AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Plus grincheux tu meurs ! [Chemsa & Cynron Lucis] (8 ath-thania 1002)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage


۞ 1ère apparition : 11/03/2016

۞ Rukhs : 117

۞ Rukh rose : Hilel mais vous le dites à personne :x

۞ Localisation : A la planque

avatar
Chemsa
MEMBRE DE LA TROUPE DES VOLEURS

MessageSujet: Plus grincheux tu meurs ! [Chemsa & Cynron Lucis] (8 ath-thania 1002)   Lun 31 Juil - 15:28

Plus Grincheux tu meurs ! [Ft. Cynron Lucis]
Chemsa se promenait dans les rues de Reim, seule comme à son habitude. S’il y a une chose qu’elle aimait bien faire c’était se promener dans les lieux de la grande capitale qu’elle ne connaissait pas. Une envie passagère de découverte, et de sucrerie aussi. Mais ça elle le gardait pour elle.

En soit la rue n’était pas spécialement grande et il n’y avait pas grand monde. Quelque personne sans logement à droite à gauche qui devait souffrir de faim… ça dépitait la jeune fanalis mais elle n’y pouvait rien, en tout cas c’est ce qu’il lui avait dit. Il y avait également des gens qui n’avaient pas l’air commode parfois, mais heureusement Chemsa était venue couverte, donc les problèmes -même en l’absence de sa faux- ne devrait pas arriver.

Elle marcha encore un certain nombre de mètre avant de s’arrêter, remarquant un jeune homme blond (c’est toi /zbaff/) se faire embêter parce qui semblerait être des armoires à glace chevronnée.

- Et bin alors gamin ? Ta cru tu pouvais te promener comme ça partout ? Va falloir payer mon pote !

- Enfin si ta de la thune ! Haha, sinon ça va mal se passer pour toi.

Chemsa soupira, elle regarda autour d’elle. Il n’y avait pas d’autre endroit ou passer… Peut-être qu’il devait régler leur compte avec le blondinet. Quoi qu’il en soit rien qui intéressait la fanalis ou même qui la concernait. Elle avança donc tranquillement, passant à côté du blond, puis des deux autres… Une main la chopa violemment et la balança en arrière.

Chemsa tomba sur le dos avec un petit gémissement, et sa capuche tomba également. C’était mauvais.

- T’as voulu passer, mais en plus t’es une fanalis ? Elles sont où dit-moi t’es chaîne petite ? Les animaux restent enchaîner à la base non ?

Le destin était une enflure, parfois.

 © Kira 2016

۞ • ۞ • ۞ • ۞



Merci Hilel ♥
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Membre de la troupe des voleurs

۞ 1ère apparition : 27/05/2016

۞ Rukhs : 192

۞ Localisation : Figure toi que je me suis perdu, mon jeune ami

avatar
Cynron
Membre de la troupe des voleurs

MessageSujet: Re: Plus grincheux tu meurs ! [Chemsa & Cynron Lucis] (8 ath-thania 1002)   Mar 8 Aoû - 18:25

Le blond poussa un très très long soupir en son for intérieur. Lui qui n'aspirait qu'au calme et à la tranquillité... Qu'avait-il fait pour mériter ça ?

Il avait commencé la journée en se réveillant dans une chambre d'auberge. Cela devait faire dix ans qu'il n'avait pas séjourné dans ce genre d'endroits. Il n'était même pas sûr d'y avoir déjà mis les pieds. Pourquoi un tel changement ?

Il était vrai qu'il aurait pu continuer de squatter le petit établissement où Rakku tenait son commerce, même si cela faisait déjà trois jours que le vieux n'était plus de ce monde. Etant donné que les rares personnes avec qui l'ancien marchand avait eu le temps de se lier avant de rendre l'âme n'avaient plus vu Cynron depuis ce jour tragique, ils en avaient conclu que le blond était trop déprimé pour sortir. Ils n'étaient pas trop sûrs de la nature du lien entre les deux colocataires. Le défunt avait-il été un père de substitution pour le blond ou ce dernier était-il juste son garde du corps ? Dans les deux cas, il devait se demander ce qu'il allait bien pouvoir faire de sa vie maintenant, ce qu'il allait bien pouvoir devenir...

Au fait, c'était un peu le cas. L'ancien soldat avait passé les deux jours allongé sur le lit, utilisant son épée comme oreiller, à observer le plafond. Une activité peu productive mais compréhensive pour quelqu'un qui était en deuil. Maintenant que Rakku n'était plus là, qu'allait-il faire ? Se poser cette question pouvait paraître mélancolique de sa part et presque normale... Bon nombre de personnes se la posaient quand une personne qui leur était chère venait de mourir... Ces dernières donnèrent en quelque sorte un sens à leur existence, après tout...

Dommage que Cynron se la posait avec les mêmes yeux de poisson mort qu'il avait d'habitude, il aurait presque été crédible. Croyez-le ou non avec cette expression qui avait l'air plus de se demander ce qu'il allait manger à midi, pour le blond, cet événement était le synonyme d'un nouveau départ. Il s'était un peu reposé sur Rakku ces derniers temps... Le vieillard avait été un prétexte pour l'empêcher de repenser à son ancienne vie et de le pousser à faire quelque chose qu'il regretterait plus tard. Cela avait été injuste de sa part de faire porter une telle responsabilité à son ami. Sa pause n'avait que trop duré et maintenant il était temps de se reprendre en main !

Et sur cette belle résolution, le blond se recoucha... Allons bon, quelques traces de cette remise en cause lui étaient peut-être restés en mémoire ? C'était toutefois sans tourner la tête vers eux que le jeune homme invitait quelques marchands à entrer en les entendant frapper.

Maintenant que cet établissement n'était plus d'aucune utilité à l'ancien propriétaire -c'était le cas de le dire ah ah-, c'était sur un ton très gêné que les nouveaux arrivants demandaient s'il était possible de l'utiliser pour leurs propres intérêts. Et c'était sans broncher et sans un mot que notre ami les quitta, signe qu'ils étaient libres de faire ce qu'ils voulaient avec. Rien n'était à lui de toute manière. Rien ne lui avait jamais appartenu.

Pas plus que les sous qu'il avait utilisé pour payer sa chambre, la veille. Ces quelques sous, ils les avait pris sur le cadavre de Rakku. Sans respect. Ayons tout de même un peu pitié de lui car ces minuscules pièces lui avait juste permis de se payer la chambre la moins chère de l'auberge pour quelques jours. Et sinon, il n'avait rien mangé. Si ce n'est que le morceau de pain qu'il avait conservé jusqu'à hier. Au moins, il avait toujours sa gourde. Il n'avait plus qu'à tenir quelques jours sans manger...

Autant vous dire qu'il était complètement fauché et que même si les deux gaillards qui se trouvaient devant lui étaient des professionnels, ils avaient mal choisi leur cible sur ce coup.

Certes, il y avait toujours son épée. Mais aucun être humain normalement constitué ne voudrait se trimbaler une arme aussi gênante. Et même si ces deux types étaient plutôt baraqués, ils mettraient du temps à apprendre à se servir d'une telle arme... Elle leur était donc inutile.

Malheureusement celle-ci leur avait laissé croire que le blond avait de quoi payer sinon ils ne se seraient jamais mis à le suivre, sans faire preuve d'aucune discrétion, jusqu'à cette ruelle pour le dépouiller.

Il se fit traiter de gamin... Il n'était pourtant pas si jeune que ça même s'il était plutôt bien conservé. Tiens, les voilà en train d'aborder la question de sa pauvreté en le menaçant subtilement.

Si Cynron avait été du genre à se forger une opinion dés les premiers jours passés dans un endroit, il aurait jugé Reim comme une ville peu fréquentable et réunissant tous les bourrins du coin. Entre ça et l'abruti qui l'avait "aidé" à enterrer Rakku... Au passage, ce dernier avait failli se faire tuer par un mystérieux être encapuchonné, même si sur le coup, l'ancien soldat ne pouvait que lui donner raison.

Vu comme ça, Reim n'était pas ce qu'on pouvait appeler un pays tranquille. D'ailleurs couvrir son visage semblait être une mode... Le blond entendit un soupir avant de se retourner vers la jeune femme qui l'avait poussé. Bien évidemment qu'elle voulait passer. Il ne voyait pas son visage mais frêle comme elle était, ce devait être une gamine... Elle ferait mieux d'éviter cet endroit.

Parce que les deux tas de muscles semblaient apprécier gaspiller leur temps, et celui de Cyn avec, et reprirent de plus belle en voyant leur "cible" lever les yeux au ciel.

- C'est qu'il nous ignore en plus ! Dis moi le marmot, tu te foutrais pas un peu de nous ?

Se foutre ? Il ressentait certes de la pitié face à cette stupidité mais de là à trouver ça drôle...

Alors que l'un des hommes perdait patience et attrapa le blond par le col, l'autre s'occupa de la fillette qui tentait de passer. Encore quelqu'un qui agissait de manière stupide.

En moins de deux, elle se retrouva par terre en retombant sur le dos. Une fanalis. Ces deux-là ne semblaient guère les apprécier. Cynron n'avait pas d'avis dessus.

Alors que son adversaire s'apprêtait à le frapper, l'ancien soldat le devança en lui donnant un énorme coup de poing. L'autre reculait en se tenant le nez et en grognant. S'il ne l'avait pas explosé, il l'avait au moins amoché.

- Espèce d'enfoiré !

Le jeune homme passa près de lui pour esquiver son coup de poing et empoigna son épée pour lui mettre un coup à la nuque qui fit perdre l'équilibre à son adversaire et qui l'envoya par terre.

Une fois ceci fait, Cynron s'approcha machinalement de son complice qui se précipitait vers lui:

- Oy, qu'est-ce que tu crois être en train de faire !?

- Je te frappe.

Pris dans son élan, l'armoire à glace ne vit pas le croche-pied que le blond lui fit. Dés qu'il fut par terre, le jeune homme l'immobilisa en plaçant ses pieds sur ses jambes et s'accroupit en l'écrasant de tout son poids. Puis, alors que la brute hurla de douleur, son jeune agresseur l'attrapa par les cheveux pour réaliser sa promesse et frappa plusieurs fois sa tête contre le sol.

Voyant le sang par terre -sans-doute avait-il frappé trop fort-, Cynron se releva, se préparant à contrer les coups.

- Mais t'es complètement malade !, beugla l'autre en se relevant, furibond.

Il se stoppa net en croisant le regard de son adversaire. Au prochain coup, le blond allait le tuer. Ce n'était pourtant pas un homme enragé qui se trouvait en face de lui. Cependant, le regard de celui-ci s'était fait plus froid que d'habitude. Il n'était même pas persuadé que ce dernier soit vraiment en colère mais il sentait que l'achever ici-même ne lui poserait aucun problème. Cynron n'en était pas à son premier meurtre et même si d'un point de vu moral, tuer ce type n'était pas justifiable, il n'avait plus grand chose à perdre.

Son adversaire s'enfuit, sans attendre de voir si le blond avait bel et bien l'intention de le transpercer.
Il prit son complice par les jambes au passage en gueulant:

- On se reverra !

Lorsqu'ils furent loin, l'ancien soldat replaça son épée derrière son dos et se retourna vers la petite fanalis avant de lui demander:

- Ça va aller ?

Il lui tendit la main pour l'aider à se relever, plus par simple politesse que véritable inquiétude. Il doutait fortement qu'un fanalis ait autant de mal à se remettre de ce genre de blessure... Si on pouvait même qualifier ça de blessure.

۞ • ۞ • ۞ • ۞



Seins ronds et ta poitrine doucereuse
Reviennent à moi les femmes pleureuses
Jalouses d’un bel homme travesti
Pourvu d’un charmant ouistiti



Bandant son arme, il se tient prêt
Cynron, en joug, porte l’attaque
Il l’a prise depuis la raie
Vivement dimanche de Pâques


[Dame Maeko, Ode à Cynron]


Dernière édition par Cynron le Mer 16 Aoû - 1:04, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


۞ 1ère apparition : 11/03/2016

۞ Rukhs : 117

۞ Rukh rose : Hilel mais vous le dites à personne :x

۞ Localisation : A la planque

avatar
Chemsa
MEMBRE DE LA TROUPE DES VOLEURS

MessageSujet: Re: Plus grincheux tu meurs ! [Chemsa & Cynron Lucis] (8 ath-thania 1002)   Lun 14 Aoû - 14:25

Plus Grincheux tu meurs ! [Ft. Cynron Lucis]
Le jeune homme ne dit pas un mot, à vrai dire maintenant que Chemsa l’observait il semblait vide. Son visage n’émettait aucune expression reconnaissable, certes la jeune fanalis manquait d’expérience dans la vie mais… inexpressif à ce point-là ?  Finalement les deux autres imbéciles s’attaquèrent à lui, il les maîtrisa parfaitement bien. Jusqu’à se retrouver sur l’un d’eux.

- Oy, qu’est-ce que tu crois être en train de faire ?!


- Je te frappe.

Il est… bizarre pensa la fanalis, mais elle devait avouer que voir cet énergumène se faire fracasser la tête contre le sol à n’en plus que du sang lui faisait un bien fous, qu’est-ce qu’elle pouvait haïr ce genre de personnage… Elle était restée assise devant la scène d’ailleurs. Le blondinet vint l’aider à se relever.

- Ça va aller ?

- Je… oui merci.

Elle se releva tranquillement, même si l’aide n’était pas spécialement utile, elle prit la main du jeune homme par pur politesse. Lui lança un petit sourire, pour essayer de lui en faire faire un également.
Elle dépoussiéra ses vêtements tranquillement, et s’étira comme si elle était restée trop longtemps assise.

- Je ne sais pas vraiment comment vous remerciez, j-je n’ai rien à offrir. Excusez-moi…

Chemsa était un peu gênée, il faut dire que la jeune fanalis était redevable au jeune homme, ce qui l’avait finalement marquée, c’est que ce dernier avait aider une fanalis. Chose fameusement rare à Reim, en soi. Malgré tout Chemsa avait oublier la politesse.

- Excusez-moi, encore une fois, je m’appelle Chemsa. Je suis habituellement accompagnée mais aujourd’hui est un jour un peu spécial. Vous vous appelez comment ?

Chemsa cherchait encore un moyen de remercier son sauveur blond (< le forceur) mais ne trouvait définitivement pas. Elle commençait à rougir de gêne, ne sachant pas quoi dire d’autre.

 © Kira 2016

۞ • ۞ • ۞ • ۞



Merci Hilel ♥
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Membre de la troupe des voleurs

۞ 1ère apparition : 27/05/2016

۞ Rukhs : 192

۞ Localisation : Figure toi que je me suis perdu, mon jeune ami

avatar
Cynron
Membre de la troupe des voleurs

MessageSujet: Re: Plus grincheux tu meurs ! [Chemsa & Cynron Lucis] (8 ath-thania 1002)   Mer 16 Aoû - 22:13

La jeune fille était restée plantée à les observer tandis que Cynron tabassait un des hommes. Il aurait été plus logique qu'elle en profite pour s'enfuir étant donné que l'un des deux agresseurs était visiblement occupé et que l'autre était invalide pour une durée indéterminée. A moins que la peur ne l'ait paralysé ? Mais la rouge ne semblait même pas effrayée par toute cette violence. Le blond aurait compris qu'elle ne veuille pas prendre sa main à cause de ça et qu'elle s'échappe maintenant que les deux autres étaient partis.

Mais voilà, il ne savait pas ce qui était censé représenter la normalité à Reim. Si grand nombre de personnes se serait contenté de partir pour éviter de s'attirer plus de problèmes à Qishan, la violence était peut-être chose commune ici. Même s'ils se trouvaient loin du Colisée, Cynron se rendit vite compte qu'ils n'étaient jamais complètement débarrassés des fortes têtes, en partie à cause des mauvaises rencontres qu'il avait faites en l'espace de quelques jours.

L'ancien soldat n'aimait pas vraiment coller des étiquettes aux gens mais étant donné sa nature de fanalis, il supposait qu'elle avait déjà dû être exposée à la violence, plus d'une fois. Et ça avait été encore le cas quand la brute l'avait balancé par terre. C'était indéniable. Elle semblait avoir éprouvé du plaisir en le voyant se faire tabasser, et ce malgré tout le sang qu'il y avait par terre, sans doute ravie de voir qu'il avait eu ce qu'il méritait. Donc non, il ne pensait pas que la fanalis ait été horrifiée par son comportement.

En revanche, elle paraissait déroutée de voir un individu aussi inexpressif. Mais il était habitué à ce que les gens réagissent de cette manière et cela ne l'empêcha pas de tendre une main amicale et de s'enquérir de l'état de la jeune fille. Bon, il doutait qu'elle se soit vraiment fait mal, mais il n'allait pas repartir comme un voleur après ce qu'il venait de se passer.

- Je… oui merci.

Il hocha la tête tandis qu'elle prit sa main pour se relever. Une fois ceci fait, elle lui donna un sourire. Prenant cela comme une manière de lui confirmer que tout allait bien, il se contenta de hocher la tête une seconde fois. Bien qu'il ne s'était pas rendu compte que la fanalis faisait ça dans l'espoir de le voir en faire de même, ses traits se détendirent à l'idée qu'elle s'en remette aussi bien.

C'est vrai, après tout, rien ne l'empêchait de lui crier dessus pour avoir attiré l'attention des bourrins avec son arme et pour l'avoir mêlé à la bagarre. Qu'est-ce qu'il lui interdisait de lui en vouloir pour ça ? S'il avait réagi plus tôt à leurs attaques, la rouge aurait pu passer tranquillement sans avoir à se soucier des deux armoires à glace. Et malgré cela, Cynron n'était pas accablé par la culpabilité. Pour la simple et bonne raison que l'adolescente s'était montré assez inconsciente en cherchant à passer malgré le risque de se faire malmener et qu'elle avait un peu cherché les ennuis en refusant de faire demi-tour. Bien sûr, ce n'était certainement pas son intention mais ça il n'était pas obligé de le savoir. Enfin, mettons cette hypothèse de côté puisque les choses s'étaient déroulés d'une autre manière.

Tout ça pour dire que la réaction de la fille l’apaisait, surtout après avoir eu affaire à ces deux bruts de décoffrage. Dieu soit loué, ce n'était pas une Famita numéro 2 !

- Je ne sais pas vraiment comment vous remerciez, j-je n’ai rien à offrir. Excusez-moi… , ajouta t-elle en s'étirant.

Cynron lui jeta un coup d’œil surpris. Même s'il aurait été bizarre qu'elle rejette la faute sur lui après s'être montré aussi reconnaissante, il faisait mine de ne pas comprendre la raison de ce remerciement parce qu'il n'en voyait pas l'intérêt.

Bien sûr, elle devait se sentir redevable car il l'avait débarrassé des ces brutes mais il n'avait pas fait ça dans le but de la sauver. Certes, même s'il n'était pas un gentleman, si une jeune fille se faisait agresser dans la rue, il ne l'aurait sûrement pas ignoré. Mais dans ce cas, il avait été la principale cible des deux bourrins et il avait été normal qu'il se défende.

Le blond se pressa de secouer la main pour dissiper le malentendu, ne voulant pas que la rouge ne s'imagine qu'elle ne lui doive quoi que ce soit:

- Je n'ai pas fait ça pour avoir quelque chose en retour. Ces deux idiots m'ennuyait autant que toi alors tu n'as pas à me remercier.

On pourrait croire que Cynron était aussi gêné qu'elle et qu'il refusait ses remerciements par simple modestie mais ce n'était malheureusement pas le cas. Il n'avait pas envie que la demoiselle se méprenne sur ses intentions même si cette honnêteté ne le rendait pas très sympathique.

Il n'avait plus rien à faire ici mais ne repartit pas tout de suite, sentant que la jeune fille cherchait à prolonger la conversation.

- Excusez-moi, encore une fois, je m’appelle Chemsa. Je suis habituellement accompagnée mais aujourd’hui est un jour un peu spécial. Vous vous appelez comment ?

Contre toute attente, il lui répondit aussitôt:

- Je m'appelle Cynron. Enchanté, fit-il en inclinant légèrement la tête sur le côté.

Parce que c'était un jour spécial, Chemsa se retrouvait seule, selon ses dires. Et elle en profitait pour se rendre dans ce genre d'endroits ? L'ancien soldat révélait le fond de sa pensée alors qu'il tournait la tête vers l'extérieur de la ruelle:

- Mais si tu veux mon avis, Chemsa, c'est plutôt inconscient de ta part d'être venu ici surtout si tu n'es pas habituée à être seule. On ferait mieux de partir avant que d'autres n'arrivent.

Joignant le geste à la parole, il sortit de la ruelle.

۞ • ۞ • ۞ • ۞



Seins ronds et ta poitrine doucereuse
Reviennent à moi les femmes pleureuses
Jalouses d’un bel homme travesti
Pourvu d’un charmant ouistiti



Bandant son arme, il se tient prêt
Cynron, en joug, porte l’attaque
Il l’a prise depuis la raie
Vivement dimanche de Pâques


[Dame Maeko, Ode à Cynron]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


۞ 1ère apparition : 11/03/2016

۞ Rukhs : 117

۞ Rukh rose : Hilel mais vous le dites à personne :x

۞ Localisation : A la planque

avatar
Chemsa
MEMBRE DE LA TROUPE DES VOLEURS

MessageSujet: Re: Plus grincheux tu meurs ! [Chemsa & Cynron Lucis] (8 ath-thania 1002)   Lun 21 Aoû - 16:12

Plus Grincheux tu meurs ! [Ft. Cynron Lucis]
Toujours plus neutre le jeune homme semblait pourtant en proie à la discussion. Ça rassura quelque peu de pouvoir plus communiquer avec cet homme qu’avec Hilel. Il s’appelait Cynron, un nom peu commun. Ça ressemblait un peu au nom qu’on pouvait trouver dans un pays dont Chemsa avait entendu parler, m’enfin ça lui traversa juste l’esprit.

- Cynron, je vois, de même alors ! sourit-elle.

Il tourna la tête vers une ruelle plus sûr :

- Mais si tu veux mon avis, Chemsa, c’est plutôt inconscient de ta part d’être venu ici surtout si tu n’es pas habituée à être seule. On ferait mieux de partir avant que d’autres n’arrivent.

Chemsa haussa un sourcil (elle prenait de mauvaise habitude…), Enfin elle comprit rapidement. C’est vrai qu’au final Chemsa avait été surprise par la violence qui lui avait été faite, mais ne se trouvait pas réellement en danger. Après le blondinet avait été plus clément qu’elle l’aurait été… C’était peut-être mieux comme ça. Il s’en alla sans l’attendre, la fanalis le suivit donc.

- Ah heu… attend !

Elle arriva donc à sa hauteur, elle le regarda un peu -faussement- agacée. Il semblait lui porter aucune réelle attention.

- Je sais me défendre ! Puis tu étais également dans cette rue je te signal.

Chemsa détourna son regard négligemment, enfin au vu de son tempérament il ne fallait pas qu’elle attende une réaction ou quoi que ce soit. Finalement elle retourna son regard vers le jeune homme blond, d’un air interrogateur.

- Tu n’es pas d’ici n’est-ce pas ? Enfin tu n’en as pas l’air… elle tourna son regard en face, Ça doit te faire bizarre, comme pays, il est… cruel.

Le poing de Chemsa se serra vivement, elle soupira pour évacuer. Elle regarda le ciel bleu et brûlant au-dessus d’elle et se retourna une fois encore vers Cynron.

- Enfin tout le monde n’est pas comme ça, non ? Fit-elle souriante.


 © Kira 2016

۞ • ۞ • ۞ • ۞



Merci Hilel ♥
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Membre de la troupe des voleurs

۞ 1ère apparition : 27/05/2016

۞ Rukhs : 192

۞ Localisation : Figure toi que je me suis perdu, mon jeune ami

avatar
Cynron
Membre de la troupe des voleurs

MessageSujet: Re: Plus grincheux tu meurs ! [Chemsa & Cynron Lucis] (8 ath-thania 1002)   Mer 30 Aoû - 14:55

Comme il s'y attendait, la rouge n'avait pas trop apprécié la réflexion qu'il venait de lui faire. Il n'avait pas dit ça dans le but de la vexer mais il devait bien admettre qu'il avait manqué de délicatesse. Même si ce n'était pas la première fois que cela lui arrivait... Cependant, ce qu'il avait dit pouvait apparaître comme l'expression de son inquiétude, sous-entendant que pour son propre bien, la demoiselle ne devait pas s'aventurer dans une ruelle où elle risquait de finir blessée en ressortant...

Est-ce qu'il se souciait de ce qu'il pourrait arriver à Chemsa ? Il n'avait pas particulièrement envie qu'elle se retrouve en danger mais il y a avait peu de risques qu'ils se revoient à nouveau après cette petite mésaventure, le blond n'étant pas du genre à chercher à revoir les gens pour se lier d'amitié avec eux. C'est pourquoi ce qu'il pouvait advenir de la fanalis ne le concernait pas. Est-ce qu'il savait que ce conseil n'était pas valable ? Oui.

Même si l'adolescente avait l'habitude d'être accompagnée, rien ne lui disait qu'elle était toujours entourée de gardes du corps car elle ne devait pas forcément en avoir besoin. Le jeune homme se doutait qu'elle serait parvenue à vaincre les deux colosses toute seule s'il n'avait pas été assez fort. Ce qui justifiait en partie sa confusion lorsque cette dernière l'avait remercié pour son aide.

Malgré le fait que leur place au Colisée permettait de redorer leur titre, les fanalis n'étaient pas plus appréciés à Reim qu'à Qishan si on s'intéressait à l'opinion de la population et beaucoup les considéraient encore comme des bêtes qui n'avaient aucun droit de circuler librement.

Instinctivement, Cynron sentait que Chemsa ne vivait pas vraiment à Reim, toutefois, elle devait être là depuis plus longtemps que lui et devait s'être un peu habituée à ce genre de brimades. Peut-être même que cela finissait par la lasser à force mais cela ne l'avait pas empêché de se rapprocher de deux types qui, au premier coup d’œil, ne paraissaient pas avoir un esprit plus ouvert que les autres. Le fait qu'elle ait insisté pour passer pourrait laisser croire qu'elle s'amusait à provoquer ce genre de personnes mais sa capuche prouvait le contraire.
Si la rouge était du genre à éviter les ennuis, il lui avait signalé qu'elle s'y prenait très mal. Un commentaire des plus banals mais qui pouvait éventuellement blesser l'orgueil de la fanalis.

Bien que son agacement soit légèrement exagéré, elle répliqua aussitôt:

- Je sais me défendre ! Puis tu étais également dans cette rue je te signal.

Venait-elle de sous-entendre qu'il s'était mis dans le même pétrin donc qu'il ne valait pas mieux qu'elle sur ce coup ?

Même si le blond donnait l'impression d'avoir oublié sa présence lorsqu'il avait quitté la ruelle, il l'écoutait, s'étant attendu à ce qu'elle la suive, et prenait en compte tout ce qu'elle disait.

Sa dernière remarque, qu'il jugeait moins méritée que celle qu'il lui avait faite, l'obligeait à s'arrêter. Était-il vexé ? Non, il n'avait aucunement l'intention de rentrer dans le petit jeu de Chemsa en affichant une mine boudeuse et en feignant de l'ignorer après ce qu'elle venait de dire, mais il devait admettre qu'il était perplexe.

Il avait dû supporter la présence des deux imbéciles bien avant de rentrer dans cette ruelle et avait juste jugé qu'il était préférable qu'ils règlent leurs comptes -bien que Cynron n'avait eu aucun compte à régler à ce moment-là- dans un coin plus isolé et pas à la vue de tous où ils auraient étés susceptibles de bloquer le passage à plus de monde dans les rues marchandes. Ce n'était pas convenable de déclencher une bagarre dans la ville et le blond n'avait pas eu envie de se donner en spectacle.

Pourquoi ne pas l'expliquer à Chemsa ? Certainement pour éviter que cette dernière prenne cela pour de l'orgueil de la part de l'ancien soldat qui aurait pu redouter que des personnes l'observe durant sa défaite. Mais l'orgueil était quelque chose qu'il avait perdu depuis bien longtemps, sans même être sûr de l'avoir déjà eu.

Tout ce qu'elle reçu comme réponse fut un regard en biais. Rien de hautain, juste pour lui faire comprendre qu'il avait la flemme de se justifier mais qu'il n'allait pas faire la sourde oreille jusqu'à la fin de la discussion. Les gars comme Cynron avaient vraiment une manière particulière de communiquer quand ils ne cherchaient pas à faire semblant d'être ce qu'ils n'étaient pas et la plupart des gens pensaient qu'ils se foutaient d'eux quand ils se comportaient comme ça en général.

Comme la fanalis réalisait qu'il ne venait pas d'ici, il reprit la parole:

- Non, je viens de Qishan.

Il n'avait jamais vu l'intérêt d'évoquer Parthevia étant donné que l'époque où il servait cet empire était loin derrière lui maintenant... Et qu'il n'avait pas de très bons souvenirs de sa vie là-bas.

Ce fut à son tour de lancer un regard interrogateur à la rouge lorsqu'elle évoquait la "cruauté" de Reim, ajoutant qu'il devait trouver ça bizarre.

Encore une fois, le jeune homme n'était pas du genre à juger un pays au bout de quelques jours et ce, même si les rencontres qu'il faisait pouvaient le pousser à en dire du mal, il estimait qu'il était trop tôt pour se faire une opinion.

Il n'était pas non plus du genre à voir le bien partout mais le fait que ce pays soit occupé par des brutes le rendait-il plus cruel que les autres ? Chemsa le voyait peut-être ainsi à cause de sa condition de fanalis, qui n'étaient pas aussi bien traités que ceux qui avaient la chance d'être épargnés en faisant partie du Corps...

Dans ce cas, tous les pays étaient cruels. Reim n'y faisait pas exception mais il n'était pas pire qu'un autre.

- Si c'est ce que tu penses, qu'est-ce qui t'empêche de partir ?, lui avait-il demandé calmement, n'ayant pas l'intention de la brusquer avec cette question plutôt indiscrète.

Quand elle ajouta que tout le monde n'était pas comme ça, il fixait les gens qui animaient les rues par leur simple présence, s'agitant dans tous les sens et se contenta de sourire à la rouge. Oui, Cynron avait souri. Un petit sourire, certes, mais dans le cas contraire, il serait passé pour un hypocrite faisant mine d'être d'accord avec elle pour qu'elle lui fiche rapidement la paix... Son regard, lui, ne trahissait toujours aucune émotion et ne l'aida pas à paraître plus amical.

۞ • ۞ • ۞ • ۞



Seins ronds et ta poitrine doucereuse
Reviennent à moi les femmes pleureuses
Jalouses d’un bel homme travesti
Pourvu d’un charmant ouistiti



Bandant son arme, il se tient prêt
Cynron, en joug, porte l’attaque
Il l’a prise depuis la raie
Vivement dimanche de Pâques


[Dame Maeko, Ode à Cynron]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


۞ 1ère apparition : 11/03/2016

۞ Rukhs : 117

۞ Rukh rose : Hilel mais vous le dites à personne :x

۞ Localisation : A la planque

avatar
Chemsa
MEMBRE DE LA TROUPE DES VOLEURS

MessageSujet: Re: Plus grincheux tu meurs ! [Chemsa & Cynron Lucis] (8 ath-thania 1002)   Dim 3 Sep - 20:14

Plus Grincheux tu meurs ! [Ft. Cynron Lucis]
Le blond ne répondait pas aux simagrées de la jeune fille, la regardant simplement. Il devait plus faire ça par simple politesse que par acquiescement aux paroles de Chemsa. M’enfin elle ne pouvait pas vraiment non plus le savoir, alors elle ne disait rien.

- Non, je viens de Qishan.

L’évocation de ce pays fit détourner le regard à Chemsa, C’était là où Hilel l’avait trouvé, c’était également un pays qu’elle détestait. Il n’y avait pas de trafique de Fanalis plus grand que là-bas. Les années dans cette enfers n'était en aucun cas de bon souvenir, ce ne fut pas une partie de plaisir pour la jeune fille, Heureusement Hilel avait été là pour elle, comme il l'avait toujours été jusqu'à présent. Elle n’avait rien pour lui remercier comme il se doit. Ce fait la gênait un peu quand elle y pensait.

Lorsque la Fanalis évoqua la cruauté de Reim le jeune homme la regarda d’un air interrogateur. Il vrai que Chemsa était jeune et n’avait que très rarement une vision globale des choses, et elle pensait encore que l’égalité homme-faunus était possible. Qu’un jour il n’y aurait plus de ce genre de discrimination nul-part.

- Si c’est ce que tu penses, qu’est-ce qui t’empêche de partir ?

- Ah ?! sursauta-t-elle à la question, surprise.

Chemsa se mit à rougir aussi bien que ses cheveux, on pouvait clairement remarquer la gêne présente sur son visage.

- C’est-à-dire ! je … c’est que ! Hum ! J’ai des amis, mon frère ici et mon… travail se trouve ici, je ne peux pas… bouger comme ça. Et puis il y a aussi… Chemsa revoyait la tête sans expression du magicien noir dans sa tête, elle rougissait encore plus, mon… employeur, hehe !  

Chemsa se retourna rapidement, montrant son dos à blondinet. Elle n’arrivait plus à le regarder en face, emplie de honte après avoir pensé à Hilel.


 © Kira 2016

۞ • ۞ • ۞ • ۞



Merci Hilel ♥


Dernière édition par Chemsa le Sam 18 Nov - 11:12, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Membre de la troupe des voleurs

۞ 1ère apparition : 27/05/2016

۞ Rukhs : 192

۞ Localisation : Figure toi que je me suis perdu, mon jeune ami

avatar
Cynron
Membre de la troupe des voleurs

MessageSujet: Re: Plus grincheux tu meurs ! [Chemsa & Cynron Lucis] (8 ath-thania 1002)   Dim 10 Sep - 20:42

Si Cynron n'était pas encore tout à fait certain que Chemsa avait passé la majeure partie de sa vie à Reim, la réaction qu'elle eut quand il évoqua Qishan permit de confirmer ses soupçons.

Pas que cela l'ait vraiment étonné, l'esclavage étant légal et assez répandu à Qishan. Bien sûr, même si la plupart ne pouvaient échapper à ce triste sort, tous les fanalis ne se faisaient pas immédiatement enchaîner par les marchands comme de vulgaires animaux. Mais les rares fois où il avait entendu parlé de fanalis qui étaient parvenus à être "sauvés", ces derniers avaient tous rejoint le Corps. Or, au premier coup d’œil, n'importe quel idiot pouvait confirmer que la rouge n'en faisait pas partie.

Certes, les membres du Corps n'avaient sûrement pas d'autre choix que de s'encapuchonner pour se déplacer tranquillement à Reim -si on partait du principe qu'ils se retrouvent dans l'obligation de s'éloigner du Colisée pour une quelconque raison- mais il n'y avait rien dans l'attitude de Chemsa qui portait à croire qu'elle appartenait au Corps et jamais cette idée n'avait effleuré l'esprit du blond.

Il n'avait donc pas attendu que l'adolescente détourne le regard pour se douter que c'était une ancienne esclave. Ce n'était pas pour en apprendre plus sur ses origines qu'il avait dit d'où il venait et il n'avait pas fait exprès de lui rappeler de mauvais souvenirs. Néanmoins, un silence gênant s'était installé depuis qu'il lui avait répondu. Une personne sachant faire preuve d'un minimum d'empathie se serait empressé de s'excuser mais Cynron n'en voyait pas l'intérêt, si ce n'était qu'embarrasser davantage la jeune fille en sous-entendant que son expression lui en avait appris plus sur elle qu'elle ne souhaitait peut-être en dévoiler.

En dehors du fait qu'il estimait lui rendre un plus grand service en ne faisant aucun commentaire, il n'avait jamais vu en quoi cela aidait la personne de dire qu'on était désolé. Si cette dernière arrêtait de penser à son passé dés qu'on prononçait ces mots, ça se saurait. Mais le faire n'aller ni effacer le mal qui avait été fait par autrui ni permettre de refermer les vieilles blessures. Bien sûr, l'intention y était et montrer qu'on avait pas cherché à blesser la personne était une bonne chose mais inutile selon l'ancien soldat. Le fait était le même.

Il avait toujours fonctionné ainsi. Dénigrer les marques de gentillesse ou de bienveillance... Ce n'était pas la première fois qu'il se retenait de prouver qu'il pouvait aussi être capable de compassion sous prétexte que ça ne servait à rien. C'était également la raison pour laquelle il n'avait pas cherché à prier pour la survie de ses frères quand ils s'étaient rendus dans le donjon de Parthevia par devoir militaire parce qu'il savait que c'était perdu d'avance. Ses prières n'auraient pas plus d'impact que celles des autres. S'il ne faisait pas le moindre effort pour être optimiste avec eux, il ne fallait pas s'attendre à ce qu'il se montre plus compatissant avec une inconnue.

Toutefois si la rouge était une ancienne esclave, la cruauté des hommes ne lui devait pas être inconnu et bon nombre de ceux qui se trouvaient dans la même situation qu'elle considéraient même ça comme quelque chose de normal, n'ayant connu rien d'autre de leur vie que les mauvais traitements qu'ils subissaient, gardant en général peu de souvenirs de leurs familles à qui ils ont étés rapidement arrachés.

Et le blond ne pensait pas non plus que la réflexion sur la cruauté du pays venait de la chance que Chemsa avait eu d'avoir un bon maître qui avait consenti à lui rendre sa liberté et que depuis, elle s'étonnait qu'il puisse exister des brutes pareilles dans ce monde. De ce qu'il en avait vu, ce genre de maîtres ne se trouvaient pas à Qishan.

Non, la demoiselle devait surtout chercher à faire la conversation, sentant que ce n'était pas Cynron qui allait trouver des sujets. Une chance que l'adolescente ne lisait pas dans les pensées du jeune homme, qui se rendait compte que chercher à analyser une personne en se référant seulement à son statut d'ancienne esclave était plutôt déplacé.

Sans oublier la désagréable sensation qu'il avait de se rapprocher des imbéciles dont il avait dû se débarrasser tout à l'heure, qui ne voyaient pas plus loin que le bout de leur nez avec un jugement de ce genre. Si à défaut de parvenir à ressentir les mêmes choses qu'un être humain, il voulait les comprendre, il n'y arriverait pas en se basant sur de gros stéréotypes.

Quand il lui répondit d'une manière qui donnait l'impression qu'il cherchait à s'immiscer dans sa vie privée, elle paraissait plus gênée qu'indignée et se mit à rougir.

Le jeune homme tournait à nouveau la tête vers elle, gardant l'air neutre même si on pouvait tout de même desceller une once d'intérêt dans son regard.

Tiens donc ! Quelle raison embarrassante pourrait l'empêcher de quitter Reim ?

Soit l'activité qui la retenait n'était pas très légale et cela la gênait qu'il l'apprenne aussi vite car évidemment si Chemsa était quelqu'un de recherché et si la personne qui parvenait à la retrouver se voyait récompensée par une somme importante, Cynron allait sans doute songer à la dénoncer, sa situation financière actuelle ne faisant pas beaucoup de jaloux...

Soit...

- C’est-à-dire ! je … c’est que ! Hum ! J’ai des amis, mon frère ici et mon… travail se trouve ici, je ne peux pas… bouger comme ça. Et puis il y a aussi…  mon… employeur, hehe !

L'hypothèse que le blond trouvait la plus plausible fut aussitôt confirmée par la fanalis qui se mit à rougir encore plus avant de lui tourner le dos.

Bien qu'ayant laissé tomber la possibilité de s'enrichir en trahissant la demoiselle si celle-ci se révélait être une criminelle, Cynron ne fit pas dans la délicatesse quand il lui répondit sur un ton sournois:

- Hum... Je vois... Je comprends mieux pourquoi tu n'as pas envie de partir..

Il aurait presque pu étirer un sourire narquois en faisant bouger ses sourcils de haut en bas, se sentant d'humeur à embêter la pauvre Chemsa.

۞ • ۞ • ۞ • ۞



Seins ronds et ta poitrine doucereuse
Reviennent à moi les femmes pleureuses
Jalouses d’un bel homme travesti
Pourvu d’un charmant ouistiti



Bandant son arme, il se tient prêt
Cynron, en joug, porte l’attaque
Il l’a prise depuis la raie
Vivement dimanche de Pâques


[Dame Maeko, Ode à Cynron]


Dernière édition par Cynron le Mer 15 Nov - 19:10, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


۞ 1ère apparition : 11/03/2016

۞ Rukhs : 117

۞ Rukh rose : Hilel mais vous le dites à personne :x

۞ Localisation : A la planque

avatar
Chemsa
MEMBRE DE LA TROUPE DES VOLEURS

MessageSujet: Re: Plus grincheux tu meurs ! [Chemsa & Cynron Lucis] (8 ath-thania 1002)   Mer 15 Nov - 15:43

Plus Grincheux tu meurs ! [Ft. Cynron Lucis]
Chemsa n’arrêtait pas vraiment de rougir, Cynron mettait une pression difficile à soutenir sur la jeune fille aux cheveux rouge. Il semblait pourtant ne pas réellement avoir un but comme celui-ci.

- Hum… Je vois… Je comprends mieux pourquoi tu n’as pas envie de partir…

Chemsa eu une lueur de méfiance dans son regard en entendant les dires et le ton du blond. Qu’avait-il compris ? La fanalis y voyait presque un regard malsain dans la neutralité de Cynron. Pourtant ce n’était que son imaginaire, elle ne pouvait pas deviner quel fait il avait placé derrière cette réponse étonnante.

- Qu…Qu-est-ce que tu veux dire !? Comment ça tu comprends !?

Chemsa essayait de s’énervée mais elle ne pouvait pas, la gêne avait pris le dessus. Et puis bon, s’énervé n’était peut-être pas la meilleure des solutions. Elle avait peur de dire une bêtise sous la gêne ou la couleur. Elle soupira finalement, préférant changer de sujet. Trop mal à l’aise pour continuer sur ce sujet. Plus calme Chemsa tenta de relancer un autre sujet.

- Mmmm… Dit moi plutôt ce que tu viens faire à Reim ! Ya plein de chose ici, excepté le colisée qui rassemble beaucoup de monde. En plus tu m’as l’air un peu perdu.

La curiosité de Chemsa était peut-être parfois indiscrète. Malgré tout Hilel la reprenait rarement sur ça, donc forcément elle n’avait pas vraiment de retenue. D’ailleurs ça faisait déjà un petit moment que le duo marchait dans la rue, Chemsa se demandait ce que comptait faire Cynron maintenant. Finalement elle connaissait rien de lui, enfin il ne connaissait pas grand-chose d’elle non plus.

- Tu connais des gens ici ?

Un autre fait qui intriguait Chemsa, il devait bien avoir un but ici. Et si ce n’était quelque chose de matériel c’est peut-être parce qu’il avait de la famille dans le capital.



 © Kira 2016

۞ • ۞ • ۞ • ۞



Merci Hilel ♥
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Membre de la troupe des voleurs

۞ 1ère apparition : 27/05/2016

۞ Rukhs : 192

۞ Localisation : Figure toi que je me suis perdu, mon jeune ami

avatar
Cynron
Membre de la troupe des voleurs

MessageSujet: Re: Plus grincheux tu meurs ! [Chemsa & Cynron Lucis] (8 ath-thania 1002)   Jeu 23 Nov - 21:41

"Oh-oh", pensait Cynron en voyant le regard de la fanalis plus méfiant. Il avait l'impression que celle-ci ne prenait pas très bien la plaisanterie. Bon, d'accord, il était on ne peut plus sérieux quand il disait qu'il pensait savoir pourquoi elle n'était pas prête de quitter Reim. Néanmoins, il s'attendait à ce que son ton taquin précise à la rouge où il voulait en venir. Mais elle semblait prête à prendre ses distances, interprétant mal ce qu'il disait. Car oui... Quel était son objectif ?

Aucun. Honnêtement, même s'il avait réussi à voir que Chemsa semblait ressentir quelque chose pour son boss, étant donné le ton qu'elle employait et vu la manière dont elle rougissait, il ne prévoyait pas de l'utiliser contre elle ou quoi que ce soit. Il ne connaissait pas l'homme en question donc à part l'embêter sur le fait qu'elle ait le béguin, il ne comptait pas faire grand chose. C'est sûr que c'était plus facile de se moquer quand on était pas prêt de savoir quel effet ça faisait. Chemsa aurait pu espérer se venger plus tard en lui rendant la pareille mais malheureusement Cynron n'était pas prêt de se trouver dans la même situation qu'elle.

Pour le moment, elle paraissait surtout embarrassée et indignée par la remarque qu'il venait de lui faire. C'était une réaction normale. Le blond avait cherché la petite bête alors il n'allait pas se plaindre de l'avoir trouvée. Même s'il venait d'employer un ton qui sous-entendait clairement qu'il se moquait d'elle, il n'avait pas du tout l'air amusé par cette situation, conservant le regard aussi neutre qu'avant. Toutefois, toute son attention était reportée sur sa cible et Chemsa devait être déstabilisée par ce contraste entre les paroles de Cynron et son expression.

Il n'y avait pas si longtemps, il portait peu d'attention aux gens de l'âge de la rouge. Du haut de ses quatorze ans, il avait été forcé à rejoindre l'armée et avait l'impression d'être plus mature que les gens de son âge, en partie à cause de ses responsabilités, sans chercher à se mêler à eux. Il n'était pas plus attaché à eux qu'à ses supérieurs pour lesquels il n'avait pas vraiment de respect. Mais depuis qu'il avait rencontré Famita, il avait enfin pris conscience de ce que les grands frères pouvaient ressentir. Tous ces désavantages... Il n'était pas du tout du genre à chercher les noises et ne répondait aux provocations que quand il y était obligé mais à force de supporter cette gamine, il avait fini par ressentir un certain plaisir à lancer des piques à certaines personnes. Peut-être qu'il focalisait l'image de Famita sur toutes les filles se rapprochant de son âge comme il le faisait avec Chemsa ? Si c'était le cas, il devait arrêter tout de suite. A moins que la demoiselle ne l'oblige à continuer ? Il verrait bien comment elle réagirait...

Hum... C'était assez ironique qu'il considère l'époque où il servait Parthevia comme une époque pas si lointaine. Ça remontait tout de même à plus de dix ans... En dehors du fait que ça ne le rajeunissait pas, il s'étonnait d'accorder une certaine nostalgie pour le passé qu'il avait renié. La mort de Rakku l'avait ramené en arrière. Il était retourné au point de départ quand il avait rencontré le vieillard... La nouvelle existence que celui-ci lui avait offert semblait s'être volatilisée comme une illusion.

Quand la rouge finit par lui répondre, elle s'agitait, mima la colère mais s'arrêta aussi vite qu'elle avait commencé. La seule chose qui changea dans l'expression de Cynron fut un haussement de sourcil. Pour le reste, il se passa la main sur le visage alors que son soupir se mêlait à celui de Chemsa. Il voyait bien qu'elle était moins énervée qu'elle en avait l'air et qu'elle était plus déterminée à changer de sujet qu'autre chose. Il aurait accepté de faire de même s'il ne pensait pas qu'il y avait un malentendu à dissiper.

Ce qu'il venait de faire n'était qu'une remarque que n'importe quel étranger, un tantinet espiègle, aurait faite en voyant les rougeurs de la fanalis. Il ne fallait pas qu'elle le voit comme quelqu'un de suspect qui s'était renseigné sur elle ou ses fréquentations et qui avait les moyens de la faire parler. Bon, peut-être que ça n'allait pas jusqu'à là mais toujours était-il qu'elle commençait à se méfier:

- Eh bien... Tu as l'air de beaucoup tenir à ton employeur vu la manière dont tu as rougi quand tu as parlé de lui...

Un simple sous-entendu, rien de plus. Mais peut-être suffisant pour embarrasser l'adolescente ? Il n'avait pas besoin d'en rajouter. Surtout qu'elle le relançait rapidement sur un autre sujet... Pour l'harceler de questions.

Il l'avait un peu cherché, même s'il ne pensait pas que la rouge souhaitait se venger, et devait bien admettre que ça le contrariait. Néanmoins, si sa curiosité était débordante, il ne considérait pas que ses questions étaient indiscrètes. Bien qu'elle ait commencé à faire la conversation, ça ne l'aurait pas étonné qu'elle décide de le laisser maintenant qu'ils étaient sortis de la ruelle. Il recula d'un pas en voyant un enfant courir devant eux, manquant de se prendre un croche-pied de sa part.

De toute manière, vu ce qu'il allait lui répondre, il y avait peu de garanti que la demoiselle ait toujours envie de le questionner sur sa vie après... Ou pas. Certaines personnes manquaient clairement de délicatesse. Et il avait l'impression que c'était un peu le cas de Chemsa... Notamment, à cause des termes qu'elle employait. Elle le trouvait perdu ?

- Mon sens de l'orientation n'est pas si mauvais que ça, répondait-il machinalement, mais c'est vrai que je ne sais plus ce que je suis censé faire... Au fait, j'étais venu ici avec un ami marchand... C'était un vieillard auquel je servais un peu de garde du corps. Il est mort il y a quelques jours...

Il baissa le regard un moment pour arrêter de regarder la demoiselle. C'était un peu morbide de regarder quelqu'un droit dans les yeux quand on parlait de ce genre de choses... Puis il ne voulait pas la faire culpabiliser pour l'avoir amené à parler de ça.

Le blond redressa la tête comme pour se concentrer sur son avenir. Ou faire semblant:

- Je pense que je devrais trouver un travail pour gagner de l'argent...

Si possible en évitant le Colisée. Il avait déjà servi un pays, il ne voulait pas retenter l'expérience.

- Au fait, Chemsa... Tu m'as dis que ton travail se trouvait ici. Qu'est-ce que tu fais au juste ?, enchaînait-il en tournant le regard vers elle.

C'était un peu soudain mais l'ancien soldat cherchait surtout à arrêter de parler de lui.

۞ • ۞ • ۞ • ۞



Seins ronds et ta poitrine doucereuse
Reviennent à moi les femmes pleureuses
Jalouses d’un bel homme travesti
Pourvu d’un charmant ouistiti



Bandant son arme, il se tient prêt
Cynron, en joug, porte l’attaque
Il l’a prise depuis la raie
Vivement dimanche de Pâques


[Dame Maeko, Ode à Cynron]


Dernière édition par Cynron le Lun 11 Déc - 19:56, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


۞ 1ère apparition : 11/03/2016

۞ Rukhs : 117

۞ Rukh rose : Hilel mais vous le dites à personne :x

۞ Localisation : A la planque

avatar
Chemsa
MEMBRE DE LA TROUPE DES VOLEURS

MessageSujet: Re: Plus grincheux tu meurs ! [Chemsa & Cynron Lucis] (8 ath-thania 1002)   Dim 10 Déc - 15:14

Plus Grincheux tu meurs ! [Ft. Cynron Lucis]
Cynron avait répondu que Chemsa semblait tenir à son employeur. La rouge n’aimait pas ça mais il avait raison. C’était même bien plus que l’apprécié, et ça il était déjà dur pour elle-même de se l’avouer.

Elle esquiva, tout comme Cynron, le petit enfant courait devant sans regarder, elle reposa son pied.

- Ah! Il pourrait faire attention…

Chemsa ne cessait d’y penser mais Cynron avait garder un air neutre depuis le début de leur rencontre, et il n’y avait pas assez de ressemblance pour que la fanalis puisse en faire un projection sur Hilel, mais elle devait reconnaître que leur caractère avait quelque chose en commun.

- Mon sens de l’orientation n’est pas si mauvais que ça, rétorqua-t-il aux questions de Chemsa, mais c’est vrai que je ne sais plus ce que je suis censé faire… Au fait, j’étais venu ici avec un ami marchand… c’était un vieillard auquel je servais un peu de garde du corps. Il est mort il y a quelques jours…

Chemsa fut tristement surprise, c’était vraiment étrange, il avait dit ça sans aucune gêne. Il baissa tout de même le regard, peut être que cela lui rappelait de mauvais souvenir ?

- Je… je suis désolé pour ton ami.

Cynron redressa la tête comme si de rien était.

- Je pense que je devrais trouver un travail pour gagner de l’argent…

- Nan mais c’était vraiment ton amis ?! fit-elle outrée.

Il avait changé de sujet, comme si ce qu’il avait dit auparavant n’avait aucune importance. La rousse avait vraiment l’impression qu’il n’en avait rien à faire, Chemsa soupira d’agacement comme si elle abandonnait l’idée de comprendre cet homme.

- Au fait, Chemsa… Tu m’as dit que ton travail se trouvait ici. Qu’est-ce que tu fais au juste ? fit-il de façon très soudaine.

Chemsa sursauta indiscrètement, la situation était subitement devenue compliquée. Elle ne pouvait pas réellement parler de ses activités, elle n’était pas très… comment dire… légale ? Ses rougeurs revinrent rapidement et elle détourna le regard à nouveau, le blond avait le don de la mettre mal à l’aise !

- Je…je…je… Je travail chez un marchand de pain, c’est un peu… ridicule… héhé…

Chemsa n’avait absolument pas trouver de meilleurs excuse.



 © Kira 2016

۞ • ۞ • ۞ • ۞



Merci Hilel ♥
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Membre de la troupe des voleurs

۞ 1ère apparition : 27/05/2016

۞ Rukhs : 192

۞ Localisation : Figure toi que je me suis perdu, mon jeune ami

avatar
Cynron
Membre de la troupe des voleurs

MessageSujet: Re: Plus grincheux tu meurs ! [Chemsa & Cynron Lucis] (8 ath-thania 1002)   Mer 13 Déc - 19:15

Comme il pouvait s'y attendre, la demoiselle préférait ne pas répondre au commentaire sur son boss. Avait-il fini par l'embarrasser ? Même si mettre dans l'embarras une personne que l'on ne connaissait que depuis peu vous rendait antipathique, ce n'était pas la première fois que le blond le faisait. Au moins, il avait la présence d'esprit de ne pas insister même s'il ne pensait pas que la méfiance de Chemsa était retombée.

Au passage, ils esquivèrent tous les deux un enfant qui ne regardait pas où il allait. Remarquant qu'ils avaient quitté cette ruelle, Cynron regardait la fanalis, en arquant un sourcil, se demandant ce qu'elle faisait encore là. N'avait-elle rien d'autre à faire ? Il devait l'ennuyer. Et d'ailleurs pourquoi il avait attendu qu'ils se retrouvent sous la lumière du jour pour se poser cette question ? A croire qu'il était plus naturel de vouloir lui faire la conversation dans un lieu aussi sombre que ses vêtements... Il ne savait pas si c'était le deuil ou le soleil qui embrouillait son cerveau mais tout ceci ne faisait aucun sens.

Quand la rouge rouspéta après qu'elle avoir évité le gamin, il ne tarda pas à répliquer avec un sourire moqueur:

- Tu dis ça, mais je suis sûr que tu es le genre de personne qui fonce droit devant elle sans regarder où elle va, Chesma !

Bon, c'était uniquement de la provocation. Rien n'assurait que c'était vrai mais il trouvait cela amusant de la comparer à une enfant.

Pas qu'il cherche à s'attirer les foudres d'une fanalis, sous prétexte qu'il la sous-estimerait à cause de sa petite taille, mais il pensait que malgré son jeune âge, elle était assez mûre pour comprendre que les bambins n'étaient pas réputés pour "faire attention". Enfin, il n'allait pas s'étendre dessus... Il n'avait pas l'intention de refaire son éducation et elle ne le voulait pas non plus.

De toute manière, ils avaient déjà abordé un autre sujet... La mort de Rakku. Bien que ce n'était certainement pas la réponse que Chemsa voulait entendre en lui demandant s'il connaissait des gens. Si par "perdu", elle voulait dire que Cynron était un novice, elle avait raison... Il s'était intéressé au pays pour lequel ils s'embarquaient, dans la mesure où c'était la première fois que le vieillard exprimait son désir de bouger... Ce qui était assez ironique étant donné que comme il était le plus jeune, ça aurait été plus compréhensible que le blond ait plus soif d'aventure au lieu d'aspirer à un futur tranquille... Comme si ce monde l'avait déjà fatigué.

Toujours était-il qu'il n'avait pas pris en compte la possibilité que son ami mourait dans ce pays. Il était à un âge assez avancé... Il aurait pu mourir en cours de route, bien avant son départ... Pourquoi à Reim plutôt qu'ailleurs ? Enfin, il n'était pas impossible que Cynron ne se soit pas mentalement préparé à devoir faire un deuil. Ou du moins, il pensait le faire en sachant que Rakku avait connu une mort paisible... C'était loin d'être le cas.

Cet événement ne l'aidait pas à reconsidérer son point de vue sur les grands empires, ne lui laissant que de mauvais souvenirs pour l'instant...

Et si encore il devait s'en prendre à l'empire, il aurait clairement affirmé son dégoût pour toute forme de pouvoir. Qu'est-ce qu'il voulait dire par affirmer ? Se contenter d'un regard plus glacial que d'habitude ? Prendre les armes ? ... Peu importe, il ne savait pas à qui il était censé en vouloir. Il ne cherchait pas non plus à savoir. Venger la mort de son ami... Et ensuite quoi ? Reposer en paix ?

Il ne pouvait qu'avancer. Il ne faisait pas partie de ceux qui considéraient que la vengeance permettait de mieux passer à autre chose. Il n'était pas assez stupide pour croire que le monde était aussi facile. Il devrait ignorer, utiliser les rares informations que Rakku lui avait donné sur Reim à bon escient, puisqu'il daignait l'écouter... Puisqu'il avait été de bon conseil.

Tiens ? Etait-ce de la mélancolie ?

En tout cas, ça ne se voyait pas. Puisqu'il parlait d'avancer, Cynron commençait à réfléchir à voix haute, à dire qu'il lui fallait de l'argent... Avec un regard aussi imperturbable que jamais. Sa barrière mentale était un beau leurre car la rouge avait le sentiment qu'elle était plus désolée que lui de la mort de Rakku.

Quand elle lui avait demandé, sur un ton plein d'indignation, si c'était vraiment son ami, l'ancien soldat s'était retourné si brusquement qu'on aurait pu penser qu'il était prêt à se jeter sur elle, dans un excès de rage. Mais étonnamment, tout ce qu'elle reçut un regard étonné:

- Bien sûr que c'était mon ami, je ne l'aurais pas désigné de cette façon sinon...

Même s'il continuait de la dévisager, surpris, en clignant des yeux, il comprenait très bien sa réaction. Il n'était pas sûr que Chemsa soit très délicate. Elle semblait penser que tout le monde faisait leur deuil de la même façon, en se lamentant longtemps sur leur sort... Ce qui n'était pas son cas. Elle soupirait, agacée et à ce moment-là le blond ne pu s'empêcher de la comparer à ces personnes qui adressaient des reproches aux enfants qui ne pleuraient pas la perte de leur parent, sans prendre en compte le fait qu'ils l'avaient peut-être fait avant, ou que leur tristesse était tellement grande qu'ils n'arrivaient pas à l'extérioriser, mais ces dernières considéraient qu'ils étaient insensibles.

Cynron n'était pas du genre à pleurer et avait peut-être juste du mal à extérioriser ses sentiments. Mais se pencher sur son futur avec une telle facilité sans une des rares personnes qui avaient compté pour lui... N'était-il pas un peu cruel ? Ou cherchait-il à fuir quelque chose ? Parce que oui, le blond sentait bien que son attitude n'était pas la plus appropriée et le sang-froid dont il était habituellement capable se fissurerait s'il s'écoutait... Mais ce serait aller à l'encontre de ses propres principes. Toutefois, il n'en demeurait pas moins inquiet de ne pas réagir comme la plupart des gens.

- C'est juste que... Je pense...

Alors qu'il s'apprêtait à lui expliquer, il décidait de faire machine arrière.

- Non, tu as raison. Je ne mérite pas de le considérer comme mon ami. Désolé de t'avoir offensé.

C'était plus lui qui avait l'air offensé vu son ton. Ou il voulait qu'elle le pense ? De toute manière, il doutait fort qu'elle puisse comprendre sa vision des choses. Pourquoi se donnerait-il la peine de l'expliquer à une simple inconnue ? Ce n'était qu'une fillette indiscrète, rien de plus.

Cependant, celle-ci éveillait légèrement sa curiosité en rougissant à sa question sur son travail et en bégayant pour répondre... Un marchand de pain ?

...

Elle ne mentait pas très bien.

D'humeur taquine, même si son regard s'était un peu plus assombri au fil de la conversation, Cynron lui demandait, penchant sa tête sur le côté, sérieux :

- Hum... Je vois... Tu penses qu'il m'embaucherait ? Je n'ai pas beaucoup de fortune et vous pourriez avoir besoin d'aide...

D'accord, il n'avait vraiment pas l'apparence d'un boulanger mais une personne dans le besoin était prête à s'habituer à tout type de métier.

Le blond souriait mentalement. Mais c'était un sourire beaucoup trop fourbe pour qu'il le montre à Chemsa.

۞ • ۞ • ۞ • ۞



Seins ronds et ta poitrine doucereuse
Reviennent à moi les femmes pleureuses
Jalouses d’un bel homme travesti
Pourvu d’un charmant ouistiti



Bandant son arme, il se tient prêt
Cynron, en joug, porte l’attaque
Il l’a prise depuis la raie
Vivement dimanche de Pâques


[Dame Maeko, Ode à Cynron]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


۞ 1ère apparition : 11/03/2016

۞ Rukhs : 117

۞ Rukh rose : Hilel mais vous le dites à personne :x

۞ Localisation : A la planque

avatar
Chemsa
MEMBRE DE LA TROUPE DES VOLEURS

MessageSujet: Re: Plus grincheux tu meurs ! [Chemsa & Cynron Lucis] (8 ath-thania 1002)   Sam 20 Jan - 17:05

Plus Grincheux tu meurs ! [Ft. Cynron Lucis]
- Tu dis ça, mais je su sûr que tu es le genre de personne qui fonce droit devant elle sans regarder où elle va, Chemsa !

La jeune fanalis se retourna, le regard… neutre. Comment réagir face à un tel saut d’humeur chez le jeune homme, elle haussa un simple sourcil, sans relever. Enfin c’était étonnant, elle se posa-même la question de comment répondre. Enfin elle ne trouva pas la réponse.

- Je… ?

Elle se râcla la gorge comme pour passer à autre chose et se remit à marcher avec Cynron.

Puis, après la question peut être un peu indiscrète de la fanalis qui  finalement était plus une pensée à voix haute-, le blond se retourna brusquement vers Chemsa, qui elle sursauta ne s’attendant pas à la réaction.

- Bien sûr que c’était mon ami, je ne l’aurais pas désigné de cette façon sinon… fit-il étonné.

Il la dévisagea, clignant des yeux. Elle ne pensait pas que sa remarque aurait autant de répercussion sur sa réaction.  Elle détourna le regard, peut-être aurait-elle dû se taire… non, elle aurait dû se taire.

- C’est juste que… je pense…

Le jeune homme sembla vouloir expliquer quelque chose, mais rien ne sortis de sa bouche. Puis il revint sur sa décision.

- Non, tu as raison. Je ne mérite pas de le considérer comme mon ami. Désolé de t’avoir offensé.

- Je… non ! C’est moi ! Ma remarque était impolie, je n’ai pas à juger ce genre de chose alors que je ne te connais pas…

Puis le sujet du travail arriva, Chemsa s’était déjà mit dans de beaux drags avec sa réponse des moins crédible possibles. De plus le jeune homme n’arrangea pas les choses.

- Hum… Je vois… tu penses qu’il m’embaucherait ? je n’ai pas beaucoup de fortune et vous pourriez avoir besoin d’aide…

- AH ?! Je… c’est-à-dire que ..! s’il était possible de devenir plus rouge que cela, Chemsa l’atteindrai sûrement actuellement, elle était à cours d’invention. Je ne sais pas s’il voudra… il… il n’est pas très accueillant et il n’aime pas les …. Les étrangers…

Elle tenta de reprendre son calme, elle y arrivait un peu-près. Enfin, en tout cas c’était mieux que l’instant d’avant. Cynron semblait s’amuser à la mettre dans l’embarras, elle n’aimait pas ça. Peut-être était-il le temps de s’en aller.

- Je… Tu ne devrais pas essayer en tout cas, ce … ce n’est pas une bonne idée !

Chemsa commença à accélérer le pas sous le stress.


 © Kira 2016

۞ • ۞ • ۞ • ۞



Merci Hilel ♥
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Membre de la troupe des voleurs

۞ 1ère apparition : 27/05/2016

۞ Rukhs : 192

۞ Localisation : Figure toi que je me suis perdu, mon jeune ami

avatar
Cynron
Membre de la troupe des voleurs

MessageSujet: Re: Plus grincheux tu meurs ! [Chemsa & Cynron Lucis] (8 ath-thania 1002)   Dim 28 Jan - 1:58

En voyant l'air dubitatif que prenait la rouge après s'être retournée vers lui, Cynron prit un air aussi surpris que le sien, haussant un sourcil en se massant la nuque.

Décidément, il n'arrêtait pas de se moquer d'elle. S'il savait faire preuve d'empathie, il se serait sans doute senti mal de la taquiner ainsi.

Mais il fallait admettre que la réaction de la demoiselle était assez divertissante bien que compréhensible. Le jeune homme n'avait fait preuve que de froideur et d'indifférence depuis le début de leur conversation, laissant penser qu'il ne se souciait pas -ou peu- des autres êtres humains... S'il ne s'intéressait pas aux autres, il n'allait certainement pas chercher la petite bête en faisant ce genre de commentaires... Alors l'entendre faire cette réflexion pouvait paraître assez contradictoire. Pourquoi ce changement d'attitude ? Lui-même ne le savait pas trop, au fait.

Il ne faisait pas ça pour détendre l'atmosphère, en tout cas. Même si c'était possible puisque sa maladresse dans les rapports humains justifiait ce changement assez peu naturel. Il aurait pu se tromper en tentant d'imiter les comportements des autres, comme à son habitude, en réalisant trop tard qu'un être humain ne passait pas du rire aux larmes comme ça. Cependant, il était surtout curieux de voir les réactions de Chemsa... Plus parce qu'il les trouvait amusantes que pour les étudier.

Quand elle bafouillait une réponse, il se contentait de la regarder avec le même sourire suffisant.

C'était peut-être troublant mais c'était l'expression qu'il était le plus logique d'adopter. Si son regard redevenait aussi neutre qu'avant, il paraîtrait plus suspect comme s'il avait été pris en flagrant délit.

Puis comme la fanalis préférait oublier ce drôle d'échange, Cynron respecterait sa volonté. Mais en passant à autre chose, ils abordaient un sujet sensible.

Lorsqu'elle sous-entendait que son amitié pour Rakku n'était pas sincère, il eut encore une réaction qui la déconcerta. Sauf que dans le cas présent, elle n'était pas la seule étonnée. Bien qu'il ne s'était pas vraiment emporté, le blond ne s'attendait pas à ce que cela le touche. Cette manière brusque de se retourner alors qu'il n'était pas en colère, ce soudain besoin de se justifier alors que c'était une chose qu'il prenait jamais la peine de faire d'habitude...

Il était encore trop tôt pour parler de son ami mort. Et ce sera toujours le cas pour le questionner sur son amitié. Après tout, ne plus être capable d'être autant démonstratif dans ses sentiments continuait de préoccuper Cynron. Il secoua la tête comme pour se débarrasser de ces pensées inutiles.

N'importe qui serait outré qu'on vienne remuer le couteau dans la plaie avec ce genre de commentaire alors que vous veniez de perdre quelqu'un... L'ancien soldat se posait trop de questions. L'adolescente avait aussi l'air de trouver ça normal et détournait le regard en culpabilisant...

Visiblement, elle avait l'air de reconnaître ses torts. Le jeune homme l'avait jugé trop vite en supposant qu'elle parlait sans prendre en compte les sentiments des autres. Si la rouge était du genre insensible, elle ne se serait pas énervée en le voyant peu touché par la mort de son ami.

Ce n'était pourtant pas le genre du blond de tirer des conclusions hâtives sur quelqu'un. Mais cela faisait longtemps qu'il n'avait pas eu d'échange avec ce type de personnes... Maintenant que Rakku n'était plus à ses côtés, il avait vraiment l'impression d'être un vieillard.

Quand Chemsa lui fit ce qui ressemblait à des excuses, il répondit par un geste vague de la main pour dire que c'était déjà oublié.

Enfin, ce n'était pas aussi facile à oublier que ça puisqu'il se sentit obligé de la lancer sur un autre sujet... Son travail.

C'était une question des plus banales mais il avait l'impression qu'elle lui cachait quelque chose. Et il avait vu juste. Voilà qui éveillait sa curiosité. Au moins un peu. Après tout, qu'est-ce qu'une enfant comme Chemsa pouvait faire de si honteux ? Bien sûr, il avait déjà sa petite idée... Quel enfoiré.

Il se retint de hausser les sourcils face au mensonge de l'adolescente.

Malheureusement pour elle, il ne lâchait pas l'affaire pour autant. D'habitude, il ne se montrait pas aussi déterminé et il n'espérait pas sincèrement être embauché, ne sachant même pas dans quoi il s'embarquerait s'il suivait vraiment la jeune fille mais il n'avait rien à perdre... Et ça lui permettait de passer le temps.

Maintenant qu'il n'avait plus personne à protéger, et il supposait que cela représentait un "sens" à sa vie, allait-il finir comme ces faibles d'esprit qui s'en prenaient aux autres pour attirer leur attention alors qu'au final ils étaient toujours seuls ? Ce n'était pas très alléchant... Même s'il savait qu'il ne risquait pas de devenir comme ça, Cynron se promit de ne pas rester trop longtemps avec la rouge pour être sûr de la laisser tranquille.

Il aurait presque pu se mettre à rire naturellement en entendant la demoiselle rejeter sa proposition... Il était inutile de s'en vexer. Ce n'était certainement pas Chemsa la plus agaçante dans cette histoire.

L'ancien soldat prit un air étonné lorsqu'elle se mit à donner une mauvaise image de son patron pour le dissuader de les rejoindre. Encore une fois, il ne pensait pas en avoir envie mais ne pu s'empêcher d'en rajouter une couche alors qu'elle reprenait son calme:

- Ah vraiment ? Mais ça ne me dérange pas, tu sais. Je ne suis pas dans une situation où je peux me permettre de faire le difficile... Puis je ne prête pas vraiment attention à ce que les autres pensent de moi.

Ça, elle s'en était sûrement doutée. Bien que le jeune homme ait déjà eu des réactions qui ne collaient pas vraiment à son personnage, il préférait dire ça plutôt que de sortir une réponse, remplie de volonté, qu'il n'avait pas l'air d'avoir, comme "Rien ne coûte d'essayer !"

Le fait qu'il insiste autant pour obtenir quelque chose pouvait déjà paraître surprenant puisque tout semblait le blaser. Mais en même temps, il n'était pas rare que les personnes comme lui harcelaient les autres sans se rendre compte que ça les mettait mal à l'aise... On pouvait se demander si c'était un manque de sensibilité de sa part ou s'il était juste atrocement maladroit. Dans le cas présent, il mentait.

En voyant la jeune fille accélérer le pas sous la pression, il s'arrêta de marcher.

- A moins que tu n'ais pas envie que je travaille avec toi ?

Le blond la fixait avec un regard dénué de vie. Cependant son ton était trop détaché pour qu'on puisse croire qu'il était vexé. Ce n'était pas un ton accusateur... Pourtant, c'était à partir de ce moment que Cynron arrêtait de se moquer d'elle... Ces paroles devaient exprimer le fond de sa pensée.

۞ • ۞ • ۞ • ۞



Seins ronds et ta poitrine doucereuse
Reviennent à moi les femmes pleureuses
Jalouses d’un bel homme travesti
Pourvu d’un charmant ouistiti



Bandant son arme, il se tient prêt
Cynron, en joug, porte l’attaque
Il l’a prise depuis la raie
Vivement dimanche de Pâques


[Dame Maeko, Ode à Cynron]


Dernière édition par Cynron le Dim 25 Fév - 22:34, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CHEF DE LA TROUPE DES VOLEURS

۞ 1ère apparition : 04/02/2016

۞ Rukhs : 749

۞ Rukh rose : Personne

۞ Localisation : Empire Reim

avatar
Hilel
CHEF DE LA TROUPE DES VOLEURS

MessageSujet: Re: Plus grincheux tu meurs ! [Chemsa & Cynron Lucis] (8 ath-thania 1002)   Dim 4 Fév - 14:05

POP.

Encore légèrement allité à cause du poison et de la blessure qu'il avait eue, en plus de la perte conséquence magoi, Hilel était aujourd'hui d'astreinte, si l'on pouvait dire ça comme ça. Il pouvait bouger, se battre mais n'était pas non plus au paroxysme de sa forme alors il allait simplement garder la planque la journée. Pour une fois qu'il avait dormi la nuit à cause de ses blessures… Autant en profiter pour être de garde de jour n'est-ce pas ? Les autres pouvaient sortir sans crainte.

Avec son éternel thé au jasmin, le chef des voleurs était posté non loin de la planque, légèrement camouflé par une ombre, entre deux structures qui auraient pu sembler branlantes, mi assis mi couché, oui, un peu à l'abri du soleil qui s'était montré aujourd'hui. Ecoutant un peu le bruit aux alentours ses pensées divaguaient : il réfléchissait à comment continuer à effectuer sa mission, quelques idées lui vinrent d'ailleurs mais rien de très probant pour le moment. De toute façon après le grabuge qu'ils avaient fait c'était inutile de se presser ou ils allaient rapidement se faire prendre.

Un bruit de pas assez rapide attira son œil ambré. N'étant pas devin, il ne pouvait reconnaître ceux de Chemsa alors il se pencha simplement pour voir la petite forme aux cheveux roux. Ha oui, la fanalis était donc de retour. Elle avait l'air pressée en un sens. Et qu'elle ne fut pas sa surprise de la voir accompagnée d'un… inconnu ? Quoi que… Hm. Enfin, ce n'était pas le moment de douter. Il semblait vouloir quelque chose à la rouquine et elle ne pas être vraiment d'accord, en plus de se diriger vers le repère d'une manière un peu trop… rapide…

Cherchant de sa main une dague posée à côté de lui – bien pratique pour ne pas se lever- Hilel la pris et la lança dans le mur de la maison abandonnée, juste à côté du blondinet.

«  C'est un avertissement.  »

L'on pouvait un peu le distinguer mais il se releva un peu pour faire signe à Chemsa de venir vers lui avant de lui murmurer.

«  Raconte.  »

S'il te plaît. Ou pas. Bon, le ton n'était pas sec non plus, mais il devait savoir ce qu'il se passait avec ce type qu'il ne pouvait pas bien distinguer pour le moment ; une chose était sûre ce n'était ni Aoto, Faelan, Azzam ou Badr.



۞ • ۞ • ۞ • ۞


Hilel et Arya, sa soeur plus jeune à Alma Toran, merci Naya !:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


۞ 1ère apparition : 11/03/2016

۞ Rukhs : 117

۞ Rukh rose : Hilel mais vous le dites à personne :x

۞ Localisation : A la planque

avatar
Chemsa
MEMBRE DE LA TROUPE DES VOLEURS

MessageSujet: Re: Plus grincheux tu meurs ! [Chemsa & Cynron Lucis] (8 ath-thania 1002)   Mer 21 Fév - 23:44

Plus Grincheux tu meurs ! [Ft. Cynron Lucis & Hilel]
Et ce stress n’était pas près de se stopper de suite, voilà que Cynron répondit ceci :

- Ah vraiment ? Mais ça ne me dérange pas, tu sais. Je ne suis pas dans une situation où je peux me permettre de faire le difficile… Puis je ne prête pas vraiment attention à ce que les autres pensent de moi.

Si ce n’était pas visible à l’œil nue, la tête de Chemsa sifflait très fort. Elle ne savait plus où aller, quoi faire et encore moins quoi répondre. Si bien qu’elle resta silencieuse. Elle se contenta (si c’était du contentement) de marcher tout droit. Puis Cynron s’arrêta net, ah ? Pourquoi s’arrêtait-il maintenant ? Chemsa s’arrêta aussi, sans aucun regard vers le blond. Elle resta droite et stoïque.

- A moins que tu n’ais pas envie que je travaille avec toi ?

Chemsa s’hérissa, sursauta même à vue d’œil ! Si c’était une conséquence indirecte Cynron l’avait cernée instantanément. Elle resta donc silencieuse et se remit à marcher.

Quelques minutes passèrent comme ça, Chemsa n’avait pas remarquée qu’instinctivement elle s’était dirigée vers la planque. Et elle eu à peine le temps de le remarquer qu’un poignard vint se planter juste à côté de Cynron.

- Cet un avertissement, fit-il avec sa froideur légendaire.

Il fit signe à Chemsa de venir vers lui, et ça devenait prévisible : elle s’exécuta en rougissant. Il s’approcha donc de son oreille avant de murmurer :

- Raconte.

Chemsa avait un peu honte, l’histoire était tout bonnement stupide, à la base elle était redevable au jeune homme mais faute de circonstance (et un peu de la curiosité du blond) elle l’avait mis dans la mouise.

- J… Je l’ai rencontré dans les quartiers commerçant… Il m’a aidé et on a discuté… Puis il m’a suivi. Je… i… Il n’est pas méchant ! juste un peu curieux… chuchota-t-elle enfin.

Chemsa était rouge tomate, elle détourna le regard. Ne pouvant croiser celui d’Hilel et encore moins celui de Cynron qui était là un peu à cause d’elle. Elle espérait juste que le mage noir ne transforme pas ce quiproquo banal en bain de sang… Il ne méritait pas un tel châtiment.



 © Kira 2016
[/quote]

۞ • ۞ • ۞ • ۞



Merci Hilel ♥
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Membre de la troupe des voleurs

۞ 1ère apparition : 27/05/2016

۞ Rukhs : 192

۞ Localisation : Figure toi que je me suis perdu, mon jeune ami

avatar
Cynron
Membre de la troupe des voleurs

MessageSujet: Re: Plus grincheux tu meurs ! [Chemsa & Cynron Lucis] (8 ath-thania 1002)   Lun 26 Fév - 0:53

Cynron avait beau se tenir à une certaine distance de la jeune fille, même quand il était encore en train de marcher, il voyait très bien qu'elle était à deux doigts de craquer. Il avait l'impression de sentir sa tension monter d'ici. Ses nerfs allaient lâcher s'il continuait...

Alors pourquoi ne pas s'arrêter tout de suite ? Surtout qu'au fond, le blond ne mourait pas envie de savoir quel boulot une demoiselle comme Chemsa pouvait faire. Il existait plein d'autres bonnes raisons pour lesquelles elle refuserait qu'il le suive. Qu'il n'était pas la personne la plus rassurante qu'il existe en faisait partie. Ça pouvait paraître paranoïaque de sa part(peut-être une sorte de sixième sens que le soldat avait développé au cours de sa formation ?) mais il avait la certitude que son travail n'avait rien de noble et exigeait peut-être qu'elle se salisse les mains.

Et alors ? Le blond n'avait pas non plus fait des choses dont une personne devrait être fière. Puis encore une fois, ce n'était pas comme s'il comptait tirer profit de cette situation. Il n'avait rien d'un justicier qui estimait qu'éradiquer ce genre d'individus de Reim était son devoir. Puis de quels "individus" parlait-on ? Il ne savait rien de la rouge. Il ne pouvait savoir que ce qu'elle accepterait de lui dire et dans le cas présent c'est comme s'il faisait pression sur elle. Sans aucune raison valable.

Ce n'était même pas  son pays ! Il ne voyait pas pourquoi il se battrait pour ça. Et même s'il vivait vraiment ici, il n'aurait pas plus bougé le petit doigt. La seule raison qui justifierait qu'il mette la personne dans une situation inconfortable serait qu'elle lui cherche des noises avant. Ce qui n'était pas le cas de Chemsa.

Encore une dernière question, qui permettait  au moins de clarifier définitivement les choses avant qu'ils ne se séparent, et le jeune homme la laissait tranquille. Chose qu'il s'apprêtait déjà à faire puisqu'il s'était arrêté. La fanalis en avait fait de même, sûrement encore plus confuse.

Il devait admettre qu'il n'était pas non plus trop sûr de ce qu'il lui prenait. Qu'est-ce qu'il avait à interroger des gens dont il ne voulait rien savoir comme ça ? Il éprouvait le besoin de faire la conversation maintenant ? Même si la mort de Rakku ne l'avait pas anéanti, cela l'avait assez chamboulé pour qu'il se mette à réagir bizarrement. Mais Chemsa n'avait pas à subir sa manière étrange de faire son deuil.

L'absence de réponse à sa question en disait déjà long. Cynron s'efforça donc de regarder ailleurs, pour bien faire comprendre à la demoiselle qu'il ne chercherait plus à la suivre. Il n'avait même pas remarqué qu'ils étaient près d'un lieu qu'il connaissait déjà...

Cette fin de discussion allait vraiment être gênante...

Heureusement pour eux, un son métallique empêcha le silence de s'installer. Le blond prit le temps de légèrement décaler la tête pour empêcher la dague de lui entailler le visage. Même s'il paraissait toujours stoïque, et n'avait pas montré le moindre signe de panique, il était un peu surpris. Aussi surpris que quelqu'un qui faisait tranquillement ses courses et qu'un type, sobre, aurait eu la soudaine envie d'attaquer, comme ça, sans raison.

Bien qu'il avait arrêté de suivre Chemsa, le fait qu'elle semblait le fuir il y a instant le faisait passer pour un individu louche.

Ça aurait pu être les gros bras de tout à l'heure qui revenaient se venger mais Cynron les aurait déjà remarqués. Et l'avertissement que l'inconnu lui fit prouvait bien qu'il cherchait à défendre la fanalis. Un avertissement fait dans une voix et un ton qui lui rappelait quelque chose. Il balaya le paysage du regard... Mais oui ! ...

Se grattant le menton, légèrement interloqué, l'ancien soldat se contentait de lever les mains, comme quelqu'un qui souhaitait prouver son innocence, sans un mot, restant parfaitement neutre. A vrai dire, il trouvait la situation plus bizarre qu'inquiétante.

Personne ne semblait aussi peu concerné par la situation que Cynron. Il n'avait rien fait de mal, après tout. Pourquoi devrait-il prendre un air coupable ? Il n'était pas non plus offusqué. Au point où il en était, il pourrait tout aussi bien repartir comme si de rien n'était. Ni fâché ni chamboulé. Mais peut-être serait-il plus poli de rendre la dague à l'homme avant ? Il n'avait pas l'air de vouloir bouger.
Quand il demandait à l'adolescente de s'expliquer, elle rougissait, encore plus tendue que le principal concerné. Même le serveur de l'auberge qui se trouvait à mille lieux d'ici aurait l'air plus tendu que l'ancien soldat.

Sans même être sûr que Chemsa l'avait défendu, il reprit nonchalamment la dague qui se trouvait près de lui pour la relancer à ce type, qu'il ne voyait pas, et ne cherchait pas à voir. Quand il l'avait vu, son visage était déjà recouvert d'une capuche... Ça ne l'avait pas perturbé plus que ça.

La dague avait atterri sur le sol, non loin des pieds du type. Contrairement à lui, le blond ne cherchait pas à le viser. Mais il avait plus de mal à maîtriser les petites armes que les grandes donc... Il avait n'aucune raison de la garder près de lui.

۞ • ۞ • ۞ • ۞



Seins ronds et ta poitrine doucereuse
Reviennent à moi les femmes pleureuses
Jalouses d’un bel homme travesti
Pourvu d’un charmant ouistiti



Bandant son arme, il se tient prêt
Cynron, en joug, porte l’attaque
Il l’a prise depuis la raie
Vivement dimanche de Pâques


[Dame Maeko, Ode à Cynron]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CHEF DE LA TROUPE DES VOLEURS

۞ 1ère apparition : 04/02/2016

۞ Rukhs : 749

۞ Rukh rose : Personne

۞ Localisation : Empire Reim

avatar
Hilel
CHEF DE LA TROUPE DES VOLEURS

MessageSujet: Re: Plus grincheux tu meurs ! [Chemsa & Cynron Lucis] (8 ath-thania 1002)   Sam 3 Mar - 19:22

 
POP.

Il était hors de question que ce type n'approche trop la planque mais aussi Chemsa. La jeune femme savait se défendre, certes, il le lui avait appris, elle avait la force d'une fanalis mais pourtant elle était encore mentalement fragile. Et ça même Hilel pouvait l'apercevoir et s'en douter. Car on ne ressortait pas de l'enfermement et de l'esclavage sans aucune séquelle. C'est pour ça qu'il avait envoyé cette dague dans le mur. Parce qu'il ne voulait ni qu'elle soit suivie ou agressée, d'autant qu'elle n'avait pas l'air rassurée. Il trouva utile de mentionner qu'il s'agissait là d'un avertissement à la personne qui la suivait et il demanda aussi à la rousse de lui raconter ce qu'il s'était passé.

Ainsi, il l'écoutait tout en ayant son œil fixé sur l'inconnu. Inconnu qui venait de lever les mains pour montrer qu'il n'avait pas d'arme. Mais si le chef des voleurs se laissait avoir par ça, il serait bien déchu depuis longtemps. Chemsa lui raconta donc qu'elle l'avait rencontré dans les quartiers commerçants et qu'apparemment il l'avait… aidé ? Il fronça les sourcils. Pas méchant donc. Du moins c'était son avis.

«  Soit. Je vois.  »

La jeune femme avait l'air stressée et il ne l'embêta pas plus. Le niveau de danger en soit avant l'air plutôt faible. Il se leva, d'ailleurs. Et la dague qu'il avait lancé se retrouva à ses pieds, non plantée. Histoire de la lui rendre ? Hilel se contenta de la récupérer et de la poser à son endroit d'observation du jour. Souvent c'était dans la planque, là, c'était hors, il avait ses moments, voilà tout. Il s'avança ensuite vers l'inconnu, laissant Chemsa faire ce dont elle avait envie, rester ici ou aller discuter avec lui mais il avait des questions avant.

«  Elle m'a dit que tu l'avais aidé. Que s'était-il passé ?  » Il ne dirait pas merci mais aider l'un des membres de sa troupe c'était déjà bien. Hm…. Bizarrement, il lui disait quelque chose mais il n'avait pas encore entendu sa voix alors... «  Et que lui veux-tu à présent ?  »

A noter qu'Hilel n'avait pas utilisé le prénom de Chemsa. Déjà, selon ses recommandations il fallait éviter un maximum de les dire, et il ne savait pas qu'il était déjà au courant. Par son attitude, il était clair qu'il cherchait à protéger la demoiselle mais aussi à s'informer.



۞ • ۞ • ۞ • ۞


Hilel et Arya, sa soeur plus jeune à Alma Toran, merci Naya !:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Membre de la troupe des voleurs

۞ 1ère apparition : 27/05/2016

۞ Rukhs : 192

۞ Localisation : Figure toi que je me suis perdu, mon jeune ami

avatar
Cynron
Membre de la troupe des voleurs

MessageSujet: Re: Plus grincheux tu meurs ! [Chemsa & Cynron Lucis] (8 ath-thania 1002)   Mer 7 Mar - 23:46

Il y avait quelque chose de bizarre chez cet homme. Mais rien que Cynron avait déjà ressenti ça quelque part. Il s'agissait du même type qui les avait interpellés quand ils enterraient Rakku. Comme l'autre fois, il était recouvert d'une capuche. C'était peut-être sa dernière chance de savoir à quoi il ressemblait. Mais qu'est-ce que ça pouvait lui faire ? Le monde était rempli d'individus louches. Et contrairement à Famita qui était attirée par tout ce qui sortait de l'ordinaire, le blond ne ressentait aucune fascination pour ça.  

Bon, certes celui-ci, en plus d'être louche, venait de lui donner un avertissement assez particulier... La situation dans laquelle il retrouvait cet homme était différente de leur première rencontre. De toute façon, ce dernier n'avait même pas l'air de s'en souvenir. Cynron jugeait inutile de le lui rappeler en lui demandant de manière subtile s'ils ne seraient pas déjà vus... Déjà, la subtilité n'était pas son truc et ce fait ne changerait pas la raison pour laquelle il les interrompait.

En général, notre ami ne se rappelait que des gens qu'il connaissait depuis longtemps. Mais celui-ci dégageait une drôle d'aura... Puis cela ne faisait que quelques jours qu'il était à Reim donc s'il pouvait se souvenir des rares rencontres qu'il faisait...

Enfin il réfléchirait à ça plus tard. Cette "rencontre" se dirigeait vers lui. Ça sentait plus l'interrogatoire que le combat. Le jeune homme avait une petite idée des questions qu'on lui poserait. Mais en avait-il les réponses pour autant ?

L'inconnu n'avait rien perdu de son sang-froid. Lorsque Cynron avait baissé les mains, le geste précédent servant plus à dire "je viens en paix" qu'à prouver qu'il était désarmé comme en témoignait son épée, pour lui rendre sa dague, l'encapuchonné s'était contenté de la reposer derrière lui, sans se montrer perturbé face à l’impassibilité du blond. Même s'il était habitué à ce que les gens le regarde bizarrement, il se doutait que cet homme ne réagirait pas plus que ça.

En même temps, vu la manière dont il cachait son visage, il paraissait déjà plus suspect que Chemsa. Cette dernière avait l'air un peu confuse par le geste de son employeur (c'était sûrement ce qu'il était) et étant donné que celui-ci ne montrait pas plus d'hostilité à l'égard de Cynron, elle devait lui avoir confirmé qu'il n'était pas aussi dangereux qu'il en avait l'air.

Bien que le principal concerné n'avait pas l'impression d'être dangereux.

Mais pour une fillette comme Chemsa... Certes, c'était une fanalis mais les deux lourdauds de tout à l'heure était la preuve que peu de personnes faisaient d'exceptions dans ces rues. Et la demoiselle paraissait un peu trop innocente pour n'avoir rien à craindre. Du moins, selon le blond. Il n'avait pas souhaité en profiter pour autant... Sans pour autant prétendre être un saint, il ne pensait pas être rangé dans la même catégorie que les deux imbéciles. Ses "taquineries" étaient restées gentilles, non ?

Il n'avait jamais été doué pour faire preuve de considération envers les autres. Il n'était sans doute pas capable de juger de la moralité de ses actes.

Ce n'était peut-être pas étonnant que l'autre homme se montre aussi méfiant, n'ait pas complètement baissé sa garde, comme s'il avait plus de reproches à lui faire qu'il ne le croyait. Le blond se demandait bien ce qu'il avait fait de mal. Curieux et préoccupé, il attendait que l'inconnu lui en apprenne plus sur la nature de ses actions. Enfin, il ne le ferait probablement pas. Cynron abandonna l'espoir d'avoir une réponse.

Mais ce n'était pas une raison pour ne pas en donner à son interlocuteur.

Il avait aidé la rouge ? Ça ne faisait pas si longtemps que ça qu'il avait empêché les deux armoires à glace de lui faire plus de mal, mais comme il ne voyait pas vraiment ça comme un service, il lui fallut un peu de temps pour voir de quoi il parlait.

Le blond se gratta le menton en levant les yeux au ciel avant de répondre:

«Deux gars me cherchaient des noises et quand ils l'ont remarqué, ils ont commencé à s'en prendre à elle... Ce n'était pas vraiment de l'aide. Je me suis plus défendu qu'autre chose. Et je pense qu'elle aurait été capable d'en venir à bout toute seule.. »

Bon, il n'était pas convaincu par sa dernière phrase. Encore une fois, être un fanalis ne vous épargnait pas le danger. Il suffisait de voir le nombre qui se faisaient capturer comme esclaves pour le comprendre... Mais il n'avait pas cherché à la protéger. C'était lui qui se faisait embêter en premier lieu.

La sincérité ne l'aidait pas à se montrer agréable. Mais c'était comme ça. Il n'avait pas l'intention de donner une bonne image de lui pour obtenir quelque chose en échange. Pourtant, il en aurait bien besoin, vu sa situation financière. Cynron ne savait pas quand il fallait arrêter d'être indépendant. Ou il avait peut-être compris que ça ne servait rien de faire preuve de tant d'hypocrisie devant cet homme...

Qu'est-ce qu'il voulait à Chemsa ? Rien de spécial. Bizarrement, il avait l'impression que celui-ci s'attendait à ce qu'il cherche à faire des choses obscènes à sa protégée... Car contrairement à lui, ce type avait quelqu'un à protéger. Il n'allait pas s'en prendre à ce quelqu'un par jalousie non plus... Mais peut-être que l'encapuchonné n'était pas si soupçonneux que ça ? Pourquoi Cynron l'avait cru ?

Peut-être parce qu'il prenait soin d'éviter d'appeler Chemsa par son prénom ? Le faisait-il exprès ? Si le blond n'était pas censé le savoir, il n'allait pas remuer le couteau dans la plaie en disant qu'il le connaissait... Il ne s'en rendait pas compte mais il empêchait aussi la rouge d'être dans la mouise.

« On faisait connaissance. Comme le sujet précédent me mettait mal à l'aise (lui ? Mal à l'aise ? Enfin, il se comprenait), j'en ai changé et lui ai posé des questions sur son travail. Mais je suppose que vous ne voulez pas que je m'en mêle davantage ? Si c'est le cas, je n'en demanderai pas plus.»

Il avait répondu calmement, en toute honnêté. Il ne montrait ni appeuré ni pressé d'en finir. Peut-être que l'inconnu avait d'autres questions. Il attendait juste sagement... Enfin si dévisager les gens d'un air impassible pouvait être vu comme ça.

۞ • ۞ • ۞ • ۞



Seins ronds et ta poitrine doucereuse
Reviennent à moi les femmes pleureuses
Jalouses d’un bel homme travesti
Pourvu d’un charmant ouistiti



Bandant son arme, il se tient prêt
Cynron, en joug, porte l’attaque
Il l’a prise depuis la raie
Vivement dimanche de Pâques


[Dame Maeko, Ode à Cynron]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CHEF DE LA TROUPE DES VOLEURS

۞ 1ère apparition : 04/02/2016

۞ Rukhs : 749

۞ Rukh rose : Personne

۞ Localisation : Empire Reim

avatar
Hilel
CHEF DE LA TROUPE DES VOLEURS

MessageSujet: Re: Plus grincheux tu meurs ! [Chemsa & Cynron Lucis] (8 ath-thania 1002)   Jeu 26 Avr - 12:19

 
POP.

Hilel avait toujours des rencontres un peu bizarres et étranges, des discussions comme ça aussi mais… avaient-elles déjà été comme celle-ci ? Il ne se rendait pas forcément compte que la situation était étrange. Tout ce qu'il avait pensé, lui, c'était que Chemsa puisse être menacée. Et leur planque aussi. La version de l'inconnu était un peu différente de ce que Chemsa lui avait dit. Après, qui croire ? Pour Chemsa, il pouvait simplement l'avoir défendue alors qu'en fait non. Les deux versions pouvaient s'avérer juste. Et puis, oui, deux humains, elle aurait certainement pu se défendre seule. Après, psychologiquement elle avait des faiblesses et il le savait. Peut-être Chemsa n'avait juste pas voulu qu'il se montre violent avec l'inconnu. Qu'il ne le tue pas parce qu'il l'avait suivi.

«  Je vois.  »

Il voulait néanmoins en savoir plus : pourquoi l'avait-il suivie, au juste ? Et contre toute attente, l'inconnu n'avait aucun secret, du moins, en apparence car il lui racontait qu'il voulait lui poser des questions sur son travail. Il ne fit pas attention à ce qui pouvait le mettre mal à l'aise. C'était donc cela qui l'intéressait. Il supposa que Chemsa avait du tenter de quitter la conversation en prétextant un travail, ou que ça avait dévié là dessus. Soit. Il pensait comprendre. Elle essayait de mentir mais ne le faisait pas très bien et contrairement à ce que l'on pourrait penser il ne pourrait lui en tenir rigueur.

«  Pourquoi lui avoir posé des questions sur son travail ? Que cherches-tu ?  »

La situation devenait peut-être un peu bizarre. Les question du mage noir de plus en plus précises. De toute façon il ne pouvait le laisser partir ainsi. Il avait vu où se trouvait la planque. Et puis il lui disait quelqu chose, Hilel se sentait légèrement méfiant mais ne le montrait pas. Etait-il une bonne personne à prendre dans sa troupe ? Il n'avait pas l'air d'un vulgaire bandit.

۞ • ۞ • ۞ • ۞


Hilel et Arya, sa soeur plus jeune à Alma Toran, merci Naya !:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Membre de la troupe des voleurs

۞ 1ère apparition : 27/05/2016

۞ Rukhs : 192

۞ Localisation : Figure toi que je me suis perdu, mon jeune ami

avatar
Cynron
Membre de la troupe des voleurs

MessageSujet: Re: Plus grincheux tu meurs ! [Chemsa & Cynron Lucis] (8 ath-thania 1002)   Mar 1 Mai - 12:28

Même si le blond n'arrivait pas à voir ses expressions à cause de la capuche, il sentait que son interlocuteur était préoccupé. Normal. Qui ne le serait pas dans cette situation ? Il valait mieux oublier temporairement que des gens comme Cynron existaient pour répondre logiquement à cette question. Toutefois, bien qu'il se doutait que suivre Chemsa était la principale raison pour laquelle il paraissait suspect, il sentait qu'autre chose gênait cet homme. Peut-être qu'il se souvenait de lui ? Si c'était le cas, il ne le montrait pas beaucoup.

Ou alors son inquiétude pour la rouge avait pris des proportions démesurées. En même temps, l'ancien soldat n'avait aucun droit de le juger là-dessus. Il n'avait aucune idée de ce que s'inquiéter pour quelqu'un voulait dire donc même si cela lui arrivait, il ne serait pas sûr qu'il paraîtrait plus normal que l'autre homme.

Mais là, il avait surtout l'impression de rendre des comptes à un père qui l'avait vu batifoler avec sa fille. L'idée était un peu ennuyeuse. Il n'était pas un pervers. Du moins, il ne pensait pas. Et même si c'était le cas, il avait du mal à considérer Chemsa autrement que comme une enfant. De toute manière, ce type ne pouvait pas être son père. Il n'avait pas l'air d'un fanalis. D'ailleurs, la demoiselle avait été un peu trop bavarde. Elle avait parlé d'un frère mais pas d'un père... Et ça serait un peu glauque qu'elle fantasme sur son employeur s'ils venaient de la même famille.

Enfin, il se débarrassait vite de ses pensées dignes d'un obsédé avant d'en devenir un !

Inutile d'aller trop vite en besogne. Il aurait pu également suivre l'adolescente sans avoir cherché à accomplir des actes obscènes... Comme les types de tout à l'heure qui avaient voulu lui soutirer de l'argent. C'était un peu sexiste de penser que la seule raison pour laquelle on voulait aborder une femme était son corps.

Ou alors ce gars avait voulu rester caché et savoir qu'un homme cherchait à en savoir sur eux suffisait à éveiller sa méfiance. Pourtant, Cynron n'avait pas l'intention de les dénoncer, quoi qu'ils faisaient.

Certes, il y avait un peu songé quand Chemsa s'était montrée embarrassée quand il lui avait posé des questions indiscrètes. Même s'il n'avait pas pu être certain qu'il s'agissait d'une mauvaise personne, il ne cherchait pas à s'attirer sa sympathie, et si la capturer avait pu lui apporter de l'argent, il l'aurait peut-être fait. Une option qu'il avait abandonné en voyant qui était son employeur. Il y avait quelque chose dans l'aura de cet homme qui lui donnait envie de le mettre dans la catégorie des personnes dangereuses.

Là était le problème. Les actions et les paroles de Cynron semblaient plus appartenir à un grain de sable qu'à un être humain. En revanche, il n'avait pas mis beaucoup de temps à développer son instinct de survie. Et il sentait que s'attirer les foudres de ce type n'était pas une bonne idée, bien qu'il ne savait pratiquement rien de lui. C'était juste une impression mais elle était trop forte pour qu'il la juge invalide.

Mais s'il avait pris un peu de recul sur la situation, comme il avait l'habitude de le faire, il aurait réalisé que mourir n'était peut-être pas si mal maintenant qu'il n'avait plus aucun but. Pas qu'il irait aussi loin en disant que protéger Rakku avait été sa raison de vivre mais c'était déjà mieux que de vagabonder sans savoir qui on était censé suivre.

Peut-être que s'il s'attardait sur ce genre de choses, il deviendrait plus sentimental ?

Enfin, même si l'envie lui venait, ce ne serait pas le moment de se morfondre.

Au moins, il n'allait pas mourir tout de suite. Il avait toujours été assez doué pour anticiper les réactions des gens et rien ne laissait présager que cet homme allait s'en reprendre à lui. Il aurait été légitime qu'il s'inquiète davantage étant donné qu'il n'était pas vraiment le bienvenu ici, sans compter sur le fait que ce type avait lancé un couteau dans sa direction avant de lui parler. Mais il avait encore des questions à lui poser.

Cynron avait tout son temps.

Continuant de jouer la carte de l'honnêteté, il y avait des risques qu'il mette Chemsa dans l'embarras en répondant à la question suivante.

« C'était à ça que la discussion nous menait... Quand elle m'a parlé de la cruauté du pays, je lui ai demandé pourquoi elle ne partait pas... Elle m'a répondu que des personnes comme son employeur la retenait ici. Après qu'on se soit écartés du sujet, je l'ai questionné sur son emploi. »

C'était lui qu'il allait mettre dans l'embarras s'il répondait à l'autre question. Tans mieux ! Il verrait ce que ça faisait ! Surtout que l'inconnu lui un peu demandé auparavant la même chose, en cherchant à savoir ce qu'il voulait à la rouge. Ce n'était pas parce qu'il avait répondu sincèrement à quelques questions que l'encapuchonné allait oublier les autres... Cynron n'allait pas fuir éternellement. Puis fuir quoi ? Il ne voulait aucun mal. Aucun bien non plus. Au fait... Il ne savait pas ce qu'il voulait.

C'était gênant. Il était comparable à un enfant perdu dans la rue... Un peu comme si l'autre homme était un professeur qui allait le réprimander s'il ne répondait pas correctement. Oui, le blond n'avait pas de mal à établir des comparaisons car il ne se sentait pas concerné par la situation.

Il voyait bien qu'il était visé mais c'était comme si son corps s'était divisé en deux et que la partie consciente observait tout de loin, en simple spectateur. Il pourrait prendre son propre cas un peu plus au sérieux !

Enfin, il ne tardait pas à répondre à l'inconnu:

« Je ne cherche rien.»

Bien qu'elle était franche (et c'était ça le plus bizarre), cette réponse n'avait rien de satisfaisant. Il devait développer autant qu'il pouvait.

« Je n'avais juste rien d'autre à faire. Je ne suis pas aussi curieux en général... Je devais avoir envie de prolonger cette conversation car je m'ennuyais. »

Ça ressemblait à une excuse qu'un harceleur pris sur le fait donnerait. Il ne restait plus qu'à voir comment l'interlocuteur prendrait la chose. Cependant, ce fut au tour de Cynron de l'interroger avant qu'il n'ait eu le temps de réagir:

« Que comptez-vous faire ? »

Il regardait droit devant lui, d'un air vide. L'autre pouvait faire ce qu'il voulait de lui. Il le lui avait demandé parce qu'il savait que même si l'encapuchonné en avait fini avec son interrogatoire, il ne le laisserait pas repartir aussi facilement.

۞ • ۞ • ۞ • ۞



Seins ronds et ta poitrine doucereuse
Reviennent à moi les femmes pleureuses
Jalouses d’un bel homme travesti
Pourvu d’un charmant ouistiti



Bandant son arme, il se tient prêt
Cynron, en joug, porte l’attaque
Il l’a prise depuis la raie
Vivement dimanche de Pâques


[Dame Maeko, Ode à Cynron]


Dernière édition par Cynron le Ven 11 Mai - 18:30, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CHEF DE LA TROUPE DES VOLEURS

۞ 1ère apparition : 04/02/2016

۞ Rukhs : 749

۞ Rukh rose : Personne

۞ Localisation : Empire Reim

avatar
Hilel
CHEF DE LA TROUPE DES VOLEURS

MessageSujet: Re: Plus grincheux tu meurs ! [Chemsa & Cynron Lucis] (8 ath-thania 1002)   Mar 1 Mai - 19:32

 
POP.

Alors comme ça Chemsa trouvait ce pays cruel ? Il ne le savait pas. Elle ne lui avait jamais donné son avis sur le pays et il ne l'avait pas demandé. Non pas qu'il s'en fiche de l'avis de la fanalis, bien au contraire d'ailleurs mais c'était juste qu'il ne pensait pas que c'était… possible ? Bon il savait qu'elle n'aimait pas Qishan, cette petite cité état, à raison, d'ailleurs. Les gens avaient encore moins de droits que dans les autres et c'était suite à cela qu'elle était devenue une esclave c'était en ces murs qu'elle avait « vécu ». Hilel, même s'il pourrait y vivre n'apprécierait pas forcément. Il appréciait les espaces verts autour et la grandeur de la ville dans laquelle il pouvait se cacher avec efficacité. Enfin, nous n'étions pas là pour aborder ce sujet.

La discussion que la fanalis avait eue avec l'inconnue semblait au final tout ce qu'il y avait de plus anodin. Et pourtant il s'était rendu à un endroit bien protégé. Fronçant les sourcils, Hilel se rappelait du type qu'il avait rencontré il y quelques jours, lorsqu'il était encore un peu alité. Les souvenirs n'étaient pas tous bien clairs, mais il lui semblait reconnaître la voix. Oui, c'était lui. C'était l'homme qui avait voulu enterrer un mort juste sous sa fenêtre. C'était donc la deuxième fois qu'il venait ici. Cela commençait à être dangereux.

Alors comme ça c'était juste l'ennui qui le poussait à faire cela ? Il tourna la tête et fixa quelques secondes Chemsa lorsqu'il lui demandait ce qu'il comptait faire. Sans aucun doute c'était un type intelligent. La fanalis lui avait déjà montré qu'elle ne voulait pas qu'il lui fasse du mal. En lui disant qu'il n'était pas dangereux. Elle savait très bien ce qu'il était capable de faire si quelqu'un trouvait l'endroit où ils vivaient ou bien était un danger pour la troupe et leur couverture.

Ses yeux se tournèrent après une petite vingtaine de secondes vers le blond. Il fit plusieurs pas vers lui jusqu'à n'en être plus si loin, à un mètre. Lorsqu'il l'avait regardé droit dans les yeux, lorsqu'il lui avait jeté ce couteau il ne l'avait pas senti tressaillir. L'on pouvait en déduire deux choses. Soit il était sûr en ses capacités et était bon, soit il ne connaissait pas la peur. Il était certain que c'était la première possibilité. Quoi qu'un mélange des deux ne lui paraissait pas si anodin.

«  Tu es celui que j'ai rencontré la dernière fois non ? Si tu t'ennuies tant que ça j'ai peut-être quelque chose à te proposer. Tu as l'air de quelqu'un d'intelligent et je suppose que tu as compris que je ne peux pas te laisser partir sans garantie. Mais elles ne seront peut-être pas nécessaires après tout.  »

Autant être clair. Hilel dissimulait parfois mais il n'était pas un menteur, pas quand on ne le forçait pas.

«  Je suis le chef d'une petit troupe. Nous vivons principalement du vols et il y aura parfois quelques affaires à effectuer. En échange de ces services, je propose un toit, de la nourriture, de l'entraînement si nécessaire. M'incluant, nous sommes actuellement six personnes. Qu'en dis-tu ?  »

La partie la plus compliqué de son rôle de chef. Recruter des gens, le contact social tout ça. Heureusement, celui d'en face avait l'air aussi doué que lui.

۞ • ۞ • ۞ • ۞


Hilel et Arya, sa soeur plus jeune à Alma Toran, merci Naya !:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Membre de la troupe des voleurs

۞ 1ère apparition : 27/05/2016

۞ Rukhs : 192

۞ Localisation : Figure toi que je me suis perdu, mon jeune ami

avatar
Cynron
Membre de la troupe des voleurs

MessageSujet: Re: Plus grincheux tu meurs ! [Chemsa & Cynron Lucis] (8 ath-thania 1002)   Sam 12 Mai - 2:01

Même si le blond avait l'air un peu trop paisible pour quelqu'un qui subissait un interrogatoire, il n'en demeurait pas moins préoccupé. Le fait qu'il ait déjà rencontré cet homme ne rendait pas celui-ci plus facile à cerner. A part qu'il valait mieux ne pas le sous-estimer, Cynron ne savait rien de lui. Et bien que son expression ne trahissait aucun trouble, le sentiment qu'il n'était pas à sa place s'amplifiait.

Bon, il n'était à sa place nulle part mais c'était justement pour ça qu'il ne restait jamais longtemps au même endroit. Ça pouvait paraître exagéré de dire qu'il avait passé trop de temps ici mais c'était surtout cette situation qui lui donnait cette impression. Il n'était pas bien sûr de voir où l’encapuchonné voulait en venir, d'où sa question.

Il regardait vraiment son interlocuteur cette fois. Enfin, du mieux qu'il pouvait puisqu'il serait difficile de le regarder droit dans les yeux étant donné son accoutrement... Pas que ce soit la première fois qu'il l'observait mais il l'avait toujours fait avec son air dénué de vie. Il serait exagéré de dire que Cynron était devenu complètement expressif pour si peu mais on pouvait enfin sentir sa confusion. Plus perplexe qu'inquiet, il arquait un sourcil, attendant la réponse de l'inconnu.

A la base, c'était lui qui lui devait des comptes mais maintenant qu'il pensait avoir répondu à toutes ses questions, il estimait qu'il avait le droit de savoir quel sort lui était réservé.

Mais comment savoir que ses réponses convenaient à cet homme ? Elles étaient peut-être trop innocentes pour être crédibles mais ce type ne semblait pas voir les choses sous cet angle. Et même si c'était le cas, l'ancien soldat ne pensait pas avoir à subir un second interrogatoire. Là n'était pas vraiment le problème.
L'aura de l'encapuchonné ne s'était pas apaisée. Ce qui voulait dire que le plus dérangeant dans cette histoire c'était que Cynron avait mis les pieds dans son "territoire". Surtout que ce n'était pas la première fois.

Toutefois, comme il n'était pas venu ici avec de mauvaises intentions, l'inconnu n'était peut-être pas motivé pour le tuer. Il valait pourtant mieux pour lui qu'il le fasse comme le blond était lui-même incapable de prédire ses futures actions.

Pour le moment, il ne songeait pas à rapporter leur position à qui que ce soit mais l'occasion ne s'était pas non plus présentée. En même temps l'avis de la rouge comptait pour son employeur bien qu'elle ne prenait pas part à leur échange. Vu les regards qu'il lui lançait, il devait bien sentir qu'elle ne voulait pas la mort de Cynron.

C'était aimable de sa part. Il ne fallait pas oublier qu'il l'avait mis mal à l'aise. La fanalis se sentait sans doute redevable depuis qu'il les avait débarrassé des deux bandits. Le blond continuait de penser qu'elle ne lui devait rien et aurait été peut-être ravi de mourir tout de suite. Parce que si l'homme ne le supprimait pas pour garantir leur sûreté, qu'allait-il se passer ?

Cynron n'aimait pas être paumé. Il n'aimait pas ne pas savoir. Ça faisait longtemps que ça ne lui était pas arrivé... Quelle drôle de journée !

Allez, tranchez-lui la tête qu'on n'en parle plus !

L’encapuchonné le regardait à nouveau. Peut-être se décidait-il enfin à agir ? Mais à la place, il s'approchait de lui et lui fit une offre assez surprenante. Déjà, il se rappelait de leur première rencontre. A croire que le Destin s'amusait à mettre Cynron dans ses pattes, malgré lui... Maintenant, il lui faisait une proposition.

Comme il n'avait aucune raison de se débarrasser de lui, en dépit du fait qu'il connaissait l'emplacement de leur repère, son interlocuteur n'avait pas d'autre options que de le... Recruter.

Si l'ancien soldat n'était pas aussi consterné, et s'il avait des réactions un peu plus normales, il aurait déjà laissé échappé un rire nerveux. Quand il avait effleuré l'idée de se faire recruter par le patron de Chemsa, il n'y pensait pas sérieusement... Et finalement ça arrivait sans qu'il ne l'ait prévu. Pendant quelques instants, il s'était détaché de son air imperturbable en haussant les sourcils, assez interloqué, ne sachant pas quoi répondre dans l'immédiat.

L'inconnu n'avait pas l'air d'être du genre à plaisanter. Par ailleurs, ce n'était pas si invraisemblable qu'il lui fasse cette proposition. Le blond avait des compétences dans plusieurs domaines, pas dans la communication mais vu les tâches qu'il était susceptible d'effectuer, supposant que ces dernières se rapprochaient du vol, ce ne devait pas être un problème. Et le gars n'allait pas le laisser filer comme ça... Il n'avait peut-être pas envie de voir un potentiel gâché et la fanalis ne voulait pas qu'il lui fasse de mal .

Est-ce que Cynron avait le choix ? Avait-il même une raison valable de refuser ? Il cherchait un but... Travailler pour quelqu'un pouvait s'en approcher. Il n'avait plus nulle part où aller et il était fauché... Ce serait ridicule qu'il refuse une proposition pareille. Il ressentait intérieurement le besoin de suivre quelqu'un... Pourquoi pas cet homme ? Certes, il ne pouvait pas avoir confiance en quelqu'un dont il ne connaissait ni le visage ni le nom, mais ce n'était pas en refusant qu'il allait en savoir plus. Car mine de rien, ce type l'intriguait.

Puis ce n'était pas comme s'il était du genre à se poser plus de questions sur la nature de ses employeurs. Avait-il déjà remis en cause la moralité de l'empereur à l'époque où il était à son service ? Non. Ne serait-ce pas hypocrite de sa part de se préoccuper de ça maintenant ?

Dans tous cas, il regretterait sûrement sa décision si jamais il rejetait cette offre, en partant du principe que l'homme le laisserait vivre. Après tout, qui ne lui disait pas qu'il s'agissait d'un magicien capable de lui effacer la mémoire s'il lui disait "non" ?

C'était un peu paranoïaques mais le blond n'avait pratiquement jamais rencontré de magicien de sa vie donc les chances n'étaient pas nulles.

Inutile de faire attendre ce gars plus longtemps... Sa décision était déjà prise.

« J'accepte ces conditions... Je vais me joindre à vous. »

Il l'avait à nouveau regardé dans les yeux et même si cette demande l'avait un peu dérouté, il avait répondu sérieusement, n'ayant pas l'intention de faire marche arrière.

On pouvait dire que c'était marché conclu !

۞ • ۞ • ۞ • ۞



Seins ronds et ta poitrine doucereuse
Reviennent à moi les femmes pleureuses
Jalouses d’un bel homme travesti
Pourvu d’un charmant ouistiti



Bandant son arme, il se tient prêt
Cynron, en joug, porte l’attaque
Il l’a prise depuis la raie
Vivement dimanche de Pâques


[Dame Maeko, Ode à Cynron]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CHEF DE LA TROUPE DES VOLEURS

۞ 1ère apparition : 04/02/2016

۞ Rukhs : 749

۞ Rukh rose : Personne

۞ Localisation : Empire Reim

avatar
Hilel
CHEF DE LA TROUPE DES VOLEURS

MessageSujet: Re: Plus grincheux tu meurs ! [Chemsa & Cynron Lucis] (8 ath-thania 1002)   Sam 12 Mai - 12:26

 
POP.

L'inconnu était surpris. Clairement, Hilel pouvait le voir. Et même s'il ne le savait pas, c'était le blondinet qui avait les clefs ici. S'il refusait cette proposition Hilel serait bien embêté mais il devait tout faire pour que cela ne se voit pas et qu'il reste le maître à bord pour cette discussion. Si celui avec qui il parlait avait eu une autre mentalité il aurait pu lui dire « Donne moi tout ton argent ou je vous dénonce aux autorités »… Mais pas dis que la fanalis ici présente n'aurait voulu qu'il reste en vie, celui-là. Hilel attendait donc aussi sa réponse. Il voulait savoir mais restait juste de marbre, comme d'habitude. Voire encore plus que d'habitude, c'était un inconnu après tout.

Je vais me joindre à vous. Ce fût ainsi que le problème avait trouvé sa solution. Plus besoin de penser à comment il allait faire en sorte que cet homme ne parle pas. Hilel avait soutenu le regard du blond, il n'avait aucune raison de le détourner après tout. Il avait l'air sérieux mais il faudrait quand même un moment pour qu'il soit sûr de ses intentions. Il n'était pas un esclave qu'il enlevait à une vie que personne ne voudrait. Il était un homme libre (du moins, apparemment) qui avait l'air de chercher sa place. Peut-être était-il un bandit mais ce n'était pas forcément très important.

«  Parfait. Dans ce cas tu peux venir.  »

Il paraissait évident que sa planque était le bâtiment derrière vu comment l'endroit était protégé.  D'un geste de main il l'invita à le suivre et fit de même avec la rouquine. Il espérait qu'elle s'était bien entendue avec lui car maintenant il allait devenir l'un de leurs alliés. Il passa la porte et les fit entrer tous les deux avant de la refermer. Hilel déposa son sceptre camouflé contre le mur et enleva sa capuche puis sa cape qu'il accrocha à l'un des nombreux crochets. Il avait répondu à toutes ses questions d'une façon qu'il jugerait de sincère, c'était maintenant à Hilel de faire sa part, il en avait conscience c'était la raison pour laquelle il avait décidé de se montrer et aussi de se nommer.

«    Je m'appelle Hilel.  Comme tu l'as peut-être deviné je suis un magicien. Ceci est notre planque. La cuisine, un petit salon, salle d'eau et les chambres. Celle-ci est libre.  »

Tout en nommant les endroits Hilel avait pointé les pièces. Bon pour la cuisine et le salon, pas bien difficile, ils étaient dedans. N'oublions pas de mentionner la jolie théière de notre voleur sur la table et les quelques contenant d'ou s'échappait une odeur de différents thés.

«  Pour protéger l'endroit la nuit de vingt et une heure à 3 heures, quelqu'un reste éveillé, chacun son tour. Après 3 heures c'est moi, sauf exception. Nous prenons à peu près nos repas ensemble. Le matin en général. Sinon tu as le droit de te servir.  Et toi, qui es-tu ?  »

Pour le moment, c'était suffisant. Il devait attendre ses réponses et sa réaction maintenant.  


HRP : Chemsa vu mes questions tu posteras peut-être après Cynron... ? ca te va ? MP o/

۞ • ۞ • ۞ • ۞


Hilel et Arya, sa soeur plus jeune à Alma Toran, merci Naya !:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Membre de la troupe des voleurs

۞ 1ère apparition : 27/05/2016

۞ Rukhs : 192

۞ Localisation : Figure toi que je me suis perdu, mon jeune ami

avatar
Cynron
Membre de la troupe des voleurs

MessageSujet: Re: Plus grincheux tu meurs ! [Chemsa & Cynron Lucis] (8 ath-thania 1002)   Mar 15 Mai - 20:48

Une affaire conclue, une poignée de main et un "bienvenue" ? Non. Etant donné la façon dont cette rencontre s'était déroulée, les choses n'étaient pas aussi simples. Cynron allait devoir faire ses preuves. Bien qu'il n'était pas plus avancé, ne connaissant même pas le visage de l'homme en face de lui, ce dernier avait autant de raisons de se méfier, puisque lui non plus, il ne s'était pas présenté. Et même si cette méfiance s'atténuerait avec le temps, le blond doutait que son nouvel employeur (est-ce qu'il pouvait déjà le qualifier ainsi ?) n'était pas du genre à se montrer plus chaleureux que lui. De toute manière, il ne prévoyait pas de devenir l'ami de son patron, donc il n'avait pas de raison de se plaindre.

Néanmoins, il semblait avoir retiré une grosse épine du pied de l'encapuchonné en acceptant sa proposition même si les doutes substituaient.

Quoi qu'il en soit, l'ancien soldat ne pouvait pas relâcher sa garde pour autant, il ne savait toujours pas qui il avait en face de lui, même s'il pensait avoir à peu près deviné dans quoi il s'était engagé. Mais pour le moment tout paraissait bien se dérouler et l'homme semblait enclin à lui faire une petite place, en l'invitant à rentrer.

Prudence était mère de sûreté mais il n'allait pas se montrer hostile face aux efforts de l'inconnu. Si Cynron était sincère, il y avait des chances pour qu'il ne soit pas le seul. Surtout maintenant que cet homme lui montrait l'endroit qu'il semblait s'être donné tant de mal à garder secret.

Il entrait, suivi de la fanalis. S'il n'avait pas été plus attentif à ce qu'il se passait autour de lui, il l'aurait presque oublié. Elle n'avait pas dit un mot depuis tout à l'heure. C'était quand même grâce à leur rencontre qu'il en était là ! Mais Chemsa était-elle ravie pour autant ? A vrai dire le blond s'en fichait, si elle avait voulu se plaindre, elle aurait pu intervenir avant de le voir rentrer. A moins qu'elle n'ait rien entendu de leur conversation... Mais connaissant l'ouïe exceptionnelle des fanalis, il en doutait fort.

Enfin, notre jeune poussin égaré ne pensait pas qu'elle soit du genre à discuter la décision de son employeur, même si elle n'était pas tout à fait d'accord avec celle-ci. Puis lui-même ne s'imaginait pas repartir juste parce qu'elle avait quelque chose à y redire. Ce serait assez décevant. Toutefois, vu comment il avait le chic pour la mettre mal à l'aise, leurs échanges risquaient d'être corsées. Il suffisait de s'éviter et aucun problème.

Quoi que les autres membres n'étaient peut-être pas aussi doués que lui pour faire preuve d'indifférence envers leurs collègues. Il risquait de paraître rude. S'il ressentait le besoin de se corriger, il allait devoir faire mieux que ça. Mais bon ! Il était trop tôt pour réfléchir à ce problème. Ce n'était pas comme si l'autre homme l'avait déjà accepté. On ne pouvait pas dire que ce recrutement s'était fait de manière conventionnelle non plus... Cynron pouvait voir les choses sous cet angle mais il n'était pas le mieux placé pour apprendre les bonnes manières à l'encapuchonné, même s'il n'avait jamais eu une parole désobligeante à son égard jusqu'à là.

Encapuchonné qui ne l'était plus ! Il pouvait enfin voir son visage. Pas que son accoutrement ait mis l'ancien soldat mal à l'aise mais il fallait admettre que son employeur paraîtrait encore plus louche s'il ne lui montrait jamais à quoi il ressemblait. Un cache-œil, l’œil valide étant ambré, les cheveux ébènes... Le voleur aux yeux ambrés.

Cynron le regardait, imperturbable alors qu'il se présentait. Il allait travailler pour un criminel recherché mais ça ne le froissait pas plus que ça, puis il ne jouerait pas au surpris alors qu'il l'avait senti à des kilomètres. Il apprit son nom. Hilel. Puis ses doutes sur sa nature de magicien furent confirmés. Il se contentait d'acquiescer, n'ayant aucun commentaire à faire puis regardait les lieux que Hilel lui présentait. Tiens, un membre de la troupe semblait avoir une obsession pour le thé.

Même si le blond ne s'était pas montré perturbé par le fait que le borgne ait sa tête sur plusieurs avis de recherche, il ne pouvait pas oublier les informations qu'il y avait dessus alors qu'il était juste en face de ce criminel. Il était apparemment à l'origine de l'attaque qui avait eu lieu dans les rues marchandes... Bien que l'ancien soldat avait deviné que le métier de Chemsa n'était pas très légal avant de rencontrer Hilel, il n'aurait pas pensé que le monde était petit au point qu'il se retrouve à converser naturellement avec un membre du gang qui avait terrorisé les marchands. Il n'attendait pas grand chose de ce genre d'individus en général mais vu la manière dont la fanalis en avait parlé, le chef n'avait rien d'un tyran. Et même en voyant l'état des lieux, Cynron constatait que les membres ne manquaient de rien.

Il continuait d'écouter Hilel alors qu'il lui expliquait le fonctionnement des lieux, sans se défaire de son air neutre. Pourtant, il espérait que son interlocuteur ne s'imagine pas que sa méfiance s'était accentuée maintenant qu'il savait à quoi il ressemblait. Parce que le blond ne comptait pas revenir sur sa décision. C'était juste que maintenant qu'il savait qui il était, il n'avait pu s'empêcher de réfléchir à ce que cela impliquait. Pas grand chose finalement.

Et puisque l'ébène avait déjà dévoilé son identité, c'était à son tour de se présenter. S'il voulait établir une relation de confiance avec le chef, il devrait aussi faire des efforts. Il n'avait pas oublié la présence de Chemsa mais il n'avait pas l'intention de rester incognito.

« Je suis Cynron, ancien soldat de Parthevia. Comme ça fait plusieurs années que j'ai fui le pays, je n'ai pas grand chose à ajouter...»

Il avait répondu calmement. Ah, la bonne vieille époque où l'armée de Parthevia pouvait encore espérer faire le poids contre celles des autres pays... Il ne savait vraiment pas quoi dire d'autre. Il ne voyait pas l'intérêt de donner son nom de famille. Il avait été longtemps recherché puisqu'il avait été le seul membre des Lucis susceptible de servir l'empire, mais l'empire n'était plus. Si ça avait encore été d'actualité, il n'aurait pas cette l'impression qu'Hilel soit le seul à avoir révélé qui il était, fuir le pays auquel on avait prêté allégeance pouvant aussi être vu comme un crime.

Enfin, inutile de ressasser de vieux souvenirs qui n'avaient pas leur place dans cette discussion.

۞ • ۞ • ۞ • ۞



Seins ronds et ta poitrine doucereuse
Reviennent à moi les femmes pleureuses
Jalouses d’un bel homme travesti
Pourvu d’un charmant ouistiti



Bandant son arme, il se tient prêt
Cynron, en joug, porte l’attaque
Il l’a prise depuis la raie
Vivement dimanche de Pâques


[Dame Maeko, Ode à Cynron]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Plus grincheux tu meurs ! [Chemsa & Cynron Lucis] (8 ath-thania 1002)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Plus grincheux tu meurs ! [Chemsa & Cynron Lucis] (8 ath-thania 1002)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Orthographe tu me tues et tu meurs avec moi
» Que je meurs à l’instant si l’envie me reprend de remettre ma tête dans la gueule du serpent [ pv Monsieur ]
» AZAZEL ◭ Pile tu meurs, face je te tue !
» Kane || "Si tu veux être apprécié, meurs ou voyage"
» Noctis Lucis Caelum~

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
MAGI RPG :: 
Les terres fermes
 :: Continent Ouest :: Empire Reim :: Remano :: Rues marchandes
-
Sauter vers: