AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Cache-cache à Sindoria ♦ Alibaba

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


۞ 1ère apparition : 07/05/2017

۞ Rukhs : 135

۞ Rukh rose : Célibataire

۞ Localisation : Reim (3-8) / Sindoria (14-...)

avatar
Lei

MessageSujet: Cache-cache à Sindoria ♦ Alibaba   Ven 19 Mai - 14:26


Cache-cache à Sindoria
14/07/1002

La magicienne descendit du navire avec une grande inspiration puis un soupir plus profond encore. Elle tituba légèrement et grimaça en s’appuyant sur sa lance pour retrouver son équilibre. Si elle adorait la mer, elle détestait les bateaux. On titubait pour trouver son équilibre sur le navire quand on commençait le voyage et on titubait pour retrouver son équilibre sur la terre ferme quand on le finissait, sans parler de la légère mais persistante nausée qui venait avec le roulis. Oh, elle n’avait pas été vraiment malade, juste assez pour que ce soit un désagrément permanent pendant ces six précédents jours. En plus ses compagnons de voyage s’étaient moqués d’elle. Pas méchamment mais enfin, ce n’était pas agréable dans tous les cas. Ça expliquait qu’elle les ignorait obstinément depuis deux jours, sous leurs rires pas du tout complexés.

Elle trouva une caisse qui ne semblait intéresser personne et s’y assit avec une gratitude extrême envers celui qui l’avait posé là, posant sa lance par terre à côté. Elle respira plusieurs fois profondément pour chasser son mal-être et finit par aller mieux. Les effets partaient petit-à-petit, tant mieux ! Elle détestait le bateau.

« —Tu es encore malade Lei ? »

La femme sursauta en entendant une voix à ses côtés, persuadée d’être seule, puis tourna son regard mi doux mi agacé vers la jeune fille avec un bébé dans les bras et le petit garçon à ses côtés.

« —Je vais mieux maintenant que je suis descendue de cet engin de malheur. »

Adil rit, les deux mains plaquées sur sa bouche, alors que Thaïs souriait, clairement moqueuse. Lei leur adressa un regard coupant mais ne dit rien, tournant plutôt son regard vers May Lee, dans les bras de Thaïs. Trop mignonne.

« —Hua nous a dit que tu serais la baby-sitter du jour, vu que tu n’as rien fait du trajet.
—Alors donne-moi la petite, sale gosse.
—Tu l’as vexé onee-chan ! pouffa Adil. »


Lei tira la langue à Adil dans un geste totalement puéril et tendit les bras vers Thaïs pour lui prendre le bébé. Elle la cala sur son bras et effleura son visage, la chatouillant ce qui la fit rire. Lei sourit largement, le rire des bébés était la chose la plus mignonne qu’elle ait jamais entendue. Elle était tout simplement incapable de résister à l’une de ces petites bouilles.

« —Il n’y a que toi qui m’aime, hein May Lee ? »

Lei lança un regard franchement amusé aux deux autres quand Adil poussa un cri de protestation et que Thaïs lui tira légèrement une de ses tresses, indignée elle aussi.

« —Tu dis n’importe quoi !
—Nous aussi on t’aime ! C’est nous qui t’aimons le plus plus plus fort ! renchérit Adil.
— Pas moi ! rétorqua Lei joyeusement. »


Elle éclata de rire devant leurs visages scandalisés et encore plus lorsqu’ils menacèrent de la torturer à coup de chatouilles. Leurs attaques étant apparemment foudroyantes pour la victime, elle se corrigea en riant et demanda pardon aux seigneurs qu’ils étaient devenus en quelques secondes. La scène se termina sur les rires des trois Torrans alors que May Lee tapait dans ses mains avec enthousiasme, apparemment aussi ravie d’entendre leur rire qu’eux l’étaient en entendant le sien.

Lei décida de visiter un peu la ville et d’aller faire les courses, elle savait que tous voudraient autre chose que du poisson après une semaine à ne manger que ça. Le trajet se déroula dans le rire et la bonne humeur, ce qui n’empêcha pas Lei de remarquer l’ambiance un peu lourde qu’il y avait. Les habitants étaient méfiants lorsqu’ils remarquaient qu’elle tenait une arme – alors qu’elles n’étaient pas spécifiquement interdites – et ne se détendaient que lorsqu’ils voyaient les enfants. C’était étrange. Sindoria était un endroit sécurisé où il faisait bon vivre pour tous, qu’est-ce qui pouvait pousser un tel peuple à être si méfiants ? Il y avait la même ambiance à Remano, mais la capitale avait été attaquée avant qu’ils ne viennent. C’était étrange. Elle notait tous ces détails avec attention dans un coin de sa mémoire sans en faire part aux enfants, il n’y avait aucune raison qu’ils s’inquiètent. Lei intercepta le regard méfiant de Thaïs et lui sourit largement avec une gentille moquerie. Bien évidemment, Thaïs avait remarqué ce qu’il n’allait pas, à quinze ans elle connaissait suffisamment ce monde pour savoir lorsqu’il y avait quelque chose qui clochait.

« —Lei ! Lei ! On peut aller voir le palais !?
—Bien sûr, on a encore du temps avant que les autres aient finit de tout installer.
—Trop bien ! Merci ! »


Et Adil fonça vers la route en face d’eux, faisant rire Thaïs et Lei. Adil était vraiment un rayon de soleil, il n’était pas souvent triste et très souvent surexcité, c’était particulièrement amusant – et épuisant – de s’occuper de lui.

« —Suis-le avant qu’il ne se perde, lança-t-elle à Thaïs. »

Elle vit celle-ci hésiter un peu puis courir après son frère. Thaïs était suffisamment âgé pour comprendre ce monde à présent, songea Lei avec un sourire, mais la caravane des Torrans garantissait une sécurité suffisante pour qu’ils ne grandissent pas trop vite et gardent l’insouciance de l’enfance. La magicienne suivit d’un pas plus calme, regardant May Lee qui babillait joyeusement, offrant des sourires édentés mais lumineux aux passants.

Un instant plus tard, son regard fut attiré par une silhouette qui partit se cacher derrière une caisse dans une petite rue parallèle. Des gardes déboulèrent l’instant d’après, sans accorder un regard à la rue, et continuèrent leur chemin jusqu’à disparaître à nouveau. Lei tourna de nouveau la tête vers la caisse et s’en approcha d’un pas tranquille. Contrairement à Remano, Sindoria était tranquille – sous-entendre qu’il n’y avait pas de foule pour la piéger – et elle avait sa lance sur elle, elle ne craignait donc pas grand-chose. Sans compter que qui, à Sindoria, oserait attaquer une femme avec un bébé ? Ce pays était pacifique, malgré la tension qu’elle avait vue sur de nombreux visages. La femme se pencha pour voir au-dessus de la caisse et prit la parole d’une voix curieuse :

« —Pourquoi tu te caches ? »

Elle ajusta sa prise sur sa lance sans y penser ainsi que sur sa nièce et regretta légèrement de ne pas avoir un troisième bras pour pouvoir enlever cette mèche de devant ses yeux. Elle lui chatouillait la joue, c’était plutôt désagréable.
©Elena Chase

۞ • ۞ • ۞ • ۞

Merci à Hilel pour la signa ♥️
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

conquérant de donjon

۞ 1ère apparition : 03/06/2013

۞ Rukhs : 386

۞ Localisation : Québec

avatar
Alibaba Saluja
conquérant de donjon

MessageSujet: Re: Cache-cache à Sindoria ♦ Alibaba   Lun 22 Mai - 3:54

[Et me voilà relancée o/ Bonne lecture ! J'espère que je ne suis pas trop rouillé :)]

Depuis les récents événements à la plage avec l’attaque du mage qui m’avait possédé et qui, pour une raison que j’ignorais, ne s’était pas manifesté de nouveau (et une chance), j’avais fait plusieurs cauchemars concernant cette soi-disant conversation avec Sinbad qui serait en fait – j’imaginais- l’aboutissement d’un long procès pour savoir si on m’exilait, si on m’emprisonnait ou pire… si …

Lei:
 

Cette phrase et la vue de cette lance me fis sortir de ses pensées. Je crispai mes épaules à la vue de la lance, mais en entendant un enfant, je ne pus m’empêcher de me calmer et de sourire. Ce n’était pas un garde à moins… que ce soit une mauvaise blague par Sinbad? Non, la fatigue devait me faire délirer… Sinbad n’irait pas jusqu’à « utiliser une femme et un enfant pour faire du chantage » et puis à voir son grain de peau, sa longue tignasse, ses yeux… elle était une voyageuse. Je regardai quand même derrière moi pour m’assurer que les gardes avaient passé leur chemin avant que je sorte enfin d’en arrière de la caisse et que je me frottai la nuque, les joues un peu rougies en expliquant, la voix un peu basse (pour ne pas être vu) :

-- Ho, eh bien, pas… pas grand-chose, les gardes me semblaient un peu trop à cran et me suivre pour une raison qui me fait faux bon ses temps-ci. (il se frotta la tête sur son bandage et poursuivit) Il parait que j’ai fait quelque chose de très grave récemment, mais tout ce que je me rappelle, c’est d’avoir vu des flammes, de m’être évanoui et réveillé à l’infirmerie. C’est si flou dans ma tête. En tout cas, reste que Sinbad veut me voir et je ne pense pas que c’est pour me donner une médaille. Je fuis donc les gardes depuis…

Je toussotai en sentant ma tête recommencer à élancer comme mes mains encore bandées et brûlées. Je tournai mon regard vers l’enfant, un regard doux et demandai :

-Votre fils je présume ? Quel est le nom de cet adorable angelot? dis-je en approchant mon visage de celui du bambin qui se mit à crier. Avait-il peur de ma mèche rebelle qui perçait à travers ce méli-mélo de bandage ou… Je reculai, me cognant contre la caisse sur laquelle je tombai assis, un peu fatigué (première sortie depuis longtemps).

-Pardonnez-moi, je ne voulais pas le faire pleurer. Enfin… cessons de parler de moi, est-ce que je peux faire quelque chose pour aider… eh bien…

Je rougis davantage et tournai la tête, en déviant le regard de sur l’enfant et en trébuchant quelque peu j’avais vu… j’avais vu ses belles formes PAR ACCIDENT.

-Ne serait-ce que pour vous permettre de vous reposer et de calmer votre enfant.

Je ne donnai pas tout de suite mon nom question de laisser encore un peu de mystère, on ne sait jamais… ma « réputation » finirait par faire le tour des différents Empires : on avait touché Sindoria, ce havre de paix.

*Quant à être dans la merde et à devoir mourir bientôt, profitons de nos dernières heures en bonne compagnie.

Une furtive larme coula sur ma joue qui était encore, étrangement,  scindé par un rayonnant sourire. Elle brillait au soleil qui avait prit de la force.

۞ • ۞ • ۞ • ۞


Merci Hilel pour tous ces beaux graphs !!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


۞ 1ère apparition : 07/05/2017

۞ Rukhs : 135

۞ Rukh rose : Célibataire

۞ Localisation : Reim (3-8) / Sindoria (14-...)

avatar
Lei

MessageSujet: Re: Cache-cache à Sindoria ♦ Alibaba   Jeu 1 Juin - 22:57


Cache-cache à Sindoria
14/07/1002

Lei se tenait devant le jeune homme blond et couvert de bandage, elle le notait à présent. Il avait l’air d’avoir eu un grave accident. L’idée qu’il puisse se mettre en danger en sortant sans être totalement guérit lui effleura l’esprit mais elle ne dit rien dans ce sens. Il était à peine plus jeune qu’elle, suffisamment grand pour s’occuper de lui-même sans avoir quelqu’un sur le dos. Elle avait vu sa grimace à la vue de sa lance, puis son sourire à l’entente des gazouillis de May Lee et ça l’avait tout autant intriguée que précédemment. Que c’était-il passé à Sindoria pour que les gens aient une telle réaction. Une réaction qu’ils n’avaient pas il y avait quelques années, à sa dernière visite ! Si la curiosité l'envahissait, Lei préféra écouter la réponse de son vis-à-vis. Qui murmura, très bas. En regardant derrière lui. Définitivement, c’était lui que les gardes poursuivaient, toute son attitude le clamait.

La magicienne haussa un sourcil en entendant sa réponse. Il lui donnait une réponse complète – bon point – où il avouait plus ou moins être la cause de la tension à Sindoria à une totale inconnue ? Moins bon point. Pour lui, évidemment. Non pas que Lei ait l’intention de le dénoncer, il avait un visage franc qui lui était sympathique, mais tout de même. Ce n’était pas très malin. On aurait dit un enfant qui ne savait pas tenir sa langue. Plutôt adorable en y repensant.

Elle voulut répondre, n’en eut pas le temps, il enchaîna en regardant la petite bouille dans ses bras. Il avait l’air adoucit. May Lee en revanche n’a pas apprécié qu’il approche sa tête de la sienne. Caractérielle la petite. Une future casse-pied digne de sa mère, pensa ironiquement Lei. Quoi ? Hua était sa sœur, bien sûr que Lei la trouvait casse-pied. Elle berça légèrement May Lee pour la calmer, regrettant toujours de ne pas avoir un troisième bras. La nature était mal faite tout de même.

« —Ce n’est rien, un petit caprice de rien du tout. »

Elle posa un regard franchement amusé que le blond alors qu’il bégayait, remarquant que ses yeux n’étaient définitivement pas posé sur le bébé. Il lui offrit finalement son aide et une larme cristalline coula sur sa joue. Lei la fixa quelques secondes et fronça les sourcils, inquiète. Il ne semblait pas avoir mal, son sourire était par ailleurs resplendissant, pourtant elle avait vu une larme. Celle-ci n’avait pas laissé de traces mais ce n’était pas pour autant qu’elle n’avait existé. Lei choisit pourtant de ne pas faire de commentaire. Elle lui retourna un sourire lumineux et entreprit de lui répondre.

« —Je vois, c'est toi la raison de toute cette tension sur l'île alors ? »

Elle réalisa combien sa question manquait de tact et grimaça légèrement en se reprenant, secouant légèrement la tête. Non seulement c’était abrupt mais en plus c’était désagréable. Il n’avait pas l’air d’être un criminel et elle ne voulait pas qu’il se braque. Même si elle ne risquait rien, il lui était assez sympathique pour qu'elle ne veuille pas le blesser.

« —Oublie ce que je viens de dire, c’était… Enfin bref, tu veux que je t’aide dans ta partie de cache-cache ? »

La question était sortie toute seule et son sourire avait réapparu, teinté d’amusement. Ce garçon était amusant et elle comptait bien rester encore un peu avec lui. Dans tous les cas, il ne devrait pas courir partout, seul, alors qu’il était blessé. Elle désigna ensuite May Lee – qui chougnait toujours – d’un signe de tête et la présenta, et elle aussi elle se présenta, dans la foulée.

« —C’est ma nièce en fait, elle s’appelle May Lee. Moi, c’est Lei. Et toi, tu es ? »

Elle décida de s’assoir sur la caisse, histoire de pouvoir poser sa lance pour calmer le bébé dans ses bras. Il était hors de question qu’elle la confie à un inconnu… et même à un connu. Et mettre May Lee dans les bras du blondinet n’était pas une option non plus. Du coup elle s’assit sans trop gêne sur la caisse, posa sa lance à côté et calma sa nièce en lui effleurant légèrement le visage et en la berçant doucement. Elle ne pouvait pas avoir faim – Hua l’avait nourri avant qu’ils ne descendent du bateau – et elle avait bien dormi durant le trajet. C’était donc juste des pleurs de « je veux de l’attention, regardez-moi ». Ça fonctionnait toujours avec Lei, il fallait bien l’avouer.
©Elena Chase

۞ • ۞ • ۞ • ۞

Merci à Hilel pour la signa ♥️
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

conquérant de donjon

۞ 1ère apparition : 03/06/2013

۞ Rukhs : 386

۞ Localisation : Québec

avatar
Alibaba Saluja
conquérant de donjon

MessageSujet: Re: Cache-cache à Sindoria ♦ Alibaba   Mer 14 Juin - 0:55

[Et voilà, après 2 semaine d'attente, voilà ce que j'ai pu te pondre :)]

Pourquoi encore ce sentiment d’empressement de sauter à pied joint dans les bras tumultueux de son Destin  dont je n’étais plus le capitaine du navire depuis longtemps ? Moi, qui avais été empoisonné par cette marque depuis plusieurs mois déjà ne pouvais-je pas me reposer un peu ? Non. Je voulais retrouver cette part de souvenir qui m’avait été volée. Que des bribes depuis l’incident. Était-ce ma conscience qui voulait me préserver ou tout simplement une nouvelle tactique de mon assaillant fantôme dont le visage me hantait parfois en cauchemar ?

Je sortis rapidement de me pensées…

Ce cri…

Le cri du bébé me déchirait les tympans et me fracassait le crâne. Il devait se taire… Mai que faire ? Mon visage semblait l’effrayer… et avec raison


Lei:
 

Elle disait ça et je lui souris encore plus malgré la ueur qui avait commencé à perler sur mon front endolori.

*Ça va passer, elle va arrêter de crier bientôt, non ?

Un soupir s'échappa de mes lèvres au moment où j’essyai mon front. Je m’adossai au mur et fermai un peu les yeux après avoir, bien sûr, regarder derrière moi… C’était tranquille, je pouvais me relâcher un peu…

Et puis…

La jolie jeune femme me retourna un sourire ravissant. Elle n’avait pas l’air inquiet  de parler avec moi. Un nouveau soupir d’agacement sortit de mes lèvres.  Son calme m’intriguait. Qui était-elle ?


Lei:
 

De la sueur perlait davantage de mon front. Elle avait posé LA question qui tue! D’une voix blanche, je répliquai :

- Un… fâcheux accident en fait… je m’en veux beaucoup… Je ne sais pas comment me racheter, mais je me suis dit, pourquoi pas aller aider des gens à l’extérieur et faire oublier cette histoire ? Ce… ce n’est pas en m’enfermant au palais que la situation changera, han. Ce qui a été fait est fait, non ? Et c’est pourquoi, je vais vous aider. Je ne suis pas un criminel… faites-moi confiance… Je suis seulement un peu maladroit avec mon équipement djiin., balbutiai-je  en reprenant mon grand sourire, me frottant la nuque, le visage rougi de gêne avant de finaliser ma lancée. Dites-vous que je suis un conquérant qui a à cœur la vie des sindoriens et du monde et qui souhaite profondément l’aider, mais qui gaffe beaucoup en contre-partie. Je suis souvent mêlé à des histoires qui me mette dans des situations difficiles, mais avec l’aide de mes amis, j’arrive toujours à me sortir de mes mauvais pas. ENFIN! Et vous, qui êtes-vous et que faites-vous à Sindoria? Et…. Heu…

Elle finit par me couper, l’air toujours aussi calme malgré le fiat que je m’enfonçais toujours de plus en plus.

Lei:
 

Avec étonnement, cette femme ne s’enfuit pas après avoir reçu cette pathétique explication et m’offrit plutôt de jouer à cache-cache avec les gardes. Elle se moquait de moi ? Était-elle insouciante au point de risquer ainsi sa réputation pour aider un inconnu à la mèche rebelle ? Elle avait peut-être seulement besoin d’aventure… Dions, que j’avais vécu mieux comme périple ! Quand elle se présenta à moi aussi simplement :

Lei:
 

Je lui répliquai, la sueur perlant de plus en plus sur mon front, le bruit de l’enfant me rendait complètement fou. M’obsédais, mais je tenais bon, je n’avais pas craqué.

-Ho moi? J’avoue que parler à quelqu’un qui donne son nom est plus invitant. Je m’appelle Alibaba ! dis-je en tendant la main, mais Lei était déjà assise et réconfortait ENFIN l’enfant en pleurs. Il se calma. Je soufflai un bon coup et m’assis à ses côtés. Du silence… enfin, jusqu’à temps que j’entende un garde crier :

- Je l’ai vu aller par là!

*Et que la course commence.*

-C’est quoi le plan ?demandais-je, les yeux brillants.

۞ • ۞ • ۞ • ۞


Merci Hilel pour tous ces beaux graphs !!!


Dernière édition par Alibaba Saluja le Jeu 31 Aoû - 2:04, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


۞ 1ère apparition : 07/05/2017

۞ Rukhs : 135

۞ Rukh rose : Célibataire

۞ Localisation : Reim (3-8) / Sindoria (14-...)

avatar
Lei

MessageSujet: Re: Cache-cache à Sindoria ♦ Alibaba   Lun 3 Juil - 22:21


Cache-cache à Sindoria
14/07/1002

Lei avait toujours su cerner les personnes qu’elle rencontrait, son œil exercé savait déceler les expressions qui distinguaient une personne malveillante d’une personne sincère. Globalement, elle avait une bonne intuition et celle-ci lui assurait que ce jeune homme n’était pas un danger. Peut-être était-il malade, peut-être était-ce pour cela qu’il était la raison de la tension de Sindoria. Son calme pouvait être trompeur, elle n’était pas inquiète de ce qu’il lui apprenait en se dévoilant par la même occasion. Elle savait se défendre tout d’abord, avec sa lance et donc sa magie, il n’y avait que peu de chance que quelqu’un la blesse. Confiante ? Oui, et peut-être un peu trop d’ailleurs. Mais c’était l’une de ses caractéristiques, Lei était confiante en toute situation.

Elle lui posa la question, cette question qui lui donnerait la confirmation qu’il était la cause de cette ambiance si étrange sur l’île. Et il répondit, il était très honnête, à son grand étonnement. Rares étaient les personnes si honnêtes qu’elle avait rencontré durant son voyage.

« — Un… fâcheux accident en fait… je m’en veux beaucoup… Je ne sais pas comment me racheter, mais je me suis dit, pourquoi pas aller aider des gens à l’extérieur et faire oublier cette histoire ? Ce… ce n’est pas en m’enfermant au palais que la situation changera, han. Ce qui a été fait est fait, non ? Et c’est pourquoi, je vais vous aider. Je ne suis pas un criminel… faites-moi confiance… Je suis seulement un peu maladroit avec mon équipement djiin. Dites-vous que je suis un conquérant qui a à cœur la vie des sindoriens et du monde et qui souhaite profondément l’aider, mais qui gaffe beaucoup en contre-partie. Je suis souvent mêlé à des histoires qui me mette dans des situations difficiles, mais avec l’aide de mes amis, j’arrive toujours à me sortir de mes mauvais pas. ENFIN! Et vous, qui êtes-vous et que faites-vous à Sindoria? Et…. Heu… »

Lei cligna les yeux face à ce déluge d’informations qu’elle devait trier entre ce qui était important et ne l’était pas. Il se sentait véritablement coupable de ce qu’il avait fait. Voilà qui confirmait ce qu’elle pensait : il ne lui ferait pas de mal. Une grimace prit place sur ses lèvres alors qu’elle l’interrompait, se sentant coupable de le faire se sentir si mal alors qu’elle venait de le rencontrer.

« —Oublie ce que je viens de dire, c’était… Enfin bref, tu veux que je t’aide dans ta partie de cache-cache ? »

Elle souriait autant parce que les gens étaient des miroirs : souris et tu recevras un sourire en retour. Elle n’avait pas l’habitude de faire une rencontre aussi agitée. La pensée d’un homme impassible en noir lui traversa l’esprit et elle la chassa rapidement, bien, outre la rencontre qu’elle avait fait à Reim et qui était bien plus étrange que celle-ci.  Tout ceci pour dire qu’elle préférait être calme et détendue que paniquer parce qu’il venait d’avouer qu’il avait causé du tords à Sindoria, surtout si c’était non-intentionnel. Lei n’était pas du genre à s’emporter si sa famille ou son peuple n’était pas personnellement touchée, voilà tout. Et puis, s’il devait courir partout pour échapper aux gardes, elle préférait être avec lui que le laisser gambader seul alors qu’il avait l’air si mal en point.

Elle se présenta, son éclatant sourire graciant ses lèvres, avant de s’asseoir sur la caisse – originelle cachette du blondinet – pour pouvoir réconforter May Lee, sa lance étant donc posée à côté d’elle. Lei nota de nouveau la sueur perlant sur son front. Il n’avait vraiment pas l’air bien, ses blessures sûrement. Elle se demandait bien ce qu’il lui était passé par la tête pour qu’il décide de sortir fuir les gardes alors qu’il avait manifestement besoin de repos, qu’importe qu’il soit en prison ou dans une infirmerie digne de ce nom.

Il se présenta avec entrain avant de s’asseoir à côté d’elle. Lei quant à elle, pour son excuse, ne lui prêtait qu’une légère attention, toute occupée qu’elle était à calmer May Lee. Aussi caractérielle que sa mère cette petite, elle serait ingérable lorsqu’elle commencerait à marcher. Le silence régna un instant sur le petit trio – ou duo et demi ? – et Lei se demanda vaguement comment elle gèrerait May Lee si elle devait faire une course poursuite dans Sindoria avec Alibaba. Ses réflexions furent brutalement rompues par le cri d’un garde qui les désigna du doigt.

« — Je l’ai vu aller par-là !
— C’est quoi le plan ? »


Lei sourit à la vue des yeux brillants d'Alibaba, elle aussi était enthousiaste pour la suite du programme. Ca allait être amusant ! Elle fit un signe de la main pour qu’il la suive et s’engagea rapidement dans la ruelle pour gagner la rue parallèle où elle marchait initialement.

« — Je dois d’abord rendre May Lee à sa mère donc direction le port. Ensuite… ensuite ça dépendra des gardes et de notre capacité à improviser, fit-elle avec un sourire et un haussement d'épaule insouciant. »

Lei marchait vite dans la rue qui descendait, s’empêchant de courir pour ne pas qu’ils paraissent – trop – suspects. Elle était cependant prête à partir au quart de tour au moindre cri ou aperçu d’un garde. Elle dû quand même ralentir devant un croisement et tourna la tête vers Alibaba avec un sourire embarrassé.

« —Je viens d’arriver sur l’île, je ne sais pas du tout par où passer pour atteindre le port. »

Alors qu’il prenait la tête et que Lei le suivait de près, May Lee avait décidé que mâchonner les mèches de cheveux de Lei accaparait toute son attention. La magicienne était passablement dégoûtée mais mieux valait ça, en silence, que des cris bien trop repérables.
©Elena Chase

۞ • ۞ • ۞ • ۞

Merci à Hilel pour la signa ♥️
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

conquérant de donjon

۞ 1ère apparition : 03/06/2013

۞ Rukhs : 386

۞ Localisation : Québec

avatar
Alibaba Saluja
conquérant de donjon

MessageSujet: Re: Cache-cache à Sindoria ♦ Alibaba   Jeu 31 Aoû - 3:06

[Après un mois et des poussières d'attente, voilà ma réponse ! Je te préviens, je pense que tu vas être surprise. Bonne lecture !]

Le bébé ne venait que de se calmer par les tentatives répétées de la jeune demoiselle qui devait s’ennuyer à mourir pour accepter telle requête dangereuse d’un inconnu et en plus, avec un enfant sous sa garde : de la folie !  Je me mis à douter de la faisabilité du projet, jamais je ne me le pardonnerait de mettre une personne de plus  est un enfant de surcroit dans la misère.

gardes:
 
Mes yeux brillants furent bientôt recouverts de mes sourcils froncés de telle sorte qu’on comprenne que mon indécision… Enfin, indécision ou pas… on m’avait repéré !

Sans plus se poser de question sur la morale d’un tel geste ou si son corps pourrait supporter une telle course après une dépense aussi intense en magoi, je la suivis, de nouveau le sourire aux lèvres. Venais-je encore de me faire une amie ? Qui plus est…


*Elle est très mignonne… avec  ses yeux émeraudes, ses longs cheveux foncés et sa jupe marrons au vent,*

Çe n’était pas le temps de penser à ça ! Je devais courir plus vite et arrêter de fixer cette brunette des yeux. Si jamais elle se faisait prendre, je plaiderais sa cause, je leur dirais que je l’avais forcé à fuir aavec moi… Elle n’avait rien à voir dans cette histoire. Enfin. J’imaginais ? De quel pays venait-elle ? Était-elle conquérante comme lui ou…

Combien de fois ai-je fait confiance trop vite aux gens ? Un tas de fois, je n’apprenais pas. Je ne savais même pas qui elle était, ce qu’elle voulait et pourquoi elle aidait un « potentiel terroriste » à se sauver des autorités, mais je la suivais. Je me sentais vivant, ainsi.


Lei:
 

J’arrêtai dans ma course et baissa la tête, n’osant plus regarder cette femme au regard tranchant, en me frottant la nuque :

- QUOI TU N’ES PAS LA MÈRE DE L’ENFANT ET TU N’ES PAS SEULE ?Je ne suis pas certain que ton peuple te laissera m’aider et puis… je ne pense pas que Sindoria a besoin d’un conflit diplomatique.

*Qui vient SEULE en mer... Idiot !

Je relevai la tête au moment où je réalisai que Lei était déjà partie sans prêter le moindre attention à mes jérémiades. Je soupirai :

-Attends-moi (Je baissai le ton en m'apercevant de ma visibilité idiote)

C’est à ce moment qu’elle m’avoua:

Lei:
 

Je figeai un moment, retenant avec difficulté un éclat de rire qui franchit mes lèvres malgré moi.

-On forme un méchant duo toi et moi! Un sindorien d'adoption en fugue et une étrangère qui ne connait pas son chemin qui veut l’aider dans sa fuite. Allez, suis-moi, ça aura l’air d’ailleurs moins louche pour toi. Si jamais on se fait prendre, tu te sauveras et je prends le blâme, ok ? Je ne rigole pas là-dessus, ta sécurité, celle de ton peuple, de cette enfant et des sindoriens avant tout.

J’étirai un large sourire, essuyant une larme de bonheur –une larme de bonheur qui n’avait pas coulé depuis la venue de cette marque- avant de tendre la main vers Lei.  Puis, je lui tournai le dos et l’invitai à me suivre jusqu’au port…



***


Nous marchâmes environ 45 minutes sans embûche. C’était trop facile, quelque chose clochait. Un bateau grouillant de gens à la voile aux couleurs de… Reim ! Au moins, il ne s’agissait pas d’un navire de Magnostaltd… ce n’était pas un piège, mais quand même, il fallait être prudent. Je restais un gladiateur qui n’avait pas complété sa formation : j’étais donc vu là-bas aussi comme un couillard. Je déglutis. J’étais cernée par cette pulsion de fuite qui payait rarement et qui était prodiguée par la peur de cette marque et de ses effets.


-Pendant que tu porteras May à sa mère, je vais me cacher là-bas, derrière ses galets. Rejoins-moi y quand tu seras prête. Mais écoute-moi.

Je déposai mes mains sur ses épaules et fixai son regard émeraude en ajoutant :

-Sache que je suis content d’avoir rencontré une gentille personne comme toi sur ma route épineuse des derniers mois. Que tu reviennes ou pas m’aider, tu as fait déjà beaucoup pour moi. Merci ! (soufflai)

J’étirai un sourire franc, tapotai la tête de la petite qui grignotait encore les cheveux de la demoiselle et, les joues rougissantes, je lui donnai un petit baiser sur la joue avant de me sauver derrière ses rochers et de m’y adosser pour fermer les yeux, un instant… Un seul visage imprégnait mes pensées a cet instant.

*Qu’ai-je fait ? Je veux dire… enfin… reviens… Lei… s’il-te-plait.

۞ • ۞ • ۞ • ۞


Merci Hilel pour tous ces beaux graphs !!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


۞ 1ère apparition : 07/05/2017

۞ Rukhs : 135

۞ Rukh rose : Célibataire

۞ Localisation : Reim (3-8) / Sindoria (14-...)

avatar
Lei

MessageSujet: Re: Cache-cache à Sindoria ♦ Alibaba   Sam 11 Nov - 20:45

[Désolé pour le reard ! Vraiment vraiment désolée  )


Cache-cache à Sindoria
14/07/1002


Lei se mordit la lèvre pour ne pas rire à la réaction d’Alibaba. Elle s’arrêta dans sa course et regarda Alibaba qui semblait proprement catastrophé d’apprendre qu’elle n’était pas la mère ni qu’elle était seule. Elle aurait pourtant juré avoir déjà mentionnée que c’était sa nièce… mais ça n’avait aucune espèce d’importance. Elle secoua la tête, un léger rire perçant tout de même à travers ses lèvres.

La magicienne repartit sans lui répondre, en son âme la confiance que tout se passerait bien. Thaïs était suffisamment âgée pour s’occuper correctement d’Adil et suffisamment habituée à Lei pour qu’elle s’outre que celle-ci les ai abandonnés en cours de route. Lei était une formidable babysitter mais avait la fâcheuse habitude de lâcher les enfants sans trop de surveillance lorsqu’elle était certaine que le lieu était sûr. Et si Sindoria ne l’était pas alors aucun pays du mode ne pouvait se vanter de l’être, surtout qu’elle était en présence de la raison pour laquelle les habitants semblaient si peu ouverts. Il lui suffisait donc de redéposer May Lee à Hua et elle pourrait aider Alibaba sans plus de problèmes. Elle ne se souciait que peu de la politique et ainsi n’étudia pas cet aspect de l’argument d’Alibaba. De plus quelle chance y avait-il que le roi Sinbad apprenne un jour qu’elle était celle qui avait aidé Alibaba à jouer à cache-cache avec les gardes pendant quelques temps ? C’était infime, suffisamment en tout cas pour qu’elle ne s’en inquiète pas suffisamment.

Quelques pas plus loin cependant, un carrefour surgit devant les yeux de Lei et elle dut se tourner vers Alibaba avec un sourire embarrassé. Elle lui avoua qu’elle ne savait pas par où aller et rit avec lui du ridicule de leur situation. Il prit donc la tête, insistant une nouvelle fois sur leur sécurité. Leur sécurité à tous, sauf à lui. Lei remarqua sa larme et n’en fut que plus intriguée, comment une personne telle que lui, qui semblait si soucieuse des autres, aurait-elle pu causer du tort à ce pays ? Elle choisit cependant de ne faire d’autre commentaire qu’un simple hochement de tête. Il avait l’air décidé et ce n’était pas le moment de débattre sur le sujet, les soldats approchaient.

Lei le suivit donc, leur course jusqu’au port durant presque une heure, si rallongée par leurs innombrables pauses qu’ils ont dû faire pour ne pas se faire prendre par les gardes. Ils y arrivèrent finalement et Lei fut saisie par la reconnaissance qui noyait le regard d’Alibaba.

« —Sache que je suis content d’avoir rencontré une gentille personne comme toi sur ma route épineuse des derniers mois. Que tu reviennes ou pas m’aider, tu as fait déjà beaucoup pour moi. Merci !
—Ne t’inquiètes pas, je n’ai pas l’intention de te laisser à ton sort, répondit Lei, légèrement rieuse, d’une bonne humeur à ébranler le monde.
»

Malgré tout elle était un peu triste pour Alibaba. Il avait l’air solitaire et pourtant il avait la personnalité d’un rayon de soleil. Cela rendait Lei curieuse de savoir ce qu’il avait vécu mais elle ne pouvait pas lui demander, ce n’était pas encore le moment. Une fois qu’elle n’aurait plus May Lee elle ne se priverait cependant pas, Lei avait toujours été trop curieuse et n’hésitait que peu à poser ses questions. Il lui donna un petit baiser sur la joue pour alla se réfugier derrière les rochers.

Lei le suivit du regard, pensive, ne sachant vraiment peu penser de ce geste, avant de hausser les épaules et se détourner pour approcher le navire de Reim. Alibaba était de ces personnes qui souriaient malgré les coups durs qu’elles avaient endurées. Il cachait bien plus de secrets que sa figure franche ne le laissait penser au premier abord. C’était intriguant. May Lee geignit et Lei ne put s’empêcher de la cajoler un peu. Elle la rendit finalement à sa mère qui lui adressa un sourire enthousiasmé.

« —Lei ! la salua Hua. Nous avons réussi à obtenir une place pour notre caravane ! Où sont les enfants ?
—Je les ai perdus,
répondit Lei d’un ton pince-sans-rire. Aïe ! s’écria-t-elle en frottant son bras que sa sœur venait de frapper. Je rigole ! Ils sont près du palais… Normalement… Il n’y a aucun danger de toute façon ! se défendit-elle devant le regard perçant de Hua.
—Elle a raison Hua, intervint Jing en se plaçant près des deux sœurs. Thaïs et Adil ne risquent rien, elle aurait été pire qu’une mère poule sinon.
—Hey !
—Tu n’as pas tort
, convint finalement Hua à contre-cœur. Mais tout de même… perd cette habitude de les lâcher seuls dans une ville inconnue. Imagine ce qui pourrait leur arriver ! »

Jing et Lei échangèrent un regard profondément amusé avant de reporter leur attention sur leur aînée. Jing posa son bras sur les épaules de sa cousine tandis que Lei se penchait légèrement vers sa sœur avec un sourire purement moqueur.

« —Hua, tu sais, je t’adore mais tu deviens ennuyeuse, se moqua Lei sans scrupules.
—Elle n’a pas tort tu sais, renchérit Jing avec un sourire identique à celui de Lei. Quelques mois de maternité et tu as déjà oublié comment tu étais quand tu étais jeune, c’est triste.
—Mais… vous… tu… Oh, et puis allez vous noyer, vous m’ennuyez.
»

Jing et Lei éclatèrent de rire dans un bel ensemble alors que Hua se dégageait de la prise de sa cousine et s’éloignait, visiblement vexée. Les deux cousines échangèrent un dernier sourire, une parole puis s’éloignèrent l’une de l’autre.

Lei retourna à l’endroit où se trouvait Alibaba après un léger crochet par l’endroit où était temporairement entreposées les marchandises de sa caravane, sa lance toujours bien présente dans sa main. Elle ne s’en servirait probablement que comme sceptre mais ça n’en était pas moins indispensable. Elle se glissa derrière les rochers et sourit à Alibaba avec enthousiasme.

« —Il y a pas mal de gardes sur le port mais on devrait pouvoir passer assez tranquillement si tu mets ceci sur ta tête, fit-elle en brandissant une pièce de tissu banale. »

Lei s’approcha de lui et lui arrangea le tissu sur la tête pour en faire une coiffe et le rendre ainsi un petit peu moins reconnaissable, sans lui laisser trop le choix. Elle jeta ensuite un regard derrière les rochers et s’assura ainsi que les gardes ne regardaient pas trop dans leur direction. Lei se raccroupit ensuite et fit face à Alibaba avec un large sourire, les yeux pétillants d’excitation. Elle n’avait jamais pu faire de cache-cache avec des gardes d’un pays auparavant, ça promettait d’être terriblement amusant !

« —Bien, maintenant on va sortir d’ici et on va marcher tranquillement vers le haut de la ville. Je pense que plus on sera proche du palais moins tu seras susceptible d’être recherché. Ils ne s’attendent sûrement pas à ce que tu te risques à être si proche de là où tu devrais être, n’est-ce pas ? (Sans attendre sa réponse Lei enchaîna.) Dans tous les cas il faut trouver un endroit un peu plus confortable que des rochers pour se cacher. Un bar ou un salon de thé fréquenté par exemple, là où tu passeras le plus inaperçu. Qu’en dis-tu ? »

Un sourire rayonnant dessiné sur ses lèvres, elle ne donnait pas l’impression de prendre conscience de la situation dans laquelle elle s’était embarquée avec Alibaba. Elle donnait l’impression d’être une enfant qui a découvert un nouveau jeu, et c’était un peu le cas d’une certaine manière. Elle était confiante Lei, elle ne pensait pas un instant à tout ce qui pourrait mal tourner, c’était ainsi qu’était sa nature. Malgré tout elle savait ce qu’impliquait la décision d’aider Alibaba, ça ne lui importait pour l’instant pas voilà tout. Alibaba avait l’air d’une personne sociable mais blessée, solitaire par obligation, cela peinait Lei, elle avait donc décidé de passer du temps avec lui pour devenir son amie. Ce n’était pas très compliquée comme association d’idée et totalement naturel en ce qui concernait la magicienne.

©Elena Chase

۞ • ۞ • ۞ • ۞

Merci à Hilel pour la signa ♥️
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Cache-cache à Sindoria ♦ Alibaba   

Revenir en haut Aller en bas
 
Cache-cache à Sindoria ♦ Alibaba
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Mortel cache-cache
» Cache Cache ^^
» Cache cache. [=> Défi]
» Cache-cache dans les buissons [ pv ]
» Touché, c'est toi le chat !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
MAGI RPG ::  Océans  :: Sindoria :: Sindoria Centre-
Sauter vers: