AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Où l'information prime sur l'action [21 de Chaabane 1002]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


۞ 1ère apparition : 12/06/2017

۞ Rukhs : 40

۞ Rukh rose : Célibataire

۞ Localisation : Kou

avatar
Fiona

MessageSujet: Où l'information prime sur l'action [21 de Chaabane 1002]   Dim 2 Juil - 22:46

D'une pierre deux goules
 La chasseuse de monstres avait mis pied à terre trois jours auparavant dans le port. Un vent nouveau venait fouetter son visage, agressé par le sel marin et par les marques visibles de fatigue. Alors même que le voyage dura dix jours, ces secousses incessantes, les bravades constantes des marins ou encore ce jour de tempête l'avait harassée. S'étant jurée d'arriver fraîche et disponible le jour de son arrivée dans l'Empire Kou, elle pestait de son fébrile état de santé. Fiona avait déjà tout planifié, elle savait que même en payant de ses dernières pièces le voyage jusqu'en terres impériales, elle aurait des possibilités de contrat. Sa confiance en elle n'avait toujours pas défailli, car l'entreprise était risquée, une fois sa dette payée au capitaine, elle était quasiment sans le sou. Les marins la laissèrent là, s'adonnant à leurs tâches respectives : descendre les marchandises ou prendre du bon temps dans les bas quartiers. L'idée leur parut bonne de ne plus retenter l'expérience avec Fiona qui avait déjà montré les griffes durant les derniers jours.


Fiona demeura sur le ponton un moment, silencieuse, fixant les hauts des toits qui se dressaient devant elle. Comme absorbée par ce panorama, son cœur se gonfla dans sa poitrine. Elle retrouvait sous ses yeux un pays qu'elle avait quitté toute petite, ses origines. Tout la fascinait, l'architecture, le style vestimentaire et le respect mutuel que le peuple semblait se vouer. Les minutes défilèrent comme des secondes et seule la brise marine put la ramener dans une humeur pragmatique. La jeune femme avait compris que cette sensation étrange en elle provenait de son abandon à la naissance, de cette haine qu'elle nourrissait envers sa propre famille d'origine, envers son propre nom. Si elle s'était elle-même étonnée de se trouver nostalgique et prise d'admiration pour cette culture à peine effleurée, Fiona comprit alors que ce fut le douloureux retour chez soi qui la meurtrissait. Elle prit conscience que ses nuits sur le navire ne furent pas écourtées et dérangées par le balancement monotone au creux des courants et vagues, ce qui l'avait ravagée était de retourner chez les siens. La chasseuse de monstres avait peur de croiser le regard de son terrible géniteur. Il serait à coup sûr le pire monstre qu'elle aurait eu à terrasser.

Fiona passa cette journée à prendre du repos, du mieux qu'elle le put et vit sa dernière pièce s'échapper hors de sa bourse. Une chambre douillette dans un établissement commode, et quelques vivres pour les journées futures avaient suffi à lui soutirer l'entièreté de son pécule. Elle ne partagea ses repas avec personne et d'aucuns ne purent lui soutirer quelques paroles que ce fut. Ces journées étaient empreintes de ce qu'elle s'était jurée d'accomplir et de la redoutée confrontation avec ses origines. Sa première nuit à Kou fut hantée par les spectres de son passé, imaginant les ombres de sa famille dansant au dessus de son frêle corps de nourrisson, maudissant sa naissance et sa venue. Et quand son repos ne fut plus possible, lorsque les premiers rayons du soleil annonçaient son second jour en ces terres, elle fut prise de sanglots, pleurant amèrement, les jambes recroquevillées contre sa poitrine. Rien ne pouvait la préparer à la souffrance de se rapprocher de jour en jour de ceux qui la croyaient heureusement morte. Mais quand la haine devenait plus forte que le remord, elle se levait alors, prête à achever sa journée, sachant néanmoins que les ténèbres d'une prochaine nuit rameuteraient à elle ses tourments.

Fiona avait réuni son équipement, ses vivres achetées la veille et avait quitté le petit hameau portuaire, partant pour le nord des contrées, direction Rakushou. Son corps peinait à la porter mais sa volonté était indéniable, elle se refusait à s'ajouter des pauses dans sa longue marche, s'économisant du temps en grignotant sur le trajet. Son seul souci était sa lame, car elle vivait par elle. Un tranchant mal affûté et le danger qui aurait dû être écarté d'un coup vous étripe de ses griffes. Il y avait des priorités et entretenir son outil de travail et de survie en était la première. Le repos arrivait loin derrière et le visage de la jeune femme trahissait ce mode de vie. Au cours de son voyage, s'étant écartée du sentier, une femme quasiment nue vint à sa rencontre. Fiona ne bougea pas d'un pouce, continuant à aiguiser son épée, le regard concentré sur sa tâche. Cette soudaine apparition n'eut pas l'air de l'effrayer ni même de la décontenancer. La femme portait pour tout vêtement un pagne autour des hanches, sa poitrine était nue et le physique de la jeune femme laissait penser qu'elle ne mangeait pas à sa faim. Fiona jeta un coup d’œil rapide et la pâleur de sa peau lui fit plisser le regard, celui-ci devenant scrutateur malgré la pénombre qui s'installait. Peu de personnes possédaient une blancheur proche d'un gris maussade. Fiona vit encore quelques marques au flanc de la femme qui s'avançait encore vers elle, avec un fin sourire, un air naïf dans le regard. Quand la chasseuse de monstres identifia un pas lent et maladroit, des jambes arquées, des ongles anormalement longs, un regard fixe et terne, elle sauta de la souche où elle s'était installée, l'épée déjà en main, se baissant avant d'arriver droit sur sa cible, l'épée parallèle au sol. Le coup fut porté, contre toute attente, aux jambes, dont l'une d'elles quitta le corps de la jeune femme. Au sol, la jeune femme poussa des cris démoniaques, ses ongles grattant au sol tandis qu'elle essayait de fuir en rampant, à présent dans l'impossibilité de fuir à toute enjambée. Rassurée de ne pas s'être trompée, Fiona sourit et donna le coup de grâce dans le torse de la créature.

Quand elle put être sûre que la créature était morte, elle s'agenouilla et vérifia la dentition du cadavre. Ses canines n'étaient pas humaines et la chasseuse de monstres conclut avoir eu affaire avec une goule. L'ennui était qu'elle se trouvait à présent relativement proche de la Capitale et que ces créatures vivaient rarement seules. Elles s'aventuraient peut-être déjà de nuit, sous couvert des ténèbres, dans Rakushou. Alors même que Fiona pensait au fait d'alerter les autorités au plus vite, une ombre fondit sur elle. Ses instincts la firent rouler sur le côté une fraction de seconde avant que la bête ne lui tranchât la gorge. Elle jeta un coup d’œil... Ce fut un autre membre de cette espèce, il ne fallait plus tarder dans cette région. Fiona fit alors appel à son djinn, et Seere lui fournit son pouvoir. L'équipement partiel invoqué, elle fonça à une vitesse folle vers la créature qui anticipa le coup par l'on ne sut quel moyen. Fiona multiplia les tentatives en tournoyant autour de sa cible mais cette goule là était plus incroyable encore que toutes celles que la chasseuse de monstres put rencontrer dans ses aventures. Par une feinte de coup droit, elle put arriver finalement derrière la créature et séparer son buste du bas de son corps. Il y eut un gémissement, mais la mort vint l'attraper rapidement et sévèrement. Le silence retomba.

Le 21 du mois, Fiona entrait dans Rakushou avec deux sacs de cuir sur l'épaule, contenant chacun une main et la tête des créatures. Elle ne fit aucune pause, son plan était clair et précis: se rendre directement au Palais Impérial, récupérer une prime et avertir du danger que pouvaient représenter ces créatures si proches de la Capitale. Il ne fallait pas à s'attendre à une attaque frontale mais à des malices de goules, personne ne voudrait s'y confronter. Si cette idée avait germé dans l'esprit de Fiona, c'était aussi pour glaner des informations sur ses origines, peut-être même à la place de cette prime attendue. Dès qu'elle aurait réglé ses comptes, elle repartirait sûrement sur les routes.
Si elle s'imaginait ainsi le coeur plus léger, son djinn lui souffla, alors que la populace se regroupait sur la place du marché :

« Tu as déjà maudit ta destinée, ne crois pas que ton passé te guide vers cette vengeance à prendre. Une autre voie est possible, Fiona. »


Négligeant ces conseils, elle gardait un pas assuré jusqu'à l'entrée du Palais Impérial, véritable chef d'oeuvre de l'Empire, fierté inébranlable de la famille régnant ici. Arrivant aux lourdes portes, des gardes maintenaient une surveillance acharnée, regardant d'un mauvais œil cette aventurière s'avançant vers eux. Elle les salua et leur montra le contenu des sacs avant de s'excuser. L'un d'eux, visiblement peu habitué et sûrement novice à son poste de soldat, lâcha son repas tout près. Il était vrai que si la vue n'était pas encourageante, le pire était encore l'odeur de putréfaction qui s'en émanait.

« Il me faut parler avec un membre de la famille Ren pour l'informer personnellement de cette menace qui sévit près de la Capitale. Je vous supplie de me laisser entrevoir cette personne. »


Sur ces mêmes mots, elle défaisait déjà la sangle soutenant son épée et la tendit aux gardes armés, ainsi que sa dague. Les deux hommes la jaugèrent un moment, d'abord son visage éreinté et sa cicatrice puis leurs descendirent. Fiona, qui avait anticipé que sa cicatrice pouvait porter mauvais présage avait pris l'habitude de déboutonner ne serait-ce qu'un bouton de plus sur sa chemise, histoire que le décolleté les encourageât davantage. Ils parlèrent à voix basse et finalement ils la firent entrer, l'un d'eux la précédant tandis que l'autre restait à la porte, faisant sonner une cloche signalant qu'une relève était demandée. Devant la porte de l'édifice alors qu'ils avaient passé tout deux les jardins impériaux que Fiona n'avait pas jugé bon de contempler, d'autres gardes les rejoignirent pour une fouille plus avancée. Fiona soupira, levant les bras et les yeux au ciel. Heureusement, elle tomba sur un homme correct qui ne fit même pas état de son décolleté cette fois-ci un brin provocateur. Si les deux rigolos de l'entrée avaient un peu lorgné dessus, il était certain que cette élite de l'Empire n'avait d'esprit que pour leur loyauté indéfectible.

On la fit alors attendre un quart d'heure sur ce pas de porte, tandis que pas moins de cinq gardes l'entouraient, ni curieux ni menaçant, d'un regard terriblement neutre et impartial. Un homme vint la mener enfin dans un dédale de couloirs, où elle ne pourrait véritablement pas retrouver la sortie. Finalement, tout deux entrèrent dans une antichambre pourvue de quatre coussins au sol et d'une table basse en son centre. Un immense mur en papier de riz menait à un balcon sur le jardin impérial. Celui-ci ouvert, Fiona avait la vue sur cette beauté insondable, la faisant reprendre son calme après ce stress accumulé par les fouilles. Les sacs lui avaient été aussi confisqués et devaient être examinés par un commandant de la garde, pensait-elle. Le garde ne dit aucun mot et se figea devant l'entrée, le regard haut. Fiona, laissée dans cette pièce sans aucune autre indication comprit qu'elle devait attendre que l'on vint s'expliquer avec elle. Elle lâcha un soupir et entreprit de s'asseoir en tailleur sur un des coussins face à elle. En examinant la pièce avec attention, elle put comprendre que face à elle, cette divine tapisserie était tendue sur une porte coulissante. Cela consistant sûrement en la porte d'entrée de son futur interlocuteur. Fiona s'attendait au Commandant de la garde, peu sûre qu'un membre de la famille impériale lui même ne se déplaçât.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Où l'information prime sur l'action [21 de Chaabane 1002]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Plan d'action: ministere des Affaires Sociales et du Travail
» Contre la vie chère, Marc Bazin a un plan pour l'action!
» Serons-nous des exclus de la Société de l'Information ?
» Prime et renom de l'homme au boomerang
» NOTE D’INFORMATION Chef de Mission et Porte-parole pour l’OIF au GABON L

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
MAGI RPG ::  Terres fermes  :: Continent central - Est - Empire Kou :: Rakushou :: Palais Impérial-
Sauter vers: