AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Un peu de douceur dans ce monde de brutes ~ Laissons les rukhs blancs se mêler les uns aux autres ♫ [pv Naya]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Fanalis corps

۞ 1ère apparition : 29/04/2014

۞ Rukhs : 89

۞ Localisation : Je suis en train de vendre des croissants dans le Continent Obscur

avatar
Prime
Fanalis corps

MessageSujet: Un peu de douceur dans ce monde de brutes ~ Laissons les rukhs blancs se mêler les uns aux autres ♫ [pv Naya]    Sam 8 Juil - 13:54

Ce n'était que d'une oreille que tu pouvais entendre le cri des enfants de l'autre côté du mur qui séparait votre dortoir des petites rues qui précédaient le camp d'entraînement. Ce n'était logiquement pas un endroit où les gamins étaient censés traîner alors il n'y avait rien d'étonnant à ce que leur ton enjoué soit interrompu par les réprimandes de leurs parents. Tu entendis un couvercle heurter le sol dans un immense vacarme et les cris des enfants retentirent de plus belle tandis qu'ils fuirent en courant, ne tardant pas à se faire poursuivre par leurs pères.

La précision avec laquelle tu décrivais mentalement la scène pouvait laisser croire que tu te trouvais dehors, avec eux. Malheureusement pour toi, le seul fanalis qui se retrouvait enfermé dans son dortoir car il ne devait pas se surmener n'était pas l'un de tes camarades.

Si ça ne tenait qu'à toi, tu serais bien allé jouer avec les enfants en assurant les parents que ce n'était pas un problème s'ils traînaient là car ils avaient bien le droit de s'amuser un peu. Tu étais toi-même un grand gamin à donner la permission aux gosses d'aller dans des endroits réservés au Corps Fanalis et si Myron avait été là, elle ne se serait pas contenté d'un coup de poing pour te le faire savoir.

Déjà parce que tu n'avais pas le droit de quitter cette pièce. Et ça encore, ta grande sœur te l'avait bien fait sentir ce matin, en te voyant te lever pour rejoindre les autres à l'entraînement alors que tu tenais à peine debout.

Tu poussas un immense soupir. Ce n'était pas très amusant de rester coincé ici mais tu tenais encore la vie... Bien qu'on pouvait se poser la question étant donné la manière dont tu avais agis hier et qui t'avait mis autant mal en point.

La tête toujours placée sur l'oreiller, tu levais ta main et observais tes phalanges, consterné. Les marques de brûlure étaient encore visibles même si elles étaient moins rouges qu'avant et qu'elles ne faisaient plus aussi mal que quand tu t'étais pris cette attaque de plein fouet.

Tu commençais à te redresser en voyant arriver une infirmière. Cette dernière se précipita vers ton lit avant de te forcer à te recoucher en donnant un violent coup de poing sur le matelas qui manquait d'exploser. A croire qu'il s'agissait aussi d'une fanalis. Mais elle devait sûrement être habituée à avoir affaire à des fortes têtes comme patients si c'était elle qui se chargeait de soigner les gladiateurs, même s'il était rare que les membres du Corps Fanalis soient blessés. Un jeunot comme toi n'avais aucune chance de t'opposer à elle.

Après s'être assuré que tu ne bougerais plus (cette phrase sonne suspecte), elle s'est contenté de prendre ta main et fit de gros yeux en voyant les traces de brûlure qui s'y trouvaient. Elle devait sans doute se demander contre quelle genre de bête tu t'étais battu. Heureusement pour toi, elle ne te posa pas plus de questions et alors qu'elle commençait à tremper une serviette dans une bassine d'eau, tu réfléchissais à la réponse.

Evidemment, tu savais ce qu'était un magicien malgré ta grande ignorance du monde et le fait que ça ne courait pas les rues à Reim. Tu en avais pas mal entendu parlé ces derniers temps, notamment de ceux de Magnostadt et la première fois que tu croisais ce genre de personnes, il fallait que tu te prenne de la foudre dans tout le corps. Les souvenirs des blessures d'hier revinrent au même moment que l'infirmière appuyait la serviette sur celles-ci.

Tu grimaçais. Tu l'avais un peu mérité. Tu ne regrettais pas d'avoir sauvé cette fille mais tu ne pouvais d'empêcher de penser que si tu avais été suffisamment malin (ou si tu t'étais assez entraîné surtout !), vous auriez pu être tous les deux épargnés.

De toute manière, d'où sortait ce groupe ? Qui chercherait à mettre Reim sans dessus dessous ? Pourquoi s'être attaqué à ce pays ? Que leur avait-on fait ? Tu n'avais pas vraiment peur d'eux mais de ce qu'ils pouvaient faire à tes proches. Une peur tout à fait compréhensible dans ce genre de situation.

Était-ce vraiment à Reim qu'ils en voulaient ? Ou n'était-ce qu'un début ? La manière dont ils s'étaient volatilisés était assez étrange pour des gens qui vous en voulait... Il y avait quelque chose dans le monde qui se préparait et que tu ne comprenais pas. Ce groupe n'était pas qu'une bande de rebelles qui faisaient leur petite révolution dans le pays. Ils auraient étés plus faciles à battre si ça avait été le cas.

Les autres auraient pu les battre... Mais toi ?


Tu n'avais jamais réfléchi à ce genre de choses...

Si ta puissante foi en l'humanité te rendait presque abruti au point que tu ignorais que le public encourageait la mort des jeunes gladiateurs , au Colisée, qui se faisaient dévorer sous leurs yeux et te poussait à trouver une explication logique à leur curieuse disparition, tu n'avais pas pu rester aveugle plus longtemps quand tu t'étais décidé à sortir du pays. Tu avais appris que dans ce monde, la misère n'était pas rare avec des personnes comme Eris ou bien que même si tu leur proposais ton aide, d'autres comme Hakuryuu ne se laissaient pas sauver aussi facilement mais que les laisser seuls avec leur ressentiment n'apportera que des effets négatifs.

Mais maintenant, tu ne pouvais pas oublier ces personnes. Elles existaient. Et elles pouvaient être prêtes à tout pour changer le cours des choses. Au point de commettre l'irréparable ? Répondre à la haine par la même haine ne résolvait rien, cette prise de conscience n'allait pas t'inciter à en arriver à de telles extrémités, mais si tu n'étais pas assez fort et bien trop bête pour aider ces gens, que pouvais-tu y faire ?

L'infirmière te fit signe qu'elle reviendrait et quitta la pièce avec son matériel. Tu la regardais, abasourdi, ayant du mal à croire que tout ceci était bien réel. Toi, tu avais réussi à te retrouver blessé ? Donc un fanalis aussi fragile pouvait lui aussi être capable de faire des choses...

Enfin, peut-être pas. Ces blessures ne voulaient pas forcément dire que tu avais atteins ton objectif. D'ailleurs tu étais tellement dans les vapes à la fin que tu ne te souvenais pas si Naya s'en était sortie. Elle avait finit par atteindre le chef de la troupe avec son poison mais ne s'était-il pas vengé ? Tu te mordais la lèvre, anxieux, ignorant la douleur qui te relançait alors que tu serrais le poing. A quoi cela servait si tu avais protégé cette fille pour un temps si elle ne s'en était pas sortie ? Tu n'assurais vraiment pas...

Il fallait que tu en aies le cœur net ! La bleue devait être en vie sinon... Avant que tu ne puisse te lever, la porte se rouvrit et par crainte de voir une infirmière furibonde, tu te cachais sous ta couverture.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


۞ 1ère apparition : 14/06/2014

۞ Rukhs : 292

۞ Rukh rose : Hakuryuu Ren

۞ Localisation : Reim

avatar
Naya
CITOYEN

MessageSujet: Re: Un peu de douceur dans ce monde de brutes ~ Laissons les rukhs blancs se mêler les uns aux autres ♫ [pv Naya]    Dim 16 Juil - 19:59

Un peu de douceur
FT : PRIME
Tant de choses s'étaient passées depuis l'arrivée de l'étrange groupe dans l'empire. Bien que la Fanalis Corps ait pu vaincre l'ennemi, accompagnée de Naya et d'Alibaba, la troupe de voleurs avait réussit à leur échapper, sans que la moindre information ne soit révélée. Qui étaient-ils ? Pourquoi attaquer Reim ? Naya l'ignorait, mais les questions ne cessaient de se bousculer dans sa tête.

Toutefois, il y a bien des choses que cette mésaventure lui aura appris. Des choses bien difficiles à encaisser. Elle était faible, et sa faiblesse n'était pas seulement un danger pour elle, c'était un danger pour les autres. Son incapacité à combattre, se sont les autres qui l'ont payé à sa place. La tran avait certes réussit à porter le coup final sur le chef des ennemis, ses camarades avaient sans doute pris bien plus que le mage au final. La jeune fille fut sortie de ses pensées lorsque la porte du dortoir devant lequel elle se trouvait s'ouvrit, laissant sortir une infirmière. Naya se redressa et s'avança vers elle, inquiète. Si la bleue était encore là aujourd'hui, c'était uniquement parce qu'il l'avait protégé. Ce jeune fanalis. Elle ne le connaissait pas, ignorait tout de lui hormis qu'il faisait partie de la Fanalis Corps, mais elle lui devait la vie. Prime avait encaissé les attaques normalement destinées à Naya à sa place. Sa vie n'était pas en danger, mais ses blessures étaient sévères.

Une fois que la femme s'éloigna, Naya s'approcha discrètement de la porte. Elle voulait être certaine qu'il aille bien. D'un pas hésitant, elle finit par ouvrir et entrer dans le dortoir où le jeune homme se trouvait. Elle le chercha du regard, inquiète. Il n'était pas là. La bleue ressentit une douleur à la poitrine. Il devrait être ici, alors pourquoi ? Elle secoua sa tête, non, il y avait forcément une explication. Il ne pouvait pas être.. Elle serra le poing.

- Prime ? Prime ?!

C'est alors qu'elle aperçut quelqu'un, dissimulé sous un drap. Sans plus attendre elle se précipita vers le lit et souleva le tissu afin de vérifier s'il s'agissait bien de Prime, et à son plus grand soulagement, c'était lui. Sans même réfléchir à la douleur que cela pourrait causer Naya lui sauta autour du cou.

- Tu es vivant ! Je m'inquiétais je n'avais pas de nouvelle, et je ne pouvais pas te voir non plus. Pendant un moment j'ai cru que tu n'étais plus là ne refait jamais ça.

Elle s'éloigna pour le laisser respirer. C'est à ce moment là qu'elle remarqua ses blessures. La tran rougit, gênée.

- Je.. Je ne t'ai pas fait mal ?

© ASHLING FOR EPICODE






Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Fanalis corps

۞ 1ère apparition : 29/04/2014

۞ Rukhs : 89

۞ Localisation : Je suis en train de vendre des croissants dans le Continent Obscur

avatar
Prime
Fanalis corps

MessageSujet: Re: Un peu de douceur dans ce monde de brutes ~ Laissons les rukhs blancs se mêler les uns aux autres ♫ [pv Naya]    Ven 21 Juil - 0:55

Ton premier réflexe en entendant la porte de l'infirmerie se rouvrir fut de te cacher. Réflexe un peu stupide maintenant que tu y pensais, peu importe qui était la personne qui venait d'entrer, elle devait avoir une bien piètre estime de toi maintenant. Cette façon de se cacher était digne d'un gamin puéril et si tu espérais rendre Mû, Myron et les autres fiers de toi ce n'était pas en agissant ainsi que tu y arriverais.

De toute manière, l'infirmière ne t'avait probablement pas vu te lever donc il n'y avait rien à craindre. Maintenant elle devait être en train de se demander à quoi tu jouais. Mais tu n'entendis aucun soupir. Puis elle était revenue bien rapidement. Avait-elle oublié quelque chose ?

Trop occupé à t'interroger sur l'identité de cette personne, tu en oublias de retirer la couverture de ta tête. Tu croisais les bras et te mis en tailleur pour mieux réfléchir, toujours caché. Si tu avais été une personne plus sensée, on aurait pu croire que tu préférais rester ainsi au cas où il s'agissait d'un des membres de la troupe de brigands. Après tout celui qui s'en prenait à Naya avait l'air assez en colère contre toi en voyant comment tu l'avais protégé et il devait être assez frustré de ne pas avoir réussi à te faire plus de dégâts suite à l'intervention de Myron. Mais non, tu étais juste incapable de te
concentrer sur plusieurs choses à la fois. Ah, que ce devait être confortable d'être aussi insouciant !

Pendant un instant c'était comme si cette troupe n'existait plus alors que c'était quand même un peu de leur faute que tu te trouvais là.

Tous les membres du Corps Fanalis devaient être en train de s'entraîner ou au palais... Tu ne tenais pas à les obliger à changer leur programme pour venir te voir. Ce n'était pas en étant là que tu pourrais leur causer des problèmes en traînant dans leurs pattes donc autant qu'ils ne cherchent pas les ennuis en venant d'eux-même.

De toute manière les pas étaient trop légers pour qu'il s'agisse d'un fanalis. Toutefois, tu n'estimais pas être quelqu'un d'assez important pour voir qui d'autre cela pouvait être à part un membre du Corps et tu eus plus de mal à deviner l'identité du nouvel arrivant. Tu pencherais plus pour une femme. Ça ne pouvait tout de même pas être Lady Schéhérazade !? Non, ça aussi, tu l'aurais senti.
Mais comme tous les membres de ta race, tu étais également assez sensible aux odeurs. Celle-ci ne t'était pas très familière... Néanmoins, tu te rappelais l'avoir déjà senti hier...

Comme pour répondre enfin à ta question, la jeune femme commença à t'appeler, paniquée.

Naya ! Bien sûr ! Enfin, ce n'était pas si évident que ça puisque tu t'inquiétais pour elle il y a une minute et que tu t'apprêtais à voir comment elle allait... Tu pensais qu'elle serait aussi au lit ! Peut-être que ses blessures n'étaient pas trop graves ou que comme toi, elle se montrait inconsciente ?

Quoi qu'il en soit, elle avait l'air nerveuse... Mince, tu avais oublié qu'elle ne te voyait pas ! Tu ferais mieux de la retirer pour la rassurer tout de suite !

La situation était tellement ridicule que tu avais envie d'en rire...

Une envie qui n'était pas partagée étant donné que la bleue se dépêcha de retirer la couverture, pensant sans doute à une mauvaise blague de ta part. Mais tu n'avais pas envie de rire de ce genre de choses.

Tu lui fis un grand sourire, aussi soulagé qu'elle:

- Nay- Oh !

Alors que tu t'apprêtais à lui répondre, elle se jeta à ton cou. Logiquement c'était toi qui faisait ça aux gens, c'était rare que ce soit l'inverse... Surtout quand tu étais blessé. Peut-être parce que ça ne t'arrivait pratiquement jamais ?

Tu ne souffrais pas au point que cette étreinte te donne une douleur surhumaine mais tes blessures recommençaient à te faire mal. Toutefois, tu ne voulais pas lui donner d'autres raisons de s'inquiéter et pris sur toi en serrant les dents, profitant du fait qu'elle ne voyait pas ton visage.

Le "oh" n'était que l'expression de ta surprise. Tu ne t'attendais pas à ce que Naya s'inquiète au point de te prendre dans ses bras. Elle ne semblait pas être le genre de filles qui se jetait au cou de n'importe qui... Contrairement à toi qui t'attachais un peu vite aux autres.

Mais tu ne la jugeais pas, bien au contraire et répondis à son étreinte en lui tapotant gentiment le dos. Tu étais heureux de voir qu'elle s'en était sortie et que ton intervention n'était pas vaine. Il n'y avait rien d'anormal pour toi à ce que deux personnes qui se connaissaient à peine se serrent comme ça après ce qu'ils avaient vécu.

Tu lui répondis quand elle se dégagea et qu'elle te laissa à nouveau respirer:

- Désolé de t'avoir inquiété, Naya, ce n'était pas mon intention. Je cherchais juste à me cacher de quelqu'un, répondais-tu en riant gaiement, sans aucune honte. Je suis content de voir que tu vas bien !

En voyant sa gêne suite à la façon dont elle t'avait sauté au cou, tu te dépêchais de le rassurer.

- Non, non, tu ne m'as pas fait mal ! Comme tu peux le voir,  ça va déjà m-Aïe !

Dans ton excès de confiance, tu t'étais donné un coup de poing au torse pour montrer que tu avais complètement récupéré... Malheureusement pour toi, ce n'était pas le cas et tu ne pouvais t'empêcher de grimacer... Tu avais donné un coup à un endroit où tu étais encore fragile. C'était malin.

Comme pour changer de sujet, car vous étiez maintenant deux à être dans l'embarras, et surtout parce que tu n'avais pas réussi à avoir de ses nouvelles, toi non plus, tu repris, soucieux:

- C'est gentil à toi de passer me voir... Mais l'homme encapuchonné ne t'a pas fait de mal, Naya ? Tu ne devrais pas te reposer ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Un peu de douceur dans ce monde de brutes ~ Laissons les rukhs blancs se mêler les uns aux autres ♫ [pv Naya]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Un peu de douceur dans ce monde de brute
» poemes et citations:un peu de finesse dans ce monde de brute
» La place d'Haïti dans le monde
» Un peu d'humour dans ce monde de brute
» Un peu de douceur dans ce monde de rustres...[Eärnil]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
MAGI RPG ::  Terres fermes  :: Continent Ouest :: Empire Reim :: Base navale :: Dortoir-
Sauter vers: