AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Aux alentours de Remano (16 d'Oula)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


avatar
Invité
Invité

MessageSujet: Aux alentours de Remano (16 d'Oula)   Mer 1 Juin - 20:33

On voyait Remano de loin, le soleil baignait son architecture si particulière et raffinée. Un homme se tenait à distance de la ville, assis dans l'herbe et le regard perdu dans les lointaines arches et colonnes de pierre blanche et jaune. Un léger vent peinait à soulever sa lourde crinière rouge, seules quelques marginaux désolidarisés de la masse était emportés par la brise. Les pensées de l'homme étaient concentrés sur un seul débat : partir de Reim ou non ? Depuis que lui et sa famille ont déserté la capitale ils n'ont jamais vraiment quitté la civilisation, ils s'étaient juste suffisamment éloignés pour être libre tout en restant suffisamment près pour pouvoir retourner à la capitale en cas d'urgence. L'unique fois où ils s'étaient réellement éloignés Achille était revenu seul et en sang. Depuis il n'osait pas quitter les alentours de Remano.

Pourtant cette fois était différente, le Fanalis était déterminé à affronter ses fantômes et ses peurs. Il inspira un grand coup, décrocha un brin d'herbe sec et le mit entre ses dents. Enfin il se décida à se lever. Il mit son sac en cuir sur ses épaules, ce dernier contenait un rouleau de tissu blanc, une gourde, quelques pierres à aiguiser, une carte ainsi qu'une boussole. Il se redressa du haut de ses un mètre quatre-vingts. Sa silhouette imposante était enrobé par un long morceau de tissu grisâtre sale et abimé, qui partait du bas de ses mollet pour aller s'enrouler autour de son cou comme une écharpe et enfin finir en un semblant de capuche trouée en de nombreux endroits par des mites. Il portait aussi un large pantalon dont on devinait à peine la couleur d'origine tant la terre ocre et marron avait imprégné le tissu. Enfin il portait un maillot de corps aux taches variés et multicolores sur un fond blanc cassé et une ceinture en tissu ceignait le tout par un nœud sur le coté gauche de sa taille. Tout cela lui donnait un air sale et repoussant. Seul ses cheveux vermillons, qui débordait de sa capuche et qui venait couler le long de ses haillons, apportait une touche de couleur. Dans ce qui lui servait de ceinture était caché un couteau suffisamment long pour atteindre un cœur à travers la poitrine, ainsi qu'une bourse presque vide. Le vagabond tourna le dos à la ville et se mit en marche.

Depuis un moment déjà Achille sentait l'odeur d'un groupe d'individu surement mal famés sinon ils auraient fait plus attention à leur hygiène. Probablement un groupe de bandits attirés par la somme d'argent qu'incarnait le Fanalis. Il est pourtant dangereux de s'en prendre à un Fanalis, encore plus à un Fanalis entrainé et qui a connu la guerre. Ces gueux allaient prendre la raclée de leurs vies et leur orgueil ne s'en remettrait pas de sitôt. Le Fanalis s'arrêta et utilisa sa voix puissante pour prévenir les bandits qu'ils feraient mieux d'abandonner. Quelques secondes après cette mise en garde trois ombres se détachèrent du paysage. Achille leur reconnut un talent prononcé pour se cacher et se fondre dans le décor, sans ses sens aiguisés ils n'aurait jamais pu savoir qu'ils étaient là. Toujours était-il que ces derniers ne semblaient pas vouloir abandonner. Tant pis pour eux. Achille fit tomber son sac au sol et fondit aussitôt sur le plus près des trois. Il feintât une attaque de front puis se fendit d'un bond sur sa droite et envoya sa paume claqué contre la tempe du gueux. Il ne ménagea pas sa force, il ne le faisait jamais car sous-estimer son adversaire est la pire erreur qu'un soldat puisse faire. Le choc souleva le jeune homme du sol qui retomba inerte dans la poussière. Il ne prit pas le temps de s’arrêter et fonça aussitôt vers le prochain. Un mètre devant sa cible il planta son pied droit dans le sol pour se figer et il profita de l'élan de sa course pour sertir le visage de son adversaire d'un nouveau sourire d'un coup de talon retourné de la jambe gauche. L'homme fit un tonneau et cracha quelques dents sur le sol. Achille allait de nouveau abattre le courroux de son pied dans la bouche de son adversaire quand il entendit un bruit étrange venant de derrière lui. Il n’eut pas le temps d'esquiver ou de se protéger qu'il fut touché de plein fouet par un jet d'eau à haute pression qui le poussa quelques bon mètres plus loin. Il était trempé et son dos lui faisait mal, néanmoins il se releva vite et esquiva un autre jet d'eau. Il leva les yeux et aperçut un des bandits qui portait maintenant une étrange armure noire ainsi qu'un sourire sadique. Il était armé d'un petit trident d'où un nouveau jet sortait à peine pour s'élancer vers le Fanalis. Achille esquiva et dans le même temps aperçut le gueux édenté qui disparut sous une noué de petits oiseaux noirs. Quand les oiseaux disparurent, il était lui aussi équipé d'une armure noire. Le combat s'annonçait plus compliqué que prévu.
Revenir en haut Aller en bas


۞ 1ère apparition : 14/11/2015

۞ Rukhs : 124

۞ Localisation : kou

avatar
Xelie Azame

MessageSujet: Re: Aux alentours de Remano (16 d'Oula)   Jeu 2 Juin - 22:54





Aux alentours de Remano


Feat Achille Rey (16 D'Oula)



Encore un contrat… bah ! j’avais l’habitude maintenant, tué faisait partie de mon quotidien. Malgré ça quelque petite pause parfois ne me gênerait pas. Tant pis c’était comme ça, la vie continuait, enfin pour moi pas pour mes cibles. Cette fois-ci le gredin qui était venue me voir était un agent d’un pays qui combattait L’organisation… Sindoria ? Peut-être bien. Bref, il m’avait reconnue (merci l’avis de recherche) dans un bar où je venais justement prendre une rançon pour mes dernières victimes. Pas de repos pour l’assassin il fallait déjà que je reparte user de mes sabres. Que cherchait-il ? des membres de l’organisation évidemment, ces connards foutent la pagaille un peu partout pour des raisons que je ne comprends toujours pas, enfin je me devais de ne pas les critiquer car j’avais déjà travailler pour eux…  

On m’avait donc donné une zone de recherche un peu plus loin de Remano, j’avais dû marché un peu, c’était embêtant mais au moins ça me sortirait de l’esprit tous les quotidiens de la ville, à savoir : esclave, chasseur de prime, combat de rue et foule beaucoup trop importante… mais bon ce n’était pas le sujet. Je me baladais un peu dans tous les coins perdant un peu espoir de trouver une cible pour aujourd’hui, faut dire qu’ils se cachent bien les bougres. Jusqu’au moment où j’entendis un combat, un combat ? Que pouvait-il bien se passer ? j’accourue voir la scène. 3 hommes, et un fanalis. Le fanalis avait mis un homme à terre : pas très étonnant vue sa musculature et sa race. Il en attaqua un deuxième mais celui se releva vite grâce à la diversion de son ami. A la base je ne voulais pas intervenir, mais quand j’ai vu la relique obscure, ça a fait ‘’tilt’’ dans ma tête. Forcément relique noire = Al Thamen. Sans attendre je passais derrière l’homme au trident, il n’eut pas le temps de réagir qu’il avait déjà deux sabres dans les poumons.  Je me tournais vers le Fanalis, décidemment j’avais fini d’en voir des cheveux rouge…

- Salut. Jte connais pas et jdois t’avouer qu’en est pas grand-chose à foutre de toi. Mais si possible j’aimerai que t’évite de tuer le dernier. Merci. Lui dis-je me préparant à recevoir les attaques du dernier.


Enfin, sauf s’il allait fuir…




© Kira 2015


Dernière édition par Xelie Azame le Mer 8 Juin - 19:49, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Invité
Invité

MessageSujet: Re: Aux alentours de Remano (16 d'Oula)   Sam 4 Juin - 18:48

Il y a vraiment des claques qui se perdent, qui a pu éduquer aussi mal une jeune fille ? Déjà on n'intervient pas dans un combat entre hommes, respecte mon honneur et mon amour propre bon sang. Ensuite on ne tue pas les gens, en général ils ne sont pas trop d'accord. Et pour finir tu ne me parles pas comme ça, je pourrais être ton père !

Achille pensa tout ces mots si fortement qu'il crût les avoir réellement prononcer l'espace d'un instant, au lieu de cela il avait afficher un visage impassible à la jeune fille tout de marron vêtue. Maintenant il ne se posait plus de question sur l'issu du combat, tout allait être simple. Il sprinta vers le dernier bandit en état de combattre, d'un geste vif et assuré il attrapa l'arme noir et l'arracha des mains de l'individu. Il aperçut la ballerine meurtrière approcher à toute vitesse, ses sabres prêt à tout couper. Le Fanalis lança le sceptre noir vers elle, plus précisément vers sa tête. Elle esquiva en roulant sur le sol. Elle était rapide, souple et visiblement habituée au combat. Il n'attendit pas qu'elle se relève pour courir dans sa direction. Elle n'eut pas le temps d'esquiver le Fanalis qui vint la plaquer violemment au sol. Il répartit tout son poids sur les bras et jambes de la meurtrière de façon à se qu'elle ne puisse plus bouger, il avait utilisé cette prise tellement souvent quand il étais encore à l'armée qu'elle était prisonnière et parfaitement maitrisée. La jeune fille se débattit avec hargne, mais elle manquait de force face à ce Fanalis. Ce dernier utilisa sa voix rauque et puissante pour ordonner au bandit de fuir. L'homme désarmé regardait fixement son sceptre, quinze mètre trop loin de sa main, et hésitait entre prendre la fuite et tenter de continuer le combat. Il prit finalement ses jambes à son cou quand l'assassine lui rappela d'un regard que sa vie ne tenait qu'à une masse de cheveux rouges. Achille attendit quelques minutes que l'homme prenne suffisamment d'avance.

"-Je suis désolé, mais je ne te connais et tu as montré clairement que tu es dangereuse. J'ai agis pour protéger ma vie et celle de cet homme. Certes c'est un bandit et si tu m'avais laissé faire je l'aurais assommé comme l'autre étendu là-bas, fit-il en indiquant d'un mouvement de tête le premier bandit qu'il avait mis hors d'état de nuire, puis je les aurais jeté suffisamment près de Remano pour qu'ils soient récupérés par la garde de la ville et qu'ils soient mis en prison. Maintenant ce qu'on va faire c'est que je vais me relever et qu'on ne fera tout deux aucun mouvement brusque, ça te va ?"

La jeune fille ne réagit pas, elle plongeait son regard noir d'encre dans les yeux d'Achille. Elle était plutôt jolie, si on passait à coté du fait qu'elle était intimidante et habillé comme une mendiante. Enfin, il n'était pas sur son trente et un non plus. Il défit son emprise sur la jeune fille et ils se relevèrent doucement, épiant les moindres mouvements de l'autre. Quand ils furent complétements redressés Achille brisa la glace.

"-Tu es forte et tu as l'air entrainé, mais tu empruntes une voie sinueuse et qui ne débouchera sur rien de bon. Je ne sais pas qui tu es, ni ce que tu as vécu, mais suis cette voie et tu ne deviendras rien."

Il avait presque de la peine pour elle. Pour devenir aussi froide elle avait du vivre des choses horribles et certaines personnes avaient du profiter de ses instants de faiblesse pour la pervertir. Son instinct paternel lui dictait d'aider cette jeune fille.

"-Laisse moi t'accompagner quelques temps, je pourrais surement t'apprendre deux trois trucs utiles et tu pourrais surement m'apprendre des choses, je pense qu'on sera tout les deux gagnants si on s'entraidait quelques temps."
Revenir en haut Aller en bas


۞ 1ère apparition : 14/11/2015

۞ Rukhs : 124

۞ Localisation : kou

avatar
Xelie Azame

MessageSujet: Re: Aux alentours de Remano (16 d'Oula)   Mer 8 Juin - 21:18





Aux alentours de Remano


Feat Achille Rey



- Je suis désolé, mais je ne te connais et tu as montré clairement que tu es dangereuse. J'ai agis pour protéger ma vie et celle de cet homme. Certes c'est un bandit et si tu m'avais laissé faire je l'aurais assommé comme l'autre étendu là-bas, fit-il en indiquant d'un mouvement de tête le premier bandit qu'il avait mis hors d'état de nuire, puis je les aurais jeté suffisamment près de Remano pour qu'ils soient récupérés par la garde de la ville et qu'ils soient mis en prison. Maintenant ce qu'on va faire c'est que je vais me relever et qu'on ne fera tout deux aucun mouvement brusque, ça te va ?

J’acquiesça d’un signe de la tête puis me relevais, et tapotait ma veste, mes jambes, puis mes bras pour enlever la poussière. Je ne m’y attendais, trop focalisée sur ma cible pensant que le fanalis n’allait pas intervenir, Il m’avait plaqué au sol après avoir utilisé une stratégie digne d’un débutant… laissant donc partir la seule personne qui aurait pu indiquer là où était mon objectif. Je dois avouer que ce n’était pas une bonne journée…
Il continua la discussion à laquelle je n’avais toujours pas dit un mot.

J’aurais pu m’énervé, j’aurais pu lui sauter dessus tentant de le tuer mais rien. En mission, j’étais la vrai Xelie, pas celle qui fait semblant. Donc les sentiments, les émotions tout ça, j’oubliais.

Bon j’avais du temps, alors je sortais mon Kiseru(pipe longue japonaise), histoire de prendre un petit temps de réflexion. Comment allais-je me débrouiller ? Ma seule source d’info plausible venait de s’enfuir, j’avais un fanalis à la botte. D’ailleurs en y repensant, je l’observai pendant cinq ou dix minutes. Un guerrier, c’était sûr, en repensant au déplacement qu’il avait entreprit pendant le combat et sa musculature, ça ne pouvait être qu’un fanalis corps, ou alors il ne l’était plus.
Il me coupa dans mes propres pensées en s’adressant à moi :

- Tu es forte et tu as l'air entrainé, mais tu empruntes une voie sinueuse et qui ne débouchera sur rien de bon. Je ne sais pas qui tu es, ni ce que tu as vécu, mais suis cette voie et tu ne deviendras rien.

Rien ? je l’étais déjà ça non ? c’est vrai quand on y pense, on ne devient rien à tuer, on devient rien à profiter de sa supériorité pour assassiner les faibles. Mais au fond qu’est-ce que j’en avais à foutre ? Dans ce monde pourrie je n’avais que faire de mes agissements où de leur valeur, l’honneur c’est la mort… l’honneur n’avait aucune importance dans mon mode de vie, ce qui comptait c’était de survivre. Je le regardais, droit dans les yeux, mais mon visage n’avait aucune émotion, juste de l’agressivité, prouvant que je n’étais pas là pour passer du bon temps.


- La voie que j’emprunte ? sinueuse, vide ? je le sais déjà tout ça, je suis devenue tueuse en en conscience des conséquences. Si je dois mourir alors je mourrais, Je n’ai qu’un seul but c’est celui de survivre dans ce monde de merde. Dans le monde dans lequel je vis, c’est la loi du plus fort, les faibles meurent et les forts restent. Je suis née pour tuer alors je tuerai.

J’avais dit ces mots sans mentir, j’étais étonnamment sincère sur ces paroles, je n’avais pas besoin de mentir…  


- Laisse-moi t'accompagner quelques temps, je pourrais surement t'apprendre deux trois trucs utiles et tu pourrais surement m'apprendre des choses, je pense qu'on sera tout les deux gagnants si on s'entraidait quelques temps.

- M’apprendre quoi ? Que tuer ce n’est pas bien ? Que se monde pue la merde ? merci, je le sais déjà ça… Dit-toi que le groupe de personne à qui appartenait l’homme que tu as laissé fuir est capable de tuer bien plus de personnes en un mois que moi en une année… et non j’ai rien à t’apprendre, on vit pas dans le même monde.

Je me dirigeais vers l’endroit où le dernier s’était enfuie faisant quelque pas en avant. Puis je me retournais un instant.

- Je vais retrouver ce gars, lui soutirer les infos que je veux, le tuer et tuer ma cible. Tu veux jouer les papas poules pot de colle ? t’fais ce que tu veux, mais tu me gênes, je te tue. Compris ?

Je me retournais donc continuant ma route en marchant.





© Kira 2015


Dernière édition par Xelie Azame le Mar 9 Aoû - 19:53, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Invité
Invité

MessageSujet: Re: Aux alentours de Remano (16 d'Oula)   Mer 6 Juil - 12:21

Papa poule pot de colle ? Ces mots sonnaient étrangement faux à ses oreilles. Jamais il ne l'avait été, jamais il n'avait eu l'occasion de l'être. Toujours relégué au poste de garde du corps par sa femme, jamais considéré comme père de leur enfant. Il aurait aimé passer plus de temps avec son fils et pourtant il lui était étranger ... préférait-il le bleu ou le rouge ? Le sucré ou le salé ?

Achille se concentra sur les yeux de la jeune fille, il ne fallait montrer aucune faiblesse devant elle mais heureusement pour lui il savait parfaitement se contrôler. Il lui semblait sentir son cœur crier de rage et ses yeux sortir de leurs orbites tant les larmes le martelaient de l'intérieur. Il mit son sac sur ses épaules et emboita le pas de la tueuse. Il n'avait aucune raison de le faire. Il n'avait aucune raison de faire quoi que ce soit. Il ne devrait pas le faire. Elle foulait le sentier de la destruction tandis qu'il gravissait la montagne de la reconstruction, ces chemins ne se croiseront jamais. Il pressa le pas et vint marcher aux cotés de la ballerine.

Au fond de lui résonnait qu'une seule question : Pourquoi elle ? Il détestait son caractère et son agressivité, sa compagnie n'était pas agréable et il méprisait la faiblesse qu'elle lui inspirait. Alors pourquoi ?
Revenir en haut Aller en bas


۞ 1ère apparition : 14/11/2015

۞ Rukhs : 124

۞ Localisation : kou

avatar
Xelie Azame

MessageSujet: Re: Aux alentours de Remano (16 d'Oula)   Sam 17 Sep - 22:28





Aux alentours de Remano


Feat Achille Rey




Le fanalis semblait étonné de ma dernière expression. Peut-être avais-je eu tort de dire cela ? Intriguant m'a fois je gardai dans un côté de mon cerveau. L'homme hésita un moment, avant de reprendre son sac, et de faire route commune avec la tueuse que j'étais. Je ne savais pas si ça m'arrangeait d'avoir un homme de sa trempe à mes côtés ou si justement c'était un problème. D'ailleurs, pourquoi voulait-il me suivre ? Ce n'était plus ses affaires maintenant, il valait mieux pour nous deux que ça se finisse là non ? Pourtant il restait, et marchait maintenant à mes côtés. Peut-être serait-ce le moment d'en connaître plus sur ce fanalis.

- Bon, il serait peut-être mieux qu'on se connaisse, ça serait plus pratique si on doit… faire équipe. De plus, on n’a pas les mêmes méthodes visiblement, donc faudra trouver un juste milieu. Eux ils n’hésiteront pas à nous tuer.

J'étais sérieuse, je préférai le briefer avant de rencontrer de nouvelles ennemies. Le chemin s’éternisait, ou ce bougre pouvait bien avoir été ? Il devait y avoir un camp, ou une planque. Un endroit où il pourrait être en sécurité avec d’autre type de son genre.

- D’après ce que j’ai vue de toi, tu sembles être un soldat, ou du moins tu l’as été. Fanalis Corpse ?  De plus je vois que tu es seul. Tu n’as pas d’ami ? De famille ? tu dois pourtant être au courant qu’en ce moment, Reim ce n’est pas le meilleur endroit pour se balader seul.

Je soupirai d’agacement, pourquoi je devais me trimbaler un surhomme, qui savait se battre en plus… des fois je me demande si le destin n’était pas un sacré fourbe. Au final, ça pourrait peut-être un avantage, si je l’utilisais comme chair à canon. Il me suffirait ensuite d’éliminer ma cible, tout simplement. A voir.

Mes pensées furent vite perturbées par un bruit… Des hommes ?!




© Kira 2015
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Aux alentours de Remano (16 d'Oula)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» A 15 minutes aux alentours de Bayonne
» Nîmes et alentours[Ajouté]
» Alentours de Londres
» Recherche Joueur de SDA Sur Nantes et Alentours
» [Environs de St-Jean-d'Angély] Dans la gueule du loup (Amy/Gabie)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
MAGI RPG ::  Terres fermes  :: Continent Ouest :: Empire Reim-
Sauter vers: