AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Akira - la Fanalis qui brisa les Chaînes de la Destinée ۞

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


۞ 1ère apparition : 06/07/2017

۞ Rukhs : 96

۞ Rukh rose : Une femme libertine et bisexuelle vivant au gré de ses désirs ~

۞ Localisation : Qishan

avatar
Akira
Ancien Joueur

MessageSujet: Akira - la Fanalis qui brisa les Chaînes de la Destinée ۞   Dim 16 Juil - 22:51

Nom : La demoiselle ne possédait pas de nom. C’est du moins ce qu’en pensa un commerçant lorsqu’il la vit passer devant son échoppe, marchant à travers la ruelle parmi plusieurs personnes. Elle venait de rabattre sa capuche pour cacher son visage. Traversant le marché sous une chaleur accablante, tandis que des regards suspicieux se tournèrent vers elle. Qui se cachait derrière cette charmante silhouette ? Nul ne le savait réellement, si ce n’est que la belle était recherchée pour de multiples méfaits. Elle passa d’ailleurs à côté de l'une d'entre-elles, affichant un visage semblable au siens, mais dont le nom n’avait pas encore été recensé par l'autorité publique. Une récompense s'avérait donc attribuée pour celui ou celle qui parviendrait à la capturer.

Prénom : Akira

Surnom : Plusieurs cris retentirent dans la nuit pendant que la demoiselle s’occupait de réduire certains gardes au silence. Un témoin cru alors apercevoir des cheveux rouges semblables à des flammes, virevoltant dans le ciel alors qu’elle repartait déjà dans l’obscurité la plus totale. Depuis ce jour, ce souvenir resta à jamais dans sa mémoire. Si bien qu’il se décida à la surnommer : la Rose Flamboyante, tant il se souvenait de sa vivacité et de ses talents au combat. Ce surnom figurait désormais sur tous les avis de recherches. Tant bien même que des rumeurs s'étaient déjà répandus en ville, louant partout ses nombreuses prouesses et autres faits divers que les nobles et les esclavagistes avaient bien du mal à ignorer. Il ne faisait alors aucun doute que la mercenaire était tout autant appréciée du peuple que par les personnes qu'elle aidait en échange d'une contrepartie, venant de ce fait offrir ses services aux plus démunis.

Date de naissance : 26 Ath-Thania 978

Orientation : Ses lèvres frôlèrent celles d’un homme qu’elle avait rencontré, alors qu'il l'avait aidée à semer ses poursuivants, tombant sous le charme de cette adorable créature. Ils finirent ensuite par passer la nuit dans une auberge, alors qu’elle profita de l’aube pour s’éclipser par la fenêtre, ne laissant donc aucune trace de son passage. Elle reprit par la suite sa route à travers le désert, chevauchant les dunes sur son destrier en quête de sa prochaine destination. Malgré cela, il lui arrivait aussi d’être attirée par les femmes, si bien qu’elle se souvient une fois avoir fait l’amour dans une ruelle, alors qu’elle s’apprêtait à quitter sa proie sur un baiser des plus torrides. Peu de choses pouvaient donc la gêner, étant donné qu’elle ne semblait pas du genre à se lier à qui que ce soit, que cela soit par amitié ou pour assouvir ses moindres désirs. Il parut alors évident qu’elle était tout autant bisexuelle que libertine à certains degrés.

Groupe : Akira avait grandi dans les bidonvilles de Qishan et n’avait gardé que très peu de souvenirs de cet endroit en raison d’un traumatisme lié à son enfance. Cependant, du peu qu’elle s’en souvienne, il y avait souvent cette odeur nauséabonde qui lui revenait en tête. Une odeur désagréable de sang et de fer forgé, mêlé à de la transpiration qui lui donnait parfois des maux de tête à certaines périodes de l’année, si bien qu'il était possible de la voir se tortiller la nuit en raison des cauchemars qui venaient parfois la hanter... S’ensuit alors de coups de fouet et de cris étouffés au beau milieu d’un désert. On pouvait alors discerner plusieurs enfants aux cheveux rouges, probablement des Fanalis, dont une se trouvait être anormalement faible au vue de sa silhouette chétive. Elle se revoyait finalement entrain de marcher, fixant le sol de ses deux pupilles rosées. L’enfant peinait à garder un rythme correct pendant que la chaleur lui brûlait la peau, laissant entrevoir d'innombrables cicatrices sur son dos. Ces marques lui ont, d’ailleurs, été attribuées par ses maîtres en guise d’exemple pour avoir pris la défense d’un de ses camarades. C’est tout du moins ce qu’elle garda de son ancienne vie d’esclave.

Camp : Son regard se perdit au loin alors qu’elle fixait à présent la Lune. La demoiselle s’était assise sur le toit d’une bâtisse qu’elle avait tantôt escaladé. Elle se mit ensuite à fermer les yeux, dévoilant légèrement ses boucles d’oreilles au gré du vent. Elle adorait se retrouver seule à cette heure tardive de la nuit. N’ayant alors que pour seule amie, le simple reflet de cet astre lunaire. La jeune femme appréciait donc ces moments de solitude quand elle ne trouvait pas le sommeil ou qu'il lui arrivait parfois de faire des cauchemars, se perdant ainsi dans sa contemplation. En revanche, ses convictions ne semblaient souffrir d’aucune influence notable. En effet, la demoiselle ne s’était jamais résolue à se battre pour quelqu’un d’autre que pour soi-même, si ce n'est à l’exception de quelques contrats qu’elle se devait d’accomplir dans le seul but de survivre.

Statut : Elle était devenue au fil des années une mercenaire émérite, tant elle avait appris à manier aussi bien les armes que le combat au corps-à-corps afin que même destituer de celles-ci, elle puisse tout de même se défendre en assénant plusieurs coups précis, là où les zones s'avéraient être les plus sensibles, touchant la plupart du temps les parties intimes et autres points faibles du corps humain. Ce fut d’ailleurs un art de combat qu’elle avait appris lorsqu’elle vivait dans la rue alors qu’elle n’avait à peine que 8 ans, essayant de ce fait de survivre par tous les moyens possibles malgré sa condition.

Elle développa d'ailleurs un certain don pour l’acrobatie et l’escalade plutôt que la danse. Et savait donc pertinemment user de son corps pour esquiver certains coups ou pour fuir lorsque cela s'avérait nécessaire. Même s'il fallait parfois reconnaître qu’elle l'utilisait souvent pour pallier un désir charnel. Si ce n'est en réalité un manque d’affection étant donné que la mercenaire disposait aussi de besoins comme tout être humain.

La discrétion et l’agilité étaient donc ses plus grands atouts. Si bien que parfois, il n'était pas rare de la voir se faufiler parmi les ombres, courant de toit en toit dans l'unique but de traquer une proie, ou bien ne serait-ce que pour fuir les personnes qui l’auraient dénoncé alors qu'elle se baladait tranquillement en ville. Elle était donc une tueuse aussi bien redoutable qu'une femme des plus charmantes. Pourtant, on sait tous qu’il ne fallait jamais se fier aux apparences. Et dieu sait ce qu'il en est advenu de ceux qui ont essayé de dominer cette belle jument au péril de leur vie.

Ce n’était donc pas un cœur à prendre, et encore moins un animal à apprivoiser.
Elle était juste une rose, dont il était impossible d’effleurer sans se piquer à travers ses épines aiguisées.


Avatar : Lenia {O.C Wlop}

Capacités
 



Tous les moyens étaient bons pour mettre fin à un combat sanguinolent, c’est du moins ce que pensait la demoiselle du haut de ses vingt-quatre printemps.

On pouvait la voir s’exercer à différents styles de combat, dont l’une s’avérait être le maniement des armes de jet, si ce n’est plus particulièrement des poignards qu’elle tenait délicatement entre ses doigts sur chacune de ses mains, les lançant par la suite sur une cible afin de s’exercer à la précision, mais également à la rapidité d'exécution lorsqu'elle se devait d'être en mouvement. La jeune fille fit alors plusieurs acrobaties et toucha le centre plusieurs fois.

Il n’était pourtant pas rare de la voir se battre au corps-à-corps lorsqu’elle se devait d’exécuter sa cible sans aucun bruit, les tenant cette fois-ci de façon horizontale à la manière d’un assassin. La jeune fille était donc beaucoup plus à l’aise et rapide dans cette posture, contrairement à l’épée qu’elle préférait utiliser qu’en cas de nécessité. Elle le gardait par ailleurs constamment sur son dos, mais ne s’en servait qu’à de très rares occasions étant donné qu’elle préférait plutôt les combats rapides que fastidieux. Elle n'hésiterait cependant pas à en faire usage si son adversaire s’avérait être de taille, ce qui pouvait notamment être le cas pour les personnes qu'elle estimait, les jugeant alors dignes d'être ses rivaux.

Ses armes n’avaient rien de particulier, hormis le fait qu'elles étaient toutes deux de couleur noires et qu'elles étaient faites de carbone, un matériau assez rare et connu de la région pour sa solidité et sa malléabilité. Ajoutons à cela une forme des plus ordinaires, mais dont leurs lames avaient été finement travaillées par un forgeron de Qishan.

Son épée devait alors bien mesurer 70 cm, ce qui suffisait largement pour l’utilisation qu’elle en faisait et quoiqu’elle fût assez fine, cette arme semblait pourtant faite d’un matériau solide, du moins suffisamment pour résister à toutes formes de choc, la rendant de ce fait aussi redoutable que dangereuse. Elle était même particulièrement efficace pour venir à bout d’un solide gaillard.

Quant à ses poignards, celles-ci devaient bien mesurer 10 cm, et dont il était possible de voir un côté plus tranchant que l’autre, en raison de leurs courbes qui se faisaient de plus en plus fines sur les extrémités. Elles ont donc été spécialement conçues et affûtées pour les assassinats et les combats de courte durée. Ainsi, il était alors plus facile pour la mercenaire de se mouvoir à travers les obstacles, étant donné qu’elles étaient toutes les deux faites sur-mesures. En somme, ces petits jouets s’avéraient tout aussi léger à manier qu’appropriée pour une femme de sa carrure, ce qui l'arrangeait plutôt bien.

Illustrations de ses Armes


Hormis cependant sa maîtrise inexorable dans le domaine du combat, la jeune femme n'en restait pas moins une Fanalis, dont la puissance et les facultés n'étaient pas à négliger. Elle était pourtant loin de maîtriser cette force qui était la sienne. Et n'avait jusqu'à ce jour croisé aucun des Fanalis dont elle avait tant entendu parler d'après quelques rumeurs. Mais peut-être viendra le jour où elle pourrait apprendre à maîtriser ce don auprès de l'un d'entre-eux. Qui sait ? Tout pouvait être possible lorsqu'on s'était défaite de ses propres chaînes.

Pour l'heure, elle ne semblait pas en être tout à fait consciente, du moins en totalité. Elle savait juste qu’elle en était une, mais cela n’allait pas plus loin. Elle n’était pas de ceux qui mouraient d’envie de savoir ce qu’il en était advenu de sa race, ni même de retrouver l’un de ses proches, étant donné que celle qu'elle affectionnait, avait péri dans un incendie le jour de son anniversaire. Quant à savoir ce qu’il en était advenu par la suite, tout ne fut que vague souvenirs et migraines. Ce qui pouvait en fin de compte paraître étonnant pour la plupart des fureteurs qui cherchaient à en savoir plus sur son passé.

Elle avait bel et bien appris à vivre seule et n'avait plus d'attache depuis très longtemps, si bien qu'elle n'avait gardé aucun souvenir de son passé, hormis celui d'être une Fanalis, dont la curiosité et la crainte pouvaient se ressentir chez la plupart des personnes qu'elle croisait durant son périple. La jeune femme était donc bien loin de savoir tout ce dont elle était capable de faire en tant que telle. Au lieu de cela, elle se contentait de se battre de façon ordinaire, bien qu'il s’agissait effectivement d'une Fanalis, mais dont le potentiel était relativement gâché par son ignorance, faisant d'elle une personne tout à fait intrigante pour peu que l’on s’intéresse à son histoire.


A quoi ressembles-tu ?
 



Désormais libre de toutes ces chaînes qui l'avaient retenue prisonnières durant plusieurs année. Voilà qu’elle parcourait les dunes sur un cheval qu’elle avait tantôt volé en ville, errant quelque peu sur le continent central. Ce n’est lorsque le Soleil s'apprêtait à se coucher que la jeune femme décida de faire une halte, diminuant de ce fait son allure pour s'arrêter tout près d'une oasis. Une légère brise se leva, soulevant avec elle quelques grains de sable et de poussière, alors qu'elle descendait dorénavant de sa monture, mettant ainsi un pied-à-terre.

Elle vint ensuite caresser l’animal, laissant alors ses doigts glisser vers lui, tandis qu’elle tira tout doucement sur ses lanières pour le guider peu à peu vers cette étendue d’eau. Elle retira par la suite sa capuche, nous laissant entrevoir de magnifiques cheveux rouges qui tombaient en cascade à hauteur de ses épaules, et dont on pouvait discerner une délicate poitrine de taille moyenne, le tout complété par une peau de porcelaine légèrement bronzée pour peu qu’elle était exposée au Soleil.

Aparté:
 


La jeune fille foulait à présent le sol de ses deux bottes noires, marchant d’un pas précis vers la source le plus proche. Il était alors possible de voir son reflet dans l’eau, tant celle-ci était pure et claire. Des yeux d’un rose profond vinrent alors se distinguer du reste, soulignant ses traits, tandis qu’elle s’était abaissée pour se rafraîchir, dévoilant ainsi des sourcils fins qui ne seraient pas sans rappeler la couleur de sa chevelure, qui elle était d'une couleur rougeoyante. Elle en profita ensuite pour se rincer le visage, nous laissant entrevoir à ce moment-là de délicates lèvres pulpeuses de couleur rosées, suivi d’un petit nez. Se redressant après s’être essuyée la bouche, on pouvait alors voir de gracieuses courbes qui complétaient sa silhouette.

Pour ce qui est de son corps, celui-ci était raffiné et n’avait pas l’air de peser bien lourd du haut de son un mètre soixante-douze, si l’on comptait bien évidemment ses talons. Dans le cas contraire, elle ne ferait qu’un mètre soixante-cinq, ce qui n’était alors pas plus mal pour une personne de son gabarit. Malgré cela, la jeune femme n'était pourtant pas à plaindre, si l’on s’en tenait à la fermeté de ses fesses due aux multiples missions qu’elle avait pu effectuer en tant que mercenaire. Ce qui d'ailleurs était loin de déplaire à certains hommes qui en profitaient notamment pour se rincer l’œil ou ne serait-ce que pour la contempler d'une tout autre façon, si ce n'est à l'image d'un bout de viande qu'ils auraient eu envie de consommer, exprimant clairement leurs intentions malsaines sur ses formes aguicheuses.

Du vent souffla cependant sur sa cape, tandis que l’on pouvait à présent l'apercevoir dans son ensemble, laissant apparaître sa tenue parmi la clarté de la nuit.

Elle portait donc une tenue des plus sobres, si ce n’est que l’ensemble était d’un noir de jais qui lui servait essentiellement à se dissimuler la nuit, se faufilant ainsi à travers les ombres en quête d’une proie qu’elle recherchait pour l’un de ses contrats. Sa tenue de voyage restait alors assez simple et confortable pour peu qu’elle se soit souciée de son apparence. Elle n’était donc pas du genre à être coquette, si ce n'est que la demoiselle portait quelques bijoux, à savoir deux boucles d’oreilles en argent, partant du lobe jusqu’à l'hélix, suivis de deux bagues en or qu'elle portait sur chacune de ses doigts. Elles étaient par ailleurs reliées à des manches longues, dont celles-ci partaient d’un gilet en queue-de-pie qu’elle complétait ensuite par une capuche. Le dessous était en revanche agrémenté d’un linge de corps qui ne couvrait que pour l’ensemble une partie de sa poitrine, laissant ainsi entrevoir un nombril des plus dénudés, et dont un piercing en argent venait couvrir son centre.

Pour continuer sur sa tenue, la jeune femme portait un short court pour faciliter ses déplacements. Elle portait ensuite des cuissardes à talons qui lui montaient justes au-dessus des genoux, lui recouvrant ainsi ses cuisses alors que l’ensemble était parsemé de lanières. Sans doute, y voyait-on là une forme de coquetterie de sa part, bien que cela fût néanmoins le seul détail que l’on pouvait révéler de sa personnalité.

Son apparence disposait en effet d’un style des plus étranges qui la rendît encore plus exotique que différente parmi tous ceux de sa catégorie. Elle était une Fanalis que l’on pouvait caractériser d’unique.


Comment penses-tu ?
 




La mercenaire semblait être en quête d'un objectif. Elle ne s’aventurait jamais au hasard ou bien très peu et allait toujours là où les conditions de vie lui paraissaient le plus favorable. C’est du moins ce qu’elle se disait d’un point de vue pragmatique, bien que la réalité fût assez différente de ce qu’elle s’était imaginée lors de ses débuts.

En effet, pour survivre dans des conditions décentes, la mercenaire n’avait guère d’autres choix que de vendre son corps de temps à autre pour jouir d’une situation plus que confortable. Elle n’exprimait donc aucune envie à être l’objet de quelqu’un, si ce n’est par simple nécessité de survivre. Ce n’était donc pas le genre de femme à mélanger plaisir et affaire. Et ce, malgré le fait qu’elle puisse trouver quelqu'un de séduisant dès le premier soir.

C’était une femme qui ne s’attachait qu’à très peu de personnes. Elle était même responsable et consentante dans tous ce qu’elle entreprenait et n’avait pas besoin de vivre à travers quelqu’un pour s’épanouir. Elle pouvait donc s’avérer tout aussi détachée qu’opportuniste lorsqu’il s’agissait de son bien-être et de ses intérêts personnels, la rendant ainsi autonome au fil des années.

C’est toutefois dans l’optique de trouver mieux qu’elle n’avait jamais eu honte d’user de son corps pour répondre à ses divers besoins. C’était même assez compréhensible venant d’une fille qui avait appris à vivre seule depuis toute petite. Quitte à s’en sortir par tous les moyens possibles, y compris de façon illégale, qui était pour la plupart du temps le vol de quelques objets qu’elle revendait aussitôt au marché noir en échange de quelques pièces, lui permettant ainsi de vivre de façon modeste durant plusieurs semaines.

Elle ne s’en cachait pas vraiment et ne semblait pas faire partie de ceux qui avaient un esprit fermé sur la sexualité et tout autre tabou qui consistait à gagner sa vie de manière moins honorable. Ce qui explique notamment pourquoi elle était majoritairement recherchée dans la plupart des villes où elle se situait.

Elle était pourtant quelqu’un de très solitaire et n’avait confiance en personne d’autre qu'en elle-même. Ce qui pouvait parfois lui donner l’apparence d’une femme méfiante, voire même asociale du fait qu’elle ne s’exprime que très peu ou qu'elle n'a sans doute pas l’envie de le faire lorsqu'on en vient à l’agacer.

Hormis cela, Akira était une femme patiente contrairement à ce que l’on pourrait s’attendre de la plupart des Fanalis. Elle pouvait donc se montrer attentive et à l’écoute, du moins suffisamment pour récolter quelques informations qu’elle jugeait nécessaires. Elle n’irait néanmoins pas se donner la peine d’aller voir son interlocuteur pour autant. Non, elle était bien trop réservée pour se plier à ces principes de société qui l’obligeait parfois à se comporter de façon courtoise et polie comme l'on s'attendrait principalement d'une femme éduquée et civilisée. Sauf qu'Akira était tout sauf civilisée, si ce n'est qu'elle était particulièrement sauvage lorsqu'il s'agissait de relations sociales. Ce n’était en effet pas le genre de personne à aller aborder quelqu’un pour faire sa connaissance. Elle s’en moquait bien d'ailleurs et n’exprimait nullement le besoin de se mélanger à la populace pour contribuer à cette hypocrisie sociale que tous le monde faisait par soucis d'éthique et d'intérêt. Ce qui pouvait par moment lui donner un air hostile, n'incitant alors que très peu de personne à venir l'aborder pendant qu'elle buvait une pinte au comptoir.

C’était décidément une femme bien étrange pour ceux qui essayaient de la côtoyer de près ou de loin, recevant alors pour la plupart, un vent des plus glaciales qui était loin de plaire aux plus susceptibles des hommes pour peu qu’ils essayaient d’attirer son attention. D’ailleurs, cela se terminait souvent en bagarre générale, étant donné qu’elle n’était pas du genre soumise ou docile... Et encore moins lorsqu'il s'agit d'une menace, surtout lorsque celle-ci provient d’un homme dont il lui était insupportable de voir. Le genre de personne qui croit fermement que la femme était née pour procréer et pallier au plaisir de l'homme. Elle les détestait. Tous autant qu’ils étaient, et était même capable de leur faire regretter leurs actes après quelques mois d'absence. Si bien qu'il n'était pas étonnant de la voir traquer des hommes jusque dans leur lit.

À l'inverse, elle pouvait tout autant se montrer généreuse et sincère envers les personnes qu’elle estimait comme ses propres égaux. Tout dépendait uniquement de la confiance qu’elle avait placée en eux. Il faut juste la connaître pour savoir qu'elle cache une réelle douceur et une loyauté des plus assurés.

Elle pouvait pourtant s’avérer maladroite et blessante lorsque l’on venait à la contrarier, manquant ainsi de tact dans la plupart de ses reparties. Dans ces moments-là, elle préférait alors plutôt s’éloigner. Quitte à disparaître pour un temps afin de revenir un peu plus calme les jours suivants. Elle n’était donc pas du genre à perdre son sang-froid lors d’un désaccord, mais était au contraire quelqu'un de franche et d'assez réfléchie. Ce qui pouvait notamment être à son avantage lorsqu'il lui fallait négocier des contrats ou tempérer certaines situations qui nécessitait parfois de la patience et de la rigueur.


Elle était cependant une femme raffinée et n'était que très peu intéressée par les objets de valeur. Il serait alors vain de vouloir la charmer par la richesse ou autres futilités de même acabit. Son seul intérêt était sa soif inextinguible de liberté et de découverte. Rien d'autre ne comptait à ses yeux. Elle avait cet esprit que très peu de gens pouvaient apprendre à cerner au cours de toute une vie, si ce n'est celui d'un animal sauvage à la fois imprévisible et indomptable, la rendant ainsi désirable auprès de la plupart des hommes et des femmes qui avaient le plaisir de faire sa connaissance.

La jeune femme avait bien tout pour plaire, si l'on tenait compte de son charme énigmatique et envoûtant, tant son regard pouvait vous sembler briller d'une lueur incandescente. Sans parler du fait qu'elle pouvait vous fixer d'un sourire tout aussi particulier que séduisant.

Second Aparté:
 

Pour autant, Akira était aussi perçue comme quelqu’un de renfermée en raison du fait qu’elle avait l’habitude de garder ses secrets pour elle. Ce n’était donc pas une personne des plus fiables en terme d’amitié. Elle n’irait alors pas vous confier son passé pour peu que vous lui auriez demandé, mais pouvait toutefois s'avérer protectrice lorsqu’il s’agissait de défendre ceux qu’elle estimait suffisamment proches et dignes d'intérêt. Cela faisait juste partie de ses principes et la loyauté était une chose importante à ses yeux, mais encore fallait-il pour cela qu’elle soit entourée d’amis, ce qui était loin d'être le cas.

Notre mercenaire s’est, au fil du temps, renfermée derrière une apparence que l'on juge parfois d’impassible, tant il était possible d’entrevoir une certaine méfiance derrière ce regard si fin.

D’un naturel peu avenant, la jeune femme disposait néanmoins d’une confiance qui la poussait parfois à se surpasser, allant jusqu’à devenir stricte et exigeante envers elle-même dans le but d’obtenir tout ce qu’elle désirait. Il s’agissait là d’un orgueil propre à tous les Fanalis et n'appréciait guère les jugements provenant des étrangers. Personne au monde n'avait le droit de lui dire quoi faire et encore moins lorsqu'il s'agissait de lui donner des ordres. Elle n’obéissait en effet qu'à ses seuls désirs et refusait de se plier à qui que ce soit. Qu'il s'agisse d'un illustre Prince, d'un glorieux conquérant ou d'un funeste Destin, l'intrépide Fanalis n'en avait que faire de toutes ces normes sociales. Elle souriait même à l'idée de trouver une âme qui serait capable de suivre son rythme et de dominer son coeur.

Pourtant, à ce que cela ne tienne, ce n'était pas non plus le style de femme à abandonner dès la première défaite. Elle était au contraire persévérante et courageuse, si bien qu’elle ne reculait devant rien, ni personne pour exprimer son faire-valoir.

A la fois indépendante et obstinée, elle appréciait vivre selon ses propres règles et n'aimait pas s'attirer la gloire à tout prix. C'était donc quelqu'un d'assez simple et modeste, si ce n'est qu'elle souhaitait juste avoir de la reconnaissance pour le travail qu'elle effectuait chaque jour en tant que mercenaire. Du moment qu’on la respecte, ce n’était pas quelqu’un de particulièrement nuisible ou de dangereux et ne semblait disposer d’aucun avis sur ce monde. Sans parler des différents pays qui essayaient d’imposer leur utopie comme le Royaume de Sindoria, l'Empire Reim ou l'Empire Kou. La Fanalis souhaitait juste vivre comme une personne ordinaire et ne supportait pas l’idée de retourner dans une cage dorée, où sa liberté se verrait une nouvelle fois restreinte par les règles d’un soi-disant « maître ».


Elle était pourtant bien décidée à trouver sa place dans ce monde
... Que le Roi Salomon avait jadis crée.


Comment as-tu vécu ?
 



Quel était le passé de cette chère Fanalis dont tant de mystère semblait l’entourer ?
Pour le savoir, il fallait remonter à sa naissance.
Là, où tout avait commencé dans les bidonvilles de Qishan...


Plusieurs cris retentirent au sein d’un modeste taudis. Il s’agissait-là d’un cri distinctif d’un nouveau-né dont les cheveux était d’une couleur rougeoyante.

À cette époque, il était impossible pour sa mère d’ignorer les conséquences d’un tel acte, si ce n’est le fait qu’elle a été de multiples fois injuriées par l’ensemble des habitants, se faisant alors traiter de monstre partout où elle allait, tant la peur, la haine et le mépris pouvaient se lire sur leurs visages. Tous craignait la suprématie de ces êtres exceptionnels dont la force et la singularité étaient une menace pour la plupart des êtres humains. Cette race que nulle ne pouvait rivaliser hormis la tribu des guerriers d’Imuchakk. La mère essaya pourtant de se frayer un chemin à travers la populace, ignorant par la même occasion leurs chuchotements incessants et autres sujets de dénigrement. Contrainte de garder le silence par peur de représailles, la Fanalis tenait surtout à protéger son enfant de la plupart des esclavagistes.

Cet enfant, dont rien ne semblait la prédestiner à un avenir des plus heureux, dormait paisiblement au sein d’un petit panier durant lequel sa mère en profita pour la contempler alors qu’elle marchait d’un pas régulier, jetant un œil sur cet être de chair qu’elle avait pris soin de couvrir par un léger voile en lin. Un tissu qu’elle avait conçu à ses heures perdues en attendant qu’elle ne vienne au monde. Cette femme s’appelait Enolia, et tous savaient à peu près ce que la dame faisait lorsqu’elle n’avait d’autres choix que de faire la manche pour gagner quelques pièces afin de subvenir à ses besoins et ceux de sa fille qu’elle prenait soin d’élever seule, faute de s’être séparé du père qui l’avait reniée depuis sa naissance et qui ne désirait guère d’une fille comme descendante.

Il espérait que sa femme le comprendrait et qu’elle le suivrait dans ses choix, mais cette dernière, bien trop attristée par son raisonnement, ne put se résoudre à abandonner son enfant juste parce qu’elle n’était pas née comme lui l’aurait voulu. Enolia décida donc de rester, malgré tout ce qu’il a pu lui dire sur le devenir de leur propre enfant, lui disant alors qu’il était impossible pour elle de survivre dans de telles conditions, étant donné qu’ils étaient très pauvres et que le mieux était de la vendre auprès d’un esclavagiste de Qishan. Ce fut bien évidemment une chose qu’elle se refusa d’entendre et qui se résuma finalement par une séparation des plus abruptes. La pauvre femme s’était alors effondrée en larmes, lorsque celui-ci décida de disparaître durant le mois d’Ath-Thania, les laissant pour ainsi seules au sein de ces bidonvilles. Bien trop fier et têtu pour admettre qu’il avait tort, le Fanalis partit donc pour le Continent Obscur sans jamais se retourner, abandonnant sa fille et sa femme, l’homme ne revint dès lors plus jamais. Akira venait à ce moment-là d’avoir deux ans et se voyait désormais privée de figure paternelle. Elle grandissait alors aux côtés de sa mère sans trop de difficulté. Quelques années passèrent et voilà qu’elle courait désormais à travers les ruelles de Qishan. Le souffle haletant et les cheveux sales qui étaient probablement dû à la poussière et à une mauvaise hygiène de vie. La petite fille courait, tandis que des bruits se firent entendre derrière elle, criant pour la plupart qu’on ne l’attrape pour ce qu’elle venait de faire, si ce n’est qu’elle leur avait volé quelques miches de pain et de viandes séchées.

Bien trop pauvre et affamée pour résister à la tentation de commettre sa toute première bêtise qui se voulait pourtant des plus sincères et ce, malgré l’éducation qu’elle avait reçu. La petite était encore bien trop jeune pour comprendre quoi que ce soit. Ainsi, pensait-elle regagner sa demeure, tout en présentant à sa mère ce qu’elle avait fièrement acquis durant sa sortie. Une gifle retentissait alors dans la pièce, la faisant aussitôt comprendre qu’il ne s’agissait pas là d’un acte louable, mais bien d’un acte honteux. Des larmes coulèrent de ses joues, tandis que sa mère la serra dans ses bras, s’excusant par la même occasion de l’avoir frappé pour ce qu’elle avait fait. Comment pouvait-elle deviner que cela n’était pas bien du haut de ses six ans ? Elle paraissait si innocente et si fragile que l’on avait bien du mal à la réprimander pour son acte. Sa vie n’était pas des plus simples et sa situation ne l’aidait pas vraiment, quoique sa mère fît presque tout pour lui fournir ne serait-ce qu’un minimum de confort. Ce qui ne l’empêcha pas de poursuivre ses méfaits pour autant. Elle continuait en effet de voler en ville par instinct de survie, se nourrissant alors par ses propres moyens lorsqu’il n’y avait pas grand-chose à la maison, si bien qu’il lui arrivait parfois de ne pas manger à sa faim durant plusieurs jours.

Étant loin d’être une gamine des plus sottes, elle ne voulait pourtant pas être un fardeau pour sa pauvre mère et décida très jeune de faire face à la réalité de la vie, allant même jusqu’à se battre contre des gamins de son âge, alors que ces derniers avaient eu l’audace de traiter sa mère de prostituée et autres surnoms humiliants, allant jusqu’à les traiter de monstre tant la peur, la jalousie et la bêtise humaine semblait les accabler. Il ne suffit pourtant que d’un seul jour pour remettre en cause ce dont elle pensait être le bonheur, le jour de son anniversaire où la jeune fille allait avoir sept ans au mois d’Ath-Thania.

Un incendie s’était déclaré alors que la mère rentrait à peine d’une journée de travail. Voyant que des flammes s’étaient élevées dans le ciel, la voilà qu’elle courait déjà en direction du taudis, criant désespérément le nom de sa fille, mais en vain, elle ne semblait pas être là. C’est du moins ce qu’elle croyait avant de la voir se recroqueviller dans un coin de la pièce, la peur asservie par les flammes. Bien trop pétrifiée pour se sortir de cette enfer, la gamine était terrifiée et pouvait à peine entendre ce qui se passait à l’extérieur. Sa mère n’avait alors plus d’autres choix que de venir la chercher en se brûlant de part et d’autre pour la sortir de cet endroit, la prenant ainsi par la main.

La jeune femme dut cependant la relâcher lorsqu’une poutre vint tomber du toit, s’apprêtant alors à s’abattre sur eux, tandis qu’elle avait pris le réflexe de pousser sa fille en dehors de sa trajectoire. La mère se fit alors écraser par celle-ci, tant bien qu’il était impossible de lui venir en aide. C’est donc sur un dernier sourire qu’elle lui répéta de fuir pendant qu’il était encore temps, lui expliquant alors qu’elle était en danger et qu’il lui fallait dorénavant courir aussi vite que possible. Des larmes vinrent ensuite couler sur ses joues tant la douleur lui semblait insupportable. Cette scène fut malheureusement difficile à accepter et bien que l’enfant essaya de se calmer, c’est dans la panique qu’elle se mit alors à courir à contre-cœur, appliquant de ce fait les derniers conseils de sa mère avant que celle-ci ne finisse par succomber dans d’atroces souffrances.

Elle fuyait alors ceux qui étaient responsables de son malheur et courut jusqu’à parvenir à un désert pendant que plusieurs hommes se mirent à sa recherche. Tous voulait la capturer et la voir vendue à un prix des plus offrants, à défaut de n’avoir pas pu mettre la main sur sa mère qui leur faisait résistance depuis plusieurs jours. La gamine fut cependant contrainte de ralentir sa course, tant la fatigue se ressentait. Elle n’avait plus la force de faire un pas de plus, si bien qu’elle s’écroula sur le sable chaud, tandis que ses yeux se fermèrent progressivement sur cet incident dont rien ne semblait lui revenir lorsqu’elle entama sa vie d’adulte. Le choc fut si profond qu’il lui était impossible de se souvenir de son enfance sans avoir de migraines ou d’importantes nausées au cours de sa vie.

Ce n’est lorsqu’elle a été retrouvée dans le désert que sa vie commença à prendre une tournure différente. Son calvaire commençait en effet à prendre forme à l’âge de sept ans. Période à laquelle, la Fanalis était devenue une marchandise comme toutes les autres personnes de son âge. Elle se revoyait alors à bord d’une cage que les esclavagistes avaient l’habitude de transporter à l’arrière d’une charrette et dont l’ensemble était traîné par plusieurs chameaux. Sa vision commençait néanmoins par s’obscurcir à cause des somnifères qu’on lui avait fait avaler durant son sommeil, la faisant ainsi perdre conscience durant le trajet qui la mena jusqu’au repaire des esclavagistes, là où s’effectuèrent bons nombres de trafic d’humains. C’est à la fois désorienté et confuse que la jeune fille reprit connaissance dans une salle sombre, là où étaient attachés la plupart des esclaves en âge d’être vendues. Ce fut durant cinq longues années de services et de labeurs continus que la jeune fille apprit à l’âge de douze ans comment une esclave devait se comporter et ce que l’on attendait d’elle lorsque un homme viendrait l’acquérir au moment de la vente, si bien qu’il n’était pas rare de la voir s’exercer avec quelques femmes à des pratiques sexuelles.

A cette période, ses courbes commençaient à s’affiner due aux premiers signes de puberté. Elle subissait jour après jour un traitement différent destiné à la rendre docile et serviable dans le cas où celle-ci déciderait de s’opposer à leur autorité, ce qui arriva toutefois lors d’un châtiment public, où elle avait osé s’immiscer entre un camarade de cellule et l’un des maîtres esclavagistes. Elle se vit alors rouer de plusieurs coups de fouet pour cet affront. La punition fut d’ailleurs si cruelle qu’elle fut marquée à titre d’exemple, attestant pour ainsi dire son humiliation et sa soumission envers ses maîtres tant il était possible d’entrevoir des cicatrices à travers sa tunique déchirée. Et comme si cela ne suffisait pas, elle fut notamment utilisée en tant que martyr afin de réprimer toutes rébellions. Pour ce faire, les maîtres n’hésitaient pas à l’attacher pour la forcer ensuite à ramper à leurs côtés, allant jusqu’à la traîner partout où ils allaient afin de leur rappeler ce qui les attendaient en cas d’insubordination.

Elle se fit par la suite achetée par un des nobles de la région, dont on suppose qu’elle aurait perdu sa virginité dès lors qu’elle fut au service de cet homme, jadis connu pour son réseau de prostitution qu’il détenait un peu partout sur le continent central et qui à présent n’était plus qu’un simple noble, dont la fortune et la luxure étaient à profusion.

Bien des choses se disaient d’ailleurs sur ce maître au point même que des rumeurs semblaient circuler au sein de la demeure. On raconta qu’il était tout aussi cruel que dégoûtant d’après certains témoignages. Toutes avaient été plus ou moins abusé par cet homme et furent même jetée à la rue lorsqu’elle n’était plus en âge de le satisfaire ou de répondre à ses moindres besoins. C’était à n’en point douter un véritable pervers. Bien que l’on prétendait souvent du contraire en disant qu’il s’agissait plutôt d’un homme bon et généreux venant des anciennes esclaves qui étaient à son service et qui, d’ailleurs, n’avaient aucun mal à vendre leur corps pour profiter de la richesse de cet homme perfide dont la malhonnêteté et le vice semblaient être une chose innée.


Il fut pourtant bien son maître même si elle se refusait de penser quoi que ce soit à ce sujet, ce qui lui donnait ainsi l’habitude de se taire et de garder ses pensées pour elle, alors que ce dernier ne cessait de la contempler différemment depuis quelques temps, voyant en effet que son corps avait évolué et qu’elle commençait un peu plus à devenir une femme, la rendant d’autant plus désirable à l’âge de seize ans. Sa croissance venait alors de s’achever, ce qui signifiait notamment qu’elle était fin prête pour travailler à son service tout comme les autres filles de son âge. Cela devait maintenant faire quatre années qu’elle s’était habituée à vivre en tant qu’esclave, mais aussi en tant que prostituée lorsqu’elle devait travailler dans l’un des Harems de son maître.


Elle rapportait ainsi des bénéfices à son propriétaire qui avait cru bon d’investir en elle. Depuis ce jour, il n’a jamais eu à regretter son choix, étant donné qu’elle attira très vite l’attention des clients de par son charme inéluctable. Ce qui n’était pas sans conséquence puisque cela lui a valut la place de favorite, ou plutôt de concubine qui était plutôt considérée comme étant l’une des places les plus prestigieuses au sein d’un Harem. Ce fut pourtant là qu’une apparence, car la Fanalis avait bien une idée en tête et ne comptait sûrement pas le servir jusqu’à la fin de sa vie et ce, quoi que pouvait en penser les autres esclaves à son sujet, car il était certain que la jalousie n’en était que plus palpable.

C’est durant le soir d’une froide nuit qu’elle décida de passer à l’action et de mettre à exécution son plan d’évasion. Ce moment où il l’attendait dans sa chambre pour qu’elle vienne se coucher près de lui. C’est pourtant au moment de l’acte que notre esclave s’empressa de saisir le couteau qu’elle avait soigneusement caché durant la veille, le sortant rapidement du coussin, elle vint ensuite l’empaler sur son cou, atteignant de ce fait sa jugulaire. Du sang se mit ensuite à gicler sur son visage, si bien que le pauvre homme n’eut guère le temps de se défendre ou ne serait-ce que de réagir, tandis qu’il s’apprêtait à jeter sa semence en elle.

On ne put alors que déceler un visage horrifié, empli de cris étouffés et de jérémiades douloureuses due au sang qui ne cessait d’emplir les draps d’un rouge écarlate. L’homme s’écroulait à présent sur le lit, tandis qu’elle s’écarta de sa trajectoire, le regardant d’un visage stoïque, elle n’éprouva cependant rien d’émotionnel, si ce n’est de l’indifférence et du dégoût à son égard. Le crime commis, la demoiselle ne perdit pas un instant de plus pour quitter la chambre, bien qu’elle demeurait toujours sanguinolente, elle déclara aussitôt que les femmes étaient libre de partir si elle le souhaitait, puis s’en alla chercher quelques provisions pour les jours à venir, volant dans la cuisine ce qui pouvait lui servir de fournitures de base. L’ancienne esclave qu’elle était partit ensuite s’équiper d’une cape noire qu’elle rabattait aussitôt sur son visage, cachant ainsi le sang qui venait de sécher sur son corps endolori. Une fois ceci fait, elle quitta la demeure sans jamais se retourner sous les regards offusqués et apeurés des autres esclaves et poursuivit sa marche dans la nuit la plus obscure, ignorant presque cette sensation de froid et de fatigue qui la lancinait à chaque fois qu’elle prenait la décision de faire un pas en avant.

Ce qui s’était passé durant cette soirée ne demeurait qu’un bref souvenir pour la demoiselle, tant bien qu’elle ne prit pas la peine de méditer sur son acte. Elle se contentait juste de regagner la cité la plus proche, à savoir celle de la République de Mistania et espérait ainsi recommencer une nouvelle vie, mais tout ne pouvait pas se passer aussi facilement qu’on ne l’aurait espéré.

Peu après la mort du maître, plusieurs femmes s’étaient en effet empressés de signaler sa mort et par la même occasion de dénoncer la présumé coupable de ce crime. Que ça soit par simple jalousie ou avidité pour la prime qui avait été promise pour tout témoignages jugés pertinents, la jeune femme venait en tout cas de s’attirer des ennuis, mais aussi des ennemis, la condamnant ainsi à une vie d’errance et d’anonymat perpétuelle pour le restant de sa vie.

Désormais libre de sa condition d’esclave, la demoiselle n’eut d’autres choix que de s’engager dans un service militaire dans l’unique but de survivre. Cette décision lui vaudra alors quelques années d’entraînement avant de gagner en souplesse et en expérience dans l’art du combat, gagnant progressivement de la dextérité jusqu’à se hisser parmi les meilleures de sa promotion. Elle parviendra ensuite à changer d’avis sur sa condition à l’âge de 22 ans, se vouant par la suite à une modeste vie de mercenaire, la Fanalis se consacrera à différents contrats durant deux longues années, faisant alors de cette vie précaire une profession. Elle partira finalement de Mistania pour assouvir sa soif de découverte et d’exploration du haut de ses 24 ans.

Parcourant l’immensité du continent central, elle espérait trouver des réponses tout en vivant au gré de ses envies. Tel était le chemin qu’elle avait choisie, malgré le fait qu’elle ne savait toujours pas en quoi consistait son existence et le destin qui l’attendait.




> Surnom : Akira
> Âge : 21 ans
> Comment as-tu découvert le fofo ? Il y a très longtemps ~
> Code du règlement :


Dernière édition par Akira le Ven 2 Fév - 8:07, édité 35 fois (Raison : Nombreuses phrases modifiées par soucis de fluidité et de cohérence + Ajouts de l'histoire et des images.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


۞ 1ère apparition : 06/07/2017

۞ Rukhs : 96

۞ Rukh rose : Une femme libertine et bisexuelle vivant au gré de ses désirs ~

۞ Localisation : Qishan

avatar
Akira
Ancien Joueur

MessageSujet: Re: Akira - la Fanalis qui brisa les Chaînes de la Destinée ۞   Lun 17 Juil - 6:06

(Je poste ici au cas où pour l'histoire.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

noble - guerrière

۞ 1ère apparition : 31/01/2017

۞ Rukhs : 115

۞ Localisation : Empire Reim

avatar
Laelia Caelius
noble - guerrière

MessageSujet: Re: Akira - la Fanalis qui brisa les Chaînes de la Destinée ۞   Lun 17 Juil - 14:51

Re-bienvenue parmi nous Akira o/
J'ai bien hâte de lire son histoire qui sera des plus intéressantes, j'en suis certaine ~

۞ • ۞ • ۞ • ۞

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


۞ 1ère apparition : 06/04/2016

۞ Rukhs : 25

۞ Rukh rose : Célibataire

۞ Localisation : Là où mon crétin de Maître se trouvera.

avatar
Emilira

MessageSujet: Re: Akira - la Fanalis qui brisa les Chaînes de la Destinée ۞   Lun 17 Juil - 17:02

Rebienvenue sur le fofo Akira ^^

J'ai hâte de lire ta fiche qui s'annonce déjà fort intéressante :DD

۞ • ۞ • ۞ • ۞

Amnesic Lady


Ma mémoire est en pièces. Cela ne m'importe guère, mais pourtant une partie de moi se demande ce qui est caché au fond de mon âme. Le saurais-je un jour ? - Thème musical

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.youtube.com/channel/UC5N730ToaPOeTZ_xsGXJmPw

Magicien Violet

۞ 1ère apparition : 20/02/2014

۞ Rukhs : 255

۞ Rukh rose : Célibataire

۞ Localisation : !? TITUS QU'EST CE QU'ON FOUT LA?

avatar
Sphintus Carmen
Magicien Violet

MessageSujet: Re: Akira - la Fanalis qui brisa les Chaînes de la Destinée ۞   Lun 17 Juil - 21:09

Ah la voilà donc cette fameuse fiche o/ -se demandait quand elle pointerait le bout de son nez-

J'aime beaucoup pour le moment ♥ Bien hâte d'en savoir plus sur cette chère fanalis avec l'histoire

۞ • ۞ • ۞ • ۞



Merci à Âamet-san pour le vava & la signa ♥️
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


۞ 1ère apparition : 07/05/2017

۞ Rukhs : 174

۞ Rukh rose : Ambigüe

avatar
Souhaya Salhi

MessageSujet: Re: Akira - la Fanalis qui brisa les Chaînes de la Destinée ۞   Mar 18 Juil - 11:19

Wouah, quelle jolie fiche ! *o* Et quel perso intéressant ! *^* J'adore J'ai encore plus envie d'un lien maintenant xD J'ai hâte de voir ce que l'histoire va donner, je sens que ça être haut en couleur ! :D

۞ • ۞ • ۞ • ۞



♥️ Merci Hilel et Naya pour ces superbes graphismes !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


۞ 1ère apparition : 06/10/2015

۞ Rukhs : 268

avatar
Méluzhianne Mortys
MAGICIEN BLANC

MessageSujet: Re: Akira - la Fanalis qui brisa les Chaînes de la Destinée ۞   Sam 29 Juil - 19:53

Je te félicite pour ta fiche ^^ très agréable et impressionnante =).

Et je m'avance sans trop de crainte en te disant qu'il nous faut IMPÉRATIVEMENT un lien !!! =P

۞ • ۞ • ۞ • ۞


Présentation                  Relations                Fiche Technique
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


۞ 1ère apparition : 06/07/2017

۞ Rukhs : 96

۞ Rukh rose : Une femme libertine et bisexuelle vivant au gré de ses désirs ~

۞ Localisation : Qishan

avatar
Akira
Ancien Joueur

MessageSujet: Re: Akira - la Fanalis qui brisa les Chaînes de la Destinée ۞   Jeu 19 Oct - 2:17

Bonjour/Bonsoir les amis ! *tousse à cause de la poussière qui s'était entassé depuis le temps*

Désolé de vous avoir fait attendre et d'avoir laissé cette fiche à l'abandon durant plusieurs mois. Je tenais à vous informer que j'ai édité mon post pour corriger certaines phrases, et que j'ai notamment rajouté/enlevé certains paragraphes qui s'annonçaient trop répétitifs en mon sens.

Je pense déjà vous confirmer que tout ce qui a été écrit jusqu'à présent est clôturé et que par conséquent, je ne modifierais plus les parties correspondant à son physique et à sa description mentale.

Quant à l'histoire, je m'engage à vous la transmettre avant la fin de semaine, soit dimanche dernier délai.

En vous remerciant encore pour votre patience, malgré le retard plus que tardif. ^^'


P.S : Voici les détails des modifications. (voir ci-dessous)

Citation :
" Ce qui explique notamment pourquoi elle était majoritairement recherchée dans la plupart des villes où elle se situait. "

Citation :
" Elle était pourtant quelqu’un de très solitaire et n’avait confiance en personne d’autre qu'en elle-même. Ce qui pouvait parfois lui donner l’apparence d’une femme méfiante, voire même asociale du fait qu’elle ne s’exprime que très peu ou qu'elle n'a sans doute pas l’envie de le faire lorsqu'on en vient à l’agacer. "

Citation :
" Elle n’irait néanmoins pas se donner la peine d’aller voir son interlocuteur pour autant. Non, elle était bien trop réservée pour se plier à ces principes de société qui l’obligeait parfois à se comporter de façon courtoise et polie comme l'on s'attendrait principalement d'une femme éduquée et civilisée. Sauf qu'Akira était tout sauf civilisée, si ce n'est qu'elle était particulièrement sauvage lorsqu'il s'agissait de relations sociales. Ce n’était en effet pas le genre de personne à aller aborder quelqu’un pour faire sa connaissance. Elle s’en moquait bien d'ailleurs et n’exprimait nullement le besoin de se mélanger à la populace pour contribuer à cette hypocrisie sociale que tous le monde faisait par soucis d'éthique et d'intérêt. Ce qui pouvait par moment lui donner un air hostile, n'incitant alors que très peu de personne à venir l'aborder pendant qu'elle buvait une pinte au comptoir. "

Citation :
" C’était décidément une femme bien étrange pour ceux qui essayaient de la côtoyer de près ou de loin, recevant alors pour la plupart, un vent des plus glaciales qui était loin de plaire aux plus susceptibles des hommes pour peu qu’ils essayaient d’attirer son attention. D’ailleurs, cela se terminait souvent en bagarre générale, étant donné qu’elle n’était pas du genre soumise ou docile... Et encore moins lorsqu'il s'agit d'une menace, surtout lorsque celle-ci provient d’un homme dont il lui était insupportable de voir. Le genre de personne qui croit fermement que la femme était née pour procréer et pallier au plaisir de l'homme. Elle les détestait. Tous autant qu’ils étaient, et était même capable de leur faire regretter leurs actes après quelques mois d'absence. Si bien qu'il n'était pas étonnant de la voir traquer des hommes jusque dans leur lit. "

Citation :
" À l'inverse, elle pouvait tout autant se montrer généreuse et sincère envers les personnes qu’elle estimait comme ses propres égaux. Tout dépendait uniquement de la confiance qu’elle avait placée en eux. Il faut juste la connaître pour savoir qu'elle cache une réelle douceur et une loyauté des plus assurés. "

Citation :
" La jeune femme avait bien tout pour plaire, si l'on tenait compte de son charme énigmatique et envoûtant, tant son regard pouvait vous sembler briller d'une lueur incandescente. Sans parler du fait qu'elle pouvait vous fixer d'un sourire tout aussi particulier que séduisant. "

Citation :
" Notre mercenaire s’est, au fil du temps, renfermée derrière une apparence que l'on juge parfois d’impassible, tant il était possible d’entrevoir une certaine méfiance derrière ce regard si fin. "

Fin ~

Je pense n'avoir rien oublié, mais s'il vous faut des explications supplémentaires, n'hésitez pas à me le faire savoir. J'ai mis en gras les passages que je disais justement avoir ajouté/modifié et retiré pour garder une certaine cohérence et fluidité.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

CHEF DE LA TROUPE DES VOLEURS

۞ 1ère apparition : 04/02/2016

۞ Rukhs : 744

۞ Rukh rose : Personne

۞ Localisation : Empire Reim

avatar
Hilel
CHEF DE LA TROUPE DES VOLEURS

MessageSujet: Re: Akira - la Fanalis qui brisa les Chaînes de la Destinée ۞   Dim 22 Oct - 15:02

Coucou =3

Y'a aucun souci prend ton temps pour l'histoire =D

۞ • ۞ • ۞ • ۞

L - M - M - J - V - S - D


Hilel et Arya, sa soeur plus jeune à Alma Toran, merci Naya !:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


۞ 1ère apparition : 06/07/2017

۞ Rukhs : 96

۞ Rukh rose : Une femme libertine et bisexuelle vivant au gré de ses désirs ~

۞ Localisation : Qishan

avatar
Akira
Ancien Joueur

MessageSujet: Re: Akira - la Fanalis qui brisa les Chaînes de la Destinée ۞   Mar 2 Jan - 23:13

Je tiens à faire un grand UP pour cette présentation qui s'avère à présent achevée ~

Merci pour votre patience et le temps consacré à la correction de ma fiche ! o/

۞ • ۞ • ۞ • ۞



Crédits:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

_

۞ 1ère apparition : 27/05/2016

۞ Rukhs : 191

۞ Localisation : Figure toi que je me suis perdu, mon jeune ami

avatar
Cynron
_

MessageSujet: Re: Akira - la Fanalis qui brisa les Chaînes de la Destinée ۞   Dim 14 Jan - 13:52

Haha pardon d'avoir tardé o/
Tout me semble bon -a fini l'histoire-, je te valide donc, espérant avoir l'occasion de faire un RP avec Akira ~

۞ • ۞ • ۞ • ۞



Seins ronds et ta poitrine doucereuse
Reviennent à moi les femmes pleureuses
Jalouses d’un bel homme travesti
Pourvu d’un charmant ouistiti



Bandant son arme, il se tient prêt
Cynron, en joug, porte l’attaque
Il l’a prise depuis la raie
Vivement dimanche de Pâques


[Dame Maeko, Ode à Cynron]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


۞ 1ère apparition : 06/10/2015

۞ Rukhs : 268

avatar
Méluzhianne Mortys
MAGICIEN BLANC

MessageSujet: Re: Akira - la Fanalis qui brisa les Chaînes de la Destinée ۞   Dim 14 Jan - 13:59

Félicitation !!!!! Trop content pour toi ! (bon et moi aussi en parallèle..... mais quand même !)

۞ • ۞ • ۞ • ۞


Présentation                  Relations                Fiche Technique
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Akira - la Fanalis qui brisa les Chaînes de la Destinée ۞   

Revenir en haut Aller en bas
 
Akira - la Fanalis qui brisa les Chaînes de la Destinée ۞
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Validée]Fiche technique d'Akira Kuukyo
» Retour à l'académie (PV : Akira)
» Le canard déchaîné - N°1 - 26/02/2012
» Désertion de Akira~Senjutsu du Grizzli
» [Guide] La pêche à la chaîne ! Comment avoir des shiny le plus rapidement possible

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
MAGI RPG :: Archives :: Fiches-
Sauter vers: