère apparition : 16/03/2013

۞ Rukhs : 298

۞ Rukh rose : Omnise..scient

۞ Localisation : Partout

avatar
Destin
MAÎTRE DES RUKHS

MessageSujet: Re: Donjon n°58 Avnas le 08/09/1002 [Aadÿll & Famita]   Dim 11 Mar - 20:04



Oh non ! L'un de vous a marché sur un galet !

Les murs et le sol du donjon commencent à trembler... Tiens ? Il s'est éclairé ! Il n'y a aucune torche dans les parages, à moins que vous n'en ayez une. Pourquoi la lumière est-elle soudainement apparue ?

Vous voyez les arbres qui ressemblent à des êtres humains. Plus précisément, ils ressemblent à des femmes. Ces créatures, quelles qu'elles soient, commencent à se mouvoir et sortent ce qui ressemblent à des bras du mur. Leurs "ongles" sont particulièrement crochus voire tranchants. Ces êtres se sont réveillés au moment où l'un de vos pieds a touché le galet et vous remarquez un trou se creuser en plein milieu de leur visage de bois... Une bouche ?

Quoi qu'il en soit, avant que vous n'ayez le temps de comprendre ce qu'il se passe, l'arbre du milieu s'est emparé du malheureux maladroit et le soulève avec violence... Les branches lui servant de bras sont particulièrement résistantes et s'apprêtent à étouffer leur victime... Ou l'avaler.

D'autres branches poussent, semblables à des tentacules, vous bloquant le passage, en prenant tout l'espace. Même si vous souhaitiez abandonner votre compagnon ici, vous ne pourriez pas avancer pour autant.

Vous auriez presque l'impression qu'on cherche à briser vos tympans si vous ne vous trouviez pas à une certaine distance. Les autres arbres à forme humaine sont presque aussi hostiles et hurlent de plus belle !

Toutefois, ces derniers sont moins grands et ne cherchent pas à vous attaquer. Ils vous donnent même un indice pour venir à bout de ce problème:

« Réconfortez le nouveau-né ou étreignez la mère »

Ces créatures ne parlent pas en torran. Mais leurs hurlements et le fait qu'ils parlent tous en même temps peuvent rendre leurs paroles légèrement incompréhensibles.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://labyrinthofmagic-rpg.actifforum.com

SUBORDONNÉ DE KOUMEI

۞ 1ère apparition : 17/07/2013

۞ Rukhs : 520

۞ Rukh rose : Célibataire

۞ Localisation : Bloquée dans l'empire Kou avec un Koumei psychopate!

avatar
Famita Karan
SUBORDONNÉ DE KOUMEI

MessageSujet: Re: Donjon n°58 Avnas le 08/09/1002 [Aadÿll & Famita]   Lun 12 Mar - 22:05


J'avais beau pencher la tête et plisser les yeux, je ne parvenais pas à distinguer grand chose... Quelle idiote ! Je n'avais pas pensé à prendre de torche ! Bon sang, il fallait que je me réveille ! J'étais censée être apeurée pas penaude... C'était la première fois de ma vie que j'étais entrée dans un donjon et j'étais tellement impatiente que j'avais fini par oublier ce genre de choses...

Maintenant, je me disais que ce ne serait pas une grande perte pour le prince si je mourais ici. Je faisais une bien piètre subordonnée si je n'étais pas capable de prendre soin de moi-même... Cela ferait un boulet en moins à son service. Cette incompétence était la raison pour laquelle j'avais décidé de rester seule si longtemps... Mais c'était également pour m'améliorer que j'étais entrée ici !

Au moins, mes yeux s'habituèrent vite à l'obscurité. J'aimerais en dire autant de mes chaussures... C'était moi ou le sol était couvert de sable ? Je fis quelques pas, profitant du fait que ces brutes ne soient pas encore rentrées pour prendre un peu mon temps... L'"épreuve" du sable n'allait pas durer. Dans le cas contraire, cela aurait été plus pratique de continuer la route sans chaussures et pouvoir en balancer une sur la tronche du chef du groupe au passage... Je les entendais arriver.

En même temps, ce serait pire que de la mauvaise foi s'ils fuyaient avant même d'avoir posé un pas dans le donjon après ce qu'ils m'avaient dit. Ou qu'ils laissent l'heliohapt continuer tout seul. Chose qui m'aurait peut-être arrangé puisqu'il avait l'air d'être le moins ambitieux de la bande.

Mieux valait laisser tomber cette idée. Non seulement se servir de quelqu'un était la preuve de trop que j'étais une personne dégueulasse mais je n'étais même pas sûre de pouvoir lui faire confiance...

Enfin, je devais me concentrer. J'avais l'habitude de me battre contre des hommes mais ce n'était pas ce qui m'attendait ici... Bien sûr, depuis le temps que je rêvais d'y aller, je m'étais dirigée vers ce donjon en connaissance de cause. Mais je devais redoubler de prudence !

Du sable et des galets... Si je n'avais pas vu ce qu'il y avait plus loin, je me serais cru à la plage. Pour un peu, ce donjon me ferait penser à un endroit normal. J'aurais presque pu faire marche arrière pour vérifier que j'étais bien à l'intérieur... Mais c'était comme si l'entrée avait disparu... On était clairement dans un autre monde. Ce n'était pas la même atmosphère... Je retenais mon souffle... J'avais l'impression de rêver mais je devais rester attentive. Il était facile de baisser sa garde à cause du décor inoffensif. Il ne fallait pas non plus oublier qu'on voyait pratiquement rien et il y avait sûrement des pièges. Comme ces galets qui avaient l'air de bouger bizarrement.

Dans le doute, je préférais ne pas marcher dessus. Chose qu'un des voyous faillit faire... Heureusement, son chef l'en dissuada. Ce n'était pas parce qu'il s'était montré intelligent une fois dans sa vie que j'allais retirer ce que j'avais dit pour autant !

Je n'étais même pas sûre de ce qu'il avait dit... C'était difficile d'entendre avec tous ces hurlements humains. Mais ces hurlements n'avaient rien à voir avec le cri des gamins sur la plage. C'était de la terreur... Une terreur comme je n'en avais jamais ressenti... Il m'était difficile de pâlir davantage mais un nœud se formait dans ma gorge. Nous n'étions définitivement plus dans le monde réel.

Je secouais violemment la tête. Quoi qu'il en soit, je devais me reprendre, me concentrer pour survivre ! Il y avait une inscription sur le sol...

Ghhsbshhe ! Du toran, évidemment ! Je me retins de donner un coup de pied de frustration à un galet. Les personnes ayant une bonne éducation ou les trans pouvaient lire ça... Je n'en faisais pas partie. Faites que ce soit que le nom du donjon et pas un indice important... Ma connaissance de ceux-ci étaient limitée et j'ignorais quel était le pouvoir d'Avnas. Je savais juste comment il s'appelait car les gens n'arrêtaient pas d'en parler...

- Le djinn de ce donjon. Il se nomme Avnas… Et c'est un djinn de vie.

Je relevais doucement la tête vers l'heliohapt. Je ne pouvais m'empêcher de le regarder comme s'il était mon sauveur, lui étant reconnaissante sur le moment. Mais si ça se trouve, il ne l'avait pas fait pour moi. Qu'est-ce qu'il me disait qu'il ne l'avait pas prononcer à voix haute pour tromper les gros bras... Néanmoins, l'apparence du donjon était cohérent avec ce qu'il disait.

Je n'avais quand même pas pu m'empêcher de l'imaginer mentir à ses compagnons... Est-ce que ça voulait dire que je le considérais comme un allié potentiel ? Que je lui accordais ma confiance ? C'était ridicule ! Il était avec eux pas avec moi. Mais il avait peut-être ses raisons...

Enfin, j'en savais maintenant plus sur le donjon.

Nous arrêtions de marcher sur le sable mais les cris ne s'arrêtaient pas... Je me mordis les lèvres et continuais d'observer les lieux avec attention. Surtout les murs. Des drôles de branches en sortaient... Ça me disait rien qui vaille... Objectif: tout éviter !

Les galets se multipliaient... Humph ! Ils ne paraissaient pas moins suspects pour autant... Ça allait être une vraie prise de tête pour ne pas marcher dessus.

Ah. Un gars l'avait fait.




« Dites moi que je rêve ! »


Je détestais quand le Destin se payait ma tête !

Je ne savais pas que ma colère était capable de déclencher des tremblements de terre ! C'était encore plus difficile de ne pas marcher sur ces galets maintenant... Mais les ennuis étaient déjà là. Les arbres qui ressemblaient à des femmes s'emparaient de l'homme... Leurs cris étaient insupportables. Ce n'était pas étonnant qu'un donjon qui avait pour élément la vie avait ce genre de créatures.

Ce n'était pas le moment de commenter chaque détail... L'idée d'abandonner ce type m'avait traversé l'esprit, je l'admettais, mais dans tous les cas, les branches animées nous bloquait le passage. Je claquais ma langue de frustration. Je ne pouvais m'empêcher de me demander si ses camarades avaient pensé à l'abandonner aussi... Ça semblait inhumain mais probable.

Je faillis me boucher les oreilles pour ne plus entendre ces hurlements mais quelque chose d'intéressant en ressortait.

Mère, étreinte, nouveau-né... Si j'avais bien compris, il fallait réconforter quelqu'un ou quelque chose ? Il s'agissait de cris de souffrance... Fallait-il trouver un moyen de les arrêter pour continuer ?




« Tous les moyens sont bons, non ? »


Je pris le recul et lançais un poignard sur l'une des branches pour tester sa résistance. Je ne savais pas comment la créature réagirait donc je me préparais à esquiver.

C'était radical mais je n'allais pas culpabiliser pour avoir fait couler de la sève !

۞ • ۞ • ۞ • ۞


Arigato démon du thé ♫


Dernière édition par Famita Karan le Mer 21 Mar - 19:55, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


۞ 1ère apparition : 28/10/2015

۞ Rukhs : 189

۞ Rukh rose : Célibataire (et en recherche)

۞ Localisation : 14/07 Qishan

avatar
Aadÿll Salem Naaman
MAGE

MessageSujet: Re: Donjon n°58 Avnas le 08/09/1002 [Aadÿll & Famita]   Mer 14 Mar - 20:09

 

   
Alors qu'il venait d'expliquer le type de djinn et son nom il se sentait observé. Il fit un léger sourire à la jeune femme. Elle avait l'air contente du moins un peu. Cela ne dura pas.

Bizarrement le magicien s'en doutait : les trois individus qui l'accompagnaient n'étaient pas doués. Clairement. Cela serait certainement de leur faute si des ennuis arrivaient il avait l'impression de l'avoir mentalement prévu. S'il ne soupira pas physiquement quand l'autre faillit toucher le galet ou venait de marcher dessus mais il le fit mentalement. Avec ces trois là ça allait d'être difficile de sortir en vie d'ici.. Il espérait qu'au moins la demoiselle avait plus d'ingéniosité que ces trois-là réunis. Vu le nombre de ces choses qui traînaient partout, Aadyll était un peu de mauvaise foi de lui en vouloir oui mais... Circonstances obligent. Ils avaient kidnappé une petite fille pour leurs fins personnelles après tout.

Quoi qu'il en soit alors que le brigand marcha sur le galet la lumière s'intensifia soudainement. Tant mieux parce qu'ils n'y voyaient rien... Il eut néanmoins besoin de quelques secondes d'habituation, pour ré-adapter ses yeux. La réaction en colère de l'inconnue ne tarda pas. Tout s'enchaîna assez vite. Les longs doigts de la créature du mur prirent le malotru tandis que ses branches leur bloquaient totalement le passage. Le type criait. Il avait peur bien évidemment il risquait un peu de se faire avaler. Il se débattait. Les cris des créatures faisaient un peu mal aux oreilles du magicien. Il arrivait néanmoins à comprendre quelques paroles. Étreindre ? Calmer ? Il fronça les sourcils lorsqu'il vit la femme lancer un couteau. Pas forcément la bonne idée d'autant que les branches devaient être solides. Il aurait certainement du mal à les couper avec son épée…

«  J'ai bien une idée mais cela me semble... Invraisemblable.
- Faut aller l'aider bordel ! Alors fais ton idée !  » Lui signifia le chef.

Oh. Ils n'avaient peut être pas si mauvais fond que ça... Pour s'inquiéter pour leur ami. Autrement.. L'idée d'Aadyll était et bien de faire un câlin... À la bestiole. Si c'était un nouveau né qui pleurait... Quoi que c'était la mère qu'il fallait étreindre selon les voix mais réconforter passait aussi par un câlin parfois... Cela dit qui était le nouveau né...? Le galet ? La mère c'était le grand arbre dans aucun doute... Il allait donc vers le galet, plus pratique que la grande créature et se baissa pour commencer à le caresser doucement tout en rentant de murmurer des paroles réconfortantes ressemblant à des «  C'est fini tout va bien…  » Après tout si c'était bel et bien un nouveau né on venait de lui marcher dessus... Normal qu'il pleure...

۞ • ۞ • ۞ • ۞



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

MAÎTRE DES RUKHS

۞ 1ère apparition : 16/03/2013

۞ Rukhs : 298

۞ Rukh rose : Omnise..scient

۞ Localisation : Partout

avatar
Destin
MAÎTRE DES RUKHS

MessageSujet: Re: Donjon n°58 Avnas le 08/09/1002 [Aadÿll & Famita]   Lun 19 Mar - 22:23

Incroyable mais vrai: le poignard lancé ne permit pas d'interrompre les cris des arbres anthropomorphiques. Il ne les blessa pas non plus puisqu'en entrant dans leur "peau", il fut immédiatement absorbé... Espérons que ce ne soit pas la seule arme que Famita possède. Elle aura perdu son temps et son seul moyen de défense sinon.

Temps qui était précieux. Les branches s'enroulèrent et resserrèrent leur emprise sur le pauvre homme comme des serpents. Le trou difforme qui leur servait de bouche s'agrandissait encore plus... Je pense que vous avez compris l'urgence de la situation !

Si vous avez du temps pour réfléchir à un moyen d'avancer, ce pauvre homme n'en a plus beaucoup...
Mais quand Aadÿll caressa l'adorable galet en manque d'affection...

Il n'y eut aucun changement. Dommage ! Oh, attendez ! Un minuscule cri aigu sortit du galet ! Il s'agite encore plus, comme pour se débattre ! Les autres se mettent aussi à remuer et à se rassembler rapidement autour de lui. Ils fusionnent, commencent à ne faire qu'un et à prendre en hauteur...

Une fois qu'ils sont regroupés, vous voyez que l'adorable petit galet a appelé tous ses amis pour former un géant comparable à un golem.

Aadÿll aurait-il provoqué le réveil d'un autre monstre sans le vouloir ?

Mais cet être-là ne semblait pas vous porter d'intérêt. Vous le voyez courir en direction du mur de gauche, à un endroit dépourvu de branches. Il rentre dedans en l'explosant.

Celui-ci ouvre sur un autre couloir vers lequel le golem se dirige. Celui-ci ne cesse de changer de sens et vous ne voyez pas où le monstre est allé... A moins que vous ne le suiviez ?

Félicitations, Aadÿll ! Ton action a permis de débloquer un autre passage ! Mais même si vous vous y rendez, vous n'êtes pas sûr qu'il mènera au même chemin que celui que vous comptiez emprunter à la base... Et même, vous n'allez pas laisser votre compagnon de route mourir ici sous prétexte que vous avez trouvé un autre moyen pour avancer, n'est-ce pas ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://labyrinthofmagic-rpg.actifforum.com

SUBORDONNÉ DE KOUMEI

۞ 1ère apparition : 17/07/2013

۞ Rukhs : 520

۞ Rukh rose : Célibataire

۞ Localisation : Bloquée dans l'empire Kou avec un Koumei psychopate!

avatar
Famita Karan
SUBORDONNÉ DE KOUMEI

MessageSujet: Re: Donjon n°58 Avnas le 08/09/1002 [Aadÿll & Famita]   Jeu 22 Mar - 22:47



« Beurk ! », me fis-je en voyant la créature absorber l'arme. Mon couteau ! Je ne pu m'empêcher de grimacer, pas vraiment habituée à voir des plantes en engloutir... J'allais devoir m'y faire. On était dans un donjon, ce n'était pas la seule étrangeté que nous risquions de croiser.

Heureusement que j'avais plusieurs lames. Quand bien même on réussirait à récupérer celle-ci en libérant le gars, je me voyais mal m'en servir à nouveau après qu'elle se soit retrouvée dans ce truc... On ne savait même pas ce qu'il y avait à l'intérieur ! Ça ne fonctionnait définitivement pas comme un arbre normal. Ce n'était pas une raison pour la victime de le confirmer en se faisant avaler vivant !

J'ignorais les tremblements de mes doigts, mon corps comprenant mieux que mon esprit l'urgence de la situation. Mais sans pouvoir prévoir les actions de cette plante, il allait être plus ardu de comprendre l'énigme...

Bien sûr, je ne m'attendais pas à ce que blesser ces créatures puissent réconforter qui que ce soit. Je n'avais peut-être jamais eu d'exemple d'amour maternel mais je me doutais qu'une méthode aussi violente ne marcherait pas... Mais pour mieux connaître les propriétés de ces êtres, ça valait le coup de voir comment ils réagiraient face à des attaques extérieures, non ? Même si ce que je ne venais d'apprendre ne me fit que décourager davantage...

Il y avait des chances pour que la "mère" de cette énigme soit l'arbre qui étranglait ce boulet. Toutefois, je ne pouvais m'empêcher de trouver la conception de l'affection du djinn très tordue... Si je ne faisais pas fausse route et si cet étouffement était vraiment l'"étreinte". Les énigmes étaient souvent une véritable prise de tête, le raisonnement le plus insensé pouvait s'avérer être le bon au final. Allez ! J'allais me baser sur ma petite connaissance des énigmes et partir sur cette piste !

Espérer sauver la vie d'un homme sur une incertitude n'était pas prudent mais on avait peu de temps pour réfléchir ! Ce n'était pas que je me souciais de cet être humain mais je ne voulais pas avoir une mort, que je pouvais empêcher, sur la conscience...

Les autres plantes sortant du mur étaient peut-être "le nouveau-né" ? C'était les seules créatures susceptibles d'être des membres de la famille de cet arbre. L'ennui c'était que je ne me voyais pas les toucher et encore moins les réconforter... Je ne savais pas si leur "absorption" était juste un moyen de se défendre ou s'elles réagissaient ainsi à tout contact.

Je me sentis frémir en voyant la bouche du végétal s'ouvrir, s'apprêtant à avaler sa victime. Son chef et les autres semblaient également s'inquiéter pour lui. C'était une attitude qui paraissait normale dans cette situation mais je ne saurais dire à quel point ce genre de gars pouvait se montrer solidaires...

Attentive et curieuse, j'observais le blandin, me demandant ce que donnerait son idée "invraisemblable".

C'était les yeux écarquillés que je le vis caresser une pierre pour la réconforter. Mais je retenais un sourire moqueur et me débarrassais de ma première pensée qui affirmait que cette idée était débile. Au moins, il avait le mérite de faire quelque chose. Puis on se trouvait dans un lieu où on risquait plus de mourir par inaction que par ridicule... Et ce n'était pas complètement illogique d'agir ainsi étant donné ce que disait l'énigme.

Si on entendait des pleurs, c'était bien parce qu'on avait marché sur ce galet. Peut-être que c'était lui qui était triste ? Oui, je venais de parler d'un vulgaire caillou comme d'un bébé. En même temps, Avnas était un djinn de Vie... Tous les éléments de ce donjon pouvaient en être dotés.

Mais cela n'eut aucun effet. J'aurais été prête à parier que tout le monde dévisageait la scène d'un air blasé si les arbres ne continuaient pas de hurler. Autant les considérer comme des personnes au point où on en était. Enfin, ce n'était pas le moment de faire une remarque désagréable à l'heliohapt. On ne pouvait pas se permettre de perdre plus de temps. Surtout que celui-ci voulait bien faire et c'était sûrement la dernière personne que je souhaitais critiquer. Je me faisais peut-être des idées mais le sourire qu'il m'avait adressé après avoir traduit le toran me persuadait qu'il souhaitait m'aider... Au moins un peu.

Ou peut-être était-ce juste dans sa nature ? De toute façon, il n'avait aucune raison de me manipuler en se faisant bien voir.

Oh ! Il semblerait que son idée ait provoqué une réaction ! Une bonne ? Je m'apprêtais à soupirer de soulagement mais ce qui s'ensuivit ne me donnait pas vraiment envie de me réjouir...

Le galet venait de... Crier. Ça ne ressemblait pas à un cri de joie même si encore une fois c'était étrange de vouloir interpréter les émotions d'une pierre. Le voilà qui se mettait à bouger bizarrement. Ça ne me disait rien qui vaille...

Je fis de mon mieux pour tenir en équilibre en sentant le sol trembler à nouveau pour ne pas me prendre une branche vivante. Cela ne s'arrêtait donc jamais ?

Je me retins d'ouvrir la bouche comme une ahurie en voyant les galets se rassembler. Je craignais le pire lorsque nous nous trouvions face à un espèce de golem. Certainement pas un allié.

Cet être semblait plus prêt à nous fracasser le crâne qu'à démolir les arbres meurtriers pour nous venir en aide. Je reculais, prête à esquiver une attaque de cette fusion de galets avant de me rendre compte que tout ce qui l'intéressait était de traverser le mur...

J'haussais un sourcil en voyant un autre couloir. On était dans un espèce de labyrinthe ou quoi ?

Quoi qu'il en soit, je ne préférais pas m'aventurer à l'intérieur, sentant que j'aurais du mal à me débrouiller pour la suite si je n'arrivais pas à résoudre une simple énigme. Puis ce pouvait être un piège...

A la place, je décidais de me diriger vers l'arbre, repensant à l'action de l'heliohapt. Cette dernière avait eu une réaction même si ce n'était pas celle attendue... Peut-être qu'on s'était juste trompés de créature ?

Je tournais la tête vers lui:



- J'imagine que vous ne connaîtriez pas un moyen pour... Réconforter les arbres de manière indirecte ?

Ça ne coûtait rien de demander !

Prenant mon courage à deux mains, je retirais les dagues de ma coiffe, les rangeant dans ma poche, afin de prendre cette dernière pour l'approcher des plantes hurlantes. Je ne pouvais pas prendre le risque de me faire absorber la main. Je posais prudemment la dentelle sur ces ailes et les caressa doucement.

Je dénouais ma cravate de l'autre main, me préparant à la serrer autour des branches qui étranglaient le type si jamais ma première action marchait.

Je levais la tête pour voir s'il n'existait pas d'autre solution. On avait étés tellement distraits par les plantes qu'on avait à peine regardé ce qu'il y avait au dessus.

Ces créatures avaient l'air d'avoir le même fonctionnement que les humains donc j'avais décidé d'imiter l'heliohapt. Mais le djinn pouvait aussi se montrer chiant et changer les règles quand il le souhaitait.

Il pourrait attendre un peu avant de compliquer les choses tout de même !

۞ • ۞ • ۞ • ۞


Arigato démon du thé ♫


Dernière édition par Famita Karan le Ven 13 Avr - 22:37, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


۞ 1ère apparition : 28/10/2015

۞ Rukhs : 189

۞ Rukh rose : Célibataire (et en recherche)

۞ Localisation : 14/07 Qishan

avatar
Aadÿll Salem Naaman
MAGE

MessageSujet: Re: Donjon n°58 Avnas le 08/09/1002 [Aadÿll & Famita]   Sam 31 Mar - 12:09

 

   
L'idée était étrange n'est-ce pas ? Pourtant il venait de la mettre en pratique, encouragé par les deux brigands. Cajoler la pierre pour la calmer. Une pierre vivante, un être vivant, il préférait la considérer ainsi c'était pourquoi il arrivait à être aussi doux avec quelque chose qui normalement était inerte… Cela n'avait pas l'air de marcher. Le magicien sursauta d'ailleurs quand il entendu un petit cri aigu sortir du galet et… il ne pouvait s'empêcher de trouver ça… mignon… ? Il se décala lorsqu'il commença à se débattre, et tant mieux pour lui il évita ainsi l'un des autres galets qui venait vers celui qu'il avait caressé.

Sa première réaction fut de cligner des yeux. Il se sentait tout petit à côté d'un tel golem et se demandait pourquoi est-ce qu'il s'était transformé ainsi ? Aadÿll le fixa, près à une attaque visiblement mais rien ne vint et au contraire, la créature s'enfuia et brisa le mur pour passer. Il ne pouvait néanmoins le suivre, il avait encore quelqu'un à sauver ici ! A la question de la jeune femme Aadÿll laissa passer un rire gêné. Les deux brigands étaient juste un peu bugés, eux, ils avaient voulus s'approcher de leur ami mais c'était peine perdue : ils n'en avaient pas les capacités.

«  Non, malheureusement.  »

Allait-elle tenter de réconforter l'arbre ? C'est ce qu'elle tentait en effet de faire. Il eut un sourire en coin. C'était timide mais au moins elle aussi essayait. Aadyll prit néanmoins la décision de sortir le sceptre de son étui sur le dos.

«  Je n'en ai pas envie mais si nous n'arrivons à rien il faudra s'en occuper autrement.  »

Il n'avait pas envie de lancer une attaque enflammées pour brûler les arbres mais pour sauver une vie il le ferait. Le djinn semblait avoir tout pouvoir sur ces créatures, il espérait juste qu'il était aussi en capacité de restaurer les arbres s'ils étaient blessé. Pour lui toutes les vies se valaient mais au bout d'un moment, quand l'une en attaque une autre, il fallait être capable de faire un choix, aussi déplaisant qu'il soit. Faites que ça fonctionne était sa pensée du moment, tout en resserrant ses doigts sur son sceptre il observait la scène, attentif.

۞ • ۞ • ۞ • ۞



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

MAÎTRE DES RUKHS

۞ 1ère apparition : 16/03/2013

۞ Rukhs : 298

۞ Rukh rose : Omnise..scient

۞ Localisation : Partout

avatar
Destin
MAÎTRE DES RUKHS

MessageSujet: Re: Donjon n°58 Avnas le 08/09/1002 [Aadÿll & Famita]   Dim 8 Avr - 19:28


Alors que Famita décide de prendre exemple sur Aadÿll en réconfortant les arbres, le mage se prépare à contre-attaquer si jamais les créatures ne se montraient agressives.

Forte heureusement, cela avait l'air de marcher. Après que Famita ait gentiment caressé les branches, les cris s'arrêtèrent, et elles se retinrent même d'absorber sa main. Sympathiques, non ?

Sauf que la "mère" ne semblait pas décidée à enterrer la hache de guerre et souleva sa victime, en sentant ses compagnons tenter de la lui reprendre, renforçant son emprise sur elle. A partir de ce moment-là, vous voyez les autres créatures glisser leurs branches dans son tronc, comme pour la gêner dans ses mouvements... Après avoir poussé un espèce de cri de rage, la créature relâcha l'homme qui retombait sur ses compagnons.

Après avoir été étouffé de cette façon, il va sûrement mettre du temps à reprendre ses esprits...
Ne croyez pas être tirés d'affaire pour autant !

La "mère" s'agite encore plus comme si elle essayait de sortir du mur, en échappant à l'emprise des autres créatures... Qu'elle se dépêche d'absorber par la bouche. Vous entendez des hurlements inhumains avant qu'elles ne se fassent dévorer. J'espère que vos oreilles ne sont pas trop sensibles car vous en aurez entendu des cris dans ce donjon.

Et vous en aurez senti des tremblements !

En revoilà un autre avec le grand arbre qui parvient à sortir du mur en s'appuyant à l'aide de ses "coudes". En la voyant sortir comme ça, vous pouvez constatez qu'elle a l'apparence plus humaine, avec des trous noirs à la place des yeux, un nez à peine discernable à cause de l'écorce et le feuillage faisant penser à des cheveux.

Cependant, une fois qu'elle est parvenue à sortir de sa prison de pierres, elle se positionne comme un chien prêt à vous foncer dessus. Une longue langue reptilienne sort de sa gueule et un liquide noir sort des branches lui servant de pieds. Qui est plus semblable à une queue si vous regardez bien.

Mais vous n'avez pas vraiment le temps de l'admirer. Elle se dirige droit sur Aadÿll à une vitesse spectaculaire.

Etant donné que Famita se trouvait à proximité du mur, la créature l’asséna d'un violent coup de branche, l'envoyant valser un peu plus loin. Elle ne semblait pas encore avoir fait attention aux autres hommes, n'ayant rien à leur reprocher, mais une fois qu'elle se sera chargée du mage, qui sait quel sort elle leur réservera.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://labyrinthofmagic-rpg.actifforum.com

SUBORDONNÉ DE KOUMEI

۞ 1ère apparition : 17/07/2013

۞ Rukhs : 520

۞ Rukh rose : Célibataire

۞ Localisation : Bloquée dans l'empire Kou avec un Koumei psychopate!

avatar
Famita Karan
SUBORDONNÉ DE KOUMEI

MessageSujet: Re: Donjon n°58 Avnas le 08/09/1002 [Aadÿll & Famita]   Dim 15 Avr - 14:39


Je commençais à comprendre pourquoi le prince Koumei avait tenu à ce que je n'aille pas dans le donjon seule. Un lieu habité par le pouvoir des dieux était vraiment effrayant... Je sentis mon cœur palpiter d'excitation. Oh non ! Ce n'était pas le moment d'être enjouée ! Dés qu'il commençait à il y avoir de l'action, j'avais du mal à m'arrêter !

Je me savais impulsive et même si j'espérais avoir un peu évolué, ce qui n'était peut-être pas le cas, sur ce point-là, je restais incorrigible.

La réponse à la question que j'avais posée au noble était tellement évidente que je m'attendais à ce qu'il m'ignore. Forte heureusement, j'étais assez pitoyable pour qu'il daigne m'avouer la terrible vérité.

Cette première énigme était un vrai casse-tête... Pas étonnant que personne ne soit parvenu à prendre possession de ce djinn. C'était un trésor qui devait se mériter. Et qu'est-ce qui me disait que je valais mieux que tous ceux qui avaient perdu la vie ici ? La raison qui les avait poussés à s'aventurer là devaient être bien plus noble, bien plus honorable que la mienne...

Dire que ma motivation de départ était de prouver ma valeur. C'était stupide. La seule chose qui allait avoir de la valeur serait ma mort au point où on en était. Et pouvait-on dire que ma mort serait utile à qui que ce soit ? Pas plus que mon existence. Si je voulais vraiment prouver ce que je valais, je devais commencer par arrêter de prendre des risques inconsidérés...

Oh ! Un type était sur le point de se faire avaler par une créature visqueuse et malsaine ! Ce n'était pas le moment de faire une scène ! Je devais me reprendre en main !

C'était sans réfléchir, me contentant seulement d'imiter l'heliohapt car il m'avait l'air d'être le plus intelligent du groupe, que je commençais à caresser doucement les branches avec ma coiffe.

Ce geste me paraissait futile et je rougissais légèrement de honte mais je ne m'arrêtais pas. C'était comme si mon corps bougeait tout seul. Je me doutais que je ne faisais que suivre mon instinct...

Etant donné que c'était un peu la seule chose en laquelle j'avais confiance, j'espérais qu'il ne me fasse pas faux bond.

Concentrée sur ce que je faisais, je mis du temps à me rendre compte que les cris s'étaient arrêtés. Donc ces branches étaient bien les enfants...

Evidemment ! Un être aux capacités exceptionnelles comme moi ne pouvait se tromper ! Comment avais-je pu en douter ? J'allais ignorer cette ombre de désespoir, m'indiquant que nous n'avions même pas fait la moitié du chemin, planant au dessus de moi, et tâcher de rester confiante !

Parce que j'allais bien finir par mourir comme un sombre déchet si je commençais à déprimer maintenant.

Même ces immondes créatures étaient devenues mes amies ! Alors que leur "mère", maintenant notre ennemi commun, renforçait son emprise sur sa victime, les autres branches rentrèrent en elle pour l'en empêcher... Cette manière de dire les choses était très bizarre. Je n'avais pas envie qu'une image incestueuse vienne me hanter.

Au moins, j'arrêtais de me réjouir comme une gamine. Pour un peu, j'aurais éclaté d'un rire triomphant, compensant la disparition des cris. Mais je devais avoir un peu de plus de retenue.

Tâchant de reprendre mon sang-froid, j'empêchais un sourire satisfait de naître sur mes lèvres en voyant la créature perdre prise et relâcher le truand. J'avais dégagé ma main pour laisser les arbres faire ce qu'ils avaient à faire et laisser l'homme s'écrouler sur ses camarades. Ces derniers ne s'étaient pas moqués de nous quand nous avions décidé de jouer la carte de l'affection. D'ailleurs, ils avaient même tenté de l'aider alors que les occasions de l'abandonner ne manquaient pas.

Bien que je n'étais pas touchée par leur solidarité apparente qui ne devait concerner que les membres de leur pitoyable bande, je pouvais reconnaître qu'ils étaient moins méprisables que je le pensais. Toutefois, la façon dont ils s'étaient moqués de moi avant que je n'aille dans ce donjon me restait en travers de la gorge. Je préférais mourir plutôt que de m'allier à ce genre d'individu. Je n'y pouvais rien si j'étais rancunière.

Et je n'étais pas la seule à l'être !

Une chance que l'heliohapt avait sorti son sceptre, prêt à s'en servir, car je ne m'attendais pas à ce que le grand arbre se rebelle contre les autres. Tout le monde ne pouvait pas être solidaire ! Enfin, ce n'était pas le moment de s'amuser de la situation. Les seules créatures susceptibles de nous aider s'étaient fait engloutir par leur mère. C'était répugnant !

J'avais manqué une occasion de m'enfuir, ou de reculer, en plaquant mes mains sur mes oreilles pour ne pas entendre le cri pitoyable que les branches poussaient.

Même si ces hurlements étaient épouvantables, ce ne fut pas le meilleur réflexe à avoir. J'eus tout juste le temps de reculer en voyant notre ennemi prendre forme plus humaine et gagner en proportions, que je fus frappée de plein fouet.

Malgré mes efforts pour rester calme dans cette situation, je ne pu retenir un cri de frustration. Je voltigeais un peu plus loin et mon corps heurta violemment le sol. Ce n'était pas drôle du tout !

Les entraînements avec Cynron avaient beau m'avoir endurci, je me relevais un peu douloureusement.



- Merde..., murmurais-je en voyant la créature s'approcher du mage.

Je supposais qu'il était en mesure de se défendre, qu'il s'était préparé pour ça, mais je ne pouvais pas rester sans rien faire alors que le danger était aussi proche !

« Je suis encore en état de me battre... », me disais-je en grimaçant, posant mes mains sur le sol pour me relever rapidement. Ouch ! J'avais surestimé ma force... Cette chienne m'avait déboîté l'épaule. Mais j'avais horreur de me sentir aussi faible et inutile... Je n'allais pas la laisser s'en tirer à si bon compte ! Pas après qu'elle m'ait provoquée.

Je retirais ma veste pour récupérer ma lance, accrochée à ma ceinture, dans mon dos. Puis je me dirigeais vers le "serpent", aussi rapidement que je le pouvais pour planter mon arme dans sa queue, afin de l'empêcher d'avancer.

Tout en me préparant à esquiver sa prochaine attaque, je regardais le mage, espérant lui avoir fait gagné du temps pour qu'il la mette hors d'état de nuire. Ça me faisait mal de l'admettre mais mes couteaux n'avaient pas étés très efficaces contre des troncs d'arbre donc contre un monstre aussi gros...

Je me demandais comment j'allais faire pour la suite.

Cependant, l'impression que mon aide n'était pas indispensable était forte et je sentais que c'était plus la colère qui dictait ma conduite. C'était stupide mais voir cette créature dévorer ses propres enfants m'avait mis hors de moi. Je devais avoir mon traumatisme infantile qui remontait à la surface...

Bon, je n'allais pas me laisser embrumer la cervelle par me souvenirs ! Le temps était à l'action !


۞ • ۞ • ۞ • ۞


Arigato démon du thé ♫
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


۞ 1ère apparition : 28/10/2015

۞ Rukhs : 189

۞ Rukh rose : Célibataire (et en recherche)

۞ Localisation : 14/07 Qishan

avatar
Aadÿll Salem Naaman
MAGE

MessageSujet: Re: Donjon n°58 Avnas le 08/09/1002 [Aadÿll & Famita]   Jeu 26 Avr - 13:59

 

   
Aadyll s'était-il trompé de cible ? C'était bien possible. C'était ce qui lui avait paru le plus logique sur le coup mais sa propre réflexion ne s'appliquait pas forcément au donjon. Son sceptre en main il regardait l'inconnue faire et caresser les branches. Et… au bout de quelques secondes elles semblaient se calmer. Il soupira doucement mais ce n'était pas le moment car la créature ne voulait pas lâcher le bandit. Contre toute attente, ils reçurent une aide inespérée. Les deux autres firent de leur mieux pour réceptionner leur ami mais cela avait été au prix de la mort (ou quelque chose comme ça) des enfants. Il se boucha rapidement les oreilles même si le tout était encore douloureux. C'est quoi, ça, sérieusement !

Il n'était pas facile de le fâcher mais cette attitude là ne lui plaisait pas. Alors que lui s'était retenu pour ne pas lui faire du mal… elle venait de manger sa propre progéniture. Avant de … devenir encore plus bizarre encore, un peu comme humanoïde. Les yeux dans les yeux -ou du moins ce qui lui servait d'orbite - Aadyll pouvait voir que sa cible c'était lui. Il resserra son emprise sur son sceptre. Il allait devoir se battre et il le ferait dès à présent et ce sans aucune hésitation.

Même la noiraude avait été touché par ce qui semblait être la queue de la bête et propulsé contre le mur. Les deux autres eux mettaient leur pote (et eux) à l'abri sur le côté. Alors que le magicien s'apprêtait à lancer son sort l'inconnue vient l'aider et planta son arme. Ceci n'eut pas grand effet mais au moins elle voulait l'aider. Il lui hurla pour qu'elle l'entende avec tout ce vacarme.

«  Ecarte-toi ! Ou rapproche toi de moi !  »

Le regard d'Aadÿll était un peu plus certain qu'auparavant et là il ne se gêna pas. Il avait besoin d'une attaque puissante pour au moins faire fuir ce monstre et il savait exactement quoi utiliser

«  airiah el alnaar !  »

Des flammes assez fortes et nombreuses furent envoyées en direction de la bête, dans le but de l'affaiblir voire de la tuer Aadÿll n'y allait pas de main mortes.

«  Vite ! Passons par le trou qu'à faite l'autre créature !  »

S'étant rapprochée de la demoiselle il prit son poignet (valide) et la tira vers lui pour qu'elle le suive. Les deux autres passaient par l'entrée avec leur ami inconscient sur le dos du chef. Au bout d'un moment de course il demanda.

«  Comment vous vous sentez vous tout le monde ? Votre ami va bien ?  »

Etait-il en vie au moins ?

۞ • ۞ • ۞ • ۞



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

MAÎTRE DES RUKHS

۞ 1ère apparition : 16/03/2013

۞ Rukhs : 298

۞ Rukh rose : Omnise..scient

۞ Localisation : Partout

avatar
Destin
MAÎTRE DES RUKHS

MessageSujet: Re: Donjon n°58 Avnas le 08/09/1002 [Aadÿll & Famita]   Jeu 3 Mai - 19:15

L'ennemie était sorti du mur pour venir jusqu'à vous. Quelle joie !

Famita, malgré son épaule déboîtée après avoir subi l'attaque de la créature, refusa de rester les bras croisés et planta sa lance dans la queue de celle-ci.

Par chance, il s'agissait d'une partie plutôt sensible. On pourrait croire presque que son arme était entrée en contact avec les os d'un squelette si ce n'était pas un ramassis de feuilles qui s'agitait devant elle.

La créature poussa des grognements, ayant du mal à avancer maintenant que sa queue était clouée au sol et tenta même de donner des coups de griffe à la demoiselle. Une chance qu'elle eut un mal fou à l'atteindre en se retournant vu la largeur de son corps. Bien que cette attaque était efficace, elle ne durait qu'un court instant. En se débattant encore et encore, votre cible parvint à envoyer voler la lance.

Mais à cet instant, Aadÿll avait déjà lancé son attaque sur elle ! Celle-ci fit tout de suite effet. L'arbre se consuma dans les flammes et ne devint bientôt plus que cendres. Une mort silencieuse. Ça change de tous les cris de rage que vous avez supportés dans ce donjon ! Peut-être est-ce une manière de vous dire que vous avez le droit de vous reposer un peu après avoir affronté cette chose ?

Vous vous êtes tous précipités en direction de l'entrée que le golem avait formée. Bien joué ! (Ou pas ah ah !)

Vous voilà encore dans un couloir... Celui-ci était en colimaçon et aucun obstacle particulier ne vous barrait la route. Pas de sable susceptible de vous ralentir, les rares pierres que vous croisiez paraissaient normales...

Mais le sol n'avait pas l'air très solide...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://labyrinthofmagic-rpg.actifforum.com

SUBORDONNÉ DE KOUMEI

۞ 1ère apparition : 17/07/2013

۞ Rukhs : 520

۞ Rukh rose : Célibataire

۞ Localisation : Bloquée dans l'empire Kou avec un Koumei psychopate!

avatar
Famita Karan
SUBORDONNÉ DE KOUMEI

MessageSujet: Re: Donjon n°58 Avnas le 08/09/1002 [Aadÿll & Famita]   Sam 5 Mai - 2:28


Impossible de savoir si l'homme que la créature avait tenté d'étouffer était toujours vivant. Il avait plutôt intérêt à l'être vu tout le mal qu'on s'était donné pour le sortir de là ! Une fois que l'arbre monstrueux sortit du mur, ses camarades le placèrent dans un coin. Il était sans doute trop tôt pour juger de leurs compétences mais ils n'avaient pas étés très utiles jusqu'à là... Ils avaient de la chance que le noble, qui était le seul à s'être démené pour trouver une solution, soit à leurs côtés. Ils dépendaient plus de lui que l'inverse... Enfin, on était qu'à la première épreuve. Qui sait ? Peut-être qu'ils se rattraperaient plus tard ? Je ne pouvais m'empêcher d'en douter.

En tout cas, on avait d'autres chats à fouetter pour le moment.

Après que la créature ait envoyé mon corps heurter le sol, elle s'était dirigée en direction de l'heliohapt. Je m'étais relevée plus vite que je l'espérais, ignorant la vive douleur que je ressentais à l'épaule. Je ne me cherchais pas d'excuses mais ne rien avoir après avoir subi un tel choc serait un peu inquiétant...

Je n'expliquais pas la haine que je ressentais envers cette créature. Etant donné qu'elle nous mettait des bâtons dans les roues depuis le début de cette exploration, il aurait été plus logique que je m'énerve plus tôt. Mais même si j'avais voulu faire de mon mieux pour garder mon calme, je n'avais pas pu m'empêcher de m'emporter en voyant ce monstre manger ses "enfants".

Calme toi, Famita, c'était juste des plantes et elles n'arrêtaient pas de te casser les oreilles quand elles vivaient encore, un peu de silence, ça faisait du bien... Tu n'allais pas te prendre d'affection pour elles juste parce que tu les voyais se faire dévorer sous tes yeux... Les futures épreuves risquaient de ne pas être plus belles à voir. Je devais prendre de la distance avec ce que je voyais.

Mais comme le coup que la "mère" m'avait mis avait été la goutte d'eau qui faisait déborder le vase, je ne voulais pas qu'elle meurt sans avoir payé cet affront ! Même si je n'étais pas habitée par une rage incontrôlable, je me rendis compte à quel point j'étais pathétique quand je remarquais que mon attaque avait un effet. Je devrais être plutôt satisfaite... Mais je n'en avais pas le droit. Si parvenir à trouver la partie sensible de son adversaire suffisait à gonfler mon orgueil, je n'avais rien à faire dans ce donjon. Ou j'avais intérêt à revoir ma définition de la victoire. Parce que je serais la prochaine à mourir si je me laissais contrôler aussi facilement par mes émotions.

Bien que j'étais assez stupide pour me demander si cette attaque avait pu faire gagner du temps au blandin, il me donna un avertissement plus judicieux que mon action. S'écarter ou se rapprocher de lui ? Pas besoin d'être un génie pour comprendre qu'il valait mieux que je m'éloigne de la créature pour esquiver le sort qu'il s'apprêtait à lancer.

Etant donné que j'étais assez loin de lui, je lui répondis avec un sourire navré avant de reculer rapidement pour prendre mes distances avec la créature. Heureusement que c'était mon épaule qui avait le plus souffert dans cette histoire et non mes jambes ! Au passage, je récupérais ma lance qui était retombé. Que ce soit moi ou mes affaires, cette chose aimait bien nous voir voltiger  ! Bon certes, je l'avais un peu cherché...

Je ne pu m'empêcher de regarder le blandin avec beaucoup d'intérêt quand il lança son attaque sur la créature. J'avais un peu tendance à mettre les magiciens au même niveau que les dieux quand j'en croisais... Je ne me serais pas entendu avec ceux qui les exploitaient. Ah ! Mes émotions ! Je devais les contrôler !

Les flammes gagnèrent rapidement le corps du monstre qui ne semblait plus être une menace. Même en me retenant de trembler d'admiration, je devais admettre que cette attaque était impressionnante.

Mais ce n'était pas le moment de s'émoustiller !

Ne perdant pas de temps à vérifier si son sort avait été efficace, le noble m'attrapa par la main avant d'aller vers l'entrée que le golem avait formé. Nous avions le choix entre risquer de recroiser ce géant ou se faire à nouveau attaquer par l'arbre, si ce dernier avait survécu. Aucune de ces deux options ne donnait envie. Enfin, je pensais que je ne pourrais plus jamais revoir de végétal après cette épreuve...

Contrairement à ce que je pensais, la créature n'avait pas hurlé en brûlant. Était-ce une bonne chose ? Ces monstres criaient pour pas grand chose, il aurait été logique que celui-ci en fasse de même en rendant son dernier souffle...

En même temps, ça faisait un moment qu'on courait dans ce couloir et je n'avais remarqué aucune branche prête à nous barrer la route. Alors c'était terminé pour eux ? Je n'avais pas envie de faire de faux espoirs, à moi comme aux autres, mais j'avais l'impression que le donjon s'était... Calmé ?

Il valait mieux ne pas trop attendre de ce djinn car Avnas s'était montré plutôt sournois jusqu'à là cependant... Je ne détectais aucun danger... A moins qu'on ne continuait de courir sur le sol de cette manière. Un peu plus et on pourrait penser qu'il s'effondrait sous notre poids.

Et puisque notre ennemie avait arrêté de nous traquer, je ralentissais le pas tout en tenant la main du mage, un petit peu essoufflée. Je répondis à sa question en lui faisant aussi part de mes craintes:




« ... Je vais bien. Mais je crois qu'il serait préférable de s'arrêter ou, du moins, ralentir. Je doute que la créature revienne. En revanche, le sol ne risque pas de tenir si nous continuons ainsi. »


Je jetais un coup d’œil au gars inconscient derrière nous, soucieuse. S'il n'avait pas survécu, on ne pourrait pas vraiment appeler ça une victoire...

۞ • ۞ • ۞ • ۞


Arigato démon du thé ♫


Dernière édition par Famita Karan le Jeu 17 Mai - 23:09, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


۞ 1ère apparition : 28/10/2015

۞ Rukhs : 189

۞ Rukh rose : Célibataire (et en recherche)

۞ Localisation : 14/07 Qishan

avatar
Aadÿll Salem Naaman
MAGE

MessageSujet: Re: Donjon n°58 Avnas le 08/09/1002 [Aadÿll & Famita]   Sam 12 Mai - 17:18

 

   
Dans un rapide réflexe le professeur avait attrapé la jeune femme pour qu'ils puissent s'enfuir après avoir terrassé la créature. Il se sentait triste pour les enfants et rien que pour ça espérait parler au djinn qui habitait ce donjon pour savoir ce qu'ils étaient devenus et ce qu'il s'était passé dans leur tête. Cela l'aiderait peut-être à ressentir moins de culpabilité mais attisait aussi sa curiosité. Au fur et à mesure qu'il s'enfonçait dans le passage, Aadÿll ralentissait, tout en toussant un petit peu. L'inconnue faisait aussi de même. Il lâcha enfin sa main et s'appuya un peu sur ses jambes pour se pencher et se laisser tout tousser tout en reprenant son souffle avant de soupirer longuement. Ca faisait du bien.

Bien sûr le magicien s'intéressait à l'état de santé des personnes autour de lui. La femme allait apparemment bien cela dit il voyait bien son bras pendre. Un regard vers les bandits et on lui répondit simplement.

«  Il est juste évanoui… je crois… il respire encore. Je vais le porter.  »

En guise de réponse Aadÿll hocha la tête et regardait à nouveau la femme.

«  Je m'appelle Aadÿll. Et toi ?  » Il avait commencé à la tutoyer toute à l'heure alors autant continuer sur sa lancée. «  Je devrais m'occuper de ton épaule… Sinon ton bras va rester immobiliser un moment. Et rester avec une telle blessure dans un donjon… C'est une mauvaise idée. Viens… Couche toi sur le dos, doucement.  »

Ce n'était pas la première fois qu'il faisait ça. Par le passé il avait aidé de nombreuses personnes qui étaient dans la rue ou blessé. Lui même avait été blessé. Dans tous les cas il insistait pour qu'elle se couche si jamais. Il releva son avant bras et posa son genou sur son ventre pour éviter qu'elle ne se relève avant de relever doucement le bras pour remettre l'articulation en place.

«  Tu me dis quand tu sens soudainement que tu as moins mal.  »

C'était loin d'être agréable comme sensation, on pouvait dire que cela faisait vraiment mal oui. Aadÿll y allait avec assurance, doucement, mais pas trop pour ne pas trop faire durer. Une fois que ce fut fais il enleva la cape qu'il portait pour en déchirer le bas et faire une écharpe pour soutenir son bras. Il l'aida à l'attacher. Pour finir, il fouilla dans son sac. Des petites potions contre la douleur, il en trimbalait quelques unes.

«  Tiens bois ça, c'est pour la douleur.  »

Un vrai homme à tout faire ce magicien.

۞ • ۞ • ۞ • ۞



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

SUBORDONNÉ DE KOUMEI

۞ 1ère apparition : 17/07/2013

۞ Rukhs : 520

۞ Rukh rose : Célibataire

۞ Localisation : Bloquée dans l'empire Kou avec un Koumei psychopate!

avatar
Famita Karan
SUBORDONNÉ DE KOUMEI

MessageSujet: Re: Donjon n°58 Avnas le 08/09/1002 [Aadÿll & Famita]   Sam 19 Mai - 12:21



J'espérais qu'on soit vraiment sortis d'affaire pour cette fois car ni moi ni le mage ne semblions prêts à affronter à nouveau ces créatures. Enfin, il y avait de fortes chances pour qu'il s'en sorte mieux que moi. Je n'aimais pas me sentir faible comme je n'aimais pas me sentir désavantagée par rapport aux gens qui m'entourait. Même si je n'étais pas la seule à être dans cette situation si on comptait le gars qui était encore inconscient... Mais tout de même ! Je n'avais pas besoin de ça ! Je ne me précipiterais pas autant vers le danger pour fuir cette sensation de faiblesse si elle ne me collait pas déjà en permanence ! Si seulement j'avais esquivé ce coup...

Ça ne servait à rien de ruminer... Ce n'était pas ça qui allait améliorer ma condition. Mais j'avais horreur de me sentir incapable ! Je devais apprendre à mieux maîtriser mes émotions pour ne plus que ça recommence... Quel dommage qu'il ait fallut que je me retrouve en danger pour rester sur mes gardes. Je pensais l'être suffisamment lorsque j'étais entrée dans ce donjon mais je réalisais que je n'avais pas été assez prudente...

Cette conquête n'était pas un simple jeu qu'on pouvait recommencer quand on perdait ! Bien sûr, ça tombait sous le sens mais je ne m'attendais pas à être à la fois soulagée qu'on soit tous en vie après cette aventure et craintive en imaginant les pires scénarios pour la suite... L'un de nous avait été à deux doigts d'y passer.

Je repris mon souffle lorsque nous nous arrêtions en posant fermement mon poing sur la poitrine comme pour ralentir les battements de mon cœur. Même si j'avais arrêté de m'exciter comme une gamine, je ne devais pas laisser la peur prendre le dessus non plus...

J'observais à nouveau l'heliohapt qui avait lâché ma main pour tousser. Il avait l'air plus épuisé que nous par cette course... Peut-être que je me faisais des idées mais je me demandais s'il n'était pas de constitution fragile. Soit ça soit il était juste malade. Dans les deux cas, il y avait des raisons de s'inquiéter. Il nous avait débarrassé du danger malgré son état... Certes, il n'avait pas le choix mais j'aurais dû au moins le remercier. Alors pourquoi je n'y arrivais pas ?

Maintenant que j'y pensais, il n'avait pas vraiment besoin de djinn. D'ailleurs, je n'étais même pas sûre que les magiciens pouvaient en posséder. Mais si c'était le cas, pourquoi était-il là ? Je n'avais pas non plus l'impression qu'il s'entende bien avec les autres... Encore une fois, je supposais qu'ils dépendaient de lui, mais pourquoi avait-il accepté de les accompagner ? Parce qu'il était trop gentil ?

Je devais admettre que j'étais curieuse. Mais je ne pouvais pas l'harceler de questions comme ça... Déjà que j'étais un boulet avec ma blessure, je n'allais pas le brusquer. Et ce ne serait pas malin de l'interroger alors que les autres gars étaient à côté.

Tans pis ! Ce n'était pas si grave si je n'avais pas de réponse. Il était plus important de savoir comment survivre dans cet endroit. Connaître les raisons qui nous avait amené ici était inutile.

Finalement le mage fut le premier à me poser une question en me demandant mon nom après avoir donné le sien. Je le regardais avant de répondre:



« Je m'appelle Famita. »

Ni de sourire ni d'"enchantée" ne suivait cette phrase. Ça ne me rendais pas très sympathique mais je n'étais pas là pour me faire des amis. Enfin malgré mon désir de jouer au loup solitaire, mon épaule ne l'entendait pas de cette façon et me rendais dépendante vis-à-vis d'Aadÿll qui me proposait de s'en occuper... J'aurais vraiment dû me montrer plus agréable.

Ce n'était pas la seule raison pour laquelle j'étais mal à l'aise.



« Heu... D'accord... »

J'avais une raison de plus de tuer l'arbre ! Dommage que ce soit déjà fait... Cette saleté m'avait mis dans cette situation plus qu'embarrassante !

Je l'écoutais en me couchant sur le dos à contre-cœur. Je n'étais pas habituée à être soignée et encore moins à compter sur des gens que je ne connaissais à peine... Encore fallait-il que j'arrête de me méfier de mes connaissances de longue date. Ah ah... Mais je n'avais pas le choix. Comme l'avait dit l'heliohapt, chercher à traverser le donjon dans cet état n'était pas une bonne idée.

Allez, essayons d'être optimiste pour mieux supporter cette humiliation... Ce serait pire si je refusais son aide. J'aurais l'air encore plus ridicule si je pensais affronter les autres créatures avec cette épaule déboîtée. Il fallait juste que je lui fasse confiance, n'est-ce pas ? Je pouvais le faire ?

Aadÿll savait ce qu'il faisait, au moins ? Et il ne cherchait pas à me faire croire qu'il pouvait remettre mon épaule en place pour éliminer le concurrence ? Je devais arrêter de me méfier comme ça mais c'était dans ma nature, je n'y pouvais rien... Je n'arrivais pas à concevoir sa gentillesse comme une chance étant donné que j'étais entrée sans compagnon de route malgré les conseils avisés du prince.

Je me mordais la langue pour m'empêcher de gémir en le sentant lever mon bras. Aïe... Je pouvais au moins conserver un peu de dignité en souffrant en silence. Et comme il s'agissait de quelqu'un qui voulait vraiment m'aider, j'allais peut-être devoir me détendre... Rien à faire, je n'y arrivais pas. La position n'aidait pas non plus.

Heureusement, cela ne prit pas trop de temps pour se faire. J'étais plus stressée à l'idée de remettre ma santé entre les mains de quelqu'un d'autre plutôt que celle de combattre un autre monstre.
Même s'il faisait ça pour mon bien, la douleur avait été difficilement supportable pendant un bout de temps. Je lui répondis en retenant une grimace, essayant vainement de paraître forte:



« J'ai moins mal. »

Ce serait merveilleux si je n'avais plus mal du tout mais je n'étais pas une fanalis. Quelle nulle... J'allais devoir redoubler de prudence pour ne plus avoir à vivre ça.

En temps normal, je me serais montré un peu plus hésitante avant de boire ces potions mais je me contentais de le faire sans me méfier cette fois. Cet homme n'avait pas été brusque en remettant mon articulation et m'avait même fait un bandage. Je ne pensais pas qu'il avait de mauvaises intentions...

Nous ne serions sans doute plus là s'il n'avait pas été là pour brûler le monstre... Je dépendais autant de lui que les autres et c'était cela qui m'énervais le plus. Mais ce n'était pas juste de reporter ma frustration sur lui.



« Merci... »

۞ • ۞ • ۞ • ۞


Arigato démon du thé ♫
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


۞ 1ère apparition : 28/10/2015

۞ Rukhs : 189

۞ Rukh rose : Célibataire (et en recherche)

۞ Localisation : 14/07 Qishan

avatar
Aadÿll Salem Naaman
MAGE

MessageSujet: Re: Donjon n°58 Avnas le 08/09/1002 [Aadÿll & Famita]   Dim 10 Juin - 11:19

 

 
La demoiselle se nommait donc Famita. Il n'eut qu'un simple prénom car il avait donné la même chose. Après tout, la noblesse, les titres et les rangs n'avaient aucune importance dans un donjon n'est-ce pas ? De toute façon il n'était plus noble depuis qu'il avait été déshérité mais il conservait toujours ce nom à rallonge qu'il donnait parfois rien que par habitude. Famita l'écouta et se plaça comme demandé, il pouvait donc commencer la manipulation. Il tâcha de faire de son mieux pour ne pas la faire souffrir. Il voyait qu'elle se retenait mais il n'était pas professionnel du soin, il avait juste été formé par les aléas de la vie. Il fût déjà soulagé lorsqu'elle lui annonça que la douleur était amoindrie, il avait réussi sa manipulation.  

« Parfait. »

Le blandinet poussa donc un soupir de soulagement lorsqu'il lui fit une écharpe avec ce qu'il avait sous la main : sa cape. Il ne s'attendait pas à des remerciements car il ne faisait pas cela pour ça, mais il fût tout de même content d'en recevoir alors qu'il lui donnait une de ses potions. Après tout l'on pouvait se poser des questions : il n'avait pas dit être guérisseur alors pourquoi se trimballer ça dans son sac ? Heureusement qu'il était malade, cela avait permis de soulager Famita.

« Il n'y a pas de quoi. Si jamais la douleur revient n'hésite pas à me le dire. »

Le magicien en utilisait principalement pour des maux de tête, douleur dans la poitrine ou difficulté à respirer. Là il toussait un peu après la course, ses poumons n'étaient plus dans la même état qu'il y a dix ans cela et même dans sa toux on pouvait entendre la résonance de la maladie mais l'on ne se doutait pas forcément qu'il n'avait plus qu'une simple bronchite.

« Repose toi un peu je vais le voir. »

Aidé par ses amis, le bandit commençait à reprendre ses esprits doucemet.

« Est-ce que ça va… ?  
- Oh… Euh … Ouai…  Aïe… Fit-il en se mettant une main sur son abdomen. Aadyll se pencha pour regarder et vu l'endroit c'était plutôt équivoque.
- Tu dois avoir une côte cassée. Faudra faire attention. »

Là le magicien ne pouvait rien faire mis à part donner un anti-douleur, le même que Famita au monsieur. Décidément, il n'était que trop gentil. Même le chef était surpris de cette attitude. Trop bon trop con ? Peut-être pas car dans leur tête, ils commençaient à s'en vouloir de leurs actes. Aadÿll fût même remercié. A nouveau il soupira. Il sentait la situation de dehors s'arranger pour la petite fille et il était content.

« Je pense qu'on devrait sortir de ces couloirs si vous voulez bien… Je n'ai pas vraiment confiance… »  


۞ • ۞ • ۞ • ۞



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

SUBORDONNÉ DE KOUMEI

۞ 1ère apparition : 17/07/2013

۞ Rukhs : 520

۞ Rukh rose : Célibataire

۞ Localisation : Bloquée dans l'empire Kou avec un Koumei psychopate!

avatar
Famita Karan
SUBORDONNÉ DE KOUMEI

MessageSujet: Re: Donjon n°58 Avnas le 08/09/1002 [Aadÿll & Famita]   Ven 15 Juin - 19:12


Nouvel objectif: rendre la pareille à Aadÿll !

Même si ma rancœur envers le groupe de brigands s'était allégée, je n'avais pas pour autant envie de me reposer sur le mage, moi aussi. Je voulais bien croire que mon orgueil y était pour quelque chose. Je n'avais jamais aimé avoir des dettes envers quelqu'un. Malgré ma volonté de vouloir l'aider à mon tour, je me trouvais un peu ridicule de penser ainsi car l'heliohapt avait l'air de faire ça par pure bonté d'âme... Ce qui me fit encore plus culpabiliser, bien que je n'avais rien fait de mal à part me retrouver blessée. Il fallait s'attendre à ce genre de choses avant de rentrer dans un donjon mais ça n'aurait été pas plus mal si j'avais éviter de gaspiller les potions d'Aadÿll aussi tôt.

Je serrais mon poing, tentant de calmer ma frustration. Je ne devais pas m'exciter autant dans mon état. Si je voulais me rendre utile, je devais me presser d'aller mieux ! Je pouvais aussi faire des efforts pour être plus agréable mais un remerciement était déjà mieux que rien. Et je préférais être désagréable et servir à quelque chose plutôt que le contraire.

Je lui jetais un regard en biais alors qu'il se servait de sa cape pour me faire une écharpe. J'avais beau ne pas être à l'aise à l'idée qu'on s'occupe de moi, parce que je n'étais pas habituée, mais c'était justement pour ça que je me sentais un peu mieux. Bien sûr, il ne fallait pas que je baisse ma garde pour autant mais j'avais l'étrange impression qu'il était sincère dans ses bonnes intentions. Il devait être habitué à prendre soin des autres... Il devait avoir une famille ou des personnes qui s'en approchaient.

Quand il me demanda de le prévenir si la douleur refaisait surface, je me retins de lui dire que j'espérais que ça n'arrive pas. Ma manière de parler était souvent trop froide, sans que je le veuille, et il pourrait croire que je lui reprocherais son manque de compétences si j'avais à nouveau mal. Au moins il en avait, ce qui ne semblait être le cas d'aucun autre membre du groupe. Et quitte à être soignée par quelqu'un que je connaissais à peine, je préférais que ce soit Aadÿll.

Je lui répondis avec un petit sourire entendu, ayant peur d'être blessante, maladroite comme je pouvais être avec mes paroles même si tout ce que je voulais était de rassurer quelqu'un.

C'était aussi pourquoi je me contentais d'acquiescer lorsque je le vis s'éloigner pour prendre des nouvelles de l'autre homme avant de suivre son conseil, me posant contre le mur, tentant de me mettre dans la position la plus confortable possible pour me détendre. Mes pensées négatives m'en empêchèrent, comme je ruminais ma frustration à l'idée d'avoir été un boulet. En même temps, il était trop tôt pour m'en faire à ce sujet. Connaissant la réputation des donjons, celui-ci avait encore son lot de surprises contre lesquelles je serais peut-être de taille. Pour ce faire, je devais me reposer ! Mais c'était plus facile à dire qu'à faire avec l'incertitude d'être complètement en sécurité.

Parce que non, je n'avais pas envie de sous-estimer la cruauté d'un djinn même si je n'en avais jamais vu. Qui nous disait qu'il n'estimait pas qu'on s'était assez reposés et qu'il nous prenne en traître en faisant sortir un ennemi de nulle part ? Pfiou...

Je ne pouvais m'empêcher de regarder mon bras, consternée. Ça faisait des années que je rêvais d'entrer dans un donjon, j'y étais en connaissance de cause ! Pourquoi je ne m'inquiétais que maintenant ? J'avais été bien prétentieuse pour penser que j'étais psychologiquement prête. Mais je ne pouvais pas montrer mon air abattu à ces hommes... Je devais me reprendre. Pour un peu, j'aurais presque envie de voir sortir ces monstres de nulle part... Je me perdais trop dans mes pensées pessimistes quand je m'ennuyais.

Mais même si ce n'était que dans ma tête, je ne voulais pas souhaiter qu'un autre danger nous attaque sans prévenir. Je ne serais pas la seule à en faire les frais... Je n'allais pas mentir, il n'y avait qu'une seule personne pour laquelle je m'inquiétais véritablement et c'était Aadÿll. Toutefois, je n'avais pas non plus envie de voir un des autres mourir dans d'atroces souffrances.

Heureusement, l'homme que l'arbre avait pris pour cible n'était pas trop blessé, ce qui relevait presque du miracle vu la façon dont on l'avait maltraité. Je me demandais si Aadÿll n'était pas médecin avec toutes les fioles qu'il se trimbalait dans sa sacoche. Ou alors il avait été le seul à avoir été assez prudent pour amener le nécessaire en cas de blessures. Si c'était le cas, je le félicitais intérieurement de cette bonne idée mais s'il avait ça juste parce qu'il avait lui-même des problèmes de santé, je lui conseillerais de penser un peu à lui avant de se soucier des autres. A moins qu'il s'agisse de poisons dont l'effet n'était pas immédiat.

Je mettais cette méfiance inutile de côté pour l'écouter, me redressant doucement. Apparemment, je n'étais pas la seule à me méfier de ces couloirs en apparence inoffensifs (les pierres l'étaient aussi !). Je ne pouvais qu'approuver la suggestion du mage et me releva avec délicatesse. Ce serait stupide de me déboîter une seconde fois l'épaule en faisant des mouvements brusques, sauf si je n'avais pas le choix.

Je commençais à me déplacer, passant près d'eux. Je continuais d'avancer comme si c'était plus sûr que de faire marche arrière mais dans les deux cas, on allait rencontrer des créatures qui tenteraient de nous nuire. Puis si le golem avait détruit ce mur, c'était peut-être parce que le djinn souhaitait qu'on le suive ? Ce qui voudrait aussi dire que c'était un piège. Mais cet endroit semblait en être peuplé donc ici ou ailleurs...

Je continuais d'avancer en jetant un coup d’œil à Aadÿll :



« Je pense que qu'importe le chemin qu'on emprunte, on ne sera jamais hors de danger alors... »

Il n'y avait pas besoin d'hésiter plus longtemps. Si nos malheurs s'arrêtaient là, je commencerais à douter de la véracité de ce donjon.

Quant aux autres, s'ils préféraient retourner à l'endroit où l'un d'eux avait déjà failli y passer, je n'allais pas les en empêcher. Au pire, je me débrouillerais toute seule, dans la mesure du possible.

۞ • ۞ • ۞ • ۞


Arigato démon du thé ♫
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


۞ 1ère apparition : 28/10/2015

۞ Rukhs : 189

۞ Rukh rose : Célibataire (et en recherche)

۞ Localisation : 14/07 Qishan

avatar
Aadÿll Salem Naaman
MAGE

MessageSujet: Re: Donjon n°58 Avnas le 08/09/1002 [Aadÿll & Famita]   Ven 17 Aoû - 12:36

 

 
Aadyll paraissait être le soigneur de tout ce petit monde. Il ne restait plus qu'à espérer que le soigneur ne se fasse pas blesser. Sinon, cela serait une mauvaise nouvelle pour tout le monde. Et encore, il n'était que catégorisé soigneur car il avait l'habitude de ce genre de maux.. .si les personnes qui l'entouraient savaient qu'il était malade à a base, ils seraient certainement inquiets alors il se garderait bien de leur dire. De toute façon il ne le disait à personne. Seul Mogamett, l'infirmière et quelques rares professeurs connaissaient son état.

Alors qu'il proposait de sortir de ces couloirs, prétextant qu'ils étaient dangereux ou quelque chose comme ça, ils n'avaient pas l'air très solides, Famita fit une remarque plutôt judicieuse et pas dénuée de sens. Il en rit, un peu, gêné de la chose, même s'il la trouvait un petit peu amusante. Oui, il arrivait à faire ça à cet instant. Trop de recul ?

«  Il est vrai que si on veut être totalement hors de danger, on n'entre pas dans un donjon, haha.  »

Il ne dirait rien sur le fait qu'il n'avait, lui, aucune envie à la base d'y entrer. Ils avaient besoin d'un peu d'esprit d'équipe et le magicien était tout à fait capable de faire comme si le temps d'un donjon. Et puis les hommes semblaient se rendre compte de ce qu'il avaient fait, ce qui allait dans le bon sens. Tant que la petite était bien traitée et qu'il le voyait au retour, il n'en ferait certainement rien. Mais il aviserait si ce n'était pas le cas.

«  Dans ce cas, continuons à marcher doucement jusqu'à voir ou mène ce passage.  »

Aadyll décida de ranger son sceptre dans son dos avant de sortir sa lame. C'était mieux de ne pas trop utiliser son magoi. Certes il possédait une bonne réserve mais l'endurance elle diminuait avec sa maladie. Pour le moment, tant que la situation ne l 'exigeait pas, il prendrait son épée. Il commença donc à avancer, avec les autres derrière qui soutenaient encore un peu leur compagnon. Aadyll marchait devant, à côté de Famita si celle-ci le désirait.


۞ • ۞ • ۞ • ۞



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

MAÎTRE DES RUKHS

۞ 1ère apparition : 16/03/2013

۞ Rukhs : 298

۞ Rukh rose : Omnise..scient

۞ Localisation : Partout

avatar
Destin
MAÎTRE DES RUKHS

MessageSujet: Re: Donjon n°58 Avnas le 08/09/1002 [Aadÿll & Famita]   Sam 18 Aoû - 13:53

Vous choisissez donc d'avancer. En revanche, le sol n'a toujours pas l'air solide et ça ne s'arrange pas... Quelques pas suffisent à le faire trembler. Vous avez à peine le temps de reculer en le sentant céder, qu'il s'écroule sous vos pieds et vous voilà en bas !

Enfin... Vous supposez. Il n'y a pas vraiment beaucoup d'éclairage là où vous êtes. Espérons que la chute n'ait pas rouvert vos blessures pour ceux qui sont en piteux état.

En revanche, vous parvenez très bien à voir les golems autour de vous.



Etant donné qu'ils font environ quatre mètres de hauteur, le contraire aurait été étonnant. Vous avez de la chance, ils ne sont pas réveillés. Leurs ronflements, semblables à des grognements de bêtes sauvages, vous permet assez bien de les repérer même si vous avez un peu de mal à discerner quoi que ce soit.

Il y en a cinq. Mais la pièce est tellement étroite que ce nombre suffit pour que vous soyez encerclés. Eviter un combat avec est préférable mais Avnas ne semble pas vous laisser le choix. Vous ne voulez certainement pas finir votre vie ici. Puis ces monstres se réveilleront bien d'un moment à un autre...

Si seulement l'un d'eux ne se trouvait pas devant l'inscription en toran qui vous servira peut-être d'indice pour sortir d'ici.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://labyrinthofmagic-rpg.actifforum.com

SUBORDONNÉ DE KOUMEI

۞ 1ère apparition : 17/07/2013

۞ Rukhs : 520

۞ Rukh rose : Célibataire

۞ Localisation : Bloquée dans l'empire Kou avec un Koumei psychopate!

avatar
Famita Karan
SUBORDONNÉ DE KOUMEI

MessageSujet: Re: Donjon n°58 Avnas le 08/09/1002 [Aadÿll & Famita]   Ven 24 Aoû - 0:17

A la remarque du mage, je ne pu retenir un sourire amusé. Il n'y avait vraiment pas de quoi s'en réjouir et je supposais que son rire était nerveux mais il n'avait pas totalement tort. Toutes les personnes qui s'aventuraient dans un donjon simplement parce qu'elles voulaient la gloire ou la richesse pouvaient êtres considérées comme suicidaires. La raison initiale pour laquelle je voulais le djinn n'était pas mieux. Enfin, je n'allais pas me vanter de la nouvelle, car il n'y avait aucune raison qui justifiait qu'on perde la vie ici. A moins de vouloir protéger quelqu'un... Ça m'allais bien de juger alors qu'au final, je me redonnais raison !

Je ne me demandais pas trop pourquoi le mage voulait acquérir autant de pouvoir, persuadée que le groupe l'avait forcé à y entrer, et en effet, il s'agissait d'un allié de taille. Mon admiration pour les magiciens devait affecter mon jugement mais sans Aadÿll, on serait sûrement perdus. Quand je pensais qu'il ne voulait probablement pas ce djinn à la base (d'ailleurs les magiciens pouvaient-ils posséder un djinn ?) et qu'au final, on reposait tous sur lui. Et le voilà en train de rire de la situation. Il ne pouvait pas y faire grand-chose. Je n'avais pas pour habitude de ressentir autant de compassion pour un étranger, qu'il s'agisse d'un magicien ou non, mais ça me motivais à rendre la tâche moins pénible pour lui et de l'aider à mon tour. C'était rare que mon instinct me poussait à avoir confiance en quelqu'un. La dernière fois que j'avais autant baissé ma garde était avec Aladdin et comme il s'agissait d'un enfant, il n'y avait rien d'étonnant à ce que je fasse une exception mais l'heliohapt... Comment pouvais-je autant être persuadée qu'il avait un bon fond ? Sans doute parce qu'il nous avait sauvé et m'avait soigné alors qu'il était si facile d'oublier les autres dans une situation aussi dangereuse. Oui, ce devait être pour ça.

J'avais honte mais voir qu'il acceptait de me suivre me rassurait. Mais je n'allais jamais obtenir ce djinn si je me reposais sur lui, la seule raison pour laquelle j'avais le droit d'être soulagée était que j'allais pouvoir rembourser ma dette  ! Allais-je en être capable avec l'épaule déboîtée ? Je l'espérais.

Tout en avançant avec prudence, prête à contre-attaquer si jamais un danger se présentait, je sortis mes lames. Même si mon épaule me faisait beaucoup moins mal, je me doutais que je devais éviter tout mouvement brusque avec. Pas facile à faire quand on se trouvait face à l'ennemi, cependant. Un peu surprise, je vis Aadÿll me rejoindre et marcher à côté de moi, ce qui ne me dérangeais pas du tout, même si j'étais plutôt du genre insociable. J'avais vraiment l'impression d'avoir un garde du corps, ah ah ! Mais je n'étais pas sûre que le prince Koumei approuvait le fait que j'en prenais un à l'improviste. Pas du tout, même.

Pile au moment où je pensais qu'il valait peut-être mieux que je meurs ici en m'imaginant affronter le regard lourd de reproches de mon supérieur, je sentis le sol céder sous nos pieds. Avnas devait éviter de prendre ce genre de souhait au sérieux ! Je reculais dans l'espoir de rester au même niveau avant de me sentir tomber. Ce n'était pas faute d'avoir essayé ! Je retins un cri en tombant. Il ne fallait pas croire que j'avais le vertige mais la chute était particulièrement longue. Lorsque nous atterrîmes, je retombais sur mes genoux... Ce n'était pas très agréable mais je ne m'étais pas foulé un autre membre au moins. Ça faisait mal mais c'était supportable. Je me serais bien retenu au mur mais je m'en méfiais depuis la dernière épreuve. Et c'était aussi pour ça que je m'abstenais de faire tomber mes lames, de peur que l'une d'elles n'effleurait un monstre. Hé hé hé...

Par ailleurs, était-ce vraiment un mur ? On n'y voyait rien ! Il fallait se montrer davantage prudent. Je n'eus pas besoin de tendre l'oreille pour entendre les énormes ronflements qui ne devaient pas venir d'un des hommes, doutant fort qu'ils s'endorment aussi rapidement dans cette situation. Je plissais un peu les yeux pour constater qu'il y avait des golems. Bon, ça ne servait à rien de culpabiliser, comme je l'avais dit, quel que soit le chemin qu'on empruntait, on se serait trouvés en danger à un moment ou un autre. Je veillais à faire le moins de bruit possible en me relevant pour tenter de voir s'il était possible d'escalader le mur sans réveiller une des créatures. Apparemment non.

Je retins un soupir. Après ma chute, je n'avais même pas penser à voir comment allait les autres. Je m'adressais à Aadÿll, qui était le plus proche de moi, et qui était aussi celui dont je me souciais le plus, dans un murmure:



« Vous n'avez rien de cassé ? »

Puis avant d'avoir sa réponse, je me déplaçais discrètement en frottant la terre, ou quel que soit la substance qui recouvrait le sol, pour voir s'il n'y avait pas de trappe ou quoi que ce soit. J'avais bien le droit d'espérer. Je craignais ne pas avoir assez de force physique pour vaincre un de ces golems, même si, en inspectant le sol, je m'approchais lentement d'eux pour tenter de leur trouver une faille malgré toute l'obscurité. Bien sûr, en faisant cela, je veillais à ne rentrer dans personne. Les golems étaient visibles, mais le reste... Était-ce mon désir d'avoir un indice qui me faisait voir des mirages ou il y avait des lettres derrière l'un d'entre eux ? Je n'osais pas trop demander à Aadÿll s'il pouvait nous éclairer avec sa magie, la perte de magoi devant sûrement le fatiguer. Ne m'étais-je pas promis de ne plus reposer sur lui ?

۞ • ۞ • ۞ • ۞


Arigato démon du thé ♫


Dernière édition par Famita Karan le Mer 5 Sep - 16:46, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


۞ 1ère apparition : 28/10/2015

۞ Rukhs : 189

۞ Rukh rose : Célibataire (et en recherche)

۞ Localisation : 14/07 Qishan

avatar
Aadÿll Salem Naaman
MAGE

MessageSujet: Re: Donjon n°58 Avnas le 08/09/1002 [Aadÿll & Famita]   Mer 29 Aoû - 9:57

 

 
Rester sur place dans un donjon n'était pas une bonne idée. Du moins c'est ce qu'il en pensait. Tous étaient d'accord… excepté peut-être le sol qui se faisait de plus en plus dangereux, à tel point qu'il se demandait si le but était de continuer ou de tomber, s'ils devaient faire quelque chose pour rester ici ou si la suite du donjon se déroulait en bas. Aucun indice sur les murs. Mais peut-être que plusieurs chemins menaient à leur objectif, après tout. C'était au djinn de décider.

Et voilà que c'était la fin du chemin pour ceux ne sachant pas voler ou s'accrocher aux murs. Le magicien aurait pu rester seul ou avec quelqu'un sur son sceptre, mais jamais il n'aurait pu transporter tout le monde alors il préférait se laisser tomber, non sans donner un coup de vent avec sa magie pour que personne ne se casse quoi que ce soit. La chute, rapide, ne fut pas non plus des plus agréables mais au moins personne n'en était mort.

Et puis, c'était quoi ça au juste ? Un bruit assez… conséquent, des formes dans le noir. N'était-ce pas les mêmes choses que toute à l'heure ? Le golem ? Ha. Oui, plusieurs, endormis. La voix de Famita le tira de sa rêverie et il répondait avec le même murmure. Si ces créatures dormaient, mieux valait éviter de les réveiller. Peut-être étaient-elles pacifiques mais… il ne préférait pas le vérifier pour le moment.

«  Non, tout va bien. Et vous ?  »

L'heliohapt s'adressait autant à la jeune femme qu'aux autres. Les brigands semblaient d'ailleurs ne pas être blessés. Cela ne pouvait que le rassurer. Voyant la demoiselle tenter d'observer un peu il fini par user de sa magie de feu pour créer quelques petites boules pour qu'ils puissent y voir à peu près clair, mais sans plus, pour ne pas réveiller les créatures qui se trouvaient devant lui.

«  Oh ? N'y a t-il pas quelque chose ici ?  »

La présence de Famita dans ce coin l'aidait à l'observer cet endroit en particulier et il avait donc décidé de s'y rendre doucement, contournant un peu les golems.

«  Je discerne quelques lettres mais ça va être compliqué avec le golem en face…  »

Il tenta de se pencher un peu pour mieux voir mais… pas extrêmement efficace.

۞ • ۞ • ۞ • ۞



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

MAÎTRE DES RUKHS

۞ 1ère apparition : 16/03/2013

۞ Rukhs : 298

۞ Rukh rose : Omnise..scient

۞ Localisation : Partout

avatar
Destin
MAÎTRE DES RUKHS

MessageSujet: Re: Donjon n°58 Avnas le 08/09/1002 [Aadÿll & Famita]   Sam 1 Sep - 16:29


En vous approchant du golem placé devant l'inscription, vous pouvez voir un début de phrase en... Toran. Décidément !

Mais vous n'avez accès qu'à une partie du texte, l'autre étant caché par un énorme dos rocailleux. Les seuls mots visibles, à l'aide des petites boules de feu, sont "Quand", "Vous" et, un peu plus bas, "A". Tout d'un coup, le golem se met à grogner plus fort. Vous le voyez se lever, non sans faire trembler la pièce par la même occasion. L'hexagone, éclairé d'une lumière bleue, placé sur son ventre semble contenir de l'eau. Les autres golems continuent de dormir. Celui-ci ne vous attaque pas mais dirige ses grosses mains vers Aadÿll, la bouche grande ouverte.

La terre qui se trouve en dessous est incroyablement molle et assez humide. Vous pouvez voir quelques scarabées rouges, avec un bout pointu, dotées de queues de ver de terre à la place des pattes, s'enroulant dans tous les sens.

Destin vous déconseille d'y toucher. Non mais vraiment. Abstenez vous cette fois.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://labyrinthofmagic-rpg.actifforum.com


Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Donjon n°58 Avnas le 08/09/1002 [Aadÿll & Famita]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Donjon n°58 Avnas le 08/09/1002 [Aadÿll & Famita]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Donjon des mouettes, récapitulatif hystérique des articles
» BOSS Donjon 5
» DDN : Donjon De Naheulbeuk
» Nouvelle partie de Donjon & Dragons 3.5
» Tournoi en double au Donjon 25 Fevrier

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
MAGI RPG :: 
Les terres fermes
 :: Donjons
-
Sauter vers: